Archives par mot-clé : traductions

Parution de Grégoire de Nysse, Homélies sur le Notre Père

Parution d’une nouvelle édition critique et traduction française des Homélies sur le Notre Père dans la collection Sources chrétiennes (no 596).

Ch. Boudignon, M. Cassin et J. Seguin (†), Grégoire de Nysse, Homélies sur le Notre Père. Texte, introduction et notes Ch. Boudignon et M. Cassin, traduction J. Seguin, Ch. Boudignon et M. Cassin (Sources chrétiennes 596), Paris, 2018. 570 p.

Grégoire de Nysse, Homélies sur le Notre Père
Grégoire de Nysse, Homélies sur le Notre Père

Les Homélies sur le Notre Père de Grégoire de Nysse constituent une œuvre majeure sur la « prière du Seigneur ». Cette série de cinq homélies a connu une grande postérité, notamment la magnifique « hymne à la prière » de l’Homélie I, qui a été fréquemment reprise, y compris dans un texte de l’Éphrem grec dont elle constitue une part importante.


À la fois prédication pastorale et exégèse de chacune des phrases du Notre Père, ces homélies mettent en lumière l’adoption filiale des chrétiens et présentent la prière comme une conversation avec Dieu. Elles dénoncent aussi le « blabla » des prières creuses, en prônant un ascétisme allié au souci des plus pauvres. Leur nouveauté est plus marquante encore sur la nature du pain « quotidien », sur la venue de l’Esprit Saint comme règne de Dieu, sur le « Mauvais » comme Tentation personnifiée. L’étude du texte a également permis de mettre en évidence plusieurs reprises significatives de passages qui proviennent d’œuvres antérieures de l’évêque de Nysse, en particulier la Vie de Moïse ; il a de ce fait été possible de préciser la date de ces Homélies et de les situer non pas au début de la carrière de Grégoire ou au début des années 380, comme on l’a souvent proposé, mais dans la seconde moitié des années 380 et, dans tous les cas, après la Vie de Moïse.

Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. sir. 106
Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. sir. 106

Le volume propose une nouvelle édition critique du texte grec, fondée sur 22 manuscrits1 et sur la traduction syriaque (avec l’aide de P. Géhin). Le texte a été assez profondément modifié, avec 238 changements par rapport à l’édition de J. F. Callahan (GNO VII.2, Leiden, 1992), qui avait une base manuscrite très réduite (six manuscrits principaux). Cette nouvelle édition s’appuie sur une étude approfondie de la tradition manuscrite, y compris sous l’angle de l’histoire des livres ; c’est cette approche, en particulier, qui a permis de confirmer l’importance de la branche Φ, tandis que l’autre branche (Ψ), souvent privilégiée par l’éditeur précédent, témoigne d’un texte souvent remanié et récrit, amélioré. Le rôle de la traduction syriaque est fondamental dans l’établissement du texte, dans la mesure où ce témoin ancien (6e s.) permet très souvent de trancher entre les leçons divergentes des deux branches de la tradition grecque.

La traduction française a été préparée à partir de celle qu’avait produite Josette Seguin dans une thèse de doctorat soutenue en 2001 sous la direction de Monique Alexandre. Elle a cependant été reprise entièrement par les deux auteurs principaux du volume, Christian Boudignon et Matthieu Cassin, à qui sont dus également l’introduction, l’édition et les notes.

Affiche du 14e colloque international Grégoire de Nysse
Affiche du 14e colloque international Grégoire de Nysse

Le volume est paru à temps pour être utile au 14e colloque international Grégoire de Nysse, qui s’est tenu à Paris du 4 au 7 septembre 2018.

  1. pour l’essentiel les manuscrits antérieurs au 13e siècle : voir une liste plus complète dans la base de données Pinakes. []

Annonce de colloque: Translation Activity in Late Byzantium (Venice, 11-13 June 2018)

Translation Activity in Late Byzantium
An International Conference
(Ca’ Foscari, Venice, June 11th-13th, 2018)

During the last two Byzantine centuries, a significant number of texts were translated from Latin, but also from Arabic and Italian, into Greek. Most of them are still unedited or available in editions that do not meet the modern academic criteria. Nowadays, these translations are attracting scholarly attention, as it is widely recognised that, besides their philological importance per se, they can shed light on the cultural interactions between Late Byzantines and their neighbours or predecessors. The “Translation Activity in Late Byzantium” conference aims at addressing this desideratum.
This conference has been organized by the Department of Humanities (DSU) of Ca’ Foscari University of Venice in collaboration to the Saprat Laboratory of École Pratique des Hautes Études (Paris), with the support of PSL University (Paris), of the Centro Interdipartimentale di Studi Storici sul Cristianesimo (Ca’ Foscari, Venice), and of the Associazione Italiana di Studi Bizantini (AISB). Continuer la lecture de Annonce de colloque: Translation Activity in Late Byzantium (Venice, 11-13 June 2018)

De Bagdad à Constantinople: annonce de colloque (24-25 mai 2018)

De Bagdad à Constantinople : le transfert des savoirs médicaux (XIe-XVe s.). Colloque international — Reims, 24-25 mai 2018

Dans le récit occidental de la translatio studiorum, on ne prête souvent aux Byzantins qu’un rôle limité : ils ont copié et préservé les textes grecs de l’Antiquité dans leur langue originale. Ils sont restés en marge du vaste mouvement de traduction qui a véhiculé les savoirs d’une rive à l’autre de la Méditerranée à mesure que se déplaçaient les centres du pouvoir. Les études récentes ont approfondi les modalités de ces triples (grec-syriaque-arabe) puis doubles traductions (grec-latin, arabe-latin, arabe-hébreu) et permis de préciser le contexte culturel de leur production dans lesquels elles avaient été commanditées. Cette nouvelle cartographie des voies de transmission du savoir invite à réexaminer l’attitude des Byzantins face à ce phénomène dont ils furent contemporains. Continuer la lecture de De Bagdad à Constantinople: annonce de colloque (24-25 mai 2018)