Apocrypha 31 (2020): Apocryphes et pseudépigraphes. Études en hommage à Sever Voicu, réunies par Francesca P. Barone et Anne-Catherine Baudoin

Le volume 31 de la revue Apocrypha, qui vient de paraître, contient des études en honneur de Sever J. Voicu, présentées lors d’un colloque tenu à Palerme les 29 et 30 octobre 2018 (« Alla ricerca dell’autore perduto: testi apocrifi, agiografici e pseudepigrafi », cf. https://manuscrits.hypotheses.org/2664). Elles portent sur des textes pseudépigraphes et apocryphes, qui sont examinés du point de vue de leur production ou de leur transmission.

 http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503591988-1

Les deux premières contributions, celle de Christian Boudignon (« Comment un livre biblique change-t-il d’auteur ? Lectures du Premier Esdras par Thalassios et Maxime le Confesseur) et celle d’Anna Lampadaridi (« À la recherche de l’auteur perdu dans la Vie de Pancrace de Taormine (BHG 1410) »), abordent les causes et les modalités de la pseudépigraphie, définie traditionnellement comme l’attribution d’une œuvre à une figure d’autorité qui ne l’a pas produite ; la troisième, de Caroline Macé (« La lettre de Denys l’Aréopagite à Timothée sur la mort des apôtres Pierre et Paul. L’apport de la version géorgienne »), par son approche à la fois littéraire et philologique, fait le lien avec les trois dernières études, qui portent sur des versions orientales de textes apocryphes. Ces études offrent trois perspectives différentes sur le phénomène de la pseudépigraphie, associées à trois méthodes d’exploration : l’histoire de la réception par le recours aux commentaires patristiques, la narratologie – avec sa nécessaire adaptation à l’objet étudié – et l’histoire du texte, de sa rédaction première dans un contexte historique et géographique précis à sa réécriture et sa diffusion marquées par leur propre ancrage de production.

Les trois contributions qui suivent sont des études sur les traditions manuscrites de textes apocryphes en langues orientales. Jost Gippert (« The Wisdom of Sirach in Georgian. A Compilation and Its Sources ») étudie la version géorgienne du Siracide et invite à reconsidérer l’apport des témoins en valorisant, face aux manuscrits bibliques, le texte transmis par les lectionnaires. Enfin, deux études sont consacrées à l’Apocalypse de Paul (CANT 325) : celle d’Emiliano Fiori (« Les deux versions syriaques de l’Apocalypse de Paul et leur place dans la transmission de cet apocryphe dans l’Orient chrétien ») porte sur les versions syriaques, alors que Paolo La Spisa (« La recensione araba antica dell’Apocalisse di Paolo secondo il codice Sinaitico Arabo 461 (IX sec.) ») édite une recension arabe ancienne.

Ces articles apportent des contributions significatives à la réflexion méthodologique et à l’étude de la Septante et de sa réception, de l’hagiographie byzantine, ainsi que de la transmission des textes pseudépigraphes et apocryphes dans différentes langues anciennes.

Mon expérience de stage à l’irht

Je m’appelle Giada Di Giuseppe et je suis une étudiante italienne de l’Université de Rome ‘La Sapienza’, en master 2 en ‘Philologie, littérature et histoire du monde ancien’. Je m’intéresse en particulier aux Pères de l’Église de l’Orient Chrétien, notamment à la correspondance apocryphe entre Basile de Césarée et le rhéteur Libanios et je travaille sous la direction de Gianfranco Agosti.

Grâce à une bourse européenne Erasmus+ Traineeship, j’effectue actuellement un stage à l’IRHT, au sein de la Section grecque et de l’Orient chrétien, depuis le milieu du mois de mars 2021 jusqu’à la fin du mois de juillet, pour un total de 4 mois, qui inclut un prolongement d’un mois suite à ma demande.

Continuer la lecture de Mon expérience de stage à l’irht

L’évangile de Marc en copte sahidique : bilan d’une recherche au long cours (suite)

Première partie

Le nouveau souffle d’une collaboration

Icône de Saint Marc. Paris, BnF Inv. Froehner. 1129a.
Icône de Saint Marc. Paris, BnF Inv. Froehner. 1129a.

Le stemma de 1993, sur lequel se terminait la première partie de cet exposé1, ne me semble pas, malgré ses imperfections, devoir être renié, car tout y est déjà à peu près en place et la situation générale n’a pas fondamentalement changé. Cependant, les réactions de la communauté scientifique ayant été peu nombreuses et teintées, sauf exception, de scepticisme, il s’ensuivit une période un peu creuse, où le travail sur Mc avançait lentement, relégué à l’arrière-plan par d’autres projets de recherche.

Continuer la lecture de L’évangile de Marc en copte sahidique : bilan d’une recherche au long cours (suite)

  1. Entre les deux parties, j’ai présenté l’ensemble du dossier lors du séminaire mensuel de la section Grecque et de l’Orient chrétien (04/02/2021). Je remercie vivement mes collègues de leurs remarques et questions qui m’ont permis, sur plusieurs points, de préciser ou infléchir ma réflexion. []

L’évangile de Marc en copte sahidique : bilan d’une recherche au long cours

Arrivant bientôt au terme des recherches entreprises en 1985 sur la version copte sahidique de l’évangile de Marc (que j’abrégerai désormais Mc), j’ai souhaité en exposer ici les principales étapes et les résultats les plus importants. Cette présentation sera divisée en deux parties, la première allant grossièrement de 1985 à 1993, la seconde couvrant la période plus récente (à suivre).

Rappel : le dialecte copte sahidique fut la langue littéraire et véhiculaire de la vallée du Nil entre le 4e et le 12e siècle environ.

Continuer la lecture de L’évangile de Marc en copte sahidique : bilan d’une recherche au long cours

LES VERSIONS COPTES DU MARTYRE DE JACQUES LE PERSE

Première séance du séminaire Manuscrits en Méditerranée, jeudi 1er octobre 2020, 13h, Campus Condorcet, Bâtiment Recherche Nord.

Le projet ANR « Transperse », porté par Christelle et Florence Jullien, a pour intitulé complet : « Les Actes des martyrs perses entre Orient et Occident. Transmissions interculturelles et représentations au début du 5e siècle » (https://transperse.hypotheses.org/):

« Le projet TransPerse souhaite favoriser, par des approches pluridisciplinaires, notre compréhension de l’histoire des échanges interculturels entre la Perse et les espaces aux frontières – Caucase, milieu byzantin – jusqu’à l’Égypte et l’Occident latin, sur une période circonscrite : les règnes des Sassanides Yazdgird Ier et Wahrām V (399-438), à partir du croisement d’une riche documentation littéraire largement inexploitée, parfois difficile d’accès ou encore mal identifiée. Le premier objectif de ce programme est de réunir, éditer et analyser ces Actes pour la première fois dans leur ensemble. Le second défi, qui lui est corrélé, sera d’étudier ces Actes dans le prisme des transmissions interculturelles entre Orient et Occident. Le troisième défi de ce projet est de faire émerger l’image de ces règnes contrastés dans une démarche comparative avec les matériaux de la documentation contemporaine et postérieure à partir de la constitution d’un Sourc-e-book en ligne, un outil numérique ouvert adressé à un large public. »

Je suis chargée des versions coptes, en collaboration avec Anna van den Kerchove, professeur à l’IPT, et avec Chiemi Nakano, qui travaille aussi sur les versions syriaques.

Continuer la lecture de LES VERSIONS COPTES DU MARTYRE DE JACQUES LE PERSE

Alfred Schmidtke en Albanie: Un autre voyageur dans les Balkans

La recension de l’ouvrage Greek New Testament Manuscripts from Albania par notre collègue Christophe Guignard a mis en évidence un fait porté à la connaissance de tous par Hermann von Soden dans son édition de 1902: la présence d’Alfred Schmidtke, collaborateur du savant berlinois, en Albanie, au tournant du 20ème siècle

An den Reisen haben sich nacheinander beteiligt die Herren … A. Schmidtke (Paris, Spanien, Italien, England, Albanien, Griechenland, Athos, europäische Türkei)[1].

Contrairement à ce que nous pensions, Pierre Batiffol ne fut pas le seul érudit d’Europe occidentale à s’être rendu en Albanie avant la visite de Johannes Koder et Erich Trapp en 1965: Christophe Guignard a judicieusement fait le lien entre la préface de von Soden et certaines mentions apposées dans quelques tétraévangiles du Fonds 488 des Archives nationales de Tirana, mentions que nous avions relevées mais qui nous étaient restées obscures par notre méconnaissance des collaborateurs de von Soden. Entre le printemps 1885 et l’automne 1965, il y eut donc bien un autre érudit à consulter les manuscrits grecs en Albanie.

Continuer la lecture de Alfred Schmidtke en Albanie: Un autre voyageur dans les Balkans

Annonce Séminaire : Sergey Minov : THE SYRIAC STORY OF THE PRIEST PAUL AND HIS DEBATE WITH SATAN: A NEW SOURCE ON RELIGIOUS CONFLICT IN LATE ANTIQUE SYRIA-PALESTINE

Dans le cadre du Séminaire “Manuscrits en Méditerranée” (IRHT, Section grecque et Orient chrétien), Sergey Minov (post-doctorant Labex RESMED de l’Université Paris-Sorbonne) présentera sa recherche sur « The Syriac Story of the Priest Paul and his Debate with Satan : A New Source on Religious Conflict in Late Antique Syria-Palestine).

Le jeudi 27 février, 13h-15h. IRHT, Campus Condorcet (Aubervilliers), Bâtiment Recherche Nord, 2e étage, salle 2.001.

Résumé : In my presentation I would like to introduce an unpublished hagiographical work entitled Story of the Priest Paul and His Debate with Satan, attested so far only in Syriac, and derived from it Arabic and Geez translations. This composition presents an account of a conflict over the practice of mixed bathing between the Christian priest Paul and the community of “Herodians,” known from the New Testament, that takes place in one of the villages of Samaria. The main purpose of the narrative, apparently, is to condemn the well-known Roman practice of communal bathing, when men and women would attend public baths together. I am going to discuss the textual tradition of the Story, address the problems related to establishing its original language and date of composition, as well as offer some preliminary thoughts on its possible milieu and purpose.

La tradition manuscrite des traités botaniques de Théophraste – annonce de séminaire

Dans le cadre du Séminaire « Manuscrits en Méditerranée » (IRHT, Section grecque et Orient chrétien).

Le mardi 21 janvier, 13h-15h. IRHT, Campus Condorcet (Aubervilliers), Bâtiment Recherche Nord.

Les Recherches sur les plantes de Théophraste et – dans une moindre mesure – les Causes des plantes sont parmi les traités de botanique les plus importants de l’Antiquité. On les considère comme les ouvrages fondateurs de la botanique moderne. 

Cependant, c’est presque par miracle que nous les connaissons aujourd’hui : ils font partie des ouvrages assez nombreux de l’Antiquité qui ne nous sont parvenus que par un unique manuscrit, byzantin en l’occurrence. Plus précisément : il y a, au total, une vingtaine de manuscrits mais tous les autres (ou quasiment tous) descendent d’un même exemplaire, l’actuel codex Urbinas gr. 61 de la Biblioteca Apostolica Vaticana.

Une analyse de cette tradition manuscrite a déjà été effectuée, notamment par les deux derniers éditeurs, Benedict Einarson et Suzanne Amigues, mais leur point de vue a été essentiellement philologique. Dans le cadre de ce séminaire, je voudrais essayer de contextualiser cette tradition manuscrite et d’examiner concrètement comment le texte a circulé, par l’intermédiaire de quelles personnes. Qui l’a lu, qui l’a copié, qui l’a commenté, qui l’a traduit ? Pourquoi ? Comment ?

On s’attachera en particulier à la question du transfert du texte depuis Constantinople jusqu’à l’Italie humaniste, dans la première moitié du 15e siècle.

Séminaire « Manuscrits en méditerranée » 2019-2020

Le séminaire Manuscrits en Méditerranée est un séminaire d’équipe de la Section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT où sont présentés des travaux en cours des membres de l’équipe ou d’autres chercheurs autour de manuscrits et de textes en grec, en syriaque, en copte, et en arabe. Il a lieu le premier jeudi de chaque mois de 13h à 15h. Les séances de séminaire sont ouvertes  à tous les auditeurs qui sont intéressés.

En raison de l’épidémie de COVID-19, toutes les séances ont été annulées de mars à mai 2020.

Programme des séances :

jeudi 7 novembre 2019 : Simon Brelaud, Jimmy Daccache et Flavia Ruani, Inscriptions syriaques de Turquie. Résultats de la première mission de prospection.

mardi 3 décembre 2019 : André Binggeli, Autour du Neon Paradeison.

mardi 20 janvier 2020 : Marie Cronier, La tradition manuscrite des traités botaniques de Théophraste, de Byzance à l’Italie humaniste.

jeudi 27 février 2020 : Sergey Minov, Autour de l’édition du dialogue de Paul et Satan en syriaque.

jeudi 25 juin 2020 : Thibault Miguet, Autour du Répertoire des inventaires de manuscrits grecs (RIMG).

Informations pratiques:
13h-15h

IRHT, Campus Condorcet
Bâtiment Recherche Nord
14, rue Waldeck Rochet Aubervilliers
2e étage, salle 2001
Demander un badge à l'accueil pour accéder au 2e étage.

Métro ligne 12, Front Populaire
RER B, La Plaine-Stade de France

Renseignements: André Binggeli

Mission à Istanbul et Chalki

Du 5 au 11 octobre 2019, André Binggeli, Matthieu Cassin et Marie Cronier ont effectué une mission à Istanbul.

Au cours d’une audience, ils ont officiellement remis à Sa Sainteté Bartholomée Ier le Catalogue des manuscrits de la Sainte-Trinité de Chalki  (aujourd’hui conservés au Patriarcat Œcuménique de Constantinople), qu’ils ont fait paraître cette année et auquel a également participé Matoula Kouroupou.

Audience avec le patriarche Bartholomée Ier

Continuer la lecture de Mission à Istanbul et Chalki

Recherches sur les manuscrits et les bibliothèques dans le monde grec et l'Orient chrétien

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search