SÉMINAIRE « MANUSCRITS EN MÉDITERRANÉE » 2021-2022

Le séminaire Manuscrits en Méditerranée est un séminaire d’équipe de la Section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT au cours duquel sont présentés des travaux en cours des membres de l’équipe ou d’autres chercheurs autour de bibliothèques, de manuscrits et de textes en grec, en syriaque, en copte et en arabe. Il a lieu (sauf exception) le premier jeudi de chaque mois de 13h à 15h. Les séances de séminaire sont ouvertes  à tous les auditeurs qui sont intéressés.

Pour assister au séminaire en ligne, s’inscrire par e-mail auprès de Matthieu Cassin.

Continuer la lecture de SÉMINAIRE « MANUSCRITS EN MÉDITERRANÉE » 2021-2022

Jean Chrysostome dans la chaîne vaticane sur Romains (Vat. gr. 762) : premières questions

Séance du séminaire Manuscrits en Méditerranée, 2 juin 2022, par Agnès Lorrain (accessible également en ligne sur inscription préalable)

La chaîne vaticane sur l’Épître aux Romains (CPG C 160) est à première vue une chaîne sans complications, si l’on en croit Karl Staab : un seul manuscrit bien conservé, le Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. gr. 762 (en laissant de côté ses copies récentes), des extraits d’une grande fidélité aux sources et pour la plupart correctement attribués, une datation pouvant remonter au viie siècle pour la partie la plus ancienne[1]. Pour ce qui est de l’édition, certes, celle de John Anthony Cramer repose sur un manuscrit récent et abrégé, mais les extraits tirés d’œuvres non conservées en tradition directe sont éditées[2]. Conditions apparemment idéales pour entreprendre l’étude de la chaîne pour elle-même, entre autres comme objet littéraire. À ce sujet, autant dire que les recherches sur la chaîne vaticane sont à l’état embryonnaire[3].

Quel auteur mieux que Jean Chrysostome peut nous aider à comprendre comment les extraits sont sélectionnés, transformés et intégrés dans la chaîne ? En effet, cet auteur est à la fois le plus souvent cité et le seul, avec Théodoret de Cyr, dont l’exégèse est entièrement conservée en tradition directe. C’est donc également sur lui que se fondent les jugements précédemment cités sur la qualité de la chaîne. Or, en m’attelant à la première étape de l’investigation sur les extraits de cet auteur, à savoir le recensement des extraits, je me heurte déjà à des difficultés inattendues qui touchent aussi bien la transmission des homélies de l’évêque de Constantinople sur l’Épître aux Romains que la genèse de la compilation, et qui remettent en cause bien des préjugés sur cette chaîne prétendument parfaite. Ces difficultés seront présentées à la discussion lors de la séance du 2 juin 2022.

[1] Cf. K. Staab, Die Pauluskatenen nach den handschriftlichen Quellen untersucht, Roma, 1926, p. 7-36.

[2] Voir principalement P. E. Pusey, S.P.N. Cyrilli archiepiscopi Alexandrini in D. Ioannis euangelium, vol. III, Oxonii, 1872, Bruxelles, 19652, p. 173-248, K. F. Zawadzki, Der Kommentar Cyrills von Alexandrien zum 1. Korintherbrief : Einleitung, kritischer Text, Übersetzung, Einzelanalyse (Traditio Exegetica Graeca, 16), Leuven-Paris-Bristol (CT), 2015, id., Der Kommentar Cyrills von Alexandrien zum 2. Korintherbrief : Einleitung, kritischer Text, Übersetzung, Einzelanalyse (Traditio Exegetica Graeca, 18), Leuven-Paris-Bristol (CT), 2019 pour Cyrille d’Alexandrie ; A. Ramsbotham, « Documents : The Commentary of Origen on the Epistle to the Romans », The Journal of Theological Studies 13 (1912), p. 209-224 ; 357-368 et 14 (1913), p. 10-22 pour Origène ; K. Staab, Pauluskommentar aus der griechischen Kirche aus Katenenhandschriften, (Neutestamentliche Abhandlungen, 15), Münster, 19842 pour les autres commentateurs.

[3] Une première étude sur la structure de la chaîne sera prochainement publiée par mes soins dans A. Lorrain et J.-M. Auwers (éd.), Phenomena of order and disorder in Greek Exegetical Catenae / Ordres et désordres dans les chaînes exégétiques grecques (Instrumenta patristica et Mediaevalia), Turnhout.

In cauda uenenum : sur deux homélies pseudo-chrysostomiennes composites : In illud, Verumtamen frustra conturbatur (CPG 4543 ; Aldama 444) et In Samaritanam (CPG 7912, alias 4581 ; Aldama 457)

Interventions le 6 janvier et le 14 avril 2022, dans le cadre du séminaire Manuscrits en Méditerranée.

Poursuivant notre étude des « homélies fantômes » pseudo-chrysostomiennes inaugurée l’année dernière avec l’homélie In uenerandam crucem (PG 59, 675-678 ; CPG 4598 ; Aldama 461), nous nous pencherons sur deux autres « spuria » insérés dans le corpus de Jean Chrysostome : In illud (Ps. 38, 7), Verumtamen frustra conturbatur omnis homo uiuens, et de eleemosyna (PG 55, 559-564 ; CPG 4543 ; Aldama 444) et In Samaritanam, et in illud (Jn 4, 5), Venit Iesus in ciuitatem (PG 59, 535-542 ; CPG 7912 ; cf. 4581 ; Aldama 457). Leur structure composite était pressentie depuis longtemps et la dernière homélie, attribuée par Marcel Richard à Léonce de Jérusalem, a même récemment fait l’objet d’une analyse détaillée. Sur une suggestion de Michel Aubineau, nous remonterons du texte publié dans la Patrologie Grecque (et dans les éditions principes) à ses multiples recensions manuscrites. Cette analyse nous permettra de constater que le texte de référence ne représente que l’un des avatars peu représentatifs d’une tradition complexe.

Le “Breviarium” de Stéphane d’Antioche (env. 1127), un lexique trilingue de la matière médicale et ses sources

Intervention le 2 décembre 2021, dans le cadre du séminaire Manuscrits en Méditerranée.

Le Breviarium est un lexique (inédit) de noms des simples, c’est-à-dire des matières premières entrant dans la fabrication des médicaments (végétaux, animaux, minéraux). On doit sa mise en lumière aux travaux de Charles Burnett (Warburg Institute, London), qui en prépare actuellement une édition.

Le Breviarium a été composé par Stéphane d’Antioche, connu aussi comme Stéphane de Pise, un Italien séjournant à Antioche dans les années 1120-1130. Il constitue un appendice à la traduction latine par Stéphane du Kitāb al-malakī d’al-Maǧūsī, intitulée Liber regalis.

Ce lexique est transmis dans les manuscrits (dont les plus anciens remontent au milieu du 12e siècle, soit très peu de temps après la composition de l’opuscule) sous la forme de trois colonnes: le grec à gauche, le latin au centre, et l’arabe à droite. Tous les termes sont transcrits en caractères latins. On compte un peu moins de 600 entrées.

Ma présentation s’intéressera aux sources auxquelles Stéphane a pu avoir accès. Plus généralement, elle posera la question de l’accès aux manuscrits grecs et arabes par les Francs dans la ville d’Antioche, qui avait été conquise par les croisés en 1098 et où se déployait alors une importante activité de traduction de l’arabe au latin – tandis que la question de l’éventuel recours à des sources grecques demeure moins étudiée pour l’instant.

Évagre le Pontique, Scholies aux Psaumes

Vient de paraître la première édition des Scholies aux Psaumes d’Évagre le Pontique, en deux volumes, dans la collection Sources chrétiennes1. Ce texte, dont l’existence avait été reconnue par H. Urs von Balthasar au milieu du 20e siècle, n’est transmis que par les chaînes exégétiques grecques au livre des Psaumes, sous des noms d’emprunt, et avait été partiellement publié sous divers noms (Origène, Athanase d’Alexandrie, Cyrille d’Alexandrie, etc.) au fil des siècles. Continuer la lecture de Évagre le Pontique, Scholies aux Psaumes

  1. M.-J. Rondeau, P. Géhin et M. Cassin, Évagre le Pontique, Scholies aux Psaumes (Sources chrétiennes 614-615), Paris, 2021, 2 vol., 780 et 774 p. []

Accueil des lecteurs à la section grecque de l’IRHT (Automne – hiver 2021-2022)

La Section grecque et de l’Orient chrétien est heureuse d’accueillir les lecteurs qui souhaitent consulter sa documentation (bibliothèque, microfilms ou numérisations de manuscrits).

À partir du mardi 21 septembre 2021, un accueil des lecteurs est bénévolement assuré les mardis et jeudis (10h-17h) par l’un des chercheurs de la Section. Merci de prendre rendez-vous par e-mail auprès du responsable de l’accueil pour le ou les jours où vous comptez venir (voir le planning ci-dessous).

Pour les dates à partir de mars 2022, voir le Billet Printemps-été 2022.
Continuer la lecture de Accueil des lecteurs à la section grecque de l’IRHT (Automne – hiver 2021-2022)

Actes du IXe colloque international de paléographie grecque

La Section grecque est très heureuse de vous annoncer la parution des actes du IXe Colloque international de paléographie grecque, dans la collection Travaux et Mémoires de l’Association des Amis du Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance:

Le livre manuscrit grec: écritures, matériaux, histoire. Actes du IXe Colloque international de Paléographie grecque, Paris, 10-15 septembre 2018, édités par Marie Cronier et Brigitte Mondrain (Travaux et Mémoires 24.1), Paris 2020 [2021].

ISBN 978-2-916716-81-7. 100 € Continuer la lecture de Actes du IXe colloque international de paléographie grecque

Apocrypha 31 (2020): Apocryphes et pseudépigraphes. Études en hommage à Sever Voicu, réunies par Francesca P. Barone et Anne-Catherine Baudoin

Le volume 31 de la revue Apocrypha, qui vient de paraître, contient des études en honneur de Sever J. Voicu, présentées lors d’un colloque tenu à Palerme les 29 et 30 octobre 2018 (« Alla ricerca dell’autore perduto: testi apocrifi, agiografici e pseudepigrafi », cf. https://manuscrits.hypotheses.org/2664). Elles portent sur des textes pseudépigraphes et apocryphes, qui sont examinés du point de vue de leur production ou de leur transmission.

 http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503591988-1

Continuer la lecture de Apocrypha 31 (2020): Apocryphes et pseudépigraphes. Études en hommage à Sever Voicu, réunies par Francesca P. Barone et Anne-Catherine Baudoin

Mon expérience de stage à l’irht

Je m’appelle Giada Di Giuseppe et je suis une étudiante italienne de l’Université de Rome ‘La Sapienza’, en master 2 en ‘Philologie, littérature et histoire du monde ancien’. Je m’intéresse en particulier aux Pères de l’Église de l’Orient Chrétien, notamment à la correspondance apocryphe entre Basile de Césarée et le rhéteur Libanios et je travaille sous la direction de Gianfranco Agosti.

Grâce à une bourse européenne Erasmus+ Traineeship, j’effectue actuellement un stage à l’IRHT, au sein de la Section grecque et de l’Orient chrétien, depuis le milieu du mois de mars 2021 jusqu’à la fin du mois de juillet, pour un total de 4 mois, qui inclut un prolongement d’un mois suite à ma demande.

Continuer la lecture de Mon expérience de stage à l’irht

Les lectionnaires du Fonds 488 des Archives nationales d’Albanie

Il a souvent été question dans les colonnes de ce blog du Fonds 488 des Archives nationales de la République d’Albanie, à Tirana, et, notamment, des tétraévangiles. L’histoire de la recherche y a également été évoquée à de nombreuses reprises et les figures emblématiques de cette histoire: le métropolite de la ville de Bérat, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης, celle de Monseigneur Pierre Batiffol et, plus récemment, celle du bibliste Alfred Schmidkte, sont désormais un peu mieux connues.

Sans prétendre à une vision d’ensemble du fonds, qui compte désormais 130 manuscrits grecs[1], et dont le catalogage exhaustif est en cours de publication sous la direction de nos collègues albanais, notre étude se poursuit modestement aujourd’hui avec l’examen des lectionnaires ainsi définis par Caspar René Gregory en 1909 (Textkritik des Neuen Testamentes, Bd I, 1909, p. 329):

Lesebücher sind Bücher, die statt des fortlaufenden Textes sei es der vier Evangelien, sei es der Apostelgeschichte oder der Briefe, nur Lesestücke enthalten.

Les lectionnaires sont des livres qui, au lieu de contenir le texte continu, soit des Évangiles, soit des Actes des apôtres ou des Épîtres, n’en présentent que des lectures.

Arkivi Qëndror i Shtetit,, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 36, f. 187r © Luc Brogly-Didier Lafleur

Le Fonds 488 compte 18 lectionnaires, dont 15 peuvent être considérés comme « complets », c’est-à-dire qu’ils comportent à la fois un synaxaire (célébration des fêtes mobiles), et un ménologe (célébration des fêtes fixes); à ces quinze manuscrits s’ajoutent trois fragments (15+3). Tous ces manuscrits sont écrits en lettres minuscules à l’exception de ANA 3[2] qui est un oncial. À ce stade de notre étude plusieurs points peuvent être d’ores et déjà, avancés: Continuer la lecture de Les lectionnaires du Fonds 488 des Archives nationales d’Albanie

Recherches sur les manuscrits et les bibliothèques dans le monde grec et l'Orient chrétien

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search