Archives par mot-clé : tradition manuscrite

La transmission des herbiers grecs (2) – Conférences EPHE, 2023-2024

 

Dans la lignée de la série de conférences présentées en 2022-2023 à l’École pratique des Hautes Études – Section des Sciences historiques et philologiques, ce nouveau cycle de 10 conférences poursuivra l’étude des manuscrits grecs contenant des textes consacrés aux plantes. Continuer la lecture de La transmission des herbiers grecs (2) – Conférences EPHE, 2023-2024

“La transmission des herbiers grecs, de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge”. Cycle de conférences à l’EPHE, 2022-2023

Wien, ÖNB, cod. med. gr. 1, ff. 75v-76r (Dioscoride de Vienne)

Aux confins de la science et de l’art, un herbier se présente sous la forme d’un livre qui peut se décliner selon de multiples modalités, variant parfois au fil des siècles. L’enseignement se propose d’aborder la période qui précède le développement de la botanique en tant que science dans l’Europe occidentale du XVIe siècle, en se donnant pour objet le livre manuscrit grec contenant des textes consacrés aux plantes et à leurs usages, parfois accompagnés d’illustrations. Il est le fruit de recherches personnelles encore pour partie inédites menées depuis une quinzaine d’années. Continuer la lecture de “La transmission des herbiers grecs, de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge”. Cycle de conférences à l’EPHE, 2022-2023

La tradition manuscrite des traités botaniques de Théophraste – annonce de séminaire

Dans le cadre du Séminaire “Manuscrits en Méditerranée” (IRHT, Section grecque et Orient chrétien).

Le mardi 21 janvier, 13h-15h. IRHT, Campus Condorcet (Aubervilliers), Bâtiment Recherche Nord.

Les Recherches sur les plantes de Théophraste et – dans une moindre mesure – les Causes des plantes sont parmi les traités de botanique les plus importants de l’Antiquité. On les considère comme les ouvrages fondateurs de la botanique moderne. 

Cependant, c’est presque par miracle que nous les connaissons aujourd’hui : ils font partie des ouvrages assez nombreux de l’Antiquité qui ne nous sont parvenus que par un unique manuscrit, byzantin en l’occurrence. Plus précisément : il y a, au total, une vingtaine de manuscrits mais tous les autres (ou quasiment tous) descendent d’un même exemplaire, l’actuel codex Urbinas gr. 61 de la Biblioteca Apostolica Vaticana.

Une analyse de cette tradition manuscrite a déjà été effectuée, notamment par les deux derniers éditeurs, Benedict Einarson et Suzanne Amigues, mais leur point de vue a été essentiellement philologique. Dans le cadre de ce séminaire, je voudrais essayer de contextualiser cette tradition manuscrite et d’examiner concrètement comment le texte a circulé, par l’intermédiaire de quelles personnes. Qui l’a lu, qui l’a copié, qui l’a commenté, qui l’a traduit ? Pourquoi ? Comment ?

On s’attachera en particulier à la question du transfert du texte depuis Constantinople jusqu’à l’Italie humaniste, dans la première moitié du 15e siècle.