Archives par mot-clé : mis-en-avant

Mission à Istanbul et Chalki

Du 5 au 11 octobre 2019, André Binggeli, Matthieu Cassin et Marie Cronier ont effectué une mission à Istanbul.

Au cours d’une audience, ils ont officiellement remis à Sa Sainteté Bartholomée Ier le Catalogue des manuscrits de la Sainte-Trinité de Chalki  (aujourd’hui conservés au Patriarcat Œcuménique de Constantinople), qu’ils ont fait paraître cette année et auquel a également participé Matoula Kouroupou.

Audience avec le patriarche Bartholomée Ier

Continuer la lecture de Mission à Istanbul et Chalki

La Section grecque et de l’Orient Chrétien accueille à nouveau ses lecteurs au Campus Condorcet

La section grecque et de l’Orient chrétien est désormais installée dans ses nouveaux locaux sur le Campus Condorcet (Aubervilliers): 

À partir du 12 novembre 2019, elle accueille à nouveau les lecteurs, et une permanence sera assurée par les membres de l’équipe les mardi et jeudi de 13h30 à 17h30. 

La documentation (catalogues de manuscrits et microfilms de la section grecque et de l’Orient chréiten, mais aussi des autres sections de l’IRHT) est désormais consultable dans une grande salle de documentation lumineuse, au rez-de chaussée du bâtiment recherche nord du Campus Condorcet.

Informations pratiques:
Accueil les mardi et jeudi de 13h30 à 17h30

IRHT, Campus Condorcet
Bâtiment Recherche Nord
14, rue Waldeck Rochet Aubervilliers
Rez-de-chaussée, salle 47

Métro ligne 12, Front Populaire
RER B, La Plaine-Stade de France

Inscriptions syriaques de Turquie : résultats de la première mission de prospection

Séminaire “Manuscrits en Méditerranée” (IRHT, Section grecque et orient chrétien), 7 novembre 2019

La séance de séminaire sera animée par Simon Brelaud (Orient & Méditerranée), Jimmy Daccache (Yale University) et Flavia Ruani (IRHT).
 
On y donnera une présentation de la première mission du projet RIS-Turquie (Recueil des Inscriptions Syriaques), qui a eu lieu en juillet 2019 et qui s’est concentrée sur les provinces de Šanlıurfa et Gaziantep, au sud-est de la Turquie.

 
Seront abordées les questions de méthode, de prospection et de mise en place de collaborations avec les archéologues turcs. Nous présenterons des inscriptions déjà publiées, mais aussi des nouvelles découvertes à la fois dans des endroits connus et sur de nouveaux sites.
La mission confirme l’ampleur et l’importance de la présence historique des chrétiens syriaques dans ces régions.
 
Informations pratiques:
Jeudi 7 novembre 2019, 13h-14h30

IRHT, Campus Condorcet
Bâtiment Recherche Nord
14, rue Waldeck Rochet Aubervilliers
2e étage, salle 2001

Métro ligne 12, Front Populaire
RER B, La Plaine-Stade de France

Renseignements: Flavia Ruani

Déménagement de la section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT au Campus Condorcet

Le vendredi 12 juillet au soir, la section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT fermera ses portes. Elle ne rouvrira aux lecteurs qu’après son déménagement sur le Campus Condorcet, à Aubervilliers (Bâtiment Recherche Nord). Ce déménagement est prévu pour septembre 2019. Cependant, il est impossible en l’état actuel de préciser la date à laquelle nous pourrons rouvrir aux lecteurs : cela risque de n’être possible, au mieux, qu’au début de l’année 2020.

Nous invitons donc fortement tous ceux qui pourraient avoir besoin de nos collections de reproductions de manuscrits ou de livres à venir les consulter avant le 12 juillet 2019, au Collège Sainte-Barbe. D’autre part, nous recommandons vivement aux collègues étrangers qui prévoient de séjourner à Paris pour consulter nos collections de reporter leur voyage, au plus tôt, au premier semestre 2020.

Photo du chantier du Grand équipement documentaire (H. Wijsman)
Photo Hanno Wiksman (mars 2019)

Enfin, la construction du Grand équipement documentaire (dans lequel une part importante de nos livres sera versée) ayant pris un retard significatif, ces livres seront stockés hors site jusqu’à l’ouverture de cette bibliothèque et, pendant cette période, ne pourront être consultés que par un système de navettes. Il faut donc prévoir, même après l’ouverture aux lecteurs de nos locaux sur le Campus Condorcet, des difficultés sérieuses de consultation d’une bonne partie de nos fonds documentaires, et ce pour une durée indéterminée.

N’hésitez pas à nous contacter en cas de besoin (grecque[at]irht.cnrs.fr), et anticipez autant que possible votre venue à la section, avant le déménagement.

Nouvelle parution : Catalogue des manuscrits de la Ste-Trinité de Chalki

La Section grecque de l’IRHT est particulièrement heureuse d’annoncer une nouvelle parution :

André Binggeli, Matthieu Cassin, Marie Cronier & Matoula Kouroupou, Catalogue des manuscrits conservés dans la Bibliothèque du Patriarcat Œcuménique. Les manuscrits du monastère de la Sainte-Trinité de Chalki. I, notices descriptives. II, illustrations, Turnhout, Brepols, 2019. ISBN 978-2-503-57434-9. 2 vol., 886 p., 359 planches.

Le Catalogue, le second de la série consacrée aux manuscrits grecs conservés au Patriarcat œcuménique à Istanbul, décrit les manuscrits provenant du monastère de la Sainte-Trinité situé sur l’île de Chalki. Le premier volume contient la description des 147 manuscrits qui constituent ce fonds ; le second volume est réservé aux illustrations, soit 359 planches photographiques, pour la plupart en couleur (écritures, décors, reliures, petits fers de reliure).

Le fonds de la Sainte-Trinité fut principalement constitué des manuscrits rassemblés à l’époque de la refondation du monastère de la Sainte-Trinité par le futur patriarche Métrophane III (1565-1572, 1578-1580) au milieu du 16e siècle et dans les décennies qui suivirent. Il s’agit d’une bibliothèque monastique, et les manuscrits ont principalement un contenu liturgique et religieux, même si la littérature classique n’en est pas absente. D’autre part, elle a été fondée par un futur patriarche, bibliophile de surcroît, qui a continué à la protéger et à l’enrichir une fois devenu patriarche ; de ce fait, la presque totalité des manuscrits est antérieure au 16e siècle, et on y trouve un nombre important de manuscrits anciens de belle facture, mais aussi des manuscrits contenant des textes rares ainsi que plusieurs palimpsestes. Les abondantes annotations qu’ils portent en font une source de premier ordre pour écrire l’histoire du monastère de la Sainte-Trinité, qui fera l’objet d’un volume séparé dans la même série, et plus largement du Patriarcat et des institutions monastiques de Constantinople et de sa région sous l’Empire ottoman.

Réalisé sous l’égide de Sa Sainteté Bartholomée, dans le cadre d’un programme plus large sur l’histoire des bibliothèques grecques dans l’Empire ottoman financé par l’Agence nationale de la recherche, ce catalogue est l’œuvre de quatre chercheurs de la Section grecque de l’IRHT (CNRS) : André Binggeli, Matthieu Cassin, Marie Cronier et Matoula Kouroupou.

Identifier et répertorier l’origine des manuscrits: le cas complexe du Fonds 488

La récente publication du Supplément au Répertoire des bibliothèques et des catalogues de manuscrits grecs (ci-après RSO), par Jean-Marie Olivier (Corpus Christianorum, 2 vol., Turnhout: Brepols, 2018), a de nouveau mis en relief toute la difficulté de s’orienter dans des fonds de manuscrits grecs peu et mal décrits, tel le Fonds 488 des Archives nationales d’Albanie. En 1995 déjà, lors de la publication de son Répertoire (ci-après RRO), l’auteur notait que « moins bien sont connus les manuscrits d’une collection, plus longue est la notice qui leur est consacrée »[1]. Rien n’est plus vrai pour l’Albanie et les notices dédiées à certains autres fonds en témoignent.

L’auteur attribue une entrée à douze villes et villages albanais : « [Ardenicë], [Berat], [Elbasan], [Gjirokastër], [Kolkondas], [Korçë], [Nivitsa], [Përmet], Tiranë, [Vithkuq], [Vlorë], [Voskopojë] » (RSO, p. 87), qui sont/seraient les lieux d’origine des manuscrits sur le sol albanais et non – il s’entend – le lieu de leur production. Comme il est dit auparavant (ibid., p. 55), « sont mis entre crochets droits les noms de villes, provinces et autres lieux, dont les collections de mss grecs ont été entièrement détruites ou déplacées, en italique ceux des villes, etc., dont les bibliothèques ne possèdent que quelques mss grecs ». L’entrée Shqipëria (Albanie, pp. 55, 85-87), est dévolue à des études générales et à des catalogues d’exposition dont trois sont sensiblement issus de la même exposition (voir ci-dessous).

Les entrées Berat (pp. 195-203), et Tiranë (pp. 1252-1255), résument à elles seules les difficultés rencontrées par J.-M. Olivier pour offrir une synthèse cohérente des diverses publications qui ont trait aux manuscrits d’Albanie. L’auteur accomplit un véritable tour de force en compilant ainsi autant de données, souvent contradictoires, et en soulignant avec justesse une incohérence patente entre les différentes provenances des manuscrits cités ainsi qu’entre les planches et les textes des publications qui s’y rattachent[2]. À titre d’exemple, dans le catalogue d’exposition de 2010 (RSO 288g)[3], la provenance des manuscrits est erronée aux pp. 22, 23, 28 et 30 puisqu’il faut lire « VLORËS », et non « BERATIT », les manuscrits 5, 7, 10 et 11 étant originaires de la ville albanaise de Vlora et non Bérat (voir RSO, p. 1299). Pour ajouter à la confusion, les indications des planches 5 et 6 de ce même catalogue d’exposition sont elles aussi erronées, mais correctement légendées cette fois pour les planches 9 et 10 qui correspondent aux manuscrits 10 et 11! Source d’erreur en raison de négligences éditoriales récurrentes, l’indication de la provenance du manuscrit dans la cote, pour les manuscrits du Fonds 488, est à abandonner définitivement.

Nous donnons ci-après quelques éléments pour, éventuellement, souligner quelques imprécisions mineures dans la masse de travail que représente ce Supplément et dont l’auteur doit être grandement remercié.

Entrée Shqipëria (pp. 85-87)

    • les entrées 288i (catalogue d’exposition de Korça, 2011), et 288j (catalogue d’exposition de Tirana, 2012) ont un contenu similaire, hormis quelques préfaces supplémentaires dans 288i. Ces deux « catalogues » sont en fait la réimpression plus ou moins abrégée d’un autre « catalogue » d’exposition qui s’est tenu lui aussi à Tirana, en 2010 (RSO 288g).
    • l’entrée 288k correspond à la thèse (en grec) de Meri Kumbe sur six manuscrits musicaux du Fonds 488 (mss. 23, 81, 72, 87, 90 et 95). J.-M. Olivier ne mentionne pas la version papier (en albanais) de ce document pdf: Dorëshkrime muzikore të Arkivit Qendror Shtetëror. Katalog, Tiranë: Drejtoria e Përgjithshme të Arkivave-Universiteti Arteve, 2013.
    • concernant l’entrée 288ea, l’auteur a raison de souligner qu’il s’agit de l’« adaptation en anglais de descriptions données au n. 288a», à savoir le volume Kodikët e Shqipërisë, publié (seulement) en langue albanaise sous les auspices de l’UNESCO, en 2003.
  • curieusement, l’auteur ne donne aucun numéro d’ordre pour le texte du Métropolite de Bérat, Anthime Alexoudis, où ce dernier décrivait, dès 1868, plusieurs manuscrits[4]. Cette Description abrégée figure pourtant, dans sa traduction albanaise, dans le volume Kodikët e Shqipërisë, publié en 2003 (RSO 288a), et fut traduite en son temps par Batiffol (RRO et RSO 556).

Entrée Ardenicë (p. 117)

  • concernant la référence 288b (Popa, 2003), lire pp. « 175-177 », et non « 175-176 ».

Entrée Berat (pp. 195-203)

    • aux pp. 195-196 et sqq., après le paragraphe concernant l’entrée 557, l’auteur liste les manuscrits provenant de Bérat selon les différentes sources qu’il a pu consulter et signale avec raison (p. 196, n. 1), les divergences concernant le ms. 74. Ce manuscrit est effectivement mentionné comme originaire du village de Voskopoja par 288e (Ahmeti-Sinani, 2003), mais aussi par la liste officielle (non publiée) du Fonds 488.
    • p. 196, la référence 288c (Mullen, 2003), omet les pp. 228-229 qui correspondent aux fragments de manuscrits provenant eux aussi de Bérat (Fragment 2, Fragment 12 et Fragment 15).
    • p. 197, la référence 288f (Popa, 2006), indique le « cod. 1 » à la « p. 17 et trois pll. » alors qu’il n’y en a que deux; la planche intercalée correspond en fait au manuscrit 4 (f. 3r, indiquée avec erreur dans la publication albanaise comme « Kanon i Kodikut të Purpurt, fl. 3 » sic).
    • p. 197, concernant la référence 288g (Rembeci-Çunga, 2010), lire pp. « 31-55 », et non « 31-54 ».
  • p. 198, n. 1, l’auteur note avec justesse que, « curieusement, dans la version électronique de la Kurzgefasste Liste le cod. Φ est donné comme conservé à Tiranë sous le n° 16 (qui pourrait être le cod. VII du n. 556) ». Si le rapprochement de l’INTF peut sembler curieux, le rapprochement de J.-M. Olivier est, lui, entièrement justifié puisque Pierre Batiffol parle effectivement d’« un lectionnaire mutilé, membranaceus in-quarto du XIIIe siècle » (p. 441), sous son n° « VII ». Il pourrait donc s’agir du lectionnaire 2442 (Gregory-Aland l2442).

Entrée Gjirokastër (p. 454)

  • concernant la référence 288g (Rembeci-Çunga, 2010), l’auteur note la planche 34 pour le « cod. 80 », mais ne signale pas que la légende est erronée, attribuant, en fin de catalogue, la planche 34 au « Kodiku i Gjirokastrës nr. 66 » (Manuel Malaxos), et non 80. Le manuscrit « Kodiku i Gjirokastrës nr. 80 » (hymnes liturgiques), correspond en fait à la « Figura 38 ».

Entrée Korçë (pp. 645-647)

  • p. 646, la référence 288f (Popa, 2006), ne prend pas en compte le ms. 88 pourtant bien donné comme provenant de Korça par Popa lui-même à la p. 56, même si, dans l’ouvrage original, la note de bas de page indique « Duhet të bëhet fjalë për Kodikun e 88-të të Beratit dhe jo të Korçës, sikurse është shënuar në variantin original të daktilografuar ». La même remarque vaut aussi pour le manuscrit 95, lui aussi provenant de Korça selon 288f (p. 59). Aucune incertitude concernant la provenance de ces deux manuscrits n’est relevée.

Entrée Vlorë (pp. 1298-1300)

  • p. 1299, l’auteur ne signale pas que, dans la référence 288ea, Lena attribue (par erreur) le manuscrit 84 à la ville de Vlora. Enfin, concernant la référence 288b (Popa, 2003), la planche de la p. 137 correspond en fait au manuscrit 11 (f. 1r), et non au manuscrit 10.

Luc Brogly – Didier Lafleur

  [1]  Répertoire des bibliothèques et des catalogues de manuscrits grecs de Marcel Richard. Troisième édition entièrement refondue, col. Corpus Christianorum, Turnhout: Brepols, 1995, p. III.

  [2]   Voir aussi les entrées Elbasan (p. 411), Kolkondas (p. 642), Nivitsa (p. 892), Permët (p. 1012), Tiranë (pp. 1252-1255), Vithkuq (p. 1298), Voskopojë (p. 1301).

  [3]  RËMBECI, A.-ÇUNGA, S. me bashkëpunimin shkencor të CELIKAS A. (collab.), Dorëshkrime Bizantine dhe Pasbizantine në Shqipëri. Katalog i ekspozitës, Tiranë, 2010.

  [4]  Σύντομος Ἱστορικὴ Περιγραφὴ τῆς Ἱερᾶς Μητροπόλεως Βελεγράδων καὶ τῆς ὑπὸ τὴν πνευματικὴν αὐτῆς δικαιοδοσίαν ὑπαγομένης χώρας, νῦν πρῶτον συνταχθεῖσα καὶ ἰδίοις ἀναλώμασι τύποις ἐκδοθεῖσα ὑπὸ τοῦ Μητροπολίτου Βελεγράδων Ἀνθίμου Δ. Ἀλεξουδη τοῦ ἐκ Μαδύτων τῆς Θρᾳκικής Χερσονήσου, Ἐν Κέρκυρᾳ: Τυπογραφεῖον « Η ΙΟΝΙΑ » Ἀδελφῶν Κάων, pp. 113-115.

Bandeaux rigolos

On connaît bien les magnifiques pylai (ou “portes”), principal ornement des manuscrits grecs, dont regorgent les manuels d’histoire de l’art.De fait, le livre byzantin se signale d’une manière générale par sa grande sobriété décorative, qui surprend toujours l’œil habitué aux exubérances des enluminures occidentales. Pour les manuscrits grecs de facture peu luxueuse, l’ornementation se réduit souvent à de simples bandeaux tracés à l’encre de rubrication, avec des motifs d’entrelacs, de végétaux ou de formes géométriques, laissant une place somme toute assez restreinte à la fantaisie. Continuer la lecture de Bandeaux rigolos