Archives par mot-clé : Manuscrits

Vient de paraître: Greek New Testament Manuscripts from Albania

La Section grecque de l’IRHT est très heureuse d’annoncer la parution d’un volume consacré aux manuscrits grecs du Nouveau Testament conservés en Albanie :

D. Lafleur – L. Brogly, Greek New Testament Manuscripts from Albania (New Testament Tools and Studies 57),  Leiden-Boston, 2018

Continuer la lecture de Vient de paraître: Greek New Testament Manuscripts from Albania

Tout sur le logo du 9e CIPG

Certains d’entre vous auront peut-être été déconcertés par l’image sur laquelle s’ouvrait mon dernier billet, annonçant le programme du prochain Colloque international de Paléographie grecque.

Ce n’est pas au hasard qu’elle a été choisie comme emblème pour le Colloque et je ne résiste pas au plaisir de vous en dévoiler les raisons. Continuer la lecture de Tout sur le logo du 9e CIPG

Annonce: IXe Colloque internationale de paléographie grecque

IXe Colloque international de Paléographie grecque
Le livre manuscrit grec : écritures, matériaux, histoire
à la mémoire de Paul Canart
Lundi 10 septembre – Samedi 15 septembre 2018, Paris
(lundi–jeudi en Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne, Paris 5e
vendredi–samedi à l’École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, Paris 5e)

Inscription gratuite mais obligatoire à cipg.paris2018@gmail.com

Programme

(dernière mise à jour: 30.08.2018)
Lundi 10 septembre 2018 – Sorbonne, amphi Guizot (17 rue de la Sorbonne, Paris 5e)

12.30 Accueil des participants (à l’EPHE: Sorbonne, escalier E, 1er étage)
13.45 Ouverture du colloque par Brigitte MONDRAIN, présidente du CIPG, Morgane CARIOU, Marie CRONIER, Philippe HOFFMANN et Émeline MARQUIS

I. Pratiques spécifiques d’écriture dans le Moyen Âge byzantin
coordonné par Boris Fonkič et Dieter Harlfinger

14.00 Maria XENAKI (Athènes / Paris), L’écriture des inscriptions monumentales des IXe-Xe siècles.
14.30 Georgi PARPULOV (Sofia), A Twelfth-Century Style of Calligraphy: The « Typographic » Minuscule.
15.00 Roberta DURANTE (Rome), Iniziali e immagini a confronto. Alcuni esempi tratti da codici salentini.
15.30 André JACOB (Rome), Épigraphie byzantine en Terre d’Otrante.
16.00 Pause café (Sorbonne, École pratique des Hautes Études – escalier E, 1er étage)
16.30 Marie CRONIER (Paris), Traduire et transcrire la médecine arabe en grec : le cas du Vindobonensis med. gr. 21.
17.00 Donatella BUCCA (Messine), Grafie, notazioni, impaginazione nei manoscritti musicali bizantini: dalla Rinascenza Macedone all’età comnena.
17.30 Lutz KOCH (Berlin), Die Schriftform von Marginalien in einigen Aristotelischen Manuskripten.

18.00 Hommage à Mgr Paul Canart

Cesare PASINI (Vatican), Mons. Paul Canart : 60 anni alla Biblioteca Vaticana.

19.00 Présentation de l’exposition Le Livre grec et l’écriture
(éditions grecques de l’ENS et manuscrits grecs de la Bibliothèque Mazarine)
à l’École normale supérieure – 45 rue d’Ulm, suivie d’une réception
Mardi 11 septembre 2018 – Sorbonne, amphi Descartes le matin ; amphi Guizot l’après-midi
Pratiques spécifiques d’écriture dans le Moyen Âge byzantin (suite)
Sorbonne, amphi Descartes

9.00 Flora KRITIKOU (Athènes), The Sinai « New Finds » : Identifying the musical fragments.
9.30 Rachele RICCERI (Gand), Book Epigrams on the Psalter : Manuscript Evidence and Editorial Approach.
9.45 Mihail MITREA (Newcastle), Novel insights on the marginal notes and « editorial » practices of Philotheos Kokkinos.
10.00 Ottavia MAZZON (Padoue), De la digraphie à la multigraphie ? Le cas de Georges Galésiotès.
10.15 Pause café (Sorbonne, École pratique des Hautes Études – escalier E, 1er étage)

II. Qui est le copiste au travail ?
coordonné par Ernst Gamillscheg et Sofia Kotzabassi

10.45 Francesco D’AIUTO (Rome), Da alpha ad ayb: per le origini greche dell’alfabeto armeno.
11.15 Mariafrancesca SGANDURRA (Rome), Identificazione di alcuni copisti dei manoscritti greci della Biblioteca di Santa Caterina del Sinai.
11.45 Mark HUGGINS (Édimbourg), Neophytos Enkleistos’ Catechesis 12 On the Resurrection Homily of saint John Chrysostom: An examination of Neophytos’ autograph ms. Laing 811 (University of Edinburgh Library 224) in conjunction with Paris. suppl. gr. 1317.
12.00 Sien DE GROOT (Gand), The Manuscripts Flor. BML Plut. 13 Dext. 1, 2 and 3 : a Curious Case of Bilingualism.
12.15 Paraskevi TOMA (Münster), Deciphering a Biliterate Identity: The Latin-Greek Autographs of Nikolaos of Otranto.
12.30 Déjeuner libre

Qui est le copiste au travail ? (suite)
Sorbonne, amphi Guizot

14.30 Inmaculada PÉREZ MARTİN (Madrid), Le livre manuscrit comme scénario de la rivalité entre érudits byzantins.
15.00 Elisa BIANCHI (Milan), Osservazioni sull’Ambrosiano C 308 inf. (gr. 917), importante testimone delle opere etico-religiose dell’imperatore Teodoro II Lascaris.
15.15 Paula CABALLERO SÁNCHEZ (Malaga), Lo scriba paleologo : verso nuovi criteri di identificazione.
15.30 Carole HOFSTETTER (Paris), Les traces d’un enseignement mathématique de la main de Jean Chortasménos : le témoignage de l’Urbinas graecus 80.
15.45 Pause café (Sorbonne, École pratique des Hautes Études – escalier E, 1er étage)
16.15 Raúl ESTANGÜI GOMEZ (Paris), Étude et identification d’un secrétaire de la chancellerie patriarcale de la fin du XIVe siècle.
16.45 David SPERANZI (Florence), Il metropolita e il cavaliere. Un codice misconosciuto da Costantinopoli alla Nazionale di Firenze.
17.15 Antonio ROLLO (Naples), Il greco nell’Occidente medievale : mani e pratiche di scrittura.
19.00 Buffet dînatoire (Sorbonne, École pratique des Hautes Études – escalier E, 1er étage)

Mercredi 12 septembre 2018 – Sorbonne, amphi Milne Edwards (escalier B, 2e étage) et École pratique des Hautes Études – escalier E, 1er étage pour les posters
Qui est le copiste au travail ? (suite)

9.00 Fabio VENDRUSCOLO (Udine), Un copiste Ἱλαρίων μοναχός à l’identité inattendue.
9.30 Morgane CARIOU (Paris), La production manuscrite de Georges Basilikos.
10.00 Anna GASPARI (Rome), Un inedito dialogo sul taglio della barba copiato da Nicola Sofianos?
10.30 Konstantina KEFALLONITI (Paris), Nicolas Sophianos, copiste-imprimeur : une confrontation de ses écritures.
10.45 Marie-Laure MONFORT (Paris), Janus Cornarius (ca. 1500-1558) est-il le copiste de la partie récente des Parisini graeci 2255-2254 ?
11.00 Pause café (Sorbonne, École pratique des Hautes Études – escalier E, 1er étage)
11.30-13.00

III. Posters (École pratique des Hautes Études)

1. Jana GRUSKOVÁ, Gunther MARTIN et alii (Vienne), The Digital Recovery of the Scythica Vindobonensia
2. Maxim VENETSKOV (Leuven), Les scholies à l’Échelle et leur mise en forme dans les manuscrits.
3. Sergio AMERICANO (Potenza / Paris), L’epitome du Pandecte de l’Écriture Sainte d’Antiochos de Saint-Sabas (CPG 7842-7844) dans le Parisinus gr. 852.
4. Stavroula GEORGIOU (Athènes), Trois versions différentes d’un texte – livre I du De urinis de Jean Zacharias Actouarios – dues au même copiste.
5. Andrea CUOMO (Vienne), Das mittelalterliche Griechisch und die Lehrbücher der Paläologenzeit.
6. Grigory VOROBYEV (Innsbruck / Saint-Pétersbourg), À propos des systèmes de réglure des manuscrits sur papier : le cas de Démétrius Chalcondyle.
7. Saskia DIRKSE (Munich), Introducing the Structural Visualization of Manuscripts (StruViMan): Principles, Methods, Aims and Prospects.
13.00 Déjeuner libre

IV. Paléographie et philologie
coordonné par Christian Brockmann et Erich Lamberz

15.00 Georgios MAKRIS (Bochum), Redating the Vienna Dioscurides.
15.30 Peter ISÉPY (Munich), Der verschollene Teil des Codex Vind. Phil. gr. 100, die « Collezione filosofica » und das Kloster San Nicola di Casole.
16.00 Stefano MARTINELLI TEMPESTA (Milan), Planude e Triclinio. Nuovi materiali per una vecchia questione.
16.30 Pause café (Sorbonne, École pratique des Hautes Études – escalier E, 1er étage)
17.00 Pantelis GOLITSIS (Thessalonique), Du nouveau sur les manuscrits de Georges Pachymère.
17.30 Diether Roderich REINSCH (Berlin), Μερικές παρατηρήσεις για τον κυπριακό κώδικα Parisinus graecus 400.
18.00 Renate BURRI (Berne), Le Monac. gr. 223 et le problème des deux versions différentes de la troisième lettre de Grégoire Palamas à Grégoire Acindynus.

Jeudi 13 septembre 2018 – Sorbonne, amphi Milne Edwards (escalier B, 2e étage)
Paléographie et philologie (suite)

9.00 Venetia CHATZOPOULOU (Athènes), Reginald Pole, Bernardino Sandro et Dimitrios Zinos : à propos du modèle de l’édition princeps des Ascétiques de Saint Basile par Stefano Nicolini da Sabbio (Venise, 1535).
9.30 Fevronia NOUSSIA (Patras), Robert Estienne’s editio princeps of Manuel Moschopoulos’ Peri schedon.
10.00 Stefano VALENTE (Hambourg), Kommentare zu der Zweiten Analytik des Aristoteles aus der Spätantike und byzantinischer Zeit: alte und neue Handschriftenfunde.
10.30 Mariella MENCHELLI (Pise), Tradition manuscrite et formes du livre dans le commentaire de Proclus sur le Timée. Le rôle du rouleau de Patmos Eileton 897 et de quelques manuscrits dans l’histoire du texte de Proclus.
11.00 Pause café (Sorbonne, École pratique des Hautes Études – escalier E, 1er étage)
11.30 Émeline MARQUIS (Paris / Berlin), Le corpus épistolaire de l’Harleianus 5566 : lettres de Brutus, de Théophylacte Simocatta et d’Alciphron.
12.00 Margherita LOSACCO (Padoue), Théophile d’Antioche, Ad Autolycum : tradition manuscrite et histoire du texte.
12.30 Christina PRAPA (Munich), Michael von Ephesus’ Kommentar zu Aristoteles’ Metaphysik: Untersuchungen zur Textüberlieferung und der Bedarf einer neuen kritischen Ausgabe.
13.00 Déjeuner libre

V. Paléographie et codicologie des manuscrits grecs copiés entre le XVIIe et le XIXe siècle
coordonné par Paul Géhin et Agamemnon Tselikas

15.00 Domenico SURACE (Salerne), La produzione manoscritta greca a Roma tra la fine del XVI e la prima metà del XVII secolo. Qualche esempio.
15.30 Michel CACOUROS (Paris), Écritures et copistes au scriptorium de Dionysiou (Athos) de la fin du XVIe à la fin du XVIIe siècle.
16.00 Chariton KARANASIOS (Athènes), The professional patriarchal copyist Michael Byzantios (ca. 1700).
16.30 Pause café (Sorbonne, École pratique des Hautes Études – escalier E, 1er étage)

17.00. Zisis MELISSAKIS (Athènes), Restauro e rilegatura di manoscritti nel monastero di Patmos durante il periodo post bizantino.
17.30 Emmanouil GIANNOPOULOS (Thessalonique), Important musical manuscripts of the XVIIth-XIXth centuries. Ιdentification of their scribes, palaeographical and musicological importance.
18.00 Vera TCHENTSOVA (Oxford / Moscou), Scribes et enlumineurs de grammata grecs. Le témoignage des archives de Moscou (seconde moitié du XVIIe siècle).
18.30 Agamemnon TSELIKAS (Athènes), L’attività codicografica nei secoli 17-18 in mondo greco.
19.15 Buffet dînatoire (Sorbonne, École pratique des Hautes Études – escalier E, 1er étage)

Vendredi 14 septembre 2018 – École normale supérieure, salle Dussane (45 rue d’Ulm, Paris 5e)
VI. Nouvelles technologies et nouvelles perspectives dans l’étude des manuscrits
coordonné par Philippe Hoffmann et Nigel Wilson

9.00 Patrick ANDRIST (Munich), Au croisement de la modularité et de la paratextualité : techniques et intentions des producteurs de codex.
9.30 Chiara FARAGGIANA (Bologne), Image numérique, paléographie, philologie : trois servantes maîtresses. Du travail en alternance au travail en équipe.
10.00 André-Louis REY (Genève), Les images numériques au service de la reconstitution de l’histoire du livre manuscrit : l’exemple du Genavensis gr. 44 de l’Iliade.
10.30 Pause café
11.00 Claudia RAPP (Vienne), The Sinai Palimpsests Project: A Window into the Cultural Practices of the Christian Orient.
11.30 Giulia ROSSETTO (Vienne), Greek Palimpsests at St. Catherine’s Monastery : an Overview.
11.45 Véronique SOMERS, Nouvelles perspectives dans l’étude de deux palimpsestes viennois.
12.15 Déjeuner libre

Nouvelles technologies et nouvelles perspectives dans l’étude des manuscrits (suite)

14.00 Elina DOBRYNINA (Moscou), Considerations on the dating of Codex Coislinianus.
14.30 Dorotei GETOV (Sofia), The Greek Manuscripts in the National Library Sts. Cyril and Methodius, Sofia (with an Excursus on Cataloguing Technique).
15.00 Didier LAFLEUR et Luc BROGLIE (Paris), Le fonds 488 des Archives nationales d’Albanie : Pérennité des sources grecques au coeur des Balkans.
15.30 Nikos AGIOTIS (Berlin), The Aristotelian Manuscripts of the Monastery of Korona.
16.00 Ángel ESCOBAR CHICO (Saragosse), Aristoteles Hispanus: presentación de un proyecto editorial.
16.30 Pause café

VII. Bibliothèques et circulation des livres
coordonné par Giuseppe De Gregorio et Santo Lucà

17.00 Giuseppe PASCALE (Milan), Letture e biblioteche in Italia meridionale tra il X e il XIV secolo: i palinsesti Ambr. A 45 sup. e G 36 sup.
17.30 Michele BANDINI (Potenza), Il Vat. gr. 141 di Appiano: gli uomini dietro il codice.

Samedi 15 septembre 2018 – École normale supérieure, salle Dussane (45 rue d’Ulm, Paris 5e)
Bibliothèques et circulation des livres (suite)

9.00 Christian FÖRSTEL et François VINOURD (Paris), Reliures constantinopolitaines des XIVe et XVe siècles : questions de localisation et de datation.
9.30 Luigi ORLANDI (Berlin), Scritture mimetiche e circolazione di libri nel milieu di Andronico Callisto.
10.00 Ciro GIACOMELLI (Padoue), Codici di commentatori di Aristotele nella Biblioteca Marciana di Venezia: primi risultati di uno spoglio del fondo e prospettive di ricerca.
10.15 Carmen GARCÍA BUENO (Madrid), The Library of Michael Hermodoros Lestarchos.
10.30 Pause café
11.00 Pierre AUGUSTIN (Paris), Monceaux et Laisné en Morée (1669) : onze manuscrits de Nauplie à la Bibliothèque nationale de France.
11.30 Andi REMBECI et Sokol ÇUNGA (Tirana), Greek Manuscripts in Albania : Book Circulations and Libraries.
12.00 Kriton CHRYSSOCHOIDIS, Zisis MELISSAKIS (Athènes) et Ekaterini MITSIOU (Vienne), Der verlorene Kodex des Typikons des Eleousa-Klosters in Strumitsa (Iberon 2345).
12.30 Conclusions du Colloque

 

Télécharger le programme : Programme CIPG 2018-définitif

Plus d’informations sur le site du CIPG

Tout savoir sur le logo et la charte graphique

Colloque du Comité international de Paléographie grecque (CIPG),
organisé par les Laboratoires de recherche
. Saprat (Savoirs et pratiques du Moyen Âge au XIXe siècle) – EA 4116 de l’EPHE
. IRHT (Institut de recherche et d’histoire des textes) – UPR 841 CNRS
. AOrOc (Archéologie et Philologie Orient et Occident) – UMR 8546 CNRS-ENS
. LEM (Laboratoire d’étude des monothéismes) – UMR 8584 CNRS-EPHE
avec le soutien de
. l’École pratique des Hautes Études, PSL
. l’École normale supérieure, PSL
. Sorbonne Université
. des LabEx
. TransferS, ENS-PSL
. HASTEC, EPHE-PSL
. de l’IRIS Scripta-PSL. Histoire et pratiques de l’écrit – programme Investissements d’Avenir, ANR référence ANA-10-IDEX-0001-02 PSL
avec la participation active de la Bibliothèque de l’École normale supérieure et la contribution précieuse de la Bibliothèque Mazarine

Inscriptions ouvertes pour le stage d’initiation au manuscrit grec et oriental (16-18/10/2018)

Le stage, du 16 au 18 octobre 2018, propose une formation initiale sur le manuscrit grec, avec une ouverture sur le domaine de l’Orient chrétien (en particulier le copte et le syriaque). Cette formation vient en complément des enseignements de paléographie, d’histoire du livre et d’histoire des textes existant par ailleurs en France. Il est destiné en priorité aux étudiants en master et en thèse et, plus largement, à tout autre public intéressé. Continuer la lecture de Inscriptions ouvertes pour le stage d’initiation au manuscrit grec et oriental (16-18/10/2018)

Appel à communication : 9e Colloque international de Paléographie grecque (10-15 septembre 2018)

 Annonce et appel à communication :

9e Colloque international de Paléographie grecque. Le livre manuscrit grec : écritures, matériaux, histoire (Paris, 10-15 septembre 2018)

Mis en œuvre par le Comité international de paléographie grecque (CIPG) et organisé par Brigitte Mondrain (EPHE, PSL, Saprat) en collaboration avec Morgane Cariou et Émeline Marquis (CNRS, AOrOc), Marie Cronier (CNRS, IRHT) et Philippe Hoffmann (EPHE, PSL, LEM), le IXe Colloque international de Paléographique grecque se tiendra à Paris, en Sorbonne, et à l’École normale supérieure 45 rue d’Ulm, du 10 au 15 septembre 2018.

Continuer la lecture de Appel à communication : 9e Colloque international de Paléographie grecque (10-15 septembre 2018)

De Bagdad à Constantinople: annonce de colloque (24-25 mai 2018)

De Bagdad à Constantinople : le transfert des savoirs médicaux (XIe-XVe s.). Colloque international — Reims, 24-25 mai 2018

Dans le récit occidental de la translatio studiorum, on ne prête souvent aux Byzantins qu’un rôle limité : ils ont copié et préservé les textes grecs de l’Antiquité dans leur langue originale. Ils sont restés en marge du vaste mouvement de traduction qui a véhiculé les savoirs d’une rive à l’autre de la Méditerranée à mesure que se déplaçaient les centres du pouvoir. Les études récentes ont approfondi les modalités de ces triples (grec-syriaque-arabe) puis doubles traductions (grec-latin, arabe-latin, arabe-hébreu) et permis de préciser le contexte culturel de leur production dans lesquels elles avaient été commanditées. Cette nouvelle cartographie des voies de transmission du savoir invite à réexaminer l’attitude des Byzantins face à ce phénomène dont ils furent contemporains. Continuer la lecture de De Bagdad à Constantinople: annonce de colloque (24-25 mai 2018)

Bandeaux rigolos

On connaît bien les magnifiques pylai (ou « portes »), principal ornement des manuscrits grecs, dont regorgent les manuels d’histoire de l’art.De fait, le livre byzantin se signale d’une manière générale par sa grande sobriété décorative, qui surprend toujours l’œil habitué aux exubérances des enluminures occidentales. Pour les manuscrits grecs de facture peu luxueuse, l’ornementation se réduit souvent à de simples bandeaux tracés à l’encre de rubrication, avec des motifs d’entrelacs, de végétaux ou de formes géométriques, laissant une place somme toute assez restreinte à la fantaisie. Continuer la lecture de Bandeaux rigolos

Dessins et gribouillages dans les manuscrits de la Trinité

À l’heure d’achever le catalogue des manuscrits provenant du monastère de la Trinité de Chalki, et alors que nous envisageons de manière de plus en plus précise la rédaction d’un second volume, consacré à l’histoire de la bibliothèque, nous vous proposons de présenter quelques usages particuliers – et sympathiques – auxquels les manuscrits ont pu donner lieu au cours des siècles.

Commençons par l’un des principaux divertissements du catalogueur (qui en a souvent bien besoin) : les graffitis, gribouillages, griffonnages, essais de calame, esquisses ou véritables dessins dont des lecteurs plus ou moins intéressés par le texte – et plus ou moins doués –, ont bien souvent orné les marges des livres. Continuer la lecture de Dessins et gribouillages dans les manuscrits de la Trinité

Manuscrits dispersés d’Albanie: Harvard, Houghton Library (Cambridge, MA)

Le dernier congrès de la Society of Biblical Literature et de l’American Academy of Religion (SBL-AAR), qui s’est récemment tenu à Boston (États-Unis), du 18 au 21 novembre dernier, a été l’occasion de réexaminer deux manuscrits grecs connus pour avoir séjourné autrefois en Albanie: il s’agit des manuscrits Harvard College Library, Houghton Library MS. Gr. 1, copié à la fin du 13ème siècle, et Harvard College Library, Houghton Library, MS. Typ. 215, copié au 11ème siècle. Ces deux manuscrits grecs contiennent le texte du Nouveau Testament (respectivement Gregory-Aland 666 et 2841); ils sont aujourd’hui déposés à la Bibliothèque Houghton, sur le campus de l’Université de Harvard (Cambridge, Massachusetts)[1].

Campus de l’Université de Harvard, Cambridge (MA). © Luc Brogly

 

Harvard College Library, Houghton Library, MS. Typ. 215, début de l’évangile de Luc (folio non numéroté).

Le lien entre le manuscrit MS. Typ. 215 et l’Albanie a été souligné une première fois en 1980 par Gary Vikan dans son catalogue d’exposition Gifts from the Byzantine Court. Three Illuminated Manuscript Leaves at Dumbarton Oaks (6 février-1er juin 1980, Washington D.C.). Le livret de Gary Vikan accompagnait une exposition visant à rapprocher trois folios du fonds de Dumbarton Oaks de leur support originel, à savoir deux manuscrits grecs: l’un conservé à Cleveland, l’autre à Harvard (MS. Typ. 215). L’un des trois folios exposés représentait l’évangéliste Jean (Gregory-Aland 1142): ce folio avait été offert à l’institution de Washington par Philip Hofer qui, en 1954, avait acquis le manuscrit MS. Typ. 215 accompagné de trois luxueux folios enluminés, considérés comme « arrachés » à ce même manuscrit.

Harvard College Library, Houghton Library, MS. Typ. 215, début de l’évangile de Jean (folio non numéroté), sans trace de folio « arraché » dans le pli.

La relation du MS. Typ. 215 avec l’Albanie a très vite été confirmée puis développée grâce à la souscription qui se trouve à la fin du quatrième évangile puisque celle-ci avait déjà été relevée par Pierre Batiffol au printemps 1885, puis éditée en 1887[2]. Elle fut ensuite à nouveau éditée par Ἄνθιμος Ἀλεξούδης, Métropolite de cette ville albanaise, en 1898 puis en 1901. Les publications de l’érudit albanais témoignent avec évidence de sa connaissance du manuscrit puisque l’une des planches qu’il reproduit en 1898 dans son catalogue est bien celle que nous lisons aujourd’hui à la fin du texte johannique (πίναξ Θ´ n°19)[3]. Inattention de la part du Métropolite ou erreur de mise en page, les deux autres planches (πίναξ Η´ n°17-18), associées elles aussi à la description de ce manuscrit, ne se trouvent pas dans le codex ainsi que cela a été montré en 2000[4]. Notre examen in situ confirme les études précédentes mais, curieusement, dans aucune des études modernes publiées il n’est fait mention de l’absence totale de foliotation dans ce manuscrit, ce qui gêne considérablement la description et favorise la confusion, notamment dans l’analyse textuelle: soumise aux conservateurs lors de notre visite en novembre 2017, cette interrogation n’a pas trouvé de réponse.

Philip Hofer, premier conservateur du Department of Printing and Graphic Arts de la Houghton Library, avait acquis en 1954 le manuscrit MS. Typ. 215 auprès de l’antiquaire new-yorkais Hans Peter Kraus. Le manuscrit était alors accompagné de ces trois folios « arrachés », représentant chacun sur un fond d’or l’un des trois évangélistes: Matthieu, Marc, et Jean; c’est donc ce troisième folio que Philip Hofer offrit à Mildred et Robert Woods Bliss, cofondateurs de Dumbarton Oaks, et qui fut donc exposé en 1980 à Washington. Les deux autres folios (portraits des évangélistes Matthieu et Marc), sont aujourd’hui encore classés sous la même cote que notre manuscrit mais dans des dossiers séparés.

Harvard College Library, Houghton Library, MS. Typ. 215, portrait de l’évangéliste Marc (folder 1).

 

Comme l’ont souligné les études antérieures, les portraits de ces trois évangélistes posent problème car dans le manuscrit MS. Typ. 215 le verso de chaque folio qui se trouve en regard du début du texte de chaque évangile – toujours sur un recto – est blanc: ce verso était donc naturellement destiné à porter le portrait de l’évangéliste correspondant. Ces portraits ne furent jamais exécutés mais on écrivit à la place des épigrammes en lettres majuscules qui furent ensuite gommées et sur lesquelles on esquissa (a posteriori ?) les silhouettes des évangélistes.

Harvard College Library, Houghton Library, MS. Typ. 215, verso précédant le début de l’évangile de Jean (folios non numérotés).

Les études récentes, souvent plus orientées vers l’iconographie que vers la philologie, supposent que les luxueux portraits des évangélistes furent ensuite insérés dans le manuscrit, entre le verso laissé blanc lors de la copie et le début du texte évangélique, puis « arrachés ». À l’énigme posée par ces folios, leur histoire et leur destinataire, vient s’ajouter notre ignorance du parcours de ce manuscrit: comment – alors que nous avons la certitude qu’il se trouvait dans la ville albanaise de Bérat en avril 1885 – est-il arrivé aux États-Unis? Par ailleurs, son texte, et la position de celui-ci au sein de la critique textuelle du Nouveau Testament grec, reste à étudier.

Harvard College Library, Houghton Library MS. Gr. 1, f. 250 recto.

Le second manuscrit, le MS. Gr. 1, pose une autre énigme. Sa relation avec l’Albanie ne tient qu’à l’assertion de Caspar René Gregory qui le considère comme provenant « aus Albanien », ainsi qu’il l’écrit en 1909 dans son ouvrage Textkritik des Neuen Testamentes (p. 210). Ni les études précédentes, ni notre propre examen du manuscrit n’ont pu confirmer cette origine. Sur une feuille volante en papier, insérée dans le manuscrit mais d’un format plus petit que celui-ci, sont décrites avec précision les différentes parties du codex. Nul doute qu’il s’agisse d’une description de la main même de Gregory puisque nous connaissons son écriture par sa correspondance privée dont une partie se trouve aux Archives du Séminaire Saint-Sulpice, à Paris. Sur cette feuille volante, datée du 26 mai 1889, l’érudit a bien noté aussi: « olim in Albania ». Gregory, qui était le possesseur de ce manuscrit et qui le vendit ensuite à la Houghton Library, connaissait-il avec exactitude la provenance de ce manuscrit ou fit-il simplement confiance à celui qui lui vendit le codex?

Harvard College Library, Houghton Library MS. Gr. 1, feuille volante insérée dans le manuscrit.

Au-delà des questions iconographiques, le dossier de ces deux manuscrits américains reste largement ouvert, notamment d’un point de vue historique et philologique. Leur lien avec les Balkans, supposé ou véritable, mérite dans tous les cas une considération plus approfondie dans le dossier complexe des manuscrits dispersés d’Albanie.

Luc Brogly, correspondant scientifique à l’IRHT
Didier Lafleur, IRHT-Section grecque

 

 

  [1]  Voir Nadezdha Kavrus-Hoffman, Manuscripta: 54:1, p. 69-81 et 55:1, p. 35-45.

  [2]  Les manuscrits grecs de Bérat, p. 442-443.

  [3]  Κατάλογος τῶν ἐν ταῖς ἱεραῖς ἐκκλησίαις τῆς συνοικίας Κάστρου, πόλεως Βερατίου τῆς Μητροπόλεως Βελεγράδων…, p. 360-362.

  [4]  Duffy-Angelov, « Observations on a Byzantine Manuscript in Harvard College Library », Harvard Studies in Classical Philology 100.

Stage d’initiation aux manuscrits grecs et orientaux, 4e édition

Du 17 au 19 octobre 2017,  s’est tenu le stage d’initiation aux manuscrits grecs et orientaux, organisé par la section grecque de l’IRHT  avec le soutien l’équipe de recherche Saprat (EPHEPSL), dans le cadre du stage général d’initiation au manuscrit proposé par l’IRHT, dont la première journée (lundi 16 octobre) était commune à tous les domaines linguistiques.

Au total, 22 étudiants ont été accueillis, 15 pour le domaine grec et 7 pour l’Orient chrétien.

Atelier sur les manuscrits de l’Orient chrétien à l’IRHT

Continuer la lecture de Stage d’initiation aux manuscrits grecs et orientaux, 4e édition