Archives par mot-clé : Manuscrits

Alfred Schmidtke en Albanie: Un autre voyageur dans les Balkans

La recension de l’ouvrage Greek New Testament Manuscripts from Albania par notre collègue Christophe Guignard a mis en évidence un fait porté à la connaissance de tous par Hermann von Soden dans son édition de 1902: la présence d’Alfred Schmidtke, collaborateur du savant berlinois, en Albanie, au tournant du 20ème siècle

An den Reisen haben sich nacheinander beteiligt die Herren … A. Schmidtke (Paris, Spanien, Italien, England, Albanien, Griechenland, Athos, europäische Türkei)[1].

Contrairement à ce que nous pensions, Pierre Batiffol ne fut pas le seul érudit d’Europe occidentale à s’être rendu en Albanie avant la visite de Johannes Koder et Erich Trapp en 1965: Christophe Guignard a judicieusement fait le lien entre la préface de von Soden et certaines mentions apposées dans quelques tétraévangiles du Fonds 488 des Archives nationales de Tirana, mentions que nous avions relevées mais qui nous étaient restées obscures par notre méconnaissance des collaborateurs de von Soden. Entre le printemps 1885 et l’automne 1965, il y eut donc bien un autre érudit à consulter les manuscrits grecs en Albanie.

Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 12, f. 1
Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 12 (GA 1707), f. 1r

Le nom d’Alfred Schmidtke ne nous était pourtant pas inconnu puisque ce dernier a fait la collation d’un membre – longtemps disparu – de la Famille 13, le manuscrit du monastère de Serrès (Gregory-Aland 1689), aujourd’hui à Prague (Knihovna Akademie Věd České Republiky 1 TG 3)[2]. En 1902, dans la liste de ses « ε-Codices », von Soden fait précéder la très brève description de ce minuscule – qu’il numérote ε1054 – de deux manuscrits de Bérat: « ε1052 ( — ) Berat, Εκκλησια της Κοιμησεως 5 », et « ε1053 ( — ) Berat, Εκκλησια της Κοιμησεως 7 »: autrement dit, la numérotation du manuscrit de Prague, collationné par Schmidtke, suit immédiatement la numérotation des manuscrits ANA 26 (Εκκλησια της Κοιμησεως 5 selon von Soden = Gregory-Aland 2246), et ANA 19 (Εκκλησια της Κοιμησεως 7 selon von Soden = Gregory-Aland 1709).

Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 19 (GA 1709), f. 195v
Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 26 (GA 2246), f. 2r

Plusieurs manuscrits, dont ceux reproduits ici, portent la mention – en langue grecque tracée à l’encre violette – d’une date de récolement « τῇ 18 7/βρίου 1901 », incluant le nombre de folios du manuscrit, mentionnant aussi parfois un prénom écrit en caractères latins, prénom que nous ne soupçonnions pas avant la recension de notre collègue. Ces indications à l’encre violette, comme nous les avions relevées dans notre ouvrage de 2018, sont toutes de la même main, et auraient été portées sur les manuscrits par un certain ἱερεὺς Παπᾶς Κωνσταντῖνος (ANA 12, f. 1r; ANA 38, f. 1r).

Si la mention de ANA 19 ne contient que le nombre de folios et une date: « Περιέχει φύλλα 204 | 18 7/βρίου 1901 », et celle de ANA 26 guère plus en raison de son caractère très effacé: « Ἀριθμήθη [illisible]έχει | [illisible]84. 18 7/βρίου1901 | A[illisible] », elle suggère cependant, par la présence de ce A latin majuscule, le prénom « Alfred », bien lisible par ailleurs sur deux autres manuscrits dont ANA 29:

Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 29 (GA 2245), f. 9r

Outre le prénom, la souscription donne aussi la nationalité de l’hôte: Γερμανός. Il ne subsiste donc aucun doute sur le séjour à Bérat, au mois de septembre 1901, du collaborateur de Hermann von Soden, dont le prénom figure sur trois tétraévangiles: ANA 4, ANA 26, et ANA 29.

Une enquête plus approfondie que ces lignes succinctes devrait pouvoir mettre en relation certains éléments codicologiques que nous avions également relevés, notamment la présence – ou ce qu’il en reste – de ces grandes étiquettes blanches collées sur le plat supérieur et sur lesquelles étaient numérotés – à l’encre violette – les manuscrits. Si cette numérotation correspondait à la liste des manuscrits publiée par Hermann von Soden[3], une preuve supplémentaire serait faite de la présence à Bérat, en septembre 1901, d’Alfred Schmidtke, au retour ou sur le chemin de l’Athos. Elle confirmerait que ce dernier a transmis des informations de première main au savant berlinois, actualisées par rapport à celles publiées par Pierre Batiffol quinze ans plus tôt.

Il reste à l’évidence bien des questions sans réponse: dans quel contexte eut lieu le séjour du savant allemand à Bérat? Quel fut son rôle auprès du Παπᾶς Κωνσταντῖνος? Quelle influence pouvait encore excercer l’ancien Métropolite de la ville, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης, évoqué précédemment dans ces colonnes?  Pourquoi, enfin, aucun lectionnaire du Fonds 488 ne porte mention d’un quelconque inventaire comme le confirment nos recherches actuelles? Pour l’heure, il nous faut en tout cas chaleureusement remercier Christophe Guignard pour ces nouvelles perspectives de recherche. Elles aident assurément à une meilleure connaissance du fonds des Archives nationales d’Albanie dans l’attente d’un catalogue digne de ce nom.

Luc Brogly, correspondant scientifque à l’IRHT – Section grecque

Didier Lafleur, IRHT-Section grecque


  [1]  Die Schriften des Neuen Testaments in ihrer ältesten erreichbaren Textgestallt, vol. 1, Berlin, p. VI.

  [2]  La Famille 13 dans l’évangile de Marc, NTTSD 41, Brill, 2013, p. 142.

  [3]  Die Schriften des Neuen Testaments in ihrer ältesten erreichbaren Textgestallt, vol. 1, 1902, Berlin, p. 74.

La tradition manuscrite des traités botaniques de Théophraste – annonce de séminaire

Dans le cadre du Séminaire « Manuscrits en Méditerranée » (IRHT, Section grecque et Orient chrétien).

Le mardi 21 janvier, 13h-15h. IRHT, Campus Condorcet (Aubervilliers), Bâtiment Recherche Nord.

Les Recherches sur les plantes de Théophraste et – dans une moindre mesure – les Causes des plantes sont parmi les traités de botanique les plus importants de l’Antiquité. On les considère comme les ouvrages fondateurs de la botanique moderne. 

Cependant, c’est presque par miracle que nous les connaissons aujourd’hui : ils font partie des ouvrages assez nombreux de l’Antiquité qui ne nous sont parvenus que par un unique manuscrit, byzantin en l’occurrence. Plus précisément : il y a, au total, une vingtaine de manuscrits mais tous les autres (ou quasiment tous) descendent d’un même exemplaire, l’actuel codex Urbinas gr. 61 de la Biblioteca Apostolica Vaticana.

Une analyse de cette tradition manuscrite a déjà été effectuée, notamment par les deux derniers éditeurs, Benedict Einarson et Suzanne Amigues, mais leur point de vue a été essentiellement philologique. Dans le cadre de ce séminaire, je voudrais essayer de contextualiser cette tradition manuscrite et d’examiner concrètement comment le texte a circulé, par l’intermédiaire de quelles personnes. Qui l’a lu, qui l’a copié, qui l’a commenté, qui l’a traduit ? Pourquoi ? Comment ?

On s’attachera en particulier à la question du transfert du texte depuis Constantinople jusqu’à l’Italie humaniste, dans la première moitié du 15e siècle.

Séminaire « Manuscrits en méditerranée » 2019-2020

Le séminaire Manuscrits en Méditerranée est un séminaire d’équipe de la Section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT où sont présentés des travaux en cours des membres de l’équipe ou d’autres chercheurs autour de manuscrits et de textes en grec, en syriaque, en copte, et en arabe. Il a lieu le premier jeudi de chaque mois de 13h à 15h. Les séances de séminaire sont ouvertes  à tous les auditeurs qui sont intéressés.

En raison de l’épidémie de COVID-19, toutes les séances sont annulées à partir du 16 mars et jusqu’à nouvel ordre.

Programme des séances :

jeudi 7 novembre 2019 : Simon Brelaud, Jimmy Daccache et Flavia Ruani, Inscriptions syriaques de Turquie. Résultats de la première mission de prospection.

mardi 3 décembre 2019 : André Binggeli, Autour du Neon Paradeison.

mardi 20 janvier 2020 : Marie Cronier, La tradition manuscrite des traités botaniques de Théophraste, de Byzance à l’Italie humaniste.

jeudi 27 février 2020 : Sergey Minov, Autour de l’édition du dialogue de Paul et Satan en syriaque.

jeudi 26 mars 2020 : Thibault Miguet, Autour du Répertoire des inventaires de manuscrits grecs (RIMG).

jeudi 2 avril 2020 : Anne Boud’hors, Autour de la Passion de Jacques l’Intercis en copte.

jeudi 7 mai 2020 : Matthieu Cassin, La tradition manuscrite grecque du De incarnatione et contra arianos attribué à Athanase d’Alexandrie.

jeudi 4 juin 2020 : Francesca Barone & Flavia Ruani, Autour de la Synopse de Jean Chrysostome en grec et en syriaque.

Informations pratiques:
13h-15h

IRHT, Campus Condorcet
Bâtiment Recherche Nord
14, rue Waldeck Rochet Aubervilliers
2e étage, salle 2001
Demander un badge à l'accueil pour accéder au 2e étage.

Métro ligne 12, Front Populaire
RER B, La Plaine-Stade de France

Renseignements: André Binggeli

Mission à Istanbul et Chalki

Du 5 au 11 octobre 2019, André Binggeli, Matthieu Cassin et Marie Cronier ont effectué une mission à Istanbul.

Au cours d’une audience, ils ont officiellement remis à Sa Sainteté Bartholomée Ier le Catalogue des manuscrits de la Sainte-Trinité de Chalki  (aujourd’hui conservés au Patriarcat Œcuménique de Constantinople), qu’ils ont fait paraître cette année et auquel a également participé Matoula Kouroupou.

Audience avec le patriarche Bartholomée Ier

Continuer la lecture de Mission à Istanbul et Chalki

Nouvelle parution : Catalogue des manuscrits de la Ste-Trinité de Chalki

La Section grecque de l’IRHT est particulièrement heureuse d’annoncer une nouvelle parution :

André Binggeli, Matthieu Cassin, Marie Cronier & Matoula Kouroupou, Catalogue des manuscrits conservés dans la Bibliothèque du Patriarcat Œcuménique. Les manuscrits du monastère de la Sainte-Trinité de Chalki. I, notices descriptives. II, illustrations, Turnhout, Brepols, 2019. ISBN 978-2-503-57434-9. 2 vol., 886 p., 359 planches.

Le Catalogue, le second de la série consacrée aux manuscrits grecs conservés au Patriarcat œcuménique à Istanbul, décrit les manuscrits provenant du monastère de la Sainte-Trinité situé sur l’île de Chalki. Le premier volume contient la description des 147 manuscrits qui constituent ce fonds ; le second volume est réservé aux illustrations, soit 359 planches photographiques, pour la plupart en couleur (écritures, décors, reliures, petits fers de reliure).

Le fonds de la Sainte-Trinité fut principalement constitué des manuscrits rassemblés à l’époque de la refondation du monastère de la Sainte-Trinité par le futur patriarche Métrophane III (1565-1572, 1578-1580) au milieu du 16e siècle et dans les décennies qui suivirent. Il s’agit d’une bibliothèque monastique, et les manuscrits ont principalement un contenu liturgique et religieux, même si la littérature classique n’en est pas absente. D’autre part, elle a été fondée par un futur patriarche, bibliophile de surcroît, qui a continué à la protéger et à l’enrichir une fois devenu patriarche ; de ce fait, la presque totalité des manuscrits est antérieure au 16e siècle, et on y trouve un nombre important de manuscrits anciens de belle facture, mais aussi des manuscrits contenant des textes rares ainsi que plusieurs palimpsestes. Les abondantes annotations qu’ils portent en font une source de premier ordre pour écrire l’histoire du monastère de la Sainte-Trinité, qui fera l’objet d’un volume séparé dans la même série, et plus largement du Patriarcat et des institutions monastiques de Constantinople et de sa région sous l’Empire ottoman.

Réalisé sous l’égide de Sa Sainteté Bartholomée, dans le cadre d’un programme plus large sur l’histoire des bibliothèques grecques dans l’Empire ottoman financé par l’Agence nationale de la recherche, ce catalogue est l’œuvre de quatre chercheurs de la Section grecque de l’IRHT (CNRS) : André Binggeli, Matthieu Cassin, Marie Cronier et Matoula Kouroupou.

à propos d’un manuscrit arabe de Dioscoride vendu en 2016

Le 20 octobre 2016 était vendu chez Christie’s, à Londres, un manuscrit arabe de Dioscoride, pour la somme de 245000 livres – le nom de l’acheteur n’est malheureusement pas connu.

La description en ligne sur le site de la maison de vente indique que le manuscrit est datable dans la première moitié du 17e siècle et proviendrait d’Inde, sans doute du Deccan.

Le texte contenu, toujours selon la description en ligne, est une traduction arabe du fameux traité grec Sur la matière médicale composé par Dioscoride dans la seconde moitié du 1er siècle de notre ère. Deux reproductions photographiques sont fournies. Continuer la lecture de à propos d’un manuscrit arabe de Dioscoride vendu en 2016

Un nouveau manuscrit de la Panaghia de Chalki retrouvé à Ann Arbor

Dans le catalogue des manuscrits de la Panagia de Chalki paru en 2008, Matoula Kouroupou et Paul Géhin indiquaient que le manuscrit Panaghia 34, un Jean Climaque du 14e siècle, se trouve actuellement dans la bibliothèque de l’Université du Michigan à Ann Arbor sous la cote MS 134, l’identification ayant déjà faite dès 1958 par Marcel Richard.1 En travaillant récemment sur les palimpsestes conservés dans la bibliothèque du Patriarcat œcuménique à Istanbul (pour une communication présentée à l’International Conference: New Light on Old Manuscripts), nous avons eu la chance d’identifier parmi les manuscrits grecs de l’Université du Michigan un second manuscrit (MS 8) provenant du même monastère, celui qui portait autrefois la cote Panaghia 60.

Continuer la lecture de Un nouveau manuscrit de la Panaghia de Chalki retrouvé à Ann Arbor
  1. M. Kouroupou & P. Géhin, Catalogue des manuscrits conservés dans la Bibliothèque du Patriarcat Œcuménique. Les manuscrits du monastère de la Panaghia de Chalki, Turnhout, 2008, p. 137. Le signalement se trouvait déjà dans M. Richard, Répertoire des bibliothèques et des catalogues de manuscrits grecs, Paris, 19582, p. 109, et a été repris par J.-M. Olivier, Répertoire des bibliothèques et de catalogues de manuscrits grecs de Marcel Richard. Troisième édition entièrement refondue, Turnhout, 1995, p. 380. []

Identifier et répertorier l’origine des manuscrits: le cas complexe du Fonds 488

La récente publication du Supplément au Répertoire des bibliothèques et des catalogues de manuscrits grecs (ci-après RSO), par Jean-Marie Olivier (Corpus Christianorum, 2 vol., Turnhout: Brepols, 2018), a de nouveau mis en relief toute la difficulté de s’orienter dans des fonds de manuscrits grecs peu et mal décrits, tel le Fonds 488 des Archives nationales d’Albanie. En 1995 déjà, lors de la publication de son Répertoire (ci-après RRO), l’auteur notait que « moins bien sont connus les manuscrits d’une collection, plus longue est la notice qui leur est consacrée »[1]. Rien n’est plus vrai pour l’Albanie et les notices dédiées à certains autres fonds en témoignent.

L’auteur attribue une entrée à douze villes et villages albanais : « [Ardenicë], [Berat], [Elbasan], [Gjirokastër], [Kolkondas], [Korçë], [Nivitsa], [Përmet], Tiranë, [Vithkuq], [Vlorë], [Voskopojë] » (RSO, p. 87), qui sont/seraient les lieux d’origine des manuscrits sur le sol albanais et non – il s’entend – le lieu de leur production. Comme il est dit auparavant (ibid., p. 55), « sont mis entre crochets droits les noms de villes, provinces et autres lieux, dont les collections de mss grecs ont été entièrement détruites ou déplacées, en italique ceux des villes, etc., dont les bibliothèques ne possèdent que quelques mss grecs ». L’entrée Shqipëria (Albanie, pp. 55, 85-87), est dévolue à des études générales et à des catalogues d’exposition dont trois sont sensiblement issus de la même exposition (voir ci-dessous).

Continuer la lecture de Identifier et répertorier l’origine des manuscrits: le cas complexe du Fonds 488

Vient de paraître: Greek New Testament Manuscripts from Albania

La Section grecque de l’IRHT est très heureuse d’annoncer la parution d’un volume consacré aux manuscrits grecs du Nouveau Testament conservés en Albanie :

D. Lafleur – L. Brogly, Greek New Testament Manuscripts from Albania (New Testament Tools and Studies 57),  Leiden-Boston, 2018

Continuer la lecture de Vient de paraître: Greek New Testament Manuscripts from Albania

Tout sur le logo du 9e CIPG

Certains d’entre vous auront peut-être été déconcertés par l’image sur laquelle s’ouvrait mon dernier billet, annonçant le programme du prochain Colloque international de Paléographie grecque.

Ce n’est pas au hasard qu’elle a été choisie comme emblème pour le Colloque et je ne résiste pas au plaisir de vous en dévoiler les raisons. Continuer la lecture de Tout sur le logo du 9e CIPG