Archives par mot-clé : humanisme

De Florence à Cambridge : deux folios du texte grec du Viatique du voyageur d’Ibn al-Ǧazzār retrouvés

Ce billet de blog a pour but de présenter une découverte qu’il m’a été permis de faire d’un fragment du texte grec de l’encyclopédie médicale du Viatique du voyageur d’Ibn al-Ǧazzār, préservé à l’intérieur d’un manuscrit grec de Galien aujourd’hui au Gonville and Caius College de l’Université de Cambridge. Comme on le verra, ces deux folios d’un manuscrit important du XIVe siècle ne se sont pas retrouvés là par hasard, mais ils témoignent de la curiosité dont a fait preuve l’érudit humaniste John Caius lors de son voyage en Italie entre les années 1539 et 1544. Ils sont, enfin, un exemple de ce qu’il est possible d’exhumer des nouveaux fragments de manuscrits médicaux, qui étaient jusqu’alors répertoriés sous des titres trompeurs. Continuer la lecture de De Florence à Cambridge : deux folios du texte grec du Viatique du voyageur d’Ibn al-Ǧazzār retrouvés

La tradition manuscrite des traités botaniques de Théophraste – annonce de séminaire

Dans le cadre du Séminaire « Manuscrits en Méditerranée » (IRHT, Section grecque et Orient chrétien).

Le mardi 21 janvier, 13h-15h. IRHT, Campus Condorcet (Aubervilliers), Bâtiment Recherche Nord.

Les Recherches sur les plantes de Théophraste et – dans une moindre mesure – les Causes des plantes sont parmi les traités de botanique les plus importants de l’Antiquité. On les considère comme les ouvrages fondateurs de la botanique moderne. 

Cependant, c’est presque par miracle que nous les connaissons aujourd’hui : ils font partie des ouvrages assez nombreux de l’Antiquité qui ne nous sont parvenus que par un unique manuscrit, byzantin en l’occurrence. Plus précisément : il y a, au total, une vingtaine de manuscrits mais tous les autres (ou quasiment tous) descendent d’un même exemplaire, l’actuel codex Urbinas gr. 61 de la Biblioteca Apostolica Vaticana.

Une analyse de cette tradition manuscrite a déjà été effectuée, notamment par les deux derniers éditeurs, Benedict Einarson et Suzanne Amigues, mais leur point de vue a été essentiellement philologique. Dans le cadre de ce séminaire, je voudrais essayer de contextualiser cette tradition manuscrite et d’examiner concrètement comment le texte a circulé, par l’intermédiaire de quelles personnes. Qui l’a lu, qui l’a copié, qui l’a commenté, qui l’a traduit ? Pourquoi ? Comment ?

On s’attachera en particulier à la question du transfert du texte depuis Constantinople jusqu’à l’Italie humaniste, dans la première moitié du 15e siècle.