Archives par mot-clé : Histoire des bibliothèques

Alfred Schmidtke en Albanie: Un autre voyageur dans les Balkans

La recension de l’ouvrage Greek New Testament Manuscripts from Albania par notre collègue Christophe Guignard a mis en évidence un fait porté à la connaissance de tous par Hermann von Soden dans son édition de 1902: la présence d’Alfred Schmidtke, collaborateur du savant berlinois, en Albanie, au tournant du 20ème siècle

An den Reisen haben sich nacheinander beteiligt die Herren … A. Schmidtke (Paris, Spanien, Italien, England, Albanien, Griechenland, Athos, europäische Türkei)[1].

Contrairement à ce que nous pensions, Pierre Batiffol ne fut pas le seul érudit d’Europe occidentale à s’être rendu en Albanie avant la visite de Johannes Koder et Erich Trapp en 1965: Christophe Guignard a judicieusement fait le lien entre la préface de von Soden et certaines mentions apposées dans quelques tétraévangiles du Fonds 488 des Archives nationales de Tirana, mentions que nous avions relevées mais qui nous étaient restées obscures par notre méconnaissance des collaborateurs de von Soden. Entre le printemps 1885 et l’automne 1965, il y eut donc bien un autre érudit à consulter les manuscrits grecs en Albanie.

Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 12, f. 1
Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 12 (GA 1707), f. 1r

Le nom d’Alfred Schmidtke ne nous était pourtant pas inconnu puisque ce dernier a fait la collation d’un membre – longtemps disparu – de la Famille 13, le manuscrit du monastère de Serrès (Gregory-Aland 1689), aujourd’hui à Prague (Knihovna Akademie Věd České Republiky 1 TG 3)[2]. En 1902, dans la liste de ses « ε-Codices », von Soden fait précéder la très brève description de ce minuscule – qu’il numérote ε1054 – de deux manuscrits de Bérat: « ε1052 ( — ) Berat, Εκκλησια της Κοιμησεως 5 », et « ε1053 ( — ) Berat, Εκκλησια της Κοιμησεως 7 »: autrement dit, la numérotation du manuscrit de Prague, collationné par Schmidtke, suit immédiatement la numérotation des manuscrits ANA 26 (Εκκλησια της Κοιμησεως 5 selon von Soden = Gregory-Aland 2246), et ANA 19 (Εκκλησια της Κοιμησεως 7 selon von Soden = Gregory-Aland 1709).

Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 19 (GA 1709), f. 195v
Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 26 (GA 2246), f. 2r

Plusieurs manuscrits, dont ceux reproduits ici, portent la mention – en langue grecque tracée à l’encre violette – d’une date de récolement « τῇ 18 7/βρίου 1901 », incluant le nombre de folios du manuscrit, mentionnant aussi parfois un prénom écrit en caractères latins, prénom que nous ne soupçonnions pas avant la recension de notre collègue. Ces indications à l’encre violette, comme nous les avions relevées dans notre ouvrage de 2018, sont toutes de la même main, et auraient été portées sur les manuscrits par un certain ἱερεὺς Παπᾶς Κωνσταντῖνος (ANA 12, f. 1r; ANA 38, f. 1r).

Si la mention de ANA 19 ne contient que le nombre de folios et une date: « Περιέχει φύλλα 204 | 18 7/βρίου 1901 », et celle de ANA 26 guère plus en raison de son caractère très effacé: « Ἀριθμήθη [illisible]έχει | [illisible]84. 18 7/βρίου1901 | A[illisible] », elle suggère cependant, par la présence de ce A latin majuscule, le prénom « Alfred », bien lisible par ailleurs sur deux autres manuscrits dont ANA 29:

Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 29 (GA 2245), f. 9r

Outre le prénom, la souscription donne aussi la nationalité de l’hôte: Γερμανός. Il ne subsiste donc aucun doute sur le séjour à Bérat, au mois de septembre 1901, du collaborateur de Hermann von Soden, dont le prénom figure sur trois tétraévangiles: ANA 4, ANA 26, et ANA 29.

Une enquête plus approfondie que ces lignes succinctes devrait pouvoir mettre en relation certains éléments codicologiques que nous avions également relevés, notamment la présence – ou ce qu’il en reste – de ces grandes étiquettes blanches collées sur le plat supérieur et sur lesquelles étaient numérotés – à l’encre violette – les manuscrits. Si cette numérotation correspondait à la liste des manuscrits publiée par Hermann von Soden[3], une preuve supplémentaire serait faite de la présence à Bérat, en septembre 1901, d’Alfred Schmidtke, au retour ou sur le chemin de l’Athos. Elle confirmerait que ce dernier a transmis des informations de première main au savant berlinois, actualisées par rapport à celles publiées par Pierre Batiffol quinze ans plus tôt.

Il reste à l’évidence bien des questions sans réponse: dans quel contexte eut lieu le séjour du savant allemand à Bérat? Quel fut son rôle auprès du Παπᾶς Κωνσταντῖνος? Quelle influence pouvait encore excercer l’ancien Métropolite de la ville, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης, évoqué précédemment dans ces colonnes?  Pourquoi, enfin, aucun lectionnaire du Fonds 488 ne porte mention d’un quelconque inventaire comme le confirment nos recherches actuelles? Pour l’heure, il nous faut en tout cas chaleureusement remercier Christophe Guignard pour ces nouvelles perspectives de recherche. Elles aident assurément à une meilleure connaissance du fonds des Archives nationales d’Albanie dans l’attente d’un catalogue digne de ce nom.

Luc Brogly, correspondant scientifque à l’IRHT – Section grecque

Didier Lafleur, IRHT-Section grecque


  [1]  Die Schriften des Neuen Testaments in ihrer ältesten erreichbaren Textgestallt, vol. 1, Berlin, p. VI.

  [2]  La Famille 13 dans l’évangile de Marc, NTTSD 41, Brill, 2013, p. 142.

  [3]  Die Schriften des Neuen Testaments in ihrer ältesten erreichbaren Textgestallt, vol. 1, 1902, Berlin, p. 74.

Nouvelle parution : Catalogue des manuscrits de la Ste-Trinité de Chalki

La Section grecque de l’IRHT est particulièrement heureuse d’annoncer une nouvelle parution :

André Binggeli, Matthieu Cassin, Marie Cronier & Matoula Kouroupou, Catalogue des manuscrits conservés dans la Bibliothèque du Patriarcat Œcuménique. Les manuscrits du monastère de la Sainte-Trinité de Chalki. I, notices descriptives. II, illustrations, Turnhout, Brepols, 2019. ISBN 978-2-503-57434-9. 2 vol., 886 p., 359 planches.

Le Catalogue, le second de la série consacrée aux manuscrits grecs conservés au Patriarcat œcuménique à Istanbul, décrit les manuscrits provenant du monastère de la Sainte-Trinité situé sur l’île de Chalki. Le premier volume contient la description des 147 manuscrits qui constituent ce fonds ; le second volume est réservé aux illustrations, soit 359 planches photographiques, pour la plupart en couleur (écritures, décors, reliures, petits fers de reliure).

Le fonds de la Sainte-Trinité fut principalement constitué des manuscrits rassemblés à l’époque de la refondation du monastère de la Sainte-Trinité par le futur patriarche Métrophane III (1565-1572, 1578-1580) au milieu du 16e siècle et dans les décennies qui suivirent. Il s’agit d’une bibliothèque monastique, et les manuscrits ont principalement un contenu liturgique et religieux, même si la littérature classique n’en est pas absente. D’autre part, elle a été fondée par un futur patriarche, bibliophile de surcroît, qui a continué à la protéger et à l’enrichir une fois devenu patriarche ; de ce fait, la presque totalité des manuscrits est antérieure au 16e siècle, et on y trouve un nombre important de manuscrits anciens de belle facture, mais aussi des manuscrits contenant des textes rares ainsi que plusieurs palimpsestes. Les abondantes annotations qu’ils portent en font une source de premier ordre pour écrire l’histoire du monastère de la Sainte-Trinité, qui fera l’objet d’un volume séparé dans la même série, et plus largement du Patriarcat et des institutions monastiques de Constantinople et de sa région sous l’Empire ottoman.

Réalisé sous l’égide de Sa Sainteté Bartholomée, dans le cadre d’un programme plus large sur l’histoire des bibliothèques grecques dans l’Empire ottoman financé par l’Agence nationale de la recherche, ce catalogue est l’œuvre de quatre chercheurs de la Section grecque de l’IRHT (CNRS) : André Binggeli, Matthieu Cassin, Marie Cronier et Matoula Kouroupou.

Identifier et répertorier l’origine des manuscrits: le cas complexe du Fonds 488

La récente publication du Supplément au Répertoire des bibliothèques et des catalogues de manuscrits grecs (ci-après RSO), par Jean-Marie Olivier (Corpus Christianorum, 2 vol., Turnhout: Brepols, 2018), a de nouveau mis en relief toute la difficulté de s’orienter dans des fonds de manuscrits grecs peu et mal décrits, tel le Fonds 488 des Archives nationales d’Albanie. En 1995 déjà, lors de la publication de son Répertoire (ci-après RRO), l’auteur notait que « moins bien sont connus les manuscrits d’une collection, plus longue est la notice qui leur est consacrée »[1]. Rien n’est plus vrai pour l’Albanie et les notices dédiées à certains autres fonds en témoignent.

L’auteur attribue une entrée à douze villes et villages albanais : « [Ardenicë], [Berat], [Elbasan], [Gjirokastër], [Kolkondas], [Korçë], [Nivitsa], [Përmet], Tiranë, [Vithkuq], [Vlorë], [Voskopojë] » (RSO, p. 87), qui sont/seraient les lieux d’origine des manuscrits sur le sol albanais et non – il s’entend – le lieu de leur production. Comme il est dit auparavant (ibid., p. 55), « sont mis entre crochets droits les noms de villes, provinces et autres lieux, dont les collections de mss grecs ont été entièrement détruites ou déplacées, en italique ceux des villes, etc., dont les bibliothèques ne possèdent que quelques mss grecs ». L’entrée Shqipëria (Albanie, pp. 55, 85-87), est dévolue à des études générales et à des catalogues d’exposition dont trois sont sensiblement issus de la même exposition (voir ci-dessous).

Continuer la lecture de Identifier et répertorier l’origine des manuscrits: le cas complexe du Fonds 488

Mélanges en l’honneur de Paul Géhin

La section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT est particulièrement heureuse d’annoncer la parution du volume de mélanges offerts à Paul Géhin:

André BINGGELI, Anne BOUD’HORS et Matthieu CASSIN (éd.), Manuscripta Graeca et Orientalia. Mélanges monastiques et patristiques en l’honneur de Paul Géhin (Orientalia Lovaniensia Analecta 243), Leuven-Paris-Bristol, Peeters, 2016 (ISBN 9789042933583).

Mélanges Paul Géhin
Mélanges Paul Géhin

Édité par trois membres de la section, l’ouvrage se veut un hommage à celui qui fut son directeur de 1997 à 2011, spécialiste d’Évagre le Pontique, et dont les travaux scientifiques couvrent un large éventail de disciplines et de domaines linguistiques. Continuer la lecture de Mélanges en l’honneur de Paul Géhin

Un Métropolite méconnu en Occident : Ἄνθιμος Ἀλεξούδης, « Φιλόμουσος »

Le récent colloque organisé en Turquie par la Section grecque de l’Institut de recherche et d’histoire des textes autour de la bibliothèque du monastère de la Sainte Trinité de Halki (Bibliothèques grecques à Constantinople à l’époque du Patriarche Métrophane III), nous a donné l’opportunité de consulter les registres épistolaires du Patriarcat Œcuménique de Constantinople (Οἰκουμενικὸς Πατριάρχης) couvrant la seconde moitié du XIXè siècle. Au cœur de cette correspondance, de très nombreux courriers sont adressés à son Éminence le Métropolite de Berat, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης. Continuer la lecture de Un Métropolite méconnu en Occident : Ἄνθιμος Ἀλεξούδης, « Φιλόμουσος »

Compte-rendu du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (II)

La seconde journée du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (voir le compte rendu de la première journée) s’est déroulée le jeudi 15 octobre 2015 dans le Merkez Han, bâtiment de l’Université Koç situé au cœur d’Istanbul, sur Istiklal Cd. Nous y étions reçus par le Research Center for Anatolian Civilization (RCAC).

La journée a été ouverte par une allocution du professeur Engin Akyürek, directeur du Center for Late Antique and Byzantine Studies (Université Koç- Fondation Niarchos). Les interventions ont  été présentées en anglais, avec une traduction simultanée en turc. Continuer la lecture de Compte-rendu du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (II)

Compte-rendu du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (I)

Du 14 au 16 octobre 2015 s’est tenu à Istanbul le colloque international organisé par André Binggeli et Matthieu Cassin (Section grecque de l’IRHT) et intitulé: « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki. Les bibliothèques grecques à Constantinople au temps du patriarche Métrophane III (16e s.) – Around the Holy Trinity of Halki. Greek Libraries in Constantinople at the time of Patriarch Metrophanes III (16th c.) » (voir le programme). Continuer la lecture de Compte-rendu du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (I)

Livres, lecteurs et manuscrits : Rencontres néotestamentaires à Amsterdam (SNTS, juillet 2015)

Les Pays-Bas accueillaient cette année, du 29 juillet au 1er août,  le 70ème congrès de la SNTS (Studiorum Novi Testamenti Societas) dans les locaux de l’Université libre d’Amsterdam (Vrije Universiteit). Lieu de rencontre privilégié de la communauté académique et scientifique internationale dont l’objet d’étude et d’enseignement a trait aux textes et aux supports du Nouveau Testament, le congrès 2015 regroupait cette année près de 260 membres et invités et proposait à la fois conférences, communications et séminaires dans un esprit de convivialité et d’échanges mutuels.

SNTS 2015 Program

Outre les quatre conférences plénières – dont celle de Jean-Daniel Dubois (École pratique des hautes études, Paris) sur le docétisme et les christologies gnostiques – seize séminaires, répartis sur trois journées, offraient aux participants les plus récents états de la recherche néotestamentaire. Parmi les groupes de travail proposés, le séminaire de critique textuelle du Nouveau Testament alliait cette année codicologie, philologie et histoire des bibliothèques et des manuscrits, mettant particulièrement en relief l’histoire de la circulation du codex Sinaiticus (Londres, British Library, Additional 43725).

Format et lecture : Approches comparées

Animée par Juan Chapa (Universidad de Navarra, Pamplona) et Claire Clivaz (Swiss Institute of Bioinformatics, Lausanne), la première séance s’est intéressée aux différents formats du document manuscrit et notamment à la transition rouleau-codex dans le contexte des premiers temps du christianisme. Les deux intervenants ont relevé l’impact du livre manuscrit sur les premières communautés, s’interrogeant sur la pertinence des notions de lecture « intensive », qui pourrait être propre au rouleau, ou « extensive », qui pourrait se rattacher à la lecture du codex. Prenant appui sur de précédents travaux, notamment ceux de Guglielmo Cavallo et de Roger Chartier, Juan Chapa et Claire Clivaz ont mis en perspective les supports (papyrus et parchemin), leurs écrits et leurs usages, de l’Antiquité au Moyen Âge, déroulant ainsi le fil d’une théorisation de la lecture qui se prolonge aujourd’hui avec une acuité toute particulière due à la pleine expansion des Humanités digitales.

Vrije Universiteit Building

Critique textuelle néotestamentaire

Cette histoire de la lecture a trouvé son prolongement naturel avec la deuxième session dirigée par Jan Krans (Vrije Universiteit, Amsterdam) et Jennifer Knust (Boston University). L’enjeu portait cette fois sur l’harmonisation des textes – à la fois textes manuscrits et textes imprimés du Nouveau Testament grec. Jan Krans a particulièrement mis en parallèle la méthode d’écriture qui tend à harmoniser la copie sur le modèle – ou sur plusieurs modèles – avec les premiers éditeurs qui ont, eux aussi, pris une part importante à la critique et à l’histoire des textes. Cette harmonisation – qui semble répondre au double objectif d’unité et de simplicité – n’est cependant pas une règle d’or puisque les exemples de lectio difficilior sont nombreux. Les deux intervenants sont revenus sur la terminologie à adopter dans le cas de variantes harmonisantes : « érosion » ou « corruption », un terme souvent employé par les philologues, tout récemment par Bart D. Ehrman (The Orthodox Corruption of Scripture, 1996). Reprenant les propos de Jan Krans qui considérait que, pour le copiste, le phénomène harmonisant était digne de valeur alors que, pour l’auteur, cette harmonisation dépréciait son écriture, Jennifer Knust a décliné les différentes étapes de ce processus de copie, même si, comme cela a été noté par les participants, la notion propre d’« auteur » est difficilement appréciable pour les évangiles.

I Amsterdam

Une nouvelle lecture du Codex Sinaiticus (Aleph.01)

Une troisième et dernière session du séminaire de critique textuelle était organisée en collaboration avec le groupe de travail consacré à la papyrologie et à l’épigraphie dans le Nouveau Testament. Animée par Christfried Böttrich (Ernst-Moritz-Arndt-Universität Greifswald, Allemagne) et Christina M. Kreinecker (Universität Salzburg, Autriche), cette session était consacrée au dossier codicologique du codex Sinaiticus (Aleph.01 dans la numérotation Gregory-Aland), et au parcours de ce manuscrit entre son lieu de copie et Londres où il est actuellement conservé[1]. Écrit sur parchemin en lettres majuscules au cours du 4ème siècle (http://www.codexsinaiticus.org/en/), Christfried Böttrich a souligné que le lieu de copie du document faisait encore débat (Césarée de Palestine ou Alexandrie ?), ainsi que les raisons de sa production : Était-il – ou non – l’une des Bibles commandées par l’empereur Constantin vers 331 ? À la suite de son livre publié en 2011[2], Christfried Böttrich a établit que le codex Sinaiticus « was a master-copy » dans le scriptorium de Césarée et que son arrivée à Sainte-Catherine remontait au milieu du 7ème siècle. Le réexamen attentif de toutes les pièces du dossier, y compris celles ayant trait à Constantin Tischendorf, ont conduit les deux intervenants à considérer le Sinaiticus bien au-delà de sa valeur textuelle intrinsèque : une fenêtre ouverte sur l’histoire du christianisme, ses bouleversements sociaux et politiques, le témoin toujours vivant de textes longtemps reclus au cœur du désert.

Couverture BöttrichL’ensemble de ces trois sessions, mais aussi les quinze autres séminaires ainsi que les séances plénières et les vingt communications proposées simultanément durant ces journées, ont montré – une fois de plus – la vivacité de l’enseignement et de la recherche sur les manuscrits bibliques et les textes néotestamentaires. Une recherche et un enseignement où, hélas, professeurs et chercheurs français étaient peu représentés.

Didier Lafleur (IRHT, CNRS)

Vincent

[1] D’autres parties du manuscrit sont conservées à Leipzig, Universitätsbibliothek, gr. 1; au Sinaï, Monê tês Hagias Aikaterinês, ΝΕ gr., ΜΓ 001; à Saint-Pétersbourg sous quatre cotes différentes : a) Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. № 906 (Gr.), Gr. 002 (Granstrem 2), b) ebda, Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. № 906 (Gr.), Gr. 259 (Granstrem 2), c) ebda, Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. № 906 (Gr.), Gr. 843 (Granstrem 2), d) ebda, Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. № 536. Оп. 1. Sobr. Obščectva Ljubitelej Drevnej Pis’mennosti, Sobr. Obščectva Ljubitelej Drevnej Pis’mennosti O 156 (Granstrem 3).

2] Der Jahrhundertfund. Entdeckung und Geschichte des Codex Sinaiticus, Leipzig: Evangelische Verlagsanstalt.

L’histoire des bibliothèques grecques voyage en Crète

Colloque Bibliothèques grecques dans l’Empire ottoman / Ελληνικές βιβλιοθήκες στην Οθωμανική Αυτοκρατορία, Université de Crète, 26-27 mai 2015

Dans le cadre du projet ANR i-Stamboul et sous l’égide de la Section grecque de l’IRHT et du laboratoire de paléographie grecque de l’Université de Crète, un colloque sur les bibliothèques grecques dans l’Empire ottoman s’est tenu le mardi 26 et le mercredi 27 mai 2015 dans les locaux de l’Université de Crète à Réthymnon, organisé par Marina Detoraki (Université de Crète) et André Binggeli (IRHT).

Programme Colloque Crète, 1Programme colloque Crète 2

Les deux journées réunirent une douzaine de contributions en grec et en français autour de différents aspects de l’histoire des bibliothèques grecques, problématique à laquelle la séance afférente du 8e colloque de paléographie (Hambourg, 2013) présidée par Paul Géhin avait frayé la voie. À travers l’étude de cas particuliers, il s’agissait de faire émerger de nouvelles problématiques et méthodologies liées à l’histoire des bibliothèques et la circulation et l’usage des livres (usage des inventaires anciens, identification des cercles de copistes et des ateliers de reliure, utilisation des manuscrits par des érudits, reconstitution de bibliothèques). L’IRHT fut représenté par André Binggeli, Matthieu Cassin et Anna Lampadaridi.

Marina Detoraki, André Binggeli
Marina Detoraki, André Binggeli

Après un mot d’accueil de la Présidente de la Faculté de Lettres de l’Université de Crète, Angela Kastrinaki, les deux organisateurs du colloque, Marina Detoraki et André Binggeli ouvrirent la journée du 26 mai et exposèrent les enjeux du colloque ; puis Bernard Flusin, invité d’honneur, présida la première séance.

André Binggeli
André Binggeli

L’île de Crète et ses collections de livres

Niccolò Zorzi, Bernard Flusin
Niccolò Zorzi, Bernard Flusin

L’histoire de bibliothèques crétoises ne pouvant pas manquer lors d’un tel événement, un premier groupe de communications était en rapport avec l’île de Crète : nous avons suivi les péripéties de quelques manuscrits de la collection de la famille Nani, qui ont voyagé de la Crète jusqu’à Venise, en passant par les îles ioniennes (Niccolò Zorzi, Université de Padoue), ainsi que le sort d’un lot de manuscrits constantinopolitains revendiqués par les Crétois à la fin du 16e s. (Stephanos Kaklamanis, Université de Crète).

Les centres de diffusion de l’hellénisme et ses bibliothèques

Nikolaos Pissis
Nikolaos Pissis

Une série de cinq communications était liée aux centres de diffusion de l’hellénisme aux 18e et 19e siècles et à leurs bibliothèques : de la reconstitution de la bibliothèque princière de Nicolas Mavrocordatos sur la base des annotations et des modalités de lecture dans une perspective socio-historique (Nicolas Pissis, Freie Universität Berlin), au destin hasardeux de la collection du moine et prêtre Méthode d’Olympos (Kostas Papadakis, Bibliothèque de l’Université de Crète), en allant jusqu’à une réflexion plus sociologique autour du contenu de la bibliothèque d’un petit commerçant de Constantinople à Jassy de Roumanie (Alexis Politis, Université de Crète).

Eleni Kovaiou
Eleni Kovaiou

Toujours dans le cadre de la même thématique, deux communications étaient consacrées aux péripéties du fonds de la Société des Amis de l’Instruction à Andrinople, fondée en 1872 (Eleni Kovaiou, Bibliothèque de l’Université de Crète) et notamment à l’activité d’Ignace Sarafoglou (18e – début 19e s.), évêque de Nazianze (1789-1818), copiste et possesseur d’un lot de manuscrits qui aboutirent dans la collection du Gymnasion de la même ville (Venetia Chatzopoulou, Centre national de recherche hellénique, Athènes).

L’apport des inventaires anciens

Le troisième groupe de travaux traita de l’apport des inventaires anciens pour l’histoire de bibliothèques.

Une place importante fut accordée aux projets en cours relatifs aux inventaires grecs, ce qui fait preuve du dynamisme de ce domaine de recherche.

Inmaculada Pérez-Martín, Bernard Flusin
Inmaculada Pérez-Martín, Bernard Flusin

Deux inventaires byzantins furent présentés par Inmaculada Pérez-Martín (Centre national espagnol de la recherche scientifique, Madrid) dans le cadre de son projet d’édition des inventaires byzantins de livres, en collaboration avec Peter Schreiner.

Zisis Melissakis
Zisis Melissakis

Dans un tel contexte, la référence à la figure contestée de Minoïde Mynas ne pouvait pas manquer : il fut question en particulier de ses tentatives de catalogage systématique des bibliothèques du Mont Athos (Zisis Melissakis, Centre national de recherche hellénique, Athènes).

Dans le cadre du projet du Répertoire des Inventaires de Manuscrits Grecs (RIMG) mené par la Section grecque de l’IRHT sous l’égide de Biblissima, Anna Lampadaridi présenta ses recherches sur la reconstitution du fonds du Métochion du Saint-Sépulcre à Constantinople à travers ses inventaires anciens.

Anna Lampadaridi
Anna Lampadaridi

Au sein du même projet, Matthieu Cassin présenta le site de Libraria qui héberge le répertoire RIMG, ainsi que les possibilités d’édition électronique des inventaires en TEI, à travers l’exemple d’un inventaire de 1572 du monastère de la Sainte-Trinité dans l’île de Chalki (projet ANR i-Stamboul).

Matthieu Cassin
Matthieu Cassin

En guise de conclusion…

Ce bref parcours dans l’histoire des bibliothèques grecques confirma le constat qui fut formulé par André Binggeli lors de l’ouverture de cette rencontre : les aléas de reconstitution de corpus fragmentés, dans le temps et dans l’espace, formaient bel et bien la toile de fond de plusieurs travaux. Les approches variées témoignent des perspectives prometteuses de ce domaine de recherche qui demeure un terrain en friche. Les modalités de fragmentation et de constitution des collections, les mouvements systoliques et diastoliques qui régissent la circulation des livres sont des sujets à traiter.

Les actes de ces deux journées seront publiés conjointement avec ceux du second colloque organisé dans le cadre du projet ANR i-Stamboul qui aura lieu à Istanbul en octobre 2015.

Discussions informelles

Visite de l’exposition « Manuscrits grecs 11e-20e s. » et…autre

Exposition, Université de Crète

En marge du colloque s’est tenue à la bibliothèque de l’Université de Crète l’exposition intitulée « Manuscrits grecs 11e-20e s. (Ελληνικά χειρόγραφα 11ος-20ος αι.) ».

Autour des manuscrits crétois
Autour des manuscrits crétois

Cet événement culturel, organisé par la Βibliothèque universitaire en partenariat avec la Société des avocats de la ville de Réthymnon, réunit un bon nombre d’imprimés mais aussi de manuscrits provenant des fonds de la Δημόσια Κεντρική Βιβλιοθήκη Ρεθύμνης et du Δικηγορικός Σύλλογος Ρεθύμνου, dont deux codices en parchemin (Δικηγορικού Συλλόγου Ρεθύμνου 1 et 2).

Δικηγορικού Συλλόγου Ρεθύμνου 1
Δικηγορικού Συλλόγου Ρεθύμνου 1

Les participants ont bénéficié d’un accueil enthousiaste de la part du personnel de la bibliothèque et notamment d’une visite guidée organisée par Kostas Papadakis et Eleni Kovaiou. Les organisateurs de l’exposition nous ont fait partager leur passion pour l’héritage livresque de leur île.

Matthieu Cassin, André Binggeli
Matthieu Cassin, André Binggeli

Inmaculada Pérez-Martín, Bernard Flusin
Inmaculada Pérez-Martín, Bernard Flusin

Présentation de l’exposition : Ρεθεμνιώτικα Νέα, 27 mai 2015

Grâce à l’accueil chaleureux de Marina Detoraki, le colloque fut agrémenté de plusieurs moments conviviaux autour des repas crétois, dont nous garderons le meilleur souvenir.

Dîner

Déjeuner

Le Répertoire des inventaires de manuscrits grecs (RIMG) : les inventaires de manuscrits grecs revisités

20313_shutterstock_133003820Si, comme le dit le Littré : « dans le langage général, faire son inventaire » signifie « examiner ce qu’on a », l’importance des inventaires de manuscrits pour l’histoire des bibliothèques anciennes va sans dire.

Domaine défriché pour la France par le répertoire des Bibliothèques médiévales de France (BMF), les inventaires de manuscrits grecs demeuraient pendant longtemps une source peu exploitée pour l’histoire des bibliothèques, et plus largement, de l’érudition et de la transmission des savoirs. Seules quelques grandes bibliothèques d’Occident, et en particulier la Bibliothèque apostolique vaticane[1] et plus récemment la Laurentienne[2], ont jusqu’à présent vu leurs inventaires anciens édités.

000caxx4Le Répertoire des inventaires de manuscrits grecs (RIMG), lancé en 2014 dans le cadre de Biblissima, émane d’une telle initiative : offrir aux chercheurs un équivalent du répertoire BMF, se frayer une voie vers de nouvelles recherches autour de la reconstitution des bibliothèques anciennes sur la base des inventaires conservés. Le choix a cependant été fait de tourner l’enquête essentiellement vers les bibliothèques orientales : à l’époque moderne, en effet, le recensement des livres grecs dans les bibliothèques d’Occident ne se distingue plus de celui des autres livres et il n’y a pas grand sens à l’isoler. Un premier jalon fut fourni par le relevé effectué par Jacques Bompaire en 1979[3] ; la présente enquête part d’un dépouillement sur nouveaux frais des catalogues de manuscrits grecs, afin d’y repérer les listes de livres.

Image Site RimgUne question importante s’est posée dès le début : comment définir un inventaire ? quel type de documentation inclure dans ce répertoire ? Agréablement surpris par la polychromie de la documentation qui s’étalait devant nos yeux, nous avons opté pour une approche ouverte : toute liste contenant au moins deux livres – surtout manuscrits mais sans exclure les imprimés qui constituent une partie importante des collections tardives – y trouve sa place. A côté des catalogues officiels, figurent des listes de donation ou d’emprunt, des inventaires partiels ou complets, des listes brèves dont la finalité n’est pas toujours aisée à déterminer.

Un inventaire revêt plusieurs formes, se prête à plusieurs interprétations ; il reflète aussi une taxinomie, une cotation, une façon de voir et de penser les choses. Même la façon de décrire les livres, leur matière et leur format, mais aussi leur reliure ou leur écriture, n’est pas dépourvue d’intérêt linguistique pour la terminologie grecque du livre manuscrit.

Paris, BnF, gr. 3067, f. 228

Il s’agit en outre d’effectuer une première classification de cette masse hétérogène que représentent les différentes façons de recenser le contenu d’une bibliothèque. Afin de faire ressortir l’intérêt de chaque pièce, nous avons construit des fiches descriptives dont les différents champs donnent l’essentiel de l’information nécessaire à l’étude du document : datation (si le document n’est pas daté, on trouve une datation approximative à l’aide de termini ante quem et post quem) ; localisation (la région plus large et le lieu plus précis) ; auteur et commanditaire (si connus) ; type (catalogue de bibliothèque, inventaire, liste de livres ; liste de prêt/emprunt ; liste de donation ; liste d’achat/vente ; liste de biens ; testament ; typikon) ; titre (s’il existe) ; incipit ; mots-clefs ; répertoire (si l’inventaire a été repéré par nos prédécesseurs) ; source (la côte du manuscrit avec le lien vers la base Pinakes) ; édition (si elle existe) ; bibliographie (les références bibliographiques complètes sont en libre accès sur zotero). L’analyse du document occupe la plus grande partie de la fiche : il s’agit de localiser l’inventaire à l’intérieur du manuscrit, de présenter brièvement sa structure et son contenu, de le placer dans son contexte et de s’attarder sur ses particularités linguistiques, si nécessaire.

Andros, Monê Panachrantou 29, p. 213
Andros, Monê Panachrantou 29, p. 213

D’un hiéromoine nommé Pierre qui ramène cinq βιβλία d’un métochion de Saint-Nicolas en Chypre au XIVe s., à l’archimandrite Samuel qui fait don de sa riche collection de livres à l’École Ἁγίας Τριάδος dans l’île d’Andros au XIXe s., nous partons pour un voyage dans l’espace et dans le temps, à la découverte de personnages et de lieux parfois mal ou même nullement attestés par ailleurs. La priorité est donnée à la partie orientale de la Méditerranée (Grèce, Turquie, Syrie, Palestine, Egypte), dans une perspective chronologique longue, allant du XIe jusqu’au XIXe s. Les siècles qui suivent la chute de Constantinople s’avèrent d’une importance inouïe pour la constitution des bibliothèques : l’abondance du matériel inédit qui remonte à cette période mis en évidence par le dépouillement des catalogues modernes de manuscrits démontre à quel point les inventaires des manuscrits grecs restent encore un terrain en friche.

Andros, Monê Hagiou Nikolaou 69, p. 102
Andros, Monê Hagiou Nikolaou 69, p. 102

[1] Voir R. DEVREESSE, Le fonds grec de la Bibliothèque vaticane des origines à Paul V (Studi e Testi 244), Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1965, qui met en évidence un bon nombre d’inventaires alphabétiques et topographiques, et pour un état de la question récent, voir P. SVERZELLATI, « Per la storia della Biblioteca Apostolica Vaticana », Aevum 86 (2012), p. 969-1004.

[2] Pour un état de la question, voir D. SPERANZI, « La biblioteca dei Medici. Appunti sulla storia della formazione del fondo greco della libreria medicea privata », in : Principi e signori. Le Biblioteche nella seconda metà del Quattrocento. Atti del Convegno di Urbino (5-6 giugno 2008), a cura di Guido Arbizzoni, Concetta Bianca, Marcella Peruzzi, (Accademia Raffaello. Collana di studi e testi 25), Urbino, Accademia Raffaello, 2010, p. 217-264.

[3] J. Bompaire, « Les catalogues de livres-manuscrits d’époque byzantine », in : S. Dufrenne (ed.), Byzance et les Slaves. Études de Civilisation. Mélanges Ivan Dujc̆ev, Paris [1979], pp. 59-81.