Archives par mot-clé : édition

Nouvelle parution: Évagre le Pontique, Chapitres sur la prière

La Section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT est heureuse d’annoncer la parution récente de l’ouvrage de Paul Géhin, directeur de recherche émérite:

Paul Géhin, éd. Évagre le Pontique, Chapitres sur la prière (Sources Chrétiennes 589), Paris 2017, 470 pages.

Les Chapitres sur la prière, au nombre de 153 comme les poissons de la pêche miraculeuse (Jean 21, 6-11), constituent une des œuvres majeures d’Évagre le Pontique. Continuer la lecture de Nouvelle parution: Évagre le Pontique, Chapitres sur la prière

Mélanges en l’honneur de Paul Géhin

La section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT est particulièrement heureuse d’annoncer la parution du volume de mélanges offerts à Paul Géhin:

André BINGGELI, Anne BOUD’HORS et Matthieu CASSIN (éd.), Manuscripta Graeca et Orientalia. Mélanges monastiques et patristiques en l’honneur de Paul Géhin (Orientalia Lovaniensia Analecta 243), Leuven-Paris-Bristol, Peeters, 2016 (ISBN 9789042933583).

Mélanges Paul Géhin
Mélanges Paul Géhin

Édité par trois membres de la section, l’ouvrage se veut un hommage à celui qui fut son directeur de 1997 à 2011, spécialiste d’Évagre le Pontique, et dont les travaux scientifiques couvrent un large éventail de disciplines et de domaines linguistiques. Continuer la lecture de Mélanges en l’honneur de Paul Géhin

Le Canon 8 de Chénouté

Monastère Blanc, intérieur

A. Boud’hors, Le Canon 8 de Chénouté. Introduction, édition critique, traduction. Le Caire 2013, 2 vol. (Bibliothèque d’études coptes 21).

Près du village antique d’Atripé, en Haute-Égypte, s’élevaient les bâtiments d’une congrégation monastique organisée et dirigée aux 4e-5e siècles par l’abbé Chénouté, grande figure du monachisme égyptien et auteur d’une œuvre unique par son ampleur dans la littérature copte. Le plus grand des trois monastères chénoutiens, communément appelé « monastère Blanc », à cause de la couleur des pierres de son église, est fameux pour avoir livré, entre la fin du 18e et la fin du 19e siècle, les restes d’une importante bibliothèque. Comme le monastère avait été abandonné au 13e siècle, les manuscrits étaient dans un état déplorable lors de leur découverte, aggravé encore ensuite par les convoitises des collectionneurs, qui aboutirent à une dispersion des feuillets dans le monde entier. La reconstitution des manuscrits se poursuit jusqu’à aujourd’hui (voir le blog d’Alin Suciu).

Monstère Blanc, vue extérieure

Les feuillets et fragments de parchemin rescapés sont les restes d’environ mille livres (codices), copiés entre le 8e et le 12e siècle (on peine encore à imaginer ce qui est advenu des manuscrits plus anciens). Malgré leur état fragmentaire, ces manuscrits constituent le plus grand réservoir de littérature copte dans le dialecte classique, appelé sahidique : textes bibliques, apocryphes, patristiques, hagiographiques, monastiques. Les œuvres de Chénouté y sont représentées par les restes d’une centaine de manuscrits. Elles ne sont quasiment pas attestées en dehors de cette bibliothèque.

Louvre E 9979 r°C’est seulement à une date récente que Stephen Emmel (Shenoute’s Literary Corpus, Louvain 2004) a pu mettre de l’ordre dans ces manuscrits et reconstituer le corpus chénoutien, qui se compose de deux grands volets, les Canons, ou sermons de discipline monastique (9 tomes) et les Discours (8 tomes), à visée plus morale et pastorale, destinés à un public plus large. Depuis lors, une équipe internationale a pris en charge l’édition critique systématique de ce corpus.

Or l’Institut français d’archéologie orientale au Caire détient, sous la cote « Ifao Copte 2 », un des manuscrits les mieux conservés du monastère Blanc, qui est un exemplaire du Canon 8 de Chénouté. Plus précisément, sur les 160 feuillets d’origine, 128 feuillets sont conservés à l’Ifao, 6 à Londres (BL), 4 à Naples (BN), 3 à Paris (BnF). C’est un cas exceptionnel, si l’on pense que certains manuscrits ne sont plus représentés que par une moitié de feuillet. Il est possible que la partie Ifao de ce manuscrit ait été achetée à un antiquaire par l’égyptologue Gaston Maspero, avant la découverte par ce dernier en 1885 de la « cachette » où s’entassait la majeure partie des vestiges.

Ifao Copte 2, f. 71v

De ce fait, un examen paléographique et codicologique détaillé a été possible pour ce manuscrit, ce qui permet d’avoir une idée de son économie. Son histoire n’est pas sans accident. Deux ou trois copistes différents y sont à l’œuvre. De nombreuses corrections ou additions ont été insérées dans les marges. Une anomalie a pu être repérée dans la composition des cahiers, à cause d’une importante omission du copiste compensée par l’ajout de feuillets. Des traces de signets sont encore visibles, disposés aux endroits où commence un nouveau sermon (le manuscrit en contient sept). L’écriture est une onciale de type biblique, style utilisé jusqu’au 11e siècle pour copier les textes particulièrement vénérables, bibliques surtout, ce qui montre le statut presque sacré dont jouissaient les sermons de l’abbé. La sobriété de l’écriture de ce manuscrit, jointe à ses dimensions modestes (27 x 21 cm), invitent à proposer une date un peu plus haute que la période de copie habituellement assignée aux manuscrits du monastère Blanc, soit peut-être le 8e siècle.

Ifao Copte 2 f. 114v (détail d’un feuillet avec signet)

Bien qu’il existe des fragments de quatre témoins parallèles du Canon 8, ainsi que d’un florilège de l’ensemble des Canons, le caractère unique du manuscrit Ifao comme témoin de l’histoire du livre imposait son édition quasi diplomatique comme préalable à toute édition vraiment critique. Elle se trouve de plus accompagnée par la reproduction en couleur de toutes les pages conservées au Caire.

Quant au contenu des sept sermons, de longueur inégale (de 3 à 120 pages), le lecteur de la traduction risque d’être déçu : si, en historien, il y cherche des traces de règles monastiques, il ne trouvera rien de bien précis (d’autres tomes des Canons semblent plus riches de ce point de vue) ; s’il est curieux de spiritualité monastique ou de spéculation théologique, il restera sur sa faim. Chénouté est un imprécateur. Il brode à l’infini sur le thème de la pureté perdue, puisant dans la Bible, surtout l’Ancien Testament, une matière disparate qu’il tisse avec un art inégalé. Sa syntaxe, qui mêle des registres de langue sophistiqués, recourant à des constructions uniques, avec des passages d’une familiarité brutale, est d’une difficulté redoutable. La valeur du Canon 8 est littéraire et linguistique, et de ce point de vue elle reste encore largement à analyser.

Ifao Copte 2, f. 102r