Archives par mot-clé : Colloque

CENSUS. Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays, jour 2

Voici la suite du compte rendu du colloque CENSUS, Reccenser et identifier les manuscrits par langue et par pays. Vous trouverez dans un autre billet le compte rendu de la première journée.

Vendredi 13 octobre, le colloque a été accueilli à la Bibliothèque nationale de France, site François Mitterand, au Petit auditorium.

La séance du matin était consacrée aux recensements des manuscrits par langues, mais cette fois pour les langues vernaculaires.

B. Busch (Universität Siegen) a présenté le Handscriftencensus, recensement des manuscrits en langue allemande du 8e au 15e siècle. Partant de la genèse de ce riche outil, qui recense plus de 20000 manuscrits et près de 6000 œuvres, N. Busch a montré comment le projet est parti d’un travail parallèle et secondaire de passionnés, et de la juxtaposition d’entreprises multiples, pour aboutir maintenant à un financement de longue durée qui permet enfin d’envisager des développements de plus grande ampleur et une mise à jour de l’outil informatique.

M.-L. Savoye (RHT) a présenté la base de données Jonas, consacrée aux traditions manuscrites littéraires françaises et occitanes. La base de données présente actuellement 18567 textes, 18678 manuscrits et 455 imprimés anciens ; elle contient également un très important dépouillement bibliographique pour les textes et les manuscrits. La base de données présente une certaine flexibilité dans les niveaux de description, qui vont du simple signalement du manuscrit jusqu’à une fiche complète de catalogue, y compris au niveau codicologique. La base est en outre utilisée comme un outil de travail et de constitution de corpus par la section romane de l’IRHT.

G. Avenoza (Universitat de Barcelona) a présenté le portail PhiloBiblon, qui couvre les livres et  textes en langues castillane, portugaise et catalane jusqu’au début du 16e siècle, tant manuscrits qu’imprimés. Il regroupe trois bases de données différentes : BETA = espagnol (et dialectes anciens : aragonais, léonais, etc.) ; BITECA = catalan ; BITAGAP = portugais, galicien et ancienne koinè galicio-portugaise. Cet ensemble fournit à la fois un recensement des livres manuscrits ou imprimés, mais aussi une description plus ou moins approfondie des manuscrits, allant pour certains jusqu’à une notice codicologique détaillée et complète. Cet ensemble de ressources est issu d’un processus long, commencé d’abord par des publications papier puis informatisés et enfin mis en ligne.

Sandro Bertelli (Universita degli studi di Ferrara) a présenté le projet I manoscritti della letteratura italiana delle origini, qui consiste en une série de catalogues, publiés uniquement en version papier, et qui décrit en détail les manuscrits écrits en vulgaire italien jusqu’au milieu du 14e siècle. Ont également été ajoutés au projet les simples ajouts textuels en italien dans des manuscrits latins ou en d’autres langues. Les premiers volumes parus concernent Florence, où sont rassemblés la plus grande part de ces livres.

A. Bouwman (Leiden, University Library) et B. Besamusca (Univeristeit Utrecht) ont présenté la Bibliotheca Neerlandica Manuscripta, qui rassemble les manuscrits contenant des textes écrits en moyen néerlandais.  Cette base de donnée a une longue histoire, depuis les travaux de W. de Vreese à la fin du 19e siècle, et s’appuie d’abord sur d’importantes archives papier. Elle contient actuellement la description ou le signalement de 16000 manuscrits, pour 63000 témoins (occurrence d’un texte dans un manuscrit), et 7000 entrées liées à une autorité de personne, de lieu ou d’institution. La base pourrait également inclure, à terme, tous les manuscrits qui ont un lien historique avéré avec la zone linguistique néerlandaise, c’est-à-dire les manuscrits français, allemands, etc. qui ont circulé dans la zone ou y ont été possédés. Se posent d’ailleurs des questions de délimitation linguistique avec le recensement des manuscrits en langue allemande. La nouvelle interface de recherche est construite à partir de facettes, qui permettent de filtrer progressivement les résultats de manière complexe.

A.-M. Turcan Verkerk (SAPRAT, EPHE, IRHT, Biblissima) et R. Robineau (Biblissima) ont présenté l’état d’avancement de l’EquipEx Biblissima, dont les réalisations entrent dans leur phase finale. Ce projet a permis d’une part le financement de nombreux projets de recherche, de numérisation et d’édition de sources liées à l’histoire des bibliothèques, mais aussi la mise en place d’outils électroniques divers (voir la Boîte à outils Biblissima). Enfin, le pool de développement Biblissima a construit, à partir d’exports des bases de données partenaire du projet, une interface de consultation centralisée des données, avec un important travail d’alignement des données issues des différents partenaires et de structuration unifié, appuyé pour la visualisation des images sur une utilisation importante du iiif (voir infra). Un tel projet présente un caractère à la fois pionnier et exploratoire, dans la mesure où il repose sur un travail effectué sur des exports figés de bases de données, catalogues et bibliothèques numériques existants.

C. Fabian(Bayerische Staatsbibliothek, München) a poursuivi et rassemblé les réflexions entamées depuis le début du colloque autour des questions soulevées par la mise en réseau des ressources et des images des manuscrits. Parcourant les différentes approches, catalogues, autorités, bibliothèques numériques, bases de données spécialisées, C. Fabian a souligne la nécessité de mettre en place rapidement des moyens simples pour permettre au chercheur et à tout utilisateur de naviguer aisément au sein des différentes ressources numériques consacrées aux manuscrits, et rappelé le consensus qui commence à émerger autour de la solution d’identifiants uniques pour les manuscrits.

M. Cassin (IRHT) et H. Seng (IRHT) ont ensuite présenté le projet ISMSN (International Standard Manuscript Number), issu de longues réflexions et, plus récemment, des décisions collectives prises lors de la journées Manuscript IDs (voir ici un relevé de conclusion). L’idée de départ, très simple, est d’attribuer à tous les livres manuscrits (en commençant par les manuscrits médiévaux et modernes) un identifiant numérique stable et non-significatif, qui puisse à la fois être cité dans les publications papier et utilisé comme outil de mise en lien sur la toile. Les manuscrits sont définis et identifiés par leur cote dans la bibliothèque de conservation et les identifiants sont attribués uniquement à ce niveau cote. L’IRHT, mandaté par les partenaires réunies lors de la journée du 26 avril, a donc développé un premier référentiel, structuré par pays, ville, dépôt, fonds et cote, permettant la recherche des manuscrits. Chaque fiche fournit, outre la cote retenue, le numéro identifiant ISMSN, une adresse ark, d’éventuelles formes équivalentes, des liens issus des bases de données, bibliothèques numériques, catalogues partenaires. La structure de l’ensemble est construite à partir d’une API, permettant l’interaction aisée avec de nombreuses ressources web. L’alimentation de ce référentiel, qui a pour le moment été effectuée par l’IRHT à partir de l’important réservoir de cotes qu’il a peu à peu constitué pour les différentes langues et pays, devra bien évidemment être décidée de manière concertée et appuyée sur les partenaires, bibliothèques ou groupements de bibliothèques, institutions de recherches, etc. Une nouvelle rencontre au printemps prochain permettra de progresser en ce sens. On trouvera dans ce billet, ISMSN, une présentation plus détaillée du projet et de son avancement.

Ch. Denoël (BnF) et F. Siri (BnF) ont présenté l’important programme de numérisation et de catalogage financé par la Fondation Polonsky et mené conjointement par la Bibliothèque nationale de France et la British Library. Consacré aux manuscrits de France et d’Angleterre, 700-1200, le projet prévoit la numérisation de 800 manuscrits (400 dans chacune des deux institutions), leur catalogage mais aussi leur utilisation dans le cadre d’une diffusion culturelle auprès du grand public. Ce projet est également l’occasion de restaurer plusieurs pièces de grande importance parmi les manuscrits retenus.

M. Bonicel (BnF) présente enfin la mise en place du protocole iiif (International Image Interoperability Framework) à la BnF, qui est progressivement intégré aux ressources numériques de la BnF, entre autres à l’occasion du projet financé par la fondation Polonsky. Ce protocole permet une portabilité des images et offre à l’utilisateur la possibilité de ne pas être contraint par le visualiseur utilisé sur le site d’origine. Une telle souplesse permet, grâce à l’utilisation d’un visualiseur compatible comme Mirador, de comparer aisément des images de provenance diverse et de constituer des collections ad hoc.

F. Bougard (IRHT) a conclut ces deux riches journées.

CENSUS. Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays, jour 1

Les 12 et 13 octobre 2017 s’est tenu à Paris, à l’Institut de recherche et d’histoire des textes et à la Bibliothèque nationale de France, le colloque CENSUS, Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays. Il était organisé par François Bougard (IRHT), Matthieu Cassin (IRHT) et Amandine Postec (BnF). La rencontre visait à faire le point sur les entreprises de recensement de manuscrits médiévaux et modernes et les modalités de description des manuscrits dans ce cadre. Les approches retenues étaient pour l’essentiel des approches par langue ou par aire géographique. Enfin, le colloque a été pensé afin de confronter et de rapprocher les approches des chercheurs et des bibliothécaires, et d’envisager les moyens de mettre en relation de la manière la plus étroite possible les ressources scientifiques produites dans ces deux cadres.

Dans la mesure où la plupart des outils de ce genre sont maintenant conçus sous forme électronique – même si nombre d’entre eux ont d’abord existé sous forme de fichiers papier ou d’archives manuscrites – la question des modalités de mise en lien des différentes ressources sur les manuscrits, des identifiants pérennes liés aux manuscrits, aux personnes, aux textes et aux lieux a été centrale dans bien des discussions du colloque. C’est l’un des points qui sera mis en avant dans ce compte rendu rapide. On notera en outre qu’un projet d’identifiants uniques et pérennes pour les manuscrits (ISMSN) a été présenté par l’équipe de l’IRHT.

On trouvera ci-dessous le compte rendu de la journée du jeudi. Le compte rendu de la journée de vendredi se trouve dans cet autre billet.

La matinée du jeudi a été consacrée aux recensement des manuscrits par langue pour les périodes anciennes et médiévales. M. Depauw (KU Leuven) a présenté d’abord un outil déjà extrêmement avancé : Trismegistos. D’abord consacré à l’Égypte, ce portail cherche maintenant à couvrir l’ensemble du monde ancien méditerranéen, de 800 avant notre ère à 800 de notre ère. Son cœur de métier concerne les papyrus et l’épigraphie, mais d’autres sources sont également prises en compte. Issu de publication papier sur la prosopographie de l’Égypte ptolémaïque, le portail rassemble maintenant différentes ressources, autour des papyrus, des personnes, des textes, etc. Trismegistos contient non les textes ou les images, mais des metadata uniquement. Le portail attribue des identifiants stables à chacune des entités traitées, et ces identifiants sont déjà largement utilisés au sein de la communauté scientifique concernée. On relèvera également une active politique de collaboration avec d’autres bases de données, mais aussi l’intégration massive des ressources fournies par d’autres bases de données, qui sont intégrées dans le portail et consultables à travers lui.

M. Cassin (IRHT) a présenté ensuite les ressources disponibles en matière de recensement des manuscrits grecs. Prenant la suite de répertoires des bibliothèques et des catalogues de manuscrits publiés en version papier, mais aussi d’un projet plus ancien d’index général des catalogues de manuscrits grecs, la base de données Pinakes, textes et manuscrits grecs fournit un recensement aussi exhaustif que possible des manuscrits grecs conservés dans le monde entier. Ce recensement est complété par des informations détaillées sur le contenu des livres, mais aussi sur leur histoire. La BDD est également le lieu d’un dépouillement bibliographique par manuscrit, mais aussi d’un recensement des ressources numériques (catalogues en ligne, numérisations, bibliographies, etc.), tant au niveau du manuscrit que des bibliothèques ou des textes. Cette base de données sert également de point d’appui au réseau Diktyon, Réseau numérique pour les manuscrits grecs, qui réunit plusieurs projets en cours en ce domaine. Le réseau fournit des identifiants uniques numériques pour chaque manuscrit grec (Diktyon id), qui sont utilisés dans les différentes bases du réseau et permettent des liens automatiques entre les différentes ressources.

M. Rosenau (Akademie der Wissenschaften zu Göttingen) a présenté l’état des ressources pour les manuscrits coptes – essentiellement pour les textes littéraires, puisque les textes documentaires bénéficient d’autres ressources. Malgré le caractère pionnier du Corpus dei manoscritti copti letterari de Tito Orlandi, les ressources en ligne en ce domaine ont peu évolué depuis, ou seulement sur des zones très limitées. La difficulté est grande, du fait du caractère extrêmement fragmenté des manuscrits coptes et de la nécessité de remembrer les codices dispersés. Le projet consacré à l’Ancien Testament sahidique, en cours à Göttingen, réalisé à l’aide des ressources de l’Institut de Münster pour le texte néo-testamentaire, ne couvre qu’une petite portion des manuscrits coptes, dans l’optique d’une édition électronique appuyée sur un recensement des manuscrits et fragments de ce texte.

A. Binggeli (IRHT) a présenté les ressources pour les manuscrits syriaques – y compris les manuscrits garshuni, où l’arabe est noté en caractères syriaques. Si des répertoires papier existent pour les manuscrits syriaques et leurs catalogues, aucune entreprise électronique n’embrasse encore la totalité des livres. Une entreprise qui mêle reprise des catalogues existants et étude directe des manuscrit, e-ktobe, a été mise en place en collaboration entre l’IRHT et Orient et Méditerranée ; il s’agit aujourd’hui d’un catalogue, en TEI, des manuscrits syriaques, qui rassemble déjà environ 500 cotes. Elle s’appuie sur le portail de référence pour les études syriaques, syriaca.org, qui fournit des référentiels et des identifiants pour les personnes, les lieux et les textes, et contribue également à son développement. Il faut également mentionner dans ce domaine le travail effectué par la Hill Museum and Manuscript Library, qui numérise des manuscrits en Orient et met les images en ligne, avec une description très sommaire.

J. Olszowy-Schlanger (SAPRAT, EPHE, IRHT) a présenté les ressources pour les manuscrits hébreux, ou plutôt en caractère hébraïques, car nombreux sont les livres en langues vernaculaires notées en caractères hébraïques. On relèvera en particulier la bibliothèque numérique des manuscrits mise en place par la Bibliothèque nationale d’Israël, Ktiv, ainsi que les nombreux projets autour des fragments de Geniza. C’est ensuite le projet Books within books, consacré au recensement et à la description des fragments de manuscrits hébreux dans les bibliothèques européennes. La base de donnée qui sert à ce projet est en particulier marquée par le choix de nombreux champs à texte libre, destinés à laisser libre court au catalogueur, rejetant l’harmonisation des données au niveau de la recherche plutôt qu’au niveau de la saisie des données.

L’après-midi a été consacré aux entreprises par pays. Robert Giel (Staatsb.zu Berlin – Preussischer Kulturbesitz, Handschriftenabteilung) a présenté les réflexions en cours pour mettre en place le successeur de Manuscripta Mediaevalia, sous la forme d’un nouveau portail consacré aux manuscrits conservés en Allemagne (Handschriftenportal), qui réunira images, métadonnées, catalogues, mais aussi liens vers d’autres ressources détaillées sur les manuscrits traités. La limitation chronologique à la période médiévale sera supprimée. L’ensemble est organisé autour du manuscrit considéré comme objet culturel, tandis que les différentes descriptions, images, etc. s’articulent autour de ce point central.

Ch. Flueler (Université de Fribourg) a ensuite présenté la bibliothèque numérique des manuscrits de Suisse, e-codices. Cette bibliothèque vise à rassembler l’ensemble des manuscrits de Suisse, ainsi qu’une sélection de manuscrits modernes. 1400 sont déjà en ligne, soit environ 20 % des collections. Ch. Flueler a également présenté les modalités de financement et d’organisation d’un tel projet à l’échelle d’un pays, en étroite articulation avec les bibliothèques et les bibliothécaires, mais aussi sous l’angle du financement et de la pérennisation.

Ch. Glassner (Österreichische Akademie der Wissenschaften) a présenté l’entreprise de recensement et de description des manuscrits médiévaux en Autriche, qui est également liée à un répertoire de filigranes et à un répertoire des manuscrits hébraïques. La physionomie des bibliothèques d’Autriche est très particulière, avec une importance fondamentale des bibliothèques conventuelles, à côté de la Bibliothèque nationale d’Autriche ; sur les 150 bibliothèques qui renferment des manuscrits, 60 sont conventuelles. La description des manuscrits s’appuie sur les catalogues antérieurs, mais aussi sur des entreprises de catalogage sur nouveaux frais, et est accompagnée autant que possible de numérisations des manuscrits. Le portail fournit, pour tous les manuscrits, un identifiant numérique unique non significatifs, et un sigle du manuscrit. Les auteurs sont normalisés en lien avec la Gemeinsame Normdatei.

Lisa Fagin Davis (Medieval Academy of America) a présenté la situation du recensement des manuscrits aux États-Unis d’Amérique, pays pour lequel elle vient de réaliser un nouveau Census, qui prend la suite de celui de Ricci et de son supplément. L’évolution des collections de manuscrits aux USA a été extrêmement forte, avec plus que le doublement des collections publiques conservant des manuscrits, et l’explosion du phénomène des single leaves, issues du démembrement de manuscrits. Très peu de ces collections sont cataloguées, et aucune entreprise centralisée n’existe ni pour le catalogage, ni pour les numérisations, même si plusieurs projets réunissent déjà un grand nombre de numérisations, comme Digital Scriptorium ou la Bibliotheca Philadelphiensis (voir une liste ici).

M. Maniaci (Università degli studi di Cassino) a présenté le projet MaGI (Manoscritti greci d’Italia). Conçu au départ pour fournir un recensement des manuscrits grecs d’Italie, accompagné de planches paléographiques pour chaque unité de production, voir pour chaque main, le projet s’est pour l’instant réorienté vers le catalogage détaillé ou la révision de catalogues existants pour les manuscrits d’un certain nombre de bibliothèques (249 notices sont déjà en ligne, plus du double en révision ou en préparation). Le projet a été réalisé dans le cadre de la Nuova Bibliotheca Manoscritta, prévue pour les manuscrits de la Vénétie. La complexité des structures et des tutelles italiennes a largement alourdi le projet et sa continuation.

L. Negrini (ICCU, Roma) a présenté les procédés de constitution de listes d’autorité et les règles de normalisation au sein de l’outil de catalogage unique pour les manuscrits d’Italie, ainsi que le portail Manusonline, qui recense les manuscrits des bibliothèques italiennes.

A. Postec (BnF), C. Poiret (CCFr, BnF) et P. Latour (Calames, Bibl. Mazarine) ont présenté trois outils et portails de catalogage des manuscrits des collections publiques de France, Archives et manuscrits pour la BnF, la partie manuscrit du CCFr, qui permet aussi l’interrogation des autres ressources, et Calames, pour les bibliothèques de l’enseignement supérieur. Les trois bibliothécaires ont présenté les modalités du catalogage en EAD dans ces trois cadres, les outils de normalisation et d’autorité (en particulier idRef et les autorités BnF), ainsi que les perspectives d’évolution. Cette présentation très stimulante a permis aux chercheurs de mieux comprendre les modalités du travail et les outils employés par les bibliothécaires dans le cadre français.

CENSUS, Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays

Les 12 et 13 octobre aura lieu à Paris un colloque consacré au recensement et à l’identification des manuscrits, par langue et par pays, dont voici  le programme :

Programme

Jeudi 12 octobre – Salle Jeanne-Vielliard, IRHT, Paris 16e

  • 9h15 – Accueil
  • 9h30 – Introduction : François Bougard et Matthieu Cassin (IRHT)

Recenser les manuscrits par langue : langues anciennes et médiévales

Présidence : François Bougard

  • 9h45 – M. Depauw (KU Leuven) : Trismegistos: cataloguing all ancient texts (BC 800 BC – AD 800)
  • 10h15 – M. Cassin (IRHT) : Pinakes (recenser et décrire les manuscrits grecs) et Diktyon (identifier les manuscrits grecs)

10h45 – Pause

Présidence : Brigitte Mondrain (SAPRAT, EPHE)

  • 11h – M. Rosenau (Akademie der Wissenschaften zu Göttingen) : Digital Coptic – DH Projects in Coptic Studies
  • 11h30 – A. Binggeli (IRHT) : E-ktobe : une base pour les manuscrits syriaques
  • 12h – J. Olszowy-Schlanger (SAPRAT, EPHE, IRHT) – Classer les manuscrits hébreux par leur aire de production : enjeux et problèmes méthodologiques

Recenser les manuscrits par pays

Présidence : Claudia Fabian

  • 14h – R. Giel (Berlin, Staatsbibl. zu Berlin – Preussischer Kulturbesitz, Handschriftenabteilung) : Cultural objects and descriptions. Towards a new German Manuscript Portal
  • 14h30 – Ch. Flueler (Université de Fribourg) : Local – National – Global : How e-codices has made a national manuscript portal in Switzerland
  • 15h – Ch. Glassner (Österreichische Akademie der Wissenschaften) : manuscripta.at – Manuscrits médiévaux en Autriche
  • 15h30 – L. Fagin Davis (Medieval Academy of America) : Medieval and Renaissance Manuscripts in North America : Identification, Digitization, and Discoverability

16h – Pause

Présidence – Pierre-Jean Riamond (Ministère de la Culture)

  • 16h20 – M. Maniaci (Università degli studi di Cassino) : Documentare i manoscritti greci d’Italia : riflessioni in margine ad un lavoro in corso
  • 16h50 – L. Negrini (ICCU, Roma) : Nuovi strumenti per la catalogazione in ManusOnLine: le Linee Guida per l’Authority File e la tastiera virtuale
  • 17h20 – A. Postec (BnF), C. Poiret (CCFr), P. Latour (Calames) : Recenser et décrire les manuscrits des bibliothèques publiques de France : les catalogues en ligne

Vendredi 13 octobre – Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e

  • 9h30 – Accueil et Introduction : Isabelle le Masne de Chermont (BnF)

Recenser les manuscrits par langue : langues modernes

Présidence : Isabelle le Masne de Chermont

  • 9h45 – N. Busch (Universität Siegen) : Handschriftencensus. Medieval German Manuscripts
  • 10h15 – M.-L. Savoye (IRHT) : Les deux visages de Jonas : répertoire « exhaustif » des manuscrits contenant du français ou de l’occitan et outils d’analyse de corpus de recherche

10h45 – Pause

Présidence : Marie-Laure Savoye

  • 11h – G. Avenoza (Universitat de Barcelona) : Philobiblon (péninsule Ibérique : espagnol, catalan, galicien et portugais)
  • 11h30 – S. Bertelli (Università degli studi di Ferrara) : Les manuscrits de la littérature italienne des origines : une mise à jour
  • 12h – A. Bouwman (University Library, Leiden) et B. Besamusca (Universiteit Utrecht) : The Past, Present and Future of the Bibliotheca Neerlandica Manuscripta (BNM)

Ressources transversales et projets en cours

Présidence : Charlotte Denoël

  • 14h – B. Giffard (IRHT, Biblissima), A.-M. Turcan (SAPRAT, EPHE, Biblissima) : Biblissima
  • 14h30 – C. Fabian (Bayerische Staatsbibliothek, München) : Les manuscrits en réseau – réinvention, réorganisation et visibilité dans un nouvel écosystème
  • 15h – M. Cassin et H. Seng (IRHT) : Pour des identifiants uniques des manuscrits (ISMSN) : présentation d’un projet en cours

15h30 – Pause

Présidence : Anne-Marie Turcan

  • 16h – Ch. Denoël et F. Siri (BnF) : Le programme Polonsky (BnF-British Library) : aspects scientifiques et interopérabilité des métadonnées
  • 16h30 – M. Bonicel (BnF) – L’innovation au service du partage des données : IIIF à la BnF
  • 17h – Conclusions

Télécharger le programme en pdf.

Greek Manuscripts in the British Library

La British Library organise le 19 septembre à Londres (Conference Centre, The British Library, 96 Euston Road, London) une journée de conférences et de discussions pour célébrer l’achèvement de la troisième phase de numérisation de l’ensemble de ses manuscrits grecs : Greek Manuscripts in the British Library. Le programme détaillé est disponible. La session de l’après-midi sera présidée par  André Binggeli, qui participera également à la table ronde finale, consacrée aux perspectives dans le domaine des numérisations de manuscrits et de catalogage.

Saluons également l’arrivée comme « curator of Ancient and Medieval Manuscripts » à la British Library de notre collègue  Peter Toth, organisateur de cette journée.

Ce sera également l’occasion de reparler du réseau Diktyon, dont le nouveau site internet vient d’être mis en ligne : ce réseau rassemble une douzaine de partenaires et autant de bases de données ou de projets électroniques qui s’occupent de manuscrits grecs, afin de mettre en lien ces ressources de manière stable et transparente pour l’utilisateur.

BL_Greek-manuscripts-eflyer

Manuscrits, littérature et histoire religieuse: Le Congrès annuel de la SBL, novembre 2015, Atlanta

Le Congrès annuel de la Society of Biblical Literature (SBL) – en association avec l’American Academy of Religion (AAR) – se tenait cette année dans le sud des États-Unis, en Géorgie, à Atlanta, du 21 au 24 novembre. L’ensemble des thèmes consacrés à la littérature biblique y étaient abordés, y compris le programme dédié à la critique textuelle du Nouveau Testament qui proposait trois sessions.

Hotel Hyatt Regency, Lobby Level, Atlanta (2)
Atlanta, Hotel Hyatt Regency, Lobby Level
© Didier Lafleur

Manuscrits pourpres et critique textuelle

Concernant les sources grecques, plusieurs manuscrits ont été particulièrement mis en lumière. Elijah Hixson (University of Edinburgh), a ainsi mis l’accent sur le codex Sinopensis (Paris, BnF, Supplément grec 1286), l’un des rares manuscrits grecs copiés en écriture majuscule sur parchemin pourpre. Daté du 6ème siècle, ce manuscrit, acquis en 1894 par un officier français à Sinope (Turquie), fut publié par Henri Omont en 1900[1], et sa parenté textuelle hâtivement classée par Hermann von Soden[2]. L’enquête d’Elijah Hixson, « Real or Perceived Scribal Habits ? Assessing the ‘Singular Readings Method’ with Codex Sinopensis (Gregory-Aland O.023) », proposait pour la première fois une approche détaillée des leçons de ce luxueux manuscrit sur la base de la Singular Readings Method, un processus critique permettant de mieux cerner les variantes propres d’un document. Prenant en compte la parenté textuelle précédemment établie, Hixson a mis en parallèle les leçons de deux autres manuscrits pourpres: le codex Petropolitanus (Gregory-Aland N.022, Sankt-Peterburg, Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. N°906, Gr. 537 [Granstrem 18]), et le codex Rossanensis (Gregory-Aland Σ.042, Rossano Calabro, Museo Diocesano di Arte Sacra, Ms. 1). Sur la base de collations réalisées à partir du facsimilé, Elijah Hixson a montré l’incertitude de la méthode appliquée, soulignant à la fois la complexité à construire un stemma reliant ces trois luxueux manuscrits. Comme cela avait été évoqué lors de la conférence de San Diego en 2014 à propos du codex Beratinus 1 (Gregory-Aland Φ.043, Tiranë, Arkivi Qendror Shtetëror, Drejtoria e Përgjithshme e Arkivave, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes 1), l’étude du codex Sinopensis souligne un peu plus la fluidité des textes copiés au 6ème siècle, y compris sur parchemin de grande valeur.

Paris, BnF, Supplément grec 1286, ff. 28v-29r
Paris, BnF, Supplément grec 1286
© Bibliothèque nationale de France

Sources grecques

À nouveau cette année, était à l’honneur un groupe de manuscrits grecs, copiés en écriture minuscule, au texte bien repéré – particulièrement pour l’évangile de Marc: la Famille 1. Identifiée dès le début du 20ème siècle comme l’un des témoins de premier ordre du Nouveau Testament, ce groupe suscite depuis quelques années un renouveau rare au sein des études critiques néotestamentaires (Amy S. Anderson, Alison Welsby[3]). À Atlanta, Jessica Shao (University of Minnesota-Twin Cities), s’est particulièrement attachée à l’analyse des manuscrits dits « du groupe de Venise »: Biblioteca Nazionale Marciana, Gr. Z 5 (Gregory-Aland 205), et Biblioteca Nazionale Marciana, Gr. Z 6 (Gregory-Aland 2886), cherchant à savoir lequel était le modèle de l’autre. Au-delà de la controverse avec les précédentes études, la recherche de Jessica Shao montre la pertinence et la pérennité de cet axe de recherche depuis la mise en lumière de cette famille par Kirsopp Lake au siècle dernier.

Post020
Collection New Testament Tools and Studies XXXII, Leiden-Boston: Brill, 2004.

Parmi les autres présentations consacrées aux manuscrits, notons la communication de Darius Müller (Kirchliche Hochschule Wuppertal/Bethel), sur le texte de l’Apocalypse dans un manuscrit du monastère des Météores, Μονὴ Μεταμορφώσεως 573 (Gregory-Aland 2329 et 2351). Prenant appui sur la récente édition de Panayiotis Tzamalikos (An Ancient Commentary on the Book of Revelation, CUP, 2013), et sur ses propres collations, Darius Müller a posé la question de la parenté exacte des deux manuscrits et de leur filiation au sein de la tradition textuelle de l’Apocalypse.

Hotel Marriott Marquis, Lobby Level, Atlanta
Hotel Marriott Marquis, Lobby Level, Atlanta
© Didier Lafleur

Histoire religieuse

L’organisation conjointe de la Society of Biblical Literature et de l’American Academy of Religion, offrait cette année encore de multiples opportunités d’échanges et de contacts au sein même de l’histoire religieuse, à l’intérieur et à l’extérieur du monde chrétien. Sous les auspices de l’AAR s’est tenue une session consacrée à la Société Internationale d’Études sur Alfred Loisy, dont le thème « Contexts and Criticism of Loisy’s Ecclesiology » abordait le rôle de ce prêtre catholique français, excommunié par Rome en 1908, et qui fut au centre de la crise moderniste dès la fin du 19ème siècle. Au nombre des intervenants, notons les communications de Charles J. T. Talar (University of Saint Thomas, Houston) sur les relations entre Alfred Loisy et Pierre Batiffol, prélat français déjà évoqué dans les colonnes de ce blog à propos des manuscrits grecs et latins, et celle de Danny Praet (Université de Gand) sur l’édition prochaine de la correspondance entre Franz Cumont et Loisy.

Entre actualité des Humanités digitales et recherche biblique, manuscrits grecs et littérature religieuse, le millésime 2015 offrait en outre, sous les auspices de l’AAR, la réalisation d’un mandala fait de sables colorés, exécuté par les moines tibétains du monastère de Drepung Loseling, Atlanta. Cette œuvre éphémère, composée au cours des quatre journées du congrès et détruite lors de la cérémonie de clôture, était à l’image de la recherche biblique : impermanente et pérenne.

AAR, Drepung Loseling Monastery, Mandala Sand Painting
Drepung Loseling Monastery, Mandala Sand Painting
© Luc Brogly

Luc Brogly – Didier Lafleur (IRHT, CNRS)

[1] Notice sur un très ancien manuscrit grec de l’Évangile de saint Matthieu en onciales d’or sur parchemin pourpré et orné de miniatures conservé à la Bibliothèque nationale (N°1286 du Supplément grec), tiré des Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques, t. XXXVI, Paris: Librairie C. Klincksieck, 1900.

[2] Die Schriften des Neuen Testaments in ihrer ältesten erreichbaren Textgestalt hergestellt auf Grund ihrer Textgeschichte. I. Teil, Untersuchungen, II. Abteilung: Die Textformen, A. Die Evangelien, Berlin: Arthur Glaue, 1907, p. 1245-1259.

[3] A Textual Study of Family 1 in the Gospel of John, Arbeiten zur Neutestamentlichen Textforschung 45, Berlin-Boston: De Gruyter, 2014.

Compte-rendu du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (III)

La dernière journée du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (vendredi 16 octobre 2015) s’est déroulée dans le bâtiment de l’IFEA abrité au consulat de France (voir le compte rendu de la première journée et de la seconde journée).

L'IFEA au Palais de France
L’IFEA au Palais de France

Après quelques mots d’accueil présentés par Jean-François Pérouse, directeur de l’IFEA,

Jean-François Pérouse
Jean-François Pérouse  © D. Reinsch

la première partie de la matinée a été consacrée à la fabrication et à l’entretien des livres. Elle s’est ouverte avec la communication de Paul Géhin, « Scribes du milieu patriarcal au début du 17e siècle« . Marie Cronier a ensuite présenté un exposé sur « La copie et la restauration de manuscrits dans la bibliothèque de la Sainte-Trinité (16e-19e s.)« .

Marie Cronier & Paul Géhin
Marie Cronier & Paul Géhin © A. Lampadaridi

Dans la seconde partie de la matinée ce sont les voyageurs occidentaux à la recherche de manuscrits grecs qui ont été l’objet de deux communication. En premier lieu, Christian Gastgeber a présenté la figure d' »Ogier Ghislain de Busbecq et ses manuscrits grecs« .

Christian Gastgeber
Christian Gastgeber

Enfin, pour clore le colloque, André Binggeli et Pierre Augustin ont évoqué plus précisément « les usages et la dispersion de la bibliothèque de la Sainte-Trinité par des Occidentaux », notamment Samuel Slade, John Covel, Antoine Galland et François Sevin.

André Binggeli & Pierre Augustin
André Binggeli & Pierre Augustin

Après un déjeuner au dernier étage du bâtiment, avec une magnifique vue sur l’embouchure de la Corne d’Or,

Vue sur la Corne d'or depuis le consulat de France
Vue sur la Corne d’or depuis le consulat de France  © D. Reinsch

les participants se sont rendus au Patriarcat Œcuménique, où ils ont été reçus par Sa Sainteté Bartholomée Ier.

Sa Sainteté Bartholomée Ier avec les participants du colloque
Sa Sainteté Bartholomée Ier avec les participants du colloque  © A. Chryssostalis

Le Père Agathangelos, bibliothécaire, leur a fait visiter le patriarcat, en particulier l’église Saint-Georges.

Visite du Patriarcat
Visite du Patriarcat

La visite s’est achevée dans la bibliothèque où, de manière exceptionnelle, quelques manuscrits de la Sainte-Trinité, en cours de catalogage, ont été présentés.

Présentation de manuscrits à la bibliothèque
Présentation de manuscrits à la bibliothèque

La publication des actes de ce colloque est prévue dans la collection Bibliologia de Brepols.

Compte-rendu du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (II)

La seconde journée du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (voir le compte rendu de la première journée) s’est déroulée le jeudi 15 octobre 2015 dans le Merkez Han, bâtiment de l’Université Koç situé au cœur d’Istanbul, sur Istiklal Cd. Nous y étions reçus par le Research Center for Anatolian Civilization (RCAC).

La journée a été ouverte par une allocution du professeur Engin Akyürek, directeur du Center for Late Antique and Byzantine Studies (Université Koç- Fondation Niarchos). Les interventions ont  été présentées en anglais, avec une traduction simultanée en turc.

La matinée était consacrée au patriarcat de Constantinople et à ses monastères au 16e siècle.

C’est à Dean Sakel qu’on a dû la première communication: « The Greek Chronicles of the 16th century and the Patriarchate of Constantinople« .

Dean Sakel
Dean Sakel

Ce fut ensuite au tour de Vera Tchensova, sur le thème « Les monastères des Îles des Princes et le monde slave (16e-17e s.)« .

Vera Tchensova
Vera Tchensova © D. Reinsch

Après une pause, la séance a repris avec la communication de Youli Evangelou: « Foundations and reconstructions of monasteries in the Ottoman empire in the 16th century« .

Conférence de Youli Evangelou
Conférence de Youli Evangelou
Pause café
Pause café

Ensuite, Diether R. Reinsch nous a présenté une communication intitulée: « The Greek manuscripts collected in the Library of the Sultan« .

Diether R. Reinsch
Diether R. Reinsch

La première partie de l’après-midi était consacrée à la bibliothèque du patriarcat et aux bibliothèques des patriarches. Elle s’est ouverte avec l’exposé de Marie-Hélène Blanchet: « Books and their use in the Patriarcate of Constantinople (1453-ca. 1550)« .

Marie-Hélène Blanchet
Marie-Hélène Blanchet

Cet exposé a été suivi par l’intervention de Matthieu Cassin intitulée: « History of the monastery of the Holy Trinity and its Library« .

Exposé de Matthieu Cassin
Exposé de Matthieu Cassin

La seconde partie de l’après-midi proposait, pour comparaison, des exemples de bibliothèques grecques situées en-dehors de Constantinople, en particulier à Jérusalem et au Mont-Athos. C’est ainsi que Vassa Kontouma a évoqué « Les livres de Dosithée II de Jérusalem et la Bibliothèque du Métochion du Saint-Sépulcre au 17e siècle« .

Vassa Kontouma
Vassa Kontouma

La dernière communication fut celle de Kriton Chryssokoïdis, intitulée: « Changes in the formation of the Athonite libraries: Donations and reproductions (15th – 17th c.)« .

Kriton Chryssokoïdis
Kriton Chryssokoïdis

Ces différentes interventions ont suscité des discussions animées, qui ne furent pas le moindre intérêt de ce colloque.

Le soir, tous les participants ont pris part à un cocktail dans le restaurant situé au dernier étage du bâtiment de l’Université Koç.

Cocktail à l'Université Koç
Cocktail à l’Université Koç
  • Pour aller plus loin:

Les deux organisateurs du colloque, André Binggeli et Matthieu Cassin, accompagnés de Vera Tchensova, ont également rendu compte de cet événement au cours de deux émissions de radio de la série Orthodoxie sur France Culture, à l’invitation d’Alexis Chryssostalis:

Écouter la première émission (1er novembre 2015)

Écouter la deuxième émission (15 novembre 2015)

Compte-rendu du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (I)

Du 14 au 16 octobre 2015 s’est tenu à Istanbul le colloque international organisé par André Binggeli et Matthieu Cassin (Section grecque de l’IRHT) et intitulé: « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki. Les bibliothèques grecques à Constantinople au temps du patriarche Métrophane III (16e s.) – Around the Holy Trinity of Halki. Greek Libraries in Constantinople at the time of Patriarch Metrophanes III (16th c.) » (voir le programme).

Cet événement est l’aboutissement des trois premières années du projet ANR i-Stamboul (2013-1016), porté par la Section grecque de l’IRHT en collaboration avec l’Université de Crète (Réthymno). Il faisait suite au colloque de Réthymno (26-27 mai 2015), qui était plus particulièrement consacré aux bibliothèques grecques dans l’Empire ottoman (voir le compte rendu).

Le colloque d’Istanbul était co-organisé sur place par trois institutions, l’École théologique de Chalki (Patriarcat Œcuménique), le Research Center for Anatolian Civilization (Université Koç) et l’Institut français d’études anatoliennes (CNRS), qui ont chacune accueilli les participants pendant une journée.

Au sommet de la colline, le monastère de la Sainte-Trinité
Au sommet de la colline, le monastère de la Sainte-Trinité

Symboliquement, la première journée s’est déroulée dans le monastère de la Sainte-Trinité lui-même, où se trouve actuellement l’École théologique et où étaient conservés jusque dans les années 1930 les manuscrits qui font l’objet du programme ANR i-Stamboul.

Sur le bateau pour Chalki
Sur le bateau pour Chalki

Pour se rendre sur l’île de Chalki (aujourd’hui Heybeliada), les participants ont dû emprunter le bateau qui assure la liaison avec Istanbul.

À l’arrivée, les véhicules motorisés étant interdits dans l’île, c’est en calèches que nous nous sommes rendus au monastère, situé au sommet de l’une des deux collines de l’île.

En calèche à Chalki
En calèche à Chalki

Le colloque a été ouvert par une allocution de Sa Sainteté Bartholomée Ier, qui nous as honorés de sa présence (Compte rendu sur le blog du Patriarcat).

Discours de Sa Sainteté Bartholomée Ier
Discours de Sa Sainteté Bartholomée Ier

André Binggeli et Matthieu Cassin ont ensuite présenté les enjeux du colloque.

A. Binggeli et M. Cassin présentent l'introduction du colloque
A. Binggeli et M. Cassin présentent l’introduction du colloque © D. Reinsch

La première communication a été présentée par le professeur Dimitris Apostolopoulos (« Μητροφάνης Γ´ πατριάρχης και λόγιος »).

Conférence du prof. Dimitris Apostolopoulos
Conférence du prof. Dimitris Apostolopoulos © A. Chryssostalis

Pour le déjeuner, l’higoumène de la Sainte-Trinité, son Éminence Elpidophoros Lambriniadis, nous a reçus à la trapeza du monastère.

Déjeuner à la trapeza de la Sainte-Trinité
Déjeuner à la trapeza de la Sainte-Trinité

En début d’après-midi était organisée une visite du monastère, en particulier de la bibliothèque de l’École théologique de Chalki, où est encore aujourd’hui conservée une remarquable collection d’imprimés anciens, qui fait actuellement l’objet d’un catalogage.

La bibliothèque historique de l'Ecole théologique
La bibliothèque historique de l’Ecole théologique

Le colloque a repris avec les communications d’Alessandra Ricci (« Byzantine-period monastic foundations on the Princes Islands and vicinities: an overview »), de Jean-Pierre Grélois, malheureusement absent (« Des voyageurs occidentaux au patriarcat de Constantinople, 16e-17e s.« ) et d’Alexis Chryssostalis (« Les îles des princes vues par les voyageurs occidentaux« ).

Alexis Chryssostalis
Alexis Chryssostalis © D. Reinsch

Au terme de cette première journée à Chalki, nous avons pris le bateau pour retourner à Istanbul, où s’est déroulée la seconde journée.

Sur le chemin du retour des îles des princes
Sur le chemin du retour des îles des princes © A. Lampadaridi

Around the Holy Trinity of Halki: Greek Libraries in Constantinople at the time of Patriarch Metrophanes III (16th c.)

Du 14 au 16 octobre se tiendra à Istanbul le colloque « Around the Holy Trinity of Halki: Greek Libraries in Constantinople at the time of Patriarch Metrophanes III (16th c.) », que nous organisons dans le cadre du projet ANR i-stamboul, en partenariat avec le Research Center for Anatolian Civilization de l’Université Koç (Koç University-Stavros Niarchos Foundation, Center for Late Antique and Byzantine Studies) et l’Institut français d’études anatoliennes. Le colloque est placé sous l’égide du Patriarcat œcuménique et sera ouvert par sa Sainteté Bartholomée.

Affiche du colloque
Affiche du colloque

Le colloque “Around the Holy Trinity of Halki: Greek Libraries in Constantinople at the time of Patriarch Metrophanes III (16th c.)” sera consacré à la constitution ou à la reconstitution des bibliothèques grecques à Constantinople et aux alentours dans les deux siècles qui suivirent la chute de Byzance. Il se concentrera sur le cas emblématique de la bibliothèque fondée au 16e s. par le futur patriarche Métrophane III au monastère de la Sainte-Trinité sur l’île de Halki et marquera le point culminant du projet i-Stamboul consacré à cette bibliothèque. Le colloque mettra en lumière le contexte matériel, culturel et religieux qui permit à cette époque la fondation ou la reconstruction de nouveaux monastères dans la région de Constantinople et en particulier aux Îles des Princes, ainsi que la constitution de bibliothèques au sein de ces monastères. Au-delà des considérations économiques et sociales, il étudiera la disponibilité des livres et la permanence de la culture grecque dans la capitale ottomane, ainsi que les représentations et l’imaginaire des bibliothèques et des livres. La bibliothèque de la Trinité, qui est étroitement liée à l’institution patriarcale, est aussi un terrain favorable pour étudier l’activité culturelle et religieuse de la Grande Église à Constantinople à cette époque, ses relations avec le pouvoir ottoman, mais aussi, plus largement, à travers la diplomatie des livres, l’histoire des échanges culturels et religieux entre l’empire ottoman et l’Europe.

Le colloque fait partie d’un programme plus large sur les bibliothèques grecque dans l’empire ottoman, conduit par l’Institut de recherche et d’histoire des textes à Paris, qui porte sur l’héritage culturel de Byzance après 1453. L’objectif scientifique est de parvenir à une meilleure compréhension du sort et du rôle des bibliothèques grecques dans l’empire ottoman et, par conséquent, de contribuer à faire émerger de nouvelles questions et de nouvelles méthodes dans le champ de l’histoire des livres et des bibliothèques grecques. Un premier colloque intitulé “The Greek libraries in the Ottoman Empire (16th-20th c.): New Perspectives” s’est tenu à l’Université de Crète les 26 et 27 mai 2015. Il a porté sur l’histoire des bibliothèques et la circulation des livres grecs dans l’empire ottoman, en s’ouvrant sur une période plus récente (16e-20e s.)

Voici le Programme du colloque d’Istanbul ; les résumés sont accessibles à partir du titre de chaque communication.

Wednesday October 14 (Theological School, Halki)

10:30-10:45 Salutation by His All-Holiness Bartholomaios, Ecumenical Patriarch of Constantinople

Inaugural Session
10:45-11:00 Welcome by His Eminence Elpidophoros, Metropolitan of Bursa, Abbot of the Holy Trinity
11:00-11:30 Introduction of the conference by André Binggeli & Matthieu Cassin (IRHT-CNRS, Paris)
11:30-12:15 Dimitris Apostolopoulos (Nat. Hellenic Research Foundation, Athens), Μητροφάνης Γ´ πατριάρχης και λόγιος

14:00-15:00 Visit of the Theological School and its Library

Monasteries on the Princes Islands
15:00-15:45 Alessandra Ricci (Koç University, Istanbul), Byzantine-period monastic foundations on the Princes Islands and vicinities: an overview
15:45-16:30 Jean-Pierre Grélois (Orient et Méditerranée, CNRS, Paris) and Alexis Chryssostalis (IRHT-CNRS, Paris), The Patriarchate of Constantinople and the Princes Islands through Western travellers eyes

Ste-Trinité16

Thursday October 15 (RCAC, Koç University)

9:00-9:15 Welcome by Engin Akyürek, director of the Koç University-Stavros Niarchos Foundation, Center for Late Antique and Byzantine Studies at RCAC

The Patriarchate in the 16th century and its monasteries

9:15-10:00 Dean Sakel (Türk Tarih Kurumu), The Greek chronicles of the 16th century and the Patriarchate of Constantinople
10:00-10:45 Paraskevas Konortas (University of Athens), The Patriarchate of Constantinople in the Ottoman sources
10:45-11:15 Coffee break
11:15-12:00 Vera Tchensova (Orient et Méditerranée, CNRS, Paris), The Princes Islands and the Slavic World (16th-17th c.)
12:00-12:45 Youli Evangelou (National Hellenic Research Foundation, Athens), «τὸ ἐν τῇ νήσῳ Χάλκῃ… μοναστήριον… ὁ… Μητροφάνης… ἀνήγειρεν». Foundations and Reconstructions of Monasteries in the Ottoman Empire in the 16th Century

The Patriarchal Library and libraries of Patriarchs

14:00-14:45 Marie-Hélène Blanchet (Orient et Méditerranée, CNRS, Paris), Books and their use in the Patriarcate of Constantinople (1453-ca. 1550)
14:45-15:30 Matthieu Cassin (IRHT, CNRS, Paris), History of the monastery of the Holy Trinity and its Library
15:30-16:00 Coffee break

Constantinople, Jerusalem, Athos

16:00-16:45 Vassa Kontouma (EPHE, Paris), Les livres de Dosithée II de Jérusalem et la Bibliothèque du Métochion du Saint-Sépulcre au 17e siècle
16:45-17:30 Kriton Chryssochoïdis (National Hellenic Research Foundation, Athens) Book donations to Athonite Monasteries and the early formation of their libraries
17:45-18:30 Dieter Reinsch (Freie Universität Berlin), The Greek Manuscripts collected in the Library of the Sultan
19:00 Cocktail

Ste-Trinité58

Friday October 16 (IFEA)

9:00-9:15 Welcome by Jean-François Pérouse, director of the Institut français d’études anatoliennes

Copying and restoring books in Constantinople

9:15-10:00 Marie Cronier (IRHT-CNRS Paris), Copie et restauration de manuscrits à la bibliothèque de la Sainte-Trinité (16e-19e s.)
10:00-10:45 Paul Géhin (IRHT-CNRS, Paris), Scribes du milieu patriarcal
10:45-11:15 Coffee break

Occidental travellers and books

11:15-12:00 Christian Gastgeber (Austrian Academy of Sciences, Vienna), Ogier Ghislain de Busbecq et ses manuscrits grecs du Patriarcat de Constantinople
12:00-12:45 André Binggeli & Pierre Augustin (IRHT-CNRS, Paris), Usage et dispersion vers l’Europe des manuscrits de la Sainte-Trinité
13:00-13:30 Conclusions

Localisation

La séance du mercredi 14 octobre aura lieu à l’École théologique de Halki.

 

La séance du jeudi 15 octobre aura lieu au Koç University Research Center for Anatolian Civilizations : İstiklal Caddesi No: 181 Merkez Han 34433 Beyoğlu, İstanbul.

La séance du vendredi 16 octobre aura lieu à l’Institut français d’études anatoliennes : Institut Français d’Études Anatoliennes
Palais de France, Nur-i Ziya Sokak, 10 P.K.54, 34433, Beyoğlu, Istanbul.
ATTENTION : Pour l’accès à l’IFEA, qui se trouve dans les locaux consulaires, prévoir une pièce d’identité ; merci d’arriver un peu en avance le vendredi, le temps de passer le contrôle de sécurité à l’entrée.

L’histoire des bibliothèques grecques voyage en Crète

Colloque Bibliothèques grecques dans l’Empire ottoman / Ελληνικές βιβλιοθήκες στην Οθωμανική Αυτοκρατορία, Université de Crète, 26-27 mai 2015

Dans le cadre du projet ANR i-Stamboul et sous l’égide de la Section grecque de l’IRHT et du laboratoire de paléographie grecque de l’Université de Crète, un colloque sur les bibliothèques grecques dans l’Empire ottoman s’est tenu le mardi 26 et le mercredi 27 mai 2015 dans les locaux de l’Université de Crète à Réthymnon, organisé par Marina Detoraki (Université de Crète) et André Binggeli (IRHT).

Programme Colloque Crète, 1Programme colloque Crète 2

Les deux journées réunirent une douzaine de contributions en grec et en français autour de différents aspects de l’histoire des bibliothèques grecques, problématique à laquelle la séance afférente du 8e colloque de paléographie (Hambourg, 2013) présidée par Paul Géhin avait frayé la voie. À travers l’étude de cas particuliers, il s’agissait de faire émerger de nouvelles problématiques et méthodologies liées à l’histoire des bibliothèques et la circulation et l’usage des livres (usage des inventaires anciens, identification des cercles de copistes et des ateliers de reliure, utilisation des manuscrits par des érudits, reconstitution de bibliothèques). L’IRHT fut représenté par André Binggeli, Matthieu Cassin et Anna Lampadaridi.

Marina Detoraki, André Binggeli
Marina Detoraki, André Binggeli

Après un mot d’accueil de la Présidente de la Faculté de Lettres de l’Université de Crète, Angela Kastrinaki, les deux organisateurs du colloque, Marina Detoraki et André Binggeli ouvrirent la journée du 26 mai et exposèrent les enjeux du colloque ; puis Bernard Flusin, invité d’honneur, présida la première séance.

André Binggeli
André Binggeli

L’île de Crète et ses collections de livres

Niccolò Zorzi, Bernard Flusin
Niccolò Zorzi, Bernard Flusin

L’histoire de bibliothèques crétoises ne pouvant pas manquer lors d’un tel événement, un premier groupe de communications était en rapport avec l’île de Crète : nous avons suivi les péripéties de quelques manuscrits de la collection de la famille Nani, qui ont voyagé de la Crète jusqu’à Venise, en passant par les îles ioniennes (Niccolò Zorzi, Université de Padoue), ainsi que le sort d’un lot de manuscrits constantinopolitains revendiqués par les Crétois à la fin du 16e s. (Stephanos Kaklamanis, Université de Crète).

Les centres de diffusion de l’hellénisme et ses bibliothèques

Nikolaos Pissis
Nikolaos Pissis

Une série de cinq communications était liée aux centres de diffusion de l’hellénisme aux 18e et 19e siècles et à leurs bibliothèques : de la reconstitution de la bibliothèque princière de Nicolas Mavrocordatos sur la base des annotations et des modalités de lecture dans une perspective socio-historique (Nicolas Pissis, Freie Universität Berlin), au destin hasardeux de la collection du moine et prêtre Méthode d’Olympos (Kostas Papadakis, Bibliothèque de l’Université de Crète), en allant jusqu’à une réflexion plus sociologique autour du contenu de la bibliothèque d’un petit commerçant de Constantinople à Jassy de Roumanie (Alexis Politis, Université de Crète).

Eleni Kovaiou
Eleni Kovaiou

Toujours dans le cadre de la même thématique, deux communications étaient consacrées aux péripéties du fonds de la Société des Amis de l’Instruction à Andrinople, fondée en 1872 (Eleni Kovaiou, Bibliothèque de l’Université de Crète) et notamment à l’activité d’Ignace Sarafoglou (18e – début 19e s.), évêque de Nazianze (1789-1818), copiste et possesseur d’un lot de manuscrits qui aboutirent dans la collection du Gymnasion de la même ville (Venetia Chatzopoulou, Centre national de recherche hellénique, Athènes).

L’apport des inventaires anciens

Le troisième groupe de travaux traita de l’apport des inventaires anciens pour l’histoire de bibliothèques.

Une place importante fut accordée aux projets en cours relatifs aux inventaires grecs, ce qui fait preuve du dynamisme de ce domaine de recherche.

Inmaculada Pérez-Martín, Bernard Flusin
Inmaculada Pérez-Martín, Bernard Flusin

Deux inventaires byzantins furent présentés par Inmaculada Pérez-Martín (Centre national espagnol de la recherche scientifique, Madrid) dans le cadre de son projet d’édition des inventaires byzantins de livres, en collaboration avec Peter Schreiner.

Zisis Melissakis
Zisis Melissakis

Dans un tel contexte, la référence à la figure contestée de Minoïde Mynas ne pouvait pas manquer : il fut question en particulier de ses tentatives de catalogage systématique des bibliothèques du Mont Athos (Zisis Melissakis, Centre national de recherche hellénique, Athènes).

Dans le cadre du projet du Répertoire des Inventaires de Manuscrits Grecs (RIMG) mené par la Section grecque de l’IRHT sous l’égide de Biblissima, Anna Lampadaridi présenta ses recherches sur la reconstitution du fonds du Métochion du Saint-Sépulcre à Constantinople à travers ses inventaires anciens.

Anna Lampadaridi
Anna Lampadaridi

Au sein du même projet, Matthieu Cassin présenta le site de Libraria qui héberge le répertoire RIMG, ainsi que les possibilités d’édition électronique des inventaires en TEI, à travers l’exemple d’un inventaire de 1572 du monastère de la Sainte-Trinité dans l’île de Chalki (projet ANR i-Stamboul).

Matthieu Cassin
Matthieu Cassin

En guise de conclusion…

Ce bref parcours dans l’histoire des bibliothèques grecques confirma le constat qui fut formulé par André Binggeli lors de l’ouverture de cette rencontre : les aléas de reconstitution de corpus fragmentés, dans le temps et dans l’espace, formaient bel et bien la toile de fond de plusieurs travaux. Les approches variées témoignent des perspectives prometteuses de ce domaine de recherche qui demeure un terrain en friche. Les modalités de fragmentation et de constitution des collections, les mouvements systoliques et diastoliques qui régissent la circulation des livres sont des sujets à traiter.

Les actes de ces deux journées seront publiés conjointement avec ceux du second colloque organisé dans le cadre du projet ANR i-Stamboul qui aura lieu à Istanbul en octobre 2015.

Discussions informelles

Visite de l’exposition « Manuscrits grecs 11e-20e s. » et…autre

Exposition, Université de Crète

En marge du colloque s’est tenue à la bibliothèque de l’Université de Crète l’exposition intitulée « Manuscrits grecs 11e-20e s. (Ελληνικά χειρόγραφα 11ος-20ος αι.) ».

Autour des manuscrits crétois
Autour des manuscrits crétois

Cet événement culturel, organisé par la Βibliothèque universitaire en partenariat avec la Société des avocats de la ville de Réthymnon, réunit un bon nombre d’imprimés mais aussi de manuscrits provenant des fonds de la Δημόσια Κεντρική Βιβλιοθήκη Ρεθύμνης et du Δικηγορικός Σύλλογος Ρεθύμνου, dont deux codices en parchemin (Δικηγορικού Συλλόγου Ρεθύμνου 1 et 2).

Δικηγορικού Συλλόγου Ρεθύμνου 1
Δικηγορικού Συλλόγου Ρεθύμνου 1

Les participants ont bénéficié d’un accueil enthousiaste de la part du personnel de la bibliothèque et notamment d’une visite guidée organisée par Kostas Papadakis et Eleni Kovaiou. Les organisateurs de l’exposition nous ont fait partager leur passion pour l’héritage livresque de leur île.

Matthieu Cassin, André Binggeli
Matthieu Cassin, André Binggeli
Inmaculada Pérez-Martín, Bernard Flusin
Inmaculada Pérez-Martín, Bernard Flusin

Présentation de l’exposition : Ρεθεμνιώτικα Νέα, 27 mai 2015

Grâce à l’accueil chaleureux de Marina Detoraki, le colloque fut agrémenté de plusieurs moments conviviaux autour des repas crétois, dont nous garderons le meilleur souvenir.

Dîner

Déjeuner