Archives par mot-clé : Catalogue

ISMSN : pour des identifiants uniques et stables pour les manuscrits

Alors que plusieurs projets d’identifiants stables des manuscrits existent déjà pour des groupes de livres définis, par langue (par exemple pour le grec, Diktyon) ou par genre, par exemple pour les manuscrits musicaux, la possibilité de créer un identifiant unique pour tous les manuscrits, quels que soient la langue, le contenu et le lieu de conservation, a peu à peu émergée. Les différentes possibilités ont été longuement discutées lors de la journée Manuscript IDs organisée par l’IRHT et Biblissima en avril 2017, et l’IRHT a alors été mandaté pour préparer un premier prototype, tandis que Biblissima se voyait confier la tâche de réfléchir aux modalités pratiques d’agrégation des données autour de cet identifiant (on trouvera ici un relevé des conclusions de cette rencontre). Ce projet a été présenté lors du colloque CENSUS, dont on trouvera ici un résumé de la première et de la seconde journée.

L’utilité de tels identifiants n’est plus à démontrer. Ils permettent de lever toute ambiguïté sur le manuscrit ainsi désigné – alors que la cote, complexe et longue si on veut l’exprimer dans tous ses détails, laisse parfois ouvertes des possibilités de confusion, entre bibliothèques, entre cotes anciennes et nouvelles, entre numéros de catalogue et cote en usage dans la bibliothèque, par exemple. Ils permettent également de mettre en relation de manière simple les différentes ressources électroniques qui les utilisent, au niveau le plus évident qui est celui des manuscrits eux-mêmes. L’utilisation de tels identifiants numériques permet une mise en relation des bases de données, catalogues, bibliothèques numériques, mais aussi un moissonnage des ressources qui en offrent la possibilité (par exemple via un entrepôt OAI-PMH) ou leur interrogation directe via une API.

Un premier prototype a été développé par le pôle numérique de l’IRHT, en particulier par Henri Seng et Cyril Masset. Fondé sur une API afin de faciliter l’interaction avec l’ensemble des autres ressources électroniques, il propose également une interface de consultation publique. La structure en est très simple : les manuscrits sont identifiés par Pays, Ville, Dépôt, Fonds, Cote ; une interface de recherche simple ou complexe est disponible, ainsi qu’un champ de recherche par identifiant. La recherche est facilitée par l’intégration dans le référentiel des formes équivalentes en langues multiples et géonames qui a été rendue possible par le travail antérieur de plusieurs collaborateurs de l’IRHT. Le référentiel actuel dispose de l’ensemble des cotes en usage à l’IRHT, en particulier dans la base de données Medium et dans d’autres bases du laboratoire, en attendant d’être alimenté par l’ensemble des partenaires.

Les fiches fournissent l’identification du manuscrit, son numéro identifiant ISMSN, ainsi qu’une adresse ark. Elles proposent également des liens, qui pour le moment sont issus des bases de données utilisées, mais qui pourront ensuite être librement complétés par les bibliothèques et centres de recherche partenaires, mais également par le travail d’agrégation des ressources en ligne qui a été en particulier confié à Biblissima.

La fiche type présente également les formes alternatives de la cote, qui peuvent être caractérisées (cotes anciennes, cotes catalogues, etc.).

Maintenant, que faire ? Il est évident qu’un tel projet ne pourra se développer que grâce à un large cercle de partenaires, qui dépasse largement ceux qui étaient réunis en avril 2017 ou lors du colloque CENSUS (résumé du premier et du second jour). Il faut maintenant élargir ce premier cercle, le formaliser, et envisager ensemble le développement et la collaboration autour de ce projet. En particulier, les modalités d’alimentation, de vérification et de validation du référentiel doivent être définies de manière commune. En outre, le moissonnage automatisé des ressources électroniques qui utilisent l’identifiant doit être prévu et développé, en particulier par Biblissima.

Enfin, la réflexion doit également être poursuivie afin de traiter des cas limites ou complexes. Le choix a été fait, dans un premier temps, de s’en tenir aux cotes de manuscrit, et de procéder, pour les parties de manuscrits ou les déplacements de manuscrits, en reliant les différentes instances, solution qui a déjà été appliquée avec succès dans plusieurs bases de données (voir par exemple Pinakes, où ce procédé est appliqué tant pour les cotes anciennes que pour les parties de manuscrits). Il faudra bien évidemment discuter en détail de tous les cas limites, qui ne doivent cependant pas venir entraver le processus général.

 

 

CENSUS. Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays, jour 2

Voici la suite du compte rendu du colloque CENSUS, Reccenser et identifier les manuscrits par langue et par pays. Vous trouverez dans un autre billet le compte rendu de la première journée.

Vendredi 13 octobre, le colloque a été accueilli à la Bibliothèque nationale de France, site François Mitterand, au Petit auditorium.

La séance du matin était consacrée aux recensements des manuscrits par langues, mais cette fois pour les langues vernaculaires.

B. Busch (Universität Siegen) a présenté le Handscriftencensus, recensement des manuscrits en langue allemande du 8e au 15e siècle. Partant de la genèse de ce riche outil, qui recense plus de 20000 manuscrits et près de 6000 œuvres, N. Busch a montré comment le projet est parti d’un travail parallèle et secondaire de passionnés, et de la juxtaposition d’entreprises multiples, pour aboutir maintenant à un financement de longue durée qui permet enfin d’envisager des développements de plus grande ampleur et une mise à jour de l’outil informatique.

M.-L. Savoye (RHT) a présenté la base de données Jonas, consacrée aux traditions manuscrites littéraires françaises et occitanes. La base de données présente actuellement 18567 textes, 18678 manuscrits et 455 imprimés anciens ; elle contient également un très important dépouillement bibliographique pour les textes et les manuscrits. La base de données présente une certaine flexibilité dans les niveaux de description, qui vont du simple signalement du manuscrit jusqu’à une fiche complète de catalogue, y compris au niveau codicologique. La base est en outre utilisée comme un outil de travail et de constitution de corpus par la section romane de l’IRHT.

G. Avenoza (Universitat de Barcelona) a présenté le portail PhiloBiblon, qui couvre les livres et  textes en langues castillane, portugaise et catalane jusqu’au début du 16e siècle, tant manuscrits qu’imprimés. Il regroupe trois bases de données différentes : BETA = espagnol (et dialectes anciens : aragonais, léonais, etc.) ; BITECA = catalan ; BITAGAP = portugais, galicien et ancienne koinè galicio-portugaise. Cet ensemble fournit à la fois un recensement des livres manuscrits ou imprimés, mais aussi une description plus ou moins approfondie des manuscrits, allant pour certains jusqu’à une notice codicologique détaillée et complète. Cet ensemble de ressources est issu d’un processus long, commencé d’abord par des publications papier puis informatisés et enfin mis en ligne.

Sandro Bertelli (Universita degli studi di Ferrara) a présenté le projet I manoscritti della letteratura italiana delle origini, qui consiste en une série de catalogues, publiés uniquement en version papier, et qui décrit en détail les manuscrits écrits en vulgaire italien jusqu’au milieu du 14e siècle. Ont également été ajoutés au projet les simples ajouts textuels en italien dans des manuscrits latins ou en d’autres langues. Les premiers volumes parus concernent Florence, où sont rassemblés la plus grande part de ces livres.

A. Bouwman (Leiden, University Library) et B. Besamusca (Univeristeit Utrecht) ont présenté la Bibliotheca Neerlandica Manuscripta, qui rassemble les manuscrits contenant des textes écrits en moyen néerlandais.  Cette base de donnée a une longue histoire, depuis les travaux de W. de Vreese à la fin du 19e siècle, et s’appuie d’abord sur d’importantes archives papier. Elle contient actuellement la description ou le signalement de 16000 manuscrits, pour 63000 témoins (occurrence d’un texte dans un manuscrit), et 7000 entrées liées à une autorité de personne, de lieu ou d’institution. La base pourrait également inclure, à terme, tous les manuscrits qui ont un lien historique avéré avec la zone linguistique néerlandaise, c’est-à-dire les manuscrits français, allemands, etc. qui ont circulé dans la zone ou y ont été possédés. Se posent d’ailleurs des questions de délimitation linguistique avec le recensement des manuscrits en langue allemande. La nouvelle interface de recherche est construite à partir de facettes, qui permettent de filtrer progressivement les résultats de manière complexe.

A.-M. Turcan Verkerk (SAPRAT, EPHE, IRHT, Biblissima) et R. Robineau (Biblissima) ont présenté l’état d’avancement de l’EquipEx Biblissima, dont les réalisations entrent dans leur phase finale. Ce projet a permis d’une part le financement de nombreux projets de recherche, de numérisation et d’édition de sources liées à l’histoire des bibliothèques, mais aussi la mise en place d’outils électroniques divers (voir la Boîte à outils Biblissima). Enfin, le pool de développement Biblissima a construit, à partir d’exports des bases de données partenaire du projet, une interface de consultation centralisée des données, avec un important travail d’alignement des données issues des différents partenaires et de structuration unifié, appuyé pour la visualisation des images sur une utilisation importante du iiif (voir infra). Un tel projet présente un caractère à la fois pionnier et exploratoire, dans la mesure où il repose sur un travail effectué sur des exports figés de bases de données, catalogues et bibliothèques numériques existants.

C. Fabian(Bayerische Staatsbibliothek, München) a poursuivi et rassemblé les réflexions entamées depuis le début du colloque autour des questions soulevées par la mise en réseau des ressources et des images des manuscrits. Parcourant les différentes approches, catalogues, autorités, bibliothèques numériques, bases de données spécialisées, C. Fabian a souligne la nécessité de mettre en place rapidement des moyens simples pour permettre au chercheur et à tout utilisateur de naviguer aisément au sein des différentes ressources numériques consacrées aux manuscrits, et rappelé le consensus qui commence à émerger autour de la solution d’identifiants uniques pour les manuscrits.

M. Cassin (IRHT) et H. Seng (IRHT) ont ensuite présenté le projet ISMSN (International Standard Manuscript Number), issu de longues réflexions et, plus récemment, des décisions collectives prises lors de la journées Manuscript IDs (voir ici un relevé de conclusion). L’idée de départ, très simple, est d’attribuer à tous les livres manuscrits (en commençant par les manuscrits médiévaux et modernes) un identifiant numérique stable et non-significatif, qui puisse à la fois être cité dans les publications papier et utilisé comme outil de mise en lien sur la toile. Les manuscrits sont définis et identifiés par leur cote dans la bibliothèque de conservation et les identifiants sont attribués uniquement à ce niveau cote. L’IRHT, mandaté par les partenaires réunies lors de la journée du 26 avril, a donc développé un premier référentiel, structuré par pays, ville, dépôt, fonds et cote, permettant la recherche des manuscrits. Chaque fiche fournit, outre la cote retenue, le numéro identifiant ISMSN, une adresse ark, d’éventuelles formes équivalentes, des liens issus des bases de données, bibliothèques numériques, catalogues partenaires. La structure de l’ensemble est construite à partir d’une API, permettant l’interaction aisée avec de nombreuses ressources web. L’alimentation de ce référentiel, qui a pour le moment été effectuée par l’IRHT à partir de l’important réservoir de cotes qu’il a peu à peu constitué pour les différentes langues et pays, devra bien évidemment être décidée de manière concertée et appuyée sur les partenaires, bibliothèques ou groupements de bibliothèques, institutions de recherches, etc. Une nouvelle rencontre au printemps prochain permettra de progresser en ce sens. On trouvera dans ce billet, ISMSN, une présentation plus détaillée du projet et de son avancement.

Ch. Denoël (BnF) et F. Siri (BnF) ont présenté l’important programme de numérisation et de catalogage financé par la Fondation Polonsky et mené conjointement par la Bibliothèque nationale de France et la British Library. Consacré aux manuscrits de France et d’Angleterre, 700-1200, le projet prévoit la numérisation de 800 manuscrits (400 dans chacune des deux institutions), leur catalogage mais aussi leur utilisation dans le cadre d’une diffusion culturelle auprès du grand public. Ce projet est également l’occasion de restaurer plusieurs pièces de grande importance parmi les manuscrits retenus.

M. Bonicel (BnF) présente enfin la mise en place du protocole iiif (International Image Interoperability Framework) à la BnF, qui est progressivement intégré aux ressources numériques de la BnF, entre autres à l’occasion du projet financé par la fondation Polonsky. Ce protocole permet une portabilité des images et offre à l’utilisateur la possibilité de ne pas être contraint par le visualiseur utilisé sur le site d’origine. Une telle souplesse permet, grâce à l’utilisation d’un visualiseur compatible comme Mirador, de comparer aisément des images de provenance diverse et de constituer des collections ad hoc.

F. Bougard (IRHT) a conclut ces deux riches journées.

CENSUS. Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays, jour 1

Les 12 et 13 octobre 2017 s’est tenu à Paris, à l’Institut de recherche et d’histoire des textes et à la Bibliothèque nationale de France, le colloque CENSUS, Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays. Il était organisé par François Bougard (IRHT), Matthieu Cassin (IRHT) et Amandine Postec (BnF). La rencontre visait à faire le point sur les entreprises de recensement de manuscrits médiévaux et modernes et les modalités de description des manuscrits dans ce cadre. Les approches retenues étaient pour l’essentiel des approches par langue ou par aire géographique. Enfin, le colloque a été pensé afin de confronter et de rapprocher les approches des chercheurs et des bibliothécaires, et d’envisager les moyens de mettre en relation de la manière la plus étroite possible les ressources scientifiques produites dans ces deux cadres.

Dans la mesure où la plupart des outils de ce genre sont maintenant conçus sous forme électronique – même si nombre d’entre eux ont d’abord existé sous forme de fichiers papier ou d’archives manuscrites – la question des modalités de mise en lien des différentes ressources sur les manuscrits, des identifiants pérennes liés aux manuscrits, aux personnes, aux textes et aux lieux a été centrale dans bien des discussions du colloque. C’est l’un des points qui sera mis en avant dans ce compte rendu rapide. On notera en outre qu’un projet d’identifiants uniques et pérennes pour les manuscrits (ISMSN) a été présenté par l’équipe de l’IRHT.

On trouvera ci-dessous le compte rendu de la journée du jeudi. Le compte rendu de la journée de vendredi se trouve dans cet autre billet.

La matinée du jeudi a été consacrée aux recensement des manuscrits par langue pour les périodes anciennes et médiévales. M. Depauw (KU Leuven) a présenté d’abord un outil déjà extrêmement avancé : Trismegistos. D’abord consacré à l’Égypte, ce portail cherche maintenant à couvrir l’ensemble du monde ancien méditerranéen, de 800 avant notre ère à 800 de notre ère. Son cœur de métier concerne les papyrus et l’épigraphie, mais d’autres sources sont également prises en compte. Issu de publication papier sur la prosopographie de l’Égypte ptolémaïque, le portail rassemble maintenant différentes ressources, autour des papyrus, des personnes, des textes, etc. Trismegistos contient non les textes ou les images, mais des metadata uniquement. Le portail attribue des identifiants stables à chacune des entités traitées, et ces identifiants sont déjà largement utilisés au sein de la communauté scientifique concernée. On relèvera également une active politique de collaboration avec d’autres bases de données, mais aussi l’intégration massive des ressources fournies par d’autres bases de données, qui sont intégrées dans le portail et consultables à travers lui.

M. Cassin (IRHT) a présenté ensuite les ressources disponibles en matière de recensement des manuscrits grecs. Prenant la suite de répertoires des bibliothèques et des catalogues de manuscrits publiés en version papier, mais aussi d’un projet plus ancien d’index général des catalogues de manuscrits grecs, la base de données Pinakes, textes et manuscrits grecs fournit un recensement aussi exhaustif que possible des manuscrits grecs conservés dans le monde entier. Ce recensement est complété par des informations détaillées sur le contenu des livres, mais aussi sur leur histoire. La BDD est également le lieu d’un dépouillement bibliographique par manuscrit, mais aussi d’un recensement des ressources numériques (catalogues en ligne, numérisations, bibliographies, etc.), tant au niveau du manuscrit que des bibliothèques ou des textes. Cette base de données sert également de point d’appui au réseau Diktyon, Réseau numérique pour les manuscrits grecs, qui réunit plusieurs projets en cours en ce domaine. Le réseau fournit des identifiants uniques numériques pour chaque manuscrit grec (Diktyon id), qui sont utilisés dans les différentes bases du réseau et permettent des liens automatiques entre les différentes ressources.

M. Rosenau (Akademie der Wissenschaften zu Göttingen) a présenté l’état des ressources pour les manuscrits coptes – essentiellement pour les textes littéraires, puisque les textes documentaires bénéficient d’autres ressources. Malgré le caractère pionnier du Corpus dei manoscritti copti letterari de Tito Orlandi, les ressources en ligne en ce domaine ont peu évolué depuis, ou seulement sur des zones très limitées. La difficulté est grande, du fait du caractère extrêmement fragmenté des manuscrits coptes et de la nécessité de remembrer les codices dispersés. Le projet consacré à l’Ancien Testament sahidique, en cours à Göttingen, réalisé à l’aide des ressources de l’Institut de Münster pour le texte néo-testamentaire, ne couvre qu’une petite portion des manuscrits coptes, dans l’optique d’une édition électronique appuyée sur un recensement des manuscrits et fragments de ce texte.

A. Binggeli (IRHT) a présenté les ressources pour les manuscrits syriaques – y compris les manuscrits garshuni, où l’arabe est noté en caractères syriaques. Si des répertoires papier existent pour les manuscrits syriaques et leurs catalogues, aucune entreprise électronique n’embrasse encore la totalité des livres. Une entreprise qui mêle reprise des catalogues existants et étude directe des manuscrit, e-ktobe, a été mise en place en collaboration entre l’IRHT et Orient et Méditerranée ; il s’agit aujourd’hui d’un catalogue, en TEI, des manuscrits syriaques, qui rassemble déjà environ 500 cotes. Elle s’appuie sur le portail de référence pour les études syriaques, syriaca.org, qui fournit des référentiels et des identifiants pour les personnes, les lieux et les textes, et contribue également à son développement. Il faut également mentionner dans ce domaine le travail effectué par la Hill Museum and Manuscript Library, qui numérise des manuscrits en Orient et met les images en ligne, avec une description très sommaire.

J. Olszowy-Schlanger (SAPRAT, EPHE, IRHT) a présenté les ressources pour les manuscrits hébreux, ou plutôt en caractère hébraïques, car nombreux sont les livres en langues vernaculaires notées en caractères hébraïques. On relèvera en particulier la bibliothèque numérique des manuscrits mise en place par la Bibliothèque nationale d’Israël, Ktiv, ainsi que les nombreux projets autour des fragments de Geniza. C’est ensuite le projet Books within books, consacré au recensement et à la description des fragments de manuscrits hébreux dans les bibliothèques européennes. La base de donnée qui sert à ce projet est en particulier marquée par le choix de nombreux champs à texte libre, destinés à laisser libre court au catalogueur, rejetant l’harmonisation des données au niveau de la recherche plutôt qu’au niveau de la saisie des données.

L’après-midi a été consacré aux entreprises par pays. Robert Giel (Staatsb.zu Berlin – Preussischer Kulturbesitz, Handschriftenabteilung) a présenté les réflexions en cours pour mettre en place le successeur de Manuscripta Mediaevalia, sous la forme d’un nouveau portail consacré aux manuscrits conservés en Allemagne (Handschriftenportal), qui réunira images, métadonnées, catalogues, mais aussi liens vers d’autres ressources détaillées sur les manuscrits traités. La limitation chronologique à la période médiévale sera supprimée. L’ensemble est organisé autour du manuscrit considéré comme objet culturel, tandis que les différentes descriptions, images, etc. s’articulent autour de ce point central.

Ch. Flueler (Université de Fribourg) a ensuite présenté la bibliothèque numérique des manuscrits de Suisse, e-codices. Cette bibliothèque vise à rassembler l’ensemble des manuscrits de Suisse, ainsi qu’une sélection de manuscrits modernes. 1400 sont déjà en ligne, soit environ 20 % des collections. Ch. Flueler a également présenté les modalités de financement et d’organisation d’un tel projet à l’échelle d’un pays, en étroite articulation avec les bibliothèques et les bibliothécaires, mais aussi sous l’angle du financement et de la pérennisation.

Ch. Glassner (Österreichische Akademie der Wissenschaften) a présenté l’entreprise de recensement et de description des manuscrits médiévaux en Autriche, qui est également liée à un répertoire de filigranes et à un répertoire des manuscrits hébraïques. La physionomie des bibliothèques d’Autriche est très particulière, avec une importance fondamentale des bibliothèques conventuelles, à côté de la Bibliothèque nationale d’Autriche ; sur les 150 bibliothèques qui renferment des manuscrits, 60 sont conventuelles. La description des manuscrits s’appuie sur les catalogues antérieurs, mais aussi sur des entreprises de catalogage sur nouveaux frais, et est accompagnée autant que possible de numérisations des manuscrits. Le portail fournit, pour tous les manuscrits, un identifiant numérique unique non significatifs, et un sigle du manuscrit. Les auteurs sont normalisés en lien avec la Gemeinsame Normdatei.

Lisa Fagin Davis (Medieval Academy of America) a présenté la situation du recensement des manuscrits aux États-Unis d’Amérique, pays pour lequel elle vient de réaliser un nouveau Census, qui prend la suite de celui de Ricci et de son supplément. L’évolution des collections de manuscrits aux USA a été extrêmement forte, avec plus que le doublement des collections publiques conservant des manuscrits, et l’explosion du phénomène des single leaves, issues du démembrement de manuscrits. Très peu de ces collections sont cataloguées, et aucune entreprise centralisée n’existe ni pour le catalogage, ni pour les numérisations, même si plusieurs projets réunissent déjà un grand nombre de numérisations, comme Digital Scriptorium ou la Bibliotheca Philadelphiensis (voir une liste ici).

M. Maniaci (Università degli studi di Cassino) a présenté le projet MaGI (Manoscritti greci d’Italia). Conçu au départ pour fournir un recensement des manuscrits grecs d’Italie, accompagné de planches paléographiques pour chaque unité de production, voir pour chaque main, le projet s’est pour l’instant réorienté vers le catalogage détaillé ou la révision de catalogues existants pour les manuscrits d’un certain nombre de bibliothèques (249 notices sont déjà en ligne, plus du double en révision ou en préparation). Le projet a été réalisé dans le cadre de la Nuova Bibliotheca Manoscritta, prévue pour les manuscrits de la Vénétie. La complexité des structures et des tutelles italiennes a largement alourdi le projet et sa continuation.

L. Negrini (ICCU, Roma) a présenté les procédés de constitution de listes d’autorité et les règles de normalisation au sein de l’outil de catalogage unique pour les manuscrits d’Italie, ainsi que le portail Manusonline, qui recense les manuscrits des bibliothèques italiennes.

A. Postec (BnF), C. Poiret (CCFr, BnF) et P. Latour (Calames, Bibl. Mazarine) ont présenté trois outils et portails de catalogage des manuscrits des collections publiques de France, Archives et manuscrits pour la BnF, la partie manuscrit du CCFr, qui permet aussi l’interrogation des autres ressources, et Calames, pour les bibliothèques de l’enseignement supérieur. Les trois bibliothécaires ont présenté les modalités du catalogage en EAD dans ces trois cadres, les outils de normalisation et d’autorité (en particulier idRef et les autorités BnF), ainsi que les perspectives d’évolution. Cette présentation très stimulante a permis aux chercheurs de mieux comprendre les modalités du travail et les outils employés par les bibliothécaires dans le cadre français.

CENSUS, Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays

Les 12 et 13 octobre aura lieu à Paris un colloque consacré au recensement et à l’identification des manuscrits, par langue et par pays, dont voici  le programme :

Programme

Jeudi 12 octobre – Salle Jeanne-Vielliard, IRHT, Paris 16e

  • 9h15 – Accueil
  • 9h30 – Introduction : François Bougard et Matthieu Cassin (IRHT)

Recenser les manuscrits par langue : langues anciennes et médiévales

Présidence : François Bougard

  • 9h45 – M. Depauw (KU Leuven) : Trismegistos: cataloguing all ancient texts (BC 800 BC – AD 800)
  • 10h15 – M. Cassin (IRHT) : Pinakes (recenser et décrire les manuscrits grecs) et Diktyon (identifier les manuscrits grecs)

10h45 – Pause

Présidence : Brigitte Mondrain (SAPRAT, EPHE)

  • 11h – M. Rosenau (Akademie der Wissenschaften zu Göttingen) : Digital Coptic – DH Projects in Coptic Studies
  • 11h30 – A. Binggeli (IRHT) : E-ktobe : une base pour les manuscrits syriaques
  • 12h – J. Olszowy-Schlanger (SAPRAT, EPHE, IRHT) – Classer les manuscrits hébreux par leur aire de production : enjeux et problèmes méthodologiques

Recenser les manuscrits par pays

Présidence : Claudia Fabian

  • 14h – R. Giel (Berlin, Staatsbibl. zu Berlin – Preussischer Kulturbesitz, Handschriftenabteilung) : Cultural objects and descriptions. Towards a new German Manuscript Portal
  • 14h30 – Ch. Flueler (Université de Fribourg) : Local – National – Global : How e-codices has made a national manuscript portal in Switzerland
  • 15h – Ch. Glassner (Österreichische Akademie der Wissenschaften) : manuscripta.at – Manuscrits médiévaux en Autriche
  • 15h30 – L. Fagin Davis (Medieval Academy of America) : Medieval and Renaissance Manuscripts in North America : Identification, Digitization, and Discoverability

16h – Pause

Présidence – Pierre-Jean Riamond (Ministère de la Culture)

  • 16h20 – M. Maniaci (Università degli studi di Cassino) : Documentare i manoscritti greci d’Italia : riflessioni in margine ad un lavoro in corso
  • 16h50 – L. Negrini (ICCU, Roma) : Nuovi strumenti per la catalogazione in ManusOnLine: le Linee Guida per l’Authority File e la tastiera virtuale
  • 17h20 – A. Postec (BnF), C. Poiret (CCFr), P. Latour (Calames) : Recenser et décrire les manuscrits des bibliothèques publiques de France : les catalogues en ligne

Vendredi 13 octobre – Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e

  • 9h30 – Accueil et Introduction : Isabelle le Masne de Chermont (BnF)

Recenser les manuscrits par langue : langues modernes

Présidence : Isabelle le Masne de Chermont

  • 9h45 – N. Busch (Universität Siegen) : Handschriftencensus. Medieval German Manuscripts
  • 10h15 – M.-L. Savoye (IRHT) : Les deux visages de Jonas : répertoire « exhaustif » des manuscrits contenant du français ou de l’occitan et outils d’analyse de corpus de recherche

10h45 – Pause

Présidence : Marie-Laure Savoye

  • 11h – G. Avenoza (Universitat de Barcelona) : Philobiblon (péninsule Ibérique : espagnol, catalan, galicien et portugais)
  • 11h30 – S. Bertelli (Università degli studi di Ferrara) : Les manuscrits de la littérature italienne des origines : une mise à jour
  • 12h – A. Bouwman (University Library, Leiden) et B. Besamusca (Universiteit Utrecht) : The Past, Present and Future of the Bibliotheca Neerlandica Manuscripta (BNM)

Ressources transversales et projets en cours

Présidence : Charlotte Denoël

  • 14h – B. Giffard (IRHT, Biblissima), A.-M. Turcan (SAPRAT, EPHE, Biblissima) : Biblissima
  • 14h30 – C. Fabian (Bayerische Staatsbibliothek, München) : Les manuscrits en réseau – réinvention, réorganisation et visibilité dans un nouvel écosystème
  • 15h – M. Cassin et H. Seng (IRHT) : Pour des identifiants uniques des manuscrits (ISMSN) : présentation d’un projet en cours

15h30 – Pause

Présidence : Anne-Marie Turcan

  • 16h – Ch. Denoël et F. Siri (BnF) : Le programme Polonsky (BnF-British Library) : aspects scientifiques et interopérabilité des métadonnées
  • 16h30 – M. Bonicel (BnF) – L’innovation au service du partage des données : IIIF à la BnF
  • 17h – Conclusions

Télécharger le programme en pdf.

Nouvelle parution: Les manuscrits syriaques de parchemin du Sinaï et leurs ‘membra disjecta’

La Section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT est heureuse d’annoncer la parution récente de l’ouvrage de Paul Géhin, directeur de recherche émérite :

Paul Géhin, Les manuscrits syriaques de parchemin du Sinaï et leurs membra disjecta (Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, 665 ; Subsidia 136), Leuven, Peeters, 2017.

Paul Géhin, Les manuscrits syriaques de parchemin du Sinaï et leurs « membra disjecta »

L’ouvrage est consacré à une petite partie du riche patrimoine livresque de la bibliothèque du monastère de Sainte-Catherine au Sinaï : les manuscrits syriaques écrits sur parchemin.

Bénéficiant de l’apport des « Nouvelles découvertes » de 1975 et de l’identification d’un grand nombre de membra disjecta présents dans les bibliothèques étrangères, l’auteur s’emploie à reconstituer l’état de ces manuscrits, tel qu’il devait être au début du XIXsiècle, avant que ne s’opère un important processus de fragmentation et de dispersion.

Ms Sinaï Syr. 44, f. 214v-215r © Library of Congress

De contenu presque exclusivement religieux (biblique, patristique et liturgique), ces manuscrits sont des témoins précieux des usages du livre dans les communautés chrétiennes de langue syriaque ; leur copie s’étend sur une période de huit siècles (de l’extrême fin du Vs. à la fin du XIIIe s.).

Ms Sinaï Syr. 26, f. 25v-26r © Library of Congress

Le travail de reconstitution ici entrepris donne une vue d’ensemble de la part ancienne du fonds syriaque de Sainte-Catherine, bien plus précise que l’inventaire sommaire établi par Agnes Smith Lewis en 1894, et marque une étape importante vers la réalisation d’un catalogue moderne. Il met en relation des fragments maintenant conservés à des milliers de kilomètres de distance (des USA au Japon en passant par l’Europe). Il offre aux spécialistes (éditeurs de textes, biblistes, liturgistes, historiens, codicologues) une base renouvelée et plus sûre pour de futures recherches.

Ms Sinaï Syr. 5, f. 11v-12r (détail) © Library of Congress

L’ouvrage peut être acheté sur le site de l’éditeur, Peeters.

Quelques articles tirés de ce corpus :

– Paul Géhin, « Écrire le grec en lettres syriaques : les hymnes du Sinaï syr. 27 », dans J. den Heijer, A. Schmidt, T. Pataridze (éd.), Scripts Beyond Borders. A Survey of Allographic Traditions in the Euro-Mediterranean World (Publications de l’Institut Orientaliste de Louvain, 62), Louvain-la-Neuve 2014, p. 155-185.

Paul Géhin, « L’étonnant destin d’un Psautier jacobite du XIIIe siècle : Sinaï syr. 43 + Vatican Syr. 647, ff. 24-26 », Hugoye. Journal of Syriac Studies 18 (2015), p. 53-65.

Paul Géhin, « Sinaï syriaque 29 ou 31 ? Sur quelques problèmes de cote dans la série des manuscrits syriaques de Sainte-Catherine », Le Muséon 129 (2016), p. 117-131.

— Paul Géhin, « Saint Jean Chrysostome dans les manuscrits syriaques du Sinaï », dans F. P. Barone, C. Macé, P. A. Ubierna (éd.), Philologie, herméneutique et histoire des textes entre Orient et Occident. Mélanges en hommage à Sever J. Voicu (Instrumenta Patristica et Mediaevalia, 73), Turnhout 2017, p. 867-893.

— Paul Géhin, « Un cas insolite d’allographie : la litanie diaconale grecque en écriture syriaque sogdienne du ms. Leiden Oriental 14236 », à paraître dans Le Muséon.

Vat. sir. 647, f. 4r (détail), folio provenant du ms. Sinaï syr. 8 (© Biblioteca Apostolica Vaticana)

 

Catalogage et photographie de manuscrits grecs au Patriarcat œcuménique

Du 24 octobre au 4 novembre dernier, trois chercheurs de la Section grecque de l’IRHT (André Binggeli, Matthieu Cassin et Marie Cronier) ont effectué une dernière mission au Patriarcat œcuménique de Constantinople  (Istanbul).

Un nouveau pont sur le Bosphore
Un nouveau pont sur le Bosphore

Il s’agissait d’achever le travail de préparation du catalogue de l’un des trois fonds principaux de la Bibliothèque patriarcale, celui des manuscrits provenant du monastère de la Sainte-Trinité, sur l’île de Chalki. Cela s’effectue dans le cadre du projet ANR i-Stamboul (2013-2016).tranche

Faisant suite au catalogue des manuscrits du monastère de la Panaghia de Chalki (publié en 2008 par Matoula Kouroupou et Paul Géhin), le catalogue de la Sainte-Trinité traitera des manuscrits de ce monastère aujourd’hui conservés au patriarcat œcuménique (147 cotes, 141 manuscrits présents). Il comprendra deux tomes, le premier avec la description matérielle et la présentation du contenu, le second avec des reproductions photographiques.

copie-des-filigranes
Prise des filigranes à l’aide du planche électroluminescente à lumière froide

Pendant cette mission, les chercheurs ont achevé le travail habituel d’analyse matérielle des manuscrits (l’analyse textuelle étant menée sur microfilms à Paris), en particulier pour ce qui demande un examen direct du volume: description du support d’écriture (parchemin ou papier), des réglures, de la couleur des encres, des reliures, etc.

photographie
Le manuscrit est posé sur un statif, auquel est fixé l’appareil. La lumière est produite par deux flash situés de part et d’autre

En outre, afin de préparer le volume contenant les planches, les chercheurs étaient accompagnés d’Alexane Trubert, photographe du pôle numérique de l’IRHT et spécialisée dans la prise de vue de manuscrits. Elle avait apporté de France le matériel nécessaire à la réalisation de photos de haute qualité.

vitre-et-reglet
On place sur la page à reproduire un réglet permettant de restituer ses dimensions et, si elle doit être aplatie, une vitre
photographie-dune-tranche
Photographie d’une tranche

Certains clichés ont demandé une méthodologie particulière, notamment la photographie des tranches (où sont souvent inscrits les titres sur les manuscrits byzantins),

photographie-des-reliures
Un drap noir est tendu autour du manuscrit et de l’appareil pour éviter les reflets sur le cuir de la reliure

celle des reliures (dont la couvrure en cuir produit souvent des reflets difficile à faire disparaître), ou celle de palimpsestes (dont il faut essayer de faire apparaître l’écriture inférieure).preparation-du-manuscrit

Une attention particulière a été portée aux reliures, aux feuillets de garde, aux foliotations anciennes, aux pinax (tables des matières) et aux restauration, qui fournissent des éléments de premier ordre sur le fonctionnement de la bibliothèque.

Une foliotation de la fin du 16e s. en lettres grecques: ρνβ (=152)
Une foliotation de la fin du 16e s. en lettres grecques: ρνβ (=152)
Une reliure de technique byzantine (16e s.)
Une reliure de technique byzantine (16e s.)

En effet, le catalogue à proprement parler sera accompagné d’un autre volume, consacré à l’histoire de la bibliothèque du monastère de la Sainte-Trinité de Chalki, depuis sa fondation vers 1540 jusqu’à son transfert au Patriarcat œcuménique dans les années 1930.

Renforcement du bord interne des feuillets, à date ancienne (16e s.) avec des languettes provenant d'autres manuscrits
Renforcement du bord interne des feuillets, à date ancienne (16e s.) avec des languettes provenant d’autres manuscrits

Le catalogue est désormais dans sa phase finale de réalisation. Sa parution est espérée d’ici la fin de l’année 2017. Le volume consacré à l’histoire de la bibliothèque devrait le suivre rapidement.

Back to Istanbul : mission de catalogage, juin 2015

La dernière semaine de juin, une cinquième mission de catalogage a été menée sur le fonds de la Sainte-Trinité à la bibliothèque du Patriarcat œcuménique à Istanbul. André Binggeli, Matoula Kouroupou et Matthieu Cassin ont poursuivi la description des manuscrits du fonds et commencé les vérifications.

DSC_0121

En effet, le catalogage des 147 cotes du fonds – mais quelques manuscrits ne sont plus présents aujourd’hui – est maintenant bien avancé : cette mission a permis d’étudier les derniers manuscrits qui n’avaient pas encore fait l’objet d’un examen direct. Elle a également été l’occasion de commencer les vérifications des notices déjà rédigées, en particulier pour les manuscrits qui ont été présentés lors des séances collectives mensuelles de travail sur le catalogue. Malgré l’attention portée lors du premier examen d’un manuscrit in situ, des détails échappent toujours, que seule la mise en forme de la notice de catalogue permet de mettre au jour : non concordance entre une lacune textuelle et la structure d’un cahier, filigrane d’un feuillet de garde non relevé, note dont le déchiffrement sur photographie reste incertain, incertitude sur l’existence d’un changement de main ou d’une simple variation d’écriture par un même copiste, etc. Cette partie du travail, assez différente de l’étude initiale des manuscrits, offre rarement le même plaisir de la découverte, mais permet de s’assurer du bon emboîtement de toutes les pièces du puzzle, dans la mesure du possible.

Trin49f1

Un manuscrit qui n’avait pu être examiné jusqu’à présent, le Sainte-Trinité 49, a été décrit en détail. Il s’agit de Ménées de décembre, signé et daté par Joasaph des Hodèges en 1372/1373. L’un des sparagmata a pu y être replacé. Il est en outre intéressant pour l’histoire de la bibliothèque, dans la mesure où la note de possession qu’il comporte comprend la traditionnelle mémoire de Métrophane, mais aussi, de la même main et ajouté au-dessus de la ligne, le nom d’Euthyme, qui fut sûrement higoumène du monastère après Métrophane (pendant l’un des patriarcat de celui-ci, ou après sa mort).

DSC_0999

Le travail sur les sparagmata (fragments détachés des manuscrits de la bibliothèque), commencé lors de la mission précédente, s’est également poursuivi. La description du premier lot, qui concerne principalement des manuscrits anciens, est presque achevée. Un évangéliaire presque complet, mais non relié et en désordre, a été étudié et remis en ordre. Le second lot, qui comporte pour l’essentiel des fragments de manuscrits récents qui doivent pour la plupart provenir du fonds de l’École théologique, a été examiné plus sommairement.

La mission a également été l’occasion de préparer le colloque qui se tiendra à Istanbul en octobre de cette année (14-16 octobre) sur le thème suivant : « Autour de la Sainte-Trinité de Halki : bibliothèques grecques à Constantinople à l’époque du patriarche Métrophane III ». Les séances du jeudi et du vendredi auront lieu respectivement au Research Center for Anatolian Civilizations de l’Université Koç et à l’Institut français d’études anatoliennes. Nous avons reçu un accueil très chaleureux de nos partenaires et avons pu régler l’essentiel des détails pratiques.

P1040481

L’organisation de la première journée du colloque, qui sera accueillie à l’École théologique de Halki, aux lieux mêmes du monastère de la Sainte-Trinité, a été évoquée par André Binggeli avec le supérieur du monastère, le Métropolite de Pruse. Ce bref séjour sur place a également été l’occasion de poursuivre, dans la bibliothèque des imprimés de l’École, la recherche des livres anciens décrits dans les inventaires du 19e siècle, et en particulier ceux qui sont susceptibles de provenir du monastère, avant la fondation de l’École théologique en 1844. En effet, si les manuscrits se trouvent aujourd’hui tous rassemblés au Patriarcat au Phanar, les imprimés sont, eux, restés sur place et les deux fonds, celui du monastère et celui de l’École, ont été mêlés.Café devant le Métochion

Nouvelle mission de catalogage à Istanbul (novembre 2014)

Dans le cadre du projet ANR i-Stamboul, une nouvelle mission de catalogage à la bibliothèque du Patriarcat œcuménique de Constantinople a été effectuée par André Binggeli, Marie Cronier et Matoula Kouroupou, au cours de la première quinzaine de novembre 2014.

Le catalogage des manuscrits s'effectue en étroite collaboration
Le catalogage des manuscrits s’effectue en étroite collaboration
Examen des manuscrits au Patriarcat

Il s’agissait de poursuivre la description des manuscrits provenant du monastère de la Saint-Trinité sur l’île de Chalki.

Tandis que l’analyse du contenu s’effectue à l’avance sur microfilms, on procède sur place au relevé des caractéristiques matérielles, telles que les dimensions des pages et de la surface écrite

On relève les dimensions de la page puis de la surface d'écriture à l'aide d'un mètre souple
On relève les dimensions de la page puis de la surface d’écriture à l’aide d’un mètre souple

…ou encore le relevé des filigranes (pour les manuscrits de papier) à l’aide d’une planche électroluminescente à lumière froide, qui fait apparaître le filigrane sans endommager le papier.

La planche à lumière froide permet de relever très précisément le motif des filigranes à l'aide d'un papier calque
La planche à lumière froide permet de relever très précisément le motif des filigranes à l’aide d’un papier calque

Pour les reliures comportant un décor par impression de fers (« estampage à froid »), comme c’est le cas de la majorité des reliures byzantines, on effectue un frottis au crayon bleu, permettant de prendre une empreinte des petits fers de manière beaucoup plus lisible qu’à l’aide des photographies.

Frottis de reliure à l'aide d'un crayon bleu
Frottis de reliure à l’aide d’un crayon bleu


Une partie importante de la mission a été consacrée à l’analyse des σπαράγματα (sparagmata) de la bibliothèque du patriarcat œcuménique, c’est-à-dire des fragments détachés des manuscrits, qui ont été recueillis et conservés dans des boîtes séparées.

Une des boîtes dans lesquelles les "sparagmata" sont conservés
Une des boîtes dans lesquelles les « sparagmata » sont conservés

Ces fragments ont été numérotés et classés en différents dossiers.

Les fragments une fois numérotés et classés
Les fragments une fois numérotés et classés

Une description sommaire en a ensuite été effectuée (type de support, dimensions, nombre de folios, nature du texte transmis).

Un fragment constitué d'un feuillet isolé
Un fragment constitué d’un feuillet isolé

Avec quelque recherche, on parvient en général à identifier le texte de ces fragments. Ce travail demande généralement une comparaison avec les éditions imprimées.

Dans les cas particulièrement favorables, une coïncidence à la fois textuelle et codicologique permet de retrouver le manuscrit dont le fragment a été détaché. Par chance, on est parvenu plusieurs fois à cet heureux résultat au cours de ladite mission : on a alors procédé à la remise en place officielle du fragment dans le manuscrit, sous l’égide du directeur de la bibliothèque, le Père Agathangelos.

Un nouvel inventaire

D’autre part, une belle découverte a été faite au milieu de ces sparagmata : un inventaire des manuscrits de la bibliothèque de la Sainte-Trinité, établi dans la seconde moitié du XIXe siècle, alors que cette collection avait déjà été intégrée à l’École théologique (fondée sur l’emplacement du monastère en 1844). Jusqu’à présent, on soupçonnait fortement l’existence de cet inventaire mais il était demeuré introuvable.

Déchiffrement de l’inventaire du XIXe siècle, retrouvé par hasard au milieu des fragments
Déchiffrement de l’inventaire du XIXe siècle, retrouvé par hasard au milieu des fragments
Séjour au monastère, sur l’île de Chalki

La seconde partie de la mission s’est déroulée sur l’île de Chalki, au monastère de la Sainte-Trinité, qui abrite aujourd’hui l’École théologique.

Vue de l’île de Chalki
Vue de l’île de Chalki

Alors que la collection de manuscrits de la Sainte-Trinité de Chalki a été transférée à Istanbul, au Patriarcat, dès les années 1930, les imprimées demeurent toujours sur place.

Entrée de l’École théologique de l’île de Chalki
Entrée de l’École théologique de l’île de Chalki

Des investigations ont donc été menées parmi les plus anciens d’entre eux, dans le but notamment de tenter d’identifier s’il se trouvait encore sur place certaines des éditions imprimées recensées dans l’inventaire de la bibliothèque de la Sainte-Trinité établi à l’époque de Métrophane III (1572).

Les imprimés de la bibliothèque de la Sainte-Trinité (à l’École théologique)
Les imprimés de la bibliothèque de la Sainte-Trinité (à l’École théologique)

Il s’agissait également de préparer l’organisation du colloque de clôture du projet ANR i-Stamboul, qui se déroulera à Istanbul en octobre 2015, et dont la première journée aura lieu dans le monastère lui-même.

Un nouveau catalogue des manuscrits grecs de l’Université de Charkiv (Ukraine)

O. V. Sučalkin, O. A. Ručinskaja (éd.), Греческие рукописи из собрания Центральной научной библиотеки Харьковского национального университета имени В.Н. Каразина : каталог (Харьк. нац. ун-т им. В. Н. Каразина, Центр. науч. б-ка, Харьк. гор. о-во греков “Гелиос”)[1] [Manuscrits grecs dans la collection de la Bibliothèque scientifique centrale de l’Université nationale V. N. Karazin de Charkiv. Catalogue (Université nationale V. N. Karazin de Charkiv, Bibliothèque scientifique centrale, Association hellénique municipale “Helios” de Charkiv)], Charkiv, « Slovo », 2012. 96 p. ; [28] p. ill. – Bibliogr. – ISBN 978-966-623-944-3

Les hasards de la consultation d’internet nous ont permis de repérer ce catalogue récent des vingt-quatre manuscrits grecs conservés à la Bibliothèque scientifique centrale de l’Université V. N. Karazin de Charkiv, en Ukraine (en abrégé ЦНБ ХНУ ім. В.Н. Каразіна), qui vient fort opportunément compléter le catalogue des collections de Kyiv publié en 2000 par E. I. černukin [notre numéro R(III)1412b].

Aratos, Cléomède, Nicomaque, XIVe s.

Les auteurs ont généreusement publié leurs notices sur internet, avec possibilité de les télécharger intégralement. Il s’agit en fait d’une deuxième édition, considérablement remaniée, d’un catalogue plus sommaire publié en 2003 à tirage limité, qui donnait pour la première fois une description complète de la collection en ukrainien, avec traductions russe et anglaise, accompagnée d’illustrations (téléchargeables avec ce premier catalogue)[2] :

O. V. Sučalkin, V. O. Reprinceva (éd.), Грецькі рукописи XIV-XVIII ст. з фондів Центральної наукової бібліотеки ХНУ імені В.Н. Каразіна : каталог (Харківський національний ун-т ім. В.Н.Каразіна. Центральна наукова бібліотека, Фонд грецької культури. Одеська філія) [Manuscrits grecs des XIVe-XVIIIe siècles dans les fonds de la Bibliothèque scientifique centrale de l’Université nationale V. N. Karazin de Charkiv : catalogue (Université nationale V. N. Karazin de Charkiv. Bibliothèque scientifique centrale, Fondation de la culture hellénique, Section d’Odessa)], Charkiv, 2003. 68 p. ; ill. Bibliogr. p. 52[3].

Evergetinos (Patericon du moine Paul) en 2 volumes, première moitié du XVIIIe s.

Édité avec le soutien financier du conseil municipal de Charkiv, le nouveau catalogue bénéficie de l’effort important consenti ces dix dernières années par l’Université V. N. Karazin pour l’étude, la restauration et la préservation de ses manuscrits (les quatre plus anciens ont été restaurés grâce à un financement de la Fondation A. G. Leventis, de Chypre, et à la contribution du Centre de restauration de la Bibliothèque nationale V. I. Vernadskij de Kyiv). Des recherches ont permis de préciser leur datation (identification des filigranes), leur composition, leur provenance et leurs anciens possesseurs.

L’auteur, Oleg V. Sučalkin, directeur d’études en histoire de la littérature et en philologie classique à l’Université de Charkiv, a rédigé cette nouvelle description des manuscrits grecs selon les normes vaticanes (avec quelques modifications, et en langue russe !). La révision scientifique du catalogue a été assurée par O. A. Ručinskaja, docteur en histoire, professeur au Département d’histoire de l’Antiquité et du Moyen Âge à la faculté d’histoire de l’Université de Charkiv.

L’introduction (p. 6-9) donne un aperçu de la composition et de l’histoire du fonds grec, ainsi que le schéma des notices. Suivent (p. 11-88) les notices, classées selon l’ordre chronologique (et non selon l’ordre des cotes). Le volume s’achève (p. 89-95) par une série d’index (noms propres, noms géographiques et de monastères, liste des abréviations et des illustrations [non téléchargeables], table des matières).

Olympiodore, Philon de Carpasia, André de Crète, etc., XIIe s.
Olympiodore, Philon de Carpasia, André de Crète, etc., XIIe s.

Voici, pour finir, un aperçu du contenu et de la provenance de ces vingt-quatre manuscrits, avec une concordance de leurs numéros dans les catalogues de 2003 et 2012, qui porteront respectivement dans Pinakes, les cotes R(III)0748a et 0748b (seuls les deux premiers manuscrits du catalogue de 2012 sont antérieurs au XVIIIe siècle) :

 

CONCORDANCES DES CATALOGUES DE 2003 ET 2012

N.B. : la cote est bipartite : le premier numéro renvoie à la cote du manuscrit [р = рукописи],

le second à sa cote topographique au sein de la bibliothèque.

 

 

R(III)0748a (2003)

R(III)0748b (2012)

Cote du ms.

Contenu et Provenance

Numéro du ms.

Siècle

Numéro du ms.

Siècle

25-p, 54/c Rhétorique de Sophronios Lichoudês. Russie. 13 XVIIe-XVIIIe s. 4 1ère moitié du XVIIIe s.
34-p, 64/c Abrégés des œuvres de George Koressios, Aristote, Théodore Prodrome. Bucarest. 17 XVIIIe s. 22 2e moitié du XVIIIe s.
54-p, 84/c Théophile Corydalée, Aphtonius, Christophoros Emborokomites. Corfou (?), Grèce. 11 XVIIIe s. 5 1ère moitié du XVIIIe s.
77-p, 107/c Nomocanon en 2 vol. (vol. 1) 4 XVIIe-XVIIIe s. 7 1ère moitié du XVIIIe s.
78-p, 108/c Nomocanon en 2 vol. (vol. 2) 5 XVIIe-XVIIIe s. 8 1ère moitié du XVIIIe s.
79-p, 109/c George Koressios, Anastasios Gordios, etc. Ioannina, Grèce. 20 XVIIIe s. 19 milieu du XVIIIe s.
80-р, 110/с Mathematarion. Bucarest. 19 XVIIIe s. 24= 84-р par erreur 2e moitié du XVIIIe s.
84-p, 115/c Mathematarion (Georges Sougdouris, Basile de Césarée, Grégoire de Nazianze, Aristophane, etc.). Constantinople (?). 12 1721(?) 1727 6  1ère moitié du XVIIIe s.
90-p, 121/c Evergetinos (Patericon du moine Paul) en 2 vol. (vol. 1) 7 XVIIe-XVIIIe s. 9 1ère moitié du XVIIIe s.
91-p, 122/c Evergetinos (Patericon du moine Paul) en 2 vol. (vol. 2) 8 XVIIe-XVIIIe s. 10 1ère moitié du XVIIIe s.
92-p, 123/c Sermons du hiéromoine Héraclius. Bucarest. 16 1781 23 2e moitié du XVIIIe s.
100-р, 134/с Olympiodore, Philon de Carpasia, André de Crète, etc. Italie méridionale. 2 XVe-XVIe s. 1 XIIe s.
103-p, 137/c Théologie d’Eugenios Voulgaris. Ioannina (?), Grèce. 6 XVIIe-XVIIIe s. 11 milieu du XVIIIe s.
104-p, 138/c Joseph Bryennios. Ioannina, Grèce. 9 XVIIe-XVIIIe s. 18 milieu du XVIIIe s.
107-p, 143/c Histoire ecclésiastique de Meletios d’Athènes, en 2 vol. (vol. 2) Ioannina, Grèce. 24  1747 17= 103-p par erreur milieu du XVIIIe s.
108-p, 144/c Histoire ecclésiastique de Meletios d’Athènes, en 2 vol. (vol. 1) Ioannina, Grèce. 23 XVIIIe s. 16 milieu du XVIIIe s.
109-p, 145/c Histoire ecclésiastique de Meletios d’Athènes, en 2 vol. (vol. 2) Ioannina, Grèce. 22 XVIIIe s. 15 milieu du XVIIIe s.
149-p, 192/c Grégoire de Nysse, Jean Climaque, Basile de Césarée 10 XVIIe-XVIIIe s. 12 milieu du XVIIIe s.
189-p, 285/c Jean Damascène, Georges Sougdouris 15 XVIIIe s. 13 milieu du XVIIIe s.
190-р, 286/с Gerasimos Vlachos, Éphrem Decarchos etc. Koroni (?), Grèce. 3 XVIIe s. 3 fin du XVIIe s.
265-p, 365/c Histoire ecclésiastique de Meletios d’Athènes, en 2 vol. (vol. 1) Ioannina, Grèce. 21 XVIIIe s. 14 milieu du XVIIIe s.
269-р, 369/с Aratos, Cléomède, Nicomaque Athos (Vatopédi), Grèce. 1 XIVe-XVe s. 2 XIVe s.
286-p, 389/c Rhétorique d’Alexandre Mavrokordatos 14 1753 20 milieu du XVIIIe s.
287-р, 390/c Théophile Corydalée, Commentaire au De Caelo d’Aristote 18 XVIIIe s. 21 milieu du XVIIIe s.

 

 

Pierre Augustin, avec la participation de Sergey Kim


[1] Transcription : Grečeskie rukopisi iz sobranija Central’noj naučnoj biblioteki Char’kovskogo nacional’nogo universiteta imeni V.N. Karazina : katalog (Char’kovskij nacional’nij universitet im. V. N. Karazina. Central’naja naučnaja biblioteka, Char’kovskoe gorodskoe obščestvo grekov “Gelios”).

[2] Ce catalogue est toujours utile, ne serait-ce que pour les illustrations.

[3] Transcription : Grecʹki rukopisi XIV-XVIII st. z fondiv Centralʹnoj naukovoj biblioteki CNU imeni V.N. Karazina : katalog (Charkivsʹkij nacionalʹnij universitet im. V. N. Karazina. Centralʹna naukova biblioteka, Fond grecʹkoj kulʹturi. Odesʹka filija).

Manuscrits de l’Institut français d’études byzantines

En 1895, à Constantinople, les Augustins de l’Assomption fondèrent à Kadiköy une maison d’étude destinée à former des missionnaires de rite grec mais aussi à étudier le christianisme oriental afin d’en préparer le retour à l’unité1.

Maison assomptionniste de Kadiköy (2014)
Maison assomptionniste de Kadiköy (2014)

Cette perspective conduisit à la naissance en son sein d’un groupe de savants qui se spécialisèrent peu à peu dans les études byzantines2. En 1897 furent fondés les Échos d’Orient, périodique destiné en particulier à diffuser ces recherches. Après les années d’interruption causées par la première guerre mondiale, l’Institut poursuivit son existence à Kadiköy jusqu’en 1937, date à laquelle il fut transféré à Bucarest, avant de devoir quitter la Roumanie en 19473.

Centre assomptionniste de Bucarest (AAR, 2DV913)
Centre assomptionniste de Bucarest (AAR, 2DV913)

Après diverses localisations parisiennes, la bibliothèque et l’activité scientifique sont hébergées depuis 1995 à l’Institut catholique de Paris ; le fonds de l’IFEB constitue, avec la BOSEB, la Bibliothèque Jean de Vernon, où sont hébergées les activités de l’association. Outre une importante collection d’imprimés, dont nombre de livres anciens et précieux4 et une importante collection de sceaux, la bibliothèque possède 72 manuscrits, dont la première description est publiée dans la Revue des études byzantines de 2014 par André Binggeli, Matthieu Cassin et Vassa Kontouma5.

Le fonds, qui n’avait fait l’objet jusqu’à ce jour que de descriptions partielles6 comprend 57 manuscrits grecs (IFEB 1-56, 72), trois manuscrits turcs en caractères grecs (57-58) ou arméniens (61), deux russes (59-60), deux ottomans (62, 64), un arabe (63), deux en latin (65-66), quatre italiens (67-70), un français (71). La plupart de ces livres ont été acquis durant le séjour des Assomptionnistes byzantinistes à Kadiköy ; d’après deux lettres et rapports de S. Salaville, datées du 16 février et du 8 mai 1928, l’institut aurait possédé à cette date une trentaine de manuscrits, qui auraient tous été acquis dans les 5 ou 6 années précédentes7 . Quelques volumes rejoignirent plus tard la collection, en provenance des dossiers laissés par Louis Petit8, d’autres vinrent de Russie avec la bibliothèque de Pie Neveu (1877-1946)9 ou furent acquis à Bucarest (IFEB 37).

Monseigneur Louis Petit (AAR 2DV906)
Monseigneur Louis Petit (AAR 2DV906)

Les manuscrits grecs forment un ensemble assez varié, mais où prédominent largement les livres récents : à part un recueil ascétique des 13e-14e s. (IFEB 45) et un praxapostolos du 15e s. (IFEB 5), ainsi que quelques codices du 16e s., la majorité des manuscrits a été copiée entre la fin du 17e et le 18e s. ; les plus récents datent du 20e s.

IFEB 45, ff. 34v-35
IFEB 45, ff. 34v-35
IFEB 5, ff. 105v-106
IFEB 5, ff. 105v-106

On distingue cinq ensembles principaux, pour ce qui est du contenu des volumes : des livres liés à l’enseignement, mathèmataria ou compositions d’enseignants ; textes théologiques, le plus souvent post-byzantins ; droit canon ; liturgie et musique ; textes ascétiques ou spirituels. Dans la première catégorie, plusieurs fournissent des informations neuves sur certaines écoles majeures (Μεγάλη τοῦ Γένους Σχολή IFEB 24, Patmos IFEB 12, etc.), ou au contraire sur des institutions moins connues (ainsi de l’école de Kontoskali dans le quartier de Kumkapı à Constantinople, pour l’IFEB 18).

On peut aussi signaler un livre d’atelier contenant le Guide du peintre de Denys de Phourna, truffé d’ajouts et d’annotations qui permettent de retracer son utilisation sur près de deux siècles (IFEB 19) ; des fragments d’une Chaîne sur l’Octateuque précédant de peu la vaste entreprise d’édition de ce texte dans la Constantinople du 18e siècle (IFEB 1) ; un recueil d’histoires sacrées et profanes contenant une paraphrase néohellénique du Roman de Stéphanitès et Ichnèlatès de Théodose Zygomalas (IFEB 34), recueil dont on peut suivre, grâce à de riches annotations, le destin mouvementé depuis Constantinople jusqu’à Sozopolis et aux abords de la mer Noire ; une copie qu’on a longtemps crue perdue du « Cartulaire A » du monastère de Saint-Jean Prodrome sur le mont Ménécée (IFEB 25).

IFEB 25, ff. 2v-3
IFEB 25, ff. 2v-3

Nombre des manuscrits sont datés et signés ; de ce fait, la seule étude qui ait jusqu’à présent pris en compte l’ensemble de la collection est le répertoire des copistes des 17e et 18e s. de L. Politis publié par M. Politi10. Ils portent également de nombreuses notes de possession ou d’usage, qui apportent des renseignements significatifs sur un certain nombre d’institutions hellènes dans l’Empire ottoman. Quelques-uns proviennent d’institutions bien connues, comme l’Hellenikos philologikos syllogos (IFEB 52), la bibliothèque de la communauté grecque de Gallipoli (IFEB 34) ou encore le Métochion du Saint-Sépulcre à Constantinople (IFEB 25), et surtout un lot de six manuscrits venant du Phrontistèrion de Trébizonde (IFEB 2, 3, 5, 6-7, 33, 45).

Cachet du Phrontistèrion de Trébizonde
Cachet du Phrontistèrion de Trébizonde

La provenance des manuscrits non grecs est plus diverse encore. Les deux karamanlis sont venus par l’intermédiaire du P. Bernardin Menthon11. Les manuscrits russes (IFEB 59-60), le traité latin de rhétorique provenant du séminaire de Tver (IFEB 65) ainsi que le dossier français (IFEB 71), proviennent de Moscou et plus précisément de la paroisse Saint-Louis-des-Français. L’IFEB 65 en porte en effet le cachet et l’IFEB 71 est aussi lié à l’histoire de cette paroisse. L’IFEB 66, traité melkite traduit en latin par Joseph Simon Assemani, a peut-être fait partie de l’éphémère « Bibliothèque-musée de l’Union » prévu un temps à Kadiköy et qui semble n’avoir jamais véritablement fonctionné. Enfin, un petit lot (IFEB 67-69) est constitué par des copies modernes des archives du Collegio greco de Rome, réalisées pour Émile Legrand et ont été transmises à Louis Petit à la mort du grand helléniste, pour que l’Assomptionniste poursuive, avec Hubert Pernot, la célèbre Bibliographie hellénique12.

L’inventaire qui paraît dans le numéro 2014 de la Revue des études byzantines vise avant tout à faire connaître les richesses de ce fonds et à susciter des études plus approfondies sur nombre de manuscrits qui requièrent un examen beaucoup plus complet.

  1. La paroisse est toujours confiée aux Assomptionnistes. []
  2. Pour l’histoire de l’institut, voir en particulier A. Failler, « Le centenaire de l’Institut byzantin des Assomptionnistes », Revue des études byzantines 53, 1995, p. 5-40. []
  3. Les bâtiments ont depuis été restitués aux Assomptionnistes qui y ont rouvert un centre Saint-Pierre Saint-André, qui n’a cependant pas conservé sa vocation scientifique. []
  4. Voir par exemple la présentation de la Bible de Moscou de 1663 par V. Kontouma. []
  5. A. Binggeli, M. Cassin, V. Kontouma, « Inventaire des manuscrits de l’Institut français d’études byzantines », REB 72, 2014, p. 5-128, avec 16 planches couleurs. []
  6. Voir en particulier P. Géhin, « Le plus ancien manuscrit grec de l’Institut français d’études byzantines (IFEB 45) », REB 53, 1995, p. 289-293 ; S. Patri, « Les deux manuscrits russes de l’Institut français d’études byzantines », REB 51, 1993, p. 185-201, et également le billet consacré par V. Kontouma à l’IFEB 1. []
  7. Lettres conservées aux archives de la maison généralice des Assomptionnistes à Rome, 2DB401 et 2DC213. L’auteur signale toutefois qu’il y a pu y avoir des acquisitions antérieures, qui n’ont pas laissée de trace : on pense en particulier à la figure de Louis Petit, fondateur de l’Institut et grand pourvoyeur de sa bibliothèque ; voir aussi la nécrologie de 1928 et l’article paru à l’occasion de sa nomination comme archevêque d’Athènes en 1912. []
  8. On sait que l’essentiel de sa bibliothèque, dont environ 80 manuscrits, fut acheté par la Bibliothèque Vaticane en 1926 : voir F. D’Aiuto, P. Vian, Guida ai fondi manoscritti, numismatici, a stampa della Biblioteca Vaticana, I (Studi e testi 466), Città del Vaticano, 2011, p. 608-609 ; S. Lilla, I manoscritti vaticani greci: lineamenti di una storia del fondo (Studi e testi 415), Città del Vaticano, 2004, p. 116-128 ; A. Wenger, « Comment le fonds Petit est entré à la Bibliothèque vaticane », dans B. Holzer (éd.), Mgr Petit, assomptionniste, fondateur des “Échos d’Orient”, archevêque latin d’Athènes (1868-1927). Actes du Colloque, Rome, 15-17 décembre 1997 (OCA 266), Roma, 2002, p. 131-147 ; cependant, certains manuscrits, comme les IFEB 8 et 25, viennent des dossiers qui sont passés aux Assomptionnistes. []
  9. Voir la nécrologie assomptionniste et A. Wenger, Rome et Moscou, 1900-1950, Paris, 1987. []
  10. L. Politis et M. Politi, « Βιβλιογράφοι 17ου-18ου αἰῶνος. Συνοπτικὴ καταγραφή », Δελτίο τοῦ ἱστορικοῦ καὶ παλαιογραφικοῦ ἀρχείου 6, 1994, p. 313-645. []
  11. Notice nécrologique assomptionniste. []
  12. On en a la confirmation dans une lettre de Mme veuve Legrand à Petit, du 3 février 1904, conservée dans les archives de l’IFEB à Paris. Le dossier épistolaire Petit-Legrand sera prochainement publié. []