Archives par mot-clé : Albanie

Alfred Schmidtke en Albanie: Un autre voyageur dans les Balkans

La recension de l’ouvrage Greek New Testament Manuscripts from Albania par notre collègue Christophe Guignard a mis en évidence un fait porté à la connaissance de tous par Hermann von Soden dans son édition de 1902: la présence d’Alfred Schmidtke, collaborateur du savant berlinois, en Albanie, au tournant du 20ème siècle

An den Reisen haben sich nacheinander beteiligt die Herren … A. Schmidtke (Paris, Spanien, Italien, England, Albanien, Griechenland, Athos, europäische Türkei)[1].

Contrairement à ce que nous pensions, Pierre Batiffol ne fut pas le seul érudit d’Europe occidentale à s’être rendu en Albanie avant la visite de Johannes Koder et Erich Trapp en 1965: Christophe Guignard a judicieusement fait le lien entre la préface de von Soden et certaines mentions apposées dans quelques tétraévangiles du Fonds 488 des Archives nationales de Tirana, mentions que nous avions relevées mais qui nous étaient restées obscures par notre méconnaissance des collaborateurs de von Soden. Entre le printemps 1885 et l’automne 1965, il y eut donc bien un autre érudit à consulter les manuscrits grecs en Albanie.

Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 12, f. 1
Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 12 (GA 1707), f. 1r

Le nom d’Alfred Schmidtke ne nous était pourtant pas inconnu puisque ce dernier a fait la collation d’un membre – longtemps disparu – de la Famille 13, le manuscrit du monastère de Serrès (Gregory-Aland 1689), aujourd’hui à Prague (Knihovna Akademie Věd České Republiky 1 TG 3)[2]. En 1902, dans la liste de ses « ε-Codices », von Soden fait précéder la très brève description de ce minuscule – qu’il numérote ε1054 – de deux manuscrits de Bérat: « ε1052 ( — ) Berat, Εκκλησια της Κοιμησεως 5 », et « ε1053 ( — ) Berat, Εκκλησια της Κοιμησεως 7 »: autrement dit, la numérotation du manuscrit de Prague, collationné par Schmidtke, suit immédiatement la numérotation des manuscrits ANA 26 (Εκκλησια της Κοιμησεως 5 selon von Soden = Gregory-Aland 2246), et ANA 19 (Εκκλησια της Κοιμησεως 7 selon von Soden = Gregory-Aland 1709).

Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 19 (GA 1709), f. 195v
Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 26 (GA 2246), f. 2r

Plusieurs manuscrits, dont ceux reproduits ici, portent la mention – en langue grecque tracée à l’encre violette – d’une date de récolement « τῇ 18 7/βρίου 1901 », incluant le nombre de folios du manuscrit, mentionnant aussi parfois un prénom écrit en caractères latins, prénom que nous ne soupçonnions pas avant la recension de notre collègue. Ces indications à l’encre violette, comme nous les avions relevées dans notre ouvrage de 2018, sont toutes de la même main, et auraient été portées sur les manuscrits par un certain ἱερεὺς Παπᾶς Κωνσταντῖνος (ANA 12, f. 1r; ANA 38, f. 1r).

Si la mention de ANA 19 ne contient que le nombre de folios et une date: « Περιέχει φύλλα 204 | 18 7/βρίου 1901 », et celle de ANA 26 guère plus en raison de son caractère très effacé: « Ἀριθμήθη [illisible]έχει | [illisible]84. 18 7/βρίου1901 | A[illisible] », elle suggère cependant, par la présence de ce A latin majuscule, le prénom « Alfred », bien lisible par ailleurs sur deux autres manuscrits dont ANA 29:

Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 29 (GA 2245), f. 9r

Outre le prénom, la souscription donne aussi la nationalité de l’hôte: Γερμανός. Il ne subsiste donc aucun doute sur le séjour à Bérat, au mois de septembre 1901, du collaborateur de Hermann von Soden, dont le prénom figure sur trois tétraévangiles: ANA 4, ANA 26, et ANA 29.

Une enquête plus approfondie que ces lignes succinctes devrait pouvoir mettre en relation certains éléments codicologiques que nous avions également relevés, notamment la présence – ou ce qu’il en reste – de ces grandes étiquettes blanches collées sur le plat supérieur et sur lesquelles étaient numérotés – à l’encre violette – les manuscrits. Si cette numérotation correspondait à la liste des manuscrits publiée par Hermann von Soden[3], une preuve supplémentaire serait faite de la présence à Bérat, en septembre 1901, d’Alfred Schmidtke, au retour ou sur le chemin de l’Athos. Elle confirmerait que ce dernier a transmis des informations de première main au savant berlinois, actualisées par rapport à celles publiées par Pierre Batiffol quinze ans plus tôt.

Il reste à l’évidence bien des questions sans réponse: dans quel contexte eut lieu le séjour du savant allemand à Bérat? Quel fut son rôle auprès du Παπᾶς Κωνσταντῖνος? Quelle influence pouvait encore excercer l’ancien Métropolite de la ville, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης, évoqué précédemment dans ces colonnes?  Pourquoi, enfin, aucun lectionnaire du Fonds 488 ne porte mention d’un quelconque inventaire comme le confirment nos recherches actuelles? Pour l’heure, il nous faut en tout cas chaleureusement remercier Christophe Guignard pour ces nouvelles perspectives de recherche. Elles aident assurément à une meilleure connaissance du fonds des Archives nationales d’Albanie dans l’attente d’un catalogue digne de ce nom.

Luc Brogly, correspondant scientifque à l’IRHT – Section grecque

Didier Lafleur, IRHT-Section grecque


  [1]  Die Schriften des Neuen Testaments in ihrer ältesten erreichbaren Textgestallt, vol. 1, Berlin, p. VI.

  [2]  La Famille 13 dans l’évangile de Marc, NTTSD 41, Brill, 2013, p. 142.

  [3]  Die Schriften des Neuen Testaments in ihrer ältesten erreichbaren Textgestallt, vol. 1, 1902, Berlin, p. 74.

Identifier et répertorier l’origine des manuscrits: le cas complexe du Fonds 488

La récente publication du Supplément au Répertoire des bibliothèques et des catalogues de manuscrits grecs (ci-après RSO), par Jean-Marie Olivier (Corpus Christianorum, 2 vol., Turnhout: Brepols, 2018), a de nouveau mis en relief toute la difficulté de s’orienter dans des fonds de manuscrits grecs peu et mal décrits, tel le Fonds 488 des Archives nationales d’Albanie. En 1995 déjà, lors de la publication de son Répertoire (ci-après RRO), l’auteur notait que « moins bien sont connus les manuscrits d’une collection, plus longue est la notice qui leur est consacrée »[1]. Rien n’est plus vrai pour l’Albanie et les notices dédiées à certains autres fonds en témoignent.

L’auteur attribue une entrée à douze villes et villages albanais : « [Ardenicë], [Berat], [Elbasan], [Gjirokastër], [Kolkondas], [Korçë], [Nivitsa], [Përmet], Tiranë, [Vithkuq], [Vlorë], [Voskopojë] » (RSO, p. 87), qui sont/seraient les lieux d’origine des manuscrits sur le sol albanais et non – il s’entend – le lieu de leur production. Comme il est dit auparavant (ibid., p. 55), « sont mis entre crochets droits les noms de villes, provinces et autres lieux, dont les collections de mss grecs ont été entièrement détruites ou déplacées, en italique ceux des villes, etc., dont les bibliothèques ne possèdent que quelques mss grecs ». L’entrée Shqipëria (Albanie, pp. 55, 85-87), est dévolue à des études générales et à des catalogues d’exposition dont trois sont sensiblement issus de la même exposition (voir ci-dessous).

Continuer la lecture de Identifier et répertorier l’origine des manuscrits: le cas complexe du Fonds 488

Vient de paraître: Greek New Testament Manuscripts from Albania

La Section grecque de l’IRHT est très heureuse d’annoncer la parution d’un volume consacré aux manuscrits grecs du Nouveau Testament conservés en Albanie :

D. Lafleur – L. Brogly, Greek New Testament Manuscripts from Albania (New Testament Tools and Studies 57),  Leiden-Boston, 2018

Continuer la lecture de Vient de paraître: Greek New Testament Manuscripts from Albania

Manuscrits dispersés d’Albanie: Harvard, Houghton Library (Cambridge, MA)

Le dernier congrès de la Society of Biblical Literature et de l’American Academy of Religion (SBL-AAR), qui s’est récemment tenu à Boston (États-Unis), du 18 au 21 novembre dernier, a été l’occasion de réexaminer deux manuscrits grecs connus pour avoir séjourné autrefois en Albanie: il s’agit des manuscrits Harvard College Library, Houghton Library MS. Gr. 1, copié à la fin du 13ème siècle, et Harvard College Library, Houghton Library, MS. Typ. 215, copié au 11ème siècle. Ces deux manuscrits grecs contiennent le texte du Nouveau Testament (respectivement Gregory-Aland 666 et 2841); ils sont aujourd’hui déposés à la Bibliothèque Houghton, sur le campus de l’Université de Harvard (Cambridge, Massachusetts)[1].

Campus de l’Université de Harvard, Cambridge (MA). © Luc Brogly

 

Harvard College Library, Houghton Library, MS. Typ. 215, début de l’évangile de Luc (folio non numéroté).

Le lien entre le manuscrit MS. Typ. 215 et l’Albanie a été souligné une première fois en 1980 par Gary Vikan dans son catalogue d’exposition Gifts from the Byzantine Court. Three Illuminated Manuscript Leaves at Dumbarton Oaks (6 février-1er juin 1980, Washington D.C.). Le livret de Gary Vikan accompagnait une exposition visant à rapprocher trois folios du fonds de Dumbarton Oaks de leur support originel, à savoir deux manuscrits grecs: l’un conservé à Cleveland, l’autre à Harvard (MS. Typ. 215). L’un des trois folios exposés représentait l’évangéliste Jean (Gregory-Aland 1142): ce folio avait été offert à l’institution de Washington par Philip Hofer qui, en 1954, avait acquis le manuscrit MS. Typ. 215 accompagné de trois luxueux folios enluminés, considérés comme « arrachés » à ce même manuscrit.

Harvard College Library, Houghton Library, MS. Typ. 215, début de l’évangile de Jean (folio non numéroté), sans trace de folio « arraché » dans le pli.

La relation du MS. Typ. 215 avec l’Albanie a très vite été confirmée puis développée grâce à la souscription qui se trouve à la fin du quatrième évangile puisque celle-ci avait déjà été relevée par Pierre Batiffol au printemps 1885, puis éditée en 1887[2]. Elle fut ensuite à nouveau éditée par Ἄνθιμος Ἀλεξούδης, Métropolite de cette ville albanaise, en 1898 puis en 1901. Les publications de l’érudit albanais témoignent avec évidence de sa connaissance du manuscrit puisque l’une des planches qu’il reproduit en 1898 dans son catalogue est bien celle que nous lisons aujourd’hui à la fin du texte johannique (πίναξ Θ´ n°19)[3]. Inattention de la part du Métropolite ou erreur de mise en page, les deux autres planches (πίναξ Η´ n°17-18), associées elles aussi à la description de ce manuscrit, ne se trouvent pas dans le codex ainsi que cela a été montré en 2000[4]. Notre examen in situ confirme les études précédentes mais, curieusement, dans aucune des études modernes publiées il n’est fait mention de l’absence totale de foliotation dans ce manuscrit, ce qui gêne considérablement la description et favorise la confusion, notamment dans l’analyse textuelle: soumise aux conservateurs lors de notre visite en novembre 2017, cette interrogation n’a pas trouvé de réponse.

Philip Hofer, premier conservateur du Department of Printing and Graphic Arts de la Houghton Library, avait acquis en 1954 le manuscrit MS. Typ. 215 auprès de l’antiquaire new-yorkais Hans Peter Kraus. Le manuscrit était alors accompagné de ces trois folios « arrachés », représentant chacun sur un fond d’or l’un des trois évangélistes: Matthieu, Marc, et Jean; c’est donc ce troisième folio que Philip Hofer offrit à Mildred et Robert Woods Bliss, cofondateurs de Dumbarton Oaks, et qui fut donc exposé en 1980 à Washington. Les deux autres folios (portraits des évangélistes Matthieu et Marc), sont aujourd’hui encore classés sous la même cote que notre manuscrit mais dans des dossiers séparés.

Harvard College Library, Houghton Library, MS. Typ. 215, portrait de l’évangéliste Marc (folder 1).

 

Comme l’ont souligné les études antérieures, les portraits de ces trois évangélistes posent problème car dans le manuscrit MS. Typ. 215 le verso de chaque folio qui se trouve en regard du début du texte de chaque évangile – toujours sur un recto – est blanc: ce verso était donc naturellement destiné à porter le portrait de l’évangéliste correspondant. Ces portraits ne furent jamais exécutés mais on écrivit à la place des épigrammes en lettres majuscules qui furent ensuite gommées et sur lesquelles on esquissa (a posteriori ?) les silhouettes des évangélistes.

Harvard College Library, Houghton Library, MS. Typ. 215, verso précédant le début de l’évangile de Jean (folios non numérotés).

Les études récentes, souvent plus orientées vers l’iconographie que vers la philologie, supposent que les luxueux portraits des évangélistes furent ensuite insérés dans le manuscrit, entre le verso laissé blanc lors de la copie et le début du texte évangélique, puis « arrachés ». À l’énigme posée par ces folios, leur histoire et leur destinataire, vient s’ajouter notre ignorance du parcours de ce manuscrit: comment – alors que nous avons la certitude qu’il se trouvait dans la ville albanaise de Bérat en avril 1885 – est-il arrivé aux États-Unis? Par ailleurs, son texte, et la position de celui-ci au sein de la critique textuelle du Nouveau Testament grec, reste à étudier.

Harvard College Library, Houghton Library MS. Gr. 1, f. 250 recto.

Le second manuscrit, le MS. Gr. 1, pose une autre énigme. Sa relation avec l’Albanie ne tient qu’à l’assertion de Caspar René Gregory qui le considère comme provenant « aus Albanien », ainsi qu’il l’écrit en 1909 dans son ouvrage Textkritik des Neuen Testamentes (p. 210). Ni les études précédentes, ni notre propre examen du manuscrit n’ont pu confirmer cette origine. Sur une feuille volante en papier, insérée dans le manuscrit mais d’un format plus petit que celui-ci, sont décrites avec précision les différentes parties du codex. Nul doute qu’il s’agisse d’une description de la main même de Gregory puisque nous connaissons son écriture par sa correspondance privée dont une partie se trouve aux Archives du Séminaire Saint-Sulpice, à Paris. Sur cette feuille volante, datée du 26 mai 1889, l’érudit a bien noté aussi: « olim in Albania ». Gregory, qui était le possesseur de ce manuscrit et qui le vendit ensuite à la Houghton Library, connaissait-il avec exactitude la provenance de ce manuscrit ou fit-il simplement confiance à celui qui lui vendit le codex?

Harvard College Library, Houghton Library MS. Gr. 1, feuille volante insérée dans le manuscrit.

Au-delà des questions iconographiques, le dossier de ces deux manuscrits américains reste largement ouvert, notamment d’un point de vue historique et philologique. Leur lien avec les Balkans, supposé ou véritable, mérite dans tous les cas une considération plus approfondie dans le dossier complexe des manuscrits dispersés d’Albanie.

Luc Brogly, correspondant scientifique à l’IRHT
Didier Lafleur, IRHT-Section grecque

 

 

  [1]  Voir Nadezdha Kavrus-Hoffman, Manuscripta: 54:1, p. 69-81 et 55:1, p. 35-45.

  [2]  Les manuscrits grecs de Bérat, p. 442-443.

  [3]  Κατάλογος τῶν ἐν ταῖς ἱεραῖς ἐκκλησίαις τῆς συνοικίας Κάστρου, πόλεως Βερατίου τῆς Μητροπόλεως Βελεγράδων…, p. 360-362.

  [4]  Duffy-Angelov, « Observations on a Byzantine Manuscript in Harvard College Library », Harvard Studies in Classical Philology 100.