Les manuscrits grecs du Fonds 488 des Archives nationales d’Albanie (Arkivi Qëndror i Shtetit), à Tirana

Arkivi Qëndror i Shtetit, TiranëLe Fonds 488 des Archives nationales, à Tirana1, a été crée dans les années 1980 pour réunir et préserver en seul lieu les documents manuscrits latins, arabes et grecs identifiés sur le territoire national albanais. Pour beaucoup, l’histoire plus que deux fois millénaire de ce petit état méditerranéen ne survit en Europe occidentale que par son passé très proche : après une longue occupation ottomane et une courte période démocratique au tout début du 20ème siècle, l’Albanie conjugue sa destinée avec celle du roi Zog 1er. En 1939, le pays est envahi par l’Italie et de 1944 à 1985 sévit la dictature implacable d’Enver Hoxha. Nouant d’abord des liens étroits et exclusifs avec l’URSS jusqu’en 1960, Enver Hoxha se tourne ensuite vers la République populaire de Chine, puis tombe enfin dans un isolationnisme intransigeant, revendiqué comme identité nationale. Sa mort, en avril 1985, permet aux Albanais de se réapproprier une histoire qui puise aux sources mêmes d’une Europe qui se construit autour d’eux, mais sans eux. Connue dès l’Antiquité et célébrée par les auteurs latins et grecs, à la croisée des routes qui menaient de Venise à Constantinople, l’Albanie n’est, à la fin du 20e siècle, que l’ombre d’un pays sans passé.

C’est cependant cette tradition culturelle multiséculaire que quelques hommes courageux vont tenter de préserver à tout prix. L’un d’entre eux, Teofan Popa, archiviste et paléographe, sera l’un des premiers à recueillir les principales informations sur les documents alors épargnés. Ses descriptions dactylographiées de manuscrits grecs accompagnent encore aujourd’hui les manuscrits du Fonds 488 et ont été publiées en albanais, en 2003, dans le volume Kodikët e Shqipërisë (Drejtoria e Përgjithshme e Arkivave, Tiranë). Comme tant d’autres citoyens albanais ayant refusé de renier leur religion, Popa passera plusieurs années dans les camps de travaux forcés.

L’histoire des manuscrits grecs en Albanie avait pourtant bien commencé. Dès 1885, Pierre Batiffol, élève de Louis Duchesne, publie un brillant article sur un manuscrit grec écrit en lettres d’argent sur parchemin pourpre2. Louis Duchesne, qui avait été averti par son ami Sakkelion d’une publication confidentielle d’Anthimos Alexoudis, alors évêque de la ville de Berat, en Albanie, presse son élève Pierre Batiffol de se rendre sur place afin de décrire les manuscrits anciens mentionnés dans l’ouvrage du métropolite3. De retour en France, Pierre Batiffol publiera le récit de son périple, la description sommaire de certains manuscrits qu’il a pu consulter à Berat, mais surtout l’intégralité du texte du manuscrit pourpre, connu désormais comme le codex Beratinus 14. Le manuscrit entre dans la nomenclature de Caspar René Gregory en 1908 sous le sigle Φ.043, et demeure à ce jour un témoin de premier ordre pour la critique textuelle néotestamentaire. Mais après Batiffol plus personne ne verra le manuscrit.

Arkivi Qëndror i Shtetit, Tiranë, Salle de lectureDans les années qui suivent, l’histoire des manuscrits grecs en Albanie se concentre presque exclusivement sur les manuscrits conservés à Berat par le métropolite Alexoudis. À l’exception de sa description de trois tetraévangiles conservés à Vlora5, Alexoudis publie en 1898 un « Κατάλογος τῶν ἐν ταῖς ἱεραῖς ἐκκλησίαις τῆς συνοικίας Κάστρου, πόλεως Βερατίου τῆς Μητροπόλεως Βελεγράδων »6, puis en en 1900-1901 un autre descriptif de ces mêmes manuscrits, quelquefois plus détaillé, quelquefois plus sommaire7. Mais après ces dernières publications, plus personne n’aura accès à ces manuscrits : une longue et lente période de ténèbres qui durera près de soixante-dix ans.

L’ouverture de l’Albanie au monde occidental, à la fin des années 1980, permet à la communauté scientifique de redécouvrir un patrimoine longtemps oublié. Le Fonds 488, d’une valeur inestimable, abrite aujourd’hui une centaine de manuscrits grecs dont deux manuscrits pourpres, retenus par l’UNESCO comme « Mémoire du monde » : l’un écrit en lettres d’argent, le Beratinus 1, daté du 6e siècle, l’autre en lettres d’or, le Beratinus 2, daté du 10e siècle. Le projet de recherche qui s’ouvre aujourd’hui conjugue à la fois le catalogage des manuscrits grecs du Nouveau Testament et la critique textuelle néotestamentaire.

Didier Lafleur (IRHT, section grecque et de l’Orient chrétien, CNRS)

Arkivi Qëndror i Shtetit, Tiranë, Chambre forte

  1. http://www.albarchive.gov.al/cms/front_content.php?idcat=192 []
  2. « Evangeliorum codex graecus purpureus Beratinus Φ », Mélanges d’archéologie et d’histoire 5, p. 358-376. []
  3. Σύντομος Ἱστορικὴ Περιγραφὴ τῆς Ἱερᾶς Μητροπόλεως Βελεγράδων, Corfou, 1868. []
  4. « Les manuscrits grecs de Bérat d’Albanie et le codex Purpureus Φ », Archives des missions scientifiques et littéraires, 3e série, t. XIII, Paris, Imprimerie nationale, 1887, p. 437-556. []
  5. « Περιγραφὴ τριών εὐαγγελίων », Ὁ ἐν Κωνσταντινουπόλει Ἑλληνικὸς Φιλολογικὸς Σύλλογος. Ἀρχαιολογικὸν Δελτίον, 1896, p. 114-117. []
  6. Δελτίον τῆς Ἱστορικῆς καὶ Ἐθνολογικῆς Ἑταιρείας τῆς Ἑλλάδος 5, 1898, p. 352-369. []
  7. « Κώδικες ἐπαρχίας Βελεγράδων », Ἐκκλησιαστικὴ ᾿Αλήθεια 20-21, 1900-1901. []

Annonce de colloque : La « collection philosophique » face à l’histoire. Péripéties et tradition

Les 11 et 11 juin 2013 aura lieu à Paris, EHESS (105 Bd Raspail, 75006 Paris) un colloque organisé par Filippo Ronconi et Daniele Bianconi, sous le titre La « collection philosophique » face à l’histoire. Péripéties et tradition.

Les manuscrits de la ‘collection philosophique’ font l’objet, depuis plus d’un siècle, d’une attention particulière de la part des chercheurs qui s’occupent du ‘premier humanisme byzantin’. Plusieurs d’entre ces livres sont en effet les codices unici ou les témoins manuscrits les plus anciens d’ouvrages de la plus haute importance dans le domaine de la philosophie, mais aussi de la géographie, de l’astronomie, de la paradoxographie et de la patristique. Les positions critiques concernant les origines et les dynamiques de réalisation de cette ‘collection’ sont parfois en désaccord, offrant un cadre complexe au sujet de l’origine de leurs modèles et des dynamiques de leur transcription. En revanche, très peu d’attention a été consacrée à un autre aspect, celui des influences culturelles et intellectuelles que ces livres et ces textes ont exercées sur la civilisation byzantine et sur ses alentours. Les minces témoignages historiques, qui parviennent normalement de l’étude des manuscrits eux-mêmes, n’ont pas permis jusque-là d’en reconstruire le destin après leur transcription, ni la façon par laquelle les textes qu’ils contiennent ont été lus et étudiés : quels chemins ont emprunté ces manuscrits une fois sortis de l’atelier (ou des ateliers) où ils ont vu le jour ? Où ont-ils été conservés ? Peut-on donner un nom aux savants qui les ont lus, apostillés, copiés au fil des siècles ? Dans quelle mesure les ouvrages qu’ils renferment ont été traduits et exportés dans des autres aires géographiques ? En somme, quel a été leur rôle culturel dans le monde byzantin et, plus en général, dans la construction de la civilisation occidentale ?

Programme :

Lundi 10 juin

14h45 : Accueil des participants

15h30 : Ouverture du colloque ; Salutations des autorités

Filippo RONCONI – Daniele BIANCONI : La « collection philosophique » face à l’histoire

Séance I : Au coeur de la « collection philosophique » : Aristote, Platon, les textes géographiques (Présidence Paolo ODORICO)

Pantelis GOLITSIS : Quelques observations sur l’histoire et les origines de l’ « Aristote de Vienne » (Vind. Phil. gr. 100)

Antonio CARLINI : Due percorsi tradizionali a confronto dal sec. IX al XV : Parigino greco 1807 – Marciani greci 196 e 246

Didier MARCOTTE : La Collection philosophique et la lecture des historiens et géographes grecs à Byzance avant Constantin Porphyrogénète

Débat

Mardi 11 juin

9h30 : Séance II : L’autre cœur de la « collection » : les commentateurs tardo-antiques et les Pères de l’Église (Présidence Christian JACOB)

Philippe HOFFMANN : La Collection philosophique et la tradition des textes néoplatoniciens

Michele TRIZIO : Un’eredità difficile: commenti e commentatori di Aristotele tra XI e XII secolo

Mariella MENCHELLI : Platone, Proclo e Dionigi Areopagita nella “collezione filosofica”. Annotatori, sorti di manufatti e fili tradizionali ‘perduti’ tra il periodo mediobizantino e l’età dei Paleologi

Matthieu CASSIN : Y eut-il une lecture philosophique des textes patristiques ? Réflexions à partir de la transmission et de la réception de quelques textes grecs

Débat

15h30 : Séance III : La « collection » entre survie et renouveau (Présidence Houari TOUATI)

Marco DI BRANCO : À la recherche des livres perdus : échanges libraires entre Byzance et le monde islamique (VIIIe-Xe siècle)

Daniele ARNESANO : Circolazione dei testi della collezione filosofica nel Salento

Charis MESSIS : Aux marges de la philosophie, au coeur de la curiosité : le ms Heid. Pal. gr. 398

Tiziano DORANDI : Manuscrits de la ‘Collection Philosophique’ entre Orient et Occident. Livres, Lecteurs et Traducteurs de Platon et d’Aristote à l’âge du pré-humanisme occidental

Débat

Conclusions

La collection philosophique face à l’histoire

Projet ANR i-Stamboul

En janvier 2013 débute un projet ANR, i-Stamboul : Réseau numérique pour la reconstitution des bibliothèques grecques d’Istanbul (2013-2015). Porté par la section grecque et de l’Orient chrétien de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS) et dirigé par André Binggeli, ce projet est réalisé en collaboration avec le département de philologie, section de paléographie, de l’Université de Crète, ainsi qu’avec plusieurs chercheurs d’autres institutions.

Ce projet a pour objet la reconstitution virtuelle du corpus de manuscrits grecs (environ 200) que Métrophane III, patriarche de Constantinople, a rassemblés au 16e siècle pour former la bibliothèque du monastère de la Sainte-Trinité, sur l’île de Chalki au large de la capitale. Le noyau de cette collection est aujourd’hui conservé au Patriarcat oecuménique à Istanbul, tandis qu’une part importante a été dispersée dès la seconde moitié du 16e siècle, en particulier par des voyageurs occidentaux en quête de manuscrits, et se trouve actuellement dans différentes bibliothèques d’Europe et d’Amérique. Outre l’intérêt que présente ce corpus du fait de sa cohérence et de la qualité des manuscrits qui le composent, la bibliothèque de la Sainte-Trinité constitue un cas d’étude remarquable, car c’est, dans le domaine oriental, l’une des rares bibliothèques anciennes dont on peut reconstituer assez fidèlement la collection d’origine et l’histoire depuis le 16e jusqu’au 20e siècle. On dispose en effet, pour la reconstitution historique, de  plusieurs inventaires anciens, de mentions dans des récits de voyages et de notes de possession sur les manuscrits eux-mêmes.

Pour reconstituer cette bibliothèque, il est prévu de développer et de mettre en réseau des outils informatiques adaptés à l’analyse des manuscrits et à l’histoire des bibliothèques de manuscrits grecs, qui permettront la reconstitution de ce corpus. Au centre de ce réseau numérique se trouve la base de données Pinakes, qui recense tous les manuscrits grecs existant actuellement dans les bibliothèques du monde entier. Elle sera développée afin de mieux s’adapter aux objets décrits, mais également complétée par un module de catalogue en ligne des manuscrits, qui utilise le balisage TEI, ainsi que par une publication d’inventaires anciens pourvus eux aussi d’un balisage, grâce à un outil développé en partenariat étroit avec l’ANR Biblifram et l’Equipex Biblissima.

Au terme du projet, un site web et plusieurs publications papier permettront la reconstitution de la bibliothèque en ses différents états et offriront une nouvelle description des manuscrits, ainsi qu’une galerie en ligne des images de ces manuscrits ; les journaux de voyage qui concernent l’île de Chalki et les manuscrits qui s’y sont trouvés pendant la période étudiée seront également publiés en ligne, partiellement ou totalement, et éventuellement traduits. La reconstitution s’accompagnera d’une analyse du contexte qui a vu naître et évoluer cette bibliothèque. Son histoire sera retracée, notamment à travers la publication et l’étude d’inventaires anciens et de journaux de voyageurs occidentaux.

Manuscrits en Méditerranée

Ce carnet portera sur les manuscrits grecs et des langues de l’Orient chrétien (syriaque, copte, géorgien, arabe, arménien, principalement), leur circulation, leur histoire, les collections et les bibliothèques qui les ont rassemblés ou les rassemblent, ainsi que sur les personnes liées à ces collections. Le champ chronologique concerné couvre l’Antiquité tardive, mais surtout la période médiévale et les époques modernes et contemporaines. L’aire géographique privilégiée est le bassin méditerranéen, sans exclure toutefois une circulation plus large, en particulier depuis la Renaissance (monde slave, continent américain à date récente, etc.). Par l’intermédiaire des manuscrits, il ouvrira également des aperçus sur l’histoire du livre, mais aussi sur l’histoire des savoirs et des pratiques intellectuelles et religieuses.

Recherches sur les manuscrits et les bibliothèques dans le monde grec et l'Orient chrétien

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search