Jean Chrysostome dans la chaîne vaticane sur Romains (Vat. gr. 762) : premières questions

Séance du séminaire Manuscrits en Méditerranée, 2 juin 2022, par Agnès Lorrain (accessible également en ligne sur inscription préalable)

La chaîne vaticane sur l’Épître aux Romains (CPG C 160) est à première vue une chaîne sans complications, si l’on en croit Karl Staab : un seul manuscrit bien conservé, le Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. gr. 762 (en laissant de côté ses copies récentes), des extraits d’une grande fidélité aux sources et pour la plupart correctement attribués, une datation pouvant remonter au viie siècle pour la partie la plus ancienne[1]. Pour ce qui est de l’édition, certes, celle de John Anthony Cramer repose sur un manuscrit récent et abrégé, mais les extraits tirés d’œuvres non conservées en tradition directe sont éditées[2]. Conditions apparemment idéales pour entreprendre l’étude de la chaîne pour elle-même, entre autres comme objet littéraire. À ce sujet, autant dire que les recherches sur la chaîne vaticane sont à l’état embryonnaire[3].

Quel auteur mieux que Jean Chrysostome peut nous aider à comprendre comment les extraits sont sélectionnés, transformés et intégrés dans la chaîne ? En effet, cet auteur est à la fois le plus souvent cité et le seul, avec Théodoret de Cyr, dont l’exégèse est entièrement conservée en tradition directe. C’est donc également sur lui que se fondent les jugements précédemment cités sur la qualité de la chaîne. Or, en m’attelant à la première étape de l’investigation sur les extraits de cet auteur, à savoir le recensement des extraits, je me heurte déjà à des difficultés inattendues qui touchent aussi bien la transmission des homélies de l’évêque de Constantinople sur l’Épître aux Romains que la genèse de la compilation, et qui remettent en cause bien des préjugés sur cette chaîne prétendument parfaite. Ces difficultés seront présentées à la discussion lors de la séance du 2 juin 2022.

[1] Cf. K. Staab, Die Pauluskatenen nach den handschriftlichen Quellen untersucht, Roma, 1926, p. 7-36.

[2] Voir principalement P. E. Pusey, S.P.N. Cyrilli archiepiscopi Alexandrini in D. Ioannis euangelium, vol. III, Oxonii, 1872, Bruxelles, 19652, p. 173-248, K. F. Zawadzki, Der Kommentar Cyrills von Alexandrien zum 1. Korintherbrief : Einleitung, kritischer Text, Übersetzung, Einzelanalyse (Traditio Exegetica Graeca, 16), Leuven-Paris-Bristol (CT), 2015, id., Der Kommentar Cyrills von Alexandrien zum 2. Korintherbrief : Einleitung, kritischer Text, Übersetzung, Einzelanalyse (Traditio Exegetica Graeca, 18), Leuven-Paris-Bristol (CT), 2019 pour Cyrille d’Alexandrie ; A. Ramsbotham, « Documents : The Commentary of Origen on the Epistle to the Romans », The Journal of Theological Studies 13 (1912), p. 209-224 ; 357-368 et 14 (1913), p. 10-22 pour Origène ; K. Staab, Pauluskommentar aus der griechischen Kirche aus Katenenhandschriften, (Neutestamentliche Abhandlungen, 15), Münster, 19842 pour les autres commentateurs.

[3] Une première étude sur la structure de la chaîne sera prochainement publiée par mes soins dans A. Lorrain et J.-M. Auwers (éd.), Phenomena of order and disorder in Greek Exegetical Catenae / Ordres et désordres dans les chaînes exégétiques grecques (Instrumenta patristica et Mediaevalia), Turnhout.