Alfred Schmidtke en Albanie: Un autre voyageur dans les Balkans

La recension de l’ouvrage Greek New Testament Manuscripts from Albania par notre collègue Christophe Guignard a mis en évidence un fait porté à la connaissance de tous par Hermann von Soden dans son édition de 1902: la présence d’Alfred Schmidtke, collaborateur du savant berlinois, en Albanie, au tournant du 20ème siècle

An den Reisen haben sich nacheinander beteiligt die Herren … A. Schmidtke (Paris, Spanien, Italien, England, Albanien, Griechenland, Athos, europäische Türkei)[1].

Contrairement à ce que nous pensions, Pierre Batiffol ne fut pas le seul érudit d’Europe occidentale à s’être rendu en Albanie avant la visite de Johannes Koder et Erich Trapp en 1965: Christophe Guignard a judicieusement fait le lien entre la préface de von Soden et certaines mentions apposées dans quelques tétraévangiles du Fonds 488 des Archives nationales de Tirana, mentions que nous avions relevées mais qui nous étaient restées obscures par notre méconnaissance des collaborateurs de von Soden. Entre le printemps 1885 et l’automne 1965, il y eut donc bien un autre érudit à consulter les manuscrits grecs en Albanie.

Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 12, f. 1
Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 12 (GA 1707), f. 1r

Le nom d’Alfred Schmidtke ne nous était pourtant pas inconnu puisque ce dernier a fait la collation d’un membre – longtemps disparu – de la Famille 13, le manuscrit du monastère de Serrès (Gregory-Aland 1689), aujourd’hui à Prague (Knihovna Akademie Věd České Republiky 1 TG 3)[2]. En 1902, dans la liste de ses « ε-Codices », von Soden fait précéder la très brève description de ce minuscule – qu’il numérote ε1054 – de deux manuscrits de Bérat: « ε1052 ( — ) Berat, Εκκλησια της Κοιμησεως 5 », et « ε1053 ( — ) Berat, Εκκλησια της Κοιμησεως 7 »: autrement dit, la numérotation du manuscrit de Prague, collationné par Schmidtke, suit immédiatement la numérotation des manuscrits ANA 26 (Εκκλησια της Κοιμησεως 5 selon von Soden = Gregory-Aland 2246), et ANA 19 (Εκκλησια της Κοιμησεως 7 selon von Soden = Gregory-Aland 1709).

Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 19 (GA 1709), f. 195v
Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 26 (GA 2246), f. 2r

Plusieurs manuscrits, dont ceux reproduits ici, portent la mention – en langue grecque tracée à l’encre violette – d’une date de récolement « τῇ 18 7/βρίου 1901 », incluant le nombre de folios du manuscrit, mentionnant aussi parfois un prénom écrit en caractères latins, prénom que nous ne soupçonnions pas avant la recension de notre collègue. Ces indications à l’encre violette, comme nous les avions relevées dans notre ouvrage de 2018, sont toutes de la même main, et auraient été portées sur les manuscrits par un certain ἱερεὺς Παπᾶς Κωνσταντῖνος (ANA 12, f. 1r; ANA 38, f. 1r).

Si la mention de ANA 19 ne contient que le nombre de folios et une date: « Περιέχει φύλλα 204 | 18 7/βρίου 1901 », et celle de ANA 26 guère plus en raison de son caractère très effacé: « Ἀριθμήθη [illisible]έχει | [illisible]84. 18 7/βρίου1901 | A[illisible] », elle suggère cependant, par la présence de ce A latin majuscule, le prénom « Alfred », bien lisible par ailleurs sur deux autres manuscrits dont ANA 29:

Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 29 (GA 2245), f. 9r

Outre le prénom, la souscription donne aussi la nationalité de l’hôte: Γερμανός. Il ne subsiste donc aucun doute sur le séjour à Bérat, au mois de septembre 1901, du collaborateur de Hermann von Soden, dont le prénom figure sur trois tétraévangiles: ANA 4, ANA 26, et ANA 29.

Une enquête plus approfondie que ces lignes succinctes devrait pouvoir mettre en relation certains éléments codicologiques que nous avions également relevés, notamment la présence – ou ce qu’il en reste – de ces grandes étiquettes blanches collées sur le plat supérieur et sur lesquelles étaient numérotés – à l’encre violette – les manuscrits. Si cette numérotation correspondait à la liste des manuscrits publiée par Hermann von Soden[3], une preuve supplémentaire serait faite de la présence à Bérat, en septembre 1901, d’Alfred Schmidtke, au retour ou sur le chemin de l’Athos. Elle confirmerait que ce dernier a transmis des informations de première main au savant berlinois, actualisées par rapport à celles publiées par Pierre Batiffol quinze ans plus tôt.

Il reste à l’évidence bien des questions sans réponse: dans quel contexte eut lieu le séjour du savant allemand à Bérat? Quel fut son rôle auprès du Παπᾶς Κωνσταντῖνος? Quelle influence pouvait encore excercer l’ancien Métropolite de la ville, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης, évoqué précédemment dans ces colonnes?  Pourquoi, enfin, aucun lectionnaire du Fonds 488 ne porte mention d’un quelconque inventaire comme le confirment nos recherches actuelles? Pour l’heure, il nous faut en tout cas chaleureusement remercier Christophe Guignard pour ces nouvelles perspectives de recherche. Elles aident assurément à une meilleure connaissance du fonds des Archives nationales d’Albanie dans l’attente d’un catalogue digne de ce nom.

Luc Brogly, correspondant scientifque à l’IRHT – Section grecque

Didier Lafleur, IRHT-Section grecque


  [1]  Die Schriften des Neuen Testaments in ihrer ältesten erreichbaren Textgestallt, vol. 1, Berlin, p. VI.

  [2]  La Famille 13 dans l’évangile de Marc, NTTSD 41, Brill, 2013, p. 142.

  [3]  Die Schriften des Neuen Testaments in ihrer ältesten erreichbaren Textgestallt, vol. 1, 1902, Berlin, p. 74.