De Bagdad à Constantinople: annonce de colloque (24-25 mai 2018)

De Bagdad à Constantinople : le transfert des savoirs médicaux (XIe-XVe s.). Colloque international — Reims, 24-25 mai 2018

Dans le récit occidental de la translatio studiorum, on ne prête souvent aux Byzantins qu’un rôle limité : ils ont copié et préservé les textes grecs de l’Antiquité dans leur langue originale. Ils sont restés en marge du vaste mouvement de traduction qui a véhiculé les savoirs d’une rive à l’autre de la Méditerranée à mesure que se déplaçaient les centres du pouvoir. Les études récentes ont approfondi les modalités de ces triples (grec-syriaque-arabe) puis doubles traductions (grec-latin, arabe-latin, arabe-hébreu) et permis de préciser le contexte culturel de leur production dans lesquels elles avaient été commanditées. Cette nouvelle cartographie des voies de transmission du savoir invite à réexaminer l’attitude des Byzantins face à ce phénomène dont ils furent contemporains. Continuer la lecture de De Bagdad à Constantinople: annonce de colloque (24-25 mai 2018)

Bandeaux rigolos

On connaît bien les magnifiques pylai (ou « portes »), principal ornement des manuscrits grecs, dont regorgent les manuels d’histoire de l’art.De fait, le livre byzantin se signale d’une manière générale par sa grande sobriété décorative, qui surprend toujours l’œil habitué aux exubérances des enluminures occidentales. Pour les manuscrits grecs de facture peu luxueuse, l’ornementation se réduit souvent à de simples bandeaux tracés à l’encre de rubrication, avec des motifs d’entrelacs, de végétaux ou de formes géométriques, laissant une place somme toute assez restreinte à la fantaisie. Continuer la lecture de Bandeaux rigolos