Archives de catégorie : Billets

à propos d’un manuscrit arabe de Dioscoride vendu en 2016

Le 20 octobre 2016 était vendu chez Christie’s, à Londres, un manuscrit arabe de Dioscoride, pour la somme de 245000 livres – le nom de l’acheteur n’est malheureusement pas connu.

La description en ligne sur le site de la maison de vente indique que le manuscrit est datable dans la première moitié du 17e siècle et proviendrait d’Inde, sans doute du Deccan.

Le texte contenu, toujours selon la description en ligne, est une traduction arabe du fameux traité grec Sur la matière médicale composé par Dioscoride dans la seconde moitié du 1er siècle de notre ère. Deux reproductions photographiques sont fournies. Continuer la lecture de à propos d’un manuscrit arabe de Dioscoride vendu en 2016

Un nouveau manuscrit de la Panaghia de Chalki retrouvé à Ann Arbor

Dans le catalogue des manuscrits de la Panagia de Chalki paru en 2008, Matoula Kouroupou et Paul Géhin indiquaient que le manuscrit Panaghia 34, un Jean Climaque du 14e siècle, se trouve actuellement dans la bibliothèque de l’Université du Michigan à Ann Arbor sous la cote MS 134, l’identification ayant déjà faite dès 1958 par Marcel Richard.1 En travaillant récemment sur les palimpsestes conservés dans la bibliothèque du Patriarcat œcuménique à Istanbul (pour une communication présentée à l’International Conference: New Light on Old Manuscripts), nous avons eu la chance d’identifier parmi les manuscrits grecs de l’Université du Michigan un second manuscrit (MS 8) provenant du même monastère, celui qui portait autrefois la cote Panaghia 60.

Continuer la lecture de Un nouveau manuscrit de la Panaghia de Chalki retrouvé à Ann Arbor
  1. M. Kouroupou & P. Géhin, Catalogue des manuscrits conservés dans la Bibliothèque du Patriarcat Œcuménique. Les manuscrits du monastère de la Panaghia de Chalki, Turnhout, 2008, p. 137. Le signalement se trouvait déjà dans M. Richard, Répertoire des bibliothèques et des catalogues de manuscrits grecs, Paris, 19582, p. 109, et a été repris par J.-M. Olivier, Répertoire des bibliothèques et de catalogues de manuscrits grecs de Marcel Richard. Troisième édition entièrement refondue, Turnhout, 1995, p. 380. []

Ut pictura, philologia : Variations picturales sur l’entreprise philologique


Les 29-31 octobre 2018 a eu lieu à Palerme (Italie) un colloque international Alla ricerca dell’Autore perduto. Testi apocrifi, agiografici e pseudepigrafi. Il s’agissait de réfléchir sur la notion d’auteur dans l’Antiquité tardive.

Complétaient le programme une exposition de manuscrits grecs de la Biblioteca Regionale de Palerme

Continuer la lecture de Ut pictura, philologia : Variations picturales sur l’entreprise philologique

Identifier et répertorier l’origine des manuscrits: le cas complexe du Fonds 488

La récente publication du Supplément au Répertoire des bibliothèques et des catalogues de manuscrits grecs (ci-après RSO), par Jean-Marie Olivier (Corpus Christianorum, 2 vol., Turnhout: Brepols, 2018), a de nouveau mis en relief toute la difficulté de s’orienter dans des fonds de manuscrits grecs peu et mal décrits, tel le Fonds 488 des Archives nationales d’Albanie. En 1995 déjà, lors de la publication de son Répertoire (ci-après RRO), l’auteur notait que « moins bien sont connus les manuscrits d’une collection, plus longue est la notice qui leur est consacrée »[1]. Rien n’est plus vrai pour l’Albanie et les notices dédiées à certains autres fonds en témoignent.

L’auteur attribue une entrée à douze villes et villages albanais : « [Ardenicë], [Berat], [Elbasan], [Gjirokastër], [Kolkondas], [Korçë], [Nivitsa], [Përmet], Tiranë, [Vithkuq], [Vlorë], [Voskopojë] » (RSO, p. 87), qui sont/seraient les lieux d’origine des manuscrits sur le sol albanais et non – il s’entend – le lieu de leur production. Comme il est dit auparavant (ibid., p. 55), « sont mis entre crochets droits les noms de villes, provinces et autres lieux, dont les collections de mss grecs ont été entièrement détruites ou déplacées, en italique ceux des villes, etc., dont les bibliothèques ne possèdent que quelques mss grecs ». L’entrée Shqipëria (Albanie, pp. 55, 85-87), est dévolue à des études générales et à des catalogues d’exposition dont trois sont sensiblement issus de la même exposition (voir ci-dessous).

Les entrées Berat (pp. 195-203), et Tiranë (pp. 1252-1255), résument à elles seules les difficultés rencontrées par J.-M. Olivier pour offrir une synthèse cohérente des diverses publications qui ont trait aux manuscrits d’Albanie. L’auteur accomplit un véritable tour de force en compilant ainsi autant de données, souvent contradictoires, et en soulignant avec justesse une incohérence patente entre les différentes provenances des manuscrits cités ainsi qu’entre les planches et les textes des publications qui s’y rattachent[2]. À titre d’exemple, dans le catalogue d’exposition de 2010 (RSO 288g)[3], la provenance des manuscrits est erronée aux pp. 22, 23, 28 et 30 puisqu’il faut lire « VLORËS », et non « BERATIT », les manuscrits 5, 7, 10 et 11 étant originaires de la ville albanaise de Vlora et non Bérat (voir RSO, p. 1299). Pour ajouter à la confusion, les indications des planches 5 et 6 de ce même catalogue d’exposition sont elles aussi erronées, mais correctement légendées cette fois pour les planches 9 et 10 qui correspondent aux manuscrits 10 et 11! Source d’erreur en raison de négligences éditoriales récurrentes, l’indication de la provenance du manuscrit dans la cote, pour les manuscrits du Fonds 488, est à abandonner définitivement.

Nous donnons ci-après quelques éléments pour, éventuellement, souligner quelques imprécisions mineures dans la masse de travail que représente ce Supplément et dont l’auteur doit être grandement remercié.

Entrée Shqipëria (pp. 85-87)

    • les entrées 288i (catalogue d’exposition de Korça, 2011), et 288j (catalogue d’exposition de Tirana, 2012) ont un contenu similaire, hormis quelques préfaces supplémentaires dans 288i. Ces deux « catalogues » sont en fait la réimpression plus ou moins abrégée d’un autre « catalogue » d’exposition qui s’est tenu lui aussi à Tirana, en 2010 (RSO 288g).
    • l’entrée 288k correspond à la thèse (en grec) de Meri Kumbe sur six manuscrits musicaux du Fonds 488 (mss. 23, 81, 72, 87, 90 et 95). J.-M. Olivier ne mentionne pas la version papier (en albanais) de ce document pdf: Dorëshkrime muzikore të Arkivit Qendror Shtetëror. Katalog, Tiranë: Drejtoria e Përgjithshme të Arkivave-Universiteti Arteve, 2013.
    • concernant l’entrée 288ea, l’auteur a raison de souligner qu’il s’agit de l’« adaptation en anglais de descriptions données au n. 288a», à savoir le volume Kodikët e Shqipërisë, publié (seulement) en langue albanaise sous les auspices de l’UNESCO, en 2003.
  • curieusement, l’auteur ne donne aucun numéro d’ordre pour le texte du Métropolite de Bérat, Anthime Alexoudis, où ce dernier décrivait, dès 1868, plusieurs manuscrits[4]. Cette Description abrégée figure pourtant, dans sa traduction albanaise, dans le volume Kodikët e Shqipërisë, publié en 2003 (RSO 288a), et fut traduite en son temps par Batiffol (RRO et RSO 556).

Entrée Ardenicë (p. 117)

  • concernant la référence 288b (Popa, 2003), lire pp. « 175-177 », et non « 175-176 ».

Entrée Berat (pp. 195-203)

    • aux pp. 195-196 et sqq., après le paragraphe concernant l’entrée 557, l’auteur liste les manuscrits provenant de Bérat selon les différentes sources qu’il a pu consulter et signale avec raison (p. 196, n. 1), les divergences concernant le ms. 74. Ce manuscrit est effectivement mentionné comme originaire du village de Voskopoja par 288e (Ahmeti-Sinani, 2003), mais aussi par la liste officielle (non publiée) du Fonds 488.
    • p. 196, la référence 288c (Mullen, 2003), omet les pp. 228-229 qui correspondent aux fragments de manuscrits provenant eux aussi de Bérat (Fragment 2, Fragment 12 et Fragment 15).
    • p. 197, la référence 288f (Popa, 2006), indique le « cod. 1 » à la « p. 17 et trois pll. » alors qu’il n’y en a que deux; la planche intercalée correspond en fait au manuscrit 4 (f. 3r, indiquée avec erreur dans la publication albanaise comme « Kanon i Kodikut të Purpurt, fl. 3 » sic).
    • p. 197, concernant la référence 288g (Rembeci-Çunga, 2010), lire pp. « 31-55 », et non « 31-54 ».
  • p. 198, n. 1, l’auteur note avec justesse que, « curieusement, dans la version électronique de la Kurzgefasste Liste le cod. Φ est donné comme conservé à Tiranë sous le n° 16 (qui pourrait être le cod. VII du n. 556) ». Si le rapprochement de l’INTF peut sembler curieux, le rapprochement de J.-M. Olivier est, lui, entièrement justifié puisque Pierre Batiffol parle effectivement d’« un lectionnaire mutilé, membranaceus in-quarto du XIIIe siècle » (p. 441), sous son n° « VII ». Il pourrait donc s’agir du lectionnaire 2442 (Gregory-Aland l2442).

Entrée Gjirokastër (p. 454)

  • concernant la référence 288g (Rembeci-Çunga, 2010), l’auteur note la planche 34 pour le « cod. 80 », mais ne signale pas que la légende est erronée, attribuant, en fin de catalogue, la planche 34 au « Kodiku i Gjirokastrës nr. 66 » (Manuel Malaxos), et non 80. Le manuscrit « Kodiku i Gjirokastrës nr. 80 » (hymnes liturgiques), correspond en fait à la « Figura 38 ».

Entrée Korçë (pp. 645-647)

  • p. 646, la référence 288f (Popa, 2006), ne prend pas en compte le ms. 88 pourtant bien donné comme provenant de Korça par Popa lui-même à la p. 56, même si, dans l’ouvrage original, la note de bas de page indique « Duhet të bëhet fjalë për Kodikun e 88-të të Beratit dhe jo të Korçës, sikurse është shënuar në variantin original të daktilografuar ». La même remarque vaut aussi pour le manuscrit 95, lui aussi provenant de Korça selon 288f (p. 59). Aucune incertitude concernant la provenance de ces deux manuscrits n’est relevée.

Entrée Vlorë (pp. 1298-1300)

  • p. 1299, l’auteur ne signale pas que, dans la référence 288ea, Lena attribue (par erreur) le manuscrit 84 à la ville de Vlora. Enfin, concernant la référence 288b (Popa, 2003), la planche de la p. 137 correspond en fait au manuscrit 11 (f. 1r), et non au manuscrit 10.

Luc Brogly – Didier Lafleur

  [1]  Répertoire des bibliothèques et des catalogues de manuscrits grecs de Marcel Richard. Troisième édition entièrement refondue, col. Corpus Christianorum, Turnhout: Brepols, 1995, p. III.

  [2]   Voir aussi les entrées Elbasan (p. 411), Kolkondas (p. 642), Nivitsa (p. 892), Permët (p. 1012), Tiranë (pp. 1252-1255), Vithkuq (p. 1298), Voskopojë (p. 1301).

  [3]  RËMBECI, A.-ÇUNGA, S. me bashkëpunimin shkencor të CELIKAS A. (collab.), Dorëshkrime Bizantine dhe Pasbizantine në Shqipëri. Katalog i ekspozitës, Tiranë, 2010.

  [4]  Σύντομος Ἱστορικὴ Περιγραφὴ τῆς Ἱερᾶς Μητροπόλεως Βελεγράδων καὶ τῆς ὑπὸ τὴν πνευματικὴν αὐτῆς δικαιοδοσίαν ὑπαγομένης χώρας, νῦν πρῶτον συνταχθεῖσα καὶ ἰδίοις ἀναλώμασι τύποις ἐκδοθεῖσα ὑπὸ τοῦ Μητροπολίτου Βελεγράδων Ἀνθίμου Δ. Ἀλεξουδη τοῦ ἐκ Μαδύτων τῆς Θρᾳκικής Χερσονήσου, Ἐν Κέρκυρᾳ: Τυπογραφεῖον « Η ΙΟΝΙΑ » Ἀδελφῶν Κάων, pp. 113-115.

Parution de Grégoire de Nysse, Homélies sur le Notre Père

Parution d’une nouvelle édition critique et traduction française des Homélies sur le Notre Père dans la collection Sources chrétiennes (no 596).

Ch. Boudignon, M. Cassin et J. Seguin (†), Grégoire de Nysse, Homélies sur le Notre Père. Texte, introduction et notes Ch. Boudignon et M. Cassin, traduction J. Seguin, Ch. Boudignon et M. Cassin (Sources chrétiennes 596), Paris, 2018. 570 p.

Grégoire de Nysse, Homélies sur le Notre Père
Grégoire de Nysse, Homélies sur le Notre Père

Les Homélies sur le Notre Père de Grégoire de Nysse constituent une œuvre majeure sur la « prière du Seigneur ». Cette série de cinq homélies a connu une grande postérité, notamment la magnifique « hymne à la prière » de l’Homélie I, qui a été fréquemment reprise, y compris dans un texte de l’Éphrem grec dont elle constitue une part importante.

Continuer la lecture de Parution de Grégoire de Nysse, Homélies sur le Notre Père

Tout sur le logo du 9e CIPG

Certains d’entre vous auront peut-être été déconcertés par l’image sur laquelle s’ouvrait mon dernier billet, annonçant le programme du prochain Colloque international de Paléographie grecque.

Ce n’est pas au hasard qu’elle a été choisie comme emblème pour le Colloque et je ne résiste pas au plaisir de vous en dévoiler les raisons. Continuer la lecture de Tout sur le logo du 9e CIPG

Numérisations à la Biblioteca Nazionale Marciana et catalogue en ligne à la Bodleian Library

En ce début d’été, deux bonnes nouvelles viennent d’être annoncées pour ce qui concerne les manuscrits médiévaux, et en particulier grecs.

Numérisation des manuscrits de la Biblioteca Nazionale Marciana

Tout d’abord, la Biblioteca Nazionale Marciana a commencé à numériser et mettre en ligne ses manuscrits, et les grecs sont pour le moment les plus nombreux.

Numérisation Marciana
Numérisation Marciana

Continuer la lecture de Numérisations à la Biblioteca Nazionale Marciana et catalogue en ligne à la Bodleian Library

Annonce de colloque : 14e colloque international Grégoire de Nysse (Paris, 4-7 septembre 2018)

Le 14e colloque international Grégoire de Nysse se tiendra à Paris, au Collège des Bernardins, du 4 au 7 septembre 2018. Il aura pour thème Les Homélies sur le Notre Père et leur réception byzantine. Le colloque, organisé par Matthieu Cassin (IRHT), Hélène Grelier-Deneux (Nanterre Université) et Françoise Vinel (Université de Strasbourg) rassemblera 41 communications ainsi que deux ateliers de doctorants et un atelier consacré à la discussion de points d’édition et de traduction du texte grec. Une nouvelle édition et traduction des Homélies sur le Notre Père vient d’être publié par Matthieu Cassin et Christian Boudignon dans la collection des Sources chrétiennes, à l’occasion du colloque. On trouvera le programme complet sur le site du colloque, ou le programme en pdf ici en téléchargement.

La participation au colloque est libre, mais l’inscription est obligatoire avant le 25 août.

Affiche du 14e colloque international Grégoire de Nysse
Affiche du 14e colloque international Grégoire de Nysse

Bandeaux rigolos

On connaît bien les magnifiques pylai (ou “portes”), principal ornement des manuscrits grecs, dont regorgent les manuels d’histoire de l’art.De fait, le livre byzantin se signale d’une manière générale par sa grande sobriété décorative, qui surprend toujours l’œil habitué aux exubérances des enluminures occidentales. Pour les manuscrits grecs de facture peu luxueuse, l’ornementation se réduit souvent à de simples bandeaux tracés à l’encre de rubrication, avec des motifs d’entrelacs, de végétaux ou de formes géométriques, laissant une place somme toute assez restreinte à la fantaisie. Continuer la lecture de Bandeaux rigolos