Archives de catégorie : Billets

Parution de Grégoire de Nysse, Homélies sur le Notre Père

Parution d’une nouvelle édition critique et traduction française des Homélies sur le Notre Père dans la collection Sources chrétiennes (no 596).

Ch. Boudignon, M. Cassin et J. Seguin (†), Grégoire de Nysse, Homélies sur le Notre Père. Texte, introduction et notes Ch. Boudignon et M. Cassin, traduction J. Seguin, Ch. Boudignon et M. Cassin (Sources chrétiennes 596), Paris, 2018. 570 p.

Grégoire de Nysse, Homélies sur le Notre Père
Grégoire de Nysse, Homélies sur le Notre Père

Les Homélies sur le Notre Père de Grégoire de Nysse constituent une œuvre majeure sur la « prière du Seigneur ». Cette série de cinq homélies a connu une grande postérité, notamment la magnifique « hymne à la prière » de l’Homélie I, qui a été fréquemment reprise, y compris dans un texte de l’Éphrem grec dont elle constitue une part importante.


À la fois prédication pastorale et exégèse de chacune des phrases du Notre Père, ces homélies mettent en lumière l’adoption filiale des chrétiens et présentent la prière comme une conversation avec Dieu. Elles dénoncent aussi le « blabla » des prières creuses, en prônant un ascétisme allié au souci des plus pauvres. Leur nouveauté est plus marquante encore sur la nature du pain « quotidien », sur la venue de l’Esprit Saint comme règne de Dieu, sur le « Mauvais » comme Tentation personnifiée. L’étude du texte a également permis de mettre en évidence plusieurs reprises significatives de passages qui proviennent d’œuvres antérieures de l’évêque de Nysse, en particulier la Vie de Moïse ; il a de ce fait été possible de préciser la date de ces Homélies et de les situer non pas au début de la carrière de Grégoire ou au début des années 380, comme on l’a souvent proposé, mais dans la seconde moitié des années 380 et, dans tous les cas, après la Vie de Moïse.

Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. sir. 106
Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. sir. 106

Le volume propose une nouvelle édition critique du texte grec, fondée sur 22 manuscrits1 et sur la traduction syriaque (avec l’aide de P. Géhin). Le texte a été assez profondément modifié, avec 238 changements par rapport à l’édition de J. F. Callahan (GNO VII.2, Leiden, 1992), qui avait une base manuscrite très réduite (six manuscrits principaux). Cette nouvelle édition s’appuie sur une étude approfondie de la tradition manuscrite, y compris sous l’angle de l’histoire des livres ; c’est cette approche, en particulier, qui a permis de confirmer l’importance de la branche Φ, tandis que l’autre branche (Ψ), souvent privilégiée par l’éditeur précédent, témoigne d’un texte souvent remanié et récrit, amélioré. Le rôle de la traduction syriaque est fondamental dans l’établissement du texte, dans la mesure où ce témoin ancien (6e s.) permet très souvent de trancher entre les leçons divergentes des deux branches de la tradition grecque.

La traduction française a été préparée à partir de celle qu’avait produite Josette Seguin dans une thèse de doctorat soutenue en 2001 sous la direction de Monique Alexandre. Elle a cependant été reprise entièrement par les deux auteurs principaux du volume, Christian Boudignon et Matthieu Cassin, à qui sont dus également l’introduction, l’édition et les notes.

Affiche du 14e colloque international Grégoire de Nysse
Affiche du 14e colloque international Grégoire de Nysse

Le volume est paru à temps pour être utile au 14e colloque international Grégoire de Nysse, qui s’est tenu à Paris du 4 au 7 septembre 2018.

  1. pour l’essentiel les manuscrits antérieurs au 13e siècle : voir une liste plus complète dans la base de données Pinakes. []

Tout sur le logo du 9e CIPG

Certains d’entre vous auront peut-être été déconcertés par l’image sur laquelle s’ouvrait mon dernier billet, annonçant le programme du prochain Colloque international de Paléographie grecque.

Ce n’est pas au hasard qu’elle a été choisie comme emblème pour le Colloque et je ne résiste pas au plaisir de vous en dévoiler les raisons. Continuer la lecture de Tout sur le logo du 9e CIPG

Numérisations à la Biblioteca Nazionale Marciana et catalogue en ligne à la Bodleian Library

En ce début d’été, deux bonnes nouvelles viennent d’être annoncées pour ce qui concerne les manuscrits médiévaux, et en particulier grecs.

Numérisation des manuscrits de la Biblioteca Nazionale Marciana

Tout d’abord, la Biblioteca Nazionale Marciana a commencé à numériser et mettre en ligne ses manuscrits, et les grecs sont pour le moment les plus nombreux.

Numérisation Marciana
Numérisation Marciana

Continuer la lecture de Numérisations à la Biblioteca Nazionale Marciana et catalogue en ligne à la Bodleian Library

Annonce de colloque : 14e colloque international Grégoire de Nysse (Paris, 4-7 septembre 2018)

Le 14e colloque international Grégoire de Nysse se tiendra à Paris, au Collège des Bernardins, du 4 au 7 septembre 2018. Il aura pour thème Les Homélies sur le Notre Père et leur réception byzantine. Le colloque, organisé par Matthieu Cassin (IRHT), Hélène Grelier-Deneux (Nanterre Université) et Françoise Vinel (Université de Strasbourg) rassemblera 41 communications ainsi que deux ateliers de doctorants et un atelier consacré à la discussion de points d’édition et de traduction du texte grec. Une nouvelle édition et traduction des Homélies sur le Notre Père vient d’être publié par Matthieu Cassin et Christian Boudignon dans la collection des Sources chrétiennes, à l’occasion du colloque. On trouvera le programme complet sur le site du colloque, ou le programme en pdf ici en téléchargement.

La participation au colloque est libre, mais l’inscription est obligatoire avant le 25 août.

Affiche du 14e colloque international Grégoire de Nysse
Affiche du 14e colloque international Grégoire de Nysse

Bandeaux rigolos

On connaît bien les magnifiques pylai (ou « portes »), principal ornement des manuscrits grecs, dont regorgent les manuels d’histoire de l’art.De fait, le livre byzantin se signale d’une manière générale par sa grande sobriété décorative, qui surprend toujours l’œil habitué aux exubérances des enluminures occidentales. Pour les manuscrits grecs de facture peu luxueuse, l’ornementation se réduit souvent à de simples bandeaux tracés à l’encre de rubrication, avec des motifs d’entrelacs, de végétaux ou de formes géométriques, laissant une place somme toute assez restreinte à la fantaisie. Continuer la lecture de Bandeaux rigolos

Dessins et gribouillages dans les manuscrits de la Trinité

À l’heure d’achever le catalogue des manuscrits provenant du monastère de la Trinité de Chalki, et alors que nous envisageons de manière de plus en plus précise la rédaction d’un second volume, consacré à l’histoire de la bibliothèque, nous vous proposons de présenter quelques usages particuliers – et sympathiques – auxquels les manuscrits ont pu donner lieu au cours des siècles.

Commençons par l’un des principaux divertissements du catalogueur (qui en a souvent bien besoin) : les graffitis, gribouillages, griffonnages, essais de calame, esquisses ou véritables dessins dont des lecteurs plus ou moins intéressés par le texte – et plus ou moins doués –, ont bien souvent orné les marges des livres. Continuer la lecture de Dessins et gribouillages dans les manuscrits de la Trinité

Manuscrits dispersés d’Albanie: Harvard, Houghton Library (Cambridge, MA)

Le dernier congrès de la Society of Biblical Literature et de l’American Academy of Religion (SBL-AAR), qui s’est récemment tenu à Boston (États-Unis), du 18 au 21 novembre dernier, a été l’occasion de réexaminer deux manuscrits grecs connus pour avoir séjourné autrefois en Albanie: il s’agit des manuscrits Harvard College Library, Houghton Library MS. Gr. 1, copié à la fin du 13ème siècle, et Harvard College Library, Houghton Library, MS. Typ. 215, copié au 11ème siècle. Ces deux manuscrits grecs contiennent le texte du Nouveau Testament (respectivement Gregory-Aland 666 et 2841); ils sont aujourd’hui déposés à la Bibliothèque Houghton, sur le campus de l’Université de Harvard (Cambridge, Massachusetts)[1].

Campus de l’Université de Harvard, Cambridge (MA). © Luc Brogly

 

Harvard College Library, Houghton Library, MS. Typ. 215, début de l’évangile de Luc (folio non numéroté).

Le lien entre le manuscrit MS. Typ. 215 et l’Albanie a été souligné une première fois en 1980 par Gary Vikan dans son catalogue d’exposition Gifts from the Byzantine Court. Three Illuminated Manuscript Leaves at Dumbarton Oaks (6 février-1er juin 1980, Washington D.C.). Le livret de Gary Vikan accompagnait une exposition visant à rapprocher trois folios du fonds de Dumbarton Oaks de leur support originel, à savoir deux manuscrits grecs: l’un conservé à Cleveland, l’autre à Harvard (MS. Typ. 215). L’un des trois folios exposés représentait l’évangéliste Jean (Gregory-Aland 1142): ce folio avait été offert à l’institution de Washington par Philip Hofer qui, en 1954, avait acquis le manuscrit MS. Typ. 215 accompagné de trois luxueux folios enluminés, considérés comme « arrachés » à ce même manuscrit.

Harvard College Library, Houghton Library, MS. Typ. 215, début de l’évangile de Jean (folio non numéroté), sans trace de folio « arraché » dans le pli.

La relation du MS. Typ. 215 avec l’Albanie a très vite été confirmée puis développée grâce à la souscription qui se trouve à la fin du quatrième évangile puisque celle-ci avait déjà été relevée par Pierre Batiffol au printemps 1885, puis éditée en 1887[2]. Elle fut ensuite à nouveau éditée par Ἄνθιμος Ἀλεξούδης, Métropolite de cette ville albanaise, en 1898 puis en 1901. Les publications de l’érudit albanais témoignent avec évidence de sa connaissance du manuscrit puisque l’une des planches qu’il reproduit en 1898 dans son catalogue est bien celle que nous lisons aujourd’hui à la fin du texte johannique (πίναξ Θ´ n°19)[3]. Inattention de la part du Métropolite ou erreur de mise en page, les deux autres planches (πίναξ Η´ n°17-18), associées elles aussi à la description de ce manuscrit, ne se trouvent pas dans le codex ainsi que cela a été montré en 2000[4]. Notre examen in situ confirme les études précédentes mais, curieusement, dans aucune des études modernes publiées il n’est fait mention de l’absence totale de foliotation dans ce manuscrit, ce qui gêne considérablement la description et favorise la confusion, notamment dans l’analyse textuelle: soumise aux conservateurs lors de notre visite en novembre 2017, cette interrogation n’a pas trouvé de réponse.

Philip Hofer, premier conservateur du Department of Printing and Graphic Arts de la Houghton Library, avait acquis en 1954 le manuscrit MS. Typ. 215 auprès de l’antiquaire new-yorkais Hans Peter Kraus. Le manuscrit était alors accompagné de ces trois folios « arrachés », représentant chacun sur un fond d’or l’un des trois évangélistes: Matthieu, Marc, et Jean; c’est donc ce troisième folio que Philip Hofer offrit à Mildred et Robert Woods Bliss, cofondateurs de Dumbarton Oaks, et qui fut donc exposé en 1980 à Washington. Les deux autres folios (portraits des évangélistes Matthieu et Marc), sont aujourd’hui encore classés sous la même cote que notre manuscrit mais dans des dossiers séparés.

Harvard College Library, Houghton Library, MS. Typ. 215, portrait de l’évangéliste Marc (folder 1).

 

Comme l’ont souligné les études antérieures, les portraits de ces trois évangélistes posent problème car dans le manuscrit MS. Typ. 215 le verso de chaque folio qui se trouve en regard du début du texte de chaque évangile – toujours sur un recto – est blanc: ce verso était donc naturellement destiné à porter le portrait de l’évangéliste correspondant. Ces portraits ne furent jamais exécutés mais on écrivit à la place des épigrammes en lettres majuscules qui furent ensuite gommées et sur lesquelles on esquissa (a posteriori ?) les silhouettes des évangélistes.

Harvard College Library, Houghton Library, MS. Typ. 215, verso précédant le début de l’évangile de Jean (folios non numérotés).

Les études récentes, souvent plus orientées vers l’iconographie que vers la philologie, supposent que les luxueux portraits des évangélistes furent ensuite insérés dans le manuscrit, entre le verso laissé blanc lors de la copie et le début du texte évangélique, puis « arrachés ». À l’énigme posée par ces folios, leur histoire et leur destinataire, vient s’ajouter notre ignorance du parcours de ce manuscrit: comment – alors que nous avons la certitude qu’il se trouvait dans la ville albanaise de Bérat en avril 1885 – est-il arrivé aux États-Unis? Par ailleurs, son texte, et la position de celui-ci au sein de la critique textuelle du Nouveau Testament grec, reste à étudier.

Harvard College Library, Houghton Library MS. Gr. 1, f. 250 recto.

Le second manuscrit, le MS. Gr. 1, pose une autre énigme. Sa relation avec l’Albanie ne tient qu’à l’assertion de Caspar René Gregory qui le considère comme provenant « aus Albanien », ainsi qu’il l’écrit en 1909 dans son ouvrage Textkritik des Neuen Testamentes (p. 210). Ni les études précédentes, ni notre propre examen du manuscrit n’ont pu confirmer cette origine. Sur une feuille volante en papier, insérée dans le manuscrit mais d’un format plus petit que celui-ci, sont décrites avec précision les différentes parties du codex. Nul doute qu’il s’agisse d’une description de la main même de Gregory puisque nous connaissons son écriture par sa correspondance privée dont une partie se trouve aux Archives du Séminaire Saint-Sulpice, à Paris. Sur cette feuille volante, datée du 26 mai 1889, l’érudit a bien noté aussi: « olim in Albania ». Gregory, qui était le possesseur de ce manuscrit et qui le vendit ensuite à la Houghton Library, connaissait-il avec exactitude la provenance de ce manuscrit ou fit-il simplement confiance à celui qui lui vendit le codex?

Harvard College Library, Houghton Library MS. Gr. 1, feuille volante insérée dans le manuscrit.

Au-delà des questions iconographiques, le dossier de ces deux manuscrits américains reste largement ouvert, notamment d’un point de vue historique et philologique. Leur lien avec les Balkans, supposé ou véritable, mérite dans tous les cas une considération plus approfondie dans le dossier complexe des manuscrits dispersés d’Albanie.

Luc Brogly, correspondant scientifique à l’IRHT
Didier Lafleur, IRHT-Section grecque

 

 

  [1]  Voir Nadezdha Kavrus-Hoffman, Manuscripta: 54:1, p. 69-81 et 55:1, p. 35-45.

  [2]  Les manuscrits grecs de Bérat, p. 442-443.

  [3]  Κατάλογος τῶν ἐν ταῖς ἱεραῖς ἐκκλησίαις τῆς συνοικίας Κάστρου, πόλεως Βερατίου τῆς Μητροπόλεως Βελεγράδων…, p. 360-362.

  [4]  Duffy-Angelov, « Observations on a Byzantine Manuscript in Harvard College Library », Harvard Studies in Classical Philology 100.

Bibliotheca hagiographica graeca manuscripta (BHGms)

Le projet Bibliotheca hagiographica graeca manuscripta (BHGms) est aujourd’hui achevé. Porté par la Société des Bollandistes et l’Institut de recherche et d’histoire des textes, il a permis, grâce au soutien du Laboratoire d’excellence Resmed, de l’Equipex Biblissima et de l’ERC ParaTexBib, la numérisation et la mise à disposition de la communauté scientifique de l’important fichier des manuscrits hagiographiques grecs de la Société des Bollandistes. L’intégralité en est maintenant disponible dans la base de données Pinakes.

Pinakes : notice d'Antonius ab. in Thebaide
Pinakes : notice d’Antonius ab. in Thebaide

Continuer la lecture de Bibliotheca hagiographica graeca manuscripta (BHGms)

Nouvelle parution: Évagre le Pontique, Chapitres sur la prière

La Section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT est heureuse d’annoncer la parution récente de l’ouvrage de Paul Géhin, directeur de recherche émérite:

Paul Géhin, éd. Évagre le Pontique, Chapitres sur la prière (Sources Chrétiennes 589), Paris 2017, 470 pages.

Les Chapitres sur la prière, au nombre de 153 comme les poissons de la pêche miraculeuse (Jean 21, 6-11), constituent une des œuvres majeures d’Évagre le Pontique. Continuer la lecture de Nouvelle parution: Évagre le Pontique, Chapitres sur la prière