Archives de catégorie : Billets

Ut pictura, philologia : Variations picturales sur l’entreprise philologique


Les 29-31 octobre 2018 a eu lieu à Palerme (Italie) un colloque international Alla ricerca dell’Autore perduto. Testi apocrifi, agiografici e pseudepigrafi. Il s’agissait de réfléchir sur la notion d’auteur dans l’Antiquité tardive.

Complétaient le programme une exposition de manuscrits grecs de la Biblioteca Regionale de Palerme

Continuer la lecture de Ut pictura, philologia : Variations picturales sur l’entreprise philologique

Identifier et répertorier l’origine des manuscrits: le cas complexe du Fonds 488

La récente publication du Supplément au Répertoire des bibliothèques et des catalogues de manuscrits grecs (ci-après RSO), par Jean-Marie Olivier (Corpus Christianorum, 2 vol., Turnhout: Brepols, 2018), a de nouveau mis en relief toute la difficulté de s’orienter dans des fonds de manuscrits grecs peu et mal décrits, tel le Fonds 488 des Archives nationales d’Albanie. En 1995 déjà, lors de la publication de son Répertoire (ci-après RRO), l’auteur notait que « moins bien sont connus les manuscrits d’une collection, plus longue est la notice qui leur est consacrée »[1]. Rien n’est plus vrai pour l’Albanie et les notices dédiées à certains autres fonds en témoignent.

L’auteur attribue une entrée à douze villes et villages albanais : « [Ardenicë], [Berat], [Elbasan], [Gjirokastër], [Kolkondas], [Korçë], [Nivitsa], [Përmet], Tiranë, [Vithkuq], [Vlorë], [Voskopojë] » (RSO, p. 87), qui sont/seraient les lieux d’origine des manuscrits sur le sol albanais et non – il s’entend – le lieu de leur production. Comme il est dit auparavant (ibid., p. 55), « sont mis entre crochets droits les noms de villes, provinces et autres lieux, dont les collections de mss grecs ont été entièrement détruites ou déplacées, en italique ceux des villes, etc., dont les bibliothèques ne possèdent que quelques mss grecs ». L’entrée Shqipëria (Albanie, pp. 55, 85-87), est dévolue à des études générales et à des catalogues d’exposition dont trois sont sensiblement issus de la même exposition (voir ci-dessous).

Les entrées Berat (pp. 195-203), et Tiranë (pp. 1252-1255), résument à elles seules les difficultés rencontrées par J.-M. Olivier pour offrir une synthèse cohérente des diverses publications qui ont trait aux manuscrits d’Albanie. L’auteur accomplit un véritable tour de force en compilant ainsi autant de données, souvent contradictoires, et en soulignant avec justesse une incohérence patente entre les différentes provenances des manuscrits cités ainsi qu’entre les planches et les textes des publications qui s’y rattachent[2]. À titre d’exemple, dans le catalogue d’exposition de 2010 (RSO 288g)[3], la provenance des manuscrits est erronée aux pp. 22, 23, 28 et 30 puisqu’il faut lire « VLORËS », et non « BERATIT », les manuscrits 5, 7, 10 et 11 étant originaires de la ville albanaise de Vlora et non Bérat (voir RSO, p. 1299). Pour ajouter à la confusion, les indications des planches 5 et 6 de ce même catalogue d’exposition sont elles aussi erronées, mais correctement légendées cette fois pour les planches 9 et 10 qui correspondent aux manuscrits 10 et 11! Source d’erreur en raison de négligences éditoriales récurrentes, l’indication de la provenance du manuscrit dans la cote, pour les manuscrits du Fonds 488, est à abandonner définitivement.

Nous donnons ci-après quelques éléments pour, éventuellement, souligner quelques imprécisions mineures dans la masse de travail que représente ce Supplément et dont l’auteur doit être grandement remercié.

Entrée Shqipëria (pp. 85-87)

    • les entrées 288i (catalogue d’exposition de Korça, 2011), et 288j (catalogue d’exposition de Tirana, 2012) ont un contenu similaire, hormis quelques préfaces supplémentaires dans 288i. Ces deux « catalogues » sont en fait la réimpression plus ou moins abrégée d’un autre « catalogue » d’exposition qui s’est tenu lui aussi à Tirana, en 2010 (RSO 288g).
    • l’entrée 288k correspond à la thèse (en grec) de Meri Kumbe sur six manuscrits musicaux du Fonds 488 (mss. 23, 81, 72, 87, 90 et 95). J.-M. Olivier ne mentionne pas la version papier (en albanais) de ce document pdf: Dorëshkrime muzikore të Arkivit Qendror Shtetëror. Katalog, Tiranë: Drejtoria e Përgjithshme të Arkivave-Universiteti Arteve, 2013.
    • concernant l’entrée 288ea, l’auteur a raison de souligner qu’il s’agit de l’« adaptation en anglais de descriptions données au n. 288a», à savoir le volume Kodikët e Shqipërisë, publié (seulement) en langue albanaise sous les auspices de l’UNESCO, en 2003.
  • curieusement, l’auteur ne donne aucun numéro d’ordre pour le texte du Métropolite de Bérat, Anthime Alexoudis, où ce dernier décrivait, dès 1868, plusieurs manuscrits[4]. Cette Description abrégée figure pourtant, dans sa traduction albanaise, dans le volume Kodikët e Shqipërisë, publié en 2003 (RSO 288a), et fut traduite en son temps par Batiffol (RRO et RSO 556).

Entrée Ardenicë (p. 117)

  • concernant la référence 288b (Popa, 2003), lire pp. « 175-177 », et non « 175-176 ».

Entrée Berat (pp. 195-203)

    • aux pp. 195-196 et sqq., après le paragraphe concernant l’entrée 557, l’auteur liste les manuscrits provenant de Bérat selon les différentes sources qu’il a pu consulter et signale avec raison (p. 196, n. 1), les divergences concernant le ms. 74. Ce manuscrit est effectivement mentionné comme originaire du village de Voskopoja par 288e (Ahmeti-Sinani, 2003), mais aussi par la liste officielle (non publiée) du Fonds 488.
    • p. 196, la référence 288c (Mullen, 2003), omet les pp. 228-229 qui correspondent aux fragments de manuscrits provenant eux aussi de Bérat (Fragment 2, Fragment 12 et Fragment 15).
    • p. 197, la référence 288f (Popa, 2006), indique le « cod. 1 » à la « p. 17 et trois pll. » alors qu’il n’y en a que deux; la planche intercalée correspond en fait au manuscrit 4 (f. 3r, indiquée avec erreur dans la publication albanaise comme « Kanon i Kodikut të Purpurt, fl. 3 » sic).
    • p. 197, concernant la référence 288g (Rembeci-Çunga, 2010), lire pp. « 31-55 », et non « 31-54 ».
  • p. 198, n. 1, l’auteur note avec justesse que, « curieusement, dans la version électronique de la Kurzgefasste Liste le cod. Φ est donné comme conservé à Tiranë sous le n° 16 (qui pourrait être le cod. VII du n. 556) ». Si le rapprochement de l’INTF peut sembler curieux, le rapprochement de J.-M. Olivier est, lui, entièrement justifié puisque Pierre Batiffol parle effectivement d’« un lectionnaire mutilé, membranaceus in-quarto du XIIIe siècle » (p. 441), sous son n° « VII ». Il pourrait donc s’agir du lectionnaire 2442 (Gregory-Aland l2442).

Entrée Gjirokastër (p. 454)

  • concernant la référence 288g (Rembeci-Çunga, 2010), l’auteur note la planche 34 pour le « cod. 80 », mais ne signale pas que la légende est erronée, attribuant, en fin de catalogue, la planche 34 au « Kodiku i Gjirokastrës nr. 66 » (Manuel Malaxos), et non 80. Le manuscrit « Kodiku i Gjirokastrës nr. 80 » (hymnes liturgiques), correspond en fait à la « Figura 38 ».

Entrée Korçë (pp. 645-647)

  • p. 646, la référence 288f (Popa, 2006), ne prend pas en compte le ms. 88 pourtant bien donné comme provenant de Korça par Popa lui-même à la p. 56, même si, dans l’ouvrage original, la note de bas de page indique « Duhet të bëhet fjalë për Kodikun e 88-të të Beratit dhe jo të Korçës, sikurse është shënuar në variantin original të daktilografuar ». La même remarque vaut aussi pour le manuscrit 95, lui aussi provenant de Korça selon 288f (p. 59). Aucune incertitude concernant la provenance de ces deux manuscrits n’est relevée.

Entrée Vlorë (pp. 1298-1300)

  • p. 1299, l’auteur ne signale pas que, dans la référence 288ea, Lena attribue (par erreur) le manuscrit 84 à la ville de Vlora. Enfin, concernant la référence 288b (Popa, 2003), la planche de la p. 137 correspond en fait au manuscrit 11 (f. 1r), et non au manuscrit 10.

Luc Brogly – Didier Lafleur

  [1]  Répertoire des bibliothèques et des catalogues de manuscrits grecs de Marcel Richard. Troisième édition entièrement refondue, col. Corpus Christianorum, Turnhout: Brepols, 1995, p. III.

  [2]   Voir aussi les entrées Elbasan (p. 411), Kolkondas (p. 642), Nivitsa (p. 892), Permët (p. 1012), Tiranë (pp. 1252-1255), Vithkuq (p. 1298), Voskopojë (p. 1301).

  [3]  RËMBECI, A.-ÇUNGA, S. me bashkëpunimin shkencor të CELIKAS A. (collab.), Dorëshkrime Bizantine dhe Pasbizantine në Shqipëri. Katalog i ekspozitës, Tiranë, 2010.

  [4]  Σύντομος Ἱστορικὴ Περιγραφὴ τῆς Ἱερᾶς Μητροπόλεως Βελεγράδων καὶ τῆς ὑπὸ τὴν πνευματικὴν αὐτῆς δικαιοδοσίαν ὑπαγομένης χώρας, νῦν πρῶτον συνταχθεῖσα καὶ ἰδίοις ἀναλώμασι τύποις ἐκδοθεῖσα ὑπὸ τοῦ Μητροπολίτου Βελεγράδων Ἀνθίμου Δ. Ἀλεξουδη τοῦ ἐκ Μαδύτων τῆς Θρᾳκικής Χερσονήσου, Ἐν Κέρκυρᾳ: Τυπογραφεῖον « Η ΙΟΝΙΑ » Ἀδελφῶν Κάων, pp. 113-115.

Parution de Grégoire de Nysse, Homélies sur le Notre Père

Parution d’une nouvelle édition critique et traduction française des Homélies sur le Notre Père dans la collection Sources chrétiennes (no 596).

Ch. Boudignon, M. Cassin et J. Seguin (†), Grégoire de Nysse, Homélies sur le Notre Père. Texte, introduction et notes Ch. Boudignon et M. Cassin, traduction J. Seguin, Ch. Boudignon et M. Cassin (Sources chrétiennes 596), Paris, 2018. 570 p.

Grégoire de Nysse, Homélies sur le Notre Père
Grégoire de Nysse, Homélies sur le Notre Père

Les Homélies sur le Notre Père de Grégoire de Nysse constituent une œuvre majeure sur la « prière du Seigneur ». Cette série de cinq homélies a connu une grande postérité, notamment la magnifique « hymne à la prière » de l’Homélie I, qui a été fréquemment reprise, y compris dans un texte de l’Éphrem grec dont elle constitue une part importante.

Continuer la lecture de Parution de Grégoire de Nysse, Homélies sur le Notre Père

Tout sur le logo du 9e CIPG

Certains d’entre vous auront peut-être été déconcertés par l’image sur laquelle s’ouvrait mon dernier billet, annonçant le programme du prochain Colloque international de Paléographie grecque.

Ce n’est pas au hasard qu’elle a été choisie comme emblème pour le Colloque et je ne résiste pas au plaisir de vous en dévoiler les raisons. Continuer la lecture de Tout sur le logo du 9e CIPG

Numérisations à la Biblioteca Nazionale Marciana et catalogue en ligne à la Bodleian Library

En ce début d’été, deux bonnes nouvelles viennent d’être annoncées pour ce qui concerne les manuscrits médiévaux, et en particulier grecs.

Numérisation des manuscrits de la Biblioteca Nazionale Marciana

Tout d’abord, la Biblioteca Nazionale Marciana a commencé à numériser et mettre en ligne ses manuscrits, et les grecs sont pour le moment les plus nombreux.

Numérisation Marciana
Numérisation Marciana

Continuer la lecture de Numérisations à la Biblioteca Nazionale Marciana et catalogue en ligne à la Bodleian Library

Annonce de colloque : 14e colloque international Grégoire de Nysse (Paris, 4-7 septembre 2018)

Le 14e colloque international Grégoire de Nysse se tiendra à Paris, au Collège des Bernardins, du 4 au 7 septembre 2018. Il aura pour thème Les Homélies sur le Notre Père et leur réception byzantine. Le colloque, organisé par Matthieu Cassin (IRHT), Hélène Grelier-Deneux (Nanterre Université) et Françoise Vinel (Université de Strasbourg) rassemblera 41 communications ainsi que deux ateliers de doctorants et un atelier consacré à la discussion de points d’édition et de traduction du texte grec. Une nouvelle édition et traduction des Homélies sur le Notre Père vient d’être publié par Matthieu Cassin et Christian Boudignon dans la collection des Sources chrétiennes, à l’occasion du colloque. On trouvera le programme complet sur le site du colloque, ou le programme en pdf ici en téléchargement.

La participation au colloque est libre, mais l’inscription est obligatoire avant le 25 août.

Affiche du 14e colloque international Grégoire de Nysse
Affiche du 14e colloque international Grégoire de Nysse

Bandeaux rigolos

On connaît bien les magnifiques pylai (ou « portes »), principal ornement des manuscrits grecs, dont regorgent les manuels d’histoire de l’art.De fait, le livre byzantin se signale d’une manière générale par sa grande sobriété décorative, qui surprend toujours l’œil habitué aux exubérances des enluminures occidentales. Pour les manuscrits grecs de facture peu luxueuse, l’ornementation se réduit souvent à de simples bandeaux tracés à l’encre de rubrication, avec des motifs d’entrelacs, de végétaux ou de formes géométriques, laissant une place somme toute assez restreinte à la fantaisie. Continuer la lecture de Bandeaux rigolos

Dessins et gribouillages dans les manuscrits de la Trinité

À l’heure d’achever le catalogue des manuscrits provenant du monastère de la Trinité de Chalki, et alors que nous envisageons de manière de plus en plus précise la rédaction d’un second volume, consacré à l’histoire de la bibliothèque, nous vous proposons de présenter quelques usages particuliers – et sympathiques – auxquels les manuscrits ont pu donner lieu au cours des siècles.

Commençons par l’un des principaux divertissements du catalogueur (qui en a souvent bien besoin) : les graffitis, gribouillages, griffonnages, essais de calame, esquisses ou véritables dessins dont des lecteurs plus ou moins intéressés par le texte – et plus ou moins doués –, ont bien souvent orné les marges des livres. Continuer la lecture de Dessins et gribouillages dans les manuscrits de la Trinité

Manuscrits dispersés d’Albanie: Harvard, Houghton Library (Cambridge, MA)

Le dernier congrès de la Society of Biblical Literature et de l’American Academy of Religion (SBL-AAR), qui s’est récemment tenu à Boston (États-Unis), du 18 au 21 novembre dernier, a été l’occasion de réexaminer deux manuscrits grecs connus pour avoir séjourné autrefois en Albanie: il s’agit des manuscrits Harvard College Library, Houghton Library MS. Gr. 1, copié à la fin du 13ème siècle, et Harvard College Library, Houghton Library, MS. Typ. 215, copié au 11ème siècle. Ces deux manuscrits grecs contiennent le texte du Nouveau Testament (respectivement Gregory-Aland 666 et 2841); ils sont aujourd’hui déposés à la Bibliothèque Houghton, sur le campus de l’Université de Harvard (Cambridge, Massachusetts)[1].

Campus de l’Université de Harvard, Cambridge (MA). © Luc Brogly

 

Harvard College Library, Houghton Library, MS. Typ. 215, début de l’évangile de Luc (folio non numéroté).

Le lien entre le manuscrit MS. Typ. 215 et l’Albanie a été souligné une première fois en 1980 par Gary Vikan dans son catalogue d’exposition Gifts from the Byzantine Court. Three Illuminated Manuscript Leaves at Dumbarton Oaks (6 février-1er juin 1980, Washington D.C.). Le livret de Gary Vikan accompagnait une exposition visant à rapprocher trois folios du fonds de Dumbarton Oaks de leur support originel, à savoir deux manuscrits grecs: l’un conservé à Cleveland, l’autre à Harvard (MS. Typ. 215). L’un des trois folios exposés représentait l’évangéliste Jean (Gregory-Aland 1142): ce folio avait été offert à l’institution de Washington par Philip Hofer qui, en 1954, avait acquis le manuscrit MS. Typ. 215 accompagné de trois luxueux folios enluminés, considérés comme « arrachés » à ce même manuscrit.

Harvard College Library, Houghton Library, MS. Typ. 215, début de l’évangile de Jean (folio non numéroté), sans trace de folio « arraché » dans le pli.

La relation du MS. Typ. 215 avec l’Albanie a très vite été confirmée puis développée grâce à la souscription qui se trouve à la fin du quatrième évangile puisque celle-ci avait déjà été relevée par Pierre Batiffol au printemps 1885, puis éditée en 1887[2]. Elle fut ensuite à nouveau éditée par Ἄνθιμος Ἀλεξούδης, Métropolite de cette ville albanaise, en 1898 puis en 1901. Les publications de l’érudit albanais témoignent avec évidence de sa connaissance du manuscrit puisque l’une des planches qu’il reproduit en 1898 dans son catalogue est bien celle que nous lisons aujourd’hui à la fin du texte johannique (πίναξ Θ´ n°19)[3]. Inattention de la part du Métropolite ou erreur de mise en page, les deux autres planches (πίναξ Η´ n°17-18), associées elles aussi à la description de ce manuscrit, ne se trouvent pas dans le codex ainsi que cela a été montré en 2000[4]. Notre examen in situ confirme les études précédentes mais, curieusement, dans aucune des études modernes publiées il n’est fait mention de l’absence totale de foliotation dans ce manuscrit, ce qui gêne considérablement la description et favorise la confusion, notamment dans l’analyse textuelle: soumise aux conservateurs lors de notre visite en novembre 2017, cette interrogation n’a pas trouvé de réponse.

Philip Hofer, premier conservateur du Department of Printing and Graphic Arts de la Houghton Library, avait acquis en 1954 le manuscrit MS. Typ. 215 auprès de l’antiquaire new-yorkais Hans Peter Kraus. Le manuscrit était alors accompagné de ces trois folios « arrachés », représentant chacun sur un fond d’or l’un des trois évangélistes: Matthieu, Marc, et Jean; c’est donc ce troisième folio que Philip Hofer offrit à Mildred et Robert Woods Bliss, cofondateurs de Dumbarton Oaks, et qui fut donc exposé en 1980 à Washington. Les deux autres folios (portraits des évangélistes Matthieu et Marc), sont aujourd’hui encore classés sous la même cote que notre manuscrit mais dans des dossiers séparés.

Harvard College Library, Houghton Library, MS. Typ. 215, portrait de l’évangéliste Marc (folder 1).

 

Comme l’ont souligné les études antérieures, les portraits de ces trois évangélistes posent problème car dans le manuscrit MS. Typ. 215 le verso de chaque folio qui se trouve en regard du début du texte de chaque évangile – toujours sur un recto – est blanc: ce verso était donc naturellement destiné à porter le portrait de l’évangéliste correspondant. Ces portraits ne furent jamais exécutés mais on écrivit à la place des épigrammes en lettres majuscules qui furent ensuite gommées et sur lesquelles on esquissa (a posteriori ?) les silhouettes des évangélistes.

Harvard College Library, Houghton Library, MS. Typ. 215, verso précédant le début de l’évangile de Jean (folios non numérotés).

Les études récentes, souvent plus orientées vers l’iconographie que vers la philologie, supposent que les luxueux portraits des évangélistes furent ensuite insérés dans le manuscrit, entre le verso laissé blanc lors de la copie et le début du texte évangélique, puis « arrachés ». À l’énigme posée par ces folios, leur histoire et leur destinataire, vient s’ajouter notre ignorance du parcours de ce manuscrit: comment – alors que nous avons la certitude qu’il se trouvait dans la ville albanaise de Bérat en avril 1885 – est-il arrivé aux États-Unis? Par ailleurs, son texte, et la position de celui-ci au sein de la critique textuelle du Nouveau Testament grec, reste à étudier.

Harvard College Library, Houghton Library MS. Gr. 1, f. 250 recto.

Le second manuscrit, le MS. Gr. 1, pose une autre énigme. Sa relation avec l’Albanie ne tient qu’à l’assertion de Caspar René Gregory qui le considère comme provenant « aus Albanien », ainsi qu’il l’écrit en 1909 dans son ouvrage Textkritik des Neuen Testamentes (p. 210). Ni les études précédentes, ni notre propre examen du manuscrit n’ont pu confirmer cette origine. Sur une feuille volante en papier, insérée dans le manuscrit mais d’un format plus petit que celui-ci, sont décrites avec précision les différentes parties du codex. Nul doute qu’il s’agisse d’une description de la main même de Gregory puisque nous connaissons son écriture par sa correspondance privée dont une partie se trouve aux Archives du Séminaire Saint-Sulpice, à Paris. Sur cette feuille volante, datée du 26 mai 1889, l’érudit a bien noté aussi: « olim in Albania ». Gregory, qui était le possesseur de ce manuscrit et qui le vendit ensuite à la Houghton Library, connaissait-il avec exactitude la provenance de ce manuscrit ou fit-il simplement confiance à celui qui lui vendit le codex?

Harvard College Library, Houghton Library MS. Gr. 1, feuille volante insérée dans le manuscrit.

Au-delà des questions iconographiques, le dossier de ces deux manuscrits américains reste largement ouvert, notamment d’un point de vue historique et philologique. Leur lien avec les Balkans, supposé ou véritable, mérite dans tous les cas une considération plus approfondie dans le dossier complexe des manuscrits dispersés d’Albanie.

Luc Brogly, correspondant scientifique à l’IRHT
Didier Lafleur, IRHT-Section grecque

 

 

  [1]  Voir Nadezdha Kavrus-Hoffman, Manuscripta: 54:1, p. 69-81 et 55:1, p. 35-45.

  [2]  Les manuscrits grecs de Bérat, p. 442-443.

  [3]  Κατάλογος τῶν ἐν ταῖς ἱεραῖς ἐκκλησίαις τῆς συνοικίας Κάστρου, πόλεως Βερατίου τῆς Μητροπόλεως Βελεγράδων…, p. 360-362.

  [4]  Duffy-Angelov, « Observations on a Byzantine Manuscript in Harvard College Library », Harvard Studies in Classical Philology 100.