Tous les articles par Matthieu Cassin

Chargé de recherche à la section grecque et de l’Orient chrétien de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS, UPR 841).

Bibliotheca hagiographica graeca manuscripta (BHGms)

Le projet Bibliotheca hagiographica graeca manuscripta (BHGms) est aujourd’hui achevé. Porté par la Société des Bollandistes et l’Institut de recherche et d’histoire des textes, il a permis, grâce au soutien du Laboratoire d’excellence Resmed, de l’Equipex Biblissima et de l’ERC ParaTexBib, la numérisation et la mise à disposition de la communauté scientifique de l’important fichier des manuscrits hagiographiques grecs de la Société des Bollandistes. L’intégralité en est maintenant disponible dans la base de données Pinakes.

Pinakes : notice d'Antonius ab. in Thebaide
Pinakes : notice d’Antonius ab. in Thebaide

Continuer la lecture de Bibliotheca hagiographica graeca manuscripta (BHGms)

ISMSN : pour des identifiants uniques et stables pour les manuscrits

Alors que plusieurs projets d’identifiants stables des manuscrits existent déjà pour des groupes de livres définis, par langue (par exemple pour le grec, Diktyon) ou par genre, par exemple pour les manuscrits musicaux, la possibilité de créer un identifiant unique pour tous les manuscrits, quels que soient la langue, le contenu et le lieu de conservation, a peu à peu émergée. Les différentes possibilités ont été longuement discutées lors de la journée Manuscript IDs organisée par l’IRHT et Biblissima en avril 2017, et l’IRHT a alors été mandaté pour préparer un premier prototype, tandis que Biblissima se voyait confier la tâche de réfléchir aux modalités pratiques d’agrégation des données autour de cet identifiant (on trouvera ici un relevé des conclusions de cette rencontre). Ce projet a été présenté lors du colloque CENSUS, dont on trouvera ici un résumé de la première et de la seconde journée.

Continuer la lecture de ISMSN : pour des identifiants uniques et stables pour les manuscrits

CENSUS. Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays, jour 2

Voici la suite du compte rendu du colloque CENSUS, Reccenser et identifier les manuscrits par langue et par pays. Vous trouverez dans un autre billet le compte rendu de la première journée.

Vendredi 13 octobre, le colloque a été accueilli à la Bibliothèque nationale de France, site François Mitterand, au Petit auditorium.

La séance du matin était consacrée aux recensements des manuscrits par langues, mais cette fois pour les langues vernaculaires.

Continuer la lecture de CENSUS. Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays, jour 2

CENSUS. Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays, jour 1

Les 12 et 13 octobre 2017 s’est tenu à Paris, à l’Institut de recherche et d’histoire des textes et à la Bibliothèque nationale de France, le colloque CENSUS, Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays. Il était organisé par François Bougard (IRHT), Matthieu Cassin (IRHT) et Amandine Postec (BnF). La rencontre visait à faire le point sur les entreprises de recensement de manuscrits médiévaux et modernes et les modalités de description des manuscrits dans ce cadre. Les approches retenues étaient pour l’essentiel des approches par langue ou par aire géographique. Enfin, le colloque a été pensé afin de confronter et de rapprocher les approches des chercheurs et des bibliothécaires, et d’envisager les moyens de mettre en relation de la manière la plus étroite possible les ressources scientifiques produites dans ces deux cadres. Continuer la lecture de CENSUS. Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays, jour 1

CENSUS, Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays

Les 12 et 13 octobre aura lieu à Paris un colloque consacré au recensement et à l’identification des manuscrits, par langue et par pays, dont voici  le programme :

Programme

Jeudi 12 octobre – Salle Jeanne-Vielliard, IRHT, Paris 16e

  • 9h15 – Accueil
  • 9h30 – Introduction : François Bougard et Matthieu Cassin (IRHT)

Recenser les manuscrits par langue : langues anciennes et médiévales

Présidence : François Bougard

  • 9h45 – M. Depauw (KU Leuven) : Trismegistos: cataloguing all ancient texts (BC 800 BC – AD 800)
  • 10h15 – M. Cassin (IRHT) : Pinakes (recenser et décrire les manuscrits grecs) et Diktyon (identifier les manuscrits grecs)

10h45 – Pause

Présidence : Brigitte Mondrain (SAPRAT, EPHE)

  • 11h – M. Rosenau (Akademie der Wissenschaften zu Göttingen) : Digital Coptic – DH Projects in Coptic Studies
  • 11h30 – A. Binggeli (IRHT) : E-ktobe : une base pour les manuscrits syriaques
  • 12h – J. Olszowy-Schlanger (SAPRAT, EPHE, IRHT) – Classer les manuscrits hébreux par leur aire de production : enjeux et problèmes méthodologiques

Continuer la lecture de CENSUS, Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays

Les numéros Diktyon dans le Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik

Il y a du nouveau pour les numéros Diktyon, identifiants uniques pour les manuscrits grecs. Déjà utilisés pour créer des liens automatiques ou univoques au sein de plusieurs projets, autour de la base de données Pinakes, par exemple avec les Commentaria in Aristotelem Graeca et Byzantina, ou encore avec la Database of Byzantine Book Epigrams, ils ont été insérés pour la première fois de manière systématique dans les articles du dernier numéro (66, 2016) du Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik. Continuer la lecture de Les numéros Diktyon dans le Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik

Greek Manuscripts in the British Library

La British Library organise le 19 septembre à Londres (Conference Centre, The British Library, 96 Euston Road, London) une journée de conférences et de discussions pour célébrer l’achèvement de la troisième phase de numérisation de l’ensemble de ses manuscrits grecs : Greek Manuscripts in the British Library. Le programme détaillé est disponible. La session de l’après-midi sera présidée par  André Binggeli, qui participera également à la table ronde finale, consacrée aux perspectives dans le domaine des numérisations de manuscrits et de catalogage. Continuer la lecture de Greek Manuscripts in the British Library

K. Chryssochoïdis, Changes in the formation of the Athonite libraries: Donations and reproductions (15th – 17th c.)

Thursday, October the 15th

16:45-17:30 Kriton Chryssochoïdis (National Hellenic Research Foundation, Athens)  Changes in the formation of the Athonite libraries:  Donations and reproductions (15th – 17th c.)

The paper aims at giving an outline of the libraries of Mount Athos during the three first post-Byzantine centuries, focusing on the changes taking place in them that are due mostly to two main factors: local book production and donations.

The priorities of the Athonites in the first century of Ottoman rule (15th c.) are mostly to ensure the survival of their monasteries, and this does not comprise the upkeep – let alone the increase – of their book collections. The sense of immobility and abandonment in the libraries of this era can be seen from the scarce and occasional local production of manuscripts.

The general recovery of Athonite monasticism from the beginning of the 16th century marks an essential change in the enrichment and maintenance of the libraries. An impressively large number of manuscripts is produced in almost all monasteries either as work by copyists-monks of the monastery, or by hired professional copyists. It is quite often that we come across the recovery and preservation of older timeworn manuscripts.

The enrichment of the libraries with donations of single manuscripts, but also with the donations of entire personal collections, is witnessed mostly from the beginning of the 16th century. A plethora of dedicatory and ownership notes on single books or on groups of books constitutes a highly interesting network of donors: patriarchs and bishops, in many cases former monks of a monastery, monks permanently or temporarily dwelling in the monastery for some time, even pilgrims or famous or humble laymen.

The donations make a contrasting difference in the image of the Athonite libraries, since they hold a great number of both luxurious Byzantine and lower quality manuscripts, which are as important none the less. The donated personal collections, in terms of content, do not necessarily cover the necessities of the monastic community, rather they reflect the personal interest and spiritual anxieties of their former owners.

P. Géhin, Scribes du milieu patriarcal au début du 17e siècle

Friday, October the 16th

10:00-10:45 Paul Géhin (IRHT-CNRS, Paris), Scribes du milieu patriarcal

À partir de quatre manuscrits copiés dans un laps de temps très court (1607-1611) à la Panaghia et à la Sainte-Trinité, nous examinerons l’activité livresque de trois personnalités aux profils bien différents, dont deux parviendront à l’épiscopat : le protosyncelle Gabriel Soumaroupa, le didascale Anthime et le didascale Hilarion Gradenigo. Nous verrons comment leur activité s’insère dans le contexte diplomatique et religieux contemporain et illustre les relations entre le patriarcat et les trois grands monastères de l’époque, la Panaghia et la Sainte-Trinité de Chalki et le Prodrome de Sozopolis.

A. Binggeli & P. Augustin, Usage et dispersion et de la collection de la Sainte Trinité

Friday, October the 16th

André Binggeli & Pierre Augustin (IRHT-CNRS, Paris), Usage et dispersion vers l’Europe des manuscrits de la Sainte-Trinité

La bibliothèque de la Sainte Trinité a suscité très tôt l’intérêt et la convoitise des voyageurs occidentaux : érudits bibliophiles, ou émissaires pour le compte de collectionneurs. Il s’agira d’abord de dresser un portrait de ces visiteurs venus à la Sainte Trinité ; quelles sont leurs motivations, quels textes et quels livres recherchent-ils ? On retrouve naturellement un intérêt récurrent pour les textes antiques ou les beaux livres, mais des érudits viennent y travailler aussi dans le cadre d’une entreprise éditoriale, par exemple Samuel Slade pour l’édition des œuvres de Chrysostome par Henry Savile au début du 17e siècle. D’autres sont explicitement là pour acheter des livres ; sur la riche collection rassemblée par Métrophane et ses successeurs, plus d’une cinquantaine de manuscrits se retrouvent aujourd’hui dispersés dans des bibliothèques occidentales. Grâce aux notes de possession portées sur les manuscrits, aux listes d’acquisition, à la correspondance des émissaires, il est possible de retracer plusieurs filières par lesquelles les manuscrits sont arrivés en France, en Angleterre, et ailleurs en Europe. En somme, l’histoire de la dispersion de la bibliothèque permet d’entrevoir la partie engloutie de l’iceberg. En quoi celle-ci change-t-elle l’image que nous avons aujourd’hui du fonds de la Sainte Trinité ?