Tous les articles par Matthieu Cassin

Chargé de recherche à la section grecque et de l'Orient chrétien de l'Institut de recherche et d'histoire des textes (CNRS, UPR 841).

ISMSN : pour des identifiants uniques et stables pour les manuscrits

Alors que plusieurs projets d’identifiants stables des manuscrits existent déjà pour des groupes de livres définis, par langue (par exemple pour le grec, Diktyon) ou par genre, par exemple pour les manuscrits musicaux, la possibilité de créer un identifiant unique pour tous les manuscrits, quels que soient la langue, le contenu et le lieu de conservation, a peu à peu émergée. Les différentes possibilités ont été longuement discutées lors de la journée Manuscript IDs organisée par l’IRHT et Biblissima en avril 2017, et l’IRHT a alors été mandaté pour préparer un premier prototype, tandis que Biblissima se voyait confier la tâche de réfléchir aux modalités pratiques d’agrégation des données autour de cet identifiant (on trouvera ici un relevé des conclusions de cette rencontre). Ce projet a été présenté lors du colloque CENSUS, dont on trouvera ici un résumé de la première et de la seconde journée.

L’utilité de tels identifiants n’est plus à démontrer. Ils permettent de lever toute ambiguïté sur le manuscrit ainsi désigné – alors que la cote, complexe et longue si on veut l’exprimer dans tous ses détails, laisse parfois ouvertes des possibilités de confusion, entre bibliothèques, entre cotes anciennes et nouvelles, entre numéros de catalogue et cote en usage dans la bibliothèque, par exemple. Ils permettent également de mettre en relation de manière simple les différentes ressources électroniques qui les utilisent, au niveau le plus évident qui est celui des manuscrits eux-mêmes. L’utilisation de tels identifiants numériques permet une mise en relation des bases de données, catalogues, bibliothèques numériques, mais aussi un moissonnage des ressources qui en offrent la possibilité (par exemple via un entrepôt OAI-PMH) ou leur interrogation directe via une API.

Un premier prototype a été développé par le pôle numérique de l’IRHT, en particulier par Henri Seng et Cyril Masset. Fondé sur une API afin de faciliter l’interaction avec l’ensemble des autres ressources électroniques, il propose également une interface de consultation publique. La structure en est très simple : les manuscrits sont identifiés par Pays, Ville, Dépôt, Fonds, Cote ; une interface de recherche simple ou complexe est disponible, ainsi qu’un champ de recherche par identifiant. La recherche est facilitée par l’intégration dans le référentiel des formes équivalentes en langues multiples et géonames qui a été rendue possible par le travail antérieur de plusieurs collaborateurs de l’IRHT. Le référentiel actuel dispose de l’ensemble des cotes en usage à l’IRHT, en particulier dans la base de données Medium et dans d’autres bases du laboratoire, en attendant d’être alimenté par l’ensemble des partenaires.

Les fiches fournissent l’identification du manuscrit, son numéro identifiant ISMSN, ainsi qu’une adresse ark. Elles proposent également des liens, qui pour le moment sont issus des bases de données utilisées, mais qui pourront ensuite être librement complétés par les bibliothèques et centres de recherche partenaires, mais également par le travail d’agrégation des ressources en ligne qui a été en particulier confié à Biblissima.

La fiche type présente également les formes alternatives de la cote, qui peuvent être caractérisées (cotes anciennes, cotes catalogues, etc.).

Maintenant, que faire ? Il est évident qu’un tel projet ne pourra se développer que grâce à un large cercle de partenaires, qui dépasse largement ceux qui étaient réunis en avril 2017 ou lors du colloque CENSUS (résumé du premier et du second jour). Il faut maintenant élargir ce premier cercle, le formaliser, et envisager ensemble le développement et la collaboration autour de ce projet. En particulier, les modalités d’alimentation, de vérification et de validation du référentiel doivent être définies de manière commune. En outre, le moissonnage automatisé des ressources électroniques qui utilisent l’identifiant doit être prévu et développé, en particulier par Biblissima.

Enfin, la réflexion doit également être poursuivie afin de traiter des cas limites ou complexes. Le choix a été fait, dans un premier temps, de s’en tenir aux cotes de manuscrit, et de procéder, pour les parties de manuscrits ou les déplacements de manuscrits, en reliant les différentes instances, solution qui a déjà été appliquée avec succès dans plusieurs bases de données (voir par exemple Pinakes, où ce procédé est appliqué tant pour les cotes anciennes que pour les parties de manuscrits). Il faudra bien évidemment discuter en détail de tous les cas limites, qui ne doivent cependant pas venir entraver le processus général.

 

 

CENSUS. Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays, jour 2

Voici la suite du compte rendu du colloque CENSUS, Reccenser et identifier les manuscrits par langue et par pays. Vous trouverez dans un autre billet le compte rendu de la première journée.

Vendredi 13 octobre, le colloque a été accueilli à la Bibliothèque nationale de France, site François Mitterand, au Petit auditorium.

La séance du matin était consacrée aux recensements des manuscrits par langues, mais cette fois pour les langues vernaculaires.

B. Busch (Universität Siegen) a présenté le Handscriftencensus, recensement des manuscrits en langue allemande du 8e au 15e siècle. Partant de la genèse de ce riche outil, qui recense plus de 20000 manuscrits et près de 6000 œuvres, N. Busch a montré comment le projet est parti d’un travail parallèle et secondaire de passionnés, et de la juxtaposition d’entreprises multiples, pour aboutir maintenant à un financement de longue durée qui permet enfin d’envisager des développements de plus grande ampleur et une mise à jour de l’outil informatique.

M.-L. Savoye (RHT) a présenté la base de données Jonas, consacrée aux traditions manuscrites littéraires françaises et occitanes. La base de données présente actuellement 18567 textes, 18678 manuscrits et 455 imprimés anciens ; elle contient également un très important dépouillement bibliographique pour les textes et les manuscrits. La base de données présente une certaine flexibilité dans les niveaux de description, qui vont du simple signalement du manuscrit jusqu’à une fiche complète de catalogue, y compris au niveau codicologique. La base est en outre utilisée comme un outil de travail et de constitution de corpus par la section romane de l’IRHT.

G. Avenoza (Universitat de Barcelona) a présenté le portail PhiloBiblon, qui couvre les livres et  textes en langues castillane, portugaise et catalane jusqu’au début du 16e siècle, tant manuscrits qu’imprimés. Il regroupe trois bases de données différentes : BETA = espagnol (et dialectes anciens : aragonais, léonais, etc.) ; BITECA = catalan ; BITAGAP = portugais, galicien et ancienne koinè galicio-portugaise. Cet ensemble fournit à la fois un recensement des livres manuscrits ou imprimés, mais aussi une description plus ou moins approfondie des manuscrits, allant pour certains jusqu’à une notice codicologique détaillée et complète. Cet ensemble de ressources est issu d’un processus long, commencé d’abord par des publications papier puis informatisés et enfin mis en ligne.

Sandro Bertelli (Universita degli studi di Ferrara) a présenté le projet I manoscritti della letteratura italiana delle origini, qui consiste en une série de catalogues, publiés uniquement en version papier, et qui décrit en détail les manuscrits écrits en vulgaire italien jusqu’au milieu du 14e siècle. Ont également été ajoutés au projet les simples ajouts textuels en italien dans des manuscrits latins ou en d’autres langues. Les premiers volumes parus concernent Florence, où sont rassemblés la plus grande part de ces livres.

A. Bouwman (Leiden, University Library) et B. Besamusca (Univeristeit Utrecht) ont présenté la Bibliotheca Neerlandica Manuscripta, qui rassemble les manuscrits contenant des textes écrits en moyen néerlandais.  Cette base de donnée a une longue histoire, depuis les travaux de W. de Vreese à la fin du 19e siècle, et s’appuie d’abord sur d’importantes archives papier. Elle contient actuellement la description ou le signalement de 16000 manuscrits, pour 63000 témoins (occurrence d’un texte dans un manuscrit), et 7000 entrées liées à une autorité de personne, de lieu ou d’institution. La base pourrait également inclure, à terme, tous les manuscrits qui ont un lien historique avéré avec la zone linguistique néerlandaise, c’est-à-dire les manuscrits français, allemands, etc. qui ont circulé dans la zone ou y ont été possédés. Se posent d’ailleurs des questions de délimitation linguistique avec le recensement des manuscrits en langue allemande. La nouvelle interface de recherche est construite à partir de facettes, qui permettent de filtrer progressivement les résultats de manière complexe.

A.-M. Turcan Verkerk (SAPRAT, EPHE, IRHT, Biblissima) et R. Robineau (Biblissima) ont présenté l’état d’avancement de l’EquipEx Biblissima, dont les réalisations entrent dans leur phase finale. Ce projet a permis d’une part le financement de nombreux projets de recherche, de numérisation et d’édition de sources liées à l’histoire des bibliothèques, mais aussi la mise en place d’outils électroniques divers (voir la Boîte à outils Biblissima). Enfin, le pool de développement Biblissima a construit, à partir d’exports des bases de données partenaire du projet, une interface de consultation centralisée des données, avec un important travail d’alignement des données issues des différents partenaires et de structuration unifié, appuyé pour la visualisation des images sur une utilisation importante du iiif (voir infra). Un tel projet présente un caractère à la fois pionnier et exploratoire, dans la mesure où il repose sur un travail effectué sur des exports figés de bases de données, catalogues et bibliothèques numériques existants.

C. Fabian(Bayerische Staatsbibliothek, München) a poursuivi et rassemblé les réflexions entamées depuis le début du colloque autour des questions soulevées par la mise en réseau des ressources et des images des manuscrits. Parcourant les différentes approches, catalogues, autorités, bibliothèques numériques, bases de données spécialisées, C. Fabian a souligne la nécessité de mettre en place rapidement des moyens simples pour permettre au chercheur et à tout utilisateur de naviguer aisément au sein des différentes ressources numériques consacrées aux manuscrits, et rappelé le consensus qui commence à émerger autour de la solution d’identifiants uniques pour les manuscrits.

M. Cassin (IRHT) et H. Seng (IRHT) ont ensuite présenté le projet ISMSN (International Standard Manuscript Number), issu de longues réflexions et, plus récemment, des décisions collectives prises lors de la journées Manuscript IDs (voir ici un relevé de conclusion). L’idée de départ, très simple, est d’attribuer à tous les livres manuscrits (en commençant par les manuscrits médiévaux et modernes) un identifiant numérique stable et non-significatif, qui puisse à la fois être cité dans les publications papier et utilisé comme outil de mise en lien sur la toile. Les manuscrits sont définis et identifiés par leur cote dans la bibliothèque de conservation et les identifiants sont attribués uniquement à ce niveau cote. L’IRHT, mandaté par les partenaires réunies lors de la journée du 26 avril, a donc développé un premier référentiel, structuré par pays, ville, dépôt, fonds et cote, permettant la recherche des manuscrits. Chaque fiche fournit, outre la cote retenue, le numéro identifiant ISMSN, une adresse ark, d’éventuelles formes équivalentes, des liens issus des bases de données, bibliothèques numériques, catalogues partenaires. La structure de l’ensemble est construite à partir d’une API, permettant l’interaction aisée avec de nombreuses ressources web. L’alimentation de ce référentiel, qui a pour le moment été effectuée par l’IRHT à partir de l’important réservoir de cotes qu’il a peu à peu constitué pour les différentes langues et pays, devra bien évidemment être décidée de manière concertée et appuyée sur les partenaires, bibliothèques ou groupements de bibliothèques, institutions de recherches, etc. Une nouvelle rencontre au printemps prochain permettra de progresser en ce sens. On trouvera dans ce billet, ISMSN, une présentation plus détaillée du projet et de son avancement.

Ch. Denoël (BnF) et F. Siri (BnF) ont présenté l’important programme de numérisation et de catalogage financé par la Fondation Polonsky et mené conjointement par la Bibliothèque nationale de France et la British Library. Consacré aux manuscrits de France et d’Angleterre, 700-1200, le projet prévoit la numérisation de 800 manuscrits (400 dans chacune des deux institutions), leur catalogage mais aussi leur utilisation dans le cadre d’une diffusion culturelle auprès du grand public. Ce projet est également l’occasion de restaurer plusieurs pièces de grande importance parmi les manuscrits retenus.

M. Bonicel (BnF) présente enfin la mise en place du protocole iiif (International Image Interoperability Framework) à la BnF, qui est progressivement intégré aux ressources numériques de la BnF, entre autres à l’occasion du projet financé par la fondation Polonsky. Ce protocole permet une portabilité des images et offre à l’utilisateur la possibilité de ne pas être contraint par le visualiseur utilisé sur le site d’origine. Une telle souplesse permet, grâce à l’utilisation d’un visualiseur compatible comme Mirador, de comparer aisément des images de provenance diverse et de constituer des collections ad hoc.

F. Bougard (IRHT) a conclut ces deux riches journées.

CENSUS. Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays, jour 1

Les 12 et 13 octobre 2017 s’est tenu à Paris, à l’Institut de recherche et d’histoire des textes et à la Bibliothèque nationale de France, le colloque CENSUS, Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays. Il était organisé par François Bougard (IRHT), Matthieu Cassin (IRHT) et Amandine Postec (BnF). La rencontre visait à faire le point sur les entreprises de recensement de manuscrits médiévaux et modernes et les modalités de description des manuscrits dans ce cadre. Les approches retenues étaient pour l’essentiel des approches par langue ou par aire géographique. Enfin, le colloque a été pensé afin de confronter et de rapprocher les approches des chercheurs et des bibliothécaires, et d’envisager les moyens de mettre en relation de la manière la plus étroite possible les ressources scientifiques produites dans ces deux cadres.

Dans la mesure où la plupart des outils de ce genre sont maintenant conçus sous forme électronique – même si nombre d’entre eux ont d’abord existé sous forme de fichiers papier ou d’archives manuscrites – la question des modalités de mise en lien des différentes ressources sur les manuscrits, des identifiants pérennes liés aux manuscrits, aux personnes, aux textes et aux lieux a été centrale dans bien des discussions du colloque. C’est l’un des points qui sera mis en avant dans ce compte rendu rapide. On notera en outre qu’un projet d’identifiants uniques et pérennes pour les manuscrits (ISMSN) a été présenté par l’équipe de l’IRHT.

On trouvera ci-dessous le compte rendu de la journée du jeudi. Le compte rendu de la journée de vendredi se trouve dans cet autre billet.

La matinée du jeudi a été consacrée aux recensement des manuscrits par langue pour les périodes anciennes et médiévales. M. Depauw (KU Leuven) a présenté d’abord un outil déjà extrêmement avancé : Trismegistos. D’abord consacré à l’Égypte, ce portail cherche maintenant à couvrir l’ensemble du monde ancien méditerranéen, de 800 avant notre ère à 800 de notre ère. Son cœur de métier concerne les papyrus et l’épigraphie, mais d’autres sources sont également prises en compte. Issu de publication papier sur la prosopographie de l’Égypte ptolémaïque, le portail rassemble maintenant différentes ressources, autour des papyrus, des personnes, des textes, etc. Trismegistos contient non les textes ou les images, mais des metadata uniquement. Le portail attribue des identifiants stables à chacune des entités traitées, et ces identifiants sont déjà largement utilisés au sein de la communauté scientifique concernée. On relèvera également une active politique de collaboration avec d’autres bases de données, mais aussi l’intégration massive des ressources fournies par d’autres bases de données, qui sont intégrées dans le portail et consultables à travers lui.

M. Cassin (IRHT) a présenté ensuite les ressources disponibles en matière de recensement des manuscrits grecs. Prenant la suite de répertoires des bibliothèques et des catalogues de manuscrits publiés en version papier, mais aussi d’un projet plus ancien d’index général des catalogues de manuscrits grecs, la base de données Pinakes, textes et manuscrits grecs fournit un recensement aussi exhaustif que possible des manuscrits grecs conservés dans le monde entier. Ce recensement est complété par des informations détaillées sur le contenu des livres, mais aussi sur leur histoire. La BDD est également le lieu d’un dépouillement bibliographique par manuscrit, mais aussi d’un recensement des ressources numériques (catalogues en ligne, numérisations, bibliographies, etc.), tant au niveau du manuscrit que des bibliothèques ou des textes. Cette base de données sert également de point d’appui au réseau Diktyon, Réseau numérique pour les manuscrits grecs, qui réunit plusieurs projets en cours en ce domaine. Le réseau fournit des identifiants uniques numériques pour chaque manuscrit grec (Diktyon id), qui sont utilisés dans les différentes bases du réseau et permettent des liens automatiques entre les différentes ressources.

M. Rosenau (Akademie der Wissenschaften zu Göttingen) a présenté l’état des ressources pour les manuscrits coptes – essentiellement pour les textes littéraires, puisque les textes documentaires bénéficient d’autres ressources. Malgré le caractère pionnier du Corpus dei manoscritti copti letterari de Tito Orlandi, les ressources en ligne en ce domaine ont peu évolué depuis, ou seulement sur des zones très limitées. La difficulté est grande, du fait du caractère extrêmement fragmenté des manuscrits coptes et de la nécessité de remembrer les codices dispersés. Le projet consacré à l’Ancien Testament sahidique, en cours à Göttingen, réalisé à l’aide des ressources de l’Institut de Münster pour le texte néo-testamentaire, ne couvre qu’une petite portion des manuscrits coptes, dans l’optique d’une édition électronique appuyée sur un recensement des manuscrits et fragments de ce texte.

A. Binggeli (IRHT) a présenté les ressources pour les manuscrits syriaques – y compris les manuscrits garshuni, où l’arabe est noté en caractères syriaques. Si des répertoires papier existent pour les manuscrits syriaques et leurs catalogues, aucune entreprise électronique n’embrasse encore la totalité des livres. Une entreprise qui mêle reprise des catalogues existants et étude directe des manuscrit, e-ktobe, a été mise en place en collaboration entre l’IRHT et Orient et Méditerranée ; il s’agit aujourd’hui d’un catalogue, en TEI, des manuscrits syriaques, qui rassemble déjà environ 500 cotes. Elle s’appuie sur le portail de référence pour les études syriaques, syriaca.org, qui fournit des référentiels et des identifiants pour les personnes, les lieux et les textes, et contribue également à son développement. Il faut également mentionner dans ce domaine le travail effectué par la Hill Museum and Manuscript Library, qui numérise des manuscrits en Orient et met les images en ligne, avec une description très sommaire.

J. Olszowy-Schlanger (SAPRAT, EPHE, IRHT) a présenté les ressources pour les manuscrits hébreux, ou plutôt en caractère hébraïques, car nombreux sont les livres en langues vernaculaires notées en caractères hébraïques. On relèvera en particulier la bibliothèque numérique des manuscrits mise en place par la Bibliothèque nationale d’Israël, Ktiv, ainsi que les nombreux projets autour des fragments de Geniza. C’est ensuite le projet Books within books, consacré au recensement et à la description des fragments de manuscrits hébreux dans les bibliothèques européennes. La base de donnée qui sert à ce projet est en particulier marquée par le choix de nombreux champs à texte libre, destinés à laisser libre court au catalogueur, rejetant l’harmonisation des données au niveau de la recherche plutôt qu’au niveau de la saisie des données.

L’après-midi a été consacré aux entreprises par pays. Robert Giel (Staatsb.zu Berlin – Preussischer Kulturbesitz, Handschriftenabteilung) a présenté les réflexions en cours pour mettre en place le successeur de Manuscripta Mediaevalia, sous la forme d’un nouveau portail consacré aux manuscrits conservés en Allemagne (Handschriftenportal), qui réunira images, métadonnées, catalogues, mais aussi liens vers d’autres ressources détaillées sur les manuscrits traités. La limitation chronologique à la période médiévale sera supprimée. L’ensemble est organisé autour du manuscrit considéré comme objet culturel, tandis que les différentes descriptions, images, etc. s’articulent autour de ce point central.

Ch. Flueler (Université de Fribourg) a ensuite présenté la bibliothèque numérique des manuscrits de Suisse, e-codices. Cette bibliothèque vise à rassembler l’ensemble des manuscrits de Suisse, ainsi qu’une sélection de manuscrits modernes. 1400 sont déjà en ligne, soit environ 20 % des collections. Ch. Flueler a également présenté les modalités de financement et d’organisation d’un tel projet à l’échelle d’un pays, en étroite articulation avec les bibliothèques et les bibliothécaires, mais aussi sous l’angle du financement et de la pérennisation.

Ch. Glassner (Österreichische Akademie der Wissenschaften) a présenté l’entreprise de recensement et de description des manuscrits médiévaux en Autriche, qui est également liée à un répertoire de filigranes et à un répertoire des manuscrits hébraïques. La physionomie des bibliothèques d’Autriche est très particulière, avec une importance fondamentale des bibliothèques conventuelles, à côté de la Bibliothèque nationale d’Autriche ; sur les 150 bibliothèques qui renferment des manuscrits, 60 sont conventuelles. La description des manuscrits s’appuie sur les catalogues antérieurs, mais aussi sur des entreprises de catalogage sur nouveaux frais, et est accompagnée autant que possible de numérisations des manuscrits. Le portail fournit, pour tous les manuscrits, un identifiant numérique unique non significatifs, et un sigle du manuscrit. Les auteurs sont normalisés en lien avec la Gemeinsame Normdatei.

Lisa Fagin Davis (Medieval Academy of America) a présenté la situation du recensement des manuscrits aux États-Unis d’Amérique, pays pour lequel elle vient de réaliser un nouveau Census, qui prend la suite de celui de Ricci et de son supplément. L’évolution des collections de manuscrits aux USA a été extrêmement forte, avec plus que le doublement des collections publiques conservant des manuscrits, et l’explosion du phénomène des single leaves, issues du démembrement de manuscrits. Très peu de ces collections sont cataloguées, et aucune entreprise centralisée n’existe ni pour le catalogage, ni pour les numérisations, même si plusieurs projets réunissent déjà un grand nombre de numérisations, comme Digital Scriptorium ou la Bibliotheca Philadelphiensis (voir une liste ici).

M. Maniaci (Università degli studi di Cassino) a présenté le projet MaGI (Manoscritti greci d’Italia). Conçu au départ pour fournir un recensement des manuscrits grecs d’Italie, accompagné de planches paléographiques pour chaque unité de production, voir pour chaque main, le projet s’est pour l’instant réorienté vers le catalogage détaillé ou la révision de catalogues existants pour les manuscrits d’un certain nombre de bibliothèques (249 notices sont déjà en ligne, plus du double en révision ou en préparation). Le projet a été réalisé dans le cadre de la Nuova Bibliotheca Manoscritta, prévue pour les manuscrits de la Vénétie. La complexité des structures et des tutelles italiennes a largement alourdi le projet et sa continuation.

L. Negrini (ICCU, Roma) a présenté les procédés de constitution de listes d’autorité et les règles de normalisation au sein de l’outil de catalogage unique pour les manuscrits d’Italie, ainsi que le portail Manusonline, qui recense les manuscrits des bibliothèques italiennes.

A. Postec (BnF), C. Poiret (CCFr, BnF) et P. Latour (Calames, Bibl. Mazarine) ont présenté trois outils et portails de catalogage des manuscrits des collections publiques de France, Archives et manuscrits pour la BnF, la partie manuscrit du CCFr, qui permet aussi l’interrogation des autres ressources, et Calames, pour les bibliothèques de l’enseignement supérieur. Les trois bibliothécaires ont présenté les modalités du catalogage en EAD dans ces trois cadres, les outils de normalisation et d’autorité (en particulier idRef et les autorités BnF), ainsi que les perspectives d’évolution. Cette présentation très stimulante a permis aux chercheurs de mieux comprendre les modalités du travail et les outils employés par les bibliothécaires dans le cadre français.

CENSUS, Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays

Les 12 et 13 octobre aura lieu à Paris un colloque consacré au recensement et à l’identification des manuscrits, par langue et par pays, dont voici  le programme :

Programme

Jeudi 12 octobre – Salle Jeanne-Vielliard, IRHT, Paris 16e

  • 9h15 – Accueil
  • 9h30 – Introduction : François Bougard et Matthieu Cassin (IRHT)

Recenser les manuscrits par langue : langues anciennes et médiévales

Présidence : François Bougard

  • 9h45 – M. Depauw (KU Leuven) : Trismegistos: cataloguing all ancient texts (BC 800 BC – AD 800)
  • 10h15 – M. Cassin (IRHT) : Pinakes (recenser et décrire les manuscrits grecs) et Diktyon (identifier les manuscrits grecs)

10h45 – Pause

Présidence : Brigitte Mondrain (SAPRAT, EPHE)

  • 11h – M. Rosenau (Akademie der Wissenschaften zu Göttingen) : Digital Coptic – DH Projects in Coptic Studies
  • 11h30 – A. Binggeli (IRHT) : E-ktobe : une base pour les manuscrits syriaques
  • 12h – J. Olszowy-Schlanger (SAPRAT, EPHE, IRHT) – Classer les manuscrits hébreux par leur aire de production : enjeux et problèmes méthodologiques

Recenser les manuscrits par pays

Présidence : Claudia Fabian

  • 14h – R. Giel (Berlin, Staatsbibl. zu Berlin – Preussischer Kulturbesitz, Handschriftenabteilung) : Cultural objects and descriptions. Towards a new German Manuscript Portal
  • 14h30 – Ch. Flueler (Université de Fribourg) : Local – National – Global : How e-codices has made a national manuscript portal in Switzerland
  • 15h – Ch. Glassner (Österreichische Akademie der Wissenschaften) : manuscripta.at – Manuscrits médiévaux en Autriche
  • 15h30 – L. Fagin Davis (Medieval Academy of America) : Medieval and Renaissance Manuscripts in North America : Identification, Digitization, and Discoverability

16h – Pause

Présidence – Pierre-Jean Riamond (Ministère de la Culture)

  • 16h20 – M. Maniaci (Università degli studi di Cassino) : Documentare i manoscritti greci d’Italia : riflessioni in margine ad un lavoro in corso
  • 16h50 – L. Negrini (ICCU, Roma) : Nuovi strumenti per la catalogazione in ManusOnLine: le Linee Guida per l’Authority File e la tastiera virtuale
  • 17h20 – A. Postec (BnF), C. Poiret (CCFr), P. Latour (Calames) : Recenser et décrire les manuscrits des bibliothèques publiques de France : les catalogues en ligne

Vendredi 13 octobre – Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e

  • 9h30 – Accueil et Introduction : Isabelle le Masne de Chermont (BnF)

Recenser les manuscrits par langue : langues modernes

Présidence : Isabelle le Masne de Chermont

  • 9h45 – N. Busch (Universität Siegen) : Handschriftencensus. Medieval German Manuscripts
  • 10h15 – M.-L. Savoye (IRHT) : Les deux visages de Jonas : répertoire « exhaustif » des manuscrits contenant du français ou de l’occitan et outils d’analyse de corpus de recherche

10h45 – Pause

Présidence : Marie-Laure Savoye

  • 11h – G. Avenoza (Universitat de Barcelona) : Philobiblon (péninsule Ibérique : espagnol, catalan, galicien et portugais)
  • 11h30 – S. Bertelli (Università degli studi di Ferrara) : Les manuscrits de la littérature italienne des origines : une mise à jour
  • 12h – A. Bouwman (University Library, Leiden) et B. Besamusca (Universiteit Utrecht) : The Past, Present and Future of the Bibliotheca Neerlandica Manuscripta (BNM)

Ressources transversales et projets en cours

Présidence : Charlotte Denoël

  • 14h – B. Giffard (IRHT, Biblissima), A.-M. Turcan (SAPRAT, EPHE, Biblissima) : Biblissima
  • 14h30 – C. Fabian (Bayerische Staatsbibliothek, München) : Les manuscrits en réseau – réinvention, réorganisation et visibilité dans un nouvel écosystème
  • 15h – M. Cassin et H. Seng (IRHT) : Pour des identifiants uniques des manuscrits (ISMSN) : présentation d’un projet en cours

15h30 – Pause

Présidence : Anne-Marie Turcan

  • 16h – Ch. Denoël et F. Siri (BnF) : Le programme Polonsky (BnF-British Library) : aspects scientifiques et interopérabilité des métadonnées
  • 16h30 – M. Bonicel (BnF) – L’innovation au service du partage des données : IIIF à la BnF
  • 17h – Conclusions

Télécharger le programme en pdf.

Les numéros Diktyon dans le Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik

Il y a du nouveau pour les numéros Diktyon, identifiants uniques pour les manuscrits grecs. Déjà utilisés pour créer des liens automatiques ou univoques au sein de plusieurs projets, autour de la base de données Pinakes, par exemple avec les Commentaria in Aristotelem Graeca et Byzantina, ou encore avec la Database of Byzantine Book Epigrams, ils ont été insérés pour la première fois de manière systématique dans les articles du dernier numéro (66, 2016) du Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik. Une telle solution, relativement économique (elle n’ajoute que Diktyon plus cinq chiffres à la première occurrence du manuscrit ; exemple : Diktyon 47363, pour le manuscrit Oxford, Bodleian Library, Barocci 76), permet de lever toute ambiguïté sur la cote – alors même que, dans l’exemple cité, la cote a été donnée sous sa forme latine réduite (Baroccianus graecus 76). Une consultation rapide de la base de données Pinakes, via le champ de recherche Diktyon disponible en haut de la page d’accueil, permet d’afficher la fiche du manuscrit, où le lecteur trouvera non seulement une description de son contenu, mais des informations sur les possesseurs et copistes, de la bibliographie (y compris l’article paru dans le dernier volume JÖB), ainsi que des liens, par exemple vers la numérisation du manuscrit.

L’usage de ces numéros, dont nous encourageons fortement la diffusion, permet donc de faciliter le travail des lecteurs, de ceux qui alimentent la bibliographie, et offrent également une visibilité accrue et rapide aux publications qui les utilisent. Nous remercions vivement l’équipe du Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik pour cette heureuse initiative, que d’autres revues auront à coeur de suivre, nous l’espérons.

Greek Manuscripts in the British Library

La British Library organise le 19 septembre à Londres (Conference Centre, The British Library, 96 Euston Road, London) une journée de conférences et de discussions pour célébrer l’achèvement de la troisième phase de numérisation de l’ensemble de ses manuscrits grecs : Greek Manuscripts in the British Library. Le programme détaillé est disponible. La session de l’après-midi sera présidée par  André Binggeli, qui participera également à la table ronde finale, consacrée aux perspectives dans le domaine des numérisations de manuscrits et de catalogage.

Saluons également l’arrivée comme « curator of Ancient and Medieval Manuscripts » à la British Library de notre collègue  Peter Toth, organisateur de cette journée.

Ce sera également l’occasion de reparler du réseau Diktyon, dont le nouveau site internet vient d’être mis en ligne : ce réseau rassemble une douzaine de partenaires et autant de bases de données ou de projets électroniques qui s’occupent de manuscrits grecs, afin de mettre en lien ces ressources de manière stable et transparente pour l’utilisateur.

BL_Greek-manuscripts-eflyer

K. Chryssochoïdis, Changes in the formation of the Athonite libraries: Donations and reproductions (15th – 17th c.)

Thursday, October the 15th

16:45-17:30 Kriton Chryssochoïdis (National Hellenic Research Foundation, Athens)  Changes in the formation of the Athonite libraries:  Donations and reproductions (15th – 17th c.)

The paper aims at giving an outline of the libraries of Mount Athos during the three first post-Byzantine centuries, focusing on the changes taking place in them that are due mostly to two main factors: local book production and donations.

The priorities of the Athonites in the first century of Ottoman rule (15th c.) are mostly to ensure the survival of their monasteries, and this does not comprise the upkeep – let alone the increase – of their book collections. The sense of immobility and abandonment in the libraries of this era can be seen from the scarce and occasional local production of manuscripts.

The general recovery of Athonite monasticism from the beginning of the 16th century marks an essential change in the enrichment and maintenance of the libraries. An impressively large number of manuscripts is produced in almost all monasteries either as work by copyists-monks of the monastery, or by hired professional copyists. It is quite often that we come across the recovery and preservation of older timeworn manuscripts.

The enrichment of the libraries with donations of single manuscripts, but also with the donations of entire personal collections, is witnessed mostly from the beginning of the 16th century. A plethora of dedicatory and ownership notes on single books or on groups of books constitutes a highly interesting network of donors: patriarchs and bishops, in many cases former monks of a monastery, monks permanently or temporarily dwelling in the monastery for some time, even pilgrims or famous or humble laymen.

The donations make a contrasting difference in the image of the Athonite libraries, since they hold a great number of both luxurious Byzantine and lower quality manuscripts, which are as important none the less. The donated personal collections, in terms of content, do not necessarily cover the necessities of the monastic community, rather they reflect the personal interest and spiritual anxieties of their former owners.

P. Géhin, Scribes du milieu patriarcal au début du 17e siècle

Friday, October the 16th

10:00-10:45 Paul Géhin (IRHT-CNRS, Paris), Scribes du milieu patriarcal

À partir de quatre manuscrits copiés dans un laps de temps très court (1607-1611) à la Panaghia et à la Sainte-Trinité, nous examinerons l’activité livresque de trois personnalités aux profils bien différents, dont deux parviendront à l’épiscopat : le protosyncelle Gabriel Soumaroupa, le didascale Anthime et le didascale Hilarion Gradenigo. Nous verrons comment leur activité s’insère dans le contexte diplomatique et religieux contemporain et illustre les relations entre le patriarcat et les trois grands monastères de l’époque, la Panaghia et la Sainte-Trinité de Chalki et le Prodrome de Sozopolis.

A. Binggeli & P. Augustin, Usage et dispersion et de la collection de la Sainte Trinité

Friday, October the 16th

André Binggeli & Pierre Augustin (IRHT-CNRS, Paris), Usage et dispersion vers l’Europe des manuscrits de la Sainte-Trinité

La bibliothèque de la Sainte Trinité a suscité très tôt l’intérêt et la convoitise des voyageurs occidentaux : érudits bibliophiles, ou émissaires pour le compte de collectionneurs. Il s’agira d’abord de dresser un portrait de ces visiteurs venus à la Sainte Trinité ; quelles sont leurs motivations, quels textes et quels livres recherchent-ils ? On retrouve naturellement un intérêt récurrent pour les textes antiques ou les beaux livres, mais des érudits viennent y travailler aussi dans le cadre d’une entreprise éditoriale, par exemple Samuel Slade pour l’édition des œuvres de Chrysostome par Henry Savile au début du 17e siècle. D’autres sont explicitement là pour acheter des livres ; sur la riche collection rassemblée par Métrophane et ses successeurs, plus d’une cinquantaine de manuscrits se retrouvent aujourd’hui dispersés dans des bibliothèques occidentales. Grâce aux notes de possession portées sur les manuscrits, aux listes d’acquisition, à la correspondance des émissaires, il est possible de retracer plusieurs filières par lesquelles les manuscrits sont arrivés en France, en Angleterre, et ailleurs en Europe. En somme, l’histoire de la dispersion de la bibliothèque permet d’entrevoir la partie engloutie de l’iceberg. En quoi celle-ci change-t-elle l’image que nous avons aujourd’hui du fonds de la Sainte Trinité ?

Ch. Gastgeber, Ogier Ghislain de Busbecq et ses manuscrits grecs du patriarcat de Constantinople (Bibliothèque Nationale d’Autriche, Vienne)

Friday, October the 16th

11:15-12:00 Christian Gastgeber (Austrian Academy of Sciences, Vienna), Ogier Ghislain de Busbecq et ses manuscrits grecs du Patriarcat de Constantinople

Le fonds grec des manuscrits de la Bibliothèque Nationale d’Autriche se base fondamentalement sur deux collections du 16e siècle : celle de l’humaniste et philologue Jean Sambucus, et celle de l’ambassadeur habsburgeois Ogier Ghislain de Busbecq qui a utilisé ses séjours diplomatiques à Constantinople pour collectionner tous les manuscrits dont il pouvait s’emparer ; entre ces manuscrits se trouvait par exemple le fameux Disocoride de Vienne. Dans quelques manuscrits de la collection de cette Bibliothèque Nationale, on peut bien reconnaître la provenance directe du patriarcat de Constantinople, ce qui documente d’une part l’existence d’un fonds, dont on pourrait encore se servir pour trouver des manuscrits « nouveaux » (c’est-à-dire des textes qu’on ne connaissait pas encore dans l’ouest, ou déjà connus, mais transmettant peut-être une version meilleure), et d’autre part, que le focus des « chasseurs de manuscrits » est passé des textes classiques et patristiques seuls à toutes sortes de textes grecques, théologiques autant qu’historiques, anciens autant que modernes. Pendant cette nouvelle phase de la quête des manuscrits grecs dans la patrie de cette langue, on recherchait tout texte grec, de préférence non vernaculaire (c’est une autre phase en ce même siècle, qui provient d’Allemagne et de Martin Crusius).

La conférence est consacrée à ce fonds Viennois avec des acquisitions du patriarcat de Constantinople, qui fait aujourd’hui partie d’une nouvelle catégorisation thématique effectuée après l’acquisition de ces manuscrits à la bibliothèque impériale de Vienne ; les seuls indices pour la provenance de Busbecq sont les notes dans ces manuscrits concernant son acquisition à Constantinople.