Tous les articles par Didier Lafleur

Les manuscrits grecs du Fonds 488 des Archives nationales d’Albanie (Arkivi Qëndror i Shtetit), à Tirana

Arkivi Qëndror i Shtetit, TiranëLe Fonds 488 des Archives nationales, à Tirana1, a été crée dans les années 1980 pour réunir et préserver en seul lieu les documents manuscrits latins, arabes et grecs identifiés sur le territoire national albanais. Pour beaucoup, l’histoire plus que deux fois millénaire de ce petit état méditerranéen ne survit en Europe occidentale que par son passé très proche : après une longue occupation ottomane et une courte période démocratique au tout début du 20ème siècle, l’Albanie conjugue sa destinée avec celle du roi Zog 1er. En 1939, le pays est envahi par l’Italie et de 1944 à 1985 sévit la dictature implacable d’Enver Hoxha. Nouant d’abord des liens étroits et exclusifs avec l’URSS jusqu’en 1960, Enver Hoxha se tourne ensuite vers la République populaire de Chine, puis tombe enfin dans un isolationnisme intransigeant, revendiqué comme identité nationale. Sa mort, en avril 1985, permet aux Albanais de se réapproprier une histoire qui puise aux sources mêmes d’une Europe qui se construit autour d’eux, mais sans eux. Connue dès l’Antiquité et célébrée par les auteurs latins et grecs, à la croisée des routes qui menaient de Venise à Constantinople, l’Albanie n’est, à la fin du 20e siècle, que l’ombre d’un pays sans passé.

C’est cependant cette tradition culturelle multiséculaire que quelques hommes courageux vont tenter de préserver à tout prix. L’un d’entre eux, Teofan Popa, archiviste et paléographe, sera l’un des premiers à recueillir les principales informations sur les documents alors épargnés. Ses descriptions dactylographiées de manuscrits grecs accompagnent encore aujourd’hui les manuscrits du Fonds 488 et ont été publiées en albanais, en 2003, dans le volume Kodikët e Shqipërisë (Drejtoria e Përgjithshme e Arkivave, Tiranë). Comme tant d’autres citoyens albanais ayant refusé de renier leur religion, Popa passera plusieurs années dans les camps de travaux forcés.

L’histoire des manuscrits grecs en Albanie avait pourtant bien commencé. Dès 1885, Pierre Batiffol, élève de Louis Duchesne, publie un brillant article sur un manuscrit grec écrit en lettres d’argent sur parchemin pourpre2. Louis Duchesne, qui avait été averti par son ami Sakkelion d’une publication confidentielle d’Anthimos Alexoudis, alors évêque de la ville de Berat, en Albanie, presse son élève Pierre Batiffol de se rendre sur place afin de décrire les manuscrits anciens mentionnés dans l’ouvrage du métropolite3. De retour en France, Pierre Batiffol publiera le récit de son périple, la description sommaire de certains manuscrits qu’il a pu consulter à Berat, mais surtout l’intégralité du texte du manuscrit pourpre, connu désormais comme le codex Beratinus 14. Le manuscrit entre dans la nomenclature de Caspar René Gregory en 1908 sous le sigle Φ.043, et demeure à ce jour un témoin de premier ordre pour la critique textuelle néotestamentaire. Mais après Batiffol plus personne ne verra le manuscrit.

Arkivi Qëndror i Shtetit, Tiranë, Salle de lectureDans les années qui suivent, l’histoire des manuscrits grecs en Albanie se concentre presque exclusivement sur les manuscrits conservés à Berat par le métropolite Alexoudis. À l’exception de sa description de trois tetraévangiles conservés à Vlora5, Alexoudis publie en 1898 un « Κατάλογος τῶν ἐν ταῖς ἱεραῖς ἐκκλησίαις τῆς συνοικίας Κάστρου, πόλεως Βερατίου τῆς Μητροπόλεως Βελεγράδων »6, puis en en 1900-1901 un autre descriptif de ces mêmes manuscrits, quelquefois plus détaillé, quelquefois plus sommaire7. Mais après ces dernières publications, plus personne n’aura accès à ces manuscrits : une longue et lente période de ténèbres qui durera près de soixante-dix ans.

L’ouverture de l’Albanie au monde occidental, à la fin des années 1980, permet à la communauté scientifique de redécouvrir un patrimoine longtemps oublié. Le Fonds 488, d’une valeur inestimable, abrite aujourd’hui une centaine de manuscrits grecs dont deux manuscrits pourpres, retenus par l’UNESCO comme « Mémoire du monde » : l’un écrit en lettres d’argent, le Beratinus 1, daté du 6e siècle, l’autre en lettres d’or, le Beratinus 2, daté du 10e siècle. Le projet de recherche qui s’ouvre aujourd’hui conjugue à la fois le catalogage des manuscrits grecs du Nouveau Testament et la critique textuelle néotestamentaire.

Didier Lafleur (IRHT, section grecque et de l’Orient chrétien, CNRS)

Arkivi Qëndror i Shtetit, Tiranë, Chambre forte

  1. http://www.albarchive.gov.al/cms/front_content.php?idcat=192 []
  2. « Evangeliorum codex graecus purpureus Beratinus Φ », Mélanges d’archéologie et d’histoire 5, p. 358-376. []
  3. Σύντομος Ἱστορικὴ Περιγραφὴ τῆς Ἱερᾶς Μητροπόλεως Βελεγράδων, Corfou, 1868. []
  4. « Les manuscrits grecs de Bérat d’Albanie et le codex Purpureus Φ », Archives des missions scientifiques et littéraires, 3e série, t. XIII, Paris, Imprimerie nationale, 1887, p. 437-556. []
  5. « Περιγραφὴ τριών εὐαγγελίων », Ὁ ἐν Κωνσταντινουπόλει Ἑλληνικὸς Φιλολογικὸς Σύλλογος. Ἀρχαιολογικὸν Δελτίον, 1896, p. 114-117. []
  6. Δελτίον τῆς Ἱστορικῆς καὶ Ἐθνολογικῆς Ἑταιρείας τῆς Ἑλλάδος 5, 1898, p. 352-369. []
  7. « Κώδικες ἐπαρχίας Βελεγράδων », Ἐκκλησιαστικὴ ᾿Αλήθεια 20-21, 1900-1901. []