Medica Ambrosiana : retour d’une mission à Milan

Séance du 7 décembre 2023 du séminaire Manuscrits en Méditerranée, par Thibault Miguet (UPEC, LIS – IRHT).

La Bibliothèque Ambrosienne de Milan abrite un fonds de manuscrits grecs riche, mais qui reste pour une bonne part à exploiter. Cela peut s’expliquer en partie par le fait que la bibliothèque n’a pas eu une politique de mise en ligne systématique de ses manuscrits et/ou microfilms comme d’autres (par exemple la BnF ou la Vaticane), même si cela est en train de changer (plusieurs manuscrits numérisés sont en effet disponibles sur la plateforme de la bibliothèque depuis quelques mois).

Ainsi, il vaut la peine de se rendre in situ à la bibliothèque, où en outre les conditions de travail sont optimales. C’est que nous avons fait en juin dernier dans le cadre d’une mission scientifique d’une semaine dont le but était d’examiner 20 manuscrits médicaux grecs méconnus ou qui méritaient un examen autoptique.

L’exposé aura d’abord pour tâche première d’exposer la méthodologie qui nous a amené à choisir ces 20 manuscrits plutôt que d’autres.

Ensuite, il s’agira bien sûr d’exposer quelques résultats scientifiques de cette mission, qui seront regroupés en trois parties : une première, centrée autour de la circulation de la médecine grecque et byzantine à l’époque paléologue, qui passera en revue des manuscrits de contenu classique ou byzantins méconnus et qui méritent, selon nous, qu’on s’y arrête. Dans certains d’entre eux, il est possible de retrouver la main de tel ou tel copiste de manuscrits médicaux connu par ailleurs, ou des extraits de la version grecque Viatique du voyageur d’Ibn al-Ǧazzār (Xe s.) – objet de notre thèse de doctorat – qui avaient jusqu’à alors échappé à notre attention.

Dans un deuxième temps, nous présenterons la figure de l’humaniste Girolamo Mercuriale (1530-1606) et ses manuscrits, dont une partie au moins s’est retrouvée à la Bibliothèque Ambrosienne. Nous tâcherons de dessiner les grandes lignes de l’activité de cet humaniste à travers plusieurs manuscrits d’intérêt copiés ou annotés par lui.

Enfin, nous présenterons quelques manuscrits qui trahissent une production ou une circulation dans diverses aires culturelles (latine et arabe principalement) : il s’agit de manuscrits comportant soit des notes en arabe, soit des notes en latin (pour ces dernières, isolées ou abondantes). Ces éléments partiellement inédits présentés lors du séminaire constitueront de nouvelles pièces à verser au dossier passionnant de la transmission de la médecine grecque en Méditerranée et dans ses différentes aires culturelles.



Citer ce billet
Thibault Miguet (2023, 27 novembre). Medica Ambrosiana : retour d’une mission à Milan. Manuscrits en Méditerranée. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r8ch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.