Sur la tradition manuscrite des diagrammes dans les traités musicaux grecs et latins

Séance du 16 novembre 2023 du séminaire Manuscrits en Méditerranée, par Anne Weddigen (Labex HASTEC, SAPRAT).

Les traités de théorie musicale ne sont pas tous transmis accompagnés de figures, loin s’en faut. Est-ce à dire que les textes en étaient dépourvus dès l’origine, ou qu’elles se sont perdues ? Inversement, quand les figures sont transmises dans les manuscrits, quel lien entretiennent-elles avec la genèse puis avec la transmission du texte qu’elles accompagnent ? 

Sans surprise, on constate que les textes musicaux transmis avec des figures sont ceux qui s’inscrivent dans une tradition où l’étude de théorie harmonique appartient aux mathématiques (de fait, aucun texte mathématique grec conservé n’est dépourvu de figures). Dans certains cas, les figures se sont presque irrémédiablement perdues au cours de la transmission, comme dans le traité d’Aristide Quintilien. Quand les figures se sont maintenues, leur statut n’est pas toujours facile à déterminer :

–       Sont-elles prévues par l’auteur au cours de la rédaction ?

–       Si oui, quel degré de conformité la figure conservée a-t-elle avec le tracé original ?

–      Comment reconnaître des figures restituées au cours de la transmission du texte par des érudits désireux de compléter des lacunes évidentes ? Quelle valeur leur accorder dans le cadre d’une édition ?

Le traité des Harmoniques de Claude Ptolémée est l’un des traités les plus foisonnants en figures, auxquelles le texte fait d’ailleurs explicitement référence. Notre témoin le plus ancien est le Marc. app. VI. 10 du XIIe siècle – 1000 ans le séparent donc de la rédaction du traité. Il est remarquablement lacunaire. Les témoins conservés du siècle suivant en revanche présentent un grand nombre de figures, dont le Pal. Gr. 95, classé pour l’instant comme un apographe directe du précédent. Je m’appuierai principalement sur le corpus des témoins du XIIIe et début du XIVe siècle pour présenter la manière dont les figures s’articulent avec le texte, puis pour discuter quelques exemples de l’apport de l’étude spécifique des diagrammes dans le cadre de cette transmission manuscrite.



Citer ce billet
Matthieu Cassin (2023, 27 octobre). Sur la tradition manuscrite des diagrammes dans les traités musicaux grecs et latins. Manuscrits en Méditerranée. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r8cf

Matthieu Cassin

Directeur de recherche à la section grecque et de l'Orient chrétien de l'Institut de recherche et d'histoire des textes (CNRS, UPR 841).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Une réflexion sur « Sur la tradition manuscrite des diagrammes dans les traités musicaux grecs et latins »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.