Autour de quelques manuscrits nysséens de Turin

Séance du 21 septembre 2023 du séminaire Manuscrits en Méditerranée.

Une mission à Turin en juin 2023 m’a fourni l’occasion d’examiner quelques manuscrits, dont trois qui contiennent des textes de Grégoire de Nysse, et en particulier les Homélies sur les Béatitudes, dont je prépare une nouvelle édition et traduction avec Christian Boudignon. Je connaissais l’un de ces livres depuis ma thèse, car il contient entre autres le Contre Eunome, mais ne l’avais vu que sur reproductions. Je n’avais au contraire de connaissance des deux autres que par l’intermédiaire de la bibliographie et des catalogues. La séance du 21 septembre me fournit l’occasion de présenter ces trois livres et de poser quelques questions à leur sujet.

Torino, BNU, C.VI.28

Le premier d’entre eux est un manuscrit de la deuxième moitié du 16e siècle, composé de trois unités codicologiques distinctes. Il a été gravement endommagé dans l’incendie de 1904. Il comprenait alors 248 ff. (aujourd’hui 221, plus deux fragments) et mesurait 203 × 149 mm.

La première unité contient la chaîne de Procope sur le Cantique des cantiques, mutilée du début. La troisième rassemble le Synodicon uetus, un petit texte sur les conciles puis le Traité des offices du Pseudo-Kodinos. Le manuscrit était connu des éditeurs de tous ces textes, mais J. Verpeaux n’avait pu utiliser le livre qui n’avait pas encore été restauré (à Grottaferrata en 1966).

Torino, BNU, C.VI.28, f. 87

La deuxième unité, qui nous intéresse ici, rapproche de manière plutôt surprenante les Homélies sur les Béatitudes de Grégoire de Nysse et le commentaire du Notre Père de Maxime le Confesseur. Normalement, les homélies de Grégoire sont transmises avec les Homélies sur le Notre Père du même auteur : on a donc l’impression que ce texte a ici été remplacé par le commentaire maximien sur la même péricope évangélique. Alors que le ms. de Turin a été écarté sans classement, comme l’essentiel de la tradition, par J. Callahan, éditeur des homélies nysséennes, il a bien été pris en compte par Peter Van Deun dans son édition du traité de Maxime (CCSG 23). Ce savant le rapproche d’un autre témoin qui comprend les deux textes, le ms. Città del Vaticano, BAV, Vat. gr. 1726. Ce dernier livre, qui présente le même filigrane que notre unité turinoise, appartient à un groupe de quatre livres (Vat. gr. 1685, 1722, 1738), qui seraient dus au même copiste.

La même combinaison de textes (Grégoire, Beat. et Maxime, Exp. Or. dom.) se trouve encore dans un autre livre (Schleusingen, Hennebergisches Gymnasium, 9), connu de P. Van Deun mais auquel ce dernier n’avait pu avoir accès. Cependant, dans ce dernier livre, que je ne connais que par la bibliographie1, les deux textes semblent appartenir à deux unités codicologiques différentes et sont séparés par une lettre de Maxime Margounios datée de 1595.

Torino, BNU, C.I.11

Le deuxième livre dont je parlerai ce jour est l’un des manuscrits-corpus de Grégoire de Nysse, qui en rassemble un grand nombre d’œuvres. Ce livre, souvent daté à tort du 14e s. à la suite du catalogue de Pasini de 1749. Un article d’Ernst Gamillscheg avait pourtant proposé, à bon droit, une date plus haute2, et surtout attiré l’attention sur le caractère composite de ce livre. Cet aspect n’a cependant le plus souvent pas été pris en compte par les éditeurs des textes de Grégoire de Nysse qu’il contient.

Voici la structure d’ensemble du volume :

  • f. Ir-v : pinax du ms. actuel, Gabriel Sévère (manquent Infant. [unité VII], Macr. [unité V] et Moys., Perf., Prof. [partie principale, unité III])
  • ff. II-IIIv : second pinax, correspondant au ms. Milano, Bibl. Ambrosiana, C 135 inf.
  • I. ff. IV-VIv : Fat., des. mut., 16e s.
  • •II. ff. 1-7 : Eccl., restauration, 16e s.
  • •III. 1-48, 52-76, 89-292, 312-327 : corps du ms. nysséen, 2nde moitié du 12e s., papier non filigrané
  • •IIIa : restaurations ff. 49-51v, 79-88v, autres mains que ff. 1-7
  • •IV. ff. 293-311 : Or. dom., Deit. Fil., Theod., Astérius d’Amasée, Hom. 14, des. imperf. ; papier non filigrané, 12e-13e s.
  • •V. ff. 328-329 : Macr. (des. mut.), papier non filigrané, milieu du 13e s.
  • •VI. ff. 330 : texte non identifié, papier non filigrané, 14e s. ?
  • •VII. ff. 331-346 : Infant., parchemin, 11e s. ?
Torino, BNU, C.I.11, f. I
Torino, BNU, C.I.11, f. III

Le corps du manuscrit (unité III) comprend une série ample de textes nysséens. Plusieurs éditeurs des Gregorii Nysseni opera ont identifié, dans un manuscrit de Londres (British Library, Royal 16.D.I) le modèle du ms. de Turin. Si le constat vaut pour une partie de l’unité III, ce n’est pas le cas de tous les textes : certains sont absents du manuscrit de Londres (et n’y ont jamais figuré), tandis que d’autres y figurent bien, mais ont été empruntés à d’autres sources pour la réalisation du manuscrit de Turin.

Torino, C.I.11, f. 228

Torino, BNU, B.IV.23

Le dernier livre que je présenterai est un manuscrit d’assez petit format (235 × 180 mm [après restauration], ff. I. 1-95. I’), que Pasini dans son catalogue datait avec hésitation du 16e s. Sa copie doit en fait être situé au 14e s. ; la question de l’unité de main responsable de sa production, et des éventuelles délimitations, fera l’objet de discussions lors du séminaire.

Torino, BNU, B.IV.23

Il contient d’abord les Homélies sur le Notre Père de Grégoire de Nysse, de nouveau isolées de la série qui leur est habituellement liée, les Homélies sur le Notre Père. Le texte est suivi de deux collections de chapitres, la première attribuée à Basile de Césarée et la seconde au Pseudo-Macaire. Comme l’avait bien vu le catalogueur, cependant, cette deuxième collection ne répond qu’imparfaitement à son titre : elle comporte plus des cinquante chapitres annoncés et comprend des extraits qui n’appartiennent pas à la Collection des 150 chapitres du Pseudo-Macaire qui lui sert de source principale.

Torino, BNU, B.IV.23, f. 63


Citer ce billet
Matthieu Cassin (2023, 21 septembre). Autour de quelques manuscrits nysséens de Turin. Manuscrits en Méditerranée. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r8ce

  1. P. Eleuteri, “Noterelle sui manoscritti greci di Schleusingen e Zeitz”, Codices Manuscripti 27/28, 1999, p. 43-45, ici p. 43 ; C. Wendel, “Die griechischen Handschriften der Provinz Sachsen”, dans Aufsätze Fritz Milkau gewidmet, Leipzig 1921, p. 354-378, ici p. 366-367. []
  2. E. Gamillscheg, “Bemerkungen zu Handschriftensubskriptionen”, JÖB 33, 1983, p. 255-265. []

Matthieu Cassin

Directeur de recherche à la section grecque et de l'Orient chrétien de l'Institut de recherche et d'histoire des textes (CNRS, UPR 841).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.