Manuscrits de la Sainte-Trinité de Chalki à Oxford et Londres

Séance du séminaire Manuscrits en Méditerranée, 11 mai 2023, par Matthieu Cassin (IRHT), accessible également en ligne sur inscription préalable auprès de Matthieu Cassin

Le programme d’équipe autour de la bibliothèque du monastère de la Sainte-Trinité de Chalki se poursuit, après la publication du catalogue des manuscrits conservés au Patriarcat, avec la préparation d’un deuxième volume consacré à l’histoire de la bibliothèque et aux manuscrits dispersés. Dans ce cadre, je présenterai le 11 mai une étude synoptique de deux groupes de manuscrits qui ont quitté Chalki en 1626, par le fait de deux anglais, William Petty, envoyé de Lord Arundel, et Sir Thomas Roe, ambassadeur de Londres auprès de la Porte.

Roe 22

Les deux hommes, qui agissent à la fois comme alliés et comme concurrents, prélèvent des manuscrits à Chalki, principalement à la Sainte-Trinité mais aussi à la Panaghia ; ils s’approvisionnent cependant également à Constantinople, entre autres grâce au patriarche Cyrille Loukaris (au moins pour Thomas Roe). Les manuscrits qu’ils ont rapporté d’Orient se trouvent aujourd’hui pour l’essentiel dans le fonds Arundel de la British Library à Londres (pour William Petty) et dans le fonds Roe de la Bodleian Library à Oxford (pour Thomas Roe). En tout, on peut aujourd’hui identifier avec une certitude presque complète une vingtaine de manuscrits provenant de Chalki dans ces deux ensembles.

Roe 18, étiquette de contenu par Samuel Slade

Je proposerai, lors du séminaire, une démarche en deux temps. J’examinerai d’abord les manuscrits prélevés par les deux hommes dans les collections de Chalki afin d’identifier les principes qui ont pu guider ces acquisitions : contenu des livres, forme matérielle, etc., en confrontant ces éléments à la physionomie d’ensemble de la collection de la Sainte-Trinité à l’époque (et secondairement de la Panaghia). Dans un deuxième temps, j’examinerai les collections Arundel et Roe, pour tenter de déterminer les sources d’approvisionnements qui ont été utilisées pour constituer ces collections, afin de voir s’il est possible d’identifier en leur sein d’autres livres provenant de Chalki, que les marques de provenances habituelles (notes de possession, inventaires anciens, reliures, mains de copistes et restaurateurs) ne permettent pas de repérer, et de comprendre à partir de quelles sources ces ensembles de livres ont été constitués.



Citer ce billet
Matthieu Cassin (2023, 8 mai). Manuscrits de la Sainte-Trinité de Chalki à Oxford et Londres. Manuscrits en Méditerranée. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r8c7

Matthieu Cassin

Directeur de recherche à la section grecque et de l'Orient chrétien de l'Institut de recherche et d'histoire des textes (CNRS, UPR 841).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.