Base de données SAMAD

SAMAD, une base de données relationnelle pour retracer les déplacements des manuscrits et des copistes : l’exemple des captifs syriens à l’époque mamelouke

Séance du séminaire Manuscrits en Méditerranée, 10 novembre 2022, par Alice Croq (IFAO), accessible également en ligne sur inscription préalable auprès de Matthieu Cassin.

La base de données SAMAD (The Syriac and Arabic Manuscript Database) rassemble les informations délivrées par les manuscrits syriaques et arabes produits dans les milieux chrétiens entre le VIIIe et le XVe siècle. Élaborée grâce au logiciel Heurist, la base a pour vocation de classer, de cartographier et de mettre en relation des données de différentes natures (codicologiques, historiques, prosopographiques, toponymiques, etc.). En replaçant les manuscrits, les personnes, les lieux et les institutions politiques et religieuses au sein de réseaux qui vont de l’Asie centrale à l’Égypte, elle permet aux codicologues et aux historiens de mener momentanément plusieurs types de recherche. Après en avoir donné quelques exemples, les déplacements des copistes et la circulation des manuscrits retiendront particulièrement notre attention au cours de la présentation. Ceux qui copient et annotent les manuscrits syriaques et arabes chrétiens sont aussi mobiles que volubiles : ils voyagent souvent, parfois sur de grandes distances, et n’hésitent pas à rapporter toutes sortes d’événements dans les marges des codex. Leur mobilité peut être voulue ou imposée par les événements : elle découle parfois d’une motivation religieuse ou intellectuelle mais peut aussi être suscitée par des contraintes extérieures, comme dans les cas d’exil, de fuite ou de captivité. Ce dernier phénomène, qui n’a pas été relevé par l’historiographie, sera étudié à partir de du témoignage de deux moines syriens captifs au Caire au début de la période mamelouke.



Citer ce billet
Matthieu Cassin (2022, 3 décembre). SAMAD, une base de données relationnelle pour retracer les déplacements des manuscrits et des copistes : l’exemple des captifs syriens à l’époque mamelouke. Manuscrits en Méditerranée. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r8c0

Matthieu Cassin

Directeur de recherche à la section grecque et de l'Orient chrétien de l'Institut de recherche et d'histoire des textes (CNRS, UPR 841).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Une réflexion sur « SAMAD, une base de données relationnelle pour retracer les déplacements des manuscrits et des copistes : l’exemple des captifs syriens à l’époque mamelouke »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.