Autour de papyrus magiques grecs : Un autre regard sur la ‘liturgie mithriaque’

Séance du séminaire Manuscrits en Méditerranée, 10 novembre 2022, par Korshi Dosoo (University of Würzburg), accessible également en ligne sur inscription préalable.

Le Grand papyrus magique de Paris (BNF Suppl. Grec. 574 ; PGM IV) est le plus volumineux manuscrit magique de l’Antiquité subsistant, un codex de papyrus de 72 pages hautes et étroites, datant du quatrième siècle de notre ère. Depuis son acquisition par la Bibliothèque nationale de France en 1856, son contenu a fait l’objet d’un intérêt considérable – un riche mélange de grec et de copte, de magie et d’astrologie, et d’hymnes, de prières et d’incantations adressées à des divinités égyptiennes, grecques et orientales. La section qui a attiré le plus d’attention, cependant, est la prétendue « liturgie mithriaque » (ll. 475-820), l’objet d’au moins cinq monographies, et de dizaines d’articles et de chapitres d’ouvrages. Dans le contexte de la réédition du manuscrit en cours dans le cadre du projet Greek and Egyptian Magical Formularies (Université de Chicago), cette communication abordera le texte de plusieurs points de vue – dans son contexte matériel en tant que partie d’un objet écrit unique, en tant que sujet d’une attention intense dans l’histoire de l’étude de la religion grecque et de l’Antiquité tardive, et enfin en tant que texte, en discutant de la façon dans laquelle la nouvelle édition peut radicalement changer notre compréhension de ce document controversé, en le situant dans la tradition littéraire plus large des « pseudépigraphes occultes ».

 



Citer ce billet
André Binggeli (2022, 4 novembre). Autour de papyrus magiques grecs : Un autre regard sur la ‘liturgie mithriaque’. Manuscrits en Méditerranée. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r8by

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.