Le “Breviarium” de Stéphane d’Antioche (env. 1127), un lexique trilingue de la matière médicale et ses sources

Intervention le 2 décembre 2021, dans le cadre du séminaire Manuscrits en Méditerranée.

[NB: le texte de cette communication a été publié dans « À l’origine du Breviarium medicaminum omnium de Stéphane d’Antioche: un manuscrit de Dioscoride (Paris. gr. 2179) », dans M. Cronier, F. D’Aiuto (éd), 24th International Congress of Byzantine Studies «Byzantium – Bridge Between Worlds» (Venice-Padua, 22-27 August 2022) Tavola rotonda: «Bisanzio, ponte fra culture: lingue, letterature, manoscritti» (Padova, 25 agosto 2022) Atti (= Rivista di Studi Bizantini e Neoellenici n.s. 59-2022), Roma, 2023, p. 249-288]

Le Breviarium est un lexique (inédit) de noms des simples, c’est-à-dire des matières premières entrant dans la fabrication des médicaments (végétaux, animaux, minéraux). On doit sa mise en lumière aux travaux de Charles Burnett (Warburg Institute, London), qui en prépare actuellement une édition.

Le Breviarium a été composé par Stéphane d’Antioche, connu aussi comme Stéphane de Pise, un Italien séjournant à Antioche dans les années 1120-1130. Il constitue un appendice à la traduction latine par Stéphane du Kitāb al-malakī d’al-Maǧūsī, intitulée Liber regalis.

Ce lexique est transmis dans les manuscrits (dont les plus anciens remontent au milieu du 12e siècle, soit très peu de temps après la composition de l’opuscule) sous la forme de trois colonnes: le grec à gauche, le latin au centre, et l’arabe à droite. Tous les termes sont transcrits en caractères latins. On compte un peu moins de 600 entrées.

Ma présentation s’intéressera aux sources auxquelles Stéphane a pu avoir accès. Plus généralement, elle posera la question de l’accès aux manuscrits grecs et arabes par les Francs dans la ville d’Antioche, qui avait été conquise par les croisés en 1098 et où se déployait alors une importante activité de traduction de l’arabe au latin – tandis que la question de l’éventuel recours à des sources grecques demeure moins étudiée pour l’instant.



Citer ce billet
Marie Cronier (2021, 29 octobre). Le “Breviarium” de Stéphane d’Antioche (env. 1127), un lexique trilingue de la matière médicale et ses sources. Manuscrits en Méditerranée. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r8bn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.