Apocrypha 31 (2020): Apocryphes et pseudépigraphes. Études en hommage à Sever Voicu, réunies par Francesca P. Barone et Anne-Catherine Baudoin

Le volume 31 de la revue Apocrypha, qui vient de paraître, contient des études en honneur de Sever J. Voicu, présentées lors d’un colloque tenu à Palerme les 29 et 30 octobre 2018 (« Alla ricerca dell’autore perduto: testi apocrifi, agiografici e pseudepigrafi », cf. https://manuscrits.hypotheses.org/2664). Elles portent sur des textes pseudépigraphes et apocryphes, qui sont examinés du point de vue de leur production ou de leur transmission.

 http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503591988-1

Les deux premières contributions, celle de Christian Boudignon (« Comment un livre biblique change-t-il d’auteur ? Lectures du Premier Esdras par Thalassios et Maxime le Confesseur) et celle d’Anna Lampadaridi (« À la recherche de l’auteur perdu dans la Vie de Pancrace de Taormine (BHG 1410) »), abordent les causes et les modalités de la pseudépigraphie, définie traditionnellement comme l’attribution d’une œuvre à une figure d’autorité qui ne l’a pas produite ; la troisième, de Caroline Macé (« La lettre de Denys l’Aréopagite à Timothée sur la mort des apôtres Pierre et Paul. L’apport de la version géorgienne »), par son approche à la fois littéraire et philologique, fait le lien avec les trois dernières études, qui portent sur des versions orientales de textes apocryphes. Ces études offrent trois perspectives différentes sur le phénomène de la pseudépigraphie, associées à trois méthodes d’exploration : l’histoire de la réception par le recours aux commentaires patristiques, la narratologie – avec sa nécessaire adaptation à l’objet étudié – et l’histoire du texte, de sa rédaction première dans un contexte historique et géographique précis à sa réécriture et sa diffusion marquées par leur propre ancrage de production.

Les trois contributions qui suivent sont des études sur les traditions manuscrites de textes apocryphes en langues orientales. Jost Gippert (« The Wisdom of Sirach in Georgian. A Compilation and Its Sources ») étudie la version géorgienne du Siracide et invite à reconsidérer l’apport des témoins en valorisant, face aux manuscrits bibliques, le texte transmis par les lectionnaires. Enfin, deux études sont consacrées à l’Apocalypse de Paul (CANT 325) : celle d’Emiliano Fiori (« Les deux versions syriaques de l’Apocalypse de Paul et leur place dans la transmission de cet apocryphe dans l’Orient chrétien ») porte sur les versions syriaques, alors que Paolo La Spisa (« La recensione araba antica dell’Apocalisse di Paolo secondo il codice Sinaitico Arabo 461 (IX sec.) ») édite une recension arabe ancienne.

Ces articles apportent des contributions significatives à la réflexion méthodologique et à l’étude de la Septante et de sa réception, de l’hagiographie byzantine, ainsi que de la transmission des textes pseudépigraphes et apocryphes dans différentes langues anciennes.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.