Bilan des activités dans la base Pinakes, 2020

La base de données Pinakes : textes et manuscrits grecs est alimentée presque chaque jour tant par les membres de l’équipe Grecque et Orient chrétien de l’IRHT que par les partenaires de divers projets. Le travail au sein de la base de données concerne des domaines variés, qu’il nous a semblé intéressant de présenter aux utilisateur de Pinakes : description de manuscrits à partir des originaux ou de copies, saisie des descriptions des catalogues, révision en série des données (auteurs, œuvres, bibliothèques et cotes, copistes et possesseurs, etc.), dépouillement bibliographique. Pour donner un peu de chair à ce panorama, on a choisi de présenter successivement les activités de chaque collaborateur ou projet : les deux administrateurs de la base, André  Binggeli et Matthieu Cassin ; les membres de la section grecque qui participent à son alimentation, Pierre Augustin, Francesca Barone, Marie Cronier, Didier Lafleur, Thibault Miguet, Jacques-Hubert Sautel ; les projets partenaires, BHGms, PTB, RAP.

L’année 2020 a été marquée par plusieurs nouveautés : le projet RAP : Repertorium auctorum polemicorum, premier répertoire en ligne de l’ensemble du corpus byzantin consacré aux relations entre les Églises latine et byzantine (IXe-XVe siècle), a été accueilli dans Pinakes. L’équipe RAP (Alessandra Bucossi, Marie-Hélène Blanchet et Luigi D’Amelia) est soutenue financièrement par l’Université Ca ’Foscari de Venise et par le Labex RESMED. Des développements de Pinakes ont été réalisés à cette occasion, en fonction des nécessités du projet ; certains sont d’ores et déjà visibles en ligne (dans des proportions réduites, en fonction des nouvelles saisies et révisions) : ajout de mots-clefs à différents niveaux de la base ; structuration de la bibliographie par catégories ; nouvelles modalités pour les liens entre manuscrits, entre œuvres etc. ; ajout de précisions sur le rôle des personnes associées aux textes (auteurs et saints). L’intégration de cette nouvelle équipe a donné lieu à une semaine de formation pour l’équipe du projet RAP, réalisée par A. Binggeli et M. Cassin, à l’été 2020, qui a malheureusement dû se tenir à distance du fait des circonstances sanitaires.

En raison du déménagement de l’IRHT en septembre 2019 au Campus Condorcet à Aubervilliers et de l’inachèvement actuel de la bibliothèque générale du campus (Grand équipement documentaire), qui doit reprendre l’ensemble des bibliothèques de laboratoires, notre accès aux publications nouvelles et la possibilité même de commander de nouveaux livres se trouvent actuellement extrêmement réduits et ralentis. Nous remercions donc tout particulièrement les collègues qui nous font parvenir leurs publications, en version papier et/ou électronique : cela nous permet de les dépouiller rapidement dans Pinakes et d’alimenter notre bibliothèque, qui demeure ouverte et accessible, suivant des modalités variables en fonction des restrictions imposées par l’État. Il nous est agréable de remercier ici quelques-uns des collègues qui nous font fidèlement parvenir leurs publications : Patrick Andrist, Daniele Bianconi, Michel Cacouros, Giacomo Cardinali, Francesco D’Aiuto, Roberta Durante, Stig Froyshof, Ciro Giacomelli, Dèmosthènès Kaklamanos, Santo Lucà, Andrea Luzzi, José Maksimczuk, Alexandre Roberts, Antonio Rigo, David Speranzi, Domenico Surace, Peter Van Deun, etc.

André Binggeli

Dans le prolongement du projet BHGms (voir ci-dessous), mon effort individuel dans le projet Pinakes porte plus spécifiquement sur les manuscrits et les textes hagiographiques, à la fois de manière ponctuelle, sur tel ou tel dossier, lorsque ma propre recherche le nécessite, et de manière plus systématique, dans le cadre des séances hebdomadaires d’équipe.

Il s’agit alors de régler les points problématiques qui sont apparus lors de la saisie en masse du fichier BHGms, de reconstituer les dossiers hagiographiques, en reliant tous les textes relatifs à un saint, et de compléter les informations relatives aux textes, notamment leur incipit, afin d’en faciliter l’identification. Ce travail au long cours est achevé pour les dossiers de saints de A à H.

Durant l’année 2020, l’effort a porté sur l’élimination progressive des Hagiographica > Varia, c’est-à-dire des témoins qui étaient auparavant décrits de manière très imprécise dans la base. Une très grande partie d’entre eux avaient déjà été éliminés grâce au fichier BHGms, mais il en restait encore plusieurs centaines ; nous les avons fait passer de 633 à 322 et poursuivrons cet effort durant l’année 2021. Cela permettra à terme de faire disparaître la catégorie des Hagiographica > Varia.

Par ailleurs, il s’avère qu’un grand nombre des Hagiographica > Varia restants sont en réalité des Patrum Vitae ou des Narrationes animae utiles (correspondant aux Appendices IV et VI de la BHG, qui n’avaient pas été pris en compte dans le projet BHGms). L’effort actuel porte donc aussi sur la création de toutes les Narrationes animae utiles individuelles, avec ajout de leur incipit et de leur numéro d’identification dans le Repertory of Spiritually Beneficial Tales de John Wortley, et des témoins signalés dans le fichier BHGms. Sont désormais saisis les textes correspondants à BHG 1317d à 1318z et le travail se poursuivra durant l’année 2021.

Enfin, j’ai saisi le catalogue des manuscrits hagiographiques de Zagora (D. Kaklamanos, « Κατάλογος ἁγιολογικῶν χειρογράφων τῆς Βιβλιοθήκης τῆς Ζαγορᾶς », Byzantina, 29, 2009, p. 411-428), et révisé les Homélies de Léon le Sage à partir de l’édition de Th. Antonopoulou (CCSG 63). À cela s’ajoutent le dépouillement de livres et de revues :

  • Dépouillement de revue (mise à jour du dépouillement des revues dont j’ai la charge) :
    • Analecta Bollandiana : jusqu’au dernier numéro reçu : 138.1 (2020)
    • Byzantion : jusqu’au dernier numéro reçu : 89 (2019)
    • Rivista di Studi Bizantini et Neoellenici : jusqu’au dernier numéro reçu : 53 (2016)
  • Dépouillement de livres et périodiques
    • Travaux et mémoires : 23/1 (2019 = A. Binggeli & V. Déroche éds., Mélanges Bernard Flusin)
    • Manuscript cultures : 13 (2019 = J. Gippert & A. Macé éds., Homiletic Collections in Greek and Oriental Manuscripts)
    • Costa & F.  Gallo, Miscellanea Graecolatina V (Ambrosiana grecolatina 7), Milano, 2017
    • Versace, I marginalia del «Codex vaticanus» (Studi e Testi 528), Città del Vaticano 2018
    • quelques articles envoyés par des collègues.

Matthieu Cassin

Outre le suivi des développements liés au projet RAP, une bonne part de mon année 2020 a été consacrée, pour Pinakes, à l’intégration des données provenant du Supplément au Répertoire des bibliothèques et catalogues de manuscrits grecs de Jean-Marie Olivier, paru en 20181.  Commencée en 2018, cette révision des données relatives aux villes, bibliothèques, fonds et cotes est une œuvre de très longue haleine. Elle permet le signalement des catalogues et des descriptions de manuscrits répertoriés par J.-M. Olivier dans son monumental Supplément – une part non négligeable était déjà référencée dans la bibliographie de Pinakes, la vérification des listes de cotes et l’ajout de liens supplémentaires vers des catalogues en ligne ou des numérisations, soit à partir des informations du Supplément, soit à partir de recherches ponctuelles. La révision a été menée jusqu’à la ville d’Hagia.

Depuis octobre 2020, elle a été interrompue pour faire place à la saisie d’un catalogue de manuscrits récemment paru pour la Bayerische Staatsbibliothek de Munich : M. Molin Pradel et K. Hajdu, Katalog der griechischen Handschriften der Bayerischen Staatsbibliothek München. 5, Codices graeci Monacenses 266-347 (Catalogus codicum manu scriptorum Bibliothecae Monacensis II.5), Wiesbaden 2019 ; l’intégration dans Pinakes en est presque achevée. J’ai d’autre part poursuivi, de manière ponctuelle, la révision des données relatives aux manuscrits contenant des œuvres de Grégoire de Nysse.

J’ai par ailleurs continué à mettre à jour et à ajouter les liens vers des ressources externes à Pinakes, en particulier vers de nouvelles numérisations (Vatican, grâce aux très utiles listes mises en ligne de manière hebdomadaire par Aaron Macks ; Munich ; Paris ; Heidelberg, etc.). Une collaboration étroite avec le projet de description et de numérisation des manuscrits grecs de Cambridge permet un échange d’information et un signalement régulier des nouvelles réalisations du projet financé par la Polonsky Foundation.

Enfin, je poursuis le dépouillement de plusieurs revues dont je suis chargé (en particulier Adamantius, Aevum, Jahrbuch der Österreichische ByzantinistikManuscriptaRevue des études byzantinesRevue des études grecques, Sacris erudiri, Semitica et classica), ainsi que des ajouts ponctuels au fur et à mesure des envois de collègues ou des dépouillements personnels, en particulier grâce aux périodiques de la Bibliothèque de l’ENS, dont on ne saurait trop rappeler l’importance.

Pierre Augustin

En 2011, les titres d’œuvres du corpus chrysostomien et leurs attributions respectives à des auteurs « pseudo-chrysostomiens » avaient été mis à jour dans Pinakes en fonction du Supplément de la Clauis Patrum Graecorum de Maurice Geerard ; ces dernières années, de nombreuses éditions critiques avaient été dépouillées pour signaler en bibliographie les manuscrits étudiés et utilisés ou distinguer dans la tradition de chaque texte les éventuelles recensions divergentes. Pour compléter ces révisions, une des priorités restait de faciliter à la saisie la distinction entre les nombreux titres homonymes en indiquant systématiquement les incipit et desinit grecs (retranscrits, lorsqu’ils étaient en majuscules) ainsi que (dans l’interface de saisie) les références à leur édition dans la Patrologie Grecque ou ailleurs et l’ajout de leurs éventuels identifiants (par exemple, dans le répertoire de J.A. de Aldama, Repertorium Pseudochrysostomicum, Paris, 1965), ce qui a été fait désormais pour plus de la moitié du corpus (notamment pour les 220 premiers numéros de Aldama). Avec la suppression progressive des dossiers résiduels de « themata », travail de longue haleine, une autre priorité était de résorber l’important dossier des « Appendices », qui rassemblait 311 témoins d’anthologies diverses d’extraits chrysostomiens. En effet, seuls quelques-uns de ces textes, déjà connus et édités dans les grands corpus (par Henry Savile ou Bernard de Montfaucon), avaient reçu un numéro dans le répertoire de J. M. de Aldama (1965) ou dans le second volume de la Clauis Patrum Graecorum de M. Geerhard (1974), mais la plupart ont été analysés récemment et répondent à un numéro dans les « Appendices » des volumes des CCG I-VIII. Plus de la moitié du dossier, dont tous les « appendices » recensés dans les deux premiers volumes, et un grand nombre d’autres, ont été enregistrés chacun avec l’ensemble de ses témoins sous son titre spécifique et avec son numéro d’Appendix, encore une fois pour faciliter la distinction entre les homonymes. Pour ne pas augmenter à l’infini la liste des œuvres attribuée à Chrysostome, seuls les « appendices » plus composites ou dont le lien avec leur texte « parent » est moins clair ont reçu un titre d’œuvre indépendante ; la plupart, en revanche, constituent essentiellement des formes abrégées, augmentées, partielles ou composites d’une œuvre déjà présente dans la base ; ils ont été considérés comme des recensions divergentes de ce texte dans le dossier duquel ils ont été enregistrés.

Francesca Barone

Spécialiste de la tradition manuscrite des œuvres de Jean Chrysostome (authentiques, ou qui lui sont attribuées), je m’occupe, dans le cadre de Pinakes, de saisir les volumes des Codices Chrysostomici Graeci, un outil d’importance majeure pour les études chrysostomiennes. Ces catalogues de manuscrits, fruit d’un programme de recherche historique de la Section grecque de l’IRHT commencé dans les années Soixante, sont aujourd’hui partiellement accessibles en ligne (pour le moment, les volumes I à VI).

Je saisis à rebours les volumes VI-VIII. En 2020, j’ai fini le volume VIII, consacré aux manuscrits chrysostomiens de Turquie, que j’ai moi-même édité en 2018 : Codices Chrysostomici Graeci VIII : Codices Ancyrae et Constantinopolis descripsit Francesca P. Barone. Addenda et corrigenda ad Volumina I-IV curauit Sever J. Voicu, Documents, Études et Répertoires 88, CNRS Éditions, Paris 2018.

J’ai par la suite saisi le volume VII de la même collection, édité par deux collègues de la section grecque, Pierre Augustin et Jacques-Hubert Sautel : Codices Chrysostomici Graeci VII : Codicum parisinorum pars prior descripsit Pierre Augustin, adiuvante Jacques-Hubert Sautel, Documents, Études et Répertoires 80, CNRS Éditions, Paris 2011)2.

Enfin, je suis actuellement en train de saisir le volume VI, dédié à la Biblioteca Apostolica Vaticana et édité par Sever J. Voicu : Codices Chrysostomici Graeci, VI : Codicum ciuitatis Vaticanae partem priorem descripsit Sever J. Voicu, Documents, Études et Répertoires 11, CNRS Éditions, Paris 1999[2].

En ce qui concerne la bibliographie, je saisis les revues donc je suis chargée (Byzantina, Byzantina Symmeikta, Estudios bizantinos, Greek Roman and Byzantine Studies, Parekbolai), mais aussi des articles ou des volumes que des collègues m’envoient ou que je lis au cours de mes recherches. Ainsi, je suis en train de saisir quelques articles contenus dans les Mélanges Voicu (Philologie, herméneutique et histoire des textes entre Orient et Occident. Mélanges en hommage à Sever J. Voicu, éd. Francesca P. Barone, Caroline Macé et Pablo A. Ubierna, Instrumenta Patristica et Mediaevalia 73, Brepols, Turnhout, 2017. XXXVI+1131 p.) et dans le récent volume de Reinhart Ceulemans et Barbara Crostini, (éd.), Receptions of the Bible in Byzantium: Texts, Manuscripts, and Their Readers (Studia Byzantina Upsaliensia, Uppsala 2021).

 

[1]

[2]

Francesca Barone

Spécialiste de la tradition manuscrite des œuvres de Jean Chrysostome (authentiques, ou qui lui sont attribuées), je m’occupe, dans le cadre de Pinakes, de saisir les volumes des Codices Chrysostomici Graeci, un outil d’importance majeure pour les études chrysostomiennes. Ces catalogues de manuscrits, fruit d’un programme de recherche historique de la Section grecque de l’IRHT commencé dans les années Soixante, sont aujourd’hui partiellement accessibles en ligne (pour le moment, les volumes I à VI).

Je saisis à rebours les volumes VI-VIII. En 2020, j’ai fini le volume VIII, consacré aux manuscrits chrysostomiens de Turquie, que j’ai moi-même édité en 2018 : Codices Chrysostomici Graeci VIII : Codices Ancyrae et Constantinopolis descripsit Francesca P. Barone. Addenda et corrigenda ad Volumina I-IV curauit Sever J. Voicu, Documents, Études et Répertoires 88, CNRS Éditions, Paris 2018.

J’ai par la suite saisi le volume VII de la même collection, édité par deux collègues de la section grecque, Pierre Augustin et Jacques-Hubert Sautel : Codices Chrysostomici Graeci VII : Codicum parisinorum pars prior descripsit Pierre Augustin, adiuvante Jacques-Hubert Sautel, Documents, Études et Répertoires 80, CNRS Éditions, Paris 2011)3.

Enfin, je suis actuellement en train de saisir le volume VI, dédié à la Biblioteca Apostolica Vaticana et édité par Sever J. Voicu : Codices Chrysostomici Graeci, VI : Codicum ciuitatis Vaticanae partem priorem descripsit Sever J. Voicu, Documents, Études et Répertoires 11, CNRS Éditions, Paris 19994.

En ce qui concerne la bibliographie, je saisis les revues donc je suis chargée (Byzantina, Byzantina Symmeikta, Estudios bizantinos, Greek Roman and Byzantine Studies, Parekbolai), mais aussi des articles ou des volumes que des collègues m’envoient ou que je lis au cours de mes recherches. Ainsi, je suis en train de saisir quelques articles contenus dans les Mélanges Voicu (Philologie, herméneutique et histoire des textes entre Orient et Occident. Mélanges en hommage à Sever J. Voicu, éd. Francesca P. Barone, Caroline Macé et Pablo A. Ubierna, Instrumenta Patristica et Mediaevalia 73, Brepols, Turnhout, 2017. XXXVI+1131 p.) et dans le récent volume de Reinhart Ceulemans et Barbara Crostini, (éd.), Receptions of the Bible in Byzantium: Texts, Manuscripts, and Their Readers (Studia Byzantina Upsaliensia, Uppsala 2021).

Didier Lafleur

Les manuscrits bibliques, qu’ils soient écrits en écriture majuscule ou minuscule, et quel que soit leur support d’écriture, ont été référencés au début du 20ème siècle par le bibliste Caspar René Gregory. Cette indexation, symbolisée par une lettre majuscule suive d’un nombre pour un manuscrit écrit en lettres onciales ou d’un nombre simple pour un manuscrit écrit en lettres minuscules, s’est poursuivie tout au long du siècle dernier et se poursuit encore à mesure que de nouveaux manuscrits bibliques sont découverts. C’est dorénavant l’Institut für Neutestamentliche Textforschung, à Münster, qui poursuit cette indexation. En parallèle, de nombreuses bibliothèques où sont conservés des manuscrits bibliques (tétraévangiles, lectionnaires, etc.), ainsi que des institutions privées, telles The Center for the the Study of New Testament Manuscripts, numérisent et mettent en ligne leurs fonds.

C’est ce travail de mise en relation entre images numérisées et fiche propre à chaque manuscrit biblique de la base Pinakes qui est en cours d’exécution. Sur chaque fiche, le champ « Identifiants » donne le numéro Gregory-Aland, et affiche un ou plusieurs liens donnant accès à des images ou à des informations manuscrites. En 2020, près de 3000 tetraévangiles ont été ainsi indexés et leurs liens idoines vérifiés en relation avec l’INTF et le CSNTM. Le même travail est en cours pour les lectionnaires.

Thibault Miguet

Entre septembre 2015 et août 2020, j’ai saisi, seul ou en collaboration avec d’autres collègues, 14 catalogues de manuscrits grecs (de taille et contenu divers) dans Pinakes. Il s’agit soit de bibliothèques bien connues qui ont fait l’objet d’un nouveau catalogue (p. ex. Napoli, Biblioteca Nazionale ou Oxford, Magdalen College), soit de bibliothèques dont les fonds étaient jusqu’ici peu connus (en particulier des monastères grecs comme la Monê Platuteras de Corfou, mais aussi les manuscrits du monastère de Bačkovo conservés à l’Institut d’histoire et archives ecclésiastiques de Sofia).

À cela s’ajoute la révision partielle de la première tranche des manuscrits Vaticani Graeci à partir du catalogue (ancien mais très complet) de Giovanni Mercati et Pio Franchi de’ Cavalieri (Vaticani gr. 1-101). Ce sont donc, en 5 ans, pas moins de 1273 manuscrits qui ont été saisis ou révisés à partir des catalogues.

Pour la bibliographie, je me suis occupé de la saisie des nouveaux numéros de 4 revues : Scriptorium, la Rivista di Studi Bizantini et Neoellenici, Scripta et, plus récemment, Galenos. Parmi elles, certaines sont vraiment centrées sur l’étude des manuscrits (Scriptorium, Scripta), d’autres proposent une ouverture sur la culture byzantine (Rivista di Studi Bizantini et Neoellenici) et l’histoire de la médecine et des textes médicaux (Galenos). À ces revues, il faut ajouter la saisie plus ponctuelle d’articles envoyés par des collègues ou dont le contenu m’intéressait particulièrement.

Jacques-Hubert Sautel

Voici ce que j’ai entré dans Pinakes pendant l’année 2020 :

Contenu des mss

Paris. gr. 963, 1000, 1428, 3003 (quatre mss de la BNF que j’ai étudiés en entier parce qu’ils contiennent quelques textes d’Aelius Aristide)

Bibliographie des mss
1. Revues dépouillées :

Revue des Études Tardo-antiques, 2018-2019 ; Suppl. 7 (Mélanges R. Penella) ; BZ 113, 1 (mai 2020)

2. Articles envoyés ou signalés par lecteurs :

M. Cacouros (5 articles) ; S. Froyshof (3 articles).

BHGms : Bibliotheca Hagiographica Graeca Manuscripta

(resp. Xavier Lequeux, Société des Bollandistes, Bruxelles)

Le projet BHGms a pour ambition de recenser tous les manuscrits hagiographiques grecs.  L’année écoulée, malgré les contraintes sanitaires, a été mise à profit pour enrichir la base de données Pinakes. 

L’intégration du fichier manuel de la Société des Bollandistes, initiée en 2015, s’est poursuivie : les Appendices II (Iesus Christus) et V (Orthodoxiae festum) de la Bibliotheca Hagiographica Graeca, initialement écartés, sont désormais disponibles, et l’Appendix III (Maria Deipara) a été entièrement revu. 

Les dépouillements des catalogues jadis publiés dans les Glanures d’hagiographie grecque dans quelques catalogues de manuscrits récemment parus (Analecta Bollandiana, 110 [1992], p. 373-392; II, ibid., 112 [1994], p. 159-176; III, ibid.,113 [1995], p. 156-178; IV, ibid., 115 [1997], p. 288-302, [V], 126 [2008], p. 134-136) ont été insérés. L’inventaire hagiographique intégral des manuscrits de Vienne est donc désormais disponible.

Un total de 2.670 enregistrements ont fait l’objet d’une modification (correction et/ou création) durant l’année 2020.

PTB : Paratexts of the Bible

Contrairement à une idée fort répandue, les manuscrits grecs de la Bible ne sont pas des livres au contenu figé ou uniquement biblique. Des prologues aux souscriptions, en passant par les tables des canons, les listes de chapitres, des prières, des épigrammes, toutes sortes de notices exégétiques, etc., les manuscrits bibliques sont d’une immense richesse textuelle et artistiques. Ces contenus que l’on désigne, selon un néologisme heureux créé par Gerard Genette, par le nom de « paratextes », revêtent une grande importance historique, philologique, théologique, artistique, codicologique…

C’est à l’exploration de ce matériau souvent mal connu que les membres du projet ParaTexBib, financé par l’ERC, se sont consacrés de 2014 à 2020, d’abord à Bâle puis, depuis 2017, à Munich. Au cours de ce projet, quelques 2’000 manuscrits ont été traités ; environ 1500 ms contenant les évangiles ont été survolés, et le contenu de quelque 700 d’entre eux a été soigneusement décrit ; les notes prises pendant ce travail ainsi que ces descriptions se trouvent dans Pinakes. 

Ce projet a également contribué au développement fonctionnel de Pinakes ; en outre, une nouvelle interface réservée aux manuscrits bibliques, accessible à l’adresse www.manuscripta-biblica.org, a été développée à partir des données de Pinakes, de façon à mieux mettre en valeur les données sur les manuscrits bibliques.

Si le projet dédié aux évangiles s’est achevé cette année, un autre projet, consacré aux paratextes de l’Apocalypse a débuté en 2019, sur une initiative conjointe des universités de Munich et de Wuppertal. Elle inclut le survol des quelque 250 manuscrits grecs de l’Apocalypse et leur annotation dans Pinakes, où la partie la plus significative d’entre eux sera également décrite. Nous espérons recevoir, dans les mois à venir, des soutiens financiers qui nous permettrons de continuer à étudier les paratextes d’autres parties de la Bible.

Les auteur-e-s de notices Pinakes encore en activité dans les projets PTB sont les suivant-e-s :

Nous avons également pu compter sur le travail précieux des auteur-e-s suivant-e-s

RAP : Repertorium Auctorum Polemicorum

Le projet RAP (Repertorium Auctorum Polemicorum) se donne pour objectif d’identifier de manière systématique, d’étudier et d’interpréter l’ensemble du corpus de la littérature byzantine consacré aux relations entre les Églises byzantine et latine du ixe au xve siècle. Ce travail sur les œuvres de controverse se fait en prenant en compte la tradition manuscrite de chaque texte, grâce à la collaboration avec la base de données Pinakes.

En mai 2020, l’équipe de RAP a été initiée à la structure et au fonctionnement de Pinakes. Les trois membres de l’équipe ont été formés à l’introduction et la correction des données dans la base grâce à une formation en ligne prodiguée par Matthieu Cassin et André Binggeli.

Après cette phase préparatoire, les chercheurs de l’équipe RAP ont commencé à réviser les entrées relatives aux auteurs et aux textes de littérature polémique mettant en cause l’Église latine. Ce travail de vérification, complément, et parfois réattribution des textes se fait pour l’essentiel dans l’ordre chronologique, à partir du ixe (en dehors des œuvres de Photios pour l’instant, car elle posent beaucoup de problèmes liés à leur tradition manuscrite) jusqu’au xiie siècle à l’heure actuelle, ainsi que quelques textes du xve siècle.

Déjà 71 textes de 39 différents auteurs ont reçu en 2020 un label RAP qui signifie que :

  • l’identité de l’auteur a été vérifiée, et un lien a été créé entre cet auteur et le TLG, ainsi qu’avec l’ODB et le répertoire prosopographique adéquat (PBE, PBW, PLP) ; si nécessaire, quelques références bibliographiques sur cet auteur ont été ajoutées
  • l’attribution de l’œuvre à son auteur a été vérifiée, ce qui permet de préciser le siècle tant pour l’auteur que pour l’œuvre ; quelques références bibliographiques sur l’œuvre ont été ajoutées (et, le cas échéant, aussi sur la tradition manuscrite)
  • un lien entre cette œuvre et le TLG a été créé ; un numéro RAP unique d’identification de l’œuvre a été affecté
  • les titre, incipit, et desinit de l’œuvre ont été ajoutés
  • les références aux éditions existantes ont été ajoutées
  • des mots-clés ont été affectés : Sujets de controverse, Forme littéraire, Terminologie grecque de la forme littéraire, ainsi que le type de Relation entre les textes, dans les cas où deux œuvres sont liées par une relation réciproque (réfutation, commentaire etc…)
  • quand c’était nécessaire, certaines vérifications ont été menées à propos de la version de l’œuvre transmise par certains manuscrits : dans ces cas-là, ces manuscrits eux-mêmes ont reçu un label RAP

Le même travail se poursuit pour les auteurs des xiie-xve siècles. Un article est en préparation pour expliciter les principes de sélection du corpus de RAP, les problèmes spécifiques qui se posent, et les résultats qui peuvent être attendus de cette recherche à la fois quantitative et qualitative.

L’équipe RAP (A. Bucossi, M.-H. Blanchet et L. D’Amelia) est soutenue financièrement par Ca’ Foscari Université de Venise (Ca’ Foscari SPIN Measure 2 https://www.unive.it/pag/40174/ et VeDPH – Venice Centre for Digital and Public Humanities https://www.unive.it/pag/39287) et par le Labex RESMED http://www.labex-resmed.fr/.

Alessandra Bucossi, Ca’ Foscari Université de Venise (alessandra.bucossi@unive.it)

Marie-Hélène Blanchet, CNRS, Orient et Méditerranée (marie-helene.blanchet@college-de-france.fr)

Luigi D’Amelia, Ca’ Foscari Université de Venise (luigi.damelia@unive.it)

  1. Une recension de l’ouvrage a été réalisée et paraîtra dans un prochain volume de la Revue des études grecques. Une notice descriptive est également parue dans le Bulletin codicologique de la revue Scriptorium (74.1, 2020, p. 26*-27*). L’auteur de ces lignes n’est pas responsable de la présentation bibliographique aberrante qui ouvre la notice. []
  2. Actuellement Pierre Augustin prépare un second volume, qui complétera la description des manuscrits parisiens du fonds Paris Grec. []
  3. Actuellement Pierre Augustin prépare un second volume, qui complétera la description des manuscrits parisiens du fonds Paris Grec. []
  4. Je dirige actuellement une équipe (composée par Sever J. Voicu, Alessandro de Blasi et moi-même) chargée de préparer un deuxième volume qui décrira les manuscrits des fonds mineurs de cette bibliothèque. []

Matthieu Cassin

Chargé de recherche à la section grecque et de l'Orient chrétien de l'Institut de recherche et d'histoire des textes (CNRS, UPR 841).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.