Les lectionnaires du Fonds 488 des Archives nationales d’Albanie

Il a souvent été question dans les colonnes de ce blog du Fonds 488 des Archives nationales de la République d’Albanie, à Tirana, et, notamment, des tétraévangiles. L’histoire de la recherche y a également été évoquée à de nombreuses reprises et les figures emblématiques de cette histoire: le métropolite de la ville de Bérat, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης, celle de Monseigneur Pierre Batiffol et, plus récemment, celle du bibliste Alfred Schmidkte, sont désormais un peu mieux connues.

Sans prétendre à une vision d’ensemble du fonds, qui compte désormais 130 manuscrits grecs[1], et dont le catalogage exhaustif est en cours de publication sous la direction de nos collègues albanais, notre étude se poursuit modestement aujourd’hui avec l’examen des lectionnaires ainsi définis par Caspar René Gregory en 1909 (Textkritik des Neuen Testamentes, Bd I, 1909, p. 329):

Lesebücher sind Bücher, die statt des fortlaufenden Textes sei es der vier Evangelien, sei es der Apostelgeschichte oder der Briefe, nur Lesestücke enthalten.

Les lectionnaires sont des livres qui, au lieu de contenir le texte continu, soit des Évangiles, soit des Actes des apôtres ou des Épîtres, n’en présentent que des lectures.

Arkivi Qëndror i Shtetit,, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 36, f. 187r © Luc Brogly-Didier Lafleur

Le Fonds 488 compte 18 lectionnaires, dont 15 peuvent être considérés comme « complets », c’est-à-dire qu’ils comportent à la fois un synaxaire (célébration des fêtes mobiles), et un ménologe (célébration des fêtes fixes); à ces quinze manuscrits s’ajoutent trois fragments (15+3). Tous ces manuscrits sont écrits en lettres minuscules à l’exception de ANA 3[2] qui est un oncial. À ce stade de notre étude plusieurs points peuvent être d’ores et déjà, avancés:

1) En nombre, les lectionnaires sont un peu moins nombreux que les tétraévangiles puisque le Fonds 488 compte 18 tétraévangiles « complets », auxquels il faut ajouter trois fragments (18+3).

2) L’amplitude de copie est également plus réduite: le lectionnaire le plus anciennement copié, ANA 3, peut être daté du 9ème siècle (alors que ANA 1 a été copié au 6ème siècle).

3) L’histoire de la recherche ne semble pas être substantiellement modifiée par une approche détaillée des lectionnaires de ce fonds: comme pour les tétraévangiles, certains lectionnaires sont mentionnés par Ἀλεξούδης et Batiffol, à la lecture desquels Gregory leur attribue un numéro puis sont, ou ne sont pas, examinés lors de la campagne de Johannes Koder et Erich Trapp à l’automne 1965. Par ailleurs, l’intégration des lectionnaires au sein même du fonds suit de manière similaire celle des tétraévangiles à savoir que sont d’abord déposés aux Archives nationales les manuscrits des villes de Bérat et de Vlora (les manuscrits les plus anciens et les plus précieux), puis, peu à peu, les manuscrits de localités de moindre importance et/ou d’églises locales (les manuscrits souvent les plus tardifs). Enfin, aucune des campagnes de restauration reconnues ne suggère un traitement différent entre tétraévangiles et lectionnaires.

Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 22, ff. 47v-48r © Luc Brogly-Didier Lafleur

4) Les synaxaires: parmi les 15 lectionnaires du Fonds 488, huit manuscrits présentent les lectures pour tous les jours de la semaine, du lundi au dimanche inclus, de Pâques à Pentecôte (ANA 3, ANA 6, ANA 7, ANA 13, ANA 22, ANA 24, ANA 36, ANA 77): quatre d’entre eux ne proposent ensuite que les lectures pour les samedis et les dimanches pour les cycles de Matthieu et de Luc (ANA 3, ANA 6, ANA 22, et ANA 77), manuscrits qui peuvent être rangés sous le sigle l esk[3]. Les quatre autres lectionnaires de ce groupe: ANA 7, ANA 13, ANA 24, ANA 36, présentent, eux, tous les jours de la semaine, du lundi au dimanche, pour les cycles de Matthieu et de Luc et peuvent être rangés sous le sigle l e.

Un autre lectionnaire, ANA 16, ne comporte que les lectures pour les dimanches de Pâques à Pentecôte auxquelles s’ajoutent une sélection de différentes dates (neuf textes pour le synaxaire, suivis de quinze textes pour le ménologe); il peut être classé sous le sigle l sel.

Deux lectionnaires: ANA 8 et ANA 9, comportent les lectures du dimanche de Pâques au lundi de Pentecôte, puis chacun a été complété de façon à couvrir la totalité de l’année liturgique (l e).

Trois lectionnaires mutilés et trois fragments: ANA 21, ANA 88, ANA 89, ANA Fragment 2, ANA Fragment 5, et ANA Fragment 16 complètent ce fonds. Leur état fragmentaire ne permet pas de leur attribuer une classification spécifique.

5) Les ménologes: les 15 lectionnaires du Fonds 488 présentent un ménologe plus ou moins développé. Aux deux extrêmes, ANA 16 ne mentionne que quinze dates spécifiques (quatorze péricopes développées in-extenso), alors que ANA 7 mentionne tous les jours de l’année, sans en omettre un seul (trente-trois péricopes développées in-extenso).

Arkivi Qëndror i Shtetit,, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 24, ff. 1-29r © Luc Brogly-Didier Lafleur

6) Le Fonds 488 n’inclut pas de lectionnaires présentant la lecture des Actes et/ou des Épîtres (l a l +a).

7) Aucun lectionnaire aujourd’hui déposé dans le Fonds 488 ne semble être la copie directe d’un autre manuscrit du même fonds.

Ces quelques remarques liminaires, qui seront prochainement exposées lors d’un séminaire de la Section grecque et de l’Orient chrétien, constituent les prémices d’une nouvelle monographie consacrée aux lectionnaires du Fonds 488. Un premier travail exhaustif, initié lors de précédentes campagnes in situ et poursuivi par l’examen de documents numérisés grâce à l’appui du CSNTM, a permis de délimiter les bornes de plus de 3162 péricopes des évangiles, synaxaires et ménologes confondus. Le texte de ces 3162 péricopes est en cours de collation par nos soins. Cet examen approfondi des documents permet tout à la fois la recherche de pertes de texte, souvent extrêmement difficiles à débusquer puisque le texte des évangiles est discontinu, ainsi qu’une étude de critique textuelle néotestamentaire approfondie se basant sur une sélection de lieux variants des évangiles de Matthieu, Marc, Luc et Jean.

Luc Brogly, correspondant scientifique à la Section Grecque et de l’Orient chrétien, IRHT

Didier Lafleur, Section Grecque et de l’Orient chrétien, IRHT

  [1]  ÇUNGA, S., « Dorëshkrime të reja në greqisht në Arkivin Qendror Shtetëror. Paraqitje e parë. New Greek Manuscripts at the Central Archive of Albania. A First Presentation », Shêjzat, pleiades 2018 (1/2), pp. 3-18.

  [2] Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosja 3. L’acronyme ANA vaut pour « Archives nationales d’Albanie » (Albanian National Archives).

  [3]  « esk: Lesungen für die Wochentage zwischen Ostern und Pfingsten und die Sonnabende/Sonntage der anderen Wochen », Aland, K.-Welte, M.-Köster, B.-Junack, K., Kurzgefasste Liste der griechischen Handschriften des Neuen Testaments: Zweite, neubearbeitete und ergänzte Auflage, Arbeiten zur Neutestamentlichen Textforschung 1, Berlin-New York: Walter de Gruyter, 1994, p. XIV-XV.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.