Londres, BL Or. 7561, f. 1R

L’évangile de Marc en copte sahidique : bilan d’une recherche au long cours (suite)

Première partie

Le nouveau souffle d’une collaboration

Icône de Saint Marc. Paris, BnF Inv. Froehner. 1129a.
Icône de Saint Marc. Paris, BnF Inv. Froehner. 1129a.

Le stemma de 1993, sur lequel se terminait la première partie de cet exposé1, ne me semble pas, malgré ses imperfections, devoir être renié, car tout y est déjà à peu près en place et la situation générale n’a pas fondamentalement changé. Cependant, les réactions de la communauté scientifique ayant été peu nombreuses et teintées, sauf exception, de scepticisme, il s’ensuivit une période un peu creuse, où le travail sur Mc avançait lentement, relégué à l’arrière-plan par d’autres projets de recherche.

À la fin des années 1990, un des membres de l’équipe « Marc multilingue » proposa de me mettre en contact avec une jeune collègue espagnole intéressée par la perspective d’une collaboration. Je rencontrai Sofía Torallas Tovar à l’été 2001. Le goût que nous partagions pour les fragments, joint à sa solide formation philologique et à un dynamisme inépuisable me convainquit qu’en compagnie aussi stimulante la recherche pouvait être poursuivie. Grâce à Sofía, entre autres choses, la collecte d’images, qui avait été jusqu’alors laborieuse, ainsi que les collations dans les bibliothèques, firent un bond considérable. Nous commençâmes à travailler à une nouvelle édition critique, en découpant le texte en épisodes, selon les principes de l’équipe dirigée par C. Amphoux, puis Jean-Claude Haelewyck (Louvain-la-Neuve), et en superposant trois types de textes : sa 1, sa 9, saII2. Le type saII était l’héritier du T2 du stemma, révision d’un type saI (T1 du stemma) que nous n’étions pas encore sûres de pouvoir documenter de manière assez substantielle pour tout l’évangile, c’est pourquoi nous nous en tenions au manuscrit sa 1. Le texte de sa 9 devait être conservé, puisque témoin complet d’un texte hésitant entre les deux autres. Dans le même temps, nous examinions et éditions des fragments inédits, afin de raffiner le classement des manuscrits dans l’une ou l’autre branche.

5. Retour sur la question de l’harmonisation

La question du rôle joué, dans les variantes textuelles, par le souci d’harmonisation avec les autres évangiles synoptiques, ainsi que de l’influence d’un modèle grec dans ce processus, continuait à m’intriguer et je décidai de m’y attaquer dans la perspective d’un colloque international sur le texte biblique organisé à l’automne 2007 en Géorgie3. Les deux exemples choisis alors me semblent assez éclairants pour être repris ici :

Mc 5,33 (péricope de la femme hémorroïsse)

– grec (lecon commune) : (ἦλθεν καὶ προσέπεσεν αὐτῷ) καὶ εἶπεν αὐτῷ πᾶσαν τὴν ἀλήθειαν, (elle vint et se précipita devant lui) et lui dit toute la vérité.

– copte sa1: … ⲁⲥⲧⲁⲩⲟ ⲉⲣⲟϥ ⲛⲧⲙⲉ ⲧⲏⲣⲥ, elle lui dit toute la vérité.

– var. grec (W) : … καὶ εἶπεν αὐτῶ ἔμπροσθεν πάντων πᾶσαν τὴν αἰτίαν αὐτῆς,

et lui dit devant tous tout son cas.

– var. copte sa 9 saII : … ⲁⲥⲧⲁⲙⲟϥ ⲙⲡⲉⲙⲧⲟ ⲉⲃⲟⲗ ⲛⲟⲩⲟⲛ ⲛⲓⲙ ⲉⲧⲉⲥⲁⲓⲧⲓⲁ ⲧⲏⲣⲥ,

elle lui raconta devant tous tout son cas.

 

La variante de W (partagée par certains témoins du type dit « césaréen ») est probablement due à une harmonisation avec le passage parallèle de Lc 8,47 : ἦλθεν, καὶ προσπεσοῦσα αὐτῷ, δι’ ἣν αἰτίαν ἥψατο αὐτοῦ ἀπήγγειλεν αὐτῷ ἐνώπιον παντὸς τοῦ λαοῦ. En copte, l’harmonisation ne s’est pas faite indépendamment du grec : d’une part la rédaction des deux parallèles n’est pas assez semblable ; d’autre part la traduction copte du passage de Lc n’a pas conservé le mot grec αἰτία, mais l’a traduit, l’influence n’a donc pas pu s’exercer directement de Lc copte à Mc copte. Pourtant le verbe ⲁⲥⲧⲁⲙⲟϥ employé par la révision saII de Mc correspond au ἀπήγγειλεν de Lc 8,47. Il n’est donc pas interdit de penser que le réviseur travaillait à la fois avec un modèle grec et les textes coptes des parallèles.

Il n’est pas toujours aussi facile de s’assurer du rôle d’un modèle grec dans la révision. En 5,13b sa1 a traduit ὥρμησεν par ⲁⲥⲣⲱϩⲧ, tandis que sa II (avec sa9) fait le choix d’une autre locution verbale, ⲁⲥϯ ⲡⲉⲥⲟⲩⲟⲉⲓ, qui est la traduction de ὥρμησεν dans les passages parallèles de Mt 8,32 et Lc 8,33 : on a donc ici un cas où l’harmonisation est clairement interne au copte. En 5,40a, sa 9 et saII ont l’addition ⲉⲩⲥⲟⲟⲩⲛ ϫⲉ ⲁⲥⲙⲟⲩ, « sachant qu’elle était morte », qui correspond à la variante de W εἰδότες ὅτι ἀπέθανεν (après Καὶ κατεγέλων αὐτοῦ, « Et ils se moquaient de lui ») : cette addition se trouvant, avec une rédaction identique, dans le parallèle de Lc 8,53, on ne peut savoir si elle a été faite en copte à partir d’un modèle grec ou comme une harmonisation directe à partir de la traduction de Lc.

En cas d’intervention d’un modèle grec, W apparaît comme un témoin privilégié, sans être pour autant la source directe des révisions du copte. Mais l’harmonisation, phénomène complexe, demande à être analysée de plus près. Elle s’est effectuée sur plusieurs plans, peut-être dès la traduction sa1 sur le plan linguistique, comme le montre le cas de Mc 5,13, où la traduction copte est unitaire :

5,13 (péricope de l’exorcisme à Gerasa)

– grec : … καὶ ἐπίγνοντο ἐν τῆ̣ θαλάσση̣, (et le troupeau s’élança du haut de l’escarpement dans la mer, environ deux mille (bêtes)), et elles se noyaient dans la mer.

– copte sa : ⲁⲩⲱ ⲁⲩⲙⲟⲩ ϩⲛ ⲑⲁⲗⲁⲥⲥⲁ, … et ils/elles périrent dans la mer.

Le copte est ici moins précis que le grec, et pourrait avoir été influencé par le passage parallèle de Mt 8,32 : καὶ ἀπέθανον ἐν τοῖς ὕδασιν / copte ⲁⲩⲱ ⲁⲩⲙⲟⲩ ϩⲣⲁⲓ ϩⲛ ⲙⲙⲟⲟⲩ, et ils/elles périrent dans les flots.

6. Un nouveau témoin de saI provenant du Fayoum (P.Lips. Inv. 3000 = sa 92)

En préparant la 2e école d’été de papyrologie copte, qui devait se tenir à la bibliothèque universitaire de Leipzig en juillet 2008, Sebastian Richter découvrit les restes d’un codex de papyrus contenant l’évangile de Marc, et me demanda de les faire étudier, à titre de travaux pratiques, à un petit groupe de participants. Ayant reçu à l’avance les images des fragments je fus enchantée de constater que le texte semblait être de type saI.

P.Lips. Inv. 3000, f° 19
P.Lips. Inv. 3000, f° 19

Cela se confirma de manière incontestable pendant les mois qui suivirent. A l’occasion de plusieurs autres séjours sur place, je pus achever la reconstruction d’une partie du codex, en travaillant à la fois sur le texte et sur les caractéristiques matérielles du codex, grâce à l’aide du restaurateur de la collection, Jörg Graf. Le codex, considéré comme un fleuron de la collection, a d’ailleurs fait l’objet d’un montage qui essaie de donner une idée du livre originel.

P.Lips. Inv. 3000. Reconstruction
P.Lips. Inv. 3000. Reconstruction

Il en subsiste les vestiges de vingt-neuf feuillets, qui vont d’un feuillet presque entier (32 cm de haut x 20 cm de large) à de petits fragments d’un ou deux cm2. Le texte de Mc 6,14 à 15,17 était contenu dans ces feuillets, dans un état de conservation très inégal selon les fragments. Des critères internes (état de langue et caractéristiques codicologiques) aussi bien qu’externes (circonstances d’acquisition) permettent de situer dans le Fayoum (grande oasis située au sud-ouest du Caire, d’où provient aussi sa9) la production de ce codex, tandis qu’une datation aux 7e-8e siècles peut être proposée en se fondant sur la paléographie.

L’édition de ce manuscrit, qui porte désormais un numéro d’inventaire unique, P.Lips. Inv. 3000, est achevée depuis 2018, accompagnée d’un apparat critique utilisant les sigles sa1 sa9 et saII pour les trois types de texte. En attendant sa parution, je récapitule ici les principaux apports que ce codex fournit à l’histoire du texte4 :

– Tout en suivant sa 1 (et sa 9 selon les cas) contre la révision, le P.Lips. présente occasionnellement une omission de ⲁⲩⲱ ou ⲇⲉ qui lui est propre.

– Dans son accord avec sa 1, sa 92 appuie parfois une leçon de sa 1 qui semblait isolée : c’est le cas de Mc 8, 3, où sa 92 présente aussi l’omission de « chez eux » (εἰς οἶκον αὐτῶν) dans la phrase « et si je les renvoie sans manger chez eux » (variante mentionnée dans la première partie).

– Les variations qui opposent le P.Lips. à tous les témoins sahidiques sont nombreuses, mais mineures ; elles attestent une certaine liberté dans la transmission du texte (omissions, additions, différence dans l’ordre de mots, petites variations morpho-syntaxiques, quelques choix lexicaux particuliers).

– Le P.Lips. n’a pas de parenté particulière avec sa 9 contre les autres témoins, malgré une provenance géographique similaire (quand sa 1 et sa 9 diffèrent, il est presque toujours du côté de sa 1), en-dehors de quelques variations mineures communes.

– Les variations qui opposent P.Lips., sa 9 et saII d’un côté, à sa 1 de l’autre, ne sont pas toujours faciles à interpréter. Certaines peuvent correspondre à des traits isolés du manuscrit sa1, d’autres, plus significatives, sont révélatrices d’un contact du P.Lips. avec la version révisée.

– Enfin, même si le texte du codex de Leipzig trahit parfois une influence régionale dans la langue et l’orthographe, les rapprochements entre le P.Lips. et certains passages attestés en dialecte fayoumique (version « fa ») sont très occasionnels et ne montrent aucune affinité particulière avec cette version.

7. Réexamen des témoins sur papyrus

Le rattachement du P.Lips. au type saI invitait à réexaminer les autres témoins sur papyrus, jusque là plutôt négligés, d’une part à cause de leur état particulièrement fragmentaire, d’autre part parce que leur provenance n’est pas toujours bien assurée. Du moins peut-on dire qu’ils ne proviennent ni du monastère Blanc ni du monastère de Saint-Michel au Fayoum, ce qui permet d’élargir l’enquête sur la circulation des traductions.

Or la situation semble assez claire pour la plupart d’entre eux : si sa 92, codex de papyrus copié au Fayoum, est un témoin de saI, les autres sont tous des témoins de saII. Comme saII est majoritaire dans les manuscrits copiés au monastère Blanc, on s’attend à ce que ce texte circule en Haute-Egypte et c’est le cas, par exemple, pour sa 7, qui provient d’un manuscrit copié dans la région de l’actuelle Louqsor, aux 7e-8e siècles, pour un petit fragment provenant d’une autre bibliothèque de la même zone monastique5, ou encore sa 287, de provenance précise inconnue, mais probablement de la même région ; c’est également le cas de sa 245 et sa 249, débris dont la provenance n’est pas assurée.

Londres, BL Or. 7561, f. 1R
Londres, BL Or. 7561, f. 1R

Le fragment sa 213 a une importance particulière6, car ses caractéristiques codicologiques et paléographiques permettent de lui attribuer une date haute (fin du 5e siècle?), peut-être presque aussi haute que celle de sa 1, ce qui en ferait le plus ancien témoin de saII, tandis qu’une provenance d’un monastère du sud de la Moyenne-Egypte (région d’Antinooupolis7) peut être proposée. Il est donc intéressant à deux titres puisqu’il fournit une attestation de saII dans cette région et une sorte de terminus ante quem de la révision saII (j’y reviendrai en conclusion).

Paris, Inv. Sorb. 2518 R
Paris, Inv. Sorb. 2518 R

            On peut ajouter à ces fragments divers le témoignage de quelques textes non littéraires, surtout des amulettes, qui contiennent le début (et parfois la fin) des quatre évangiles8. La plus intéressante est une amulette conservée à Fribourg, qui contient le début et la fin de Mc, dans une traduction conforme à saI, notamment avec la fin « brève » de l’évangile en 16,8, alors que dans deux inscriptions pariétales en contexte également magique, l’une à Abydos (Haute-Egypte) et l’autre en Nubie, c’est saII qui est utilisé pour la fin de Mc (16,18b-20, et 16,20 respectivement)9. Une tablette provenant de Qarara (nord de la Moyenne-Egypte) et datée du 8e-9e siècle, atteste Mc 6, 23-27, dans une traduction qui semble de type mixte : dans cette région, l’influence de saI est donc encore sensible à une période assez tardive10.

8. Vers une meilleure compréhension des textes mixtes

8.1. Le témoignage du manuscrit sa 123

Le manuscrit sa 123 (Horner 73), un tétraévangile du monastère Blanc dispersé entre Londres, Paris et Venise et attribuable au 9e-10e s., présente, pour l’évangile de Marc, des corrections plus ou moins substantielles, sous la forme d’additions marginales, de lignes ou portions de lignes effacées, parfois remplacées par un autre texte, etc.

Londres, BL Or 3579B f. 35R. Détail.
Londres, BL Or 3579B f. 35R. Détail

La manière dont Horner avait noté ces corrections dans son apparat ne permettait pas de savoir à quel(s) principe(s) elles obéissaient. Une fois toutes les images des feuillets de Mc conservés (neuf feuillets) à notre disposition, nous avons étudié de près ces corrections et compris leur économie générale, qui peut s’énoncer en trois traits : 1) le texte de sa 123, avant correction, est globalement affilié à saI, avec quelques contaminations de saII et quelques leçons propres ; 2) les corrections ont pour but de rapprocher le texte de celui de saII ; 3) les corrections ne sont pas systématiques11

Si on appelle sa 123a le texte du manuscrit avant correction (texte que l’aspect imparfait des tentatives d’effacement permet la plupart du temps de reconstruire), et sa 123b le texte obtenu après correction, on peut faire les remarques suivantes :

– sa 123a peut être considéré comme un témoin supplémentaire de saI ;

– sa 123b est un texte mixte entre saI et saII que nous voyons en construction ;

– sa 9 pourrait être le résultat d’un travail de compilation du même genre.

Comme sa 123 et sa 9 sont assez proches sur le plan paléographique, et que sa 123 présente des traits, tant paléographiques que textuels, qui pourraient trahir une influence de la région du Fayoum, il est possible que sa 123, bien que provenant du monastère Blanc de Haute-Egypte, fasse partie de ces nombreux manuscrits qui ont circulé (ainsi, peut-être, que les copistes) entre ces deux régions, et plus spécialement entre les deux monastères, au 10e siècle. Le texte obtenu dans sa 123b n’est pas identique à celui de sa 9, ce qui pourrait signifier qu’il y a eu, dans ce milieu « fayoumique », diverses tentatives de compilation. Cela pourrait impliquer aussi que d’autres manuscrits sont susceptibles d’attester un texte mixte, éventuellement différent de sa 123b et de sa 9, ou semblable à l’un deux.

Est-ce à dire qu’il n’y a pas un type de texte mixte, mais seulement des textes mixtes ?

8.2. La « famille » de sa 9

En travaillant à l’édition critique de certains chapitres, nous nous sommes aperçues que trois autres manuscrits, sa 125, sa 152, sa 156, sont assez étroitement affiliés à sa 9. Cela permet, pensons-nous, de définir sa 9 comme le représentant principal du type mixte principal, attesté dans une famille de quatre manuscrits. Les relations entre les membres de cette famille doivent encore être étudiées de plus près. Comme sa 123, les trois manuscrits de la famille autres que sa 9 proviennent du monastère Blanc, mais présentent des caractéristiques paléographiques et codicologiques qui trahissent l’influence d’un milieu « fayoumique ». Etablir un classement chronologique de ces témoins est une tâche malaisée : on est tenté de faire de sa 9, produit au Fayoum, le témoin le plus ancien (9e siècle), mais la prudence reste de mise avant une enquête plus approfondie.

Conclusion : l’heure des bilans et des nouvelles questions

Grâce à une collaboration étroite avec nos collègues coptisants de l’INTF de Münster, Katharina Schroeder et Siegfried Richter, qui, dans la perspective de la nouvelle Editio Critica Major du texte grec de Mc, ont effectué une édition ligne à ligne du texte sahidique, en utilisant tous les témoins connus jusqu’ici, nous sommes en mesure de classer 86 manuscrits et fragments (Horner en avait 56). Les résultats sont les suivants :

  • – 15 témoins de saI (dont deux lectionnaires)
  • – 53 témoins de saII (dont quinze lectionnaires)
  • – 4 témoins du type mixte de sa 9
  • – 4 témoins d’autres textes mixtes
  • – 1 « inclassable »12
  • – 9 fragments trop réduits pour être classés

            L’édition critique que nous préparons peut être poursuivie, en donnant les trois types de texte, mais en changeant l’ordre saI-sa 9-saII pour saI-saII-sa 9.

            L’histoire de la transmission du texte sahidique peut être reconstruite, en partie en rapport avec celle du texte grec, en partie indépendamment. En voici les principaux éléments :

 

1) Il existe une traduction « ancienne » (saI) dont le témoin le plus ancien est le manuscrit sa 1 ; cette traduction a peut-être été élaborée au Fayoum vers la fin du 3e siècle : ce n’est pour le moment qu’une hypothèse, qui demande à être étayée par une étude précise de la langue du manuscrit sa 1. Sur le plan textuel, étant donné l’âge de cette version et le fait que le texte grec de Mc est resté longtemps sujet à variation, les variantes de saI sont à considérer de près, particulièrement celles qui ne semblent pas attestées en grec. Un exemple suffira à illustrer ce point délicat :

En Mc 2,3, le texte grec majoritaire a Καὶ ἔρχονται φέροντες πρὸς αὐτόν παραλυτικὸν …, « Et ils viennent en lui apportant un paralytique », tandis que W (appuyé par deux témoins du texte « césaréen ») ajoute ἰδοὺ ἄνδρες devant ἔρχονται. La majorité des témoins coptes sahidiques a cette addition, mais sa 1 (appuyé par le fragment sa 480) a un texte plus bref (ⲁⲩⲉⲓⲛⲉ ⲇⲉ ⲉⲣⲁⲧϥ ⲛⲟⲩⲣⲱⲙⲉ ⲉϥⲥⲏϭ), qui semble correspondre au grec *Καὶ φέρουσι πρὸς αὐτόν παραλυτικὸν … Avons-nous là une variante ancienne non transmise dans les témoins grecs conservés, ou s’agit-il d’une simplification du traducteur ?

 

2) La traduction ancienne a fait l’objet d’une révision sur le plan linguistique et textuel. Les plus anciens témoins de cette traduction révisée (saII) sont : a) le fragment de papyrus Sorbonne Inv. 2518 (Moyenne-Egypte, 5e s. ?) ; b) une citation de Mc 9,3 dans le Canon 8 de Chénouté, supérieur du monastère Blanc de la fin du 4e à la moitié du 9e siècle (le manuscrit qui atteste cette citation est du 8e s., mais on estime généralement que les œuvres de Chénouté se sont transmises de manière très stable). Il n’est pas exclu que cette révision ait eu lieu au monastère Blanc, ou monastère de Chénouté, sous la supervision de ce dernier, mais cela reste une hypothèse13.

 

3) Les deux traductions sont en circulation ; la traduction ancienne saI reste minoritaire et semble circuler davantage dans le Fayoum et le nord de la Moyenne-Egypte (elle est aussi moins uniforme, les témoins portent des traces de contamination), tandis que la traduction révisée saII semble exclusivement utilisée dans toute la vallée du Nil au sud d’Oxyrhynchos, et jusqu’en Nubie, comme l’atteste un feuillet provenant de Qasr Ibrim. La majorité des lectionnaires utilise saII, sauf deux (qui semblent liés au Fayoum).

 

4) Au 9e siècle, on voit apparaître les premiers témoins d’un texte mixte, résultat d’une compilation des deux traductions saI et saII. Il ne s’agit plus de contamination sporadique, mais d’un véritable « nouveau texte », comme le montrent, d’une part le manuscrit sa123, qui révèle comment la compilation pouvait se faire, d’autre part l’existence d’une « famille » sa9-sa125-sa152-sa156. Cette dernière montre qu’au moins un type mixte a fait autorité, mais il est probable que d’autres manuscrits attestent divers types de textes mixtes.

 

L’existence de ces types mixtes pose à son tour plusieurs questions, quant aux raisons et à la période du travail de compilation. Si les premiers témoins d’un tel travail datent du 9e siècle et si, comme nous l’avons vu, c’est dans la région du Fayoum qu’il semble avoir été entrepris, il est tentant de le mettre en rapport avec la constitution (ou reconstitution) de la bibliothèque du monastère de Saint-Michel au Fayoum, qui semble avoir pris place entre 840 et 920 environ14. Le besoin de nouveaux manuscrits aurait pu amener les acteurs de leur fabrication (copistes, ecclésiastiques, moines) à prendre conscience qu’on manquait d’un texte homogène pour Mc et à essayer de le réviser encore une fois. Les relations qui existaient entre le Fayoum et la Haute-Egypte ont probablement toujours existé, mais une circulation des manuscrits du scriptorium de Toutôn (Fayoum) – où avait été produite une partie de manuscrits de Saint-Michel – vers le monastère Blanc est bien attestée au 10e siècle, ce qui pourrait expliquer la présence de témoins de types mixtes dans ce dernier monastère.

 

Bien des points de cette histoire restent à certes à éclaircir, mais ses principales étapes semblent désormais être en place. La traduction copte du texte de l’évangéliste Marc, dont l’Eglise copte revendique le patronage, reste, dans sa variété, un beau sujet d’étude.

  1. Entre les deux parties, j’ai présenté l’ensemble du dossier lors du séminaire mensuel de la section Grecque et de l’Orient chrétien (04/02/2021). Je remercie vivement mes collègues de leurs remarques et questions qui m’ont permis, sur plusieurs points, de préciser ou infléchir ma réflexion. []
  2. Un exemple de cette présentation se trouve dans A. Boud’hors & S. Torallas Tovar, « Mc 1,1-11. La tradition manuscrite copte », dans : Évangile de Marc. Les types de texte dans les langues anciennes (Mélanges de Sciences Religieuses t.62, fasc. 2), Lille, avril-juin 2005, p. 37-49. []
  3. A. Boud’hors, « Le caractère harmonisant des traductions de l’évangile de Marc en copte sahidique », in C.B. Amphoux & K. Elliott (ed.), Recherches textuelles sur les psaumes et les évangiles (Actes du colloque de Tbilisi, 19-20 septembre 2007), Leiden 2012 (paru en 2011), p. 251-261. []
  4. Ce manuscrit est désigné par le sigle sa 92 dans la base SMR de Münster (voir première partie). []
  5. Voir A. Boud’hors et E. Garel, « Que reste-t-il de la bibliothèque du monastère de Saint-Phoibammon ? », in A. Łajtar, A. Obłuski, I. Zych (éd.), Aegyptus et Nubia Christiana. The Włodzimierz Godlewski Jubilee Volume on the Occasion of his 70th Birthday, Varsovie 2016, p. 47-60. []
  6. Je réédite ce fragment (Inv. Sorbonne 2518) dans Coptica Sorbonensia. Textes de la 6e université d’été de papyrologie copte, dir. A. Boud’hors & A. Delattre, à paraître. []
  7. Le fragment de parchemin sa 470, nettement plus tardif, est censé provenir de Cheik-Abadeh (Antinoé) et atteste le type saII. []
  8. Ces témoins ne sont pas pris en compte dans la base SMR. []
  9. Sur tous ces témoins, voir A. Boud’hors & Sofía Torallas Tovar, « A propos d’une inscription copte du temple d’Abydos : retour sur les finales de l’évangile de Marc en copte », à paraître. []
  10. Edition A. Delattre & K. A. Worp, « Trois tablettes de bois du Musée de Leyde », Chronique d’Egypte 87 8.1(2012), p. 361-382, part. p. 371-374. []
  11. Les résultats de cette enquête sont exposés dans A. Boud’hors et S. Torallas Tovar, « Philolological Work on the Sahidic Gospel of Mark in the Ninth Century: The Case of sa 123 », Journal of Coptic Studies 22, 2020, p. 29-44. []
  12. Il s’agit de sa 357L, qui fournit, parmi d’autres lectures pour la fête d’un saint, une version de la finale longue de Mc qui ne correspond pas à celle de saII. []
  13. Hypothèse qui pourrait être étayée par le fait que le manuscrit sa 143, copié au monastère Blanc au 7e ou 8e siècle, est un des seuls manuscrits de Haute-Egypte à attester saI. []
  14. Voir L. Depuydt, Catalogue of the Coptic Manuscripts in the Pierpont Morgan Library, Louvain 1993, vol.  , p. CXII-CXVI. []

Anne Boud'hors

Directrice de recherche, spécialiste de manuscrits, textes et documents coptes.

More Posts


Une réflexion sur « L’évangile de Marc en copte sahidique : bilan d’une recherche au long cours (suite) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.