Paris, Institut Catholique Copte 1, f. 64V. Portrait de l’évangéliste Marc (13e s.)

L’évangile de Marc en copte sahidique : bilan d’une recherche au long cours

Arrivant bientôt au terme des recherches entreprises en 1985 sur la version copte sahidique de l’évangile de Marc (que j’abrégerai désormais Mc), j’ai souhaité en exposer ici les principales étapes et les résultats les plus importants. Cette présentation sera divisée en deux parties, la première allant grossièrement de 1985 à 1993, la seconde couvrant la période plus récente (à suivre).

Rappel : le dialecte copte sahidique fut la langue littéraire et véhiculaire de la vallée du Nil entre le 4e et le 12e siècle environ.

1. Au fil des découvertes de manuscrits : éditions de Mc en copte sahidique au 20e siècle

Les textes du Nouveau Testament copte sahidique ont été parmi les premiers à bénéficier de la découverte, dans les années 1880, des vestiges de la bibliothèque du dit monastère Blanc (Haute-Egypte). Plusieurs savants se sont en effet attachés à reconstruire les centaines de manuscrits sur parchemin de cette bibliothèque, largement dépecés et dispersés à travers le monde dans la décennie suivant leur découverte. Dès 1911, George W. Horner était en mesure de publier les premiers volumes d’une édition critique du Nouveau Testament sahidique1. Le texte édité est hétéroclite, puisqu’aucun manuscrit n’était complet. L’apparat critique, en deux parties superposées, fournit d’abord les sigles des différents témoins, verset par verset, avec leurs variations orthographiques, puis les variantes des témoins non retenues dans le texte principal. Le volume III contient, après l’édition de l’évangile de Jean, un répertoire des manuscrits reconstruits, indiquant la localisation de chaque fragment. A titre d’exemple, pour l’évangile de Marc, qui nous occupera ici, le texte de Horner se fondait sur cinquante-six témoins, la plupart pas antérieurs au 7e-8e siècles, certains n’attestant que quelques versets, les plus longs quelques chapitres.

La situation n’évolua guère durant les soixante ans qui suivirent. Quelques fragments inconnus de Horner furent publiés ou catalogués, et quelques variantes avec son édition parfois signalées. Peu de choses au total, car le texte du Nouveau Testament sahidique apparaissait comme bien stable.

C’est en 1972 que Hans Quecke publia un manuscrit complet de l’évangile de Marc conservé aux archives des Jésuites à Barcelone2.

P.Palau Ribes Inv. 182, f. 1R
P.Palau Ribes Inv. 182, f. 1R

De ce manuscrit exceptionnel par son état de conservation et sa date ‑ probablement le 5e siècle, c’est-à-dire de beaucoup plus ancien que les manuscrits du monastère Blanc (pas antérieurs aux 7e-8e siècles) ‑, H. Quecke donna une édition semi-diplomatique de remarquable qualité, accompagnée d’un apparat critique contenant seulement les variantes d’un autre manuscrit complet, mais encore inédit. Ce dernier, M 569, acquis en 1910 par le collectionneur new-yorkais John Pierpont Morgan, n’avait pas pu être utilisé par Horner. Provenant du monastère de Saint-Michel au Fayoum, il peut être attribué au 9e siècle.

New York PM 569 f. 39R
New York PM 569 f. 39R

Avec sa rigueur et sa prudence habituelles, H. Quecke relevait, dans le texte du manuscrit de Barcelone, un état de langue souvent archaïque et un certain nombre de particularités textuelles, qui n’entamaient pas, selon lui, le caractère unitaire de la tradition sahidique, et dont l’étude demandait des recherches approfondies qui n’entraient pas dans le cadre d’une editio princeps. Dans les années suivantes, il allait publier les deux autres évangiles contenus dans le codex de Barcelone, à savoir Luc et Jean, et établir que l’ordre des évangiles dans le codex était [Matthieu]-Luc-Jean-Marc, donc apparenté au type « occidental »3.

Un an plus tard, Tito Orlandi publia un compte-rendu de l’édition de Quecke4. Aujourd’hui encore, après des années de recherche sur le texte sahidique de Marc, je reste émerveillée par la clairvoyance, la finesse des analyses de cette recension, ainsi que par les perspectives de recherche qu’elle ouvrait. Soulignant d’une part l’importance de l’état de langue du manuscrit pour l’histoire du copte, T. Orlandi établissait d’autre part l’existence d’une double tradition du texte sahidique, dont l’état ancien, représenté par le P.Palau Inv. 182, avait été l’objet d’une révision linguistique et textuelle attestée par l’autre manuscrit complet (M 569) et par la majorité des manuscrits utilisés par Horner. Il s’interrogeait sur les circonstances et les modalités de cette révision. Il établissait aussi que la révision n’avait pas condamné la traduction ancienne à disparaître, car cette dernière se retrouvait dans un des témoins de Horner (H 72), probablement pas antérieur au 10e siècle. Il plaidait enfin pour la constitution de familles de manuscrits et une meilleure prise en compte des témoins coptes dans les éditions du Nouveau Testament grec, le sigle général « sa » n’étant plus suffisant.

Il n’est pas inutile de rappeler que 1972 est aussi la date d’un important essai de Gerd Mink5, collaborateur de l’Institut für die neutestamentliche Forschung de Münster, où s’élaborent les éditions successives du texte grec du Nouveau Testament connues sous le nom de « Nestle-Aland ». A l’aide de nombreux exemples, G. Mink montre combien il est difficile de déterminer quel texte grec est à l’origine d’un texte copte quand il y a plusieurs possibilités, étant donné les différences radicales entre les catégories grammaticales des deux langues. Cette prudence salutaire est désormais largement partagée chez les coptisants, allant parfois jusqu’à l’excès. S’y ajoute un scepticisme plus ou moins explicite sur la possibilité de trouver des raisons aux variations entre les manuscrits et d’établir des affinités entre certains d’entre eux. La bigarrure des traductions coptes serait due à la fantaisie des traducteurs et des copistes. En témoigne le jugement émis par Gérard Godron dans son propre compte rendu de l’édition de Quecke : « De toute façon, l’existence de plusieurs traducteurs coptes ayant œuvré indépendamment et dont les travaux auraient donné les divers groupes qui nous sont parvenus me semble très plausible et soutenue par le fait que, comme le remarque le P. Quecke (p. 52-53), le même mot grec, dans le même passage, est parfois rendu par un vocable copte différent selon les manuscrits. Et l’on imagine sans peine chaque communauté monastique traduisant le livre saint pour son propre compte en se servant du manuscrit grec dont elle disposait »6. Jugement hâtif qui semblait vouer à l’échec toute tentative d’y voir clair…

2. Dans les traces de Tito Orlandi : confirmation d’une tradition textuelle divisée

De tout ce qui vient d’être exposé, je n’avais qu’une conscience bien incomplète lorsque, à partir de 1984, nommée pour quatre ans « pensionnaire » de la Bibliothèque nationale à Paris, je me mis en quête de nouveaux vestiges du Nouveau Testament parmi les centaines de fragments du monastère Blanc non encore identifiés, regroupés dans les quatre volumes Copte 132 (1)-132 (4) et les dizaines de fragments sous-verre Copte 133(1) et 133(2). Et je n’avais pas connaissance des deux comptes-rendus évoqués ci-dessus quand je tombai sur un petit fragment (132(4) f. 312) qui contenait des bribes de Mc 9, et qui présentait en deux points une affinité avec le texte édité par Quecke contre l’édition de Horner :

Paris, BNF Copte 132(4) f. 312V
Paris, BNF Copte 132(4) f. 312V

l’un était, en 9,41, une forme « archaïque » du pronom de 2nde personne du pluriel (ⲧⲏⲛⲟⲩ vs. ⲧⲏⲩⲧⲛ, la forme standard), l’autre la présence du mot copte ⲛϩⲟⲩⲟ, correspondant à μᾶλλον dans le passage de 9,42 (καλόν ἐστιν αὐτῷ μᾶλλον εἰ περίκειται λίθος μυλικὸς περὶ τὸν τράχηλον, « mieux vaut pour lui qu’il ait au cou une meule de moulin »), là où le texte de Horner ne l’avait pas. Ayant pu rattacher le fragment au n°18 de Horner, un manuscrit attribuable aux 7e-8e siècles, dont les restes se trouvent partagés entre la BnF et le musée des Antiquités de Leyde, j’examinai les autres passages de Mc conservés par ce manuscrit (2,12-18 ; 3,4-10 ; 7,30-8,26).

Paris, BNF Copte129(7)f.28R
Paris, BNF Copte129(7), f.28R

Des douze variantes textuelles que je relevais alors, je reprends ici quelques exemples7 :

– 2,16 : P.Palau 182 et H 18 ont la leçon « Pourquoi mange-t-il et boit-il avec les pécheurs et les péagers ? », tandis que M 569 et le reste des manuscrits de Horner lisent « Pourquoi votre maître (ⲡⲉⲧⲛⲥⲁϩ / ὁ διδάσκαλος ὑμῶν) mange-t-il et boit-il (avec les pécheurs et les péagers : M 569 / avec les péagers et les pécheurs : Horner) ? ». La variante « votre maître » est attestée, de manière minoritaire, en grec. On notera aussi que la majorité des témoins grecs a seulement « mange-t-il » alors que le copte sahidique est unanime à adopter la variante « mange-t-il et boit-il ».

– 8,9 : P.Palau 182 et H 18 ont la leçon « Et ils étaient environ quarante mille », tandis que M 569 et Horner ont « Et ceux qui mangèrent (ⲛⲉⲧⲟⲩⲱⲙ / οἱ φαγόντες) étaient environ quarante mille », variante bien attestée en grec.

En deux cas cependant, H 18 s’éloigne de P. Palau 182 :

– 2,17 : H 18 est le seul à ajouter « au repentir » après « je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs » ; cet ajout existe dans certains manuscrits grecs et d’autres versions orientales. Je pense aujourd’hui qu’il s’agit plutôt d’une harmonisation avec Mt 9,13, mais n’anticipons pas, car cette question complexe de l’harmonisation sera traitée plus loin. Cette variante, en tous cas, illustre une certaine liberté des copistes.

– 8,3 : P.Palau 182 est le seul à présenter l’omission de « chez eux » (εἰς οἶκον αὐτῶν) dans la phrase « et si je les renvoie sans manger chez eux » ; cette omission existe dans quelques témoins grecs plus tardifs.

Récapitulons les acquis de cet examen et les questions qu’il pose :

(a) La tradition textuelle sahidique de Mc est divisée pour les passages examinés (ce qui ne remet pas en question le fait qu’il s’agit fondamentalement d’une même version : cf. 2,16).

(b) En cas de division, H 18 se trouve la plupart du temps du côté de P.Palau 182.

(c) Cependant H 18 n’est pas une copie de P.Palau 182.

(d) P.Palau 182, étant de loin le plus ancien témoin, est susceptible d’attester seul des variantes anciennes du grec.

(e) La position du manuscrit M 569 n’est pas complètement claire (cf. Mc 2,17).

(f) Est-il possible d’établir un lien entre les variations du texte copte et celles du texte grec ?

Il est temps de jeter un œil à la tradition textuelle grecque.

3. Un cadre de travail stimulant : « Marc multilingue »

Je n’aurais peut-être pas poussé plus loin ces recherches si je n’avais pas été en contact, dès 1984, avec Christian Amphoux, chercheur au CNRS et spécialiste de critique textuelle du Nouveau Testament. Ayant déjà fait des hypothèses sur l’histoire de la tradition textuelle de Mc en grec, C. Amphoux souhaitait créer un groupe de travail réunissant des spécialistes des diverses versions anciennes (latin et les différentes langues orientales), afin d’élaborer une traduction commune et d’examiner les variantes textuelles. Cette équipe a travaillé, avec plus ou moins de régularité, jusqu’à 2013, et si les travaux n’ont pas abouti à un résultat d’ensemble visible, le cadre qu’ils m’ont fourni m’a permis de persévérer dans l’élucidation de la tradition sahidique. Il n’est pas question ici d’entrer dans le détail de l’histoire du texte grec telle que la voyait C. Amphoux, mais d’en rappeler quelques points importants, en mettant en garde le lecteur quant à son côté forcément simplificateur8.

 Selon C. Amphoux, le texte  grec de Marc est resté fluctuant jusqu’à la fin du 4e siècle, et six des grands onciaux grecs représentent chacun une des diverses éditions successives du texte, faites à Rome, Alexandrie ou Antioche, entre 120 et 380 environ, qu’il classait dans un ordre chronologique : D/05 (Codex de Bèze), copié vers 400, contenant les évangiles dans l’ordre Mt-Jn-Lc-Mc (et les Actes) ; W/032 (Codex Freer), 5e siècle, tétraévangile (Mt-Jn-Lc-Mc) ; Θ/038 (Codex de Koridethi), 7e-9e siècle, tétraévangile (Mt-Mc-Lc-Jn) ; א/01 (Codex Sinaïticus), 4e siècle, bible grecque (LXX-NT) ; B/03 (Codex Vaticanus), 4e siècle, bible grecque (LXX-NT) ; A/02 Codex Alexandrinus, 5e siècle, bible grecque (LXX-NT). א et B sont les principaux témoins du texte dit « alexandrin », auquel sont traditionnellement rattachées les versions coptes. W, qui est d’origine égyptienne, a des affinités avec une partie de la tradition sahidique, comme on le verra.

Washington, Codex Freer. Ais de bois peint de la couverture.
Washington, Codex Freer. Ais de bois peint de la couverture.

Il conserve d’ailleurs l’ordre « occidental » des évangiles, comme D et comme le manuscrit copte P.Palau 182. On doit encore mentionner P45, un codex de papyrus provenant d’Egypte (Chester Beatty Codex I), copié dans la deuxième moitié du 3e siècle, contenant les évangiles (dans l’ordre Mt-Jn-Lc-Mc) et les Actes, dont le texte présente de nombreuses variantes libres, sans représenter un type de texte connu. Toujours selon C. Amphoux, pour Mc, ce texte serait « proto-alexandrin », encore éloigné de celui du 4e siècle. Un sondage ultérieur m’a convaincue qu’il n’a qu’une proximité limitée et irrégulière avec  les traductions coptes, .

La dernière place de Mc dans l’ordre « occidental » est à mettre en rapport avec son caractère particulier (sur le plan de la langue comme du contenu), et son usage plus réduit dans la lecture liturgique. Il semble qu’on ait un écho de ce peu de considération dans le Contre Celse (VI, 36), où Origène répond ainsi au philosophe, qui ne croit pas à la résurrection : « Puis il plaisante sur le bois [de la vie] par une double raillerie, le disant introduit pour la raison ou bien que notre maître a été cloué à la croix ou qu’il était charpentier de profession ; il ne voit pas que le bois de la croix est décrit dans les livres de Moïse ; en outre il n’observe pas que nulle part dans les Évangiles reçus dans les Églises, Jésus n’est lui-même qualifié de charpentier »9. Comme l’indique l’éditeur en note : « Origène ne connaît donc pas la leçon de Mc 6,3 ὁ τέκτων ὁ υἱὸς τῆς Μάριας, mais seulement celle de Mt 13,55 ὁ τοῦ τέκτονος υἱός ». Cette leçon de Mc ne sera corrigée que de manière minoritaire dans une partie de la tradition grecque ainsi que, de manière surprenante, par P45, évoqué plus haut, le plus ancien des témoins égyptiens, ce qui confirme l’absence de relation entre ce papyrus et la tradition copte sahidique10.

Une tradition fluctuante en grec, dont les effets se seraient fait sentir jusqu’à la fin du 4e siècle, ne pouvait pas être restée sans effet sur les traductions coptes, que l’on situe généralement, pour les plus anciennes, dans le courant du 3e siècle. Dans ce contexte, et une fois découvert le compte rendu de T. Orlandi, je pouvais poursuivre l’enquête et l’approfondir, afin d’essayer de comprendre mieux les relations entre les différents manuscrits ou familles de manuscrits.

4. En route vers un premier stemma

4.1. Nouveaux instruments de travail

La fin des années 1980 et le début des années 1990 virent la parution de nouveaux instruments de travail, plus ou moins susceptibles d’insuffler une nouvelle dynamique aux recherches sur le Nouveau testament sahidique. Tout d’abord, le texte de Mc du manuscrit M 569 fut publié en 1988 par G. Aranda Perez11. Cette édition se présentait comme critique, avec deux apparats superposés contenant les leçons des autres manuscrits, le premier regroupant les variantes qui résulteraient du choix du traducteur et n’affecteraient pas le sens du texte, le second les variantes textuelles significatives. Cette distinction ne résiste pas à l’examen de détail. De plus, comme les manuscrits n’ont pas été collationnés, ces apparats sont truffés d’erreurs. Enfin, les manuscrits sont encore cités avec le numéro de l’édition de Horner.

Or, en 1986 était paru le premier volume d’un nouveau répertoire des manuscrits sahidiques des évangiles, tandis que deux autres volumes allaient être publiés, en 1989 et 1991 respectivement12. Fruit des travaux de l’INTF de Münster, ce répertoire attribue à chaque manuscrit ou fragment sahidique des évangiles un sigle « sa » suivi d’un numéro. Chaque numéro fait l’objet d’une description détaillée. Sans compter les manuscrits apparus dans le courant du 20e siècle, ceux répertoriés par Horner s’y trouvent souvent complétés par de nouveaux fragments, soit un enrichissement de plus de 30% en quantité de documentation. Ainsi le manuscrit P.Palau de Barcelone serait désormais désigné par « sa 1  », M 569 par « sa 9 », les deux manuscrits H 18 et H 72 déjà rencontrés par « sa 143 » et « sa 162 », etc. Aujourd’hui, ces informations sont mises à jour et complétées dans la base de données « SMR »13. Si on consulte cette base, on y trouve des équivalences avec Biblia Coptica (BC), un autre répertoire concurrent pour les manuscrits bibliques, initié en 1995 par Karlheinz Schüssler, et dont quatorze fascicules sont parus. Ce système a été abandonné après 2015, au profit d’un répertoire unique pour l’Ancien et le Nouveau Testament, le classement de Münster y étant adopté pour le Nouveau Testament14.

4.2. Traduction ancienne vs. traduction révisée

En 1992, j’ai pu, pour la première fois, présenter une vision d’ensemble mise à jour des deux branches de la tradition textuelle de Mc en copte sahidique, que j’appelais provisoirement T1 et T2, la seconde étant la révision de la première15. Étendant la recherche aux chapitres 1, 2-4 et 7-9, les mieux attestés par la documentation, et à tous les manuscrits et fragments disponibles, j’ai classé les variantes en trois types : lexicales, morpho-syntaxiques, textuelles. Les deux premières catégories permettent d’apprécier les possibilités dont dispose le traducteur, la troisième de déceler quel type de texte ont utilisé les versions. L’étude des deux premières catégories de variantes permet aussi de vérifier que les deux branches ne sont pas indépendantes, mais que l’une est bien la révision de l’autre. En voici deux exemples :

– Pour traduire le verbe grec « chercher » (ζητεῖν), les textes du Nouveau Testament sahidique utilisent toujours la locution verbale ϣⲓⲛⲉ ⲛⲥⲁ, sauf Mc T1, où le verbe employé est un synonyme, ⲕⲱⲧⲉ ⲛⲥⲁ (neuf occurrences). Mc T2 a généralement remplacé ⲕⲱⲧⲉ ⲛⲥⲁ par ϣⲓⲛⲉ ⲛⲥⲁ, mais a omis de le faire une fois, en Mc 11,18 (« ils cherchaient comment le faire périr »)16.

– La leçon de Mc 3,5, ἐπὶ τῇ πωρώσει τῆς καρδίας αὐτῶν, « (attristé) de l’endurcissement de leur cœur », a été traduite ainsi par T1 : ⲉϫⲙ ⲡⲧⲱⲙ ⲛϩⲏⲧ ⲙⲡⲉⲩϩⲏⲧ, littéralement « de la fermeture de cœur de leur cœur ». Cette traduction littérale, glosant le mot grec πώρωσις, dont le sens métaphorique ne devait pas être tout à fait évident, entraînait une maladroite répétition du mot « cœur », que T2 a remplacée par la locution idiomatique ⲉϫⲙ ⲡⲉⲩⲧⲱⲙ ⲛϩⲏⲧ, « de leur fermeture de cœur ».

Dans la même perspective stylistique, déjà relevée par T. Orlandi, se place la traduction de καί (« et ») coordonnant de phrases. Le texte grec fait un usage surabondant de καί, que T1 traduit majoritairement par la conjonction copte ⲁⲩⲱ, tandis que T2 remplace très souvent ⲁⲩⲱ par ⲇⲉ (grec δέ), d’une manière qui, ne semblant pas systématique, restait alors à quantifier. Aujourd’hui, je suis en mesure d’aller un peu plus loin :

– grec καί = T1 ⲁⲩⲱ = T2 ⲇⲉ : 129 occurrences ;

– grec καί = T1 + T2 = ⲇⲉ : 115 occurrences.

Parmi tous ces cas, il n’en est que quelques-uns où la tradition grecque est divisée et présente une variante δέ. Il se peut aussi que l’influence d’un passage parallèle de Mt avec δέ ait parfois joué un rôle, mais là encore, l’explication ne s’applique pas à la majorité des cas. Pour compléter le tableau, il faudrait encore calculer le nombre d’occurrences où T1+T2 traduisent uniformément καί par ⲁⲩⲱ. Mais on peut déjà constater que les occurrences où la tradition sahidique est unitaire dans la traduction de καί par ⲇⲉ sont presque aussi nombreuses que celles où elle est divisée. Cela n’est pas sans poser des questions sur les modalités de la traduction ancienne (qualité du/des modèle(s), principes de traduction, etc.), particulièrement complexes à saisir, comme sur les choix des acteurs de la révision.

Concluons provisoirement sur cette révision. Elle vise une amélioration qui passe par la précision de certaines traductions, l’actualisation de certains archaïsmes et une tendance à l’harmonisation avec les autres évangiles. Cette tendance, bien visible dans certains changements lexicaux, apparaît aussi dans un grand nombre de variantes textuelles. La variante de Mc 8,9, vue plus haut (addition de « ceux qui mangèrent »), qui est attestée dans plusieurs manuscrits grecs, dont D, W et A, pourrait être une harmonisation avec le passage parallèle de Mc 6,44 ou Mt 14,21. Cette harmonisation s’est-elle faite directement en copte ou par l’intermédiaire d’un modèle grec ? C’est un point qu’il conviendra d’approfondir.

Un autre point digne d’intérêt est que cette révision, si elle est toujours explicable a posteriori, n’est ni prévisible ni systématique. Là encore, une enquête de détail permettrait probablement de déterminer si les interventions du réviseur sont particulièrement visibles dans les cas où des passages parallèles existent dans les autres évangiles synoptiques, ou dans les passages utilisés pour la lecture liturgique.

Enfin, dans le stemma très rudimentaire que je présentais à l’époque, la position de sa 9 restait incertaine.

Stemma provisoire
Stemma provisoire

Ce manuscrit semblait suivre tantôt T1 tantôt T2, si bien que je me demandais, sans pouvoir le décider, s’il s’agissait d’un texte intermédiaire, ou d’un texte mixte. Et que penser de manuscrits comme sa 123 et sa 127, dont le texte semblait aussi flottant ?

Alors, plutôt trois branches que deux ? Tant que le texte de sa 9 n’était pas caractérisé de manière claire, mieux valait le conserver comme un témoin distinct, d’autant qu’il était complet. Mais il fallait continuer l’enquête…

Lire la suite

  1. G. W. Horner, The Coptic Version of the New Testament in the Southern Dialect otherwise called Sahidic and Bohairic, Oxford, 1911-1924, 7 vol. []
  2. H. Quecke, Das Markusevangelium Saidisch. Text der Handschrift PPalau Rib. Inv.-Nr.182 mit den Varianten der Handschrift M569, Barcelone 1972. []
  3. Voir ci-dessous pour les témoins grecs de ce texte « occidental ». []
  4. T. Orlandi, compte rendu de H. Quecke, Das Markusevangelium Saïdisch (1972), Studia Papirologica XII (1973), p. 107-109. []
  5. Die koptischen Versionen des Neuen Testaments: Die sprachlichen Probleme bei ihrer Bewertung für die griechische Textgeschichte, Berlin 1972. []
  6. G. Godron, compte-rendu de H. Quecke, Das Markusevangelium Saïdisch (1972), Chronique d’Egypte 48 (1973), p. 401-403. []
  7. Voir A. Boud’hors, « Fragments coptes-sahidiques du Nouveau Testament à la Bibliothèque nationale de Paris », dans Actes du colloque “Bible et informatique: le texte” (Louvain-la-Neuve, 2-4 sept. 1985), p. 389-398. L’évaluation des variantes dans la perspective de la tradition grecque est souvent erronée dans cet article et sera corrigée dans des travaux ultérieurs. []
  8. On peut se reporter à Ch.-B. Amphoux, « Le texte grec de Marc », dans Evangile de Marc. Recherches sur les versions du texte. Mélanges de Science Religieuse 56/3, juillet-septembre 1999, p. 5-25. []
  9. Édition par M. Borret, Origène. Contre Celse t. III (Livres V et VI), Paris 1969 (Sources chrétiennes 147), p. 267-268. C’est moi qui souligne. []
  10. Certains manuscrits de la plus tardive version bohaïrique, l’autre grand dialecte du copte, ont également la leçon « le fils du charpentier ». []
  11. G. Aranda Perez, El evangelio de san Marco en copto sahidico Madrid 1988 (Testos y estudios “Cardenal Cisneros”). []
  12. F.-J. Schmitz & G. Mink, Liste der koptischen Handschriften des Neuen Testaments. I. Die sahidischen Handschriften der Evangelien, Bd I.1, I.2.1, I.2.2, Münster 1986, 1989, 1991. []
  13. SMR-Datenbank koptischer neutestamentlicher Handschriften des Projektes Novum Testamentum Graecum – Editio Critica Maior der Nordrhein-Westfälischen Akademie der Wissenschaften und der Künste (http://intf.uni-muenster.de/smr/). []
  14. Voir F. Feder & S. G. Richter, « Reconstructing and Editing the Coptic Bible. The Münster-Göttingen Collaboration for a Complete Reconstruction and Edition of the Coptic Sahidic Bible », Journal of Coptic Studies 22 (2020), p. 95-100 []
  15. Voir A. Boud’hors, « L’Évangile de Marc en copte-sahidique: essai de clarification », Acts of the Fifth International Congress of Coptic Studies, Rome 1993, vol.2, p. 53-65. []
  16. Pour plus de détails, notamment sur la répartition textuelle et géographique des deux synonymes, voir « ‘Chercher’ en copte : à propos d’une variation lexicale », dans J. P. Monferrer-Sala & A. Urban (ed.), Sacred Texts. Explorations in Lexicography, Francfort 2009 (Studien zur romanischen Sprachwissenschaft und interkulturellen Kommunikation 57), p. 15-29. Dans Mc 16,6, pour lequel à l’époque je n’avais pas pu collationner les témoins de T2, le remplacement a bien été fait. []

Anne Boud'hors

Directrice de recherche, spécialiste de manuscrits, textes et documents coptes.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.