De Florence à Cambridge : deux folios du texte grec du Viatique du voyageur d’Ibn al-Ǧazzār retrouvés

Ce billet de blog a pour but de présenter une découverte qu’il m’a été permis de faire d’un fragment du texte grec de l’encyclopédie médicale du Viatique du voyageur d’Ibn al-Ǧazzār, préservé à l’intérieur d’un manuscrit grec de Galien aujourd’hui au Gonville and Caius College de l’Université de Cambridge. Comme on le verra, ces deux folios d’un manuscrit important du XIVe siècle ne se sont pas retrouvés là par hasard, mais ils témoignent de la curiosité dont a fait preuve l’érudit humaniste John Caius lors de son voyage en Italie entre les années 1539 et 1544. Ils sont, enfin, un exemple de ce qu’il est possible d’exhumer des nouveaux fragments de manuscrits médicaux, qui étaient jusqu’alors répertoriés sous des titres trompeurs.

Galien ingénieur ? Un mystérieux traité galénique « Sur les portes »

Le manuscrit Cambridge, Gonville and Caius College, 47 (24) est un manuscrit médical  grec donné à ce College par son second fondateur, le célèbre humaniste, médecin et éditeur John Caius (1510-1573). Selon le catalogue ancien de James, le livre, qui regroupe plusieurs morceaux de traités galéniques, est du XVe siècle et l’œuvre de quatre scribes. Ce sont les deux derniers folios (non numérotés, que nous désignerons par f. 1* et f. 2*) qui nous intéressent ici. Leur contenu est décrit par James comme Fragmentum Galeni de Portis. Ce dernier note :

Begins in Porta XVII near the beginning, Καὶ βλάβης εἶδον. Ends in Porta XIX (8 lines from the beginning) ἰατροὶ τοῦ κόπτειν τὴν ἄκραν.

Est-il possible d’en savoir plus sur ce mystérieux traité galénique ? Une recherche dans le répertoire de textes médicaux d’Hermann Diels (p. 122, n° 251) montre que ce traité s’y trouve bien. Il est répertorié sous un titre grec et un titre latin : le titre grec Περὶ τῶν ιβʹ θυρῶν (πυλῶν ?) est mis entre crochets droits ; le titre latin est « De XII Portis ». Trois manuscrits grecs et deux manuscrits latins sont mentionnés. Les trois grecs sont celui de Cambridge et deux manuscrits conservés à Oxford (cités sous la cote « Ashmol. mss. Angl. 7638 et 7787 »). En fait, un rapide examen montre que seul celui de Cambridge est grec ; les « deux » oxoniens ne sont en fait qu’un seul manuscrit latin du fonds Ashmole, conservé aujourd’hui à la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford (MS Ashmole 1471, fin du XIVe siècle1).

Ce traité « Sur les portes » n’est donc transmis, en grec, que dans ce fragment du manuscrit de Cambridge. Le terme de « Porta » qui donne son titre à ce curieux traité pose problème : la description qu’en fait James indique que « porte » semble être un synonyme de « chapitre », puisque l’extrait conservé sur ces deux folios commence par la « porte XVII » et se termine avec la « porte XIX ». Or, en grec, « porte » ne veut pas dire « chapitre » ; c’est en arabe que le mot « porte » (bāb) désigne couramment le chapitre. Ce mystérieux extrait galénique serait-il donc traduit de l’arabe ?

Un nouveau fragment du livre VI (sur l’avortement et l’expulsion du placenta) de la version grecque du Viatique du voyageur d’Ibn al-Ǧazzār

Je n’ai malheureusement pas eu accès au manuscrit lui-même, mais un examen du microfilm disponible à la section grecque et de l’Orient chrétien de l’Institut de recherche et d’histoire des texte (IRHT) montre que c’est bien le cas.

Cambridge, Gonville and Caius College, 47 (24), f. 1*r (début du fragment)

 

Cambridge, Gonville and Caius College, 47 (24), f. 2*v (fin du fragment)

 

Plus intéressant encore, le texte contenu dans ces deux folios n’est rien moins qu’un fragment de la traduction grecque du Viatique du voyageur, une célèbre encyclopédie médicale arabe composée par le Kairouanais Ibn al-Ǧazzār (Xe s.)2. Cette dernière est composée de sept livres qui présentent un classement des maladies de la tête aux pieds. Le livre VI s’intéresse aux maladies liées aux organes génitaux et à la reproduction.  Or, les chapitres 17 à 19 présents sur ces deux folios traitent précisément de cette thématique, puisqu’il est question, dans le chapitre 17, de remèdes abortifs, comme le montrent les premières lignes du f. 1* :

]καὶ βλάβης, εἶδον, ὅτι εἶπον περὶ βοτανῶν καὶ εἰδῶν τῶν φθειρουσῶν τὴν γονὴν ἐν | τῇ μήτρᾳ, καὶ κωλυόντων ἐγκυμονεῖσθαι καὶ ἕτερα εἴδη τὰ κτείνοντα βρέφη καὶ ἐκβάλλοντα ἀπὸ τῆς μήτρας

] et le mal [qu’ils causent], j’ai vu qu’ils parlaient des plantes et des remèdes qui corrompent le sperme dans la matrice et empêchent d’être enceinte, et d’autres remèdes qui tuent les fœtus et les expulsent de la matrice

Le chapitre 18 (f. 1*v) explique comment procéder à l’expulsion du placenta (titre : πρὸς τὸ ἐκβαλεῖν τὸ ἔπιπλον ἀπὸ τῆς μήτρας, « pour expulser le placenta de la matrice ») ; le chapitre 19 (f. 2*v), interrompu après huit lignes, présente un contenu différent, sur la sciatique (περὶ ἰσχιάδος), et doit être compris avec le chapitre suivant (20), sur la goutte (περὶ ποδαλγίας).

Membra disiecta d’un manuscrit important de la tradition du Viatique conservé à Florence, le Laurentianus Plut. 75.4 (XIVe s.)

L’examen du microfilm montre que les deux folios sont copiés sur un papier à vergeures épaisses bien visibles, ce qui permet de situer leur datation dans la seconde moitié du XIVe siècle, et non au XVe siècle comme on le lit dans le catalogue. Ils comportent 35 lignes à la page et on distingue des traces de rubrication dans le titre des chapitres et les initiales. Le scribe utilise une écriture de petit module où les lettres sont fortement détachées les unes des autres.

Est-il possible de retrouver le manuscrit grec du Viatique d’où ils proviennent ? Oui : il s’agit d’un manuscrit de Florence, le Laurentianus Plut. 75.4, qui comporte une lacune entre les folios 173 et 174 correspondant précisément aux deux folios du manuscrit de Cambridge. Le texte suit parfaitement, l’écriture et les caractéristiques codicologiques sont bien les mêmes.

Laurentianus Plut. 75.4, f. 173v (fin du chapitre VI.16 et début du chapitre VI.17, mutilé)

 

Laurentianus Plut. 75.4, f. 174r (chapitre VI.19, mutilé au début)

 

La présence de ces deux folios du Laurentianus dans le manuscrit de Cambridge ne s’explique pas par un simple accident matériel : le f. 1* correspond au dernier folio du 22ème cahier du Laurentianus (la signature de cahier est bien visible dans la marge inférieure du verso) et le f. 2* constitue donc le premier folio du 23ème cahier. On ne comprendrait pas bien pourquoi le dernier folio d’un cahier et le premier folio du suivant auraient disparu. En outre, les talons des folios sont encore présents aujourd’hui dans le Laurentianus, ce qui indique que ces derniers ont été découpés ou arrachés au manuscrit d’origine.

Cambridge, Gonville and Caius College, 47 (24), f. 1*v. Signature de fin de cahier 22 (κβʹ) dans la marge inférieure

Le ms. Cambridge, Gonville and Caius College, 47 (24), un manuscrit composite à l’histoire mouvementée

Si étonnant qu’il puisse paraître, ce larcin n’est à vrai dire pas une surprise, comme le montre une analyse plus précise du manuscrit de Cambridge, de son contenu et de sa constitution.

Si le manuscrit était sommairement attribué au XVe siècle et à quatre mains par le catalogueur James, des travaux plus récents de Vivian Nutton3 et de Nigel Wilson4 ont montré que c’était en fait un volume composite, formé de quatre unités codicologiques (parties) distinctes et d’époques différentes ; la numérotation des folios redémarre d’ailleurs à chaque nouveau traité, comme l’a mis en évidence Stéphane Berlier qui a donné récemment une présentation et une description du manuscrit5.

La première, la plus étendue (ff. 1r-159v, partie 1), présente les livres I-VI (fin manquante) du De methodo medendi de Galien : elle est du XVe siècle et est due au copiste Georgios Tzangaropoulos (RGK I 72, II 93, III 121), prêtre crétois actif d’abord auprès de Michel Apostolis, érudit responsable d’un prolifique atelier de copie en Crète, puis auprès du cardinal Bessarion.

La seconde (ff. 0r-49v, partie 2), qui offre un extrait du De usu partium de Galien, est due à une main attribuable, selon Nigel Wilson, au XIIe siècle. Selon Stéphane Berlier, elle est proche (sans leur être identique) de celle des collaborateurs de Ioannikios (RGK II 283, III 341), célèbre (quoique encore mystérieux) scribe de manuscrits médicaux et philosophiques. Surtout, il a pu montrer que ces folios provenaient d’un manuscrit de Florence, le Laurentianus Plut. 74.4.

Dans la troisième (f. 1r-9v, partie 3), on peut lire un extrait du De placitis Hippocratis et Platonis, toujours de Galien. Là encore, le catalogue attribue l’écriture au XVe siècle mais Vivian Nutton a été en mesure de montrer que ces folios provenaient aussi d’un manuscrit de Florence, Laurentianus Plut. 74.22 (anciens ff. 19-21, aujourd’hui remplacés par des folios blancs), que Nigel Wilson situe aussi dans le milieu de Ioannikios : ils remontent donc également au XIIe siècle.

La quatrième (f. 1*r-2*v, partie 4) est constituée par nos deux folios du Viatique.

Deux des quatre parties (les parties 2 et 3) ont déjà été identifiées comme provenant de deux manuscrits de la Laurentienne : les deux folios du Viatique permettent donc d’ajouter une troisième partie issue, elle aussi, d’un manuscrit de cette bibliothèque.

La Bibliothèque Laurentienne : une mine d’or dont John Caius a prélevé quelques pépites

Comment ces folios de trois manuscrits florentins se sont retrouvés dans le manuscrit de Cambridge ? Il faut aller voir du côté de son possesseur au XVIe siècle, John Caius. C’est en effet lui qui a constitué le volume, en vue de l’édition en particulier du livre VII du De usu partium, absent de l’édition Aldine de Galien (1525) en raison d’une lacune dans le manuscrit modèle de l’édition (Parisinus gr. 2148) et qu’il cherchait donc à tout prix à éditer.

John Caius (1510-1573), artiste inconnu, Ancient House, Museum of Thetford Life (http://www.artuk.org/artworks/dr-john-caius-15101573-409)

 

On sait que l’érudit a effectué un voyage en Italie entre 1539 et 1544, au cours lequel il a eu accès à un grand nombre de manuscrits. On sait aussi que le Laurentianus Plut. 74.22, d’où les folios du De placitis Hippocratis et Platonis (partie 3) sont tirés, n’était pas mutilé en 1491 lorsqu’Ange Politien le vit dans la bibliothèque de Pierleone Leoni da Spoleto ni quand John Caius l’a collationné vers 1543, mais qu’ils manquaient en 1582 lorsque le cardinal Sirleto négocia pour acheter le livre. Vivian Nutton a donc émis l’hypothèse que le bibliothécaire de la Laurentienne aurait pu prêter à Caius ces folios, que ce dernier aurait oublié de rendre ; mais, selon Nutton, il apparaît plus vraisemblable qu’il les ait plus simplement volés. Stéphane Berlier a montré qu’il en était de même pour les folios du De usu partium tirés du Laurentianus Plut. 74.4, tout en s’interrogeant (p. 13-14) :

Comment ces folios, initialement dans L [Laurentianus Plut. 74.4], se sont-ils retrouvés entre les mains de John Caius ? Comme pour le De placitis Hippocratis et Platonis, plusieurs hypothèses sont envisageables : achat ? emprunt non restitué ? vol ? Difficile de le déterminer, car s’il ne s’agissait que du passage nécessaire à l’édition du texte de la lacune du livre VII, on pourrait croire à un vol ciblé ; a contrario, pourquoi voler des « bouts » de plusieurs livres ? À moins que le manuscrit ne fût en mauvais état, que ces différents éléments ne se soient déjà désolidarisés de la reliure et que Caius les ait emportés ainsi, selon une pratique d’ « emprunt » d’ailleurs fort courante à cette époque d’effervescence intellectuelle mais aussi de concurrence commerciale.

Nous avons vu que les talons étaient bien visibles aujourd’hui dans le Laurentianus Plut. 75.4, ce qui semble indiquer que Caius n’a pas trouvé des folios détachés mais qu’il les a volontairement découpés.

Un autre détail mérite d’être souligné : on trouve dans la marge supérieure du f. 1*, d’une main qui est celle de John Caius, le titre du chapitre 17 et les premiers mots manquants jusqu’à καὶ βλάβης, début du fragment. Caius a donc eu accès au début du chapitre, qui se trouvait dans le manuscrit d’origine. Or, la leçon φθειρόμενα dans ce titre est unique au Laurentianus Plut. 75.4 (les autres manuscrits de la même famille donnent φθειρομένων), ce qui prouve que Caius l’a recopié sur le Laurentianus lui-même, avant d’emporter les deux folios : il souhaitait donc avoir l’intégralité du texte du chapitre 17 ainsi que le chapitre 18 (au f. 2*v, le chapitre 19 commence mais est rapidement interrompu), preuve de son intérêt pour ces deux chapitres, l’un sur l’avortement et l’autre sur l’expulsion du placenta, dont il trouvait sans doute le contenu utile ou original par rapport à ce qu’il avait lu chez les médecins grecs.

Cambridge, Gonville and Caius College, 47 (24), f. 1*r. Note de John Caius dans la marge supérieure (début du chapitre qui précède immédiatement). On lit bien, dans la première ligne, quatrième mot en partant de la fin, φθειρόμενα.

 

Il reste deux questions en suspens : le Laurentianus Plut. 75.4 a été restauré, comme j’ai pu le mettre en évidence dans ma thèse de doctorat6, par le copiste anonyme qu’on désigne sous le nom d’« Occidental arrondi » pour le premier folio du livre (f. 3), et par Francesco Zanetti au f. 137r (il complète un blanc laissé par le copiste principal). Cette restauration a dû avoir lieu dans la seconde moitié des années 1560 (donc presque 20 ans après la visite de John Caius vers 1543) en préparation de l’ouverture au public de la Bibliothèque Laurentienne en 1571. Elle a été effectuée à partir de l’autre manuscrit du Viatique que renferme la bibliothèque, le Laurentianus Plut. 74.19. Or, ce dernier manuscrit possède bien le texte correspondant aux deux folios subtilisés par Caius : pourquoi donc ne pas avoir restauré ces deux folios, déjà manquants dans la seconde moitié des années 1560, à partir du Laurentianus Plut. 74.19 ? Il est probable que les deux restaurateurs ne se sont pas aperçus de la lacune, visible seulement à l’aide d’un examen attentif.

Ensuite, nous avons vu que le traité « De XII Portis » était aussi transmis en latin : il vaudrait la peine d’aller voir le contenu du texte dans les manuscrits afin de mieux cerner la nature de ce texte : s’agit-il d’un extrait de Galien auquel on aurait donné ce titre étonnant ? Ou d’une traduction de l’arabe en latin ? Le mystère reste, pour le moment, entier.

Conclusion

L’histoire des textes réserve donc bien des surprises. Le ms. Cambridge, Gonville and Caius College, 47 (24) n’est donc plus seulement constitué de deux fragments de manuscrits de la Laurentienne, mais de trois, grâce à l’identification qui a pu être faite ici de deux folios du texte grec du Viatique du voyageur. Cela montre d’abord la curiosité de l’humaniste John Caius, ici, certes, mise au service de moyens discutables. Mais on voit aussi par là qu’il est toujours possible de retrouver des fragments de manuscrits qu’on croyait perdus à jamais. Une enquête dans les autres manuscrits grecs ayant appartenu à John Caius au Gonville ans Caius College de Cambridge s’impose donc, afin d’y chercher (et, avec un peu de chance, y trouver), d’autres fragments de manuscrits médicaux victimes des aléas de l’histoire des textes : cela pourra être facilité par la mise en ligne progressive de ces manuscrits par la Cambridge University Library, en particulier pour les manuscrits grecs de Cambridge.

  1. Les cotes 7638 et 7787 sont des cotes Madan, qui renvoient toutes deux au manuscrit (latin) Ashmole 1471 : voir F. Madan, A summary catalogue of Western manuscripts in the Bodleian Library at Oxford which have not hitherto been catalogued in the quarto series with references to the Oriental and other manuscripts. Vol. II. Part II: Collections and miscellaneous MSS. acquired during the second half of the 17th century, Oxford, 1937, p. 1140 et 1144 . Pour la notice de ce manuscrit, voir W. H. Black, A descriptive, analytical and critical catalogue of the manuscripts bequeathed unto the University of Oxford by Elias Ashmole, Oxford, 1845, col. 1280-1286 []
  2. Pour une présentation du texte et de ses différentes versions, on pourra se reporter à T. Miguet, « Premiers jalons pour une étude complète de l’histoire du texte grec du Viatique du voyageur (ἐφόδια τοῦ ἀποδημοῦντος) d’Ibn al-Ǧazzār », Revue d’histoire des textes 12, 2017, p. 59-105 []
  3. V. Nutton, John Caius and the Manuscripts of Galen, Cambridge, 1987. []
  4. N. Wilson, « Aspects of the Transmission of Galen », in G. Cavallo (éd.), Le strade del testo, Bari, 1987, p. 47-64. []
  5. S. Berlier, « John Caius et le De usu partium. Contribution à l’histoire du texte de Galien », in Revue d’histoire des textes, 6, 2011, p. 1-14, ici p. 9-10. []
  6. « Recherches sur l’histoire du texte grec du Viatique du voyageur d’Ibn al-Ǧazzār », sous la direction de Brigitte Mondrain, soutenue à l’École pratique des Hautes Études (EPHE) le 23 novembre 2019, actuellement en cours de publication []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.