LES VERSIONS COPTES DU MARTYRE DE JACQUES LE PERSE

Première séance du séminaire Manuscrits en Méditerranée, jeudi 1er octobre 2020, 13h, Campus Condorcet, Bâtiment Recherche Nord.

Le projet ANR « Transperse », porté par Christelle et Florence Jullien, a pour intitulé complet : « Les Actes des martyrs perses entre Orient et Occident. Transmissions interculturelles et représentations au début du 5e siècle » (https://transperse.hypotheses.org/):

« Le projet TransPerse souhaite favoriser, par des approches pluridisciplinaires, notre compréhension de l’histoire des échanges interculturels entre la Perse et les espaces aux frontières – Caucase, milieu byzantin – jusqu’à l’Égypte et l’Occident latin, sur une période circonscrite : les règnes des Sassanides Yazdgird Ier et Wahrām V (399-438), à partir du croisement d’une riche documentation littéraire largement inexploitée, parfois difficile d’accès ou encore mal identifiée. Le premier objectif de ce programme est de réunir, éditer et analyser ces Actes pour la première fois dans leur ensemble. Le second défi, qui lui est corrélé, sera d’étudier ces Actes dans le prisme des transmissions interculturelles entre Orient et Occident. Le troisième défi de ce projet est de faire émerger l’image de ces règnes contrastés dans une démarche comparative avec les matériaux de la documentation contemporaine et postérieure à partir de la constitution d’un Sourc-e-book en ligne, un outil numérique ouvert adressé à un large public. »

Je suis chargée des versions coptes, en collaboration avec Anna van den Kerchove, professeur à l’IPT, et avec Chiemi Nakano, qui travaille aussi sur les versions syriaques.

En copte, deux textes de ce dossier sont conservés : le Martyre de Gobidlaha et Caxo (un fragment de papyrus) et le Martyre de Jacques l’Intercis, de loin le mieux attesté. Si Jacques fait bien partie d’un ensemble de saints martyrisés en Perse au début du 5e siècle, l’œuvre copte est attribuée à la période de l’opposition post-chalcédonienne (5e-6e s., et plutôt 6e s.).

Cette œuvre est identifiée sous le numéro Clavis Coptica 0278 dans le Corpus dei Manoscritti Copti Letterari = CMCL, dont les données sont reprises dans la base PAThs (https://atlas.paths-erc.eu/).

Un article de P. Devos1 fait le point sur les différentes versions de ce texte, traduit en latin la version syriaque et édite quatre recensions grecques (α β γ δ). L’opinion commune semble être que la version copte est traduite du grec, lui-même traduit du syriaque.

En copte, il existe une version en dialecte sahidique (S), avec peut-être plusieurs recensions, et une version bohaïrique (B, dialecte de la Basse-Egypte), probablement proche de la recension grecque α (ce qui sera à confirmer ou à préciser, les recensions α et β étant en cours d’étude par Anna Lampadaridi).

Les manuscrits

1 Version B (3 témoins du monastère de Saint-Macaire [Ouadi-Natroun])

– Vatican Copte 59 (f. 1-29R)

Hebbelynck & A. van Lantschoot, Codices Coptici Vaticani Barberiniani Borgiani Rossiani. I. Codices Coptici Vaticani, Rome 1937, p. 400-412.

Images : https://digi.vatlib.it/view/MSS_Vat.copt.59

Daté de 883-884 par le colophon (f. 29V), qui est plutôt un ensemble de notes de lecteur, mais cette date est contestable, et il faut probablement la repousser d’un siècle.

Cette version est complète, elle a été éditée par I. Balestri et H. Hyvernat2. Des autres textes du recueil Vatican copte 59, seul un Sermon sur Gabriel attribué à Archelaos de Neapolis (CC 0045), qui suivait directement le Martyre de Jacques, peut être rattaché au même codex d’origine.

Une traduction anglaise d’A. Alcock est disponible en ligne (https://www.academia.edu/19636469/James_the_Persian). Une traduction allemande de l’épisode final du transfert des reliques a été faite par O. von Lemm dans Iberica, St-Pétersbourg 1906. La révision de l’édition et la traduction française sont à la charge d’Anna van den Kerchove. Plusieurs passages ont été examinés dans mon séminaire de copte dans l’année 2019-2020.

– Fragments d’un autre codex B (Leipzig [Universitätsbibliothek 1088, f. 2 et 15-16] et musée Copte) = 2 feuillets et un bifolio. Ed. J. Leipoldt, Katalog der Islamischen, Christlich-Orientalischen, Jüdischen und Samaritanischen Handschriften der Universitäts-Bibliothek zu Leipzig, Leipzig 1906, 408-409 (Bl. A 2), 411 (Bl. D 15-D 16); H. Evelyn White, The Monasteries of the Wadi El Natrûn, Part I: New Coptic Texts from the Monastery of Saint Macarius, New York 1926, 75 (n° XIV) [Plate XII.A (= C1, f. 2r)].

– Feuillet d’un 3e codex B : Leipzig, Universitätsbibliothek 1087, f. 4. Ed. Leipoldt, Katalog, 401 (Bl. 4) ; Evelyn White, The Monasteries, 75 et n. 3.

2 Version S (3 témoins)

– Londres BL Or. 7561, fr. 120-121 (CLM 829 ; TM 108058)

Fragment d’un codex de papyrus (deux fragments d’un même feuillet). 7e-8e siècle. Région thébaine (collection Harris).

Cf. B. Layton, Catalogue of the Coptic Manuscripts in the British Library…, Londres 1987, n°165.

Dans le même codex se trouvaient aussi des fragments des textes suivants : Martyre de Polycarpe, homélie sur la mort de Jean-Baptiste, Martyre de Philotheos d’Antioche, Vie de Côme et Damien.

Le fragment du Martyre de Jacques donne le début du texte, avec le titre. Il est paginé 105-106, et l’un de ceux du martyre de Philotheos est paginé 191-192.

– (CMCL) MONB.EE = PAThs CLM 358

Vatican Borgia Copte 109 cass. XXVII 145, 1-5R. 11e-12e s.

Images: https://digi.vatlib.it/view/MSS_Borg.copt.109.cass.XXVII.fasc.145

Fragments édités par A. Giorgi, De miraculis Sancti Coluthi …, Rome 1793, p. 245-272.

L’intérêt de ces fragments est de fournir la fin du texte, qui ne contient pas l’histoire du transfert des reliques longuement décrit dans la version B.

Dans ce codex se trouvaient aussi des fragments relatifs à saint Claude d’Antioche (éd. Godron), le Martyre de sainte Théonoé, et une homélie sur Lc 11,5-15 attribuée à Athanase.

– CLM 6566 : Paris BnF 129(16) 78 et 78bis, deux feuillets, rattachés au manuscrit MONB.EE par le CMCL, qui proviennent en fait d’un autre codex. 10e-11e s. 

Le système supralinéaire très particulier du texte de ces feuillets permet de les rapprocher de trois autres unités codicologiques identifiées par PAThs, manifestement copiées par la même main :

=> MONB.YV (=CLM 638) = Chénouté, Varia (Acéphale 14), restent 2 feuillets (p. 115/116 et 129/130).

=> MONB.BI (= CLM 295) = De divitiis; In Michaelem, attribué à Pierre d’Alexandrie, restent 6 feuillets (p. 13/14, 19/20, 35/36, 39-42, 47/48 avec signature de fin du 3e cahier).

=> MONB.CN (= CLM 321 + CLM 1917 ?) = Enkomion de Théodore l’Anatolien et de Théodore le Stratélate, attribué à Théodore d’Antioche, puis le Martyre de Théodore d’Anatolie. 24 feuillets.

Comme il n’y a aucun passage commun entre les trois témoins S, il est difficile de voir dans quelle mesure cette version est uniforme. Si on se base sur le peu que l’on sait de certains textes hagiographiques, grâce à des comparaisons entre des fragments thébains (ou d’Edfou) attribuables aux 7e-8e siècles, et des témoins plus tardifs (Monastère Blanc ou monastère de St-Michel au Fayoum), le texte semble assez stable, moyennant des différences attendues dans une transmission relativement « fluide »3.

3. Synaxaire copte-arabe

fête au 27 Hathor (23 novembre) => dépend vraisemblablement de la version B ; éd. Basset. En cours d’étude par d’autres spécialistes.

II. Le Récit

On peut distinguer trois grandes parties (présentes dans la version B et le synaxaire) :

– L’égarement provisoire de Jacques dans le paganisme, dû à son amitié avec le roi de Perse, et son retour au christianisme à la suite d’une lettre de sa mère et de sa femme.

– Le martyre du saint, à qui l’on coupe les membres les uns après les autres (d’où son nom d’Intercis), jusqu’à la décapitation finale. Après chaque amputation, le saint rend grâce à Dieu en donnant au numéro du membre coupé une interprétation biblique. Cette partie est très répétitive.

– Le transfert des reliques jusqu’au lieu de culte final, près d’Oxyrhynchos en Egypte. Cette partie n’existe que dans la version B.

=> La mère et la sœur de Jacques l’ensevelissent auprès des saints martyrisés sous Shapour.

=> Le martyrion étant menacé de destruction par ordre du roi, des fidèles emportent les reliques jusqu’à Jérusalem et les déposent dans le monastère « des Ibères » où se trouve Pierre l’Ibère, évêque de Gaza.

=> À son tour, Pierre l’Ibère, anti-chalcédonien poursuivi par l’empereur Marcien, doit fuir à Alexandrie, où il emporte les reliques. Mais la présence de l’archevêque chalcédonien d’Alexandrie, Protérios, le menace aussi. À la suite d’une apparition de Jacques, Pierre se rend alors à Oxyrhynchos/Pemdjé (Moyenne-Égypte) et, après quelques péripéties, dépose le corps dans un petit village du nom de Paim, où un martyrion sera construit et un culte rendu au saint.

            Le narrateur a pris soin de justifier la présence de ce culte en Égypte :

« Et si quelqu’un conteste, en disant : ‘Comment ce saint est-il apparu dans le pays d’Égypte, alors qu’il est originaire du pays des Perses ?’, qu’il comprenne que Celui qui a emmené Joseph hors de la terre d’Égypte après sa mort pour le ramener à la terre de son héritage, c’est Lui aussi qui a guidé saint Jacques, qui l’a emmené hors de ce pays où on adore la créature plus que le créateur, et l’a conduit au pays d’Égypte, où des foules de martyrs ont accompli leur combat et reçu la couronne impérissable ».

III. Questions à examiner

1. Relations entre B et S

La version B dépend visiblement de la version S, qu’elle amplifie assez souvent. Cependant la version S du Monastère Blanc n’a pas la partie qui concerne le transport des reliques, ni apparemment le papyrus thébain (qui ne paraît pas assez long pour l’avoir contenue), ni aucune recension grecque. Cette partie est de coloration anti-chalcédonienne, une littérature qui existe cependant déjà dans la région thébaine au 7e siècle.

Si donc cet ajout a été fait en bohaïrique, quand, où, et par qui ?

N.B. A propos de la notoriété de Pierre l’Ibère (412-491) en Égypte :

Il semble que la Vie de Pierre l’Ibère (éd. Raabe 1895 de la version syriaque traduite du grec) ne soit pas connue en copte. En revanche, les Plêrophories de Jean de Maiouma (œuvre d’inspiration semblable, éd. Nau 1912 [P.O. VII] pour le texte syriaque traduit du grec, cc0183 pour la version copte) sont connues par les fragments de 4 manuscrits datables entre le 7e et le 10e siècles et provenant de diverses régions d’Égypte4. Pierre l’Ibère est connu dans la région thébaine (O.Cum 459 [7e-8e s.], dans une liste de livres : « Les Plêrophories de Pierre l’Ibère » [ ! Noter la confusion entre les deux œuvres], et il est fêté au synaxaire copte-arabe le 1er de Kihak (27 novembre.

2. Relations entre versions coptes et recensions grecques

La situation est assez complexe et le travail encore en cours. Il semble que S dépende le plus souvent de α, mais parfois plutôt de β, et parfois encore soit plus proche du syriaque que des recensions grecques. En voici un bref exemple, issu du § 9 du texte (une division commune en paragraphes a été adoptée pour toutes les versions du projet) :

[§9]

(On vient de couper à Jacques son dixième doigt, et ses bourreaux essaient de lui faire entendre raison, l’exhortant à sauver sa vie à profiter de ses richesses et de l’amour des siens)

Copte S

 « […] (78bis R = p. 81) tandis que [toi] tu es dans la région de Babylone. Et tu veux perdre ta vie sans voir qu’une petite parole sortie de ta bouche suffirait pour que tu vives ! ».

            Le bienheureux Jacques les regarda et dit : « Ce que vous voulez que je fasse, je ne le ferai pas. Nul qui met la main à la charrue, et qui se retourne en arrière, n’est bien disposé pour le Royaume des cieux. Est-ce qu’il est possible que ma mère ou ma femme soient au-dessus de Dieu, lui qui a dit : Qui a perdu sa vie à cause de moi la trouvera, et ‘Celui qui laissera père, mère, frère, femme ou enfant pour me suivre, je lui donnerai la vie éternelle et le repos avec mes élus’. À quoi vos paroles peuvent-elles me servir ? À moi certes, elles ne font pas de tort, mais pour vous, elles sont une pierre d’achoppement. Approchez plutôt, et ce qu’il vous a été ordonné de me faire, faites-le-moi. Ne m’épargnez pas ! ».

(Copte B a à peu près le même texte, avec une amplification du premier § : « …tandis que [toi] tu es dans la région de Babylone. Et tu veux perdre ta vie sans voir qu’une petite parole sortie de ta bouche suffirait pour que tu vives ! C’est un rien, et ton Dieu te le pardonnera. Car nous avons entendu dire que le Dieu des Nazôréens est miséricordieux et qu’il pardonne à ceux qui ont provoqué sa colère s’ils reviennent à lui. »)

Grec β

(« … Mais désormais, nous savons tous que tu es riche et que tu possèdes des richesses abondantes, et que, si tu le veux, tu peux vivre et te réjouir avec la compagne que tu as depuis ta jeunesse et avec ta mère ; elles se trouvent actuellement au pays des Huzites), alors que toi, tu te trouves au pays de Babel. Mais souhaites-tu perdre ta vie pour ne pas avoir dit un seul mot, celui qui te libérerait ? Laisse-toi convaincre par nous et tu seras sauvé. » Or, le bienheureux réfléchit à leurs propos et leur dit : «  Je ne ferai jamais cela ; qu’il n’en soit jamais ainsi ! Car nul homme qui a mis la main à la charrue et qui regarde en arrière, n’est propre au royaume de Dieu ».

Grec α a un texte complètement différent.

Syriaque

(« …Mais voici : nous savons que tu es riche et même que tu as, sans te fatiguer, de quoi te nourrir. Pense donc à l’épouse de ta jeunesse, elle qui est encore au pays des Huzites) – alors que tu es au pays de Babel. Mais tu persistes à te perdre parce que tu ne prononces pas le moindre mot qui, sortant de ta bouche, te conduirait aussitôt à la vie ! »

Le bienheureux les regarda et dit :

– « Un homme peut-il faire deux choses à la fois, à savoir de mettre la main au soc de charrue et retourner en arrière, et être apte au Royaume ? Mère et épouse seraient-elles pour moi plus précieuses que Dieu, Lui qui a dit : “Celui qui perdra sa vie à cause de moi la trouvera. Mais tout homme qui laissera son père, sa mère, ses frères et tout ce qu’il affectionne et qui compatira avec moi et viendra derrière moi, je lui donnerai la vie immortelle et pour toujours un repos sans fin ” ? Pourquoi rechercher désormais des paroles qui me nuisent et qui sont pour vous une pierre d’achoppement ? Approchez plutôt, faites ce qui vous a été ordonné et n’ayez pas de pitié ! ».

3. Culte de Jacques le Perse en Égypte

Si aucune trace de culte ne semble subsister dans la région d’Oxyrhynchos, le saint est très présent au Ouadi-Natroun. Les manuscrits B, qui proviennent du monastère de Saint-Macaire en témoignent, ainsi qu’un intéressant graffito dans l’église de la Vierge au monastère des Syriens, quatre lignes d’un certain Michael implorant « le Dieu de saint Jacques le Perse5. D’après l’Histoire des Patriarches d’Alexandrie, des reliques du saint étaient au Ouadi -Natroun à la fin du 11e siècle (cf. Evelyn White), d’autres sources suggèrent leur présence au monastère des Syriens avant cette date. Dans ce dernier monastère se trouve un reliquaire sculpté représentant, parmi d’autres saints, une figure debout en costume militaire, avec la légende ⲟ ⲁⲅⲓⲟⲥ ⲓⲁⲕⲟⲃⲟⲥ : un inventaire plus tardif montre qu’il s’agit de Jacques le Perse.

Quant à l’objet lui-même, il ressemble beaucoup à l’écran en bois que Moïse de Nisibe avait fait fabriquer pour l’église de la Vierge au début du 10e siècle, il doit donc dater de la même époque. Karel Innemée pense que ce reliquaire était placé dans une niche tout près de l’endroit où était le graffito de Michael.

Selon une indication d’Alice Croq, une fresque du XVIIIe siècle au monastère de Saint-Paul sur la mer Rouge, qui reprend certainement un programme iconographique plus ancien, représente Jacques le Perse en compagnie d’autres saints.

Il pourrait s’agir d’un cycle de saints non égyptiens. Les recherches de ce côté sont également à poursuivre.

  1. « Le dossier hagiographique de S. Jacques l’Intercis » (AnBol 71, 1953, p. 157-210 ; AnBol 72, 1954, p. 213-256 []
  2. Acta Martyrum II, Paris 1924, p. 24-61 []
  3. voir par exemple J. Djikstra & J. van der Vliet, « The Earliest Manuscript of the Coptic Life of Aaron (British Library, Or. 7558 [89] [93] [150]) », Vigiliae Christianae 69 (2015), 368-392 ; M. Müller & S. Uljas, Martyrs and Archangels : Coptic Literary Texts, Tübingen 2019 (part. le Martyre de Phoibammon) ; R.-G. Coquin, «Apollon de Titkooh ou/et Apollon de Bawit?», Orientalia 47 (1977), 435-446, part. p. 435, à propos de la Vie de Phib. []
  4. voir T. Orlandi, « Un frammento delle Pleroforie in copto », Studi e ricerche sull’Oriente cristiano 2.1 [1979], 3-12. []
  5. cf. J. van der Vliet, « History through inscriptions: Coptic epigraphy in the Wadi al-Natrun », Coptica 3, 2004, 187-207, part. p. 200-202. []

Anne Boud'hors

Directrice de recherche, spécialiste de manuscrits, textes et documents coptes.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.