5e école d’été de papyrologie copte : Barcelone, 6-13 juillet 2014

La 5e école d’été de papyrologie copte s’est tenue à Barcelone du 6 au 13 juillet 2014. Co-organisée par Maria Jesús Albarrán et Anne Boud’hors, elle s’intitulait « International Seminar in Coptic Papyrology » (voir le post du 22 novembre 2013). Les institutions d’accueil étaient d’une part l’université Pompeu Fabra de Barcelone, représentée par Alberto Nodar, professeur de grec, d’autre part la collection Palau Ribes, conservée dans les archives des Jésuites.

Université PompeuFabraÀ l’université avaient lieu les cours théoriques le matin, tandis que les après-midi étaient consacrés à l’étude en direct de papyrus coptes inédits.

Conférences3. Etude_papyrus

Dix-sept étudiants ont pris part à ce « séminaire », venus de onze pays (Allemagne, Belgique, Égypte, Espagne, France, Hongrie, Japon, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni, USA). Une bonne connaissance du copte leur était demandée, afin de pouvoir concentrer leurs recherches sur des questions de déchiffrement et d’interprétation des documents . En fin de stage, chaque étudiant a présenté pendant une dizaine de minutes le résultat de ses travaux de la semaine.

Présentation_Sarah

Cette année encore, les efforts conjugués des étudiants et de plusieurs enseignants ont permis d’avancer assez loin dans l’édition des textes, qui seront publiés dans un volume collectif prévu pour l’été 2016.

Conférences du matin

Elles étaient destinées à présenter aux étudiants les principaux instruments de travail et les différentes catégories de textes (surtout non littéraires, c’est-à-dire juridiques, économiques, lettres), ainsi qu’à leur indiquer les grandes tendances de la recherche, ses enjeux et ses perspectives.

Montserrat_conf_S.Richter

Documents : convergence vers le site de Baouit

Les papyrus de la collection Palau Ribes, quelques centaines de pièces écrites dans des langues diverses, ont été acquis par le jésuite José O’Callaghan dans les années 1960. En ce qui concerne les papyrus coptes, la plupart sont dans un état très fragmentaire, mais beaucoup appartiennent à des catégories de documents connues. Quelques-uns avaient déjà été étudiés par M. J. Albarrán, qui avait pu les rattacher à la documentation du monastère d’Apollô à Baouit, en Moyenne-Égypte. Ce monastère, en cours de fouilles par l’Ifao et le Louvre , est l’un des plus importants d’Égypte. Son activité – surtout l’activité économique ‑ est documentée du 6e au 9e siècle, mais ses archives ont été dispersées au gré de fouilles clandestines et d’achats sur le marché des antiquités. Leur reconstruction systématique, amorcée dans les années 1990 par la papyrologue Sarah Clackson, est possible grâce à l’existence de textes et formules propres à ce monastère, au recoupement de données onomastiques, à l’histoire des collections[1].

Les papyrus étudiés lors du séminaire ont encore grossi le nombre de documents provenant de Baouit d’au moins cinq ou six. Et c’est compter sans les documents « trafiqués » (voir ci-dessous). Esther G. et Joanne S. ont ainsi découvert, sur le papyrus P. Palau Ribes 367, les traces de la signature de Kêri(akos), supérieur du monastère au 8e siècle, déjà identifiée sur plusieurs autres documents (notamment P.Palau Ribes  inv. 433). Kêri ne savait pas assez bien écrire pour rédiger lui-même les documents émanant de son autorité, et sa signature gauche est très caractéristique.

Esther & Joannedétail P.Palau 367détail P.Palau 433

Des « faux » dignes d’attention

Une part non négligeable de la collection est constituée de papyrus que l’on peut qualifier de « faux », de ce type particulier où le faussaire a fabriqué, à partir de plusieurs fragments authentiques, un document factice qui semble complet. S’ils font illusion au premier abord, ces documents ne résistent pas à un examen détaillé : parfois certaines lignes sont disposées tête-bêche, d’autres fois, on identifie le début et la fin d’une formule connue, artificiellement raccordées l’une à l’autre sans donner aucun sens. M. J. Albarrán a présenté ces pratiques à la fin du stage. Ces documents devront être démontés et chacun de leurs fragments étudié pour lui-même, comme cela s’est déjà fait à l’abbaye de Montserrat, où le même phénomène a été constaté.

12._faux

Bible: fragments et un codex exceptionnel

Les papyrus coptes littéraires ne sont pas très nombreux dans la collection Palau Ribes. Deux étudiantes se sont néanmoins attachées à reconstituer les bribes d’un feuillet de papyrus contenant l’évangile de Matthieu. L’étude codicologique des livres coptes sur papyrus reste à faire, et tout fragment est important dans cette perspective.

En compensation, cette collection possède un trésor : il s’agit d’un des codices coptes anciens de parchemin (5e s.) les mieux conservés, communément appelé « codex de Barcelone », qui contient les évangiles de Luc, Jean et Marc, dans cet ordre dit « occidental »[2]. Nous avons pu l’approcher, sous la conduite de Sofia Torallas Tovar, chercheur au CSIC, et Alberto Nodar, conservateur de la collection.

Codex Evangiles Barcelone

codex ouvert

L’abbaye de Montserrat

Abbaye de MontserratEn milieu de semaine, une excursion à l’abbaye de Montserrat, qui possède elle aussi une riche collection copte, a permis aux étudiants de découvrir en une journée la beauté du site, la généreuse hospitalité des moines bénédictins, et d’autres papyrus coptes.Sofia Torallas Tovar, responsable de la collection, avait préparé dans la bibliothèque une exposition des pièces coptes les plus intéressantes : parmi elles, un codex de petite taille qui contient des textes sacrés et profanes en grec et en latin, et qui pourrait d’ailleurs, selon certains savants, provenir de la même bibliothèque antique que le codex des évangiles de Barcelone, ou encore des fragments coptes d’un codex encore inédit contenant les Actes du Concile d’Ephèse, … et des documents du monastère de Baouit.

Montserrat_bibliothèque

Encodage des textes

Les papyrologues ont à leur disposition de très utiles instruments de travail en ligne, disponibles sur papyri.info. Parmi eux, l’existence d’un corpus électronique des textes grecs, résultat de leur encodage systématique depuis plus de trente ans. Les textes coptes commencent à leur tour à intégrer la base, à un rythme qui dépend de l’investissement individuel dans le processus d’encodage. Afin de sensibiliser les étudiants du stage à leur responsabilité dans ce domaine, une matinée avait été consacrée à l’initiation et à des exercices pratiques, sous la conduite de James Cowey (université d’Heidelberg), assisté d’Alain Delattre et Esther Garel. Les résultats sont encourageants : plus de 60 textes (des ostraca extraits d’une correspondance monastique) ont été encodés lors de cette matinée et sont désormais disponibles dans la base. Il reste à poursuivre l’effort sur le long terme… Une petite équipe pratique l’encodage tous les lundis matin à la section Grecque.


[1] Voir en dernier lieu Sarah J. Clackson† & Alain Delattre, Papyrus grecs et coptes de Baouît conservés au musée du Louvre, Le Caire 2014 (Bibliothèque d’études coptes 22).

[2] H. Quecke (ed. pr.), Das Johannesevangelium saïdisch: Text der Handschrift Palau Rib. Inv. Nr. 183 mit den Varianten der Handschrift 813 und 814 der Chester Beatty Library und der Handschrift M 569, Barcelone 1984.


Anne Boud'hors

Directrice de recherche, spécialiste de manuscrits, textes et documents coptes.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.