Mission à Istanbul et Chalki

Du 5 au 11 octobre 2019, André Binggeli, Matthieu Cassin et Marie Cronier ont effectué une mission à Istanbul.

Au cours d’une audience, ils ont officiellement remis à Sa Sainteté Bartholomée Ier le Catalogue des manuscrits de la Sainte-Trinité de Chalki  (aujourd’hui conservés au Patriarcat Œcuménique de Constantinople), qu’ils ont fait paraître cette année et auquel a également participé Matoula Kouroupou.

Audience avec le patriarche Bartholomée Ier

Ce catalogue sera suivi d’un second volume, consacré à l’histoire du monastère de la Sainte-Trinité et de sa bibliothèque.

Dans le cadre de la préparation de ce second ouvrage, les trois chercheurs se sont ensuite rendus sur l’île de Chalki, aujourd’hui Heybeliada, dans la mer de Marmara, qui a la particularité d’être interdite aux automobiles.

En sortant du débarcadère, c’est donc à pied, par un temps encore estival, que nous sommes montés au monastère de la Sainte-Trinité, (qui domine l’île du haut de sa colline), afin de travailler dans la bibliothèque.

Le monastère de la Ste-Trinité sur l’île de Chalki (en haut de la colline de droite)

Là sont en effet encore conservés tous les livres imprimés du monastère, en particulier bon nombre d’imprimés anciens, sur lesquels nous avons recherché d’éventuelles traces de présence dans la bibliothèque dès le 16e siècle. L’inventaire de 1572 atteste en effet qu’à cette époque la bibliothèque comptait, en plus d’une majorité de manuscrits, plusieurs livres imprimés.

Travail sur les imprimés anciens de la bibliothèque du monastère

Il s’agissait, en outre, de retrouver la trace des livres imprimés attestés dans les inventaires de la Sainte-Trinité établis au 19e siècle.

Enfin, le reste de la semaine a été consacré à l’examen de plusieurs manuscrits conservés à la bibliothèque du patriarcat. Tout d’abord, ceux qui ont appartenu un temps à la Sainte-Trinité mais sont ensuite passés à la Panaghia de Chalki, monastère voisin: le volume en préparation traitera en effet des manuscrits aujourd’hui dispersés.

L’éclairage à l’aide d’une lampe de Wood permet de faire ressortir des écritures effacées

D’autre part, au cours de l’audience, le patriarche a manifesté le souhait que l’équipe continue son entreprise de catalogage, en s’attaquant au troisième fonds aujourd’hui conservé au Patriarcat, celui de l’École théologique, fondée au milieu du 19e siècle dans le cadre du monastère de la Sainte-Trinité, mais dont la collection de manuscrits est indépendante de celle de ce monastère.

Les chercheurs ont donc effectué un premier examen, prospectif, de quelques-uns des manuscrits de ce fonds.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.