à propos d’un manuscrit arabe de Dioscoride vendu en 2016

Le 20 octobre 2016 était vendu chez Christie’s, à Londres, un manuscrit arabe de Dioscoride, pour la somme de 245000 livres – le nom de l’acheteur n’est malheureusement pas connu.

La description en ligne sur le site de la maison de vente indique que le manuscrit est datable dans la première moitié du 17e siècle et proviendrait d’Inde, sans doute du Deccan.

Le texte contenu, toujours selon la description en ligne, est une traduction arabe du fameux traité grec Sur la matière médicale composé par Dioscoride dans la seconde moitié du 1er siècle de notre ère. Deux reproductions photographiques sont fournies.

Ce qui frappe, sur la seconde de ces reproductions (ci-dessus), c’est la présence de quelques mots écrits en caractères grecs. Il s’agit du nom grec de la plante ou de l’arbre auquel est consacré le chapitre arabe.

Même si l’écriture est malhabile (ce n’est certainement pas un Grec qui a écrit ces mots), on distingue :

  • μέσπιλα (néflier) en haut à gauche et ἀρωνία (autre nom grec de la plante) en bas à droite de la vignette ci-dessous :
  • οὖα (sorbier)
  • κοκκυμηλέα (prunelles)
  • κόμαρος (arbousier)
  • κρανία (cornouiller)

Pareil phénomène (la présence de mots en grec à côté du texte arabe de Dioscoride) est très rare mais on le retrouve, par exemple, dans un manuscrit aujourd’hui conservé à la Bibliothèque de l’Université de Leyde: Leiden, Bibliotheek der Rijksuniversiteit, cod. or. 289. Par chance, ce dernier manuscrit est accessible en ligne, ici.

Voici un exemple d’une double page du ms. or. 289 où l’on trouve des mots grecs, qui sont donc une traduction du titre du chapitre arabe :

Leiden, UL, cod. or. 289, f. 46v-47r

Précisément, on s’aperçoit que les mots grecs du manuscrit de Christie’s sont exactement les mêmes, et placés au même endroit, que ceux du manuscrit de Leyde, comme le montrent les exemples que voici :

μέσπιλα et ἀρωνία dans le cod. or. 289 (f. 48v)
μέσπιλα et ἀρωνία dans le ms. de Christie’s

οὖα dans le cod. or. 289
οὖα dans le ms. de Christie’s
κοκκυμηλέα dans le cod. or. 289
κοκκυμηλέα dans le ms. de Christie’s
κόμαρος dans le cod. or. 289
κόμαρος dans le ms. de Christie’s
κρανία dans le cod. or. 289
κρανία dans le ms. de Christie’s

Mais on peut encore aller plus loin : il apparaît en effet que le manuscrit vendu chez Christie’s, au moins d’après les deux folios reproduits en ligne, constitue une copie très minutieuse du manuscrit de Leyde. La mise en page est respectée à la ligne près : on a affaire à une sorte de facsimilé ! Voici par exemple la première image du manuscrit de Christie’s :

Et voici son modèle (cod. or. 289, f. 48v) :

La seconde image du ms. de Christie’s, que voici :

… correspond à un recto et un verso du ms. de Leyde:

Leiden, UL, cod. or. 289, f. 64v-65r
Leiden, UL, cod. or. 289, f. 65v-66r

Les ressemblances sont tellement frappantes qu’il semble difficile de postuler un modèle intermédiaire, si bien qu’il est hautement probable que le manuscrit mis en vente chez Christie’s est une copie directe du manuscrit de Leyde.

On connaît une autre copie du ms. de Leyde, aujourd’hui conservée en Inde : Patna, Kuda Bakhsh Oriental Public Library, ms. 89 (2189), datable au 12e ou au 13e siècle (non disponible en ligne)1. Dans ce dernier, ont été reproduits quelques mots grecs de son modèle, mais en très petit nombre. Cela montre que ces mots grecs étaient déjà présents dans le ms. de Leyde à cette époque (12e-13s.) : en tout cas, dans ce dernier manuscrit, ils sont écrit d’une main grecque très habile, alors que dans les manuscrits de Christie’s et de Patna, ils ont été recopiés maladroitement par le scribe arabe qui, manifestement, ne maîtrisait pas l’écriture grecque.

Toujours est-il que le ms. de Christie’s ne peut descendre du ms. de Patna car il a reproduit certains mots grecs que le copiste du ms. de Patna a oubliés (par exemple κοκκυμηλέα). De même, il contient des figures que le ms. de Patna n’a pas recopiées (par exemple l’éléphant). Encore une fois, il est donc très probablement une copie directe du ms. de Leyde (or. 289).

Il resterait maintenant à s’assurer que le ms. de Christie’s a bien été réalisé dans le Deccan dans la première moitié du 17e siècle, car cela nous renseignerait sur l’histoire de son modèle, en venant en combler une lacune.

En effet, le ms. or. 289 est daté, d’après le colophon de son copiste, du jour de Tir, au mois d’Isfandarmadh, « c’est-à-dire lundi, au milieu du Ramadan », l’année 475 de l’hégire (soit février 1083 apr. J.-C.). Il contient une traduction arabe de Dioscoride dans une version révisée due à al-Natili, qui fut le maître d’Avicenne. Comme nous l’apprend le colophon du copiste, ce n’est pas l’exemplaire original d’al-Natili mais une copie de l’original aujourd’hui perdu (qui lui-même était daté de 380 H/990 apr. J.-C.)2. Jusqu’à présent, on ne connaissait que deux exemplaires de cette version textuelle, qui n’a donc pas dû circuler largement.

Le manuscrit or. 289 fut probablement réalisé dans la région de Samarcande, ville où était établi an-Natili et qui est évoquée par le copiste. Une note ajoutée à la suite du colophon nous apprend qu’il a servi de modèle à un certain Muhammad ibn ‘Ali al-Rami (auteur de la note), pour une traduction de l’arabe au persan, en 510 H (1116 apr. J.-C). Vers cette époque, ou légèrement plus tard, il fut utilisé comme modèle pour la réalisation du manuscrit de Patna.

Finalement, il est acquis à Constantinople vers le milieu du 17e siècle par Levinus Warner (ca. 1618-1665), ambassadeur des Pays-Bas auprès de la cour ottomane, dont les livres sont ensuite entrés à la Bibliothèque de l’Université de Leyde.

Le manuscrit de Christie’s, réalisé dans la première moitié du 17e siècle, pourrait donc nous indiquer à quel endroit et dans quel milieu se trouvait son modèle avant son acquisition à Constantinople.

  1. Je connais ce manuscrit par des images généreusement fournies par Fabian Käs, que je remercie bien vivement. []
  2. Sur ce manuscrit, sa datation et sa version textuelle, voir M. Sadek, The Arabic Materia Medica of Dioscorides, St-Jean-Chrysostome (Québec), Éditions du Sphinx, 1983, dont certaines affirmations doivent être prises avec précautions. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.