Un nouveau manuscrit de la Panaghia de Chalki retrouvé à Ann Arbor

Dans le catalogue des manuscrits de la Panagia de Chalki paru en 2008, Matoula Kouroupou et Paul Géhin indiquaient que le manuscrit Panaghia 34, un Jean Climaque du 14e siècle, se trouve actuellement dans la bibliothèque de l’Université du Michigan à Ann Arbor sous la cote MS 134, l’identification ayant déjà faite dès 1958 par Marcel Richard.1 En travaillant récemment sur les palimpsestes conservés dans la bibliothèque du Patriarcat œcuménique à Istanbul (pour une communication présentée à l’International Conference: New Light on Old Manuscripts), nous avons eu la chance d’identifier parmi les manuscrits grecs de l’Université du Michigan un second manuscrit (MS 8) provenant du même monastère, celui qui portait autrefois la cote Panaghia 60.

Le dernier à avoir consacré une notice descriptive au Panaghia 60, un manuscrit contenant des Ménées avec synaxaire des mois de septembre, octobre, novembre et décembre (parchemin, 280 × 195 mm, 225 ff.), est Athénagoras de Paramythia dans son catalogue paru entre 1933 et 1936 dans la revue Ἐπετηρίς Ἑταιρείας Βυζαντινῶν Σπουδῶν (11, 1935, p. 158-160). C’est le dernier paragraphe de cette notice, qui décrit une restauration du manuscrit à l’aide de huit folios palimpsestes, qui a d’abord retenu notre attention :

Ἐγένετο δὲ καὶ ἀναπλήρωσις ἄλλων ἐλλείψεων διὰ χειρὸς τοῦ ΧΙΙ αἰῶνος ἐπὶ ὀκτὼ φύλλων μεμβραΐνων παλιμψήστων, εἰς ἃ τῶν ἀρχαίων γραμμάτων ἀμυδρότατα μόνον ἴχνη διακρίνονται, δεικνύοντα αὐτὰ κεφαλαῖα VII αἰῶνος. Τούτων δὲ τὸ ἓν μὲν περιέχει μέρη τῆς εἰς τὰς κιʹ (sic) Ὀκτωβρίου ἀκολουθίας, τὰ δὲ λοιπὰ περιέχουσιν ἀκολουθίας ἀπὸ τῆς β’ μέχρι τῆς ϛʹ Νοεμβρίου. Ἐκ δὲ τῶν ἀρχαίων καὶ ἐν μέρει ἀναγινώσκεται « ἡμᾶς γὰρ ἐστὶ » καὶ εἰς ἕτερον ὁ Ἀπόστολος Τιμόθεος.

La mention de l’apôtre Thomas, nous a mis sur la piste d’un Praxapostolos, et nous avons ainsi pu reconnaître ces folios palimpsestes dans un manuscrit aujourd’hui conservé à Ann Arbor, à l’University of Michigan Library, MS 8, grâce à la Kurzgefasste Liste de Kurt Aland où le manuscrit porte le sigle 0209. Les images des huit folios palimpsestes (ff. 96 et 106-112), dont le texte sous-jacent contient des fragments d’un Praxapostolos, sont opportunément reproduites sur les sites du NTVMR (New Testament Virtual Manuscript Room) et du CSNTM (Center for the Study of the New Testament Manuscrits). En voici une description rapide.

Le texte supérieur, une restauration du 13e siècle, comprend deux portions de Ménées :

Ann Arbor, University of Michigan Library, MS 8, f. 96v (photo NTVMR)
  • (f. 96r-v) Canon pour le 25 octobre, inc. au début de l’hespérinon, Στιχ(ηρὸν) ἦχ(ος) δʹ Ὡς γενναῖον ἐν μ(ά)ρ(τυσιν). Οἱ τὸν δρόμον (MR I, p. 511), des. au milieu de la notice de synaxaire consacrée à Nestor, qui fait suite à celle des martyrs Martyrius, Marcianus et Notarius (cf. MR I, p. 515), ἡ αὐτὴ ἡμέρα ἄθλησις τοῦ ἁγίου μάρτυρος Νέστορος. Οὗτος κομιδῆ νέος ὢν καὶ ὡραῖος, γνωστὸς ὑπάρχων (Syn. Const., col. 167, l. 1-3) ; l’écriture du dernier mot est allongée et le bas du f. 96v a été laissé blanc par le restaurateur du 13e siècle ; le demi-folio blanc a ensuite été complété par un second restaurateur plus tardif avec le début de l’hespérinon du 26 octobre consacré à Démétrius le mégalomartyr, inc. Ὢ τοῦ παραδόξου θαύματος (MR I, p. 517), des. Ὢ ἐκβοήσωμεν Ἅγιε Δημήτριε, σῶσον ἡμᾶς ταῖς θείαις πρεσβείαις σου [ (cf. MR I, p. 518, l. 9). Le f. 97 du manuscrit d’origine commence au milieu de la notice de synaxaire de Démétrius, ] τῇ Θεσσαλονικαίων (Syn. Const., col. 163, l. 10) et se poursuit par la septième ode (MR 1, p. 532).
  • (ff. 106r-112v) Canons pour les 2-6 novembre : (f. 106r-v) Nov. 2, [Acindynus, Pegasius et Aphtonius], inc. au début de la 6e ode, Ῥεόντων τῶν φθαρτῶν (MR II, p. 20) ; (ff.106v-108r) Nov. 3, Acepsimas, Joseph et Aeithalas, et Ioannicius ; (ff. 108r-109v) Nov. 4, Nicandre et Hermaios ; (ff. 109v-110v) Nov. 5, Théodore d’Ancyre ; (ff. 110v-111v) Nov. 6, Paul le confesseur, des. au début de la 9e ode λύειν τὰ πταίσ[ματα (MR II, p. 59, l. 7 ab imo) ; le texte se poursuit ensuite sans rupture, sur le f. 113r du manuscrit d’origine.

Les portions de Ménées conservées sur ces folios palimpsestes correspondent donc très précisément à celles qui étaient indiquées par Athénagoras de Paramythia, à condition de corriger la faute de frappe κιʹ en κεʹ Ὀκτωβρίου.

Pour ce qui est du texte inférieur des huit folios palimpsestes, qui sont copiés dans une majuscule biblique ronde, il a depuis longtemps été identifié comme contenant des fragments d’un Praxapostolos, avec des portions de l’Épître aux Romains, de la Seconde épître aux Corinthiens, et de la Seconde épître de Pierre, dans les catalogues datés de 1937 de S. de Ricci et W. J. Wilson d’un côté, et K. W. Clark de l’autre.2 Le texte en est très effacé, à l’exception des rubriques ; mais l’on peut justement lire très distinctement en haut du f. 110r, sous un bandeau, les mots qui avaient été déchiffrés par Athénagoras et qui correspondent au début de la Seconde épître aux Corinthiens :

ΠΑΥΛΟΣ ΑΠΟΣΤΟΛΟΣ

Ι(ησο)Υ Χ(ριστο)Υ ΔΙΑ ΘΕΛΗΜΑΤος

Θ(εο)Υ ΚΑΙ ΤΙΜΟΘΕΟΣ


Ann Arbor, University of Michigan Library, MS 8, f. 110r (photo CSNTM)

Quant aux caractéristiques codicologiques du manuscrit d’Ann Arbor, pour autant qu’on peut en juger d’après les notices succinctes de S. de Ricci et W. J. Wilson, de K. W. Clark (1937), ainsi que d’après la notice du CSNTM faite en 2008, elles correspondent là encore très précisément à celles du manuscrit de la Panaghia décrit par Athénagoras :

  • matière : μεμβράνα κιτρινωπή (Athénagoras), vellum (de Ricci), brown parchment (Clarke) ;
  • dimensions : 280 × 195 mm (Athénagoras), 270 × 200 (de Ricci), 270 × 195 (Clarke) ; 255-270 × 185-200 (CSNTM)
  • nombre de folios : 225 ff. (Athénagoras), 221 ff. (de Ricci, Clarke et CSNTM) ; la foliotation actuelle, à la mine de plomb, dans le coin supérieur gauche du recto, a sans doute été portée au moment de la numérisation intégrale du manuscrit (elle ne figure que sur les images en couleur du CSNTM, mais pas sur les images en noir et blanc de NTVMR)  ; comme le manuscrit ne comporte aucune autre foliotation, on comprend aisément l’erreur de calcul d’Athénogoras, même si l’on ne peut exclure la perte de quelques folios.
  • reliure : δέσιμον ἐκ δέρματος μέλανος ἐπὶ ξυλίνων πλακῶν (Athénagoras) ; oriental wooden boards and leather (de Ricci) ;  heavy oriental wooden boards and dark-brown leather (Clarke) ;
  • écriture : pour ce qui de la datation du manuscrit, on ne peut guère se fier au jugement d’Athénagoras qui datait le manuscrit original du 11e siècle, avec une restauration pour les folios palimpsestes du 12e siècle sur un écriture majuscule sous-jacente du 7e s. Quant à celle qui a été faite par De Ricci & Wilson et qui a été reprise par Clarke, Aland et le CNSTM, datant le manuscrit du 14e siècle, elle a été tout récemment discutée par Nadezdha Kavrus-Hoffmann, qui prépare un nouveau catalogue de la collection d’Ann Arbor, et qui date avec raison le manuscrit du début du 13e siècle en rapprochant l’écriture du copiste principal de celle du moine Grégorios, copiste en 1228 du ms. Oxford, Bodleian Library, Holkham gr. 64. Elle note toutefois que le scribe utilise deux types d’écriture, l’une archaïsante imitant la Perlschrift, ce qui a pu expliquer l’erreur de jugement d’Athénagoras, et l’autre plus cursive pour les notices de synaxaire.3

Ann Arbor, University of Michigan Library, MS 8, f. 158r (photo CSNTM)
  • c’est sans doute le contenu du manuscrit principal tel qu’il est décrit par De Ricci & Wilson (« Liturgy, in Greek, with many Scriptural quotations ») et par Clarke (« Service book… Numerous lections from Old and New Testament ») qui a conduit Kurt Aland à considérer le manuscrit comme une forme de lectionnaire du Nouveau Testament dans sa Kurzgefasste Liste (l 1611). L’erreur est rectifiée par N. Kavrus-Hoffmann qui décrit le manuscrit comme un « Menaion for September, October, November and December », ce qui correspond très précisément au contenu décrit par Athénagoras. Bien plus, le manuscrit s’achève aujourd’hui mutilé au f. 221v , dans le canon du 29 décembre pour les Saints Innocents, au milieu du théotokion qui suit la 7e ode ἐν σαρκὶ ἐκ σοῦ[ (MR II, p. 723, l. 8), c’est-à-dire à l’endroit précis qui était indiqué par Athénagoras : τὸ σῳζόμενον λήγει εἰς τὸ θεοτόκιον τῆς ζʹ ᾠδῆς τοῦ τὴν κθʹ Δεκεμβρίου κανόνος (EEBΣ 11, 1936, p. 158).

Si tous ces éléments mis ensemble permettent donc d’identifier, sans l’ombre d’un doute le manuscrit Ann Arbor MS 8 avec le manuscrit Panaghia 60, un mystère demeure néanmoins. Le catalogue d’Athénagoras publié dans la revue Ἐπετηρίς Ἑταιρείας Βυζαντινῶν Σπουδῶν entre 1933 et 1936 aurait été établi, d’après les dires de son auteur, durant son séjour à Chalki entre le 28 avril 1921 et le 8 avril 1922, juste après sa seconde destitution de la charge de Grand Protosyncelle. Or d’après le catalogue de De Ricci & Wilson, établi entre 1935 et 1940, le manuscrit aurait été acheté par l’expédition de l’Université du Michigan à Constantinople en décembre 1919, en même temps que plusieurs autres manuscrits (MS. 4, 5, 6, 7, 12 et 13). Comment expliquer ce problème de chronologie ?

L’École commerciale grecque (Ἑλληνεμπορικὴ σχολή) qui avait été établie dans l’enceinte du monastère de la Panaghia Kamariotissa en 1831 fut fermée en 1915 faute d’étudiants ; l’établissement fut d’abord transformé en orphelinat, avant que l’État turc ne réclame l’expropriation des bâtiments en décembre 1916, pour y transférer une école navale militaire. Les biens meubles du monastère les plus précieux – ainsi que la bibliothèque – furent alors transférés en catastrophe, en quelques jours seulement, dans les bâtiments de l’École théologique voisine. S’ensuivit une bataille juridique pour récupérer la jouissance du bâtiment. Si le Patriarcat obtint gain de cause, avec la restitution de l’institution en 1919, qui devint à nouveau un orphelinat jusqu’en 1942 – date à laquelle l’État turc récupéra à nouveau les bâtiments –, la bibliothèque du monastère n’y sera jamais réinstallée, et la collection de manuscrits sera définitivement transférée à la bibliothèque du Patriarcat au Phanar en 1935-1936.4

L’orphelinat à la Panaghia de Chalki vers 1935 (tiré de A. Millas, Ἡ Χάλκη τῶν Πριγκηπονήσων, Athènes, 1984, p. 377)

Curieusement Athénagoras ne dit mot de ces événements. À l’en croire, il a fait le catalogue au monastère et prétend même avoir trouvé, en travaillant « dans la bibliothèque du monastère » (ἐν τῇ Βιβλιοθήκῃ τῆς Μονῆς : EEBΣ 10, 1933, p. 239), des catalogues et des inventaires plus anciens, notamment celui qui avait été établi par le directeur de l’école Dorothée Évelpidès en 1870, grâce auxquels Athénagoras a pu compléter son propre travail de catalogage. Se pourrait-il que la description qu’il a reproduite du manuscrit Panaghia 60 dépende intégralement du catalogue antérieur d’Évelpidès, dont il dit explicitement avoir recopié des passages, et qu’il n’ait pas vu le manuscrit en 1921 ? L’hypothèse n’est pas impossible. Au cours de notre entreprise de catalogage des manuscrits de la Sainte-Trinité de Chalki, auxquels Athénagoras avait consacré un article en 1921, nous avons constaté que celui-ci reproduisait des notes de possession qui ont aujourd’hui disparu et dont la disparition semble être antérieure au train de reliure de la seconde moitié du 19e siècle, c’est-à-dire bien avant la visite d’Athénagoras ; celui-ci pourrait donc bien avoir recopié ces notes d’après le catalogue des manuscrits de la Sainte-Trinité dressé par Th. Kyriakidès en 1862 et aujourd’hui disparu.5 Le même phénomène a pu être observé chez son successeur, le bibliothécaire Aemilianos Tsakopoulos, qui a catalogué les collections de manuscrits du Patriarcat dans les années 1950 ; nous avons pu établir qu’il reproduisait lui aussi parfois les notices plus anciennes du catalogue de Th. Kyriakidès sans même avoir recours au manuscrit.6

On notera toutefois que pour l’autre manuscrit de la Panaghia qui est arrivé à la bibliothèque de l’Université de Michigan, MS 134 (autrefois Panaghia 34), par une autre voie – c’est le professeur Kelsey qui l’aurait acquis à Constantinople et l’aurait remis à la bibliothèque de l’Université en 1934 –, était explicitement noté comme manquant dans le monastère de Chalki à l’époque où Athénagoras faisait son catalogue : Ἀτυχῶς τὸν κώδικα τοῦτον οὐχ εὕρομεν ἐν τῇ Mονῇ (EEBΣ 10, 1935, p. 276).


Métropolite Athénagoras de Paramythia (1869-1944)

Une autre hypothèse est qu’Athénagoras se trompe sur la date de son séjour à la Panaghia de Chalki. Athénagoras affirme avoir été aidé dans son entreprise de catalogage par Xénophon Sidéridès. Or celui-ci a bien travaillé sur l’histoire de la Panaghia de de Chalki ; il en a d’ailleurs tiré un articles paru dans l’Ἑλληνικὸς Φιλολογικὸς Σύλλογος Κωνσταντινουπόλεως
en 1907.7 Se pourrait-il qu’au crépuscule de sa vie, Athénagoras ait confondu deux séjours qu’il aurait effectués à Chalki, l’un à la Panaghia au début du siècle, à l’époque où le monastère était encore en activité et où Sidéridès travaillait justement sur cette même collection, et un autre à l’École théologique en 1921-1922 ?

Il nous reste à attendre la parution du catalogue des manuscrits grecs de la bibliothèque de l’Université du Michigan que prépare N. Kavrus-Hoffmann pour voir si le manuscrit contient d’autres éléments qui le lient au monastère de la Panaghia, par exemple une note de possession ou un train de reliure particulier. Nous nous réservons la possibilité de revenir alors plus longuement sur ce manuscrit.

  1. M. Kouroupou & P. Géhin, Catalogue des manuscrits conservés dans la Bibliothèque du Patriarcat Œcuménique. Les manuscrits du monastère de la Panaghia de Chalki, Turnhout, 2008, p. 137. Le signalement se trouvait déjà dans M. Richard, Répertoire des bibliothèques et des catalogues de manuscrits grecs, Paris, 19582, p. 109, et a été repris par J.-M. Olivier, Répertoire des bibliothèques et de catalogues de manuscrits grecs de Marcel Richard. Troisième édition entièrement refondue, Turnhout, 1995, p. 380. []
  2. S. de Ricci & W. J. Wilson, Census of Medieval and Renaissance manuscripts in the United States and Canada, t. 2, New York, 1937, p. 1104; K. W. Clark, A Descriptive Catalogue of New Testament Manuscripts in America, Chicago, 1937, p. 277. []
  3. N. Kavrus-Hoffmann, « Discovering Hidden Treadures : Cataloguing Greek Manuscripts in the Collections of the United States of America », dans P. Degni, P. Eleuteri & M. Maniaci, Greek Manuscript Cataloguing. Past, Present and Future, Turnhout, 2018, p. 75-84, ici p. 81 et fig. 2. []
  4. A. Millas, Ἡ Χάλκη τῶν Πριγκηπονήσων, Athènes, 1984, p.  374-380 []
  5. A. Binggeli, M. Cassin, M. Cronier & M. Kouroupou, Catalogue des manuscrits conservés dans la Bibliothèque du Patriarcat Œcuménique. Les manuscrits du monastère de la Sainte-Trinité de Chalki, Turnhout, 2019, p. 212 (Trin. 79), p. 278 (Trin. 101), p. 337 (Trin. 125). []
  6. Ibid., p. 381 (Trin. 140-141). []
  7. X. A. Sidéridès, «Παρατηρήσεις καὶ προσθῆκαι εἰς τὴν ἱστορίαν τῆς ἐν Χάλκῃ ἱερᾶς μονῆς τῆς Θεοτόκου», EΦΣK 29, 1907, p. 121-132. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.