Ut pictura, philologia : Variations picturales sur l’entreprise philologique


Les 29-31 octobre 2018 a eu lieu à Palerme (Italie) un colloque international Alla ricerca dell’Autore perduto. Testi apocrifi, agiografici e pseudepigrafi. Il s’agissait de réfléchir sur la notion d’auteur dans l’Antiquité tardive.

Complétaient le programme une exposition de manuscrits grecs de la Biblioteca Regionale de Palerme

  Ainsi qu’une exposition de peinture contemporaine, une sélection de tableaux de la peintre française Fabienne Glock

Dans la lecture des organisatrices, Francesca P. Barone et Anne Catherine Baudoin, ces tableaux tendent un miroir aux chercheurs qui peuvent y voir une mise en image de leur travail de philologie sur les textes anonymes, pseudépigraphes et apocryphes de l’Antiquité.

Comme ces textes, les toiles à technique mixte –acrylique et collages – sont issues de plusieurs strates de travail : des œuvres ont été littéralement découpées pour en former une nouvelle, de même que le texte est tissé d’éléments qui n’ont de nouveau que leur juxtaposition. Ces couches successives ne peuvent pas toujours être distinguées ; et c’est leur accrétion qui, in fine, compose l’œuvre donnée à voir.

Antiques. Dans un décor dont certaines lignes sont fortement marquées alors que d’autres ne sont qu’esquissées, s’étirent des personnages et des silhouettes. La lumière aveugle la partie gauche du tableau, où la structure blanche pourrait attirer le regard aux dépens du côté droit. On aurait envie de retirer ces éléments flambant neufs qui dénatureraient la douce authenticité des figures suggérées – et pourtant c’est l’œuvre tout entière qui serait alors déséquilibrée. Dans un texte émaillé d’interpolations et d’enrichissements récents, tenter de dégager les ajouts pour retrouver un prétendu état originel, ne serait-ce pas aussi déchirer ce qui est devenu une œuvre à part entière ?

Les collages de Fabienne Glock sèment le doute : l’œuvre ne serait-elle pas plus pure sans ces éléments ajoutés ? Ne viennent-ils pas troubler un bel ordonnancement ? Les philologues s’interrogent de la même manière :n’y a-t-il pas une interpolation dans le texte, qui expliquerait le changement de style ? Cette phrase n’est-elle pas une glose postérieure ? Le chercheur, comme le critique d’art, a toujours tendance à déconstruire cet ensemble pour en retrouver un état préliminaire qu’il juge originel ; mais que reste-t-il de l’œuvre patiemment élaborée si on la défait ? Quand la distinction des moments devient-elle destruction de l’œuvre finale ? Car le texte, comme l’œuvre picturale, est un tout.

Au soleil levant : complément de temps ou complément de lieu ? le jour se lève derrière les fenêtres translucides d’un intérieur extrême oriental –est-ce vraiment un intérieur ? un des personnages porte une ombrelle… Cet éloignement dans l’espace et ce bouleversement des repères nous situent dans un étranger auquel fait écho l’éloignement dans le temps de nos textes.
Quant à la fleur surdimensionnée qui jouxte les bambous à gauche de l’image, elle semble avoir été ajoutée a posteriori – mais qui osera affirmer qu’elle n’est pas un témoignage unique du goût des habitants et la supprimer sans autre forme de procès ?

Les tableaux à l’acrylique sont tout en nuance : les formes sont à peine suggérées, ou recouvertes d’un voile translucide ; les jeux de reflets sont incessants. Le sujet de l’œuvre est ainsi perpétuellement mis à distance et semble échapper au spectateur. De même,le passage du temps voile les textes, il devient difficile de les saisir d’un seul coup d’œil. Le chercheur tente de dégager les éléments, de soustraire à l’oubli ces témoins fragmentaires d’une époque révolue.

Dans les glaces. Qu’est-ce qu’un bateau s’il est pris dans les glaces ?La mobilité devient immobile, le mouvement se fige, le bateau penche sans tomber, menacé de devenir épave dans cette privation de liberté à l’encontre de sa nature. Que faire ? attendre le dégel, que le bateau reparte ?Non, car c’est ainsi que l’œuvre est belle, dans l’harmonie de ses lignes droites et obliques, de son camaïeu, de son mystère. Telle est aussi la beauté de l’œuvre éditée : un état du texte, tout simplement, qui évoque son passé sans le rendre visible, qui en présente un aspect (est-ce la proue ?est-ce la poupe ?) sans le montrer dans toutes ses dimensions.

 Les tableaux ont été présentés suivant trois thématiques : 

  1. l’élaboration de l’œuvre, ses versions et ses interpolations ;
Fin de soirée. Exposés frontalement à notre regard, ces deux objets – des toupies ? des bougies ? – sont presque identiques au premier regard ; toutefois, sur l’objet de droite, un trait rouge, à la fois discret et éclatant, seule note de couleur dans ce noir et blanc nuancé, marque une différence. Mais quel est l’original, et quelle est la copie ?


2. le passage du temps, qui estompe les contours et les couleurs ;

Lonely. Une table, une chaise, peut-être des fenêtres et un paysage ; une figure de femme, assise, de profil ; une colombe sur la table ? La scène nous apparaît à travers un filtre, qui éloigne de nous,peut-être malgré elle, cette femme solitaire. Quel patient travail permettra dela rejoindre, de faire émerger la couleur cachée par la grisaille ?Comment redonner à nos textes leur plein éclat, quand le temps les a éloignés de nous au point que nous ne puissions plus en distinguer les contours.

3. Le travail du chercheur parti pêcher, qui n’a de sens que si le résultat de son travail est donné en nourriture à tous.

Textes de Francesca P. Barone et Anne-Catherine Baudoin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.