Traces d’usage et d’usure

Les manuscrits médiévaux étaient  – faut-il le dire ? – destinés à la lecture. Or si, manifestement, certains sont restés en place sur les rayonnages d’une bibliothèque sans en sortir souvent, d’autres au contraire ont été maintes fois manipulés.

Dans un précédent post, nous avons évoqué les lecteurs distraits ou inspirés qui ont laissé leur trace sous forme de gribouillages ou de dessins plus élaborés.

Nous voudrions à présent nous pencher sur des usages plus conventionnels, du moins plus attendus, de ces livres. Une fois de plus, nos exemples sont tirés des manuscrits du monastère de la Sainte-Trinité de Chalki (au large de Constantinople), dont la bibliothèque a été en service d’environ 1540 jusque vers 1930. Nous sommes en train d’achever le catalogue de ces manuscrits, aujourd’hui conservés au Patriarcat Œcuménique.

Le premier exemple est tout à fait représentatif des manuscrits d’usage liturgique, qui sont évidemment présents en grand nombre dans notre bibliothèque monastique. Il s’agit ici d’un évangéliaire du 13e siècle provenant sans doute d’Épire et qui présente plusieurs attestations d’usage – et d’usure.

Tout d’abord, les taches de cire qui maculent les pages résultent de l’utilisation de cierges pendant la lecture des évangiles, qui se faisait à l’aide de ce livre au cours de la célébration des offices.

On remarque aussi, sur le bord de la page de droite, un petit morceau de papier bleu (appelé « onglet »), collé à cet endroit pour permettre au lecteur de trouver rapidement cette page, qui est celle des lectures du début de l’année byzantine, en septembre (comme l’annonce le bandeau de la page précédente). C’est l’équivalent de notre « marque-page ».

Le bas des bords des pages sont usés : il s’agit, logiquement, de l’endroit où le lecteur saisit les pages pour les tourner. Dans la marge inférieure, une note a été apposée : elle indique une variante dans la lecture du jour. Enfin, le haut des pages est marqué par l’humidité : le manuscrit n’a peut-être pas toujours été conservé bien au sec!

La présence d’onglets est assez fréquente dans les manuscrits byzantins, en particulier dans ceux qui étaient utilisés pour la liturgie et dans lesquels il fallait donc pouvoir se repérer rapidement, mais ils sont souvent discrets et beaucoup ont disparu. Avec un peu d’habitude, on les repère facilement ou, du moins, on en retrouve la trace. En voici deux autres exemples:

On trouve aussi de temps à autre des « signets de tête », petits cordons fixés à la « tête » du manuscrit, c’est-à-dire en haut du livre, dans la pliure des pages. Comme les onglets, ils servent à repérer un endroit que l’on veut retrouver facilement mais, contrairement à eux, ils sont amovibles et peuvent changer de page. Cet usage persiste d’ailleurs encore dans nos livres imprimés. En raison de leur fragilité, les signets ont rarement été conservés. En voici un, retrouvé dans un évangéliaire de luxe produit à Constantinople au début du 15e siècle :

Il s’agit d’une tresse de fils bleus et jaunes, comme on le voit sur l’agrandissement­ :

Le signet est souvent plus rudimentaire. Voici un exemple où il est constitué d’un simple cordon de coton beige :

De fait, beaucoup de manuscrits attestent une lecture répétée, qui a souvent laissé des traces, pour ne pas dire des séquelles. Le manuscrit suivant en témoigne, avec ses bords très noircis par les doigts des lecteurs, son papier déchiré (une page tournée trop rapidement ?), ses nombreuses taches et, blessures de lecteurs peu attentifs texte mais très assidus, ses nombreuses galeries de vers.

Dans le cas suivant, la page déchirée a été partiellement recousue, avec du gros fil de couleur bleue :

Mais les manuscrits peuvent aussi conserver des signes de ce qu’ils ont été mis en contact avec des objets moins attendus. Voici par exemple la trace d’une paire de ciseaux, peut-être elle aussi utilisée comme marque-page improvisé :

On retrouve même parfois de petits insectes qui se promenaient sur les pages au moment où le livre aura été refermé:

Et à présent, c’est un objet circulaire ayant trempé dans un liquide coloré qui a été posé sur le manuscrit : le lecteur buveur de café qui vient immédiatement à l’esprit n’est peut-être pas entièrement anachronique…. Ne seraient-ce d’ailleurs pas ses traces de doigts que l’on aperçoit à côté?

Parfois, un liquide (non officiellement identifié) a laissé de larges éclaboussures sur la page :

En revanche, dans le cas suivant, c’est manifestement le rubricateur qui, par inadvertance, aura laissé tomber quelques gouttes de son encre rouge :

Nous ne pouvons pas terminer cette présentation sans évoquer un autre usage des manuscrits, celui de brouillon (à une époque où le support d’écriture était assez coûteux). Il s’agit là d’une question des plus passionnantes mais bien trop vaste et qui mériterait à elle seule une monographie (laquelle existe d’ailleurs peut-être déjà). N’étant pas certains de réussir à écrire un jour pareille œuvre, et préférant pour l’heure concentrer nos forces sur l’achèvement du catalogue en cours, nous nous contenterons de donner ici un exemple d’une page réutilisée pour effectuer des multiplications (dont on peut noter qu’elles se font en chiffres arabes et non pas grecs, ce qui indique une datation assez tardive, sans doute pas avant le 16e siècle).

Livre de conte ou livre de comptes ? Le jeu de mots est un peu forcé, il s’agit en fait – comme bien souvent – d’un panégyrikon, dont le texte n’a pourtant pas suscité un respect sans bornes…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *