Bandeaux rigolos

On connaît bien les magnifiques pylai (ou « portes »), principal ornement des manuscrits grecs, dont regorgent les manuels d’histoire de l’art.De fait, le livre byzantin se signale d’une manière générale par sa grande sobriété décorative, qui surprend toujours l’œil habitué aux exubérances des enluminures occidentales. Pour les manuscrits grecs de facture peu luxueuse, l’ornementation se réduit souvent à de simples bandeaux tracés à l’encre de rubrication, avec des motifs d’entrelacs, de végétaux ou de formes géométriques, laissant une place somme toute assez restreinte à la fantaisie.

Comme pour les graffitis et autre griffonnages dont il a été question dans un précédent post, c’est donc toujours avec un certain plaisir que le catalogueur découvre, au hasard des pages, quelques bandeaux et ou initiales ornementées qui dénotent une certaine originalité.

Nous en proposons à présent une sélection, toujours à partir des manuscrits du monastère de la Sainte-Trinité de Chalki (aujourd’hui conservés au Patriarcat Œcuménique à Istanbul), dont nous sommes en train d’achever le catalogue.

Il peut s’agir de bandeaux, destinés à marquer la séparation entre différents textes:

Ou bien d’initiales majeures, en saillie dans les marges, signalant le début d’un nouveau texte, chapitre, paragraphe, etc.     

   

Un motif fréquent, surtout à partir des dernier siècles de Byzance, est constitué par les têtes de dragon, qui viennent s’ajouter aux extrémités des initiales ou aux angles des bandeaux:

Mais les représentations humaines se rencontrent aussi, comme pour ce joli pi initial dans un évangéliaire épirote de la fin du 13e siècle:

… ou encore ce sympathique et magnifique « joker » dans un ménologe (fin 12e ou 13e s.) :

L’aspect souvent naïf de ces ornementations indique que c’est vraisemblablement le copiste directement qui les a réalisées, et non pas un enlumineur professionnel (il y a bien sûr des exception, dont le joker ci-dessu fait évidemment partie).   Un préjugé bien ancré voudrait que de semblables techniques relèvent de la « province » et non de Constantinople mais la question ne peut évidemment pas se résoudre par une alternative aussi simple.

On les trouve pour des textes de types variés : évangéliaires, ménologes, ménées, psautiers et autres livres liturgiques.

À l’instar de gribouillages des lecteurs, ces sympathiques ornements contribuent à rapprocher de nous les hommes qui firent ces manuscrits et qui laissèrent libre cours à leur fantaisie pour rendre plus agréable l’usage de leurs livres : le résultat est assurément atteint !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *