Dessins et gribouillages dans les manuscrits de la Trinité

À l’heure d’achever le catalogue des manuscrits provenant du monastère de la Trinité de Chalki, et alors que nous envisageons de manière de plus en plus précise la rédaction d’un second volume, consacré à l’histoire de la bibliothèque, nous vous proposons de présenter quelques usages particuliers – et sympathiques – auxquels les manuscrits ont pu donner lieu au cours des siècles.

Commençons par l’un des principaux divertissements du catalogueur (qui en a souvent bien besoin) : les graffitis, gribouillages, griffonnages, essais de calame, esquisses ou véritables dessins dont des lecteurs plus ou moins intéressés par le texte – et plus ou moins doués –, ont bien souvent orné les marges des livres.

Au mieux les catalogues en font d’habitude une rapide mention, rarement davantage : et certes, il ne s’agit pas des éléments les plus nobles des manuscrits. Mais leur côté souvent attendrissant, parfois loufoque, mérite bien qu’on leur accorde aujourd’hui un peu d’attention.

En voici quelques exemples, tous tirés de manuscrits provenant du monastère de la Trinité sur l’île de Chalki (dans la mer de Marmara, au large d’Istanbul).

Si les représentations humaines dominent, sous une forme tantôt réaliste, tantôt stylisée,

… on trouve aussi plusieurs animaux : oiseaux, poissons, chiens, chevaux, lapins, etc.

…et quelques objets, comme ici un bateau, des ciseaux ou des armoiries.

Notons que les ciseaux semblent à l’origine reproduire purement le filigrane de la feuille (que le lecteur avait donc bien observé!).

Souvent, ce sont des motifs géométriques, plus ou moins travaillés.

Naturellement, il est particulièrement délicat, voire impossible, de dater la réalisation de ces dessins. Pour les plus récents, il sont attribuables à des lecteurs de la bibliothèque du monastère de la Sainte-Trinité de Chalki, fondé vers 1540 et dont les manuscrits sont demeurés sur place jusque dans les années 1930. Mais ils peuvent aussi avoir été effectués à une époque antérieure, car la bibliothèque s’est formée en partie par l’acquisition de manuscrits anciens.

Dans quel type de livre les trouve-t-on ? D’une manière générale, c’est plutôt dans les livres d’usage fréquent, en particulier dans les psautiers (qui ne suscitaient manifestement pas le même respect que les manuscrits du Nouveau Testament, par exemple). Les pages entièrement laissées blanches sont bien évidemment l’endroit de prédilection des auteurs de ces œuvres mais il n’est pas rare qu’ils aient aussi laissé leur trace directement dans les marges.

Comme il faut s’en douter, les livres d’usage scolaire apparaissent en bonne position. Voici par exemple un manuscrit des Sept contre Thèbes d’Eschyle (2e moitié du 15e s.) utilisé – manifestement avec beaucoup de succès – dans un cours de littérature classique.

Mais il n’y a pas de règle stricte en la matière : un petit dessin peut apparaître ici ou là au détour d’un luxueux manuscrit patristique !

On l’imaginera aisément, c’est toujours un bonheur de découvrir l’un ou l’autre de ces gribouillages au hasard du catalogage. Ils témoignent d’un aspect des lecteurs des temps passés souvent difficile à cerner autrement et, en un sens, nous les rendent parfois étonnamment familiers.

 

 


2 réflexions sur « Dessins et gribouillages dans les manuscrits de la Trinité »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.