Archives par mot-clé : Manuscrits

Un nouveau catalogue des manuscrits grecs de l’Université de Charkiv (Ukraine)

O. V. Sučalkin, O. A. Ručinskaja (éd.), Греческие рукописи из собрания Центральной научной библиотеки Харьковского национального университета имени В.Н. Каразина : каталог (Харьк. нац. ун-т им. В. Н. Каразина, Центр. науч. б-ка, Харьк. гор. о-во греков “Гелиос”)[1] [Manuscrits grecs dans la collection de la Bibliothèque scientifique centrale de l’Université nationale V. N. Karazin de Charkiv. Catalogue (Université nationale V. N. Karazin de Charkiv, Bibliothèque scientifique centrale, Association hellénique municipale “Helios” de Charkiv)], Charkiv, « Slovo », 2012. 96 p. ; [28] p. ill. – Bibliogr. – ISBN 978-966-623-944-3

Les hasards de la consultation d’internet nous ont permis de repérer ce catalogue récent des vingt-quatre manuscrits grecs conservés à la Bibliothèque scientifique centrale de l’Université V. N. Karazin de Charkiv, en Ukraine (en abrégé ЦНБ ХНУ ім. В.Н. Каразіна), qui vient fort opportunément compléter le catalogue des collections de Kyiv publié en 2000 par E. I. černukin [notre numéro R(III)1412b].

Aratos, Cléomède, Nicomaque, XIVe s.

Les auteurs ont généreusement publié leurs notices sur internet, avec possibilité de les télécharger intégralement. Il s’agit en fait d’une deuxième édition, considérablement remaniée, d’un catalogue plus sommaire publié en 2003 à tirage limité, qui donnait pour la première fois une description complète de la collection en ukrainien, avec traductions russe et anglaise, accompagnée d’illustrations (téléchargeables avec ce premier catalogue)[2] :

O. V. Sučalkin, V. O. Reprinceva (éd.), Грецькі рукописи XIV-XVIII ст. з фондів Центральної наукової бібліотеки ХНУ імені В.Н. Каразіна : каталог (Харківський національний ун-т ім. В.Н.Каразіна. Центральна наукова бібліотека, Фонд грецької культури. Одеська філія) [Manuscrits grecs des XIVe-XVIIIe siècles dans les fonds de la Bibliothèque scientifique centrale de l’Université nationale V. N. Karazin de Charkiv : catalogue (Université nationale V. N. Karazin de Charkiv. Bibliothèque scientifique centrale, Fondation de la culture hellénique, Section d’Odessa)], Charkiv, 2003. 68 p. ; ill. Bibliogr. p. 52[3].

Evergetinos (Patericon du moine Paul) en 2 volumes, première moitié du XVIIIe s.

Édité avec le soutien financier du conseil municipal de Charkiv, le nouveau catalogue bénéficie de l’effort important consenti ces dix dernières années par l’Université V. N. Karazin pour l’étude, la restauration et la préservation de ses manuscrits (les quatre plus anciens ont été restaurés grâce à un financement de la Fondation A. G. Leventis, de Chypre, et à la contribution du Centre de restauration de la Bibliothèque nationale V. I. Vernadskij de Kyiv). Des recherches ont permis de préciser leur datation (identification des filigranes), leur composition, leur provenance et leurs anciens possesseurs.

L’auteur, Oleg V. Sučalkin, directeur d’études en histoire de la littérature et en philologie classique à l’Université de Charkiv, a rédigé cette nouvelle description des manuscrits grecs selon les normes vaticanes (avec quelques modifications, et en langue russe !). La révision scientifique du catalogue a été assurée par O. A. Ručinskaja, docteur en histoire, professeur au Département d’histoire de l’Antiquité et du Moyen Âge à la faculté d’histoire de l’Université de Charkiv.

L’introduction (p. 6-9) donne un aperçu de la composition et de l’histoire du fonds grec, ainsi que le schéma des notices. Suivent (p. 11-88) les notices, classées selon l’ordre chronologique (et non selon l’ordre des cotes). Le volume s’achève (p. 89-95) par une série d’index (noms propres, noms géographiques et de monastères, liste des abréviations et des illustrations [non téléchargeables], table des matières).

Olympiodore, Philon de Carpasia, André de Crète, etc., XIIe s.
Olympiodore, Philon de Carpasia, André de Crète, etc., XIIe s.

Voici, pour finir, un aperçu du contenu et de la provenance de ces vingt-quatre manuscrits, avec une concordance de leurs numéros dans les catalogues de 2003 et 2012, qui porteront respectivement dans Pinakes, les cotes R(III)0748a et 0748b (seuls les deux premiers manuscrits du catalogue de 2012 sont antérieurs au XVIIIe siècle) :

 

CONCORDANCES DES CATALOGUES DE 2003 ET 2012

N.B. : la cote est bipartite : le premier numéro renvoie à la cote du manuscrit [р = рукописи],

le second à sa cote topographique au sein de la bibliothèque.

 

 

R(III)0748a (2003)

R(III)0748b (2012)

Cote du ms.

Contenu et Provenance

Numéro du ms.

Siècle

Numéro du ms.

Siècle

25-p, 54/c Rhétorique de Sophronios Lichoudês. Russie. 13 XVIIe-XVIIIe s. 4 1ère moitié du XVIIIe s.
34-p, 64/c Abrégés des œuvres de George Koressios, Aristote, Théodore Prodrome. Bucarest. 17 XVIIIe s. 22 2e moitié du XVIIIe s.
54-p, 84/c Théophile Corydalée, Aphtonius, Christophoros Emborokomites. Corfou (?), Grèce. 11 XVIIIe s. 5 1ère moitié du XVIIIe s.
77-p, 107/c Nomocanon en 2 vol. (vol. 1) 4 XVIIe-XVIIIe s. 7 1ère moitié du XVIIIe s.
78-p, 108/c Nomocanon en 2 vol. (vol. 2) 5 XVIIe-XVIIIe s. 8 1ère moitié du XVIIIe s.
79-p, 109/c George Koressios, Anastasios Gordios, etc. Ioannina, Grèce. 20 XVIIIe s. 19 milieu du XVIIIe s.
80-р, 110/с Mathematarion. Bucarest. 19 XVIIIe s. 24= 84-р par erreur 2e moitié du XVIIIe s.
84-p, 115/c Mathematarion (Georges Sougdouris, Basile de Césarée, Grégoire de Nazianze, Aristophane, etc.). Constantinople (?). 12 1721(?) 1727 6  1ère moitié du XVIIIe s.
90-p, 121/c Evergetinos (Patericon du moine Paul) en 2 vol. (vol. 1) 7 XVIIe-XVIIIe s. 9 1ère moitié du XVIIIe s.
91-p, 122/c Evergetinos (Patericon du moine Paul) en 2 vol. (vol. 2) 8 XVIIe-XVIIIe s. 10 1ère moitié du XVIIIe s.
92-p, 123/c Sermons du hiéromoine Héraclius. Bucarest. 16 1781 23 2e moitié du XVIIIe s.
100-р, 134/с Olympiodore, Philon de Carpasia, André de Crète, etc. Italie méridionale. 2 XVe-XVIe s. 1 XIIe s.
103-p, 137/c Théologie d’Eugenios Voulgaris. Ioannina (?), Grèce. 6 XVIIe-XVIIIe s. 11 milieu du XVIIIe s.
104-p, 138/c Joseph Bryennios. Ioannina, Grèce. 9 XVIIe-XVIIIe s. 18 milieu du XVIIIe s.
107-p, 143/c Histoire ecclésiastique de Meletios d’Athènes, en 2 vol. (vol. 2) Ioannina, Grèce. 24  1747 17= 103-p par erreur milieu du XVIIIe s.
108-p, 144/c Histoire ecclésiastique de Meletios d’Athènes, en 2 vol. (vol. 1) Ioannina, Grèce. 23 XVIIIe s. 16 milieu du XVIIIe s.
109-p, 145/c Histoire ecclésiastique de Meletios d’Athènes, en 2 vol. (vol. 2) Ioannina, Grèce. 22 XVIIIe s. 15 milieu du XVIIIe s.
149-p, 192/c Grégoire de Nysse, Jean Climaque, Basile de Césarée 10 XVIIe-XVIIIe s. 12 milieu du XVIIIe s.
189-p, 285/c Jean Damascène, Georges Sougdouris 15 XVIIIe s. 13 milieu du XVIIIe s.
190-р, 286/с Gerasimos Vlachos, Éphrem Decarchos etc. Koroni (?), Grèce. 3 XVIIe s. 3 fin du XVIIe s.
265-p, 365/c Histoire ecclésiastique de Meletios d’Athènes, en 2 vol. (vol. 1) Ioannina, Grèce. 21 XVIIIe s. 14 milieu du XVIIIe s.
269-р, 369/с Aratos, Cléomède, Nicomaque Athos (Vatopédi), Grèce. 1 XIVe-XVe s. 2 XIVe s.
286-p, 389/c Rhétorique d’Alexandre Mavrokordatos 14 1753 20 milieu du XVIIIe s.
287-р, 390/c Théophile Corydalée, Commentaire au De Caelo d’Aristote 18 XVIIIe s. 21 milieu du XVIIIe s.

 

 

Pierre Augustin, avec la participation de Sergey Kim


[1] Transcription : Grečeskie rukopisi iz sobranija Central’noj naučnoj biblioteki Char’kovskogo nacional’nogo universiteta imeni V.N. Karazina : katalog (Char’kovskij nacional’nij universitet im. V. N. Karazina. Central’naja naučnaja biblioteka, Char’kovskoe gorodskoe obščestvo grekov “Gelios”).

[2] Ce catalogue est toujours utile, ne serait-ce que pour les illustrations.

[3] Transcription : Grecʹki rukopisi XIV-XVIII st. z fondiv Centralʹnoj naukovoj biblioteki CNU imeni V.N. Karazina : katalog (Charkivsʹkij nacionalʹnij universitet im. V. N. Karazina. Centralʹna naukova biblioteka, Fond grecʹkoj kulʹturi. Odesʹka filija).

Manuscrits de l’Institut français d’études byzantines

En 1895, à Constantinople, les Augustins de l’Assomption fondèrent à Kadiköy une maison d’étude destinée à former des missionnaires de rite grec mais aussi à étudier le christianisme oriental afin d’en préparer le retour à l’unité1.

Maison assomptionniste de Kadiköy (2014)
Maison assomptionniste de Kadiköy (2014)

Cette perspective conduisit à la naissance en son sein d’un groupe de savants qui se spécialisèrent peu à peu dans les études byzantines2. En 1897 furent fondés les Échos d’Orient, périodique destiné en particulier à diffuser ces recherches. Après les années d’interruption causées par la première guerre mondiale, l’Institut poursuivit son existence à Kadiköy jusqu’en 1937, date à laquelle il fut transféré à Bucarest, avant de devoir quitter la Roumanie en 19473.

Centre assomptionniste de Bucarest (AAR, 2DV913)
Centre assomptionniste de Bucarest (AAR, 2DV913)

Après diverses localisations parisiennes, la bibliothèque et l’activité scientifique sont hébergées depuis 1995 à l’Institut catholique de Paris ; le fonds de l’IFEB constitue, avec la BOSEB, la Bibliothèque Jean de Vernon, où sont hébergées les activités de l’association. Outre une importante collection d’imprimés, dont nombre de livres anciens et précieux4 et une importante collection de sceaux, la bibliothèque possède 72 manuscrits, dont la première description est publiée dans la Revue des études byzantines de 2014 par André Binggeli, Matthieu Cassin et Vassa Kontouma5.

Le fonds, qui n’avait fait l’objet jusqu’à ce jour que de descriptions partielles6 comprend 57 manuscrits grecs (IFEB 1-56, 72), trois manuscrits turcs en caractères grecs (57-58) ou arméniens (61), deux russes (59-60), deux ottomans (62, 64), un arabe (63), deux en latin (65-66), quatre italiens (67-70), un français (71). La plupart de ces livres ont été acquis durant le séjour des Assomptionnistes byzantinistes à Kadiköy ; d’après deux lettres et rapports de S. Salaville, datées du 16 février et du 8 mai 1928, l’institut aurait possédé à cette date une trentaine de manuscrits, qui auraient tous été acquis dans les 5 ou 6 années précédentes7 . Quelques volumes rejoignirent plus tard la collection, en provenance des dossiers laissés par Louis Petit8, d’autres vinrent de Russie avec la bibliothèque de Pie Neveu (1877-1946)9 ou furent acquis à Bucarest (IFEB 37).

Monseigneur Louis Petit (AAR 2DV906)
Monseigneur Louis Petit (AAR 2DV906)

Les manuscrits grecs forment un ensemble assez varié, mais où prédominent largement les livres récents : à part un recueil ascétique des 13e-14e s. (IFEB 45) et un praxapostolos du 15e s. (IFEB 5), ainsi que quelques codices du 16e s., la majorité des manuscrits a été copiée entre la fin du 17e et le 18e s. ; les plus récents datent du 20e s.

IFEB 45, ff. 34v-35
IFEB 45, ff. 34v-35
IFEB 5, ff. 105v-106
IFEB 5, ff. 105v-106

On distingue cinq ensembles principaux, pour ce qui est du contenu des volumes : des livres liés à l’enseignement, mathèmataria ou compositions d’enseignants ; textes théologiques, le plus souvent post-byzantins ; droit canon ; liturgie et musique ; textes ascétiques ou spirituels. Dans la première catégorie, plusieurs fournissent des informations neuves sur certaines écoles majeures (Μεγάλη τοῦ Γένους Σχολή IFEB 24, Patmos IFEB 12, etc.), ou au contraire sur des institutions moins connues (ainsi de l’école de Kontoskali dans le quartier de Kumkapı à Constantinople, pour l’IFEB 18).

On peut aussi signaler un livre d’atelier contenant le Guide du peintre de Denys de Phourna, truffé d’ajouts et d’annotations qui permettent de retracer son utilisation sur près de deux siècles (IFEB 19) ; des fragments d’une Chaîne sur l’Octateuque précédant de peu la vaste entreprise d’édition de ce texte dans la Constantinople du 18e siècle (IFEB 1) ; un recueil d’histoires sacrées et profanes contenant une paraphrase néohellénique du Roman de Stéphanitès et Ichnèlatès de Théodose Zygomalas (IFEB 34), recueil dont on peut suivre, grâce à de riches annotations, le destin mouvementé depuis Constantinople jusqu’à Sozopolis et aux abords de la mer Noire ; une copie qu’on a longtemps crue perdue du « Cartulaire A » du monastère de Saint-Jean Prodrome sur le mont Ménécée (IFEB 25).

IFEB 25, ff. 2v-3
IFEB 25, ff. 2v-3

Nombre des manuscrits sont datés et signés ; de ce fait, la seule étude qui ait jusqu’à présent pris en compte l’ensemble de la collection est le répertoire des copistes des 17e et 18e s. de L. Politis publié par M. Politi10. Ils portent également de nombreuses notes de possession ou d’usage, qui apportent des renseignements significatifs sur un certain nombre d’institutions hellènes dans l’Empire ottoman. Quelques-uns proviennent d’institutions bien connues, comme l’Hellenikos philologikos syllogos (IFEB 52), la bibliothèque de la communauté grecque de Gallipoli (IFEB 34) ou encore le Métochion du Saint-Sépulcre à Constantinople (IFEB 25), et surtout un lot de six manuscrits venant du Phrontistèrion de Trébizonde (IFEB 2, 3, 5, 6-7, 33, 45).

Cachet du Phrontistèrion de Trébizonde
Cachet du Phrontistèrion de Trébizonde

La provenance des manuscrits non grecs est plus diverse encore. Les deux karamanlis sont venus par l’intermédiaire du P. Bernardin Menthon11. Les manuscrits russes (IFEB 59-60), le traité latin de rhétorique provenant du séminaire de Tver (IFEB 65) ainsi que le dossier français (IFEB 71), proviennent de Moscou et plus précisément de la paroisse Saint-Louis-des-Français. L’IFEB 65 en porte en effet le cachet et l’IFEB 71 est aussi lié à l’histoire de cette paroisse. L’IFEB 66, traité melkite traduit en latin par Joseph Simon Assemani, a peut-être fait partie de l’éphémère « Bibliothèque-musée de l’Union » prévu un temps à Kadiköy et qui semble n’avoir jamais véritablement fonctionné. Enfin, un petit lot (IFEB 67-69) est constitué par des copies modernes des archives du Collegio greco de Rome, réalisées pour Émile Legrand et ont été transmises à Louis Petit à la mort du grand helléniste, pour que l’Assomptionniste poursuive, avec Hubert Pernot, la célèbre Bibliographie hellénique12.

L’inventaire qui paraît dans le numéro 2014 de la Revue des études byzantines vise avant tout à faire connaître les richesses de ce fonds et à susciter des études plus approfondies sur nombre de manuscrits qui requièrent un examen beaucoup plus complet.

  1. La paroisse est toujours confiée aux Assomptionnistes. []
  2. Pour l’histoire de l’institut, voir en particulier A. Failler, « Le centenaire de l’Institut byzantin des Assomptionnistes », Revue des études byzantines 53, 1995, p. 5-40. []
  3. Les bâtiments ont depuis été restitués aux Assomptionnistes qui y ont rouvert un centre Saint-Pierre Saint-André, qui n’a cependant pas conservé sa vocation scientifique. []
  4. Voir par exemple la présentation de la Bible de Moscou de 1663 par V. Kontouma. []
  5. A. Binggeli, M. Cassin, V. Kontouma, « Inventaire des manuscrits de l’Institut français d’études byzantines », REB 72, 2014, p. 5-128, avec 16 planches couleurs. []
  6. Voir en particulier P. Géhin, « Le plus ancien manuscrit grec de l’Institut français d’études byzantines (IFEB 45) », REB 53, 1995, p. 289-293 ; S. Patri, « Les deux manuscrits russes de l’Institut français d’études byzantines », REB 51, 1993, p. 185-201, et également le billet consacré par V. Kontouma à l’IFEB 1. []
  7. Lettres conservées aux archives de la maison généralice des Assomptionnistes à Rome, 2DB401 et 2DC213. L’auteur signale toutefois qu’il y a pu y avoir des acquisitions antérieures, qui n’ont pas laissée de trace : on pense en particulier à la figure de Louis Petit, fondateur de l’Institut et grand pourvoyeur de sa bibliothèque ; voir aussi la nécrologie de 1928 et l’article paru à l’occasion de sa nomination comme archevêque d’Athènes en 1912. []
  8. On sait que l’essentiel de sa bibliothèque, dont environ 80 manuscrits, fut acheté par la Bibliothèque Vaticane en 1926 : voir F. D’Aiuto, P. Vian, Guida ai fondi manoscritti, numismatici, a stampa della Biblioteca Vaticana, I (Studi e testi 466), Città del Vaticano, 2011, p. 608-609 ; S. Lilla, I manoscritti vaticani greci: lineamenti di una storia del fondo (Studi e testi 415), Città del Vaticano, 2004, p. 116-128 ; A. Wenger, « Comment le fonds Petit est entré à la Bibliothèque vaticane », dans B. Holzer (éd.), Mgr Petit, assomptionniste, fondateur des “Échos d’Orient”, archevêque latin d’Athènes (1868-1927). Actes du Colloque, Rome, 15-17 décembre 1997 (OCA 266), Roma, 2002, p. 131-147 ; cependant, certains manuscrits, comme les IFEB 8 et 25, viennent des dossiers qui sont passés aux Assomptionnistes. []
  9. Voir la nécrologie assomptionniste et A. Wenger, Rome et Moscou, 1900-1950, Paris, 1987. []
  10. L. Politis et M. Politi, « Βιβλιογράφοι 17ου-18ου αἰῶνος. Συνοπτικὴ καταγραφή », Δελτίο τοῦ ἱστορικοῦ καὶ παλαιογραφικοῦ ἀρχείου 6, 1994, p. 313-645. []
  11. Notice nécrologique assomptionniste. []
  12. On en a la confirmation dans une lettre de Mme veuve Legrand à Petit, du 3 février 1904, conservée dans les archives de l’IFEB à Paris. Le dossier épistolaire Petit-Legrand sera prochainement publié. []

Un nouveau palimpseste (8e-9e s.) des œuvres ascétiques de Basile de Césarée

À l’occasion de la mission de catalogage à la Bibliothèque du Patriarcat œcuménique (Istanbul) en juin- juillet 2014 (voir le post du 9 juillet) par des chercheurs de la Section grecque de l’IRHT, un nouveau palimpseste a été repéré dans le fonds provenant du monastère de la Sainte-Trinité (Hagia Trias) de l’île de Chalki.

L’examen direct du manuscrit Hagia Trias 124 a permis de constater – ce qui n’est absolument pas visible sur le microfilm– que ce volume de 211 folios, sur parchemin, est entièrement palimpseste (à l’exception de deux folios initiaux et de quatre folios finaux, qui sont des restaurations du 16e siècle sur papier filigrané).

Figure 1
Figure 1 : En-dessous du texte supérieur, à l’encre noire foncée, on aperçoit quelques restes de l’écriture inférieure, à l’encre brun clair. L’écriture est surtout visible dans la marge, où elle n’a pas été recouverte.

L’écriture supérieure doit être attribuée au 13e ou au 14e siècle : il s’agit des Homélies de Jean Chrysostome sur la seconde Épître aux Corinthiens (CPG 4429).

Le texte inférieur, de son côté, est écrit dans une belle majuscule ogivale inclinée, attribuable à la fin du 8e siècle ou au début du 9e.

 

Son déchiffrement est rendu très difficile par deux causes :

(1) le parchemin a été très soigneusement lavé, si bien que sur une grande majorité des folios, on remarque à peine la présence d’un texte sous-jacent ;

(2) le copiste du texte supérieur a conservé exactement la même mise en page que celle du livre qu’il remployait (écriture à pleine page, 27-28 lignes). Les lignes d’écriture se superposent donc exactement, ne laissant apparaître tout au plus que quelques fragments de lettres.

Les parties les plus lisibles sont en marge : numérotations et titres.

Figure 2
Figure 2 : L’écriture inférieure se distingue difficilement car elle est presque entièrement recouverte par l’écriture supérieure, qui utilise les mêmes lignes.

Les quelques passages déchiffrés jusqu’à présent ont été identifiés comme provenant de deux œuvres :

1)       Basile de Césarée, Regulae morales (CPG 2877).

2)       Basile de Césarée, Grand Asceticon (CPG 2875).

 

La présence des Regulae morales permet de proposer une première classification de notre manuscrit à l’intérieur de la tradition manuscrite très vaste de l’œuvre ascétique de Basile. En effet, les Regulae morales ne se trouvent que dans deux branches, la « Vulgate » (V) de J. Gribomont (« Ask 4 » chez J. Fedwick) et la branche « Stoudite » (S) (« Ask 3 ») [1]. Ce sont les deux branches les plus abondamment représentées dans la tradition manuscrite.

Plus précisément, et même si une étude des variantes est rendue extrêmement difficile par les très faibles portions de texte déchiffrables, il semble que le manuscrit de la Sainte-Trinité doive être rangé dans la branche « Stoudite » (S) ou Ask 3 : cela peut être déterminé en particulier par la numérotation des questions, qui varie d’une recension à l’autre. Les numéros déchiffrés dans le palimpseste de la Sainte-Trinité correspondent aux numéros de la recension appelée « Stoudite » par J. Gribomont et « Ask 3 » par P. J. Fedwick. En voici un exemple :

Figure 3
Figure 3 : À la 3e ligne en partant du bas, on distingue le début de la question numérotée ΡΝʹ [150] dans la Vulgate (PG 31, 1181A12) : ΤΟΥΤΟ ΤΟ ΚΡΙΜΑ ΦΑΝΕΡΟΝ ΕΚ Τ…
Le numéro indiqué par le palimpseste, ρκθʹ [129] correspond à celui de la recension « Studite » ou « k »[2].

 

La recension Stoudite est représentée par environ 25 manuscrits, dont le plus ancien est daté de 880 : Moscou, GIM, Sinod. gr. 254 (Vlad. 117), écrit en minuscule et signé par le moine Athanase, au monastère du Stoudion, à Constantinople. Le palimpseste de la Sainte-Trinité est d’environ un siècle plus ancien que le manuscrit de Moscou. Il constituera donc certainement un témoin de premier ordre pour l’histoire du texte de cette recension « Stoudite ».

 

L’étude du texte de Basile préservé dans ce palimpseste n’a encore porté que sur un échantillon très restreint. En effet, seuls quelques fragments ont pu être identifiés jusqu’à présent, tant l’écriture inférieure est difficile à déchiffrer : la grande majorité des pages du manuscrit originel demeurent presque entièrement illisible à l’œil nu. Il faut espérer que l’utilisation de techniques adaptées au déchiffrement des palimpsestes, comme celles récemment mises au point par exemple pour le célèbre palimpseste d’Archimède ou pour l’Euripide de Jérusalem, permettront de tirer de plus grand bénéfices de ce nouveau témoin.


[1] J. Gribomont, Histoire du texte des Ascétiques de S. Basile, Louvain, 1953 (Bibliothèque du Muséon, 32) : table de concordance, p. 174 ; J. Gribomont, « Les Règles Morales de saint Basile et le Nouveau Testament », in Studia patristica. Vol. II. Papers presented to the Second International Conference on Patristic Studies…, ed. K. Aland and F. L. Cross, Berlin, 1957, pp. 416-426 ; P. J. Fedwick, Bibliotheca Basiliana Universalis. A Study of the manuscript tradition, translations and editions of the works of Basil of Caesarea, t. III. The Ascetica, Contra Eunomium 1-3, Ad Amphilochium de spiritu sancto, dubia et spuria with supplements to volumes I-II, Brepols, 1997.

[2] Cf. Gribomont, Histoire du texte, table de concordance, p. 174 ; Fedwick, t. III, p. 66.

Un feuillet volant restitué à son emplacement original

Le travail direct sur les manuscrits du fonds du monastère de la Sainte-Trinité sur l’île de Chalki (Hagia Trias, Ἁγία Τριάς) effectué lors de la mission de catalogage au patriarcat œcuménique (30 juin-5 juillet 2014,voir le post précédent) a permis de faire d’intéressantes trouvailles.

Par exemple, il a été possible retrouver l’emplacement original d’un feuillet volant, conservé à la fin du manuscrit Hagia Trias 147 (un manuscrit de parchemin en caractères slavons, de contenu ascétique).

Ce feuillet de papier, du 14e siècle, dont le texte est grec et de contenu astronomique, présente une souscription du copiste, Georges de Crète (Γεώργιος Κρής), avec la date de 1381. Il porte aussi, dans l’angle supérieur externe, une foliotation au crayon : « 338 ». Ces élément ont permis de déterminer qu’il s’agit du f. 338 (dernier du volume) du manuscrit Panaghia 157. Ce dernier appartient au fonds du monastère de la Panaghia Kamariotissa de l’île de Chalki, également conservé à la bibliothèque patriarcale (Istanbul).

Dans le catalogue récent des manuscrits du fonds de la Panaghia1, ce folio est signalé comme absent. Cependant, une reproduction en est donnée2 : elle a été faite à partir du microfilm effectué par l’équipe de Dumbarton Oaks, en 1962.

Une comparaison de la reproduction du catalogue et du folio retrouvé ne laisse aucune place au doute, comme on peut le voir :

Le folio perdu du Panaghia 157 a été retrouvé et remis en place
Le folio perdu du Panaghia 157, connu seulement d’après un microfilm effectué en 1962, a été retrouvé et remis en place le 30 juin 2014

On peut donc affirmer qu’à cette époque le feuillet se trouvait encore en place.

Cependant, comme le microfilm du manuscrit Hagia Trias 147, effectué à la même période, présente également une reproduction de ce feuillet volant, il semble bien que ce soit lors de cette campagne de microfilmage, en 1962, que le feuillet ait été déplacé involontairement.

En conséquence, le feuillet a été officiellement restitué au manuscrit Panaghia 157, le 30 juin 2014, par le directeur de la bibliothèque, le Père Agathangelos.

  1. M. Kouroupou & P. Géhin, Catalogue des manuscrits conservés dans la Bibliothèque du Patriarcat Œcuménique. Les manuscrits du monastère de la Panaghia de Chalki, Turnhout, Brepols, 2008, vol. 1, p. 386 []
  2. Ibid., vol. 2, p. 321 []

Mission de catalogage à la bibliothèque du patriarcat œcuménique de Constantinople

Du 30 juin au 5 juillet 2014, André Binggeli, Matthieu Cassin et Marie Cronier ont effectué à Istanbul une mission de catalogage, dans le cadre du projet ANR i-Stamboul. Ils ont été accueillis par le nouveau directeur de la bibliothèque du Patriarcat œcuménique, le Père Agathangelos.

Une trentaine de manuscrits ont ainsi été examinés, en vue de la publication du catalogue du fonds de manuscrits provenant du monastère de la Sainte-Trinité de l’île de Chalki et aujourd’hui conservés à la bibliothèque patriarcale (fonds de la Sainte-Trinité ou Ἁγία Τριάς, Hagia Trias).

Examen des manuscrits à la bibliothèque patriarcale
Examen des manuscrits à la bibliothèque patriarcale

Le travail de catalogage est préparé à partir de microfilms des manuscrits, effectués en 1962 par l’équipe de Dumbarton Oaks et dont une copie a été déposée à la Section grecque de l’IRHT (Paris).

Sur place, on procède aux opérations nécessitant un examen direct des manuscrits. Par exemple :

–          La foliotation au crayon (la plupart des manuscrits n’ont jamais été foliotés)

–          Pour les manuscrits de papier, le relevé des filigranes : ils sont décalqués à l’aide d’une planche à lumière froide, faisant ressortir le motif sans endommager le papier.

La feuille électroluminescente fait apparaître le filigrane du papier, qui permet de proposer une fourchette de datation
La feuille électroluminescente fait apparaître le filigrane du papier, qui permet de proposer une fourchette de datation

Les calques sont décalqués, afin de pouvoir être comparés aux exemples proposé dans les répertoires de filigranes.

Les filigranes sont décalqués grâce à la planche électroluminescente
Les filigranes sont décalqués grâce à la planche électroluminescente

–          L’analyse de la structure des cahiers (afin notamment de repérer les lacunes éventuelles), le relevé des réglures pour les manuscrits sur parchemin.

–          Les frottis des reliures anciennes, à l’aide d’un crayon bleu, qui permettent de relever les fers utilisés pour les décors de manière plus satisfaisante qu’avec une photographie.

Le frottis s'effectue avec un crayon bleu. Il permet de prendre une empreinte du décor de la reliure
Le frottis s’effectue avec un crayon bleu. Il permet de prendre une empreinte du décor de la reliure

Le catalogage de manuscrits de la Sainte-Trinité de Chalki par l’équipe de l’IRHT est placé sous le patronage de Sa Sainteté Bartholomée Ier, qui a accordé une audience aux trois chercheurs le jeudi 4 juillet.

Le Canon 8 de Chénouté

Monastère Blanc, intérieur

A. Boud’hors, Le Canon 8 de Chénouté. Introduction, édition critique, traduction. Le Caire 2013, 2 vol. (Bibliothèque d’études coptes 21).

Près du village antique d’Atripé, en Haute-Égypte, s’élevaient les bâtiments d’une congrégation monastique organisée et dirigée aux 4e-5e siècles par l’abbé Chénouté, grande figure du monachisme égyptien et auteur d’une œuvre unique par son ampleur dans la littérature copte. Le plus grand des trois monastères chénoutiens, communément appelé « monastère Blanc », à cause de la couleur des pierres de son église, est fameux pour avoir livré, entre la fin du 18e et la fin du 19e siècle, les restes d’une importante bibliothèque. Comme le monastère avait été abandonné au 13e siècle, les manuscrits étaient dans un état déplorable lors de leur découverte, aggravé encore ensuite par les convoitises des collectionneurs, qui aboutirent à une dispersion des feuillets dans le monde entier. La reconstitution des manuscrits se poursuit jusqu’à aujourd’hui (voir le blog d’Alin Suciu).

Monstère Blanc, vue extérieure

Les feuillets et fragments de parchemin rescapés sont les restes d’environ mille livres (codices), copiés entre le 8e et le 12e siècle (on peine encore à imaginer ce qui est advenu des manuscrits plus anciens). Malgré leur état fragmentaire, ces manuscrits constituent le plus grand réservoir de littérature copte dans le dialecte classique, appelé sahidique : textes bibliques, apocryphes, patristiques, hagiographiques, monastiques. Les œuvres de Chénouté y sont représentées par les restes d’une centaine de manuscrits. Elles ne sont quasiment pas attestées en dehors de cette bibliothèque.

Louvre E 9979 r°C’est seulement à une date récente que Stephen Emmel (Shenoute’s Literary Corpus, Louvain 2004) a pu mettre de l’ordre dans ces manuscrits et reconstituer le corpus chénoutien, qui se compose de deux grands volets, les Canons, ou sermons de discipline monastique (9 tomes) et les Discours (8 tomes), à visée plus morale et pastorale, destinés à un public plus large. Depuis lors, une équipe internationale a pris en charge l’édition critique systématique de ce corpus.

Or l’Institut français d’archéologie orientale au Caire détient, sous la cote « Ifao Copte 2 », un des manuscrits les mieux conservés du monastère Blanc, qui est un exemplaire du Canon 8 de Chénouté. Plus précisément, sur les 160 feuillets d’origine, 128 feuillets sont conservés à l’Ifao, 6 à Londres (BL), 4 à Naples (BN), 3 à Paris (BnF). C’est un cas exceptionnel, si l’on pense que certains manuscrits ne sont plus représentés que par une moitié de feuillet. Il est possible que la partie Ifao de ce manuscrit ait été achetée à un antiquaire par l’égyptologue Gaston Maspero, avant la découverte par ce dernier en 1885 de la « cachette » où s’entassait la majeure partie des vestiges.

Ifao Copte 2, f. 71v

De ce fait, un examen paléographique et codicologique détaillé a été possible pour ce manuscrit, ce qui permet d’avoir une idée de son économie. Son histoire n’est pas sans accident. Deux ou trois copistes différents y sont à l’œuvre. De nombreuses corrections ou additions ont été insérées dans les marges. Une anomalie a pu être repérée dans la composition des cahiers, à cause d’une importante omission du copiste compensée par l’ajout de feuillets. Des traces de signets sont encore visibles, disposés aux endroits où commence un nouveau sermon (le manuscrit en contient sept). L’écriture est une onciale de type biblique, style utilisé jusqu’au 11e siècle pour copier les textes particulièrement vénérables, bibliques surtout, ce qui montre le statut presque sacré dont jouissaient les sermons de l’abbé. La sobriété de l’écriture de ce manuscrit, jointe à ses dimensions modestes (27 x 21 cm), invitent à proposer une date un peu plus haute que la période de copie habituellement assignée aux manuscrits du monastère Blanc, soit peut-être le 8e siècle.

Ifao Copte 2 f. 114v (détail d’un feuillet avec signet)

Bien qu’il existe des fragments de quatre témoins parallèles du Canon 8, ainsi que d’un florilège de l’ensemble des Canons, le caractère unique du manuscrit Ifao comme témoin de l’histoire du livre imposait son édition quasi diplomatique comme préalable à toute édition vraiment critique. Elle se trouve de plus accompagnée par la reproduction en couleur de toutes les pages conservées au Caire.

Quant au contenu des sept sermons, de longueur inégale (de 3 à 120 pages), le lecteur de la traduction risque d’être déçu : si, en historien, il y cherche des traces de règles monastiques, il ne trouvera rien de bien précis (d’autres tomes des Canons semblent plus riches de ce point de vue) ; s’il est curieux de spiritualité monastique ou de spéculation théologique, il restera sur sa faim. Chénouté est un imprécateur. Il brode à l’infini sur le thème de la pureté perdue, puisant dans la Bible, surtout l’Ancien Testament, une matière disparate qu’il tisse avec un art inégalé. Sa syntaxe, qui mêle des registres de langue sophistiqués, recourant à des constructions uniques, avec des passages d’une familiarité brutale, est d’une difficulté redoutable. La valeur du Canon 8 est littéraire et linguistique, et de ce point de vue elle reste encore largement à analyser.

Ifao Copte 2, f. 102r

Numérisations de manuscrits grecs, hébreux et d’incunables (Oxford ; Vatican)

Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Reg. gr. 1B

La Bodleian Library (Oxford) et la Biblioteca Apostolica Vaticana (Città del Vaticano) viennent de mettre en ligne le site d’un important projet de numérisation, financé par la Polonsky Foundation. 21 documents sont pour l’heure disponible, mais à terme, ce sont 1,5 millions de pages qui seront accessibles. Trois domaines ont été retenus : manuscrits grecs, manuscrits hébreux, incunables. Pour les manuscrits grecs, il s’agit du fonds Barocci de la Bodleian Library (Barocci 1-241), et des fonds Barberini gr. (barb. gr. 1-281) et Ottoboni gr. (ottob. gr. 1-256), pour la Biblioteca Apostolica Vaticana, plus une sélection de manuscrits des deux bibliothèques.

Les premiers manuscrits mis en ligne appartiennent au domaine biblique :

Oxford, Bodleian Library, Auct. T. inf. 2. 1

Les chercheurs sont invités également à faire des suggestions de numérisation, qui seront évaluées (contacts).

C’est une très heureuse nouvelle : espérons que la numérisation et la mise en ligne progresse rapidement, et que les manuscrits mis en ligne bénéficient de descriptions complètes et actualisées.

8e Colloque international de paléographie grecque : Hambourg, 22-28 septembre 2013

Sous l’égide du Comité international de paléographie grecque (CIPG), le 8e colloque international de paléographie grecque s’est tenu du 22 au 28 septembre 2013 à l’université de Hambourg avec une journée, jeudi 26 septembre, à Wolfenbüttel (Herzog August Bibliothek). L’organisation en avait été confiée à Christian Brockmann, professeur à l’université de Hambourg.

Hamburg, Staats- und Universitätsbibliothek, cod. Philol. 88, ff. 50v-51r

Depuis la création du CIPG en 1981, à la suite du colloque fondateur organisé à Paris en 1974 par Jacques Bompaire et Jean Irigoin, les colloques internationaux de paléographie grecque se sont régulièrement tenus tous les cinq ans : à Berlin et Wolfenbüttel (1983), Erice (1988), Oxford (1993), Crémone (1998), Drama (2003) et Madrid (2008).

Trois membres du CIPG
Trois membres du CIPG: Boris Fonkič, Mgr Paul Canart et Paul Géhin

Le programme du colloque, fort riche, comportait plus de soixante-dix contributions abordant le manuscrit byzantin selon des approches très variées. La volonté des organisateurs de ne pas proposer de séances parallèles a impliqué une durée assez restreinte pour les communications (15 minutes). Bon nombre de présentations relevaient de l’histoire de l’écriture et proposaient par exemple l’analyse d’un type d’écriture donné, de l’activité d’un scriptorium ou d’un copiste, des particularités régionales de l’écriture, etc. D’autres, se rattachant à la philologie, étaient par exemple consacrées à la transmission et la réception d’un texte donné ou à importance d’un témoin dans la tradition manuscrite d’une œuvre. Outre cela, une place importante a été accordée à l’histoire des bibliothèques, mais aussi à la codicologie et surtout aux « nouvelles technologies », qui comprennent aussi bien les appareils et les techniques d’analyse de l’objet manuscrit (par exemple pour le déchiffrement des palimpsestes, l’étude de l’encre ou du papier), que les logiciels, les bases de données et les sites internet dédiés aux manuscrits grecs.

Communication de Z. Melissakis au 8e colloque international de paléographie grecque
Communication de Z. Melissakis au 8e colloque international de paléographie grecque

On pourra regretter l’absence presque totale de l’histoire de l’art et le faible nombre de contributions s’appuyant sur l’analyse des reliures, domaines pourtant relativement bien représentés au cours des précédents colloques. Il n’en reste pas moins que ce colloque constitue un événement majeur dans le monde de la paléographie grecque et qu’on espère naturellement une publication rapide de ses actes.

La Section grecque de l’IRHT était représentée au colloque par Paul Géhin, Matthieu Cassin, Marie Cronier et André Binggeli.

 

Paul Géhin
Paul Géhin

Paul Géhin, membre du CIPG, a présidé la journée du lundi 23 septembre, consacrée à l’histoire des bibliothèques. Le nombre et la variété des communications qui y furent accueillies témoignent du dynamisme et des résultats significatifs de cette approche des manuscrits, à l’avenir prometteur. Au cours de cette journée est intervenu Matthieu Cassin, qui a présenté une communication intitulée « La bibliothèque du patriarche Métrophane III à Chalki au 16e siècle », directement liée au projet ANR « i-Stamboul », actuellement en cours. Toujours dans le cadre de ce projet, mais dans une journée spécifiquement dédiée aux nouvelles technologies, André Binggeli a proposé une présentation de la base Pinakes et de ses nouvelles fonctionnalités en cours de développement (accessibles prochainement) ainsi que du portail Diktyon, portail regroupant des bases de données liées aux manuscrits grecs. De son côté, Marie Cronier a présenté une contribution liée à ses recherches personnelles, en proposant de relier à l’île de Chypre trois exemplaires du De materia medica de Dioscoride dont l’écriture ne présente pas les caractéristiques particulières aux manuscrits copiés sur cette île: les critères permettant d’établir ce rapprochement sont d’ordre philologique, historique et iconographique.

Lors de sa réunion au cours du colloque, le CIPG a élu un nouveau membre, Christian Brockmann, et son nouveau président, Brigitte Mondrain, qui succède ainsi à Dieter Harlfinger. Ernst Gamillscheg a été élu vice-président, tandis que Giuseppe de Gregorio est devenu secrétaire.

Enfin, il a été annoncé que le prochain Colloque international de paléographie grecque se tiendrait à Paris en 2018.

Von Homer bis Aristoteles
Von Homer bis Aristoteles

En marge du colloque s’est tenue à la Staats- und Universitätsbibliothek une exposition consacrées aux manuscrits grecs conservés dans les bibliothèques du nord de l’Allemagne : Von Homer bis Aristoteles: Griechische Handschriften in norddeutschen Sammlungen (25 octobre-1er décembre 2013).

Conférence inaugurale de l'exposition
Conférence inaugurale de l’exposition

Les personnes participant au colloque ont pu assister aux conférences d’ouverture de l’exposition, le soir du mardi 24 septembre.

Exposition Von Homer bis Aristoteles
Exposition Von Homer bis Aristoteles

Les manuscrits grecs du Fonds 488 des Archives nationales d’Albanie (Arkivi Qëndror i Shtetit), à Tirana

Arkivi Qëndror i Shtetit, TiranëLe Fonds 488 des Archives nationales, à Tirana1, a été crée dans les années 1980 pour réunir et préserver en seul lieu les documents manuscrits latins, arabes et grecs identifiés sur le territoire national albanais. Pour beaucoup, l’histoire plus que deux fois millénaire de ce petit état méditerranéen ne survit en Europe occidentale que par son passé très proche : après une longue occupation ottomane et une courte période démocratique au tout début du 20ème siècle, l’Albanie conjugue sa destinée avec celle du roi Zog 1er. En 1939, le pays est envahi par l’Italie et de 1944 à 1985 sévit la dictature implacable d’Enver Hoxha. Nouant d’abord des liens étroits et exclusifs avec l’URSS jusqu’en 1960, Enver Hoxha se tourne ensuite vers la République populaire de Chine, puis tombe enfin dans un isolationnisme intransigeant, revendiqué comme identité nationale. Sa mort, en avril 1985, permet aux Albanais de se réapproprier une histoire qui puise aux sources mêmes d’une Europe qui se construit autour d’eux, mais sans eux. Connue dès l’Antiquité et célébrée par les auteurs latins et grecs, à la croisée des routes qui menaient de Venise à Constantinople, l’Albanie n’est, à la fin du 20e siècle, que l’ombre d’un pays sans passé.

C’est cependant cette tradition culturelle multiséculaire que quelques hommes courageux vont tenter de préserver à tout prix. L’un d’entre eux, Teofan Popa, archiviste et paléographe, sera l’un des premiers à recueillir les principales informations sur les documents alors épargnés. Ses descriptions dactylographiées de manuscrits grecs accompagnent encore aujourd’hui les manuscrits du Fonds 488 et ont été publiées en albanais, en 2003, dans le volume Kodikët e Shqipërisë (Drejtoria e Përgjithshme e Arkivave, Tiranë). Comme tant d’autres citoyens albanais ayant refusé de renier leur religion, Popa passera plusieurs années dans les camps de travaux forcés.

L’histoire des manuscrits grecs en Albanie avait pourtant bien commencé. Dès 1885, Pierre Batiffol, élève de Louis Duchesne, publie un brillant article sur un manuscrit grec écrit en lettres d’argent sur parchemin pourpre2. Louis Duchesne, qui avait été averti par son ami Sakkelion d’une publication confidentielle d’Anthimos Alexoudis, alors évêque de la ville de Berat, en Albanie, presse son élève Pierre Batiffol de se rendre sur place afin de décrire les manuscrits anciens mentionnés dans l’ouvrage du métropolite3. De retour en France, Pierre Batiffol publiera le récit de son périple, la description sommaire de certains manuscrits qu’il a pu consulter à Berat, mais surtout l’intégralité du texte du manuscrit pourpre, connu désormais comme le codex Beratinus 14. Le manuscrit entre dans la nomenclature de Caspar René Gregory en 1908 sous le sigle Φ.043, et demeure à ce jour un témoin de premier ordre pour la critique textuelle néotestamentaire. Mais après Batiffol plus personne ne verra le manuscrit.

Arkivi Qëndror i Shtetit, Tiranë, Salle de lectureDans les années qui suivent, l’histoire des manuscrits grecs en Albanie se concentre presque exclusivement sur les manuscrits conservés à Berat par le métropolite Alexoudis. À l’exception de sa description de trois tetraévangiles conservés à Vlora5, Alexoudis publie en 1898 un « Κατάλογος τῶν ἐν ταῖς ἱεραῖς ἐκκλησίαις τῆς συνοικίας Κάστρου, πόλεως Βερατίου τῆς Μητροπόλεως Βελεγράδων »6, puis en en 1900-1901 un autre descriptif de ces mêmes manuscrits, quelquefois plus détaillé, quelquefois plus sommaire7. Mais après ces dernières publications, plus personne n’aura accès à ces manuscrits : une longue et lente période de ténèbres qui durera près de soixante-dix ans.

L’ouverture de l’Albanie au monde occidental, à la fin des années 1980, permet à la communauté scientifique de redécouvrir un patrimoine longtemps oublié. Le Fonds 488, d’une valeur inestimable, abrite aujourd’hui une centaine de manuscrits grecs dont deux manuscrits pourpres, retenus par l’UNESCO comme « Mémoire du monde » : l’un écrit en lettres d’argent, le Beratinus 1, daté du 6e siècle, l’autre en lettres d’or, le Beratinus 2, daté du 10e siècle. Le projet de recherche qui s’ouvre aujourd’hui conjugue à la fois le catalogage des manuscrits grecs du Nouveau Testament et la critique textuelle néotestamentaire.

Didier Lafleur (IRHT, section grecque et de l’Orient chrétien, CNRS)

Arkivi Qëndror i Shtetit, Tiranë, Chambre forte

  1. http://www.albarchive.gov.al/cms/front_content.php?idcat=192 []
  2. « Evangeliorum codex graecus purpureus Beratinus Φ », Mélanges d’archéologie et d’histoire 5, p. 358-376. []
  3. Σύντομος Ἱστορικὴ Περιγραφὴ τῆς Ἱερᾶς Μητροπόλεως Βελεγράδων, Corfou, 1868. []
  4. « Les manuscrits grecs de Bérat d’Albanie et le codex Purpureus Φ », Archives des missions scientifiques et littéraires, 3e série, t. XIII, Paris, Imprimerie nationale, 1887, p. 437-556. []
  5. « Περιγραφὴ τριών εὐαγγελίων », Ὁ ἐν Κωνσταντινουπόλει Ἑλληνικὸς Φιλολογικὸς Σύλλογος. Ἀρχαιολογικὸν Δελτίον, 1896, p. 114-117. []
  6. Δελτίον τῆς Ἱστορικῆς καὶ Ἐθνολογικῆς Ἑταιρείας τῆς Ἑλλάδος 5, 1898, p. 352-369. []
  7. « Κώδικες ἐπαρχίας Βελεγράδων », Ἐκκλησιαστικὴ ᾿Αλήθεια 20-21, 1900-1901. []