Archives par mot-clé : Manuscrits

Numérisations de manuscrits grecs, hébreux et d’incunables (Oxford ; Vatican)

Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Reg. gr. 1B

La Bodleian Library (Oxford) et la Biblioteca Apostolica Vaticana (Città del Vaticano) viennent de mettre en ligne le site d’un important projet de numérisation, financé par la Polonsky Foundation. 21 documents sont pour l’heure disponible, mais à terme, ce sont 1,5 millions de pages qui seront accessibles. Trois domaines ont été retenus : manuscrits grecs, manuscrits hébreux, incunables. Pour les manuscrits grecs, il s’agit du fonds Barocci de la Bodleian Library (Barocci 1-241), et des fonds Barberini gr. (barb. gr. 1-281) et Ottoboni gr. (ottob. gr. 1-256), pour la Biblioteca Apostolica Vaticana, plus une sélection de manuscrits des deux bibliothèques.

Les premiers manuscrits mis en ligne appartiennent au domaine biblique :

Oxford, Bodleian Library, Auct. T. inf. 2. 1

Les chercheurs sont invités également à faire des suggestions de numérisation, qui seront évaluées (contacts).

C’est une très heureuse nouvelle : espérons que la numérisation et la mise en ligne progresse rapidement, et que les manuscrits mis en ligne bénéficient de descriptions complètes et actualisées.

8e Colloque international de paléographie grecque : Hambourg, 22-28 septembre 2013

Sous l’égide du Comité international de paléographie grecque (CIPG), le 8e colloque international de paléographie grecque s’est tenu du 22 au 28 septembre 2013 à l’université de Hambourg avec une journée, jeudi 26 septembre, à Wolfenbüttel (Herzog August Bibliothek). L’organisation en avait été confiée à Christian Brockmann, professeur à l’université de Hambourg.

Hamburg, Staats- und Universitätsbibliothek, cod. Philol. 88, ff. 50v-51r

Depuis la création du CIPG en 1981, à la suite du colloque fondateur organisé à Paris en 1974 par Jacques Bompaire et Jean Irigoin, les colloques internationaux de paléographie grecque se sont régulièrement tenus tous les cinq ans : à Berlin et Wolfenbüttel (1983), Erice (1988), Oxford (1993), Crémone (1998), Drama (2003) et Madrid (2008).

Trois membres du CIPG
Trois membres du CIPG: Boris Fonkič, Mgr Paul Canart et Paul Géhin

Le programme du colloque, fort riche, comportait plus de soixante-dix contributions abordant le manuscrit byzantin selon des approches très variées. La volonté des organisateurs de ne pas proposer de séances parallèles a impliqué une durée assez restreinte pour les communications (15 minutes). Bon nombre de présentations relevaient de l’histoire de l’écriture et proposaient par exemple l’analyse d’un type d’écriture donné, de l’activité d’un scriptorium ou d’un copiste, des particularités régionales de l’écriture, etc. D’autres, se rattachant à la philologie, étaient par exemple consacrées à la transmission et la réception d’un texte donné ou à importance d’un témoin dans la tradition manuscrite d’une œuvre. Outre cela, une place importante a été accordée à l’histoire des bibliothèques, mais aussi à la codicologie et surtout aux « nouvelles technologies », qui comprennent aussi bien les appareils et les techniques d’analyse de l’objet manuscrit (par exemple pour le déchiffrement des palimpsestes, l’étude de l’encre ou du papier), que les logiciels, les bases de données et les sites internet dédiés aux manuscrits grecs.

Communication de Z. Melissakis au 8e colloque international de paléographie grecque
Communication de Z. Melissakis au 8e colloque international de paléographie grecque

On pourra regretter l’absence presque totale de l’histoire de l’art et le faible nombre de contributions s’appuyant sur l’analyse des reliures, domaines pourtant relativement bien représentés au cours des précédents colloques. Il n’en reste pas moins que ce colloque constitue un événement majeur dans le monde de la paléographie grecque et qu’on espère naturellement une publication rapide de ses actes.

La Section grecque de l’IRHT était représentée au colloque par Paul Géhin, Matthieu Cassin, Marie Cronier et André Binggeli.

 

Paul Géhin
Paul Géhin

Paul Géhin, membre du CIPG, a présidé la journée du lundi 23 septembre, consacrée à l’histoire des bibliothèques. Le nombre et la variété des communications qui y furent accueillies témoignent du dynamisme et des résultats significatifs de cette approche des manuscrits, à l’avenir prometteur. Au cours de cette journée est intervenu Matthieu Cassin, qui a présenté une communication intitulée « La bibliothèque du patriarche Métrophane III à Chalki au 16e siècle », directement liée au projet ANR « i-Stamboul », actuellement en cours. Toujours dans le cadre de ce projet, mais dans une journée spécifiquement dédiée aux nouvelles technologies, André Binggeli a proposé une présentation de la base Pinakes et de ses nouvelles fonctionnalités en cours de développement (accessibles prochainement) ainsi que du portail Diktyon, portail regroupant des bases de données liées aux manuscrits grecs. De son côté, Marie Cronier a présenté une contribution liée à ses recherches personnelles, en proposant de relier à l’île de Chypre trois exemplaires du De materia medica de Dioscoride dont l’écriture ne présente pas les caractéristiques particulières aux manuscrits copiés sur cette île: les critères permettant d’établir ce rapprochement sont d’ordre philologique, historique et iconographique.

Lors de sa réunion au cours du colloque, le CIPG a élu un nouveau membre, Christian Brockmann, et son nouveau président, Brigitte Mondrain, qui succède ainsi à Dieter Harlfinger. Ernst Gamillscheg a été élu vice-président, tandis que Giuseppe de Gregorio est devenu secrétaire.

Enfin, il a été annoncé que le prochain Colloque international de paléographie grecque se tiendrait à Paris en 2018.

Von Homer bis Aristoteles
Von Homer bis Aristoteles

En marge du colloque s’est tenue à la Staats- und Universitätsbibliothek une exposition consacrées aux manuscrits grecs conservés dans les bibliothèques du nord de l’Allemagne : Von Homer bis Aristoteles: Griechische Handschriften in norddeutschen Sammlungen (25 octobre-1er décembre 2013).

Conférence inaugurale de l'exposition
Conférence inaugurale de l’exposition

Les personnes participant au colloque ont pu assister aux conférences d’ouverture de l’exposition, le soir du mardi 24 septembre.

Exposition Von Homer bis Aristoteles
Exposition Von Homer bis Aristoteles

Les manuscrits grecs du Fonds 488 des Archives nationales d’Albanie (Arkivi Qëndror i Shtetit), à Tirana

Arkivi Qëndror i Shtetit, TiranëLe Fonds 488 des Archives nationales, à Tirana1, a été crée dans les années 1980 pour réunir et préserver en seul lieu les documents manuscrits latins, arabes et grecs identifiés sur le territoire national albanais. Pour beaucoup, l’histoire plus que deux fois millénaire de ce petit état méditerranéen ne survit en Europe occidentale que par son passé très proche : après une longue occupation ottomane et une courte période démocratique au tout début du 20ème siècle, l’Albanie conjugue sa destinée avec celle du roi Zog 1er. En 1939, le pays est envahi par l’Italie et de 1944 à 1985 sévit la dictature implacable d’Enver Hoxha. Nouant d’abord des liens étroits et exclusifs avec l’URSS jusqu’en 1960, Enver Hoxha se tourne ensuite vers la République populaire de Chine, puis tombe enfin dans un isolationnisme intransigeant, revendiqué comme identité nationale. Sa mort, en avril 1985, permet aux Albanais de se réapproprier une histoire qui puise aux sources mêmes d’une Europe qui se construit autour d’eux, mais sans eux. Connue dès l’Antiquité et célébrée par les auteurs latins et grecs, à la croisée des routes qui menaient de Venise à Constantinople, l’Albanie n’est, à la fin du 20e siècle, que l’ombre d’un pays sans passé.

C’est cependant cette tradition culturelle multiséculaire que quelques hommes courageux vont tenter de préserver à tout prix. L’un d’entre eux, Teofan Popa, archiviste et paléographe, sera l’un des premiers à recueillir les principales informations sur les documents alors épargnés. Ses descriptions dactylographiées de manuscrits grecs accompagnent encore aujourd’hui les manuscrits du Fonds 488 et ont été publiées en albanais, en 2003, dans le volume Kodikët e Shqipërisë (Drejtoria e Përgjithshme e Arkivave, Tiranë). Comme tant d’autres citoyens albanais ayant refusé de renier leur religion, Popa passera plusieurs années dans les camps de travaux forcés.

L’histoire des manuscrits grecs en Albanie avait pourtant bien commencé. Dès 1885, Pierre Batiffol, élève de Louis Duchesne, publie un brillant article sur un manuscrit grec écrit en lettres d’argent sur parchemin pourpre2. Louis Duchesne, qui avait été averti par son ami Sakkelion d’une publication confidentielle d’Anthimos Alexoudis, alors évêque de la ville de Berat, en Albanie, presse son élève Pierre Batiffol de se rendre sur place afin de décrire les manuscrits anciens mentionnés dans l’ouvrage du métropolite3. De retour en France, Pierre Batiffol publiera le récit de son périple, la description sommaire de certains manuscrits qu’il a pu consulter à Berat, mais surtout l’intégralité du texte du manuscrit pourpre, connu désormais comme le codex Beratinus 14. Le manuscrit entre dans la nomenclature de Caspar René Gregory en 1908 sous le sigle Φ.043, et demeure à ce jour un témoin de premier ordre pour la critique textuelle néotestamentaire. Mais après Batiffol plus personne ne verra le manuscrit.

Arkivi Qëndror i Shtetit, Tiranë, Salle de lectureDans les années qui suivent, l’histoire des manuscrits grecs en Albanie se concentre presque exclusivement sur les manuscrits conservés à Berat par le métropolite Alexoudis. À l’exception de sa description de trois tetraévangiles conservés à Vlora5, Alexoudis publie en 1898 un « Κατάλογος τῶν ἐν ταῖς ἱεραῖς ἐκκλησίαις τῆς συνοικίας Κάστρου, πόλεως Βερατίου τῆς Μητροπόλεως Βελεγράδων »6, puis en en 1900-1901 un autre descriptif de ces mêmes manuscrits, quelquefois plus détaillé, quelquefois plus sommaire7. Mais après ces dernières publications, plus personne n’aura accès à ces manuscrits : une longue et lente période de ténèbres qui durera près de soixante-dix ans.

L’ouverture de l’Albanie au monde occidental, à la fin des années 1980, permet à la communauté scientifique de redécouvrir un patrimoine longtemps oublié. Le Fonds 488, d’une valeur inestimable, abrite aujourd’hui une centaine de manuscrits grecs dont deux manuscrits pourpres, retenus par l’UNESCO comme « Mémoire du monde » : l’un écrit en lettres d’argent, le Beratinus 1, daté du 6e siècle, l’autre en lettres d’or, le Beratinus 2, daté du 10e siècle. Le projet de recherche qui s’ouvre aujourd’hui conjugue à la fois le catalogage des manuscrits grecs du Nouveau Testament et la critique textuelle néotestamentaire.

Didier Lafleur (IRHT, section grecque et de l’Orient chrétien, CNRS)

Arkivi Qëndror i Shtetit, Tiranë, Chambre forte

  1. http://www.albarchive.gov.al/cms/front_content.php?idcat=192 []
  2. « Evangeliorum codex graecus purpureus Beratinus Φ », Mélanges d’archéologie et d’histoire 5, p. 358-376. []
  3. Σύντομος Ἱστορικὴ Περιγραφὴ τῆς Ἱερᾶς Μητροπόλεως Βελεγράδων, Corfou, 1868. []
  4. « Les manuscrits grecs de Bérat d’Albanie et le codex Purpureus Φ », Archives des missions scientifiques et littéraires, 3e série, t. XIII, Paris, Imprimerie nationale, 1887, p. 437-556. []
  5. « Περιγραφὴ τριών εὐαγγελίων », Ὁ ἐν Κωνσταντινουπόλει Ἑλληνικὸς Φιλολογικὸς Σύλλογος. Ἀρχαιολογικὸν Δελτίον, 1896, p. 114-117. []
  6. Δελτίον τῆς Ἱστορικῆς καὶ Ἐθνολογικῆς Ἑταιρείας τῆς Ἑλλάδος 5, 1898, p. 352-369. []
  7. « Κώδικες ἐπαρχίας Βελεγράδων », Ἐκκλησιαστικὴ ᾿Αλήθεια 20-21, 1900-1901. []