Un homme d’Église au service des manuscrits : Monseigneur Pierre Batiffol

La fin du XIXe siècle et les premières décennies du siècle dernier ont été propices à la recherche de nouveaux manuscrits, à leur indexation dans de nombreux répertoires, à l’élargissement de la connaissance des textes de la littérature classique et biblique. Pierre Batiffol (1861-1929), entré à dix-sept ans au Séminaire des Sulpiciens d’Issy-les-Moulineaux, au sud de Paris, trouva rapidement une place d’élection auprès de son maître, l’abbé Louis Duchesne, historien de l’Église, directeur de l’École française de Rome et membre de l’Académie française[1]. Cet éminent philologue et historien transmettra à son élève la fièvre des manuscrits.

Pierre Batiffol, Issy les Moulineaux, été 1882 © Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice
Pierre Batiffol, Issy les Moulineaux, été 1882
© Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice

Ordonné en juin 1884, l’abbé Batiffol poursuit ses études à Paris, d’abord à l’Institut Catholique, puis à l’École pratique des Hautes Études, et enfin à Rome, sous la direction de Giovanni Battista De Rossi.

Un mot de Duchesne à De Rossi suffit à croquer la fougue du jeune abbé :

Batiffol part aujourd’hui pour Rome, écrit Duchesne le 11 janvier 1887,  sans trop savoir ce qu’il va faire, mais avec la disposition certaine d’avoir envie de tout faire. Il vous ira voir. Ne lui faites pas de compliments, il vous croirait, et cela lui rendrait un bien mauvais service. Ne lui faites pas non plus de sermons; il ne vous croirait pas et vous auriez perdu votre temps[2].

Pierre Batiffol, Rome, printemps 1887 © Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice
Pierre Batiffol, Rome, printemps 1887
© Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice

Les nombreux écrits historiques et théologiques de Monseigneur Batiffol ont relégué aujourd’hui à l’arrière-plan le travail de découvreur de manuscrits et d’explorateur qu’il a accompli à la fin du XIXe siècle et la préparation de notre « Catalogue des manuscrits grecs du Nouveau Testament conservés aux Archives nationales d’Albanie », nous a permis de remettre en lumière ce profil un peu estompé.

En 1885, âgé de vingt-quatre ans, à l’initiative de l’abbé Duchesne, il obtient une bourse du Ministère de l’Instruction Publique et se rend en Albanie pour collationner un manuscrit grec du VIe siècle, écrit en lettres d’argent sur parchemin pourpre, le Beratinus 1 (aujourd’hui Tirana, AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes 1). Il profite de ce périple, entre navigation hasardeuse sur l’Adriatique et brigands des montagnes de l’Épire, pour contribuer à la refonte du Guide de la Grèce qui sera publié par Émile Isambert en 1891: sa correspondance avec Bernard Haussoullier témoigne du contrat signé entre les deux parties.

Pierre Batiffol édite le texte du Beratinus à son retour à Paris[3] puis repart en Italie méridionale pour étudier le monde basilien et plus particulièrement l’Abbaye de Rossano à laquelle il consacre sa thèse[4]. Son étude synthétique sur « La Vaticane de Paul III à Paul V, d’après des documents nouveaux », publiée en 1890, conforte l’héritage de ses deux maîtres : Louis Duchesne et Giovanni Battista De Rossi. D’autres travaux à la Bibliothèque Vaticane viendront enrichir ses publications, notamment la redécouverte d’un manuscrit palimpseste du Ve siècle contenant le Nouveau Testament ainsi que d’autres études sur les manuscrits latins[5].

Autographe de Pierre Batiffol, étude sur le Vat. gr. 1912 © Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice
Autographe de Pierre Batiffol, étude sur le Vat. gr. 1912
© Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice

Humaniste et théologien, cet homme d’Église témoigne d’une Europe avide de savoir, à la recherche des sources et soucieuse de la transmission des textes. Sa correspondance avec les biblistes de son époque – Caspar René Gregory, Albert Ehrhard, Marie-Joseph Lagrange, Hippolyte Delehaye, pour n’en citer que quelques uns – montre à quel point, tout au long de sa vie, Batiffol est resté en contact avec le problème des sources. Son approche méthodologique très controversée lors de la crise moderniste, le contraindra à abandonner son poste de recteur de l’Institut catholique de Toulouse à la veille de Noël 1907.

Monseigneur Batiffol, Toulouse, 1898 © Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice
Monseigneur Batiffol, Toulouse, 1898
© Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice

Aumônier du Collège Sainte-Barbe à Paris, à deux pas du Panthéon, avant et après sa révocation de Toulouse par le Vatican, l’homme a toujours conservé au sein de cette période difficile pour l’Église catholique, une sérénité peu commune et le soutien de sa famille, tout particulièrement celui de son frère Louis, conservateur de la Bibliothèque de l’Arsenal, lui a été d’un précieux secours. Décédé brutalement le 13 janvier 1929, le prélat, revenu officiellement dans le giron du Saint-Office, laisse derrière lui une œuvre empreinte d’humanisme et d’érudition.

Les archives de Monseigneur Batiffol sont désormais conservées au Séminaire Saint-Sulpice, rue du Regard, à Paris. Longtemps remises en forme et classées avec soin par le Père Trinquet, elles sont aujourd’hui une source d’érudition de grande valeur, non seulement pour les chercheurs qui travaillent sur la crise morale qui a secoué l’Église de France dans les premières décennies du siècle dernier, mais aussi pour tous ceux qui s’intéressent aux manuscrits grecs et latins.

Didier Lafleur (avec la collaboration de Luc Brogly)

Séminaire Saint-Sulpice, Paris
Séminaire Saint-Sulpice, Paris

[1] Voir Brigitte Waché, Monseigneur Louis Duchesne (1843-1922). Historien de l’Église, directeur de l’École française de Rome, Collection de l’École française de Rome 167, Rome, 1992.

[2] Carteggio De Rossi, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 14277, f. 23 (voir B. Waché, p. 146).

[3] “Evangeliorum codex graecus purpureus Beratinus Φ”, Mélanges d’archéologie et d’histoire 5 (1885): 358-76; “Les manuscrits grecs de Bérat d’Albanie et le codex Purpureus Φ”, Archives des missions scientifiques et littéraires: Choix de rapports et instructions publié sous les auspices de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts, Troisième série, Tome XIII, Paris: Imprimerie nationale, 1887, p. 437-556.

[5] L’Abbaye de Rossano: Contribution à l’histoire de la Vaticane, Paris: Alphonse Picard éditeur, 1891.

[6] “Fragmenta Sangallensia. Contribution à l’histoire de la Vetus Itala“, Revue archéologique 188, p. 305-321.

Un fragment en majuscule de la Hiérarchie ecclésiastique du Pseudo-Denys (Paris, BnF, gr. 739)

Le dernier folio du corps d’un manuscrit de la Bibliothèque nationale de Paris, le gr. 739, récemment mis en ligne sur le portail Gallica, a été renforcé dans l’angle inférieur externe par un fragment de parchemin. Le codex comprend les Homélies sur la Première épître aux Corinthiens de Jean Chrysostome et est datable de la deuxième moitié du 10e s. Il sera prochainement décrit dans le deuxième volume des Codices chrysostomici graeci consacré aux bibliothèques de France, actuellement en préparation1. Le livre a été rapporté de Constantinople par François Sevin lors de sa mission de 1728-17302.

Le fragment de la p. 690 porte encore quelques lignes d’un texte écrit en majuscule (ogivale inclinée), qu’on peut sans doute dater des 8e-9e s. L’autre face du fragment (p. 689) est trop effacée pour être déchiffrée à l’œil nu ; une main postérieure a complété la fin des vers sur Jean Chrysostome, qui avaient été amputés par la perte de l’angle inférieur du folio.  Un rapide examen du verso de ce fragment permet d’identifier le texte.

Grec 739
Grec 739
Source: gallica.bnf.fr

Il s’agit d’un court fragment de la Hiérarchie ecclésiastique du Pseudo-Denys : ἀσπασ]μός – τελειώσεσιν (110, 22-111, 3)3. On distingue encore deux lignes supplémentaires, qu’on pourrait sans doute déchiffrer directement sur le document. 22 lignes de texte sont conservées en tout ou partie ; le titre de section est précédé d’une ligne réglée, laissée vierge. Les lignes comportaient 12 lettres en moyenne et sont amputées généralement de 3 à 5 lettres (la bande de parchemin ayant été placée en diagonale, la portion de texte conservée est plus étroite dans la partie haute). Le manuscrit devait comporter deux colonnes.

Par sa taille, le fragment est de peu d’importance pour l’établissement du texte, par ailleurs bien connu. On ne relève pas de variante sur les quelques lignes conservées. On notera cependant que le titre Θεωρία est bien présent (111, 1) et rubriqué. La section commençait par une majuscule rubriquée en retrait dans la marge externe.

La même page du manuscrit comporte une note ancienne, qui a été grattée. Son déchiffrement fera l’objet d’une prochaine enquête.

Pour citer cet article : Matthieu Cassin, « Un fragment en majuscule de la Hiérarchie ecclésiastique du Pseudo-Denys (Paris, BnF, gr. 739) », Manuscrits en Méditerranée, 10 février 2015, https://manuscrits.hypotheses.org/462.
  1. Voir le premier volume paru : P. Augustin, avec la collaboration de J.-H. Sautel, Codices chrysostomici graeci. VII, Codicum Parisinorum partem priorem (Documents, études et répertoires 80), Paris, 2011. []
  2. H. Omont, Missions archéologiques françaises en Orient aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1902, II, p. 1113. []
  3. Édition G. Heil, A. M. RItter, Corpus Dionysiacum. II, Pseudo-Dionysius Areopagita, De Coelesti hierarchia, De ecclesiastica hierarchia, De mystica theologia, Epistulae (PTS 36), Berlin, New York, 1991, 2e édition 2012. []

Vient de paraître: “Comparative Oriental Manuscript Studies. An Introduction”

Un nouveau manuel dédié aux manuscrits orientaux vient tout juste de paraître:

Comparative Oriental Manuscript Studies: An Introduction. Edited by: Alessandro Bausi (General editor), Pier Giorgio Borbone, Françoise Briquel-Chatonnet, Paola Buzi, Jost Gippert, Caroline Macé, Marilena Maniaci, Zisis Melissakis, Laura E. Parodi, Witold Witakowski. Hamburg, 2015.

La publication est en open access  en ligne.  Il est également possible de se procurer une version papier (payante):

ISBN: 978-3-7323-1768-4 (Hardcover; €56.29)
ISBN: 978-3-7323-1770-7 (Paperback; €29.01)
ISBN: 978-3-7323-1769-1 (Ebook; €2.99)

L’ouvrage, entièrement rédigé en anglais, est consacré aux manuscrits orientaux parmi lesquels sont représentées les langues suivantes: arabe, araméen, arménien, copte, éthiopien, géorgien, grec, hébreu, slavon, syriaque. Il s’organise en cinq chapitres :

  1. Codicologie.
  2. Paléographie.
  3. Critique textuelle et ecdotique.
  4. Catalogage.
  5. Conservation.

Voir la Table des matières

Cette publication est l’aboutissement du projet européen COMST: Comparative Oriental Manuscript Studies (2010-2014), placé sous l’égide de l’European Science Foundation et porté par Alessandro Bausi (Université de Hambourg).

Elle rassemble le travail de plus de 70 contributeurs d’une quinzaine de pays européens, parmi lesquels figurent deux membres de la Section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT: André Binggeli et Marie Cronier.

Manuscrits grecs et Nouveau Testament : Le Congrès de la Society of Biblical Literature (21-25 novembre 2014), San Diego, Californie

Le Congrès annuel de la Society of Biblical Literature (SBL) – en association avec l’American Academy of Religion (AAR) – réunit chaque année en novembre, sur le sol américain, peu avant la fête de Thanksgiving, plusieurs milliers de participants autour de la littérature biblique et, plus généralement, de tous les domaines afférents aux religions. C’est le rassemblement le plus important dans ce domaine de spécialité, non seulement en nombre de congressistes, mais aussi en regard des thèmes abordés : philologie, philosophie, éthique, sociologie, etc. En parallèle aux centaines de sessions proposées, de très nombreux éditeurs américains et européens exposent au public, dans un espace commun, une palette extrêmement exhaustive de toutes les publications scientifiques en cours ainsi que les dernières innovations dans le domaine des humanités digitales. Le Congrès de la SBL se tenait cette année à San Diego, au sud de la Californie.

San Diego Convention Center
San Diego Convention Center & Coronado Bay
Manuscrits grecs et Nouveau Testament

Dans le domaine des sources, les manuscrits grecs trouvent naturellement leur place dans ce vaste espace de communication, d’échange et de rencontre. Près de deux cents unités de recherche (Program Units) offrent un grand nombre de sessions où les communications les plus diverses abordent l’histoire de la transmission des textes, quelle que soit leur langue de rédaction. Créé en 1946, le programme dédié à la critique textuelle du Nouveau Testament propose chaque année trois à quatre sessions où sont présentées les dernières recherches propres à ce domaine, incluant l’examen des manuscrits, des papyrus, et de toutes les sources ayant trait au domaine biblique. D’autres unités de recherche permettent de suivre la progression de certaines grandes entreprises éditoriales, telle l’Editio Critica Maior du Nouveau Testament, de faire le point sur les dernières éditions critiques comme la 28ème édition du Nouum Testamentum Graece, communément appelée « Nestle-Aland », l’un des outils de référence de la philologie néotestamentaire.

SBL Worldwide Poster
SBL Worldwide Poster

Au sein de l’unité de critique textuelle du Nouveau Testament, cette année a été l’occasion de revenir sur une approche méthodologique propre à certains textualistes de ce corpus, la Coherence Based Genealogical Method (CBGM).

Critique textuelle et transmission

Concernant le programme de l’Editio Critica Maior, deux communications sur les traditions manuscrites grecque et syriaque ont éclairé certains aspects souvent méconnus de cette transmission : Theodora Panella, de l’Université de Birmingham, a souligné avec clarté la spécificité d’un manuscrit à chaînes unique en son genre (Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, Plut. 04.29), numéroté 457 dans la classification Gregory-Aland ; Martin Heide (Philipps-Universität, Marburg), a mis en valeur l’apport de la version syriaque au texte critique de l’Apocalypse. Dans l’unité dédiée à l’évangile de Luc – en association avec la Section des Apocryphes Chrétiens – et consacrée cette année à la mémoire de François Bovon, Claire Clivaz, de l’Université de Lausanne, a montré comment les manuscrits du Nouveau Testament devaient être considérés comme des objets « beyond categories », rappelant à cette occasion l’utilité et la nécessité de bases de données comme Pinakes.

Beratinus 1 (Phi.043) Plexiglas n°108 © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë
Beratinus 1 (Phi.043) Plexiglas n°108 © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë

 

Beratinus 2 (min. 1143) Plexiglas n°415
Beratinus 2 (min. 1143) Plexiglas n°415 © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë

Une autre session de critique textuelle du Nouveau Testament a également souligné quelques unes des plus récentes recherches sur les manuscrits grecs. Amy Anderson (North Central University, Minnesota), est revenue sur l’un des témoins de premier ordre du Nouveau Testament grec, la « famille 1 », un groupe de manuscrits copiés en écriture minuscule et dont certaines variantes, comme celles d’une autre famille de manuscrits grecs, la « famille 13 », sont connues à date ancienne.

Communication sur deux manuscrits pourpres du Nouveau Testament conservés en Albanie (Tirana)

Dans le cadre du projet de recherche actuellement en cours sur le fonds des manuscrits grecs du Nouveau Testament conservés aux Archives nationales d’Albanie (Tirana), j’ai eu le plaisir de présenter la tradition textuelle de deux célèbres manuscrits pourpres, le Beratinus 1 (Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes 1), et le Beratinus 2, (idem, Dosjes 2), respectivement datés des 6ème et 9ème siècles et répertoriés dans la classification Gregory-Aland comme Φ.043 et 1143. Ces deux manuscrits de grande valeur, l’un écrit en lettres d’argent, l’autre en lettres d’or, sont enregistrés au patrimoine mondial de l’Unesco au titre de la « Mémoire du monde ».

Beratinus 1 (Phi.043) Plexiglas n°133
Beratinus 1 (Phi.043) Plexiglas n°133 © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë

Bien au-delà du strict cercle relatif au domaine biblique, le Congrès annuel de la Society of Biblical Literature offre une variété de thèmes de recherches innovants et féconds. Dépassant largement les limites du christianisme et de son développement culturel et cultuel, cette réunion ouverte à tous, fait de ce rendez-vous unique en son genre un lieu d’écoute et d’échange incomparable où manuscrits et critique des textes dialoguent et s’enrichissent mutuellement.

Beratinus 2 (min. 1143) Plexiglas n°453
Beratinus 2 (min. 1143) Plexiglas n°453 © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë

Nouvelle mission de catalogage à Istanbul (novembre 2014)

Dans le cadre du projet ANR i-Stamboul, une nouvelle mission de catalogage à la bibliothèque du Patriarcat œcuménique de Constantinople a été effectuée par André Binggeli, Marie Cronier et Matoula Kouroupou, au cours de la première quinzaine de novembre 2014.

Le catalogage des manuscrits s'effectue en étroite collaboration
Le catalogage des manuscrits s’effectue en étroite collaboration
Examen des manuscrits au Patriarcat

Il s’agissait de poursuivre la description des manuscrits provenant du monastère de la Saint-Trinité sur l’île de Chalki.

Tandis que l’analyse du contenu s’effectue à l’avance sur microfilms, on procède sur place au relevé des caractéristiques matérielles, telles que les dimensions des pages et de la surface écrite

On relève les dimensions de la page puis de la surface d'écriture à l'aide d'un mètre souple
On relève les dimensions de la page puis de la surface d’écriture à l’aide d’un mètre souple

…ou encore le relevé des filigranes (pour les manuscrits de papier) à l’aide d’une planche électroluminescente à lumière froide, qui fait apparaître le filigrane sans endommager le papier.

La planche à lumière froide permet de relever très précisément le motif des filigranes à l'aide d'un papier calque
La planche à lumière froide permet de relever très précisément le motif des filigranes à l’aide d’un papier calque

Pour les reliures comportant un décor par impression de fers (« estampage à froid »), comme c’est le cas de la majorité des reliures byzantines, on effectue un frottis au crayon bleu, permettant de prendre une empreinte des petits fers de manière beaucoup plus lisible qu’à l’aide des photographies.

Frottis de reliure à l'aide d'un crayon bleu
Frottis de reliure à l’aide d’un crayon bleu


Une partie importante de la mission a été consacrée à l’analyse des σπαράγματα (sparagmata) de la bibliothèque du patriarcat œcuménique, c’est-à-dire des fragments détachés des manuscrits, qui ont été recueillis et conservés dans des boîtes séparées.

Une des boîtes dans lesquelles les "sparagmata" sont conservés
Une des boîtes dans lesquelles les “sparagmata” sont conservés

Ces fragments ont été numérotés et classés en différents dossiers.

Les fragments une fois numérotés et classés
Les fragments une fois numérotés et classés

Une description sommaire en a ensuite été effectuée (type de support, dimensions, nombre de folios, nature du texte transmis).

Un fragment constitué d'un feuillet isolé
Un fragment constitué d’un feuillet isolé

Avec quelque recherche, on parvient en général à identifier le texte de ces fragments. Ce travail demande généralement une comparaison avec les éditions imprimées.

Dans les cas particulièrement favorables, une coïncidence à la fois textuelle et codicologique permet de retrouver le manuscrit dont le fragment a été détaché. Par chance, on est parvenu plusieurs fois à cet heureux résultat au cours de ladite mission : on a alors procédé à la remise en place officielle du fragment dans le manuscrit, sous l’égide du directeur de la bibliothèque, le Père Agathangelos.

Un nouvel inventaire

D’autre part, une belle découverte a été faite au milieu de ces sparagmata : un inventaire des manuscrits de la bibliothèque de la Sainte-Trinité, établi dans la seconde moitié du XIXe siècle, alors que cette collection avait déjà été intégrée à l’École théologique (fondée sur l’emplacement du monastère en 1844). Jusqu’à présent, on soupçonnait fortement l’existence de cet inventaire mais il était demeuré introuvable.

Déchiffrement de l’inventaire du XIXe siècle, retrouvé par hasard au milieu des fragments
Déchiffrement de l’inventaire du XIXe siècle, retrouvé par hasard au milieu des fragments
Séjour au monastère, sur l’île de Chalki

La seconde partie de la mission s’est déroulée sur l’île de Chalki, au monastère de la Sainte-Trinité, qui abrite aujourd’hui l’École théologique.

Vue de l’île de Chalki
Vue de l’île de Chalki

Alors que la collection de manuscrits de la Sainte-Trinité de Chalki a été transférée à Istanbul, au Patriarcat, dès les années 1930, les imprimées demeurent toujours sur place.

Entrée de l’École théologique de l’île de Chalki
Entrée de l’École théologique de l’île de Chalki

Des investigations ont donc été menées parmi les plus anciens d’entre eux, dans le but notamment de tenter d’identifier s’il se trouvait encore sur place certaines des éditions imprimées recensées dans l’inventaire de la bibliothèque de la Sainte-Trinité établi à l’époque de Métrophane III (1572).

Les imprimés de la bibliothèque de la Sainte-Trinité (à l’École théologique)
Les imprimés de la bibliothèque de la Sainte-Trinité (à l’École théologique)

Il s’agissait également de préparer l’organisation du colloque de clôture du projet ANR i-Stamboul, qui se déroulera à Istanbul en octobre 2015, et dont la première journée aura lieu dans le monastère lui-même.

Stage d’initiation aux manuscrits grecs et orientaux

Du mardi 21 au jeudi 23 octobre 2014 s’est déroulé le Stage d’initiation aux manuscrits grecs et orientaux, organisé par la Section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT.

Conférence sur l'histoire du livre grec
Conférence sur l’histoire du livre grec

Pour cette troisième édition, après une première session en 2012 (23-24 octobre) et une seconde en 2013 (9-11 octobre), le stage dédié au manuscrit grec s’est inscrit dans le cadre plus général de la Semaine d’initiation au manuscrit médiéval et au livre humaniste de l’IRHT (20-24 octobre), dont la première journée était commune à tous les domaines linguistiques, avant une spécialisation (latin, roman et hébreu ; arabe ; grec, syriaque, copte et arabe chrétien).

Stage d'initiation au manuscrit médiéval (IRHT)
Stage d’initiation au manuscrit médiéval (IRHT)

Un groupe de 21 stagiaires a été accueilli (16 pour le grec, 5 pour l’Orient chrétien), composé essentiellement d’étudiants inscrits en master ou en début de doctorat dans diverses universités de France et d’Europe (Belgique, Suisse, Italie).

Le groupe des étudiants du stage grec
Le groupe des étudiants du stage grec

Le programme des trois journées s’est réparti entre exposés théoriques au cours des matinées et ateliers pratiques en groupes restreints pendant les après-midis.

Le livret de stage remis aux étudiants propose, outre des informations générales sur l’IRHT, des conseils méthodologiques et des indications bibliographiques.

Atelier d'identification des manuscrits
Atelier d’identification des manuscrits

Les stagiaires ont pu mettre en pratique les connaissances acquises au cours de cette formation lors d’une après-midi de travail direct sur les manuscrits, en groupes réduits, dans l’une des quatre bibliothèques parisiennes qui mettent obligeamment leurs collections à disposition : pour les manuscrits orientaux, à la Bibliothèque nationale de France ; pour les manuscrits grecs, à la Bibliothèque Mazarine, à la Bibliothèque de l’Arsenal et à la Bibliothèque de l’Institut Français d’Études Byzantines.

Atelier de lecture des catalogues
Atelier de lecture des catalogues

La formation a été assurée par les membres de la Section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT, épaulés par deux intervenants extérieurs : Alain Desreumaux, directeur de recherche émérite au CNRS, qui a assuré la visite du département des manuscrits orientaux de la BNF, et Brigitte Mondrain, directeur d’étude à l’École pratique des Hautes Études, qui a présenté un exposé sur l’histoire de l’écriture manuscrite grecque.

Atelier d'analyse des éléments textuels
Atelier d’analyse des éléments textuels

Télécharger le programme du stage

Télécharger le livret du stage

Contacter les organisateurs du stage : pierre.augustin@irht.cnrs.fr

5e école d’été de papyrologie copte : Barcelone, 6-13 juillet 2014

La 5e école d’été de papyrologie copte s’est tenue à Barcelone du 6 au 13 juillet 2014. Co-organisée par Maria Jesús Albarrán et Anne Boud’hors, elle s’intitulait « International Seminar in Coptic Papyrology » (voir le post du 22 novembre 2013). Les institutions d’accueil étaient d’une part l’université Pompeu Fabra de Barcelone, représentée par Alberto Nodar, professeur de grec, d’autre part la collection Palau Ribes, conservée dans les archives des Jésuites.

Université PompeuFabraÀ l’université avaient lieu les cours théoriques le matin, tandis que les après-midi étaient consacrés à l’étude en direct de papyrus coptes inédits.

Conférences3. Etude_papyrus

Dix-sept étudiants ont pris part à ce « séminaire », venus de onze pays (Allemagne, Belgique, Égypte, Espagne, France, Hongrie, Japon, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni, USA). Une bonne connaissance du copte leur était demandée, afin de pouvoir concentrer leurs recherches sur des questions de déchiffrement et d’interprétation des documents . En fin de stage, chaque étudiant a présenté pendant une dizaine de minutes le résultat de ses travaux de la semaine.

Présentation_Sarah

Cette année encore, les efforts conjugués des étudiants et de plusieurs enseignants ont permis d’avancer assez loin dans l’édition des textes, qui seront publiés dans un volume collectif prévu pour l’été 2016.

Conférences du matin

Elles étaient destinées à présenter aux étudiants les principaux instruments de travail et les différentes catégories de textes (surtout non littéraires, c’est-à-dire juridiques, économiques, lettres), ainsi qu’à leur indiquer les grandes tendances de la recherche, ses enjeux et ses perspectives.

Montserrat_conf_S.Richter

Documents : convergence vers le site de Baouit

Les papyrus de la collection Palau Ribes, quelques centaines de pièces écrites dans des langues diverses, ont été acquis par le jésuite José O’Callaghan dans les années 1960. En ce qui concerne les papyrus coptes, la plupart sont dans un état très fragmentaire, mais beaucoup appartiennent à des catégories de documents connues. Quelques-uns avaient déjà été étudiés par M. J. Albarrán, qui avait pu les rattacher à la documentation du monastère d’Apollô à Baouit, en Moyenne-Égypte. Ce monastère, en cours de fouilles par l’Ifao et le Louvre , est l’un des plus importants d’Égypte. Son activité – surtout l’activité économique ‑ est documentée du 6e au 9e siècle, mais ses archives ont été dispersées au gré de fouilles clandestines et d’achats sur le marché des antiquités. Leur reconstruction systématique, amorcée dans les années 1990 par la papyrologue Sarah Clackson, est possible grâce à l’existence de textes et formules propres à ce monastère, au recoupement de données onomastiques, à l’histoire des collections[1].

Les papyrus étudiés lors du séminaire ont encore grossi le nombre de documents provenant de Baouit d’au moins cinq ou six. Et c’est compter sans les documents « trafiqués » (voir ci-dessous). Esther G. et Joanne S. ont ainsi découvert, sur le papyrus P. Palau Ribes 367, les traces de la signature de Kêri(akos), supérieur du monastère au 8e siècle, déjà identifiée sur plusieurs autres documents (notamment P.Palau Ribes  inv. 433). Kêri ne savait pas assez bien écrire pour rédiger lui-même les documents émanant de son autorité, et sa signature gauche est très caractéristique.

Esther & Joannedétail P.Palau 367détail P.Palau 433

Des « faux » dignes d’attention

Une part non négligeable de la collection est constituée de papyrus que l’on peut qualifier de « faux », de ce type particulier où le faussaire a fabriqué, à partir de plusieurs fragments authentiques, un document factice qui semble complet. S’ils font illusion au premier abord, ces documents ne résistent pas à un examen détaillé : parfois certaines lignes sont disposées tête-bêche, d’autres fois, on identifie le début et la fin d’une formule connue, artificiellement raccordées l’une à l’autre sans donner aucun sens. M. J. Albarrán a présenté ces pratiques à la fin du stage. Ces documents devront être démontés et chacun de leurs fragments étudié pour lui-même, comme cela s’est déjà fait à l’abbaye de Montserrat, où le même phénomène a été constaté.

12._faux

Bible: fragments et un codex exceptionnel

Les papyrus coptes littéraires ne sont pas très nombreux dans la collection Palau Ribes. Deux étudiantes se sont néanmoins attachées à reconstituer les bribes d’un feuillet de papyrus contenant l’évangile de Matthieu. L’étude codicologique des livres coptes sur papyrus reste à faire, et tout fragment est important dans cette perspective.

En compensation, cette collection possède un trésor : il s’agit d’un des codices coptes anciens de parchemin (5e s.) les mieux conservés, communément appelé « codex de Barcelone », qui contient les évangiles de Luc, Jean et Marc, dans cet ordre dit « occidental »[2]. Nous avons pu l’approcher, sous la conduite de Sofia Torallas Tovar, chercheur au CSIC, et Alberto Nodar, conservateur de la collection.

Codex Evangiles Barcelone

codex ouvert

L’abbaye de Montserrat

Abbaye de MontserratEn milieu de semaine, une excursion à l’abbaye de Montserrat, qui possède elle aussi une riche collection copte, a permis aux étudiants de découvrir en une journée la beauté du site, la généreuse hospitalité des moines bénédictins, et d’autres papyrus coptes.Sofia Torallas Tovar, responsable de la collection, avait préparé dans la bibliothèque une exposition des pièces coptes les plus intéressantes : parmi elles, un codex de petite taille qui contient des textes sacrés et profanes en grec et en latin, et qui pourrait d’ailleurs, selon certains savants, provenir de la même bibliothèque antique que le codex des évangiles de Barcelone, ou encore des fragments coptes d’un codex encore inédit contenant les Actes du Concile d’Ephèse, … et des documents du monastère de Baouit.

Montserrat_bibliothèque

Encodage des textes

Les papyrologues ont à leur disposition de très utiles instruments de travail en ligne, disponibles sur papyri.info. Parmi eux, l’existence d’un corpus électronique des textes grecs, résultat de leur encodage systématique depuis plus de trente ans. Les textes coptes commencent à leur tour à intégrer la base, à un rythme qui dépend de l’investissement individuel dans le processus d’encodage. Afin de sensibiliser les étudiants du stage à leur responsabilité dans ce domaine, une matinée avait été consacrée à l’initiation et à des exercices pratiques, sous la conduite de James Cowey (université d’Heidelberg), assisté d’Alain Delattre et Esther Garel. Les résultats sont encourageants : plus de 60 textes (des ostraca extraits d’une correspondance monastique) ont été encodés lors de cette matinée et sont désormais disponibles dans la base. Il reste à poursuivre l’effort sur le long terme… Une petite équipe pratique l’encodage tous les lundis matin à la section Grecque.


[1] Voir en dernier lieu Sarah J. Clackson† & Alain Delattre, Papyrus grecs et coptes de Baouît conservés au musée du Louvre, Le Caire 2014 (Bibliothèque d’études coptes 22).

[2] H. Quecke (ed. pr.), Das Johannesevangelium saïdisch: Text der Handschrift Palau Rib. Inv. Nr. 183 mit den Varianten der Handschrift 813 und 814 der Chester Beatty Library und der Handschrift M 569, Barcelone 1984.

Un nouveau catalogue des manuscrits grecs de l’Université de Charkiv (Ukraine)

O. V. Sučalkin, O. A. Ručinskaja (éd.), Греческие рукописи из собрания Центральной научной библиотеки Харьковского национального университета имени В.Н. Каразина : каталог (Харьк. нац. ун-т им. В. Н. Каразина, Центр. науч. б-ка, Харьк. гор. о-во греков “Гелиос”)[1] [Manuscrits grecs dans la collection de la Bibliothèque scientifique centrale de l’Université nationale V. N. Karazin de Charkiv. Catalogue (Université nationale V. N. Karazin de Charkiv, Bibliothèque scientifique centrale, Association hellénique municipale “Helios” de Charkiv)], Charkiv, « Slovo », 2012. 96 p. ; [28] p. ill. – Bibliogr. – ISBN 978-966-623-944-3

Les hasards de la consultation d’internet nous ont permis de repérer ce catalogue récent des vingt-quatre manuscrits grecs conservés à la Bibliothèque scientifique centrale de l’Université V. N. Karazin de Charkiv, en Ukraine (en abrégé ЦНБ ХНУ ім. В.Н. Каразіна), qui vient fort opportunément compléter le catalogue des collections de Kyiv publié en 2000 par E. I. černukin [notre numéro R(III)1412b].

Aratos, Cléomède, Nicomaque, XIVe s.

Les auteurs ont généreusement publié leurs notices sur internet, avec possibilité de les télécharger intégralement. Il s’agit en fait d’une deuxième édition, considérablement remaniée, d’un catalogue plus sommaire publié en 2003 à tirage limité, qui donnait pour la première fois une description complète de la collection en ukrainien, avec traductions russe et anglaise, accompagnée d’illustrations (téléchargeables avec ce premier catalogue)[2] :

O. V. Sučalkin, V. O. Reprinceva (éd.), Грецькі рукописи XIV-XVIII ст. з фондів Центральної наукової бібліотеки ХНУ імені В.Н. Каразіна : каталог (Харківський національний ун-т ім. В.Н.Каразіна. Центральна наукова бібліотека, Фонд грецької культури. Одеська філія) [Manuscrits grecs des XIVe-XVIIIe siècles dans les fonds de la Bibliothèque scientifique centrale de l’Université nationale V. N. Karazin de Charkiv : catalogue (Université nationale V. N. Karazin de Charkiv. Bibliothèque scientifique centrale, Fondation de la culture hellénique, Section d’Odessa)], Charkiv, 2003. 68 p. ; ill. Bibliogr. p. 52[3].

Evergetinos (Patericon du moine Paul) en 2 volumes, première moitié du XVIIIe s.

Édité avec le soutien financier du conseil municipal de Charkiv, le nouveau catalogue bénéficie de l’effort important consenti ces dix dernières années par l’Université V. N. Karazin pour l’étude, la restauration et la préservation de ses manuscrits (les quatre plus anciens ont été restaurés grâce à un financement de la Fondation A. G. Leventis, de Chypre, et à la contribution du Centre de restauration de la Bibliothèque nationale V. I. Vernadskij de Kyiv). Des recherches ont permis de préciser leur datation (identification des filigranes), leur composition, leur provenance et leurs anciens possesseurs.

L’auteur, Oleg V. Sučalkin, directeur d’études en histoire de la littérature et en philologie classique à l’Université de Charkiv, a rédigé cette nouvelle description des manuscrits grecs selon les normes vaticanes (avec quelques modifications, et en langue russe !). La révision scientifique du catalogue a été assurée par O. A. Ručinskaja, docteur en histoire, professeur au Département d’histoire de l’Antiquité et du Moyen Âge à la faculté d’histoire de l’Université de Charkiv.

L’introduction (p. 6-9) donne un aperçu de la composition et de l’histoire du fonds grec, ainsi que le schéma des notices. Suivent (p. 11-88) les notices, classées selon l’ordre chronologique (et non selon l’ordre des cotes). Le volume s’achève (p. 89-95) par une série d’index (noms propres, noms géographiques et de monastères, liste des abréviations et des illustrations [non téléchargeables], table des matières).

Olympiodore, Philon de Carpasia, André de Crète, etc., XIIe s.
Olympiodore, Philon de Carpasia, André de Crète, etc., XIIe s.

Voici, pour finir, un aperçu du contenu et de la provenance de ces vingt-quatre manuscrits, avec une concordance de leurs numéros dans les catalogues de 2003 et 2012, qui porteront respectivement dans Pinakes, les cotes R(III)0748a et 0748b (seuls les deux premiers manuscrits du catalogue de 2012 sont antérieurs au XVIIIe siècle) :

 

CONCORDANCES DES CATALOGUES DE 2003 ET 2012

N.B. : la cote est bipartite : le premier numéro renvoie à la cote du manuscrit [р = рукописи],

le second à sa cote topographique au sein de la bibliothèque.

 

 

R(III)0748a (2003)

R(III)0748b (2012)

Cote du ms.

Contenu et Provenance

Numéro du ms.

Siècle

Numéro du ms.

Siècle

25-p, 54/c Rhétorique de Sophronios Lichoudês. Russie. 13 XVIIe-XVIIIe s. 4 1ère moitié du XVIIIe s.
34-p, 64/c Abrégés des œuvres de George Koressios, Aristote, Théodore Prodrome. Bucarest. 17 XVIIIe s. 22 2e moitié du XVIIIe s.
54-p, 84/c Théophile Corydalée, Aphtonius, Christophoros Emborokomites. Corfou (?), Grèce. 11 XVIIIe s. 5 1ère moitié du XVIIIe s.
77-p, 107/c Nomocanon en 2 vol. (vol. 1) 4 XVIIe-XVIIIe s. 7 1ère moitié du XVIIIe s.
78-p, 108/c Nomocanon en 2 vol. (vol. 2) 5 XVIIe-XVIIIe s. 8 1ère moitié du XVIIIe s.
79-p, 109/c George Koressios, Anastasios Gordios, etc. Ioannina, Grèce. 20 XVIIIe s. 19 milieu du XVIIIe s.
80-р, 110/с Mathematarion. Bucarest. 19 XVIIIe s. 24= 84-р par erreur 2e moitié du XVIIIe s.
84-p, 115/c Mathematarion (Georges Sougdouris, Basile de Césarée, Grégoire de Nazianze, Aristophane, etc.). Constantinople (?). 12 1721(?) 1727 6  1ère moitié du XVIIIe s.
90-p, 121/c Evergetinos (Patericon du moine Paul) en 2 vol. (vol. 1) 7 XVIIe-XVIIIe s. 9 1ère moitié du XVIIIe s.
91-p, 122/c Evergetinos (Patericon du moine Paul) en 2 vol. (vol. 2) 8 XVIIe-XVIIIe s. 10 1ère moitié du XVIIIe s.
92-p, 123/c Sermons du hiéromoine Héraclius. Bucarest. 16 1781 23 2e moitié du XVIIIe s.
100-р, 134/с Olympiodore, Philon de Carpasia, André de Crète, etc. Italie méridionale. 2 XVe-XVIe s. 1 XIIe s.
103-p, 137/c Théologie d’Eugenios Voulgaris. Ioannina (?), Grèce. 6 XVIIe-XVIIIe s. 11 milieu du XVIIIe s.
104-p, 138/c Joseph Bryennios. Ioannina, Grèce. 9 XVIIe-XVIIIe s. 18 milieu du XVIIIe s.
107-p, 143/c Histoire ecclésiastique de Meletios d’Athènes, en 2 vol. (vol. 2) Ioannina, Grèce. 24  1747 17= 103-p par erreur milieu du XVIIIe s.
108-p, 144/c Histoire ecclésiastique de Meletios d’Athènes, en 2 vol. (vol. 1) Ioannina, Grèce. 23 XVIIIe s. 16 milieu du XVIIIe s.
109-p, 145/c Histoire ecclésiastique de Meletios d’Athènes, en 2 vol. (vol. 2) Ioannina, Grèce. 22 XVIIIe s. 15 milieu du XVIIIe s.
149-p, 192/c Grégoire de Nysse, Jean Climaque, Basile de Césarée 10 XVIIe-XVIIIe s. 12 milieu du XVIIIe s.
189-p, 285/c Jean Damascène, Georges Sougdouris 15 XVIIIe s. 13 milieu du XVIIIe s.
190-р, 286/с Gerasimos Vlachos, Éphrem Decarchos etc. Koroni (?), Grèce. 3 XVIIe s. 3 fin du XVIIe s.
265-p, 365/c Histoire ecclésiastique de Meletios d’Athènes, en 2 vol. (vol. 1) Ioannina, Grèce. 21 XVIIIe s. 14 milieu du XVIIIe s.
269-р, 369/с Aratos, Cléomède, Nicomaque Athos (Vatopédi), Grèce. 1 XIVe-XVe s. 2 XIVe s.
286-p, 389/c Rhétorique d’Alexandre Mavrokordatos 14 1753 20 milieu du XVIIIe s.
287-р, 390/c Théophile Corydalée, Commentaire au De Caelo d’Aristote 18 XVIIIe s. 21 milieu du XVIIIe s.

 

 

Pierre Augustin, avec la participation de Sergey Kim


[1] Transcription : Grečeskie rukopisi iz sobranija Central’noj naučnoj biblioteki Char’kovskogo nacional’nogo universiteta imeni V.N. Karazina : katalog (Char’kovskij nacional’nij universitet im. V. N. Karazina. Central’naja naučnaja biblioteka, Char’kovskoe gorodskoe obščestvo grekov “Gelios”).

[2] Ce catalogue est toujours utile, ne serait-ce que pour les illustrations.

[3] Transcription : Grecʹki rukopisi XIV-XVIII st. z fondiv Centralʹnoj naukovoj biblioteki CNU imeni V.N. Karazina : katalog (Charkivsʹkij nacionalʹnij universitet im. V. N. Karazina. Centralʹna naukova biblioteka, Fond grecʹkoj kulʹturi. Odesʹka filija).

Manuscrits de l’Institut français d’études byzantines

En 1895, à Constantinople, les Augustins de l’Assomption fondèrent à Kadiköy une maison d’étude destinée à former des missionnaires de rite grec mais aussi à étudier le christianisme oriental afin d’en préparer le retour à l’unité1.

Maison assomptionniste de Kadiköy (2014)
Maison assomptionniste de Kadiköy (2014)

Cette perspective conduisit à la naissance en son sein d’un groupe de savants qui se spécialisèrent peu à peu dans les études byzantines2. En 1897 furent fondés les Échos d’Orient, périodique destiné en particulier à diffuser ces recherches. Après les années d’interruption causées par la première guerre mondiale, l’Institut poursuivit son existence à Kadiköy jusqu’en 1937, date à laquelle il fut transféré à Bucarest, avant de devoir quitter la Roumanie en 19473.

Centre assomptionniste de Bucarest (AAR, 2DV913)
Centre assomptionniste de Bucarest (AAR, 2DV913)

Après diverses localisations parisiennes, la bibliothèque et l’activité scientifique sont hébergées depuis 1995 à l’Institut catholique de Paris ; le fonds de l’IFEB constitue, avec la BOSEB, la Bibliothèque Jean de Vernon, où sont hébergées les activités de l’association. Outre une importante collection d’imprimés, dont nombre de livres anciens et précieux4 et une importante collection de sceaux, la bibliothèque possède 72 manuscrits, dont la première description est publiée dans la Revue des études byzantines de 2014 par André Binggeli, Matthieu Cassin et Vassa Kontouma5.

Le fonds, qui n’avait fait l’objet jusqu’à ce jour que de descriptions partielles6 comprend 57 manuscrits grecs (IFEB 1-56, 72), trois manuscrits turcs en caractères grecs (57-58) ou arméniens (61), deux russes (59-60), deux ottomans (62, 64), un arabe (63), deux en latin (65-66), quatre italiens (67-70), un français (71). La plupart de ces livres ont été acquis durant le séjour des Assomptionnistes byzantinistes à Kadiköy ; d’après deux lettres et rapports de S. Salaville, datées du 16 février et du 8 mai 1928, l’institut aurait possédé à cette date une trentaine de manuscrits, qui auraient tous été acquis dans les 5 ou 6 années précédentes7 . Quelques volumes rejoignirent plus tard la collection, en provenance des dossiers laissés par Louis Petit8, d’autres vinrent de Russie avec la bibliothèque de Pie Neveu (1877-1946)9 ou furent acquis à Bucarest (IFEB 37).

Monseigneur Louis Petit (AAR 2DV906)
Monseigneur Louis Petit (AAR 2DV906)

Les manuscrits grecs forment un ensemble assez varié, mais où prédominent largement les livres récents : à part un recueil ascétique des 13e-14e s. (IFEB 45) et un praxapostolos du 15e s. (IFEB 5), ainsi que quelques codices du 16e s., la majorité des manuscrits a été copiée entre la fin du 17e et le 18e s. ; les plus récents datent du 20e s.

IFEB 45, ff. 34v-35
IFEB 45, ff. 34v-35
IFEB 5, ff. 105v-106
IFEB 5, ff. 105v-106

On distingue cinq ensembles principaux, pour ce qui est du contenu des volumes : des livres liés à l’enseignement, mathèmataria ou compositions d’enseignants ; textes théologiques, le plus souvent post-byzantins ; droit canon ; liturgie et musique ; textes ascétiques ou spirituels. Dans la première catégorie, plusieurs fournissent des informations neuves sur certaines écoles majeures (Μεγάλη τοῦ Γένους Σχολή IFEB 24, Patmos IFEB 12, etc.), ou au contraire sur des institutions moins connues (ainsi de l’école de Kontoskali dans le quartier de Kumkapı à Constantinople, pour l’IFEB 18).

On peut aussi signaler un livre d’atelier contenant le Guide du peintre de Denys de Phourna, truffé d’ajouts et d’annotations qui permettent de retracer son utilisation sur près de deux siècles (IFEB 19) ; des fragments d’une Chaîne sur l’Octateuque précédant de peu la vaste entreprise d’édition de ce texte dans la Constantinople du 18e siècle (IFEB 1) ; un recueil d’histoires sacrées et profanes contenant une paraphrase néohellénique du Roman de Stéphanitès et Ichnèlatès de Théodose Zygomalas (IFEB 34), recueil dont on peut suivre, grâce à de riches annotations, le destin mouvementé depuis Constantinople jusqu’à Sozopolis et aux abords de la mer Noire ; une copie qu’on a longtemps crue perdue du « Cartulaire A » du monastère de Saint-Jean Prodrome sur le mont Ménécée (IFEB 25).

IFEB 25, ff. 2v-3
IFEB 25, ff. 2v-3

Nombre des manuscrits sont datés et signés ; de ce fait, la seule étude qui ait jusqu’à présent pris en compte l’ensemble de la collection est le répertoire des copistes des 17e et 18e s. de L. Politis publié par M. Politi10. Ils portent également de nombreuses notes de possession ou d’usage, qui apportent des renseignements significatifs sur un certain nombre d’institutions hellènes dans l’Empire ottoman. Quelques-uns proviennent d’institutions bien connues, comme l’Hellenikos philologikos syllogos (IFEB 52), la bibliothèque de la communauté grecque de Gallipoli (IFEB 34) ou encore le Métochion du Saint-Sépulcre à Constantinople (IFEB 25), et surtout un lot de six manuscrits venant du Phrontistèrion de Trébizonde (IFEB 2, 3, 5, 6-7, 33, 45).

Cachet du Phrontistèrion de Trébizonde
Cachet du Phrontistèrion de Trébizonde

La provenance des manuscrits non grecs est plus diverse encore. Les deux karamanlis sont venus par l’intermédiaire du P. Bernardin Menthon11. Les manuscrits russes (IFEB 59-60), le traité latin de rhétorique provenant du séminaire de Tver (IFEB 65) ainsi que le dossier français (IFEB 71), proviennent de Moscou et plus précisément de la paroisse Saint-Louis-des-Français. L’IFEB 65 en porte en effet le cachet et l’IFEB 71 est aussi lié à l’histoire de cette paroisse. L’IFEB 66, traité melkite traduit en latin par Joseph Simon Assemani, a peut-être fait partie de l’éphémère « Bibliothèque-musée de l’Union » prévu un temps à Kadiköy et qui semble n’avoir jamais véritablement fonctionné. Enfin, un petit lot (IFEB 67-69) est constitué par des copies modernes des archives du Collegio greco de Rome, réalisées pour Émile Legrand et ont été transmises à Louis Petit à la mort du grand helléniste, pour que l’Assomptionniste poursuive, avec Hubert Pernot, la célèbre Bibliographie hellénique12.

L’inventaire qui paraît dans le numéro 2014 de la Revue des études byzantines vise avant tout à faire connaître les richesses de ce fonds et à susciter des études plus approfondies sur nombre de manuscrits qui requièrent un examen beaucoup plus complet.

  1. La paroisse est toujours confiée aux Assomptionnistes. []
  2. Pour l’histoire de l’institut, voir en particulier A. Failler, « Le centenaire de l’Institut byzantin des Assomptionnistes », Revue des études byzantines 53, 1995, p. 5-40. []
  3. Les bâtiments ont depuis été restitués aux Assomptionnistes qui y ont rouvert un centre Saint-Pierre Saint-André, qui n’a cependant pas conservé sa vocation scientifique. []
  4. Voir par exemple la présentation de la Bible de Moscou de 1663 par V. Kontouma. []
  5. A. Binggeli, M. Cassin, V. Kontouma, « Inventaire des manuscrits de l’Institut français d’études byzantines », REB 72, 2014, p. 5-128, avec 16 planches couleurs. []
  6. Voir en particulier P. Géhin, « Le plus ancien manuscrit grec de l’Institut français d’études byzantines (IFEB 45) », REB 53, 1995, p. 289-293 ; S. Patri, « Les deux manuscrits russes de l’Institut français d’études byzantines », REB 51, 1993, p. 185-201, et également le billet consacré par V. Kontouma à l’IFEB 1. []
  7. Lettres conservées aux archives de la maison généralice des Assomptionnistes à Rome, 2DB401 et 2DC213. L’auteur signale toutefois qu’il y a pu y avoir des acquisitions antérieures, qui n’ont pas laissée de trace : on pense en particulier à la figure de Louis Petit, fondateur de l’Institut et grand pourvoyeur de sa bibliothèque ; voir aussi la nécrologie de 1928 et l’article paru à l’occasion de sa nomination comme archevêque d’Athènes en 1912. []
  8. On sait que l’essentiel de sa bibliothèque, dont environ 80 manuscrits, fut acheté par la Bibliothèque Vaticane en 1926 : voir F. D’Aiuto, P. Vian, Guida ai fondi manoscritti, numismatici, a stampa della Biblioteca Vaticana, I (Studi e testi 466), Città del Vaticano, 2011, p. 608-609 ; S. Lilla, I manoscritti vaticani greci: lineamenti di una storia del fondo (Studi e testi 415), Città del Vaticano, 2004, p. 116-128 ; A. Wenger, « Comment le fonds Petit est entré à la Bibliothèque vaticane », dans B. Holzer (éd.), Mgr Petit, assomptionniste, fondateur des “Échos d’Orient”, archevêque latin d’Athènes (1868-1927). Actes du Colloque, Rome, 15-17 décembre 1997 (OCA 266), Roma, 2002, p. 131-147 ; cependant, certains manuscrits, comme les IFEB 8 et 25, viennent des dossiers qui sont passés aux Assomptionnistes. []
  9. Voir la nécrologie assomptionniste et A. Wenger, Rome et Moscou, 1900-1950, Paris, 1987. []
  10. L. Politis et M. Politi, « Βιβλιογράφοι 17ου-18ου αἰῶνος. Συνοπτικὴ καταγραφή », Δελτίο τοῦ ἱστορικοῦ καὶ παλαιογραφικοῦ ἀρχείου 6, 1994, p. 313-645. []
  11. Notice nécrologique assomptionniste. []
  12. On en a la confirmation dans une lettre de Mme veuve Legrand à Petit, du 3 février 1904, conservée dans les archives de l’IFEB à Paris. Le dossier épistolaire Petit-Legrand sera prochainement publié. []

Un nouveau palimpseste (8e-9e s.) des œuvres ascétiques de Basile de Césarée

À l’occasion de la mission de catalogage à la Bibliothèque du Patriarcat œcuménique (Istanbul) en juin- juillet 2014 (voir le post du 9 juillet) par des chercheurs de la Section grecque de l’IRHT, un nouveau palimpseste a été repéré dans le fonds provenant du monastère de la Sainte-Trinité (Hagia Trias) de l’île de Chalki.

L’examen direct du manuscrit Hagia Trias 124 a permis de constater – ce qui n’est absolument pas visible sur le microfilm– que ce volume de 211 folios, sur parchemin, est entièrement palimpseste (à l’exception de deux folios initiaux et de quatre folios finaux, qui sont des restaurations du 16e siècle sur papier filigrané).

Figure 1
Figure 1 : En-dessous du texte supérieur, à l’encre noire foncée, on aperçoit quelques restes de l’écriture inférieure, à l’encre brun clair. L’écriture est surtout visible dans la marge, où elle n’a pas été recouverte.

L’écriture supérieure doit être attribuée au 13e ou au 14e siècle : il s’agit des Homélies de Jean Chrysostome sur la seconde Épître aux Corinthiens (CPG 4429).

Le texte inférieur, de son côté, est écrit dans une belle majuscule ogivale inclinée, attribuable à la fin du 8e siècle ou au début du 9e.

 

Son déchiffrement est rendu très difficile par deux causes :

(1) le parchemin a été très soigneusement lavé, si bien que sur une grande majorité des folios, on remarque à peine la présence d’un texte sous-jacent ;

(2) le copiste du texte supérieur a conservé exactement la même mise en page que celle du livre qu’il remployait (écriture à pleine page, 27-28 lignes). Les lignes d’écriture se superposent donc exactement, ne laissant apparaître tout au plus que quelques fragments de lettres.

Les parties les plus lisibles sont en marge : numérotations et titres.

Figure 2
Figure 2 : L’écriture inférieure se distingue difficilement car elle est presque entièrement recouverte par l’écriture supérieure, qui utilise les mêmes lignes.

Les quelques passages déchiffrés jusqu’à présent ont été identifiés comme provenant de deux œuvres :

1)       Basile de Césarée, Regulae morales (CPG 2877).

2)       Basile de Césarée, Grand Asceticon (CPG 2875).

 

La présence des Regulae morales permet de proposer une première classification de notre manuscrit à l’intérieur de la tradition manuscrite très vaste de l’œuvre ascétique de Basile. En effet, les Regulae morales ne se trouvent que dans deux branches, la « Vulgate » (V) de J. Gribomont (« Ask 4 » chez J. Fedwick) et la branche « Stoudite » (S) (« Ask 3 ») [1]. Ce sont les deux branches les plus abondamment représentées dans la tradition manuscrite.

Plus précisément, et même si une étude des variantes est rendue extrêmement difficile par les très faibles portions de texte déchiffrables, il semble que le manuscrit de la Sainte-Trinité doive être rangé dans la branche « Stoudite » (S) ou Ask 3 : cela peut être déterminé en particulier par la numérotation des questions, qui varie d’une recension à l’autre. Les numéros déchiffrés dans le palimpseste de la Sainte-Trinité correspondent aux numéros de la recension appelée « Stoudite » par J. Gribomont et « Ask 3 » par P. J. Fedwick. En voici un exemple :

Figure 3
Figure 3 : À la 3e ligne en partant du bas, on distingue le début de la question numérotée ΡΝʹ [150] dans la Vulgate (PG 31, 1181A12) : ΤΟΥΤΟ ΤΟ ΚΡΙΜΑ ΦΑΝΕΡΟΝ ΕΚ Τ…
Le numéro indiqué par le palimpseste, ρκθʹ [129] correspond à celui de la recension « Studite » ou « k »[2].

 

La recension Stoudite est représentée par environ 25 manuscrits, dont le plus ancien est daté de 880 : Moscou, GIM, Sinod. gr. 254 (Vlad. 117), écrit en minuscule et signé par le moine Athanase, au monastère du Stoudion, à Constantinople. Le palimpseste de la Sainte-Trinité est d’environ un siècle plus ancien que le manuscrit de Moscou. Il constituera donc certainement un témoin de premier ordre pour l’histoire du texte de cette recension « Stoudite ».

 

L’étude du texte de Basile préservé dans ce palimpseste n’a encore porté que sur un échantillon très restreint. En effet, seuls quelques fragments ont pu être identifiés jusqu’à présent, tant l’écriture inférieure est difficile à déchiffrer : la grande majorité des pages du manuscrit originel demeurent presque entièrement illisible à l’œil nu. Il faut espérer que l’utilisation de techniques adaptées au déchiffrement des palimpsestes, comme celles récemment mises au point par exemple pour le célèbre palimpseste d’Archimède ou pour l’Euripide de Jérusalem, permettront de tirer de plus grand bénéfices de ce nouveau témoin.


[1] J. Gribomont, Histoire du texte des Ascétiques de S. Basile, Louvain, 1953 (Bibliothèque du Muséon, 32) : table de concordance, p. 174 ; J. Gribomont, « Les Règles Morales de saint Basile et le Nouveau Testament », in Studia patristica. Vol. II. Papers presented to the Second International Conference on Patristic Studies…, ed. K. Aland and F. L. Cross, Berlin, 1957, pp. 416-426 ; P. J. Fedwick, Bibliotheca Basiliana Universalis. A Study of the manuscript tradition, translations and editions of the works of Basil of Caesarea, t. III. The Ascetica, Contra Eunomium 1-3, Ad Amphilochium de spiritu sancto, dubia et spuria with supplements to volumes I-II, Brepols, 1997.

[2] Cf. Gribomont, Histoire du texte, table de concordance, p. 174 ; Fedwick, t. III, p. 66.

Recherches sur les manuscrits et les bibliothèques dans le monde grec et l'Orient chrétien