8e Colloque international de paléographie grecque : Hambourg, 22-28 septembre 2013

Sous l’égide du Comité international de paléographie grecque (CIPG), le 8e colloque international de paléographie grecque s’est tenu du 22 au 28 septembre 2013 à l’université de Hambourg avec une journée, jeudi 26 septembre, à Wolfenbüttel (Herzog August Bibliothek). L’organisation en avait été confiée à Christian Brockmann, professeur à l’université de Hambourg.

Hamburg, Staats- und Universitätsbibliothek, cod. Philol. 88, ff. 50v-51r

Depuis la création du CIPG en 1981, à la suite du colloque fondateur organisé à Paris en 1974 par Jacques Bompaire et Jean Irigoin, les colloques internationaux de paléographie grecque se sont régulièrement tenus tous les cinq ans : à Berlin et Wolfenbüttel (1983), Erice (1988), Oxford (1993), Crémone (1998), Drama (2003) et Madrid (2008).

Trois membres du CIPG
Trois membres du CIPG: Boris Fonkič, Mgr Paul Canart et Paul Géhin

Le programme du colloque, fort riche, comportait plus de soixante-dix contributions abordant le manuscrit byzantin selon des approches très variées. La volonté des organisateurs de ne pas proposer de séances parallèles a impliqué une durée assez restreinte pour les communications (15 minutes). Bon nombre de présentations relevaient de l’histoire de l’écriture et proposaient par exemple l’analyse d’un type d’écriture donné, de l’activité d’un scriptorium ou d’un copiste, des particularités régionales de l’écriture, etc. D’autres, se rattachant à la philologie, étaient par exemple consacrées à la transmission et la réception d’un texte donné ou à importance d’un témoin dans la tradition manuscrite d’une œuvre. Outre cela, une place importante a été accordée à l’histoire des bibliothèques, mais aussi à la codicologie et surtout aux « nouvelles technologies », qui comprennent aussi bien les appareils et les techniques d’analyse de l’objet manuscrit (par exemple pour le déchiffrement des palimpsestes, l’étude de l’encre ou du papier), que les logiciels, les bases de données et les sites internet dédiés aux manuscrits grecs.

Communication de Z. Melissakis au 8e colloque international de paléographie grecque
Communication de Z. Melissakis au 8e colloque international de paléographie grecque

On pourra regretter l’absence presque totale de l’histoire de l’art et le faible nombre de contributions s’appuyant sur l’analyse des reliures, domaines pourtant relativement bien représentés au cours des précédents colloques. Il n’en reste pas moins que ce colloque constitue un événement majeur dans le monde de la paléographie grecque et qu’on espère naturellement une publication rapide de ses actes.

La Section grecque de l’IRHT était représentée au colloque par Paul Géhin, Matthieu Cassin, Marie Cronier et André Binggeli.

 

Paul Géhin
Paul Géhin

Paul Géhin, membre du CIPG, a présidé la journée du lundi 23 septembre, consacrée à l’histoire des bibliothèques. Le nombre et la variété des communications qui y furent accueillies témoignent du dynamisme et des résultats significatifs de cette approche des manuscrits, à l’avenir prometteur. Au cours de cette journée est intervenu Matthieu Cassin, qui a présenté une communication intitulée « La bibliothèque du patriarche Métrophane III à Chalki au 16e siècle », directement liée au projet ANR « i-Stamboul », actuellement en cours. Toujours dans le cadre de ce projet, mais dans une journée spécifiquement dédiée aux nouvelles technologies, André Binggeli a proposé une présentation de la base Pinakes et de ses nouvelles fonctionnalités en cours de développement (accessibles prochainement) ainsi que du portail Diktyon, portail regroupant des bases de données liées aux manuscrits grecs. De son côté, Marie Cronier a présenté une contribution liée à ses recherches personnelles, en proposant de relier à l’île de Chypre trois exemplaires du De materia medica de Dioscoride dont l’écriture ne présente pas les caractéristiques particulières aux manuscrits copiés sur cette île: les critères permettant d’établir ce rapprochement sont d’ordre philologique, historique et iconographique.

Lors de sa réunion au cours du colloque, le CIPG a élu un nouveau membre, Christian Brockmann, et son nouveau président, Brigitte Mondrain, qui succède ainsi à Dieter Harlfinger. Ernst Gamillscheg a été élu vice-président, tandis que Giuseppe de Gregorio est devenu secrétaire.

Enfin, il a été annoncé que le prochain Colloque international de paléographie grecque se tiendrait à Paris en 2018.

Von Homer bis Aristoteles
Von Homer bis Aristoteles

En marge du colloque s’est tenue à la Staats- und Universitätsbibliothek une exposition consacrées aux manuscrits grecs conservés dans les bibliothèques du nord de l’Allemagne : Von Homer bis Aristoteles: Griechische Handschriften in norddeutschen Sammlungen (25 octobre-1er décembre 2013).

Conférence inaugurale de l'exposition
Conférence inaugurale de l’exposition

Les personnes participant au colloque ont pu assister aux conférences d’ouverture de l’exposition, le soir du mardi 24 septembre.

Exposition Von Homer bis Aristoteles
Exposition Von Homer bis Aristoteles

Séminaire international en Papyrologie Copte : Barcelona, 6-13 Juillet 2014

copte1copte2Un séminaire international en papyrologie copte se tiendra à Barcelone du 6 au 13 juillet 2014. Ce séminaire prend la suite des universités d’été de Vienne (2006), Leipzig (2008), Strasbourg (2010) et Heidelberg (2012). Il sera organisé par la Collection Palau-Ribes déposée aux Archives historiques des Jésuites et l’Universitat Pompeu Fabra de Barcelona. L’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes du CNRS, Paris (IRHT), l’Universidad de Alcalá (UAH), le Consejo Superior de Investigaciones Científicas (CSIC), l’Association Francophone de Coptologie (AFC), le Centro de Estudios de Próximo Oriente (CEPO) et l’Asociación Cultural Hispano-Helénica (ACHH) sont également partenaires de l’événement.

Étudiants et doctorants des disciplines telles que la coptologie, l’égyptologie, la papyrologie, les lettres classiques, les sciences religieuses, l’histoire ancienne, les études arabes ou les études byzantines sont invités à y participer, Une solide connaissance du copte étant souhaitée.

Les participants auront le choix entre deux ateliers: l’un consacré aux parchemins ou papyrus coptes littéraires (surtout des fragments bibliques) et un autre aux papyrus coptes documentaires (lettres, textes juridiques, etc.). Les étudiants auront l’occasion de travailler sur des documents originaux inédits.

La participation financière s’élève à 300 €. Elle comprend l’hébergement en résidence universitaire, le petit déjeuner et le déjeuner.

Le nombre de places est limité à 15.

Candidature

Le dossier doit contenir:

1. Un curriculum vitae.

2. Une lettre de candidature mentionnant l’atelier auquel l’étudiant souhaiterait participer.

3. Des lettres de recommandation de deux professeurs qui devront aussi donner un avis sur le niveau du candidat en copte. Les lettres doivent être envoyées confidentiellement à l’adresse indiquée dessous, en mentionnant explicitement le nom du candidat.

Les dossiers et des lettres de recommandation sont à envoyer à:

Dr. María Jesús Albarrán
Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, CNRS
Section Grecque et de l’Orient chrétien
Collège de France
52 rue du Cardinal Lemoine
75005 Paris
France

e-mail: maria-jesus.albarran@irht.cnrs.fr

 

La date limite de dépôt est le 15 mars 2014. Les candidats seront informés du résultat de leur démarche au début d’avril 2014.

Déroulement

Ce séminaire international a pour but de fournir une initiation à la papyrologie copte en tenant compte de ses relations avec l’égyptologie, les études classiques, l’histoire ancienne, le paléo-christianisme et l’archéologie.

Des conférences seront données sur la paléographie et le déchiffrement des écritures littéraires ou documentaires de ces deux sortes d’écrits, et sur leurs relations avec d’autres témoignages textuels ou archéologiques. Pour les exercices pratiques, les étudiants se verront confier un document inédit sur lequel ils travailleront.

Les enseignants seront : María Jesús Albarrán (Paris), Anne Boud’hors (Paris), Alain Delattre (Bruxelles), T. Sebastian Richter (Leipzig), Sofía Torallas (Madrid). Parmi les intervenants figureront aussi Cristina Ibañez (Barcelona), Alberto Nodar (Barcelona), Margarita Vallejo (Madrid) et Amalia Zomeño (Madrid).

L’objectif est d’offrir un ensemble de conférences et d’ateliers grâce auxquels les étudiants pourront apprendre à évaluer les informations de toutes sortes fournies par les différents types de documents et se familiariser avec les questions que soulève le matériel papyrologique.

L’enseignement se fera en anglais.

 

Dans l’attente de recevoir vos candidatures,

Dr. María Jesús Albarrán
Dr. Anne Boud’hors
Dr. Alberto Nodar
Dr. Sofía Torallas

Seminar_Barcelona

Bibliothèque du monastère de la Sainte-Trinité de Chalki

Le monastère de la Sainte-Trinité de Chalki

Le monastère de la Sainte-Trinité (Ἁγία Τριάς) sur l’île de Chalki dans la mer de Marmara (aujourd’hui Heybeli Ada), l’une des Îles des Princes, à quelques kilomètres au sud-est d’Istanbul1, est connu pour la première fois par une dédicace portée en 1063 dans un évangéliaire offert au monastère par Catherine de Bulgarie, épouse d’Isaac Ier Comnène2.



Il n’apparaît cependant clairement dans l’histoire qu’à partir de la seconde moitié du 16e siècle et de sa refondation par le futur patriarche Métrophane III. Ce dernier constitua en particulier une bibliothèque pour le monastère, qui est connue par plusieurs sources, en particulier les notes portées sur les manuscrits, et qui jouit pendant une longue période d’une célébrité certaine.

La bibliothèque de la Sainte-Trinité de Chalki

Le monastère aurait été refondé au plus tard en 1540 par Métrophane, qui en est alors l’higoumène ; la date se déduit du colophon du manuscrit Hagia Trias 60 (f. 210), copié par le diacre Sophrone en 1540 au monastère et qui fait mention de l’higoumène et commanditaire. La bibliothèque a dû se développer dans ce sillage et s’accroître au peu à peu ; le manuscrit Hagia Trias 10 (Évangéliaire) est ainsi offert au monastère par Métrophane en décembre 1571, alors qu’il est patriarche, comme l’atteste une note de donation au f. 288v. En 1568-1569, l’Hagia Trias 16 (Praxapostolos) est offert par un certain Apostolos, de Pruse (Bursa), et l’Hagia Trias 3 (Évangéliaire, aujourd’hui absent de la bibliothèque), avait été offert en décembre 1569 par Joasaph, métropolite de Thessalonique, à l’occasion du passage du patriarche dans sa ville. Si tel ou tel codex a sûrement été copié sur place, comme l’attestent les colophons de l’Hagia Trias 60 et, à une date un peu plus tardive, de l’actuel Moskva, Gosudarstvennyj Istoričeskij Musej (GIM), Sinod. gr. 291 (Vlad. 237), copié en 1607 par le hiéromoine Hilarion (Grégoire Palamas), le nombre des manuscrits du 16e s. présents dans la bibliothèque est relativement restreint ; il est toutefois notable qu’il s’agit principalement de manuscrits liturgiques. Cependant, des restaurations assez nombreuses ont été réalisées dans plusieurs manuscrits à cette époque.

Si les sources sur l’histoire du monastère dans les siècles suivants sont assez rares, à en croire par exemple l’étude d’Athénagoras de Paramythia, lequel avait pourtant accès aux archives du Patriarcat3, la Sainte-Trinité trouva cependant une nouvelle jeunesse avec la fondation en ses murs, en 1844, de l’École théologique, qui forma jusqu’à sa fermeture par l’État turc en 1971, le haut clergé orthodoxe du Patriarcat de Constantinople.

École théologique

On ne dispose à ce jour que d’un catalogue dû à E. Tsakopoulos (1954-1956)4, dont les descriptions sont souvent sommaires ou partielles. Un nouveau catalogage est en cours dans le cadre du projet i-Stamboul. En revanche, nombreux sont les savants à s’être penchés sur l’histoire de cette bibliothèque, car on possède sur elle des sources de renseignements assez nombreuses et diverses. En outre, plusieurs de ses manuscrits se trouvent aujourd’hui dispersés dans diverses bibliothèques partout dans le monde, en particulier à Oxford, Londres et Paris.

Sources pour l’histoire de la bibliothèque

Au mois de janvier 1572, un inventaire de la bibliothèque fut rédigé ; il nous est aujourd’hui connu par une copie qu’en a prise Stefan Gerlach (1546-1612), qui fut chapelain de l’ambassadeur du Saint-Empire à Istanbul, David von Ungnad de 1573 à 1578, copie qui fut recopiée par Martin Crusius probablement en septembre 15805.

Cet inventaire, qui donne des indications sur le contenu, la matière, le format et éventuellement la reliure des livres, est bien connu et a circulé très rapidement dans l’Europe savante, puisque Charles du Cange en fit usage dans son Glossarium ad scriptores mediae et infimae Graecitatis, publié à Lyon en 1687-1688, et Bernard de Montfaucon en fait mention dans sa Paleografia graeca parue en 1708. Le nombre exact des livres présents dans la bibliothèque est difficile à évaluer, dans la mesure où certaines entrées sont collectives ; on compte environ 130 volumes – compte non tenu des livres de musique ; une dizaine de livres sont des imprimés.

En outre, les manuscrits reçurent des notes de possession du monastère. La forme la plus ancienne est présente dans le manuscrit Hagia Trias 60, copié en 1540 au monastère par le diacre Sophronios :

ἡ βίβλος αὕτη, τῆς ἁγίας τριάδος· | τῆς κειμένης ἄντικρυ, τοῦ Αὐξεντίου·| ἐν τῆ νήσω Χάλκης τε, μονῆς ἐσώπτρου.

Note de possession du manuscrit Hagia Trias 60, f. 208v

Cependant, la forme la plus courante est formée de cinq vers politiques :

† ἡ βίβλος αὕτη πέφυκε τῆς παντουργοῦ τριάδος
τῆς ἐν τῇ νήσῳ χάλκης τε μονῆς τε τοῦ ἐσόπτρου
καὶ εἴ τις βουληθῆ ποτε ταύτην ἀποστερῆσαι,
κεχωρισμένος ἔσεται τριάδος τῆς ἁγίας
ἐν τῷ αἰώνι τούτῳ γε καὶ τῷ ἐλευσομένῳ.

Elle existe également avec une légère variante au troisième vers :

† ἡ βίβλος αὕτη πέφυκε τῆς παντουργοῦ τριάδος
τῆς ἐν τῇ νήσω χάλκης τε μονῆς τε τοῦ ἐσόπτρου
καὶ εἴ τις βουληθῆ ποτὲ λαθραίως (ou κρυφίως) ταύτην ἅραι
κεχωρισμένος ἔσεται τριάδος τῆς ἁγίας
ἐν τῷ αἰῶνι τούτῳ γε, καὶ | τῷ ἐλευσομένῳ.

Wien, ÖNB, Suppl. gr. 174, f. 30v

La note proprement dite est fréquemment suivie d’une mémoire de Métrophane, formée d’un dodécasyllabe, et qui est parfois indépendante de la note proprement dite :

† οἱ πατέρες μέμνησθε τοῦ Μητροφάνους.

Cette note célèbre, fréquemment repérée par les catalogueurs dans les manuscrits dispersés6, a été copiée par plusieurs mains dans l’ensemble des manuscrits qui la comportent encore, et non par Métrophane lui-même, comme on l’a longtemps cru. En outre, elle existe également sous de nombreuses formes dégradées, mise en prose, déparée par des fautes, le plus souvent d’origine phonétique, mais qui finissent par la rendre difficilement compréhensible. Elles n’ont sûrement pas toutes été apposées au même moment, ni par les mêmes personnes ; reste à déterminer sur pendant quel laps de temps elles ont été utilisées.

D’autres indices encore permettent d’identifier les livres qui proviennent de la bibliothèque : reliure et gardes, restaurations, annotations marginales, etc. L’ensemble de ces critères offre la possibilité de remembrer une bibliothèque aujourd’hui partiellement dispersée.

La dispersion de la bibliothèque de la Sainte-Trinité

Les manuscrits du monastère de la Sainte-Trinité, qui entrèrent ensuite dans la bibliothèque de l’École théologique en y constituant un fonds séparé, furent transférés vers 1936 au Patriarcat. Au moment du catalogage par E. Tsakopoulos, le fonds contenait 139 manuscrits, dont un slave, sur les 147 cotes qu’il comprenait à la fin du 19e s.7. ; selon le catalogage en cours, 134 manuscrits seraient actuellement en rayon. Or tous ces livres ne proviennent pas de l’époque de la refondation par Métrophane : beaucoup sont venus accroître peu à peu la bibliothèque, tandis que bien d’autres ont été dispersés. C’est que très tôt, la bibliothèque de la Sainte-Trinité a attisé l’intérêt et les convoitises des voyageurs occidentaux en quête de manuscrits. Dès l’époque du fondateur, comme le rapporte Stefan Gerlach dans son journal à la date du 24 décembre 1577, des manuscrits furent empruntés par l’ambassadeur Albert de Wyss et ne revinrent pas au monastère ; ce ne fut que le début d’une longue série d’emprunts, d’achats ou de vols, qui alimentèrent plusieurs bibliothèques européennes. Sir Thomas Roe, par exemple, ambassadeur d’Angleterre auprès de la porte à partir de 1621, acquis plusieurs manuscrits qui se trouvent aujourd’hui dans le fonds qui porte son nom à la Bodleian Library8 ; à la même époque, d’autres manuscrits furent acquis pour Thomas Howard, 2nd Earl Arundel, qui se trouvent aujourd’hui dans le fonds Arundel de la British Library de Londres.

D’autres manuscrits sont parvenus à la Bibliothèque nationale de Paris, en particulier grâce à la mission des abbés Sevin et Fourmont en 1729-1730. Quelques volumes encore se trouvent dans le fonds Reginensis de la Biblioteca Apostolica Vaticana ou dans le Supplementum graecum de l’ Österreichische Nationalbibliothek.

Le projet en cours vise non seulement à cataloguer le fonds actuel, mais aussi à reconstituer la bibliothèque en ses états successifs, et donc à identifier et décrire l’ensemble des manuscrits dispersés ; il est aussi prévu, dans la mesure du possible, de mettre en ligne des photographies de tout ou partie des volumes qui ont appartenu un jour à la bibliothèque de la Sainte-Trinité.

À suivre…

  1. Voir par exemple R. Janin, Les églises et les monastères des grands centres byzantins (Géographie ecclésiastique de l’Empire byzantin 2), Paris, 1975, p. 72-76. []
  2. Sur ce manuscrit, dit Évangile du Phanar, voir Ch. Diehl, « L’évangéliaire de l’impératrice Catherine Comnène », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 56.4, 1922, p. 243-248. Pour les illustrations qui en ont été extraites et leur sort, voir W. M. Miliken, « Byzantine Manuscript Illumination », The Bulletin of the Cleveland Museum of Art 34, 1947, p. 50-56, et surtout J. Lowden, « Archimedes into Icon: Forging an image of Byzantium », dans Icon & Word. The Power of Images in Byzantium. Studies presented to Robin Cormack, Ashgate, 2003, p. 233-260, ici p. 245-246 ; J. Lowden, « The Strange and Eventful History of the Archimedes Palimpsest », dans R. Netz, W. Noel, N. Tchernetska, N. Wilson (éd.), The Archimedes Palimpsest, Cambridge, 2011, I, p. 97-127, ici p. 100-101. []
  3. Αἱ ἱστορικαὶ μοναὶ τῆς νήσου Χάλκης. Ἡ μονὴ τῆς ἁγίας Τρίαδος, Constantinople, 1921. []
  4. E. Tsakopoulos, Περιγραφικὸς κατάλογος τῶν χειρογράφων τῆς βιβλιοθήκης τοῦ Οίκουμενικοῦ Πατριαρχείου. Βʹ, Τμῆμα χειρογράφων Ἱ. Μονῆς Ἁγίας Τριάδος Χάλκης, Istanbul, 1956. []
  5. Tübingen, Universitätsbibliothek, Mb 37 ; description du manuscrit en ligne : www.inka.uni-tuebingen.de/hand.php (recherche par cote, pas de lien stable vers une notice déterminée). Édition : É. Legrand, « Notice biographique sur Jean et Théodose Zygomalas », dans Recueil de texte et de traductions publié par les professeurs de l’École des langues orientales vivantes à l’occasion du VIIIe congrès des orientalistes tenu à Stockholm en 1889 (Publication de l’École des langues orientales vivantes, 3e série 6), Paris, 1889, p. 67-264, ici p. 207-216. Nouvelle édition en préparation dans le cadre du projet i-Stamboul. []
  6. Voir par exemple A. Turyn, Codices Graeci Vaticani saeculis XIII et XIV scripti annorumque notis instructi (Codices e Vaticanis selecti 28), Città del Vaticano, 1964, p. 67-70 (Reg. gr. 31) ; Id., Dated Greek Manuscripts of the Thirteenth and Fourteenth Centuries in the Libraries of Great Britain (Dumbarton Oaks Studies 17), Washington, 1980, p. 23-25 (Roe 7) ; 47-56 (Roe 22) ; 74-78 (Arundel 523) ; I. Hutter, Corpus der byzantinischen Miniaturhandschriften. 1, Oxford Bodleian Library I, Stuttgart, 1977, n° 20 (Roe 28) ; n° 60 (Laud. gr. 90) ; 3, Oxford, Bodleian Library III, Stuttgart, 1982, n° 27 (Roe 23) ; n° 116 (Roe 22) ; n° 136 (Arch. Selden B 46) ; H. Hunger, Ch. Hannick, Katalog der griechischen Handschriften der Österreichischen Nationalbibliothek. 4, Supplementum graecum, Wien, 1994, p. 297-299 (Suppl. gr. 174). []
  7. Le Hagia Trias 95 n’a pas été décrit par Tsakopoulos, mais il était présent, relié avec le 103 []
  8. Une première liste avait déjà été dressée par É. Legrand, « Notice… », cité supra n. 5, p. 206. Voir aussi G. Papazoglou, Βιβλιοθῆκες στὴν Κωνσταντινούπολη τοῦ ιςʹ αἰώνα (Κώδ. Vind. hist. gr. 98), Thessaloniki, 1983, p. 218-268, dont les conclusions sont toutefois à utiliser avec précautions. []

Les manuscrits grecs du Fonds 488 des Archives nationales d’Albanie (Arkivi Qëndror i Shtetit), à Tirana

Arkivi Qëndror i Shtetit, TiranëLe Fonds 488 des Archives nationales, à Tirana1, a été crée dans les années 1980 pour réunir et préserver en seul lieu les documents manuscrits latins, arabes et grecs identifiés sur le territoire national albanais. Pour beaucoup, l’histoire plus que deux fois millénaire de ce petit état méditerranéen ne survit en Europe occidentale que par son passé très proche : après une longue occupation ottomane et une courte période démocratique au tout début du 20ème siècle, l’Albanie conjugue sa destinée avec celle du roi Zog 1er. En 1939, le pays est envahi par l’Italie et de 1944 à 1985 sévit la dictature implacable d’Enver Hoxha. Nouant d’abord des liens étroits et exclusifs avec l’URSS jusqu’en 1960, Enver Hoxha se tourne ensuite vers la République populaire de Chine, puis tombe enfin dans un isolationnisme intransigeant, revendiqué comme identité nationale. Sa mort, en avril 1985, permet aux Albanais de se réapproprier une histoire qui puise aux sources mêmes d’une Europe qui se construit autour d’eux, mais sans eux. Connue dès l’Antiquité et célébrée par les auteurs latins et grecs, à la croisée des routes qui menaient de Venise à Constantinople, l’Albanie n’est, à la fin du 20e siècle, que l’ombre d’un pays sans passé.

C’est cependant cette tradition culturelle multiséculaire que quelques hommes courageux vont tenter de préserver à tout prix. L’un d’entre eux, Teofan Popa, archiviste et paléographe, sera l’un des premiers à recueillir les principales informations sur les documents alors épargnés. Ses descriptions dactylographiées de manuscrits grecs accompagnent encore aujourd’hui les manuscrits du Fonds 488 et ont été publiées en albanais, en 2003, dans le volume Kodikët e Shqipërisë (Drejtoria e Përgjithshme e Arkivave, Tiranë). Comme tant d’autres citoyens albanais ayant refusé de renier leur religion, Popa passera plusieurs années dans les camps de travaux forcés.

L’histoire des manuscrits grecs en Albanie avait pourtant bien commencé. Dès 1885, Pierre Batiffol, élève de Louis Duchesne, publie un brillant article sur un manuscrit grec écrit en lettres d’argent sur parchemin pourpre2. Louis Duchesne, qui avait été averti par son ami Sakkelion d’une publication confidentielle d’Anthimos Alexoudis, alors évêque de la ville de Berat, en Albanie, presse son élève Pierre Batiffol de se rendre sur place afin de décrire les manuscrits anciens mentionnés dans l’ouvrage du métropolite3. De retour en France, Pierre Batiffol publiera le récit de son périple, la description sommaire de certains manuscrits qu’il a pu consulter à Berat, mais surtout l’intégralité du texte du manuscrit pourpre, connu désormais comme le codex Beratinus 14. Le manuscrit entre dans la nomenclature de Caspar René Gregory en 1908 sous le sigle Φ.043, et demeure à ce jour un témoin de premier ordre pour la critique textuelle néotestamentaire. Mais après Batiffol plus personne ne verra le manuscrit.

Arkivi Qëndror i Shtetit, Tiranë, Salle de lectureDans les années qui suivent, l’histoire des manuscrits grecs en Albanie se concentre presque exclusivement sur les manuscrits conservés à Berat par le métropolite Alexoudis. À l’exception de sa description de trois tetraévangiles conservés à Vlora5, Alexoudis publie en 1898 un « Κατάλογος τῶν ἐν ταῖς ἱεραῖς ἐκκλησίαις τῆς συνοικίας Κάστρου, πόλεως Βερατίου τῆς Μητροπόλεως Βελεγράδων »6, puis en en 1900-1901 un autre descriptif de ces mêmes manuscrits, quelquefois plus détaillé, quelquefois plus sommaire7. Mais après ces dernières publications, plus personne n’aura accès à ces manuscrits : une longue et lente période de ténèbres qui durera près de soixante-dix ans.

L’ouverture de l’Albanie au monde occidental, à la fin des années 1980, permet à la communauté scientifique de redécouvrir un patrimoine longtemps oublié. Le Fonds 488, d’une valeur inestimable, abrite aujourd’hui une centaine de manuscrits grecs dont deux manuscrits pourpres, retenus par l’UNESCO comme « Mémoire du monde » : l’un écrit en lettres d’argent, le Beratinus 1, daté du 6e siècle, l’autre en lettres d’or, le Beratinus 2, daté du 10e siècle. Le projet de recherche qui s’ouvre aujourd’hui conjugue à la fois le catalogage des manuscrits grecs du Nouveau Testament et la critique textuelle néotestamentaire.

Didier Lafleur (IRHT, section grecque et de l’Orient chrétien, CNRS)

Arkivi Qëndror i Shtetit, Tiranë, Chambre forte

  1. http://www.albarchive.gov.al/cms/front_content.php?idcat=192 []
  2. « Evangeliorum codex graecus purpureus Beratinus Φ », Mélanges d’archéologie et d’histoire 5, p. 358-376. []
  3. Σύντομος Ἱστορικὴ Περιγραφὴ τῆς Ἱερᾶς Μητροπόλεως Βελεγράδων, Corfou, 1868. []
  4. « Les manuscrits grecs de Bérat d’Albanie et le codex Purpureus Φ », Archives des missions scientifiques et littéraires, 3e série, t. XIII, Paris, Imprimerie nationale, 1887, p. 437-556. []
  5. « Περιγραφὴ τριών εὐαγγελίων », Ὁ ἐν Κωνσταντινουπόλει Ἑλληνικὸς Φιλολογικὸς Σύλλογος. Ἀρχαιολογικὸν Δελτίον, 1896, p. 114-117. []
  6. Δελτίον τῆς Ἱστορικῆς καὶ Ἐθνολογικῆς Ἑταιρείας τῆς Ἑλλάδος 5, 1898, p. 352-369. []
  7. « Κώδικες ἐπαρχίας Βελεγράδων », Ἐκκλησιαστικὴ ᾿Αλήθεια 20-21, 1900-1901. []

Annonce de colloque : La « collection philosophique » face à l’histoire. Péripéties et tradition

Les 11 et 11 juin 2013 aura lieu à Paris, EHESS (105 Bd Raspail, 75006 Paris) un colloque organisé par Filippo Ronconi et Daniele Bianconi, sous le titre La « collection philosophique » face à l’histoire. Péripéties et tradition.

Les manuscrits de la ‘collection philosophique’ font l’objet, depuis plus d’un siècle, d’une attention particulière de la part des chercheurs qui s’occupent du ‘premier humanisme byzantin’. Plusieurs d’entre ces livres sont en effet les codices unici ou les témoins manuscrits les plus anciens d’ouvrages de la plus haute importance dans le domaine de la philosophie, mais aussi de la géographie, de l’astronomie, de la paradoxographie et de la patristique. Les positions critiques concernant les origines et les dynamiques de réalisation de cette ‘collection’ sont parfois en désaccord, offrant un cadre complexe au sujet de l’origine de leurs modèles et des dynamiques de leur transcription. En revanche, très peu d’attention a été consacrée à un autre aspect, celui des influences culturelles et intellectuelles que ces livres et ces textes ont exercées sur la civilisation byzantine et sur ses alentours. Les minces témoignages historiques, qui parviennent normalement de l’étude des manuscrits eux-mêmes, n’ont pas permis jusque-là d’en reconstruire le destin après leur transcription, ni la façon par laquelle les textes qu’ils contiennent ont été lus et étudiés : quels chemins ont emprunté ces manuscrits une fois sortis de l’atelier (ou des ateliers) où ils ont vu le jour ? Où ont-ils été conservés ? Peut-on donner un nom aux savants qui les ont lus, apostillés, copiés au fil des siècles ? Dans quelle mesure les ouvrages qu’ils renferment ont été traduits et exportés dans des autres aires géographiques ? En somme, quel a été leur rôle culturel dans le monde byzantin et, plus en général, dans la construction de la civilisation occidentale ?

Programme :

Lundi 10 juin

14h45 : Accueil des participants

15h30 : Ouverture du colloque ; Salutations des autorités

Filippo RONCONI – Daniele BIANCONI : La « collection philosophique » face à l’histoire

Séance I : Au coeur de la « collection philosophique » : Aristote, Platon, les textes géographiques (Présidence Paolo ODORICO)

Pantelis GOLITSIS : Quelques observations sur l’histoire et les origines de l’ « Aristote de Vienne » (Vind. Phil. gr. 100)

Antonio CARLINI : Due percorsi tradizionali a confronto dal sec. IX al XV : Parigino greco 1807 – Marciani greci 196 e 246

Didier MARCOTTE : La Collection philosophique et la lecture des historiens et géographes grecs à Byzance avant Constantin Porphyrogénète

Débat

Mardi 11 juin

9h30 : Séance II : L’autre cœur de la « collection » : les commentateurs tardo-antiques et les Pères de l’Église (Présidence Christian JACOB)

Philippe HOFFMANN : La Collection philosophique et la tradition des textes néoplatoniciens

Michele TRIZIO : Un’eredità difficile: commenti e commentatori di Aristotele tra XI e XII secolo

Mariella MENCHELLI : Platone, Proclo e Dionigi Areopagita nella “collezione filosofica”. Annotatori, sorti di manufatti e fili tradizionali ‘perduti’ tra il periodo mediobizantino e l’età dei Paleologi

Matthieu CASSIN : Y eut-il une lecture philosophique des textes patristiques ? Réflexions à partir de la transmission et de la réception de quelques textes grecs

Débat

15h30 : Séance III : La « collection » entre survie et renouveau (Présidence Houari TOUATI)

Marco DI BRANCO : À la recherche des livres perdus : échanges libraires entre Byzance et le monde islamique (VIIIe-Xe siècle)

Daniele ARNESANO : Circolazione dei testi della collezione filosofica nel Salento

Charis MESSIS : Aux marges de la philosophie, au coeur de la curiosité : le ms Heid. Pal. gr. 398

Tiziano DORANDI : Manuscrits de la ‘Collection Philosophique’ entre Orient et Occident. Livres, Lecteurs et Traducteurs de Platon et d’Aristote à l’âge du pré-humanisme occidental

Débat

Conclusions

La collection philosophique face à l’histoire

Projet ANR i-Stamboul

En janvier 2013 débute un projet ANR, i-Stamboul : Réseau numérique pour la reconstitution des bibliothèques grecques d’Istanbul (2013-2015). Porté par la section grecque et de l’Orient chrétien de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS) et dirigé par André Binggeli, ce projet est réalisé en collaboration avec le département de philologie, section de paléographie, de l’Université de Crète, ainsi qu’avec plusieurs chercheurs d’autres institutions.

Ce projet a pour objet la reconstitution virtuelle du corpus de manuscrits grecs (environ 200) que Métrophane III, patriarche de Constantinople, a rassemblés au 16e siècle pour former la bibliothèque du monastère de la Sainte-Trinité, sur l’île de Chalki au large de la capitale. Le noyau de cette collection est aujourd’hui conservé au Patriarcat oecuménique à Istanbul, tandis qu’une part importante a été dispersée dès la seconde moitié du 16e siècle, en particulier par des voyageurs occidentaux en quête de manuscrits, et se trouve actuellement dans différentes bibliothèques d’Europe et d’Amérique. Outre l’intérêt que présente ce corpus du fait de sa cohérence et de la qualité des manuscrits qui le composent, la bibliothèque de la Sainte-Trinité constitue un cas d’étude remarquable, car c’est, dans le domaine oriental, l’une des rares bibliothèques anciennes dont on peut reconstituer assez fidèlement la collection d’origine et l’histoire depuis le 16e jusqu’au 20e siècle. On dispose en effet, pour la reconstitution historique, de  plusieurs inventaires anciens, de mentions dans des récits de voyages et de notes de possession sur les manuscrits eux-mêmes.

Pour reconstituer cette bibliothèque, il est prévu de développer et de mettre en réseau des outils informatiques adaptés à l’analyse des manuscrits et à l’histoire des bibliothèques de manuscrits grecs, qui permettront la reconstitution de ce corpus. Au centre de ce réseau numérique se trouve la base de données Pinakes, qui recense tous les manuscrits grecs existant actuellement dans les bibliothèques du monde entier. Elle sera développée afin de mieux s’adapter aux objets décrits, mais également complétée par un module de catalogue en ligne des manuscrits, qui utilise le balisage TEI, ainsi que par une publication d’inventaires anciens pourvus eux aussi d’un balisage, grâce à un outil développé en partenariat étroit avec l’ANR Biblifram et l’Equipex Biblissima.

Au terme du projet, un site web et plusieurs publications papier permettront la reconstitution de la bibliothèque en ses différents états et offriront une nouvelle description des manuscrits, ainsi qu’une galerie en ligne des images de ces manuscrits ; les journaux de voyage qui concernent l’île de Chalki et les manuscrits qui s’y sont trouvés pendant la période étudiée seront également publiés en ligne, partiellement ou totalement, et éventuellement traduits. La reconstitution s’accompagnera d’une analyse du contexte qui a vu naître et évoluer cette bibliothèque. Son histoire sera retracée, notamment à travers la publication et l’étude d’inventaires anciens et de journaux de voyageurs occidentaux.

Manuscrits en Méditerranée

Ce carnet portera sur les manuscrits grecs et des langues de l’Orient chrétien (syriaque, copte, géorgien, arabe, arménien, principalement), leur circulation, leur histoire, les collections et les bibliothèques qui les ont rassemblés ou les rassemblent, ainsi que sur les personnes liées à ces collections. Le champ chronologique concerné couvre l’Antiquité tardive, mais surtout la période médiévale et les époques modernes et contemporaines. L’aire géographique privilégiée est le bassin méditerranéen, sans exclure toutefois une circulation plus large, en particulier depuis la Renaissance (monde slave, continent américain à date récente, etc.). Par l’intermédiaire des manuscrits, il ouvrira également des aperçus sur l’histoire du livre, mais aussi sur l’histoire des savoirs et des pratiques intellectuelles et religieuses.

Recherches sur les manuscrits et les bibliothèques dans le monde grec et l'Orient chrétien