Archives par mot-clé : Tirana (Archives nationales d’Albanie)

Archives, manuscrits grecs et présence française en Albanie

Dans la perspective de la prochaine publication de notre étude sur les manuscrits grecs du Nouveau Testament conservés en République d’Albanie, nous avons récemment effectué une nouvelle mission dans cette région des Balkans. En complément aux vérifications philologiques et codicologiques nécessaires, l’un de nos objectifs était d’identifier les manuscrits aujourd’hui présents aux Archives nationales, à Tirana, au moyen des descriptions réalisées par les deux premiers érudits ayant abordé ce fonds à la fin du XIXème siècle: Anthimos Alexoudis, Métropolite de la ville albanaise de Bérat, et Monseigneur Pierre Batiffol. Parallèlement à ces recherches, nous avons été invités à participer à deux journées d’étude, l’une sur les archives et documents d’histoire en terre albanaise, l’autre sur les relations entre la France et l’Albanie.

Comme cela a été rappelé lors de précédents billets sur ce même blog, le Fonds 488 des Archives nationales d’Albanie regroupe aujourd’hui plus de cent manuscrits grecs dont la copie s’étend du VIème au XXème siècles. L’ensemble de cette riche collection, très peu étudiée et très peu décrite, comprend principalement des textes bibliques, patristiques, liturgiques et hagiographiques. Tous témoignent d’une présence byzantine forte dans cette partie de l’Europe. Trente-neuf manuscrits du Fonds 488 ont été numérisés dans les années 2010 par une équipe américaine (The Center for the Study of New Testament Manuscripts, http://www.csntm.org/), mais la grande majorité des manuscrits, leur contenu et leur histoire, reste encore à découvrir.

AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes 34, ff. 20v-21r © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë

La première de ces journées d’étude réunissait scientifiques et archivistes de la République du Kosovo et de la République d’Albanie sur le thème des archives et documents d’histoire dans le passé récent de cette région: « Arkivat dhe puna arkivore në trevat e shqiptarëve në shek. XX – XXI ». Cette journée, divisée en trois sessions, nous a offert l’opportunité de présenter une communication sur notre travail d’identification et d’enregistrement des manuscrits grecs dans les archives nationales albanaises: « Exploring the Albanian National Archives from All Sides : How Research Uses Archival Work ? ». Nous avons ainsi montré toute la difficulté à identifier aujourd’hui, en 2017, les manuscrits décrits à la fin du XIXème siècle alors que, au terme de notre mission, nous avons pu identifier avec certitude tous les manuscrits grecs consultés par Johannes Koder et Erich Trapp en 1965.

La seconde journée d’étude, organisée par le Ministère albanais des Affaires Étrangères (Ministria e Punëve të Jashtme), l’Ambassade de France à Tirana et l’Agence Universitaire de la Francophonie, a mis l’accent sur les relations historiques et diplomatiques entre la France et l’Albanie, de l’année 1912, date de la proclamation de l’indépendance de l’Albanie, à nos jours (https://al.ambafrance.org/Conference-sur-les-relations-historiques-et-diplomatiques-entre-la-France-et-l). Pour les historiens des manuscrits, cette période est cruciale puisque nous savons qu’après la visite de Monseigneur Pierre Batiffol à Bérat en 1885 aucun autre visiteur occidental ne se rendra en Albanie avant 1965, date de la visite de deux étudiants autrichiens mentionnés ci-dessus, Johannes Koder et Erich Trapp. L’ensemble des communications présentées a mis en lumière une singularité des relations franco-albanaises: la pérennité des liens diplomatiques entre les deux pays, même aux heures les plus sombres de la dictature d’Enver Hoxha. Malgré cela, dans notre domaine de spécialité, aucune recherche d’importance n’a jamais été menée sur les manuscrits grecs.

Ces deux journées d’étude ont donc souligné la pérennité d’un lien francophone fort avec cette région des Balkans où la recherche paléographique, codicologique et textuelle peut à nouveau s’exercer et s’inscrire dans la continuité du travail des historiens. Le Professeur Ardit Bido, Directeur des Archives nationales d’Albanie (http://www.albarchive.gov.al/), a bien montré par les deux communications qu’il a présentées à chacune de ces journées d’étude, combien l’Albanie était attentive à la recherche des documents d’histoire sur son sol. Dans notre domaine de compétence, nous avons aussi voulu souligner l’importance de tous les documents d’histoire, byzantins et post-byzantins, dont l’Albanie est aujourd’hui dépositaire. Notre récente consultation, à Paris, des documents officiels de l’UNESCO – qui ont conduit cet organisme international à considérer deux manuscrits grecs de grand luxe, aujourd’hui à Tirana, comme patrimoine mondial de l’humanité – nous fait plaider pour une véritable reconnaissance internationale de la totalité de cette collection riche et cohérente qui doit être préservée dans les conditions d’un pays moderne au sein des États européens.

Luc Brogly, correspondant scientifique à l’IRHT
Didier Lafleur, IRHT-Section grecque

Un Métropolite méconnu en Occident : Ἄνθιμος Ἀλεξούδης, « Φιλόμουσος »

Le récent colloque organisé en Turquie par la Section grecque de l’Institut de recherche et d’histoire des textes autour de la bibliothèque du monastère de la Sainte Trinité de Halki (Bibliothèques grecques à Constantinople à l’époque du Patriarche Métrophane III), nous a donné l’opportunité de consulter les registres épistolaires du Patriarcat Œcuménique de Constantinople (Οἰκουμενικὸς Πατριάρχης) couvrant la seconde moitié du XIXè siècle. Au cœur de cette correspondance, de très nombreux courriers sont adressés à son Éminence le Métropolite de Berat, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης.

Activité pastorale

Né en 1824, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης étudia notamment à Constantinople, à la Μεγάλη του Γένους Σχολή, dont le bâtiment actuel domine aujourd’hui, à Istanbul, la Corne d’Or et le quartier du Phanar.

 

Μεγάλη του Γένους Σχολή, Istanbul (octobre 2015) (5)
Μεγάλη του Γένους Σχολή, Fatih, Istanbul
© Didier Lafleur
Μεγάλη του Γένους Σχολή, Istanbul (octobre 2015) (7)
Μεγάλη του Γένους Σχολή, Fatih, Istanbul
© Didier Lafleur

Ordonné Métropolite à l’âge de 31 ans, Ἀλεξούδης, désormais Ἄνθιμος τῶν Βελεγράδων selon les Actes du Patriarcat, fut Métropolite de la ville de Berat, en Albanie, de 1855 à 1887. À cette date et jusqu’en 1908, sur décision du Saint Synode, il devient Métropolite de la ville d’Amasya – aujourd’hui importante ville turque des bords de la mer Noire. Grand érudit, polyglotte, auteur de nombreux ouvrages et articles traitant autant des sciences ecclésiales que des humanités, Ἀλεξούδης ne cessera de publier jusqu’à sa mort, à Constantinople, en 1909[1], dans le monastère adjacent à l’église Sainte Marie des Mongols (Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης / Παναγία Μουχλιώτισσα)[2], à quelques mètres à peine de l’actuelle Grande École de la Nation.

Sainte Marie des Mongols, 1877
Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης / Παναγία Μουχλιώτισσα, Fatih, Istanbul, en 1877

Érudition et manuscrits grecs

Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης-Παναγία Μουχλιώτισσα, extérieur LB (octobre 2015) (10)
Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης / Παναγία Μουχλιώτισσα
© Luc Brogly

Le nom d’ Ἄνθιμος Ἀλεξούδης a peu circulé en Europe occidentale et la préparation de notre étude sur les manuscrits grecs du Nouveau Testament conservés à Tirana (Albanie) nous permet aujourd’hui d’éclairer un peu mieux cette figure méconnue de la catalographie. Outre ses compositions liturgiques – les Archives nationales d’Albanie conservent de lui une courte prière qu’il composa pour l’érection d’un nouveau clocher à Berat en 1884[3], ses recherches sur l’épigraphie grecque et sur l’histoire de l’Église Orthodoxe[4], Ἀλεξούδης a consacré une grande part de ses travaux à la description des manuscrits.

Dans l’une de ses premières études, publiée en 1868 et intitulée Σύντομος Ιστορική Περιγραφή τῆς Ἱερᾶς Μητροπόλεως Βελεγράδων[5], Ἄνθιμος Ἀλεξούδης édite l’acte de son élection ainsi que le berât de l’autorité civile, mais il évoque aussi plusieurs manuscrits grecs, dont certains de grand luxe, écrits en lettres d’or et d’argent sur parchemin pourpre. C’est cette publication qui permettra au prêtre français Pierre Batiffol d’étudier sur place, en 1885, les précieux manuscrits grecs décrits par le Métropolite.

Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης-Παναγία Μουχλιώτισσα, extérieur LB (octobre 2015) (12)
Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης-Παναγία Μουχλιώτισσα (intérieur)
© Luc Brogly

Publications

Curieusement, c’est à partir de 1890, alors qu’il est déjà installé à Amasya, à deux mille kilomètres de son ancien évêché, qu’il commencera à publier ses descriptions codicologiques. Il dressera l’inventaire, notamment de 1892 à 1901, des manuscrits scripturaires et liturgiques possédés par certaines églises des villes albanaises de Berat et de Vlora, mais aussi de manuscrits qui sont sa propriété et dont nous pouvons affirmer aujourd’hui qu’ils firent le voyage jusqu’à Amasya. Hormis le récit de Pierre Batiffol en 1885, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης est le seul et unique témoin de la circulation de ces manuscrits grecs.

De nombreux érudits ont loué avec raison « l’admirable soin » avec lequel le Métropolite avait consigné les actes ecclésiaux. Ainsi en 1903, Heinrich Gelzer, contemporain d’ Ἀλεξούδης :

Anthimos muß während seiner Verwaltung der Belgrader Eparchie einen staunenswerten Fleiß entwickelt haben, um dieses massenhafte Material im ganzen so wohlgeordnet zusammenzubringen [6].

Durant son administration de l’Éparchie de Berat, Anthimos doit avoir développé un zèle étonnant pour rassembler d’une manière aussi ordonnée tant de documents.

KOD. BR. 66 contreplat supérieur (2)
© Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes 66

On doit ajouter à ces relevés scrupuleux et à son érudition, une activité pastorale intense (monastère d’Ardenoussa) ainsi que sa vocation à former les générations futures (École théologique de Berat), malgré des relations parfois tendues avec l’autorité civile, l’Empire ottoman. Ainsi que le rapportait Pierre Batiffol en 1887, « on ne le cite jamais sans lui donner l’épithète de Φιλόμουσος, et M. Anthime Alexoudis l’a bien méritée ».

Didier Lafleur, IRHT, CNRS – Luc Brogly

Le Grand Archimandrite Βησσαρίων Κομζιάς (Paroisse de Sainte Marie des Mongols, Οἰκουμενικὸς Πατριάρχης), Luc Brogly, Didier Lafleur
© Luc Brogly

[1] La tradition rapporte que la tombe du Métropolite se trouve au monastère τῆς Θεοτòκου τῆς Πηγῆς (Balıklı Meryem Ana Rum Manastiri), situé non loin des remparts terrestres de Constantinople. Malgré nos recherches à l’intérieur même du monastère, mais aussi dans le carré des métropolites situé à l’extérieur de ce périmètre, nous n’avons pu localiser la tombe d’Anthime Alexoudis.

[2] Voir R. Janin, La géographie ecclésiastique de l’empire byzantin, 1ère partie. Le siège de Constantinople et le Patriarcat Œcuménique, t. III. Les églises et les monastères, Paris, 19692, p. 213-214.

[3] Voir K. Giakoumis, « The Orthodox Church in Albania under Ottoman Rule 15th-19th Century », dans O. J. Schmitt (éd.), Religion und Kultur im albanischsprachigen Südosteuropa, Pro Oriente 4, Schriftenreihe der Kommission für südosteuropäische Geschichte, Frankfurt am Main: Peter Lang, 2010, p. 76-77.

[4] À titre d’exemple: « Περὶ τινων νομισμάτων καὶ ἐπιγραφὴ Μακεδονίας καὶ Θρᾳκῆς », Ὁ ἐν Κωνσταντινουπόλει Ἑλληνικὸς Φιλολογικὸς Σύλλογος, 4 (1871): 124-125; « Συμβολαὶ εἰς τὴν ἱστορίαν τῶν μεταξὺ τῶν Ἐκκλησιῶν σχέσεων », ΕΑ 9/15 (1889): 117-118; « Χρονολογικὸς κατάλογος τῶν πάλαι ποτὲ ἀρχιεπισκόπων τῆς Α´ Ἰουστινιανῆς Ἀχριδῶν », ΕΑ 9/20 (1889): 158; « Τὰ ληξιαρχικὰ βιβλία παρ’ ἡμῖν », ΕΑ 9/30 (1889): 235; « Συνοδικαὶ πράξεις τῆς Ἀρχιεπισκοπῆς Ἀχριδῶν καὶ πάσης Βουλγαρίας », ΔΙΕΕ 4 (1892 [1893]): 547-573.

[5] … καὶ τῆς ὑπὸ τὴν πνευματικὴν αὐτῆς δικαιοδοσίαν ὑπαγομένης χώρας, νῦν πρῶτον συνταχθεῖσα καὶ ἰδίοις ἀναλώμασι τύποις ἐκδοθεῖσα ὑπὸ τοῦ Μητροπολίτου Βελεγράδων Ἀνθίμου Δ. Ἀλεξουδη τοῦ ἐκ Μαδύτων τῆς Θρᾳκικής Χερσονήσου, Ἐν Κέρκυρᾳ: Τυπογραφεῖον « Η ΙΟΝΙΑ » Ἀδελφῶν Κάων, p. 113-115.

[6] « Der wiederaufgefunden Kodex des hl. Klemens und andere auf den Patriarchat Achrida bezügliche Urkundensammlungen », in Berichte über die Verhandlungen der königlichen Sächsischen Gesellschaft der Wissenschaften zu Leipzig, Philol. hist. Klasse, LV-2, Leipzig, 1903, p. 49.

Manuscrits grecs méconnus des Balkans, églises et monastères byzantins oubliés

La vaste région comprise entre le sud de l’actuelle République de Macédoine, le nord de la Grèce et la frontière orientale de l’Albanie, forme un triangle qui fut, pendant de nombreux siècles, l’un des grands carrefours intellectuels et marchands de l’Europe et, plus particulièrement, des Balkans. La Via Egnatia, aujourd’hui encore visible dans le vieux quartier de la ville d’Elbasan, en est la preuve.

L’Albanie aujourd’hui
L’Albanie aujourd’hui

L’histoire mouvementée des Balkans et, pour l’Albanie, un isolement de plusieurs décennies, ont fermé la porte à la recherche historique et textuelle dans une région pourtant fortement imprégnée de culture byzantine. Une récente mission près de la ville albanaise de Korça nous a permis de redécouvrir certaines églises et monastères byzantins méconnus mais aussi les manuscrits grecs qui leur sont attachés1.

Voskopojë

À 18km à l’ouest de Korça se trouve Voskopojë, l’ancienne Moschopolis, aujourd’hui paisible village perdu dans la montagne mais qui fut, pendant plusieurs siècles, un carrefour commercial et culturel important entre Constantinople et Venise. La ville, qui comptait à son apogée, au 18ème siècle, entre 20 000 et 40 000 habitants, conserve aujourd’hui encore six splendides édifices construits à partir du 15ème siècle et qui ont partiellement échappé, loin du pouvoir central de la capitale, Tirana, à la récente volonté politique d’éradiquer toute forme de culte. Au nombre des plus beaux bâtiments sauvegardés, mentionnons les basiliques de la Dormition de la Vierge (Fjetja e Shën Mërisë), de Saint-Athanase (Shën Thanas), de Saint-Élie (Shën Illias), et de Saint-Nicolas (Shën Kolli), aujourd’hui église paroissiale au centre du village. D’apparence extérieure fort modeste, tous ces édifices impressionnent par leur vaste volume intérieur et la magnificence de leurs fresques2.

Voskopojë, basilique de la Dormition de la Vierge © Didier Lafleur
Voskopojë, Basilique de la Dormition de la Vierge © Didier Lafleur
Fresques extérieures de la basilique Saint-Nicolas. © Didier Lafleur
Voskopojë, Fresques extérieures de la basilique Saint-Nicolas. © Didier Lafleur

Les édifices à ce jour préservés témoignent de la prospérité de cette ancienne métropole, largement ouverte sur l’Europe et sur les Balkans, et qui possédait, outre un hôpital, une académie, une imprimerie – la première de l’Empire ottoman – et une bibliothèque. Les archives nationales d’Albanie, à Tirana, conservent aujourd’hui deux manuscrits grecs – ainsi que trois fragments – qui proviennent de Voskopojë3 :

AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes Fragment 7 (Gregory-Aland 2908, Matthieu 7,22-26) © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë
AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes Fragment 7 (Gregory-Aland 2908, Matthieu 7,22-26) © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë
AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes Fragment 16 (Gregory-Aland lectionnaire l 2454, détail) © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë
AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes Fragment 16 (Gregory-Aland lectionnaire 2454, détail) © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë

Vithkuq

Plus au sud et plus isolé encore que Voskopojë, se trouve le petit village de Vithkuq, au cœur des montagnes. Ce lieu très reculé et d’accès difficile possède encore sept églises et monastères dont les basiliques Saint-Georges (Shën Gjergji), Saint-Michel (Shën Mehilli), le monastère des Saints Pierre-et-Paul et, à quelques pas, la petite église des Saints Côme-et-Damien (Shën Kozmai e Damianoi). La crypte de cette église abrite un ossuaire où nous avons pu pénétrer : elle recueillait jadis les ossements du cimetière tout proche, désormais abandonné.

Vithkuq, Monastère des Saints-Pierre-et-Paul © Didier Lafleur
Vithkuq, Monastère des Saints Pierre-et-Paul © Didier Lafleur
Vithkuq, Église des Saints Cosmas et Damien (inscription dédicatoire) © Didier Lafleur
Vithkuq, Église des Saints Côme-et-Damien (inscription dédicatoire) © Didier Lafleur
Vithkuq, Ossuaire de l’église des Saints Cosmas et Damien © Luc Brogly
Vithkuq, Ossuaire de l’église des Saints Côme-et-Damien © Luc Brogly

 

Les archives nationales de Tirana conservent un unique fragment attribué au village de Vithkuq :

AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes Fragment 13 © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë
AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes Fragment 13 © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë

Monastère de Saint-Naum

Beaucoup plus au nord de Voskopojë et de Vithkuq, sur le territoire de l’actuelle République de Macédoine, se trouve le monastère de Saint-Naum au bord du lac d’Ohrid. Actuellement en activité, ce lieu d’excursion et de pèlerinage, restauré à grands frais, offre un contraste saisissant avec la désuétude des dizaines d’églises et de monastères situés en territoire albanais. Même si quelques rares édifices ont été partiellement et récemment restaurés au fil d’un long combat avec les administrations albanaises locales, tant politiques que religieuses, tous ont subi – et continuent de subir – outre les dommages du temps, les dégradations et les pillages.

Voskopojë, fresques extérieures de la basilique Saint-Athanase à Voskopojë © Didier Lafleur
Voskopojë, Fresques extérieures de la basilique Saint-Athanase © Didier Lafleur

Avec les manuscrits aujourd’hui dispersés dans de nombreuses bibliothèques, ce riche héritage byzantin mérite d’être mieux connu. Il constitue un patrimoine européen à préserver de toute urgence.

Didier Lafleur (avec la collaboration de Luc Brogly)

  1. Deux chercheurs albanais se sont particulièrement investis dans la sauvegarde de leur patrimoine: P. Thomo, Kishat Pasbizantine në Shqipërinë e Jugut, Botim i Kishës Orthodhokse Autoqefale të Shqipërisë, Tiranë, 1998, et T. Popa, Mbishkrime të kishave të Shqipërisë, Tiranë: Akademia e Shkencave e Republikës së Shqipërisë, 1998. []
  2. Sur Voskopojë, on consultera: M. Durand (dir.), Patrimoine des Balkans. Voskopojë sans frontières 2004, Paris: Somogy Éditions d’art-Patrimoine sans frontières, 2005. []
  3. Sur Voskopojë et ses manuscrits, voir: Εὐλόγιος Κουρίλας, « Ἡ Μοσχόπολις καὶ ἡ Νέα Ἀκαδημεία αὐτῆς. Ἡ καταγωγὴ τῶν Κουτσοβλάχων καὶ ἡ ἐγγραμμάτισις τῆς γλώσσης αὐτῶν » in Θεολογία 12(1934): 69-84, 149-161, 314-335. []

Un homme d’Église au service des manuscrits : Monseigneur Pierre Batiffol

La fin du XIXe siècle et les premières décennies du siècle dernier ont été propices à la recherche de nouveaux manuscrits, à leur indexation dans de nombreux répertoires, à l’élargissement de la connaissance des textes de la littérature classique et biblique. Pierre Batiffol (1861-1929), entré à dix-sept ans au Séminaire des Sulpiciens d’Issy-les-Moulineaux, au sud de Paris, trouva rapidement une place d’élection auprès de son maître, l’abbé Louis Duchesne, historien de l’Église, directeur de l’École française de Rome et membre de l’Académie française[1]. Cet éminent philologue et historien transmettra à son élève la fièvre des manuscrits.

Pierre Batiffol, Issy les Moulineaux, été 1882 © Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice
Pierre Batiffol, Issy les Moulineaux, été 1882
© Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice

Ordonné en juin 1884, l’abbé Batiffol poursuit ses études à Paris, d’abord à l’Institut Catholique, puis à l’École pratique des Hautes Études, et enfin à Rome, sous la direction de Giovanni Battista De Rossi.

Un mot de Duchesne à De Rossi suffit à croquer la fougue du jeune abbé :

Batiffol part aujourd’hui pour Rome, écrit Duchesne le 11 janvier 1887,  sans trop savoir ce qu’il va faire, mais avec la disposition certaine d’avoir envie de tout faire. Il vous ira voir. Ne lui faites pas de compliments, il vous croirait, et cela lui rendrait un bien mauvais service. Ne lui faites pas non plus de sermons; il ne vous croirait pas et vous auriez perdu votre temps[2].

Pierre Batiffol, Rome, printemps 1887 © Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice
Pierre Batiffol, Rome, printemps 1887
© Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice

Les nombreux écrits historiques et théologiques de Monseigneur Batiffol ont relégué aujourd’hui à l’arrière-plan le travail de découvreur de manuscrits et d’explorateur qu’il a accompli à la fin du XIXe siècle et la préparation de notre « Catalogue des manuscrits grecs du Nouveau Testament conservés aux Archives nationales d’Albanie », nous a permis de remettre en lumière ce profil un peu estompé.

En 1885, âgé de vingt-quatre ans, à l’initiative de l’abbé Duchesne, il obtient une bourse du Ministère de l’Instruction Publique et se rend en Albanie pour collationner un manuscrit grec du VIe siècle, écrit en lettres d’argent sur parchemin pourpre, le Beratinus 1 (aujourd’hui Tirana, AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes 1). Il profite de ce périple, entre navigation hasardeuse sur l’Adriatique et brigands des montagnes de l’Épire, pour contribuer à la refonte du Guide de la Grèce qui sera publié par Émile Isambert en 1891: sa correspondance avec Bernard Haussoullier témoigne du contrat signé entre les deux parties.

Pierre Batiffol édite le texte du Beratinus à son retour à Paris[3] puis repart en Italie méridionale pour étudier le monde basilien et plus particulièrement l’Abbaye de Rossano à laquelle il consacre sa thèse[4]. Son étude synthétique sur « La Vaticane de Paul III à Paul V, d’après des documents nouveaux », publiée en 1890, conforte l’héritage de ses deux maîtres : Louis Duchesne et Giovanni Battista De Rossi. D’autres travaux à la Bibliothèque Vaticane viendront enrichir ses publications, notamment la redécouverte d’un manuscrit palimpseste du Ve siècle contenant le Nouveau Testament ainsi que d’autres études sur les manuscrits latins[5].

Autographe de Pierre Batiffol, étude sur le Vat. gr. 1912 © Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice
Autographe de Pierre Batiffol, étude sur le Vat. gr. 1912
© Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice

Humaniste et théologien, cet homme d’Église témoigne d’une Europe avide de savoir, à la recherche des sources et soucieuse de la transmission des textes. Sa correspondance avec les biblistes de son époque – Caspar René Gregory, Albert Ehrhard, Marie-Joseph Lagrange, Hippolyte Delehaye, pour n’en citer que quelques uns – montre à quel point, tout au long de sa vie, Batiffol est resté en contact avec le problème des sources. Son approche méthodologique très controversée lors de la crise moderniste, le contraindra à abandonner son poste de recteur de l’Institut catholique de Toulouse à la veille de Noël 1907.

Monseigneur Batiffol, Toulouse, 1898 © Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice
Monseigneur Batiffol, Toulouse, 1898
© Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice

Aumônier du Collège Sainte-Barbe à Paris, à deux pas du Panthéon, avant et après sa révocation de Toulouse par le Vatican, l’homme a toujours conservé au sein de cette période difficile pour l’Église catholique, une sérénité peu commune et le soutien de sa famille, tout particulièrement celui de son frère Louis, conservateur de la Bibliothèque de l’Arsenal, lui a été d’un précieux secours. Décédé brutalement le 13 janvier 1929, le prélat, revenu officiellement dans le giron du Saint-Office, laisse derrière lui une œuvre empreinte d’humanisme et d’érudition.

Les archives de Monseigneur Batiffol sont désormais conservées au Séminaire Saint-Sulpice, rue du Regard, à Paris. Longtemps remises en forme et classées avec soin par le Père Trinquet, elles sont aujourd’hui une source d’érudition de grande valeur, non seulement pour les chercheurs qui travaillent sur la crise morale qui a secoué l’Église de France dans les premières décennies du siècle dernier, mais aussi pour tous ceux qui s’intéressent aux manuscrits grecs et latins.

Didier Lafleur (avec la collaboration de Luc Brogly)

Séminaire Saint-Sulpice, Paris
Séminaire Saint-Sulpice, Paris

[1] Voir Brigitte Waché, Monseigneur Louis Duchesne (1843-1922). Historien de l’Église, directeur de l’École française de Rome, Collection de l’École française de Rome 167, Rome, 1992.

[2] Carteggio De Rossi, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 14277, f. 23 (voir B. Waché, p. 146).

[3] « Evangeliorum codex graecus purpureus Beratinus Φ », Mélanges d’archéologie et d’histoire 5 (1885): 358-76; « Les manuscrits grecs de Bérat d’Albanie et le codex Purpureus Φ », Archives des missions scientifiques et littéraires: Choix de rapports et instructions publié sous les auspices de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts, Troisième série, Tome XIII, Paris: Imprimerie nationale, 1887, p. 437-556.

[5] L’Abbaye de Rossano: Contribution à l’histoire de la Vaticane, Paris: Alphonse Picard éditeur, 1891.

[6] « Fragmenta Sangallensia. Contribution à l’histoire de la Vetus Itala« , Revue archéologique 188, p. 305-321.

Manuscrits grecs et Nouveau Testament : Le Congrès de la Society of Biblical Literature (21-25 novembre 2014), San Diego, Californie

Le Congrès annuel de la Society of Biblical Literature (SBL) – en association avec l’American Academy of Religion (AAR) – réunit chaque année en novembre, sur le sol américain, peu avant la fête de Thanksgiving, plusieurs milliers de participants autour de la littérature biblique et, plus généralement, de tous les domaines afférents aux religions. C’est le rassemblement le plus important dans ce domaine de spécialité, non seulement en nombre de congressistes, mais aussi en regard des thèmes abordés : philologie, philosophie, éthique, sociologie, etc. En parallèle aux centaines de sessions proposées, de très nombreux éditeurs américains et européens exposent au public, dans un espace commun, une palette extrêmement exhaustive de toutes les publications scientifiques en cours ainsi que les dernières innovations dans le domaine des humanités digitales. Le Congrès de la SBL se tenait cette année à San Diego, au sud de la Californie.

San Diego Convention Center
San Diego Convention Center & Coronado Bay
Manuscrits grecs et Nouveau Testament

Dans le domaine des sources, les manuscrits grecs trouvent naturellement leur place dans ce vaste espace de communication, d’échange et de rencontre. Près de deux cents unités de recherche (Program Units) offrent un grand nombre de sessions où les communications les plus diverses abordent l’histoire de la transmission des textes, quelle que soit leur langue de rédaction. Créé en 1946, le programme dédié à la critique textuelle du Nouveau Testament propose chaque année trois à quatre sessions où sont présentées les dernières recherches propres à ce domaine, incluant l’examen des manuscrits, des papyrus, et de toutes les sources ayant trait au domaine biblique. D’autres unités de recherche permettent de suivre la progression de certaines grandes entreprises éditoriales, telle l’Editio Critica Maior du Nouveau Testament, de faire le point sur les dernières éditions critiques comme la 28ème édition du Nouum Testamentum Graece, communément appelée « Nestle-Aland », l’un des outils de référence de la philologie néotestamentaire.

SBL Worldwide Poster
SBL Worldwide Poster

Au sein de l’unité de critique textuelle du Nouveau Testament, cette année a été l’occasion de revenir sur une approche méthodologique propre à certains textualistes de ce corpus, la Coherence Based Genealogical Method (CBGM).

Critique textuelle et transmission

Concernant le programme de l’Editio Critica Maior, deux communications sur les traditions manuscrites grecque et syriaque ont éclairé certains aspects souvent méconnus de cette transmission : Theodora Panella, de l’Université de Birmingham, a souligné avec clarté la spécificité d’un manuscrit à chaînes unique en son genre (Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, Plut. 04.29), numéroté 457 dans la classification Gregory-Aland ; Martin Heide (Philipps-Universität, Marburg), a mis en valeur l’apport de la version syriaque au texte critique de l’Apocalypse. Dans l’unité dédiée à l’évangile de Luc – en association avec la Section des Apocryphes Chrétiens – et consacrée cette année à la mémoire de François Bovon, Claire Clivaz, de l’Université de Lausanne, a montré comment les manuscrits du Nouveau Testament devaient être considérés comme des objets « beyond categories », rappelant à cette occasion l’utilité et la nécessité de bases de données comme Pinakes.

Beratinus 1 (Phi.043) Plexiglas n°108 © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë
Beratinus 1 (Phi.043) Plexiglas n°108 © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë

 

Beratinus 2 (min. 1143) Plexiglas n°415
Beratinus 2 (min. 1143) Plexiglas n°415 © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë

Une autre session de critique textuelle du Nouveau Testament a également souligné quelques unes des plus récentes recherches sur les manuscrits grecs. Amy Anderson (North Central University, Minnesota), est revenue sur l’un des témoins de premier ordre du Nouveau Testament grec, la « famille 1 », un groupe de manuscrits copiés en écriture minuscule et dont certaines variantes, comme celles d’une autre famille de manuscrits grecs, la « famille 13 », sont connues à date ancienne.

Communication sur deux manuscrits pourpres du Nouveau Testament conservés en Albanie (Tirana)

Dans le cadre du projet de recherche actuellement en cours sur le fonds des manuscrits grecs du Nouveau Testament conservés aux Archives nationales d’Albanie (Tirana), j’ai eu le plaisir de présenter la tradition textuelle de deux célèbres manuscrits pourpres, le Beratinus 1 (Tiranë, Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes 1), et le Beratinus 2, (idem, Dosjes 2), respectivement datés des 6ème et 9ème siècles et répertoriés dans la classification Gregory-Aland comme Φ.043 et 1143. Ces deux manuscrits de grande valeur, l’un écrit en lettres d’argent, l’autre en lettres d’or, sont enregistrés au patrimoine mondial de l’Unesco au titre de la « Mémoire du monde ».

Beratinus 1 (Phi.043) Plexiglas n°133
Beratinus 1 (Phi.043) Plexiglas n°133 © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë

Bien au-delà du strict cercle relatif au domaine biblique, le Congrès annuel de la Society of Biblical Literature offre une variété de thèmes de recherches innovants et féconds. Dépassant largement les limites du christianisme et de son développement culturel et cultuel, cette réunion ouverte à tous, fait de ce rendez-vous unique en son genre un lieu d’écoute et d’échange incomparable où manuscrits et critique des textes dialoguent et s’enrichissent mutuellement.

Beratinus 2 (min. 1143) Plexiglas n°453
Beratinus 2 (min. 1143) Plexiglas n°453 © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë

Les manuscrits grecs du Fonds 488 des Archives nationales d’Albanie (Arkivi Qëndror i Shtetit), à Tirana

Arkivi Qëndror i Shtetit, TiranëLe Fonds 488 des Archives nationales, à Tirana1, a été crée dans les années 1980 pour réunir et préserver en seul lieu les documents manuscrits latins, arabes et grecs identifiés sur le territoire national albanais. Pour beaucoup, l’histoire plus que deux fois millénaire de ce petit état méditerranéen ne survit en Europe occidentale que par son passé très proche : après une longue occupation ottomane et une courte période démocratique au tout début du 20ème siècle, l’Albanie conjugue sa destinée avec celle du roi Zog 1er. En 1939, le pays est envahi par l’Italie et de 1944 à 1985 sévit la dictature implacable d’Enver Hoxha. Nouant d’abord des liens étroits et exclusifs avec l’URSS jusqu’en 1960, Enver Hoxha se tourne ensuite vers la République populaire de Chine, puis tombe enfin dans un isolationnisme intransigeant, revendiqué comme identité nationale. Sa mort, en avril 1985, permet aux Albanais de se réapproprier une histoire qui puise aux sources mêmes d’une Europe qui se construit autour d’eux, mais sans eux. Connue dès l’Antiquité et célébrée par les auteurs latins et grecs, à la croisée des routes qui menaient de Venise à Constantinople, l’Albanie n’est, à la fin du 20e siècle, que l’ombre d’un pays sans passé.

C’est cependant cette tradition culturelle multiséculaire que quelques hommes courageux vont tenter de préserver à tout prix. L’un d’entre eux, Teofan Popa, archiviste et paléographe, sera l’un des premiers à recueillir les principales informations sur les documents alors épargnés. Ses descriptions dactylographiées de manuscrits grecs accompagnent encore aujourd’hui les manuscrits du Fonds 488 et ont été publiées en albanais, en 2003, dans le volume Kodikët e Shqipërisë (Drejtoria e Përgjithshme e Arkivave, Tiranë). Comme tant d’autres citoyens albanais ayant refusé de renier leur religion, Popa passera plusieurs années dans les camps de travaux forcés.

L’histoire des manuscrits grecs en Albanie avait pourtant bien commencé. Dès 1885, Pierre Batiffol, élève de Louis Duchesne, publie un brillant article sur un manuscrit grec écrit en lettres d’argent sur parchemin pourpre2. Louis Duchesne, qui avait été averti par son ami Sakkelion d’une publication confidentielle d’Anthimos Alexoudis, alors évêque de la ville de Berat, en Albanie, presse son élève Pierre Batiffol de se rendre sur place afin de décrire les manuscrits anciens mentionnés dans l’ouvrage du métropolite3. De retour en France, Pierre Batiffol publiera le récit de son périple, la description sommaire de certains manuscrits qu’il a pu consulter à Berat, mais surtout l’intégralité du texte du manuscrit pourpre, connu désormais comme le codex Beratinus 14. Le manuscrit entre dans la nomenclature de Caspar René Gregory en 1908 sous le sigle Φ.043, et demeure à ce jour un témoin de premier ordre pour la critique textuelle néotestamentaire. Mais après Batiffol plus personne ne verra le manuscrit.

Arkivi Qëndror i Shtetit, Tiranë, Salle de lectureDans les années qui suivent, l’histoire des manuscrits grecs en Albanie se concentre presque exclusivement sur les manuscrits conservés à Berat par le métropolite Alexoudis. À l’exception de sa description de trois tetraévangiles conservés à Vlora5, Alexoudis publie en 1898 un « Κατάλογος τῶν ἐν ταῖς ἱεραῖς ἐκκλησίαις τῆς συνοικίας Κάστρου, πόλεως Βερατίου τῆς Μητροπόλεως Βελεγράδων »6, puis en en 1900-1901 un autre descriptif de ces mêmes manuscrits, quelquefois plus détaillé, quelquefois plus sommaire7. Mais après ces dernières publications, plus personne n’aura accès à ces manuscrits : une longue et lente période de ténèbres qui durera près de soixante-dix ans.

L’ouverture de l’Albanie au monde occidental, à la fin des années 1980, permet à la communauté scientifique de redécouvrir un patrimoine longtemps oublié. Le Fonds 488, d’une valeur inestimable, abrite aujourd’hui une centaine de manuscrits grecs dont deux manuscrits pourpres, retenus par l’UNESCO comme « Mémoire du monde » : l’un écrit en lettres d’argent, le Beratinus 1, daté du 6e siècle, l’autre en lettres d’or, le Beratinus 2, daté du 10e siècle. Le projet de recherche qui s’ouvre aujourd’hui conjugue à la fois le catalogage des manuscrits grecs du Nouveau Testament et la critique textuelle néotestamentaire.

Didier Lafleur (IRHT, section grecque et de l’Orient chrétien, CNRS)

Arkivi Qëndror i Shtetit, Tiranë, Chambre forte

  1. http://www.albarchive.gov.al/cms/front_content.php?idcat=192 []
  2. « Evangeliorum codex graecus purpureus Beratinus Φ », Mélanges d’archéologie et d’histoire 5, p. 358-376. []
  3. Σύντομος Ἱστορικὴ Περιγραφὴ τῆς Ἱερᾶς Μητροπόλεως Βελεγράδων, Corfou, 1868. []
  4. « Les manuscrits grecs de Bérat d’Albanie et le codex Purpureus Φ », Archives des missions scientifiques et littéraires, 3e série, t. XIII, Paris, Imprimerie nationale, 1887, p. 437-556. []
  5. « Περιγραφὴ τριών εὐαγγελίων », Ὁ ἐν Κωνσταντινουπόλει Ἑλληνικὸς Φιλολογικὸς Σύλλογος. Ἀρχαιολογικὸν Δελτίον, 1896, p. 114-117. []
  6. Δελτίον τῆς Ἱστορικῆς καὶ Ἐθνολογικῆς Ἑταιρείας τῆς Ἑλλάδος 5, 1898, p. 352-369. []
  7. « Κώδικες ἐπαρχίας Βελεγράδων », Ἐκκλησιαστικὴ ᾿Αλήθεια 20-21, 1900-1901. []