Archives par mot-clé : Patriarcat

Catalogage et photographie de manuscrits grecs au Patriarcat œcuménique

Du 24 octobre au 4 novembre dernier, trois chercheurs de la Section grecque de l’IRHT (André Binggeli, Matthieu Cassin et Marie Cronier) ont effectué une dernière mission au Patriarcat œcuménique de Constantinople  (Istanbul).

Un nouveau pont sur le Bosphore
Un nouveau pont sur le Bosphore

Il s’agissait d’achever le travail de préparation du catalogue de l’un des trois fonds principaux de la Bibliothèque patriarcale, celui des manuscrits provenant du monastère de la Sainte-Trinité, sur l’île de Chalki. Cela s’effectue dans le cadre du projet ANR i-Stamboul (2013-2016).tranche

Faisant suite au catalogue des manuscrits du monastère de la Panaghia de Chalki (publié en 2008 par Matoula Kouroupou et Paul Géhin), le catalogue de la Sainte-Trinité traitera des manuscrits de ce monastère aujourd’hui conservés au patriarcat œcuménique (147 cotes, 141 manuscrits présents). Il comprendra deux tomes, le premier avec la description matérielle et la présentation du contenu, le second avec des reproductions photographiques.

copie-des-filigranes
Prise des filigranes à l’aide du planche électroluminescente à lumière froide

Pendant cette mission, les chercheurs ont achevé le travail habituel d’analyse matérielle des manuscrits (l’analyse textuelle étant menée sur microfilms à Paris), en particulier pour ce qui demande un examen direct du volume: description du support d’écriture (parchemin ou papier), des réglures, de la couleur des encres, des reliures, etc.

photographie
Le manuscrit est posé sur un statif, auquel est fixé l’appareil. La lumière est produite par deux flash situés de part et d’autre

En outre, afin de préparer le volume contenant les planches, les chercheurs étaient accompagnés d’Alexane Trubert, photographe du pôle numérique de l’IRHT et spécialisée dans la prise de vue de manuscrits. Elle avait apporté de France le matériel nécessaire à la réalisation de photos de haute qualité.

vitre-et-reglet
On place sur la page à reproduire un réglet permettant de restituer ses dimensions et, si elle doit être aplatie, une vitre
photographie-dune-tranche
Photographie d’une tranche

Certains clichés ont demandé une méthodologie particulière, notamment la photographie des tranches (où sont souvent inscrits les titres sur les manuscrits byzantins),

photographie-des-reliures
Un drap noir est tendu autour du manuscrit et de l’appareil pour éviter les reflets sur le cuir de la reliure

celle des reliures (dont la couvrure en cuir produit souvent des reflets difficile à faire disparaître), ou celle de palimpsestes (dont il faut essayer de faire apparaître l’écriture inférieure).preparation-du-manuscrit

Une attention particulière a été portée aux reliures, aux feuillets de garde, aux foliotations anciennes, aux pinax (tables des matières) et aux restauration, qui fournissent des éléments de premier ordre sur le fonctionnement de la bibliothèque.

Une foliotation de la fin du 16e s. en lettres grecques: ρνβ (=152)
Une foliotation de la fin du 16e s. en lettres grecques: ρνβ (=152)
Une reliure de technique byzantine (16e s.)
Une reliure de technique byzantine (16e s.)

En effet, le catalogue à proprement parler sera accompagné d’un autre volume, consacré à l’histoire de la bibliothèque du monastère de la Sainte-Trinité de Chalki, depuis sa fondation vers 1540 jusqu’à son transfert au Patriarcat œcuménique dans les années 1930.

Renforcement du bord interne des feuillets, à date ancienne (16e s.) avec des languettes provenant d'autres manuscrits
Renforcement du bord interne des feuillets, à date ancienne (16e s.) avec des languettes provenant d’autres manuscrits

Le catalogue est désormais dans sa phase finale de réalisation. Sa parution est espérée d’ici la fin de l’année 2017. Le volume consacré à l’histoire de la bibliothèque devrait le suivre rapidement.

Compte-rendu du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (III)

La dernière journée du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (vendredi 16 octobre 2015) s’est déroulée dans le bâtiment de l’IFEA abrité au consulat de France (voir le compte rendu de la première journée et de la seconde journée).

L'IFEA au Palais de France
L’IFEA au Palais de France

Après quelques mots d’accueil présentés par Jean-François Pérouse, directeur de l’IFEA,

Jean-François Pérouse
Jean-François Pérouse  © D. Reinsch

la première partie de la matinée a été consacrée à la fabrication et à l’entretien des livres. Elle s’est ouverte avec la communication de Paul Géhin, « Scribes du milieu patriarcal au début du 17e siècle« . Marie Cronier a ensuite présenté un exposé sur « La copie et la restauration de manuscrits dans la bibliothèque de la Sainte-Trinité (16e-19e s.)« .

Marie Cronier & Paul Géhin
Marie Cronier & Paul Géhin © A. Lampadaridi

Dans la seconde partie de la matinée ce sont les voyageurs occidentaux à la recherche de manuscrits grecs qui ont été l’objet de deux communication. En premier lieu, Christian Gastgeber a présenté la figure d' »Ogier Ghislain de Busbecq et ses manuscrits grecs« .

Christian Gastgeber
Christian Gastgeber

Enfin, pour clore le colloque, André Binggeli et Pierre Augustin ont évoqué plus précisément « les usages et la dispersion de la bibliothèque de la Sainte-Trinité par des Occidentaux », notamment Samuel Slade, John Covel, Antoine Galland et François Sevin.

André Binggeli & Pierre Augustin
André Binggeli & Pierre Augustin

Après un déjeuner au dernier étage du bâtiment, avec une magnifique vue sur l’embouchure de la Corne d’Or,

Vue sur la Corne d'or depuis le consulat de France
Vue sur la Corne d’or depuis le consulat de France  © D. Reinsch

les participants se sont rendus au Patriarcat Œcuménique, où ils ont été reçus par Sa Sainteté Bartholomée Ier.

Sa Sainteté Bartholomée Ier avec les participants du colloque
Sa Sainteté Bartholomée Ier avec les participants du colloque  © A. Chryssostalis

Le Père Agathangelos, bibliothécaire, leur a fait visiter le patriarcat, en particulier l’église Saint-Georges.

Visite du Patriarcat
Visite du Patriarcat

La visite s’est achevée dans la bibliothèque où, de manière exceptionnelle, quelques manuscrits de la Sainte-Trinité, en cours de catalogage, ont été présentés.

Présentation de manuscrits à la bibliothèque
Présentation de manuscrits à la bibliothèque

La publication des actes de ce colloque est prévue dans la collection Bibliologia de Brepols.

Compte-rendu du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (II)

La seconde journée du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (voir le compte rendu de la première journée) s’est déroulée le jeudi 15 octobre 2015 dans le Merkez Han, bâtiment de l’Université Koç situé au cœur d’Istanbul, sur Istiklal Cd. Nous y étions reçus par le Research Center for Anatolian Civilization (RCAC).

La journée a été ouverte par une allocution du professeur Engin Akyürek, directeur du Center for Late Antique and Byzantine Studies (Université Koç- Fondation Niarchos). Les interventions ont  été présentées en anglais, avec une traduction simultanée en turc.

La matinée était consacrée au patriarcat de Constantinople et à ses monastères au 16e siècle.

C’est à Dean Sakel qu’on a dû la première communication: « The Greek Chronicles of the 16th century and the Patriarchate of Constantinople« .

Dean Sakel
Dean Sakel

Ce fut ensuite au tour de Vera Tchensova, sur le thème « Les monastères des Îles des Princes et le monde slave (16e-17e s.)« .

Vera Tchensova
Vera Tchensova © D. Reinsch

Après une pause, la séance a repris avec la communication de Youli Evangelou: « Foundations and reconstructions of monasteries in the Ottoman empire in the 16th century« .

Conférence de Youli Evangelou
Conférence de Youli Evangelou
Pause café
Pause café

Ensuite, Diether R. Reinsch nous a présenté une communication intitulée: « The Greek manuscripts collected in the Library of the Sultan« .

Diether R. Reinsch
Diether R. Reinsch

La première partie de l’après-midi était consacrée à la bibliothèque du patriarcat et aux bibliothèques des patriarches. Elle s’est ouverte avec l’exposé de Marie-Hélène Blanchet: « Books and their use in the Patriarcate of Constantinople (1453-ca. 1550)« .

Marie-Hélène Blanchet
Marie-Hélène Blanchet

Cet exposé a été suivi par l’intervention de Matthieu Cassin intitulée: « History of the monastery of the Holy Trinity and its Library« .

Exposé de Matthieu Cassin
Exposé de Matthieu Cassin

La seconde partie de l’après-midi proposait, pour comparaison, des exemples de bibliothèques grecques situées en-dehors de Constantinople, en particulier à Jérusalem et au Mont-Athos. C’est ainsi que Vassa Kontouma a évoqué « Les livres de Dosithée II de Jérusalem et la Bibliothèque du Métochion du Saint-Sépulcre au 17e siècle« .

Vassa Kontouma
Vassa Kontouma

La dernière communication fut celle de Kriton Chryssokoïdis, intitulée: « Changes in the formation of the Athonite libraries: Donations and reproductions (15th – 17th c.)« .

Kriton Chryssokoïdis
Kriton Chryssokoïdis

Ces différentes interventions ont suscité des discussions animées, qui ne furent pas le moindre intérêt de ce colloque.

Le soir, tous les participants ont pris part à un cocktail dans le restaurant situé au dernier étage du bâtiment de l’Université Koç.

Cocktail à l'Université Koç
Cocktail à l’Université Koç
  • Pour aller plus loin:

Les deux organisateurs du colloque, André Binggeli et Matthieu Cassin, accompagnés de Vera Tchensova, ont également rendu compte de cet événement au cours de deux émissions de radio de la série Orthodoxie sur France Culture, à l’invitation d’Alexis Chryssostalis:

Écouter la première émission (1er novembre 2015)

Écouter la deuxième émission (15 novembre 2015)

Compte-rendu du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (I)

Du 14 au 16 octobre 2015 s’est tenu à Istanbul le colloque international organisé par André Binggeli et Matthieu Cassin (Section grecque de l’IRHT) et intitulé: « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki. Les bibliothèques grecques à Constantinople au temps du patriarche Métrophane III (16e s.) – Around the Holy Trinity of Halki. Greek Libraries in Constantinople at the time of Patriarch Metrophanes III (16th c.) » (voir le programme).

Cet événement est l’aboutissement des trois premières années du projet ANR i-Stamboul (2013-1016), porté par la Section grecque de l’IRHT en collaboration avec l’Université de Crète (Réthymno). Il faisait suite au colloque de Réthymno (26-27 mai 2015), qui était plus particulièrement consacré aux bibliothèques grecques dans l’Empire ottoman (voir le compte rendu).

Le colloque d’Istanbul était co-organisé sur place par trois institutions, l’École théologique de Chalki (Patriarcat Œcuménique), le Research Center for Anatolian Civilization (Université Koç) et l’Institut français d’études anatoliennes (CNRS), qui ont chacune accueilli les participants pendant une journée.

Au sommet de la colline, le monastère de la Sainte-Trinité
Au sommet de la colline, le monastère de la Sainte-Trinité

Symboliquement, la première journée s’est déroulée dans le monastère de la Sainte-Trinité lui-même, où se trouve actuellement l’École théologique et où étaient conservés jusque dans les années 1930 les manuscrits qui font l’objet du programme ANR i-Stamboul.

Sur le bateau pour Chalki
Sur le bateau pour Chalki

Pour se rendre sur l’île de Chalki (aujourd’hui Heybeliada), les participants ont dû emprunter le bateau qui assure la liaison avec Istanbul.

À l’arrivée, les véhicules motorisés étant interdits dans l’île, c’est en calèches que nous nous sommes rendus au monastère, situé au sommet de l’une des deux collines de l’île.

En calèche à Chalki
En calèche à Chalki

Le colloque a été ouvert par une allocution de Sa Sainteté Bartholomée Ier, qui nous as honorés de sa présence (Compte rendu sur le blog du Patriarcat).

Discours de Sa Sainteté Bartholomée Ier
Discours de Sa Sainteté Bartholomée Ier

André Binggeli et Matthieu Cassin ont ensuite présenté les enjeux du colloque.

A. Binggeli et M. Cassin présentent l'introduction du colloque
A. Binggeli et M. Cassin présentent l’introduction du colloque © D. Reinsch

La première communication a été présentée par le professeur Dimitris Apostolopoulos (« Μητροφάνης Γ´ πατριάρχης και λόγιος »).

Conférence du prof. Dimitris Apostolopoulos
Conférence du prof. Dimitris Apostolopoulos © A. Chryssostalis

Pour le déjeuner, l’higoumène de la Sainte-Trinité, son Éminence Elpidophoros Lambriniadis, nous a reçus à la trapeza du monastère.

Déjeuner à la trapeza de la Sainte-Trinité
Déjeuner à la trapeza de la Sainte-Trinité

En début d’après-midi était organisée une visite du monastère, en particulier de la bibliothèque de l’École théologique de Chalki, où est encore aujourd’hui conservée une remarquable collection d’imprimés anciens, qui fait actuellement l’objet d’un catalogage.

La bibliothèque historique de l'Ecole théologique
La bibliothèque historique de l’Ecole théologique

Le colloque a repris avec les communications d’Alessandra Ricci (« Byzantine-period monastic foundations on the Princes Islands and vicinities: an overview »), de Jean-Pierre Grélois, malheureusement absent (« Des voyageurs occidentaux au patriarcat de Constantinople, 16e-17e s.« ) et d’Alexis Chryssostalis (« Les îles des princes vues par les voyageurs occidentaux« ).

Alexis Chryssostalis
Alexis Chryssostalis © D. Reinsch

Au terme de cette première journée à Chalki, nous avons pris le bateau pour retourner à Istanbul, où s’est déroulée la seconde journée.

Sur le chemin du retour des îles des princes
Sur le chemin du retour des îles des princes © A. Lampadaridi

Around the Holy Trinity of Halki: Greek Libraries in Constantinople at the time of Patriarch Metrophanes III (16th c.)

Du 14 au 16 octobre se tiendra à Istanbul le colloque « Around the Holy Trinity of Halki: Greek Libraries in Constantinople at the time of Patriarch Metrophanes III (16th c.) », que nous organisons dans le cadre du projet ANR i-stamboul, en partenariat avec le Research Center for Anatolian Civilization de l’Université Koç (Koç University-Stavros Niarchos Foundation, Center for Late Antique and Byzantine Studies) et l’Institut français d’études anatoliennes. Le colloque est placé sous l’égide du Patriarcat œcuménique et sera ouvert par sa Sainteté Bartholomée.

Affiche du colloque
Affiche du colloque

Le colloque “Around the Holy Trinity of Halki: Greek Libraries in Constantinople at the time of Patriarch Metrophanes III (16th c.)” sera consacré à la constitution ou à la reconstitution des bibliothèques grecques à Constantinople et aux alentours dans les deux siècles qui suivirent la chute de Byzance. Il se concentrera sur le cas emblématique de la bibliothèque fondée au 16e s. par le futur patriarche Métrophane III au monastère de la Sainte-Trinité sur l’île de Halki et marquera le point culminant du projet i-Stamboul consacré à cette bibliothèque. Le colloque mettra en lumière le contexte matériel, culturel et religieux qui permit à cette époque la fondation ou la reconstruction de nouveaux monastères dans la région de Constantinople et en particulier aux Îles des Princes, ainsi que la constitution de bibliothèques au sein de ces monastères. Au-delà des considérations économiques et sociales, il étudiera la disponibilité des livres et la permanence de la culture grecque dans la capitale ottomane, ainsi que les représentations et l’imaginaire des bibliothèques et des livres. La bibliothèque de la Trinité, qui est étroitement liée à l’institution patriarcale, est aussi un terrain favorable pour étudier l’activité culturelle et religieuse de la Grande Église à Constantinople à cette époque, ses relations avec le pouvoir ottoman, mais aussi, plus largement, à travers la diplomatie des livres, l’histoire des échanges culturels et religieux entre l’empire ottoman et l’Europe.

Le colloque fait partie d’un programme plus large sur les bibliothèques grecque dans l’empire ottoman, conduit par l’Institut de recherche et d’histoire des textes à Paris, qui porte sur l’héritage culturel de Byzance après 1453. L’objectif scientifique est de parvenir à une meilleure compréhension du sort et du rôle des bibliothèques grecques dans l’empire ottoman et, par conséquent, de contribuer à faire émerger de nouvelles questions et de nouvelles méthodes dans le champ de l’histoire des livres et des bibliothèques grecques. Un premier colloque intitulé “The Greek libraries in the Ottoman Empire (16th-20th c.): New Perspectives” s’est tenu à l’Université de Crète les 26 et 27 mai 2015. Il a porté sur l’histoire des bibliothèques et la circulation des livres grecs dans l’empire ottoman, en s’ouvrant sur une période plus récente (16e-20e s.)

Voici le Programme du colloque d’Istanbul ; les résumés sont accessibles à partir du titre de chaque communication.

Wednesday October 14 (Theological School, Halki)

10:30-10:45 Salutation by His All-Holiness Bartholomaios, Ecumenical Patriarch of Constantinople

Inaugural Session
10:45-11:00 Welcome by His Eminence Elpidophoros, Metropolitan of Bursa, Abbot of the Holy Trinity
11:00-11:30 Introduction of the conference by André Binggeli & Matthieu Cassin (IRHT-CNRS, Paris)
11:30-12:15 Dimitris Apostolopoulos (Nat. Hellenic Research Foundation, Athens), Μητροφάνης Γ´ πατριάρχης και λόγιος

14:00-15:00 Visit of the Theological School and its Library

Monasteries on the Princes Islands
15:00-15:45 Alessandra Ricci (Koç University, Istanbul), Byzantine-period monastic foundations on the Princes Islands and vicinities: an overview
15:45-16:30 Jean-Pierre Grélois (Orient et Méditerranée, CNRS, Paris) and Alexis Chryssostalis (IRHT-CNRS, Paris), The Patriarchate of Constantinople and the Princes Islands through Western travellers eyes

Ste-Trinité16

Thursday October 15 (RCAC, Koç University)

9:00-9:15 Welcome by Engin Akyürek, director of the Koç University-Stavros Niarchos Foundation, Center for Late Antique and Byzantine Studies at RCAC

The Patriarchate in the 16th century and its monasteries

9:15-10:00 Dean Sakel (Türk Tarih Kurumu), The Greek chronicles of the 16th century and the Patriarchate of Constantinople
10:00-10:45 Paraskevas Konortas (University of Athens), The Patriarchate of Constantinople in the Ottoman sources
10:45-11:15 Coffee break
11:15-12:00 Vera Tchensova (Orient et Méditerranée, CNRS, Paris), The Princes Islands and the Slavic World (16th-17th c.)
12:00-12:45 Youli Evangelou (National Hellenic Research Foundation, Athens), «τὸ ἐν τῇ νήσῳ Χάλκῃ… μοναστήριον… ὁ… Μητροφάνης… ἀνήγειρεν». Foundations and Reconstructions of Monasteries in the Ottoman Empire in the 16th Century

The Patriarchal Library and libraries of Patriarchs

14:00-14:45 Marie-Hélène Blanchet (Orient et Méditerranée, CNRS, Paris), Books and their use in the Patriarcate of Constantinople (1453-ca. 1550)
14:45-15:30 Matthieu Cassin (IRHT, CNRS, Paris), History of the monastery of the Holy Trinity and its Library
15:30-16:00 Coffee break

Constantinople, Jerusalem, Athos

16:00-16:45 Vassa Kontouma (EPHE, Paris), Les livres de Dosithée II de Jérusalem et la Bibliothèque du Métochion du Saint-Sépulcre au 17e siècle
16:45-17:30 Kriton Chryssochoïdis (National Hellenic Research Foundation, Athens) Book donations to Athonite Monasteries and the early formation of their libraries
17:45-18:30 Dieter Reinsch (Freie Universität Berlin), The Greek Manuscripts collected in the Library of the Sultan
19:00 Cocktail

Ste-Trinité58

Friday October 16 (IFEA)

9:00-9:15 Welcome by Jean-François Pérouse, director of the Institut français d’études anatoliennes

Copying and restoring books in Constantinople

9:15-10:00 Marie Cronier (IRHT-CNRS Paris), Copie et restauration de manuscrits à la bibliothèque de la Sainte-Trinité (16e-19e s.)
10:00-10:45 Paul Géhin (IRHT-CNRS, Paris), Scribes du milieu patriarcal
10:45-11:15 Coffee break

Occidental travellers and books

11:15-12:00 Christian Gastgeber (Austrian Academy of Sciences, Vienna), Ogier Ghislain de Busbecq et ses manuscrits grecs du Patriarcat de Constantinople
12:00-12:45 André Binggeli & Pierre Augustin (IRHT-CNRS, Paris), Usage et dispersion vers l’Europe des manuscrits de la Sainte-Trinité
13:00-13:30 Conclusions

Localisation

La séance du mercredi 14 octobre aura lieu à l’École théologique de Halki.

 

La séance du jeudi 15 octobre aura lieu au Koç University Research Center for Anatolian Civilizations : İstiklal Caddesi No: 181 Merkez Han 34433 Beyoğlu, İstanbul.

La séance du vendredi 16 octobre aura lieu à l’Institut français d’études anatoliennes : Institut Français d’Études Anatoliennes
Palais de France, Nur-i Ziya Sokak, 10 P.K.54, 34433, Beyoğlu, Istanbul.
ATTENTION : Pour l’accès à l’IFEA, qui se trouve dans les locaux consulaires, prévoir une pièce d’identité ; merci d’arriver un peu en avance le vendredi, le temps de passer le contrôle de sécurité à l’entrée.

Nouvelle mission de catalogage à Istanbul (novembre 2014)

Dans le cadre du projet ANR i-Stamboul, une nouvelle mission de catalogage à la bibliothèque du Patriarcat œcuménique de Constantinople a été effectuée par André Binggeli, Marie Cronier et Matoula Kouroupou, au cours de la première quinzaine de novembre 2014.

Le catalogage des manuscrits s'effectue en étroite collaboration
Le catalogage des manuscrits s’effectue en étroite collaboration
Examen des manuscrits au Patriarcat

Il s’agissait de poursuivre la description des manuscrits provenant du monastère de la Saint-Trinité sur l’île de Chalki.

Tandis que l’analyse du contenu s’effectue à l’avance sur microfilms, on procède sur place au relevé des caractéristiques matérielles, telles que les dimensions des pages et de la surface écrite

On relève les dimensions de la page puis de la surface d'écriture à l'aide d'un mètre souple
On relève les dimensions de la page puis de la surface d’écriture à l’aide d’un mètre souple

…ou encore le relevé des filigranes (pour les manuscrits de papier) à l’aide d’une planche électroluminescente à lumière froide, qui fait apparaître le filigrane sans endommager le papier.

La planche à lumière froide permet de relever très précisément le motif des filigranes à l'aide d'un papier calque
La planche à lumière froide permet de relever très précisément le motif des filigranes à l’aide d’un papier calque

Pour les reliures comportant un décor par impression de fers (« estampage à froid »), comme c’est le cas de la majorité des reliures byzantines, on effectue un frottis au crayon bleu, permettant de prendre une empreinte des petits fers de manière beaucoup plus lisible qu’à l’aide des photographies.

Frottis de reliure à l'aide d'un crayon bleu
Frottis de reliure à l’aide d’un crayon bleu


Une partie importante de la mission a été consacrée à l’analyse des σπαράγματα (sparagmata) de la bibliothèque du patriarcat œcuménique, c’est-à-dire des fragments détachés des manuscrits, qui ont été recueillis et conservés dans des boîtes séparées.

Une des boîtes dans lesquelles les "sparagmata" sont conservés
Une des boîtes dans lesquelles les « sparagmata » sont conservés

Ces fragments ont été numérotés et classés en différents dossiers.

Les fragments une fois numérotés et classés
Les fragments une fois numérotés et classés

Une description sommaire en a ensuite été effectuée (type de support, dimensions, nombre de folios, nature du texte transmis).

Un fragment constitué d'un feuillet isolé
Un fragment constitué d’un feuillet isolé

Avec quelque recherche, on parvient en général à identifier le texte de ces fragments. Ce travail demande généralement une comparaison avec les éditions imprimées.

Dans les cas particulièrement favorables, une coïncidence à la fois textuelle et codicologique permet de retrouver le manuscrit dont le fragment a été détaché. Par chance, on est parvenu plusieurs fois à cet heureux résultat au cours de ladite mission : on a alors procédé à la remise en place officielle du fragment dans le manuscrit, sous l’égide du directeur de la bibliothèque, le Père Agathangelos.

Un nouvel inventaire

D’autre part, une belle découverte a été faite au milieu de ces sparagmata : un inventaire des manuscrits de la bibliothèque de la Sainte-Trinité, établi dans la seconde moitié du XIXe siècle, alors que cette collection avait déjà été intégrée à l’École théologique (fondée sur l’emplacement du monastère en 1844). Jusqu’à présent, on soupçonnait fortement l’existence de cet inventaire mais il était demeuré introuvable.

Déchiffrement de l’inventaire du XIXe siècle, retrouvé par hasard au milieu des fragments
Déchiffrement de l’inventaire du XIXe siècle, retrouvé par hasard au milieu des fragments
Séjour au monastère, sur l’île de Chalki

La seconde partie de la mission s’est déroulée sur l’île de Chalki, au monastère de la Sainte-Trinité, qui abrite aujourd’hui l’École théologique.

Vue de l’île de Chalki
Vue de l’île de Chalki

Alors que la collection de manuscrits de la Sainte-Trinité de Chalki a été transférée à Istanbul, au Patriarcat, dès les années 1930, les imprimées demeurent toujours sur place.

Entrée de l’École théologique de l’île de Chalki
Entrée de l’École théologique de l’île de Chalki

Des investigations ont donc été menées parmi les plus anciens d’entre eux, dans le but notamment de tenter d’identifier s’il se trouvait encore sur place certaines des éditions imprimées recensées dans l’inventaire de la bibliothèque de la Sainte-Trinité établi à l’époque de Métrophane III (1572).

Les imprimés de la bibliothèque de la Sainte-Trinité (à l’École théologique)
Les imprimés de la bibliothèque de la Sainte-Trinité (à l’École théologique)

Il s’agissait également de préparer l’organisation du colloque de clôture du projet ANR i-Stamboul, qui se déroulera à Istanbul en octobre 2015, et dont la première journée aura lieu dans le monastère lui-même.

Un nouveau palimpseste (8e-9e s.) des œuvres ascétiques de Basile de Césarée

À l’occasion de la mission de catalogage à la Bibliothèque du Patriarcat œcuménique (Istanbul) en juin- juillet 2014 (voir le post du 9 juillet) par des chercheurs de la Section grecque de l’IRHT, un nouveau palimpseste a été repéré dans le fonds provenant du monastère de la Sainte-Trinité (Hagia Trias) de l’île de Chalki.

L’examen direct du manuscrit Hagia Trias 124 a permis de constater – ce qui n’est absolument pas visible sur le microfilm– que ce volume de 211 folios, sur parchemin, est entièrement palimpseste (à l’exception de deux folios initiaux et de quatre folios finaux, qui sont des restaurations du 16e siècle sur papier filigrané).

Figure 1
Figure 1 : En-dessous du texte supérieur, à l’encre noire foncée, on aperçoit quelques restes de l’écriture inférieure, à l’encre brun clair. L’écriture est surtout visible dans la marge, où elle n’a pas été recouverte.

L’écriture supérieure doit être attribuée au 13e ou au 14e siècle : il s’agit des Homélies de Jean Chrysostome sur la seconde Épître aux Corinthiens (CPG 4429).

Le texte inférieur, de son côté, est écrit dans une belle majuscule ogivale inclinée, attribuable à la fin du 8e siècle ou au début du 9e.

 

Son déchiffrement est rendu très difficile par deux causes :

(1) le parchemin a été très soigneusement lavé, si bien que sur une grande majorité des folios, on remarque à peine la présence d’un texte sous-jacent ;

(2) le copiste du texte supérieur a conservé exactement la même mise en page que celle du livre qu’il remployait (écriture à pleine page, 27-28 lignes). Les lignes d’écriture se superposent donc exactement, ne laissant apparaître tout au plus que quelques fragments de lettres.

Les parties les plus lisibles sont en marge : numérotations et titres.

Figure 2
Figure 2 : L’écriture inférieure se distingue difficilement car elle est presque entièrement recouverte par l’écriture supérieure, qui utilise les mêmes lignes.

Les quelques passages déchiffrés jusqu’à présent ont été identifiés comme provenant de deux œuvres :

1)       Basile de Césarée, Regulae morales (CPG 2877).

2)       Basile de Césarée, Grand Asceticon (CPG 2875).

 

La présence des Regulae morales permet de proposer une première classification de notre manuscrit à l’intérieur de la tradition manuscrite très vaste de l’œuvre ascétique de Basile. En effet, les Regulae morales ne se trouvent que dans deux branches, la « Vulgate » (V) de J. Gribomont (« Ask 4 » chez J. Fedwick) et la branche « Stoudite » (S) (« Ask 3 ») [1]. Ce sont les deux branches les plus abondamment représentées dans la tradition manuscrite.

Plus précisément, et même si une étude des variantes est rendue extrêmement difficile par les très faibles portions de texte déchiffrables, il semble que le manuscrit de la Sainte-Trinité doive être rangé dans la branche « Stoudite » (S) ou Ask 3 : cela peut être déterminé en particulier par la numérotation des questions, qui varie d’une recension à l’autre. Les numéros déchiffrés dans le palimpseste de la Sainte-Trinité correspondent aux numéros de la recension appelée « Stoudite » par J. Gribomont et « Ask 3 » par P. J. Fedwick. En voici un exemple :

Figure 3
Figure 3 : À la 3e ligne en partant du bas, on distingue le début de la question numérotée ΡΝʹ [150] dans la Vulgate (PG 31, 1181A12) : ΤΟΥΤΟ ΤΟ ΚΡΙΜΑ ΦΑΝΕΡΟΝ ΕΚ Τ…
Le numéro indiqué par le palimpseste, ρκθʹ [129] correspond à celui de la recension « Studite » ou « k »[2].

 

La recension Stoudite est représentée par environ 25 manuscrits, dont le plus ancien est daté de 880 : Moscou, GIM, Sinod. gr. 254 (Vlad. 117), écrit en minuscule et signé par le moine Athanase, au monastère du Stoudion, à Constantinople. Le palimpseste de la Sainte-Trinité est d’environ un siècle plus ancien que le manuscrit de Moscou. Il constituera donc certainement un témoin de premier ordre pour l’histoire du texte de cette recension « Stoudite ».

 

L’étude du texte de Basile préservé dans ce palimpseste n’a encore porté que sur un échantillon très restreint. En effet, seuls quelques fragments ont pu être identifiés jusqu’à présent, tant l’écriture inférieure est difficile à déchiffrer : la grande majorité des pages du manuscrit originel demeurent presque entièrement illisible à l’œil nu. Il faut espérer que l’utilisation de techniques adaptées au déchiffrement des palimpsestes, comme celles récemment mises au point par exemple pour le célèbre palimpseste d’Archimède ou pour l’Euripide de Jérusalem, permettront de tirer de plus grand bénéfices de ce nouveau témoin.


[1] J. Gribomont, Histoire du texte des Ascétiques de S. Basile, Louvain, 1953 (Bibliothèque du Muséon, 32) : table de concordance, p. 174 ; J. Gribomont, « Les Règles Morales de saint Basile et le Nouveau Testament », in Studia patristica. Vol. II. Papers presented to the Second International Conference on Patristic Studies…, ed. K. Aland and F. L. Cross, Berlin, 1957, pp. 416-426 ; P. J. Fedwick, Bibliotheca Basiliana Universalis. A Study of the manuscript tradition, translations and editions of the works of Basil of Caesarea, t. III. The Ascetica, Contra Eunomium 1-3, Ad Amphilochium de spiritu sancto, dubia et spuria with supplements to volumes I-II, Brepols, 1997.

[2] Cf. Gribomont, Histoire du texte, table de concordance, p. 174 ; Fedwick, t. III, p. 66.

Un feuillet volant restitué à son emplacement original

Le travail direct sur les manuscrits du fonds du monastère de la Sainte-Trinité sur l’île de Chalki (Hagia Trias, Ἁγία Τριάς) effectué lors de la mission de catalogage au patriarcat œcuménique (30 juin-5 juillet 2014,voir le post précédent) a permis de faire d’intéressantes trouvailles.

Par exemple, il a été possible retrouver l’emplacement original d’un feuillet volant, conservé à la fin du manuscrit Hagia Trias 147 (un manuscrit de parchemin en caractères slavons, de contenu ascétique).

Ce feuillet de papier, du 14e siècle, dont le texte est grec et de contenu astronomique, présente une souscription du copiste, Georges de Crète (Γεώργιος Κρής), avec la date de 1381. Il porte aussi, dans l’angle supérieur externe, une foliotation au crayon : « 338 ». Ces élément ont permis de déterminer qu’il s’agit du f. 338 (dernier du volume) du manuscrit Panaghia 157. Ce dernier appartient au fonds du monastère de la Panaghia Kamariotissa de l’île de Chalki, également conservé à la bibliothèque patriarcale (Istanbul).

Dans le catalogue récent des manuscrits du fonds de la Panaghia1, ce folio est signalé comme absent. Cependant, une reproduction en est donnée2 : elle a été faite à partir du microfilm effectué par l’équipe de Dumbarton Oaks, en 1962.

Une comparaison de la reproduction du catalogue et du folio retrouvé ne laisse aucune place au doute, comme on peut le voir :

Le folio perdu du Panaghia 157 a été retrouvé et remis en place
Le folio perdu du Panaghia 157, connu seulement d’après un microfilm effectué en 1962, a été retrouvé et remis en place le 30 juin 2014

On peut donc affirmer qu’à cette époque le feuillet se trouvait encore en place.

Cependant, comme le microfilm du manuscrit Hagia Trias 147, effectué à la même période, présente également une reproduction de ce feuillet volant, il semble bien que ce soit lors de cette campagne de microfilmage, en 1962, que le feuillet ait été déplacé involontairement.

En conséquence, le feuillet a été officiellement restitué au manuscrit Panaghia 157, le 30 juin 2014, par le directeur de la bibliothèque, le Père Agathangelos.

  1. M. Kouroupou & P. Géhin, Catalogue des manuscrits conservés dans la Bibliothèque du Patriarcat Œcuménique. Les manuscrits du monastère de la Panaghia de Chalki, Turnhout, Brepols, 2008, vol. 1, p. 386 []
  2. Ibid., vol. 2, p. 321 []

Mission de catalogage à la bibliothèque du patriarcat œcuménique de Constantinople

Du 30 juin au 5 juillet 2014, André Binggeli, Matthieu Cassin et Marie Cronier ont effectué à Istanbul une mission de catalogage, dans le cadre du projet ANR i-Stamboul. Ils ont été accueillis par le nouveau directeur de la bibliothèque du Patriarcat œcuménique, le Père Agathangelos.

Une trentaine de manuscrits ont ainsi été examinés, en vue de la publication du catalogue du fonds de manuscrits provenant du monastère de la Sainte-Trinité de l’île de Chalki et aujourd’hui conservés à la bibliothèque patriarcale (fonds de la Sainte-Trinité ou Ἁγία Τριάς, Hagia Trias).

Examen des manuscrits à la bibliothèque patriarcale
Examen des manuscrits à la bibliothèque patriarcale

Le travail de catalogage est préparé à partir de microfilms des manuscrits, effectués en 1962 par l’équipe de Dumbarton Oaks et dont une copie a été déposée à la Section grecque de l’IRHT (Paris).

Sur place, on procède aux opérations nécessitant un examen direct des manuscrits. Par exemple :

–          La foliotation au crayon (la plupart des manuscrits n’ont jamais été foliotés)

–          Pour les manuscrits de papier, le relevé des filigranes : ils sont décalqués à l’aide d’une planche à lumière froide, faisant ressortir le motif sans endommager le papier.

La feuille électroluminescente fait apparaître le filigrane du papier, qui permet de proposer une fourchette de datation
La feuille électroluminescente fait apparaître le filigrane du papier, qui permet de proposer une fourchette de datation

Les calques sont décalqués, afin de pouvoir être comparés aux exemples proposé dans les répertoires de filigranes.

Les filigranes sont décalqués grâce à la planche électroluminescente
Les filigranes sont décalqués grâce à la planche électroluminescente

–          L’analyse de la structure des cahiers (afin notamment de repérer les lacunes éventuelles), le relevé des réglures pour les manuscrits sur parchemin.

–          Les frottis des reliures anciennes, à l’aide d’un crayon bleu, qui permettent de relever les fers utilisés pour les décors de manière plus satisfaisante qu’avec une photographie.

Le frottis s'effectue avec un crayon bleu. Il permet de prendre une empreinte du décor de la reliure
Le frottis s’effectue avec un crayon bleu. Il permet de prendre une empreinte du décor de la reliure

Le catalogage de manuscrits de la Sainte-Trinité de Chalki par l’équipe de l’IRHT est placé sous le patronage de Sa Sainteté Bartholomée Ier, qui a accordé une audience aux trois chercheurs le jeudi 4 juillet.

Séminaire : La reconstitution virtuelle de la bibliothèque de Métrophane

IMG_5351Dans le cadre du séminaire Histoire des bibliothèques anciennes organisé par la section de Codicologie et d’histoires des bibliothèques et héraldique de l’IRHT, le 13 décembre 2013 (10h-13h), A. Binggeli, M. Cassin et M. Cronier assureront une séance consacrée à « La reconstitution virtuelle de la bibliothèque de Métrophane« , dans le cadre de l’ANR i-Stamboul. La séance a lieu à l’IRHT, 40 avenue d’Iéna, Paris 16e, salle Jeanne Vielliard.

Le séminaire proposera une présentation de la bibliothèque fondée par le patriarche Métrophane III (patriarche pour les périodes 1565-1572, 1579-1580) au monastère de la Sainte-Trinité sur l’île de Chalki au large d’Istanbul et s’attachera à étudier les différentes sources qui permettent de reconstituer l’histoire de la bibliothèque et de ses manuscrits depuis sa fondation au 16e s. jusqu’à nos jours, qu’il s’agisse des éléments fournis par les manuscrits eux-mêmes ou par des inventaires ou descriptions de nature diverse. Les modalités de reconstitution électronique de la bibliothèque seront également présentées et discutées.