Archives par mot-clé : Monastère

Mélanges en l’honneur de Paul Géhin

La section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT est particulièrement heureuse d’annoncer la parution du volume de mélanges offerts à Paul Géhin:

André BINGGELI, Anne BOUD’HORS et Matthieu CASSIN (éd.), Manuscripta Graeca et Orientalia. Mélanges monastiques et patristiques en l’honneur de Paul Géhin (Orientalia Lovaniensia Analecta 243), Leuven-Paris-Bristol, Peeters, 2016 (ISBN 9789042933583).

Mélanges Paul Géhin
Mélanges Paul Géhin

Édité par trois membres de la section, l’ouvrage se veut un hommage à celui qui fut son directeur de 1997 à 2011, spécialiste d’Évagre le Pontique, et dont les travaux scientifiques couvrent un large éventail de disciplines et de domaines linguistiques.

Paul Géhin reçoit le volume de mélanges en son honneur
Paul Géhin reçoit le volume de mélanges en son honneur

Le volume de mélanges rassemble 27 contributions consacrées à des thématiques chères au dédicataire, telles que le manuscrit à la fois comme objet matériel (analysé par la paléographie et la codicologie) et comme chaînon de la transmission des textes, dans les différentes langues de l’Orient chrétien (grec, arabe, syriaque, copte, arménien, géorgien) ; le monde monastique, la littérature ascétique et patristique, y compris les chaînes exégétiques et les florilèges; ou encore l’histoire des bibliothèques, en particulier celle du monastère de Sainte-Catherine du Mont Sinaï.

Réception à l'IRHT pour la remise des mélanges
Réception à l’IRHT pour la remise des mélanges

Le volume a été remis au dédicataire le 11 avril 2016, lors d’une cérémonie organisée à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, en présence de quatre anciens directeurs (Louis Holtz, Jacques Dalarun, Anne-Marie Eddé, Nicole Bériou) et de son directeur actuel, François Bougard.

Deux directeurs de l'IRHT: François Bougard et Louis Holtz
Deux directeurs de l’IRHT: François Bougard et Louis Holtz

Sommaire de l’ouvrage:

M. J. Albarrán Martínez, « La prière, occupation quotidienne des moniales d’Égypte », p. 1-16.

P. Andrist, « Un témoin fragmentaire de la famille α des Dialogica polymorpha antiiudaica (CPG 7796) dans un manuscrit de Berlin (Staatsbibliothek, Phill. 1487 [=Studemund 83] », p. 17-30.

P. Augustin, « Une ‘édition’ de Jean Chrysostome à Antioche en 1062-1064? Trois manuscrits copiés par le prêtre Manuel », p. 31-66.

F. Barone, « Ancora sulle omelie de Davide et Saule di Giovanni Crisostomo », p. 67-78.

A. Binggeli, « Les trois David, copistes arabes de Palestine aux 9e-10e s. », p. 79-118.

A. Boud’hors, « Moines, moniales et tissage en Égypte: à propos d’une lettre du moins Frangé », p. 119-128.

S. P. Brock, « Patristic Quotations in Gabriel Qatraya’s Commentary on the Liturgical Offices. », p. 129-150.

L. Brottier, « La perversion de la mémoire dans quelques écrits monastiques », p. 151-166.

M. Cassin, « Un recueil d’extraits patristiques sur l’âme et la nature de l’homme », p. 167-187.

A. Cataldi Palau, « Nicolas Mésaritès: deux lettres inédites (Milan, Ambrosianus F 96 sup., ff. 15v-16v) », p. 187-232.

R. Ceulemans, « Les sections bibliques et exégétiques de l’Athous Lavras Λ 80 (Eustratiades 1571) », p. 233-246.

M. Cronier, « Transcrire l’arabe en grec. À propos des annotations du Parisinus gr. 2179 (Dioscoride) », p. 247-266.

F. D’Aiuto, « Un incerto toponimo orientale nella sottoscrizione dell’Omiliario crisostomico di Princeton, Garrett 14 », p. 267-282.

V. Desprez & A. Rigo, « L’Exposition de la règle de Jean l’ermite et sa fortune sous le nom de Jean Chrysostome aux 11e-13e siècles », p. 283-336.

A. Desreumaux, « Le manuscrit Paris, BnF, Syr. 296 et sa parenté sinaïtique. Vie et usage d’un évangéliaire », p. 337-350.

S. S. R. Frøyshov, « L’horologe du Sinaï géorgien N.80. Édition d’un fragment du nouveau fonds du Sinaï », p. 351-382.

Th. Ganchou, « Les tribulations vénitiennes de la Ca’ Notara (1460/1490). À la recherche du Plutarque d’Anna », p. 383-442.

A. Jacob, « Heurs et malheurs d’un euchologe salentin (Melphictensis 10) », p. 443-468.

G. Kessel, « Membra Disjecta Sinaitica I: A Reconstitution of The Syriac Galen Palimpsest », p. 469-496.

S. Lucà, « La distribuzione calendariale delle Catechesi di Teodoro di studio nel Vat. gr. 2112″, p. 497-522.

B. Outtier, « La traduction arménienne des Chapitres sur la prière d’Évagre le Pontique », p. 523-538.

I. Pérez Martín, « Les manuscrits de Gérasimos, higoumène de la Néa Monè de Chios vers la fin du 12e siècle », p. 539-548.

J.-H. Sautel, « Vingt ans après… La parution du Répertoire de réglures dans les manuscrits grecs sur parchemin« , p. 549-562.

A. Sidarus, « Nouvelles données concernant la Scala gréco-copto-arabe Liber graduum. », p. 563-582.

P. Van Deun, « Le Romanus, Vallicellianus C 72 (gr. 42), un manuscrit du 14e siècle peu connu: description détaillée », p. 583-596.

S. J. Voicu, « Un errore di Montfaucon e altre note pseudocrisostomiche », p. 597-614.

U. Zanetti, « Épitomè de la Lettre de Macaire sur la gloire des saints. », p. 615-632.

Discours de Paul Géhin lors de la remise des mélanges
Discours de Paul Géhin lors de la remise des mélanges

Manuscrits grecs méconnus des Balkans, églises et monastères byzantins oubliés

La vaste région comprise entre le sud de l’actuelle République de Macédoine, le nord de la Grèce et la frontière orientale de l’Albanie, forme un triangle qui fut, pendant de nombreux siècles, l’un des grands carrefours intellectuels et marchands de l’Europe et, plus particulièrement, des Balkans. La Via Egnatia, aujourd’hui encore visible dans le vieux quartier de la ville d’Elbasan, en est la preuve.

L’Albanie aujourd’hui
L’Albanie aujourd’hui

L’histoire mouvementée des Balkans et, pour l’Albanie, un isolement de plusieurs décennies, ont fermé la porte à la recherche historique et textuelle dans une région pourtant fortement imprégnée de culture byzantine. Une récente mission près de la ville albanaise de Korça nous a permis de redécouvrir certaines églises et monastères byzantins méconnus mais aussi les manuscrits grecs qui leur sont attachés1.

Voskopojë

À 18km à l’ouest de Korça se trouve Voskopojë, l’ancienne Moschopolis, aujourd’hui paisible village perdu dans la montagne mais qui fut, pendant plusieurs siècles, un carrefour commercial et culturel important entre Constantinople et Venise. La ville, qui comptait à son apogée, au 18ème siècle, entre 20 000 et 40 000 habitants, conserve aujourd’hui encore six splendides édifices construits à partir du 15ème siècle et qui ont partiellement échappé, loin du pouvoir central de la capitale, Tirana, à la récente volonté politique d’éradiquer toute forme de culte. Au nombre des plus beaux bâtiments sauvegardés, mentionnons les basiliques de la Dormition de la Vierge (Fjetja e Shën Mërisë), de Saint-Athanase (Shën Thanas), de Saint-Élie (Shën Illias), et de Saint-Nicolas (Shën Kolli), aujourd’hui église paroissiale au centre du village. D’apparence extérieure fort modeste, tous ces édifices impressionnent par leur vaste volume intérieur et la magnificence de leurs fresques2.

Voskopojë, basilique de la Dormition de la Vierge © Didier Lafleur
Voskopojë, Basilique de la Dormition de la Vierge © Didier Lafleur
Fresques extérieures de la basilique Saint-Nicolas. © Didier Lafleur
Voskopojë, Fresques extérieures de la basilique Saint-Nicolas. © Didier Lafleur

Les édifices à ce jour préservés témoignent de la prospérité de cette ancienne métropole, largement ouverte sur l’Europe et sur les Balkans, et qui possédait, outre un hôpital, une académie, une imprimerie – la première de l’Empire ottoman – et une bibliothèque. Les archives nationales d’Albanie, à Tirana, conservent aujourd’hui deux manuscrits grecs – ainsi que trois fragments – qui proviennent de Voskopojë3 :

AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes Fragment 7 (Gregory-Aland 2908, Matthieu 7,22-26) © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë
AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes Fragment 7 (Gregory-Aland 2908, Matthieu 7,22-26) © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë
AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes Fragment 16 (Gregory-Aland lectionnaire l 2454, détail) © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë
AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes Fragment 16 (Gregory-Aland lectionnaire 2454, détail) © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë

Vithkuq

Plus au sud et plus isolé encore que Voskopojë, se trouve le petit village de Vithkuq, au cœur des montagnes. Ce lieu très reculé et d’accès difficile possède encore sept églises et monastères dont les basiliques Saint-Georges (Shën Gjergji), Saint-Michel (Shën Mehilli), le monastère des Saints Pierre-et-Paul et, à quelques pas, la petite église des Saints Côme-et-Damien (Shën Kozmai e Damianoi). La crypte de cette église abrite un ossuaire où nous avons pu pénétrer : elle recueillait jadis les ossements du cimetière tout proche, désormais abandonné.

Vithkuq, Monastère des Saints-Pierre-et-Paul © Didier Lafleur
Vithkuq, Monastère des Saints Pierre-et-Paul © Didier Lafleur
Vithkuq, Église des Saints Cosmas et Damien (inscription dédicatoire) © Didier Lafleur
Vithkuq, Église des Saints Côme-et-Damien (inscription dédicatoire) © Didier Lafleur
Vithkuq, Ossuaire de l’église des Saints Cosmas et Damien © Luc Brogly
Vithkuq, Ossuaire de l’église des Saints Côme-et-Damien © Luc Brogly

 

Les archives nationales de Tirana conservent un unique fragment attribué au village de Vithkuq :

AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes Fragment 13 © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë
AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes Fragment 13 © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë

Monastère de Saint-Naum

Beaucoup plus au nord de Voskopojë et de Vithkuq, sur le territoire de l’actuelle République de Macédoine, se trouve le monastère de Saint-Naum au bord du lac d’Ohrid. Actuellement en activité, ce lieu d’excursion et de pèlerinage, restauré à grands frais, offre un contraste saisissant avec la désuétude des dizaines d’églises et de monastères situés en territoire albanais. Même si quelques rares édifices ont été partiellement et récemment restaurés au fil d’un long combat avec les administrations albanaises locales, tant politiques que religieuses, tous ont subi – et continuent de subir – outre les dommages du temps, les dégradations et les pillages.

Voskopojë, fresques extérieures de la basilique Saint-Athanase à Voskopojë © Didier Lafleur
Voskopojë, Fresques extérieures de la basilique Saint-Athanase © Didier Lafleur

Avec les manuscrits aujourd’hui dispersés dans de nombreuses bibliothèques, ce riche héritage byzantin mérite d’être mieux connu. Il constitue un patrimoine européen à préserver de toute urgence.

Didier Lafleur (avec la collaboration de Luc Brogly)

  1. Deux chercheurs albanais se sont particulièrement investis dans la sauvegarde de leur patrimoine: P. Thomo, Kishat Pasbizantine në Shqipërinë e Jugut, Botim i Kishës Orthodhokse Autoqefale të Shqipërisë, Tiranë, 1998, et T. Popa, Mbishkrime të kishave të Shqipërisë, Tiranë: Akademia e Shkencave e Republikës së Shqipërisë, 1998. []
  2. Sur Voskopojë, on consultera: M. Durand (dir.), Patrimoine des Balkans. Voskopojë sans frontières 2004, Paris: Somogy Éditions d’art-Patrimoine sans frontières, 2005. []
  3. Sur Voskopojë et ses manuscrits, voir: Εὐλόγιος Κουρίλας, « Ἡ Μοσχόπολις καὶ ἡ Νέα Ἀκαδημεία αὐτῆς. Ἡ καταγωγὴ τῶν Κουτσοβλάχων καὶ ἡ ἐγγραμμάτισις τῆς γλώσσης αὐτῶν » in Θεολογία 12(1934): 69-84, 149-161, 314-335. []

Mission de catalogage à la bibliothèque du patriarcat œcuménique de Constantinople

Du 30 juin au 5 juillet 2014, André Binggeli, Matthieu Cassin et Marie Cronier ont effectué à Istanbul une mission de catalogage, dans le cadre du projet ANR i-Stamboul. Ils ont été accueillis par le nouveau directeur de la bibliothèque du Patriarcat œcuménique, le Père Agathangelos.

Une trentaine de manuscrits ont ainsi été examinés, en vue de la publication du catalogue du fonds de manuscrits provenant du monastère de la Sainte-Trinité de l’île de Chalki et aujourd’hui conservés à la bibliothèque patriarcale (fonds de la Sainte-Trinité ou Ἁγία Τριάς, Hagia Trias).

Examen des manuscrits à la bibliothèque patriarcale
Examen des manuscrits à la bibliothèque patriarcale

Le travail de catalogage est préparé à partir de microfilms des manuscrits, effectués en 1962 par l’équipe de Dumbarton Oaks et dont une copie a été déposée à la Section grecque de l’IRHT (Paris).

Sur place, on procède aux opérations nécessitant un examen direct des manuscrits. Par exemple :

–          La foliotation au crayon (la plupart des manuscrits n’ont jamais été foliotés)

–          Pour les manuscrits de papier, le relevé des filigranes : ils sont décalqués à l’aide d’une planche à lumière froide, faisant ressortir le motif sans endommager le papier.

La feuille électroluminescente fait apparaître le filigrane du papier, qui permet de proposer une fourchette de datation
La feuille électroluminescente fait apparaître le filigrane du papier, qui permet de proposer une fourchette de datation

Les calques sont décalqués, afin de pouvoir être comparés aux exemples proposé dans les répertoires de filigranes.

Les filigranes sont décalqués grâce à la planche électroluminescente
Les filigranes sont décalqués grâce à la planche électroluminescente

–          L’analyse de la structure des cahiers (afin notamment de repérer les lacunes éventuelles), le relevé des réglures pour les manuscrits sur parchemin.

–          Les frottis des reliures anciennes, à l’aide d’un crayon bleu, qui permettent de relever les fers utilisés pour les décors de manière plus satisfaisante qu’avec une photographie.

Le frottis s'effectue avec un crayon bleu. Il permet de prendre une empreinte du décor de la reliure
Le frottis s’effectue avec un crayon bleu. Il permet de prendre une empreinte du décor de la reliure

Le catalogage de manuscrits de la Sainte-Trinité de Chalki par l’équipe de l’IRHT est placé sous le patronage de Sa Sainteté Bartholomée Ier, qui a accordé une audience aux trois chercheurs le jeudi 4 juillet.

Bibliothèque du monastère de la Sainte-Trinité de Chalki

Le monastère de la Sainte-Trinité de Chalki

Le monastère de la Sainte-Trinité (Ἁγία Τριάς) sur l’île de Chalki dans la mer de Marmara (aujourd’hui Heybeli Ada), l’une des Îles des Princes, à quelques kilomètres au sud-est d’Istanbul1, est connu pour la première fois par une dédicace portée en 1063 dans un évangéliaire offert au monastère par Catherine de Bulgarie, épouse d’Isaac Ier Comnène2.



Il n’apparaît cependant clairement dans l’histoire qu’à partir de la seconde moitié du 16e siècle et de sa refondation par le futur patriarche Métrophane III. Ce dernier constitua en particulier une bibliothèque pour le monastère, qui est connue par plusieurs sources, en particulier les notes portées sur les manuscrits, et qui jouit pendant une longue période d’une célébrité certaine.

La bibliothèque de la Sainte-Trinité de Chalki

Le monastère aurait été refondé au plus tard en 1540 par Métrophane, qui en est alors l’higoumène ; la date se déduit du colophon du manuscrit Hagia Trias 60 (f. 210), copié par le diacre Sophrone en 1540 au monastère et qui fait mention de l’higoumène et commanditaire. La bibliothèque a dû se développer dans ce sillage et s’accroître au peu à peu ; le manuscrit Hagia Trias 10 (Évangéliaire) est ainsi offert au monastère par Métrophane en décembre 1571, alors qu’il est patriarche, comme l’atteste une note de donation au f. 288v. En 1568-1569, l’Hagia Trias 16 (Praxapostolos) est offert par un certain Apostolos, de Pruse (Bursa), et l’Hagia Trias 3 (Évangéliaire, aujourd’hui absent de la bibliothèque), avait été offert en décembre 1569 par Joasaph, métropolite de Thessalonique, à l’occasion du passage du patriarche dans sa ville. Si tel ou tel codex a sûrement été copié sur place, comme l’attestent les colophons de l’Hagia Trias 60 et, à une date un peu plus tardive, de l’actuel Moskva, Gosudarstvennyj Istoričeskij Musej (GIM), Sinod. gr. 291 (Vlad. 237), copié en 1607 par le hiéromoine Hilarion (Grégoire Palamas), le nombre des manuscrits du 16e s. présents dans la bibliothèque est relativement restreint ; il est toutefois notable qu’il s’agit principalement de manuscrits liturgiques. Cependant, des restaurations assez nombreuses ont été réalisées dans plusieurs manuscrits à cette époque.

Si les sources sur l’histoire du monastère dans les siècles suivants sont assez rares, à en croire par exemple l’étude d’Athénagoras de Paramythia, lequel avait pourtant accès aux archives du Patriarcat3, la Sainte-Trinité trouva cependant une nouvelle jeunesse avec la fondation en ses murs, en 1844, de l’École théologique, qui forma jusqu’à sa fermeture par l’État turc en 1971, le haut clergé orthodoxe du Patriarcat de Constantinople.

École théologique

On ne dispose à ce jour que d’un catalogue dû à E. Tsakopoulos (1954-1956)4, dont les descriptions sont souvent sommaires ou partielles. Un nouveau catalogage est en cours dans le cadre du projet i-Stamboul. En revanche, nombreux sont les savants à s’être penchés sur l’histoire de cette bibliothèque, car on possède sur elle des sources de renseignements assez nombreuses et diverses. En outre, plusieurs de ses manuscrits se trouvent aujourd’hui dispersés dans diverses bibliothèques partout dans le monde, en particulier à Oxford, Londres et Paris.

Sources pour l’histoire de la bibliothèque

Au mois de janvier 1572, un inventaire de la bibliothèque fut rédigé ; il nous est aujourd’hui connu par une copie qu’en a prise Stefan Gerlach (1546-1612), qui fut chapelain de l’ambassadeur du Saint-Empire à Istanbul, David von Ungnad de 1573 à 1578, copie qui fut recopiée par Martin Crusius probablement en septembre 15805.

Cet inventaire, qui donne des indications sur le contenu, la matière, le format et éventuellement la reliure des livres, est bien connu et a circulé très rapidement dans l’Europe savante, puisque Charles du Cange en fit usage dans son Glossarium ad scriptores mediae et infimae Graecitatis, publié à Lyon en 1687-1688, et Bernard de Montfaucon en fait mention dans sa Paleografia graeca parue en 1708. Le nombre exact des livres présents dans la bibliothèque est difficile à évaluer, dans la mesure où certaines entrées sont collectives ; on compte environ 130 volumes – compte non tenu des livres de musique ; une dizaine de livres sont des imprimés.

En outre, les manuscrits reçurent des notes de possession du monastère. La forme la plus ancienne est présente dans le manuscrit Hagia Trias 60, copié en 1540 au monastère par le diacre Sophronios :

ἡ βίβλος αὕτη, τῆς ἁγίας τριάδος· | τῆς κειμένης ἄντικρυ, τοῦ Αὐξεντίου·| ἐν τῆ νήσω Χάλκης τε, μονῆς ἐσώπτρου.

Note de possession du manuscrit Hagia Trias 60, f. 208v

Cependant, la forme la plus courante est formée de cinq vers politiques :

† ἡ βίβλος αὕτη πέφυκε τῆς παντουργοῦ τριάδος
τῆς ἐν τῇ νήσῳ χάλκης τε μονῆς τε τοῦ ἐσόπτρου
καὶ εἴ τις βουληθῆ ποτε ταύτην ἀποστερῆσαι,
κεχωρισμένος ἔσεται τριάδος τῆς ἁγίας
ἐν τῷ αἰώνι τούτῳ γε καὶ τῷ ἐλευσομένῳ.

Elle existe également avec une légère variante au troisième vers :

† ἡ βίβλος αὕτη πέφυκε τῆς παντουργοῦ τριάδος
τῆς ἐν τῇ νήσω χάλκης τε μονῆς τε τοῦ ἐσόπτρου
καὶ εἴ τις βουληθῆ ποτὲ λαθραίως (ou κρυφίως) ταύτην ἅραι
κεχωρισμένος ἔσεται τριάδος τῆς ἁγίας
ἐν τῷ αἰῶνι τούτῳ γε, καὶ | τῷ ἐλευσομένῳ.

Wien, ÖNB, Suppl. gr. 174, f. 30v

La note proprement dite est fréquemment suivie d’une mémoire de Métrophane, formée d’un dodécasyllabe, et qui est parfois indépendante de la note proprement dite :

† οἱ πατέρες μέμνησθε τοῦ Μητροφάνους.

Cette note célèbre, fréquemment repérée par les catalogueurs dans les manuscrits dispersés6, a été copiée par plusieurs mains dans l’ensemble des manuscrits qui la comportent encore, et non par Métrophane lui-même, comme on l’a longtemps cru. En outre, elle existe également sous de nombreuses formes dégradées, mise en prose, déparée par des fautes, le plus souvent d’origine phonétique, mais qui finissent par la rendre difficilement compréhensible. Elles n’ont sûrement pas toutes été apposées au même moment, ni par les mêmes personnes ; reste à déterminer sur pendant quel laps de temps elles ont été utilisées.

D’autres indices encore permettent d’identifier les livres qui proviennent de la bibliothèque : reliure et gardes, restaurations, annotations marginales, etc. L’ensemble de ces critères offre la possibilité de remembrer une bibliothèque aujourd’hui partiellement dispersée.

La dispersion de la bibliothèque de la Sainte-Trinité

Les manuscrits du monastère de la Sainte-Trinité, qui entrèrent ensuite dans la bibliothèque de l’École théologique en y constituant un fonds séparé, furent transférés vers 1936 au Patriarcat. Au moment du catalogage par E. Tsakopoulos, le fonds contenait 139 manuscrits, dont un slave, sur les 147 cotes qu’il comprenait à la fin du 19e s.7. ; selon le catalogage en cours, 134 manuscrits seraient actuellement en rayon. Or tous ces livres ne proviennent pas de l’époque de la refondation par Métrophane : beaucoup sont venus accroître peu à peu la bibliothèque, tandis que bien d’autres ont été dispersés. C’est que très tôt, la bibliothèque de la Sainte-Trinité a attisé l’intérêt et les convoitises des voyageurs occidentaux en quête de manuscrits. Dès l’époque du fondateur, comme le rapporte Stefan Gerlach dans son journal à la date du 24 décembre 1577, des manuscrits furent empruntés par l’ambassadeur Albert de Wyss et ne revinrent pas au monastère ; ce ne fut que le début d’une longue série d’emprunts, d’achats ou de vols, qui alimentèrent plusieurs bibliothèques européennes. Sir Thomas Roe, par exemple, ambassadeur d’Angleterre auprès de la porte à partir de 1621, acquis plusieurs manuscrits qui se trouvent aujourd’hui dans le fonds qui porte son nom à la Bodleian Library8 ; à la même époque, d’autres manuscrits furent acquis pour Thomas Howard, 2nd Earl Arundel, qui se trouvent aujourd’hui dans le fonds Arundel de la British Library de Londres.

D’autres manuscrits sont parvenus à la Bibliothèque nationale de Paris, en particulier grâce à la mission des abbés Sevin et Fourmont en 1729-1730. Quelques volumes encore se trouvent dans le fonds Reginensis de la Biblioteca Apostolica Vaticana ou dans le Supplementum graecum de l’ Österreichische Nationalbibliothek.

Le projet en cours vise non seulement à cataloguer le fonds actuel, mais aussi à reconstituer la bibliothèque en ses états successifs, et donc à identifier et décrire l’ensemble des manuscrits dispersés ; il est aussi prévu, dans la mesure du possible, de mettre en ligne des photographies de tout ou partie des volumes qui ont appartenu un jour à la bibliothèque de la Sainte-Trinité.

À suivre…

  1. Voir par exemple R. Janin, Les églises et les monastères des grands centres byzantins (Géographie ecclésiastique de l’Empire byzantin 2), Paris, 1975, p. 72-76. []
  2. Sur ce manuscrit, dit Évangile du Phanar, voir Ch. Diehl, « L’évangéliaire de l’impératrice Catherine Comnène », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 56.4, 1922, p. 243-248. Pour les illustrations qui en ont été extraites et leur sort, voir W. M. Miliken, « Byzantine Manuscript Illumination », The Bulletin of the Cleveland Museum of Art 34, 1947, p. 50-56, et surtout J. Lowden, « Archimedes into Icon: Forging an image of Byzantium », dans Icon & Word. The Power of Images in Byzantium. Studies presented to Robin Cormack, Ashgate, 2003, p. 233-260, ici p. 245-246 ; J. Lowden, « The Strange and Eventful History of the Archimedes Palimpsest », dans R. Netz, W. Noel, N. Tchernetska, N. Wilson (éd.), The Archimedes Palimpsest, Cambridge, 2011, I, p. 97-127, ici p. 100-101. []
  3. Αἱ ἱστορικαὶ μοναὶ τῆς νήσου Χάλκης. Ἡ μονὴ τῆς ἁγίας Τρίαδος, Constantinople, 1921. []
  4. E. Tsakopoulos, Περιγραφικὸς κατάλογος τῶν χειρογράφων τῆς βιβλιοθήκης τοῦ Οίκουμενικοῦ Πατριαρχείου. Βʹ, Τμῆμα χειρογράφων Ἱ. Μονῆς Ἁγίας Τριάδος Χάλκης, Istanbul, 1956. []
  5. Tübingen, Universitätsbibliothek, Mb 37 ; description du manuscrit en ligne : www.inka.uni-tuebingen.de/hand.php (recherche par cote, pas de lien stable vers une notice déterminée). Édition : É. Legrand, « Notice biographique sur Jean et Théodose Zygomalas », dans Recueil de texte et de traductions publié par les professeurs de l’École des langues orientales vivantes à l’occasion du VIIIe congrès des orientalistes tenu à Stockholm en 1889 (Publication de l’École des langues orientales vivantes, 3e série 6), Paris, 1889, p. 67-264, ici p. 207-216. Nouvelle édition en préparation dans le cadre du projet i-Stamboul. []
  6. Voir par exemple A. Turyn, Codices Graeci Vaticani saeculis XIII et XIV scripti annorumque notis instructi (Codices e Vaticanis selecti 28), Città del Vaticano, 1964, p. 67-70 (Reg. gr. 31) ; Id., Dated Greek Manuscripts of the Thirteenth and Fourteenth Centuries in the Libraries of Great Britain (Dumbarton Oaks Studies 17), Washington, 1980, p. 23-25 (Roe 7) ; 47-56 (Roe 22) ; 74-78 (Arundel 523) ; I. Hutter, Corpus der byzantinischen Miniaturhandschriften. 1, Oxford Bodleian Library I, Stuttgart, 1977, n° 20 (Roe 28) ; n° 60 (Laud. gr. 90) ; 3, Oxford, Bodleian Library III, Stuttgart, 1982, n° 27 (Roe 23) ; n° 116 (Roe 22) ; n° 136 (Arch. Selden B 46) ; H. Hunger, Ch. Hannick, Katalog der griechischen Handschriften der Österreichischen Nationalbibliothek. 4, Supplementum graecum, Wien, 1994, p. 297-299 (Suppl. gr. 174). []
  7. Le Hagia Trias 95 n’a pas été décrit par Tsakopoulos, mais il était présent, relié avec le 103 []
  8. Une première liste avait déjà été dressée par É. Legrand, « Notice… », cité supra n. 5, p. 206. Voir aussi G. Papazoglou, Βιβλιοθῆκες στὴν Κωνσταντινούπολη τοῦ ιςʹ αἰώνα (Κώδ. Vind. hist. gr. 98), Thessaloniki, 1983, p. 218-268, dont les conclusions sont toutefois à utiliser avec précautions. []