Archives par mot-clé : mis-en-avant

ISMSN : pour des identifiants uniques et stables pour les manuscrits

Alors que plusieurs projets d’identifiants stables des manuscrits existent déjà pour des groupes de livres définis, par langue (par exemple pour le grec, Diktyon) ou par genre, par exemple pour les manuscrits musicaux, la possibilité de créer un identifiant unique pour tous les manuscrits, quels que soient la langue, le contenu et le lieu de conservation, a peu à peu émergée. Les différentes possibilités ont été longuement discutées lors de la journée Manuscript IDs organisée par l’IRHT et Biblissima en avril 2017, et l’IRHT a alors été mandaté pour préparer un premier prototype, tandis que Biblissima se voyait confier la tâche de réfléchir aux modalités pratiques d’agrégation des données autour de cet identifiant (on trouvera ici un relevé des conclusions de cette rencontre). Ce projet a été présenté lors du colloque CENSUS, dont on trouvera ici un résumé de la première et de la seconde journée.

L’utilité de tels identifiants n’est plus à démontrer. Ils permettent de lever toute ambiguïté sur le manuscrit ainsi désigné – alors que la cote, complexe et longue si on veut l’exprimer dans tous ses détails, laisse parfois ouvertes des possibilités de confusion, entre bibliothèques, entre cotes anciennes et nouvelles, entre numéros de catalogue et cote en usage dans la bibliothèque, par exemple. Ils permettent également de mettre en relation de manière simple les différentes ressources électroniques qui les utilisent, au niveau le plus évident qui est celui des manuscrits eux-mêmes. L’utilisation de tels identifiants numériques permet une mise en relation des bases de données, catalogues, bibliothèques numériques, mais aussi un moissonnage des ressources qui en offrent la possibilité (par exemple via un entrepôt OAI-PMH) ou leur interrogation directe via une API.

Un premier prototype a été développé par le pôle numérique de l’IRHT, en particulier par Henri Seng et Cyril Masset. Fondé sur une API afin de faciliter l’interaction avec l’ensemble des autres ressources électroniques, il propose également une interface de consultation publique. La structure en est très simple : les manuscrits sont identifiés par Pays, Ville, Dépôt, Fonds, Cote ; une interface de recherche simple ou complexe est disponible, ainsi qu’un champ de recherche par identifiant. La recherche est facilitée par l’intégration dans le référentiel des formes équivalentes en langues multiples et géonames qui a été rendue possible par le travail antérieur de plusieurs collaborateurs de l’IRHT. Le référentiel actuel dispose de l’ensemble des cotes en usage à l’IRHT, en particulier dans la base de données Medium et dans d’autres bases du laboratoire, en attendant d’être alimenté par l’ensemble des partenaires.

Les fiches fournissent l’identification du manuscrit, son numéro identifiant ISMSN, ainsi qu’une adresse ark. Elles proposent également des liens, qui pour le moment sont issus des bases de données utilisées, mais qui pourront ensuite être librement complétés par les bibliothèques et centres de recherche partenaires, mais également par le travail d’agrégation des ressources en ligne qui a été en particulier confié à Biblissima.

La fiche type présente également les formes alternatives de la cote, qui peuvent être caractérisées (cotes anciennes, cotes catalogues, etc.).

Maintenant, que faire ? Il est évident qu’un tel projet ne pourra se développer que grâce à un large cercle de partenaires, qui dépasse largement ceux qui étaient réunis en avril 2017 ou lors du colloque CENSUS (résumé du premier et du second jour). Il faut maintenant élargir ce premier cercle, le formaliser, et envisager ensemble le développement et la collaboration autour de ce projet. En particulier, les modalités d’alimentation, de vérification et de validation du référentiel doivent être définies de manière commune. En outre, le moissonnage automatisé des ressources électroniques qui utilisent l’identifiant doit être prévu et développé, en particulier par Biblissima.

Enfin, la réflexion doit également être poursuivie afin de traiter des cas limites ou complexes. Le choix a été fait, dans un premier temps, de s’en tenir aux cotes de manuscrit, et de procéder, pour les parties de manuscrits ou les déplacements de manuscrits, en reliant les différentes instances, solution qui a déjà été appliquée avec succès dans plusieurs bases de données (voir par exemple Pinakes, où ce procédé est appliqué tant pour les cotes anciennes que pour les parties de manuscrits). Il faudra bien évidemment discuter en détail de tous les cas limites, qui ne doivent cependant pas venir entraver le processus général.

 

 

CENSUS. Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays, jour 2

Voici la suite du compte rendu du colloque CENSUS, Reccenser et identifier les manuscrits par langue et par pays. Vous trouverez dans un autre billet le compte rendu de la première journée.

Vendredi 13 octobre, le colloque a été accueilli à la Bibliothèque nationale de France, site François Mitterand, au Petit auditorium.

La séance du matin était consacrée aux recensements des manuscrits par langues, mais cette fois pour les langues vernaculaires.

B. Busch (Universität Siegen) a présenté le Handschriftencensus, recensement des manuscrits en langue allemande du 8e au 15e siècle. Partant de la genèse de ce riche outil, qui recense plus de 20000 manuscrits et près de 6000 œuvres, N. Busch a montré comment le projet est parti d’un travail parallèle et secondaire de passionnés, et de la juxtaposition d’entreprises multiples, pour aboutir maintenant à un financement de longue durée qui permet enfin d’envisager des développements de plus grande ampleur et une mise à jour de l’outil informatique.

M.-L. Savoye (RHT) a présenté la base de données Jonas, consacrée aux traditions manuscrites littéraires françaises et occitanes. La base de données présente actuellement 18567 textes, 18678 manuscrits et 455 imprimés anciens ; elle contient également un très important dépouillement bibliographique pour les textes et les manuscrits. La base de données présente une certaine flexibilité dans les niveaux de description, qui vont du simple signalement du manuscrit jusqu’à une fiche complète de catalogue, y compris au niveau codicologique. La base est en outre utilisée comme un outil de travail et de constitution de corpus par la section romane de l’IRHT.

G. Avenoza (Universitat de Barcelona) a présenté le portail PhiloBiblon, qui couvre les livres et  textes en langues castillane, portugaise et catalane jusqu’au début du 16e siècle, tant manuscrits qu’imprimés. Il regroupe trois bases de données différentes : BETA = espagnol (et dialectes anciens : aragonais, léonais, etc.) ; BITECA = catalan ; BITAGAP = portugais, galicien et ancienne koinè galicio-portugaise. Cet ensemble fournit à la fois un recensement des livres manuscrits ou imprimés, mais aussi une description plus ou moins approfondie des manuscrits, allant pour certains jusqu’à une notice codicologique détaillée et complète. Cet ensemble de ressources est issu d’un processus long, commencé d’abord par des publications papier puis informatisées et enfin mises en ligne.

Sandro Bertelli (Universita degli studi di Ferrara) a présenté le projet I manoscritti della letteratura italiana delle origini, qui consiste en une série de catalogues, publiés uniquement en version papier, et qui décrit en détail les manuscrits écrits en vulgaire italien jusqu’au milieu du 14e siècle. Ont également été ajoutés au projet les simples ajouts textuels en italien dans des manuscrits latins ou en d’autres langues. Les premiers volumes parus concernent Florence, où sont rassemblés la plus grande part de ces livres.

A. Bouwman (Leiden, University Library) et B. Besamusca (Univeristeit Utrecht) ont présenté la Bibliotheca Neerlandica Manuscripta, qui rassemble les manuscrits contenant des textes écrits en moyen néerlandais.  Cette base de donnée a une longue histoire, depuis les travaux de W. de Vreese à la fin du 19e siècle, et s’appuie d’abord sur d’importantes archives papier. Elle contient actuellement la description ou le signalement de 16000 manuscrits, pour 63000 témoins (occurrence d’un texte dans un manuscrit), et 7000 entrées liées à une autorité de personne, de lieu ou d’institution. La base pourrait également inclure, à terme, tous les manuscrits qui ont un lien historique avéré avec la zone linguistique néerlandaise, c’est-à-dire les manuscrits français, allemands, etc. qui ont circulé dans la zone ou y ont été possédés. Se posent d’ailleurs des questions de délimitation linguistique avec le recensement des manuscrits en langue allemande. La nouvelle interface de recherche est construite à partir de facettes, qui permettent de filtrer progressivement les résultats de manière complexe.

A.-M. Turcan Verkerk (SAPRAT, EPHE, IRHT, Biblissima) et R. Robineau (Biblissima) ont présenté l’état d’avancement de l’EquipEx Biblissima, dont les réalisations entrent dans leur phase finale. Ce projet a permis d’une part le financement de nombreux projets de recherche, de numérisation et d’édition de sources liées à l’histoire des bibliothèques, mais aussi la mise en place d’outils électroniques divers (voir la Boîte à outils Biblissima). Enfin, le pool de développement Biblissima a construit, à partir d’exports des bases de données partenaires du projet, une interface de consultation centralisée des données, avec un important travail d’alignement des données issues des différents partenaires et de structuration unifié, appuyé pour la visualisation des images sur une utilisation importante du iiif (voir infra). Un tel projet présente un caractère à la fois pionnier et exploratoire, dans la mesure où il repose sur un travail effectué sur des exports figés de bases de données, catalogues et bibliothèques numériques existants.

C. Fabian (Bayerische Staatsbibliothek, München) a poursuivi et rassemblé les réflexions entamées depuis le début du colloque autour des questions soulevées par la mise en réseau des ressources et des images des manuscrits. Parcourant les différentes approches, catalogues, autorités, bibliothèques numériques, bases de données spécialisées, C. Fabian a souligne la nécessité de mettre en place rapidement des moyens simples pour permettre au chercheur et à tout utilisateur de naviguer aisément au sein des différentes ressources numériques consacrées aux manuscrits, et rappelé le consensus qui commence à émerger autour de la solution d’identifiants uniques pour les manuscrits.

M. Cassin (IRHT) et H. Seng (IRHT) ont ensuite présenté le projet ISMSN (International Standard Manuscript Number), issu de longues réflexions et, plus récemment, des décisions collectives prises lors de la journée Manuscript IDs (voir ici un relevé de conclusion). L’idée de départ, très simple, est d’attribuer à tous les livres manuscrits (en commençant par les manuscrits médiévaux et modernes) un identifiant numérique stable et non-significatif, qui puisse à la fois être cité dans les publications papier et utilisé comme outil de mise en lien sur la toile. Les manuscrits sont définis et identifiés par leur cote dans la bibliothèque de conservation et les identifiants sont attribués uniquement à ce niveau cote. L’IRHT, mandaté par les partenaires réunies lors de la journée du 26 avril, a donc développé un premier référentiel, structuré par pays, ville, dépôt, fonds et cote, permettant la recherche des manuscrits. Chaque fiche fournit, outre la cote retenue, le numéro identifiant ISMSN, une adresse ark, d’éventuelles formes équivalentes, des liens issus des bases de données, bibliothèques numériques, catalogues partenaires. La structure de l’ensemble est construite à partir d’une API, permettant l’interaction aisée avec de nombreuses ressources web. L’alimentation de ce référentiel, qui a pour le moment été effectuée par l’IRHT à partir de l’important réservoir de cotes qu’il a peu à peu constitué pour les différentes langues et pays, devra bien évidemment être décidée de manière concertée et appuyée sur les partenaires, bibliothèques ou groupements de bibliothèques, institutions de recherches, etc. Une nouvelle rencontre au printemps prochain permettra de progresser en ce sens. On trouvera dans ce billet, ISMSN, une présentation plus détaillée du projet et de son avancement.

Ch. Denoël (BnF) et F. Siri (BnF) ont présenté l’important programme de numérisation et de catalogage financé par la Fondation Polonsky et mené conjointement par la Bibliothèque nationale de France et la British Library. Consacré aux manuscrits de France et d’Angleterre, 700-1200, le projet prévoit la numérisation de 800 manuscrits (400 dans chacune des deux institutions), leur catalogage mais aussi leur utilisation dans le cadre d’une diffusion culturelle auprès du grand public. Ce projet est également l’occasion de restaurer plusieurs pièces de grande importance parmi les manuscrits retenus.

M. Bonicel (BnF) présente enfin la mise en place du protocole iiif (International Image Interoperability Framework) à la BnF, qui est progressivement intégré aux ressources numériques de la BnF, entre autres à l’occasion du projet financé par la fondation Polonsky. Ce protocole permet une portabilité des images et offre à l’utilisateur la possibilité de ne pas être contraint par le visualiseur utilisé sur le site d’origine. Une telle souplesse permet, grâce à l’utilisation d’un visualiseur compatible comme Mirador, de comparer aisément des images de provenance diverse et de constituer des collections ad hoc.

F. Bougard (IRHT) a conclu ces deux riches journées.

CENSUS. Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays, jour 1

Les 12 et 13 octobre 2017 s’est tenu à Paris, à l’Institut de recherche et d’histoire des textes et à la Bibliothèque nationale de France, le colloque CENSUS, Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays. Il était organisé par François Bougard (IRHT), Matthieu Cassin (IRHT) et Amandine Postec (BnF). La rencontre visait à faire le point sur les entreprises de recensement de manuscrits médiévaux et modernes et les modalités de description des manuscrits dans ce cadre. Les approches retenues étaient pour l’essentiel des approches par langue ou par aire géographique. Enfin, le colloque a été pensé afin de confronter et de rapprocher les approches des chercheurs et des bibliothécaires, et d’envisager les moyens de mettre en relation de la manière la plus étroite possible les ressources scientifiques produites dans ces deux cadres.

Dans la mesure où la plupart des outils de ce genre sont maintenant conçus sous forme électronique – même si nombre d’entre eux ont d’abord existé sous forme de fichiers papier ou d’archives manuscrites – la question des modalités de mise en lien des différentes ressources sur les manuscrits, des identifiants pérennes liés aux manuscrits, aux personnes, aux textes et aux lieux a été centrale dans bien des discussions du colloque. C’est l’un des points qui sera mis en avant dans ce compte rendu rapide. On notera en outre qu’un projet d’identifiants uniques et pérennes pour les manuscrits (ISMSN) a été présenté par l’équipe de l’IRHT.

On trouvera ci-dessous le compte rendu de la journée du jeudi. Le compte rendu de la journée de vendredi se trouve dans cet autre billet.

La matinée du jeudi a été consacrée aux recensements des manuscrits par langue pour les périodes anciennes et médiévales. M. Depauw (KU Leuven) a présenté d’abord un outil déjà extrêmement avancé : Trismegistos. D’abord consacré à l’Égypte, ce portail cherche maintenant à couvrir l’ensemble du monde ancien méditerranéen, de 800 avant notre ère à 800 de notre ère. Son cœur de métier concerne les papyrus et l’épigraphie, mais d’autres sources sont également prises en compte. Issu de publications papier sur la prosopographie de l’Égypte ptolémaïque, le portail rassemble maintenant différentes ressources, autour des papyrus, des personnes, des textes, etc. Trismegistos contient non les textes ou les images, mais des metadata uniquement. Le portail attribue des identifiants stables à chacune des entités traitées, et ces identifiants sont déjà largement utilisés au sein de la communauté scientifique concernée. On relèvera également une active politique de collaboration avec d’autres bases de données, mais aussi l’intégration massive des ressources fournies par d’autres bases de données, qui sont intégrées dans le portail et consultables à travers lui.

M. Cassin (IRHT) a présenté ensuite les ressources disponibles en matière de recensement des manuscrits grecs. Prenant la suite de répertoires des bibliothèques et des catalogues de manuscrits publiés en version papier, mais aussi d’un projet plus ancien d’index général des catalogues de manuscrits grecs, la base de données Pinakes, textes et manuscrits grecs fournit un recensement aussi exhaustif que possible des manuscrits grecs conservés dans le monde entier. Ce recensement est complété par des informations détaillées sur le contenu des livres, mais aussi sur leur histoire. La BDD est également le lieu d’un dépouillement bibliographique par manuscrit, mais aussi d’un recensement des ressources numériques (catalogues en ligne, numérisations, bibliographies, etc.), tant au niveau du manuscrit que des bibliothèques ou des textes. Cette base de données sert également de point d’appui au réseau Diktyon, Réseau numérique pour les manuscrits grecs, qui réunit plusieurs projets en cours en ce domaine. Le réseau fournit des identifiants uniques numériques pour chaque manuscrit grec (Diktyon id), qui sont utilisés dans les différentes bases du réseau et permettent des liens automatiques entre les différentes ressources.

M. Rosenau (Akademie der Wissenschaften zu Göttingen) a présenté l’état des ressources pour les manuscrits coptes – essentiellement pour les textes littéraires, puisque les textes documentaires bénéficient d’autres ressources. Malgré le caractère pionnier du Corpus dei manoscritti copti letterari de Tito Orlandi, les ressources en ligne en ce domaine ont peu évolué depuis, ou seulement sur des zones très limitées. La difficulté est grande, du fait du caractère extrêmement fragmenté des manuscrits coptes et de la nécessité de remembrer les codices dispersés. Le projet consacré à l’Ancien Testament sahidique, en cours à Göttingen, réalisé à l’aide des ressources de l’Institut de Münster pour le texte néo-testamentaire, ne couvre qu’une petite portion des manuscrits coptes, dans l’optique d’une édition électronique appuyée sur un recensement des manuscrits et fragments de ce texte.

A. Binggeli (IRHT) a présenté les ressources pour les manuscrits syriaques – y compris les manuscrits garshuni, où l’arabe est noté en caractères syriaques. Si des répertoires papier existent pour les manuscrits syriaques et leurs catalogues, aucune entreprise électronique n’embrasse encore la totalité des livres. Une entreprise qui mêle reprise des catalogues existants et étude directe des manuscrit, e-ktobe, a été mise en place en collaboration entre l’IRHT et Orient et Méditerranée ; il s’agit aujourd’hui d’un catalogue, en TEI, des manuscrits syriaques, qui rassemble déjà environ 500 cotes. Elle s’appuie sur le portail de référence pour les études syriaques, syriaca.org, qui fournit des référentiels et des identifiants pour les personnes, les lieux et les textes, et contribue également à son développement. Il faut également mentionner dans ce domaine le travail effectué par la Hill Museum and Manuscript Library, qui numérise des manuscrits en Orient et met les images en ligne, avec une description très sommaire.

J. Olszowy-Schlanger (SAPRAT, EPHE, IRHT) a présenté les ressources pour les manuscrits hébreux, ou plutôt en caractère hébraïques, car nombreux sont les livres en langues vernaculaires notées en caractères hébraïques. On relèvera en particulier la bibliothèque numérique des manuscrits mise en place par la Bibliothèque nationale d’Israël, Ktiv, ainsi que les nombreux projets autour des fragments de Geniza. C’est ensuite le projet Books within books, consacré au recensement et à la description des fragments de manuscrits hébreux dans les bibliothèques européennes. La base de donnée qui sert à ce projet est en particulier marquée par le choix de nombreux champs à texte libre, destinés à laisser libre court au catalogueur, rejetant l’harmonisation des données au niveau de la recherche plutôt qu’au niveau de la saisie des données.

L’après-midi a été consacré aux entreprises par pays. Robert Giel (Staatsb.zu Berlin – Preussischer Kulturbesitz, Handschriftenabteilung) a présenté les réflexions en cours pour mettre en place le successeur de Manuscripta Mediaevalia, sous la forme d’un nouveau portail consacré aux manuscrits conservés en Allemagne (Handschriftenportal), qui réunira images, métadonnées, catalogues, mais aussi liens vers d’autres ressources détaillées sur les manuscrits traités. La limitation chronologique à la période médiévale sera supprimée. L’ensemble est organisé autour du manuscrit considéré comme objet culturel, tandis que les différentes descriptions, images, etc. s’articulent autour de ce point central.

Ch. Flueler (Université de Fribourg) a ensuite présenté la bibliothèque numérique des manuscrits de Suisse, e-codices. Cette bibliothèque vise à rassembler l’ensemble des manuscrits de Suisse, ainsi qu’une sélection de manuscrits modernes. 1400 sont déjà en ligne, soit environ 20 % des collections. Ch. Flueler a également présenté les modalités de financement et d’organisation d’un tel projet à l’échelle d’un pays, en étroite articulation avec les bibliothèques et les bibliothécaires, mais aussi sous l’angle du financement et de la pérennisation.

Ch. Glassner (Österreichische Akademie der Wissenschaften) a présenté l’entreprise de recensement et de description des manuscrits médiévaux en Autriche, qui est également liée à un répertoire de filigranes et à un répertoire des manuscrits hébraïques. La physionomie des bibliothèques d’Autriche est très particulière, avec une importance fondamentale des bibliothèques conventuelles, à côté de la Bibliothèque nationale d’Autriche ; sur les 150 bibliothèques qui renferment des manuscrits, 60 sont conventuelles. La description des manuscrits s’appuie sur les catalogues antérieurs, mais aussi sur des entreprises de catalogage sur nouveaux frais, et est accompagnée autant que possible de numérisations des manuscrits. Le portail fournit, pour tous les manuscrits, un identifiant numérique unique non significatif, et un sigle du manuscrit. Les auteurs sont normalisés en lien avec la Gemeinsame Normdatei.

Lisa Fagin Davis (Medieval Academy of America) a présenté la situation du recensement des manuscrits aux États-Unis d’Amérique, pays pour lequel elle vient de réaliser un nouveau Census, qui prend la suite de celui de Ricci et de son supplément. L’évolution des collections de manuscrits aux USA a été extrêmement forte, avec plus que le doublement des collections publiques conservant des manuscrits, et l’explosion du phénomène des single leaves, issues du démembrement de manuscrits. Très peu de ces collections sont cataloguées, et aucune entreprise centralisée n’existe ni pour le catalogage, ni pour les numérisations, même si plusieurs projets réunissent déjà un grand nombre de numérisations, comme Digital Scriptorium ou la Bibliotheca Philadelphiensis (voir une liste ici).

M. Maniaci (Università degli studi di Cassino) a présenté le projet MaGI (Manoscritti greci d’Italia). Conçu au départ pour fournir un recensement des manuscrits grecs d’Italie, accompagné de planches paléographiques pour chaque unité de production, voir pour chaque main, le projet s’est pour l’instant réorienté vers le catalogage détaillé ou la révision de catalogues existants pour les manuscrits d’un certain nombre de bibliothèques (249 notices sont déjà en ligne, plus du double en révision ou en préparation). Le projet a été réalisé dans le cadre de la Nuova Bibliotheca Manoscritta, prévue pour les manuscrits de la Vénétie. La complexité des structures et des tutelles italiennes a largement alourdi le projet et sa continuation.

L. Negrini (ICCU, Roma) a présenté les procédés de constitution de listes d’autorité et les règles de normalisation au sein de l’outil de catalogage unique pour les manuscrits d’Italie, ainsi que le portail Manusonline, qui recense les manuscrits des bibliothèques italiennes.

S.Bertelli (Università degli Studi di Ferrara) a rapidement présenté le projet des Manoscritti datati d’Italia, conduit et publié par l’Association italienne des manuscrits datés, fondée en 1994. 27 catalogues, présentant 3000 manuscrits, ont déjà été publiés. Les informations dérivées des catalogues déjà publiées sont accessibles en ligne sur le site du projet.

A. Postec (BnF), C. Poiret (CCFr, BnF) et P. Latour (Calames, Bibl. Mazarine) ont présenté trois outils et portails de catalogage des manuscrits des collections publiques de France, Archives et manuscrits pour la BnF, la partie manuscrit du CCFr, qui permet aussi l’interrogation des autres ressources, et Calames, pour les bibliothèques de l’enseignement supérieur. Les trois bibliothécaires ont présenté les modalités du catalogage en EAD dans ces trois cadres, les outils de normalisation et d’autorité (en particulier idRef et les autorités BnF), ainsi que les perspectives d’évolution. Cette présentation très stimulante a permis aux chercheurs de mieux comprendre les modalités du travail et les outils employés par les bibliothécaires dans le cadre français.

Nouvelle parution: Les manuscrits syriaques de parchemin du Sinaï et leurs ‘membra disjecta’

La Section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT est heureuse d’annoncer la parution récente de l’ouvrage de Paul Géhin, directeur de recherche émérite :

Paul Géhin, Les manuscrits syriaques de parchemin du Sinaï et leurs membra disjecta (Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, 665 ; Subsidia 136), Leuven, Peeters, 2017.

Paul Géhin, Les manuscrits syriaques de parchemin du Sinaï et leurs « membra disjecta »

L’ouvrage est consacré à une petite partie du riche patrimoine livresque de la bibliothèque du monastère de Sainte-Catherine au Sinaï : les manuscrits syriaques écrits sur parchemin.

Bénéficiant de l’apport des « Nouvelles découvertes » de 1975 et de l’identification d’un grand nombre de membra disjecta présents dans les bibliothèques étrangères, l’auteur s’emploie à reconstituer l’état de ces manuscrits, tel qu’il devait être au début du XIXsiècle, avant que ne s’opère un important processus de fragmentation et de dispersion.

Ms Sinaï Syr. 44, f. 214v-215r © Library of Congress

De contenu presque exclusivement religieux (biblique, patristique et liturgique), ces manuscrits sont des témoins précieux des usages du livre dans les communautés chrétiennes de langue syriaque ; leur copie s’étend sur une période de huit siècles (de l’extrême fin du Vs. à la fin du XIIIe s.).

Ms Sinaï Syr. 26, f. 25v-26r © Library of Congress

Le travail de reconstitution ici entrepris donne une vue d’ensemble de la part ancienne du fonds syriaque de Sainte-Catherine, bien plus précise que l’inventaire sommaire établi par Agnes Smith Lewis en 1894, et marque une étape importante vers la réalisation d’un catalogue moderne. Il met en relation des fragments maintenant conservés à des milliers de kilomètres de distance (des USA au Japon en passant par l’Europe). Il offre aux spécialistes (éditeurs de textes, biblistes, liturgistes, historiens, codicologues) une base renouvelée et plus sûre pour de futures recherches.

Ms Sinaï Syr. 5, f. 11v-12r (détail) © Library of Congress

L’ouvrage peut être acheté sur le site de l’éditeur, Peeters.

Quelques articles tirés de ce corpus :

– Paul Géhin, « Écrire le grec en lettres syriaques : les hymnes du Sinaï syr. 27 », dans J. den Heijer, A. Schmidt, T. Pataridze (éd.), Scripts Beyond Borders. A Survey of Allographic Traditions in the Euro-Mediterranean World (Publications de l’Institut Orientaliste de Louvain, 62), Louvain-la-Neuve 2014, p. 155-185.

Paul Géhin, « L’étonnant destin d’un Psautier jacobite du XIIIe siècle : Sinaï syr. 43 + Vatican Syr. 647, ff. 24-26 », Hugoye. Journal of Syriac Studies 18 (2015), p. 53-65.

Paul Géhin, « Sinaï syriaque 29 ou 31 ? Sur quelques problèmes de cote dans la série des manuscrits syriaques de Sainte-Catherine », Le Muséon 129 (2016), p. 117-131.

— Paul Géhin, « Saint Jean Chrysostome dans les manuscrits syriaques du Sinaï », dans F. P. Barone, C. Macé, P. A. Ubierna (éd.), Philologie, herméneutique et histoire des textes entre Orient et Occident. Mélanges en hommage à Sever J. Voicu (Instrumenta Patristica et Mediaevalia, 73), Turnhout 2017, p. 867-893.

— Paul Géhin, « Un cas insolite d’allographie : la litanie diaconale grecque en écriture syriaque sogdienne du ms. Leiden Oriental 14236 », à paraître dans Le Muséon.

Vat. sir. 647, f. 4r (détail), folio provenant du ms. Sinaï syr. 8 (© Biblioteca Apostolica Vaticana)

 

Un Métropolite méconnu en Occident : Ἄνθιμος Ἀλεξούδης, « Φιλόμουσος »

Le récent colloque organisé en Turquie par la Section grecque de l’Institut de recherche et d’histoire des textes autour de la bibliothèque du monastère de la Sainte Trinité de Halki (Bibliothèques grecques à Constantinople à l’époque du Patriarche Métrophane III), nous a donné l’opportunité de consulter les registres épistolaires du Patriarcat Œcuménique de Constantinople (Οἰκουμενικὸς Πατριάρχης) couvrant la seconde moitié du XIXè siècle. Au cœur de cette correspondance, de très nombreux courriers sont adressés à son Éminence le Métropolite de Berat, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης.

Activité pastorale

Né en 1824, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης étudia notamment à Constantinople, à la Μεγάλη του Γένους Σχολή, dont le bâtiment actuel domine aujourd’hui, à Istanbul, la Corne d’Or et le quartier du Phanar.

 

Μεγάλη του Γένους Σχολή, Istanbul (octobre 2015) (5)
Μεγάλη του Γένους Σχολή, Fatih, Istanbul
© Didier Lafleur
Μεγάλη του Γένους Σχολή, Istanbul (octobre 2015) (7)
Μεγάλη του Γένους Σχολή, Fatih, Istanbul
© Didier Lafleur

Ordonné Métropolite à l’âge de 31 ans, Ἀλεξούδης, désormais Ἄνθιμος τῶν Βελεγράδων selon les Actes du Patriarcat, fut Métropolite de la ville de Berat, en Albanie, de 1855 à 1887. À cette date et jusqu’en 1908, sur décision du Saint Synode, il devient Métropolite de la ville d’Amasya – aujourd’hui importante ville turque des bords de la mer Noire. Grand érudit, polyglotte, auteur de nombreux ouvrages et articles traitant autant des sciences ecclésiales que des humanités, Ἀλεξούδης ne cessera de publier jusqu’à sa mort, à Constantinople, en 1909[1], dans le monastère adjacent à l’église Sainte Marie des Mongols (Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης / Παναγία Μουχλιώτισσα)[2], à quelques mètres à peine de l’actuelle Grande École de la Nation.

Sainte Marie des Mongols, 1877
Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης / Παναγία Μουχλιώτισσα, Fatih, Istanbul, en 1877

Érudition et manuscrits grecs

Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης-Παναγία Μουχλιώτισσα, extérieur LB (octobre 2015) (10)
Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης / Παναγία Μουχλιώτισσα
© Luc Brogly

Le nom d’ Ἄνθιμος Ἀλεξούδης a peu circulé en Europe occidentale et la préparation de notre étude sur les manuscrits grecs du Nouveau Testament conservés à Tirana (Albanie) nous permet aujourd’hui d’éclairer un peu mieux cette figure méconnue de la catalographie. Outre ses compositions liturgiques – les Archives nationales d’Albanie conservent de lui une courte prière qu’il composa pour l’érection d’un nouveau clocher à Berat en 1884[3], ses recherches sur l’épigraphie grecque et sur l’histoire de l’Église Orthodoxe[4], Ἀλεξούδης a consacré une grande part de ses travaux à la description des manuscrits.

Dans l’une de ses premières études, publiée en 1868 et intitulée Σύντομος Ιστορική Περιγραφή τῆς Ἱερᾶς Μητροπόλεως Βελεγράδων[5], Ἄνθιμος Ἀλεξούδης édite l’acte de son élection ainsi que le berât de l’autorité civile, mais il évoque aussi plusieurs manuscrits grecs, dont certains de grand luxe, écrits en lettres d’or et d’argent sur parchemin pourpre. C’est cette publication qui permettra au prêtre français Pierre Batiffol d’étudier sur place, en 1885, les précieux manuscrits grecs décrits par le Métropolite.

Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης-Παναγία Μουχλιώτισσα, extérieur LB (octobre 2015) (12)
Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης-Παναγία Μουχλιώτισσα (intérieur)
© Luc Brogly

Publications

Curieusement, c’est à partir de 1890, alors qu’il est déjà installé à Amasya, à deux mille kilomètres de son ancien évêché, qu’il commencera à publier ses descriptions codicologiques. Il dressera l’inventaire, notamment de 1892 à 1901, des manuscrits scripturaires et liturgiques possédés par certaines églises des villes albanaises de Berat et de Vlora, mais aussi de manuscrits qui sont sa propriété et dont nous pouvons affirmer aujourd’hui qu’ils firent le voyage jusqu’à Amasya. Hormis le récit de Pierre Batiffol en 1885, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης est le seul et unique témoin de la circulation de ces manuscrits grecs.

De nombreux érudits ont loué avec raison « l’admirable soin » avec lequel le Métropolite avait consigné les actes ecclésiaux. Ainsi en 1903, Heinrich Gelzer, contemporain d’ Ἀλεξούδης :

Anthimos muß während seiner Verwaltung der Belgrader Eparchie einen staunenswerten Fleiß entwickelt haben, um dieses massenhafte Material im ganzen so wohlgeordnet zusammenzubringen [6].

Durant son administration de l’Éparchie de Berat, Anthimos doit avoir développé un zèle étonnant pour rassembler d’une manière aussi ordonnée tant de documents.

KOD. BR. 66 contreplat supérieur (2)
© Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes 66

On doit ajouter à ces relevés scrupuleux et à son érudition, une activité pastorale intense (monastère d’Ardenoussa) ainsi que sa vocation à former les générations futures (École théologique de Berat), malgré des relations parfois tendues avec l’autorité civile, l’Empire ottoman. Ainsi que le rapportait Pierre Batiffol en 1887, « on ne le cite jamais sans lui donner l’épithète de Φιλόμουσος, et M. Anthime Alexoudis l’a bien méritée ».

Didier Lafleur, IRHT, CNRS – Luc Brogly

Le Grand Archimandrite Βησσαρίων Κομζιάς (Paroisse de Sainte Marie des Mongols, Οἰκουμενικὸς Πατριάρχης), Luc Brogly, Didier Lafleur
© Luc Brogly

[1] La tradition rapporte que la tombe du Métropolite se trouve au monastère τῆς Θεοτòκου τῆς Πηγῆς (Balıklı Meryem Ana Rum Manastiri), situé non loin des remparts terrestres de Constantinople. Malgré nos recherches à l’intérieur même du monastère, mais aussi dans le carré des métropolites situé à l’extérieur de ce périmètre, nous n’avons pu localiser la tombe d’Anthime Alexoudis.

[2] Voir R. Janin, La géographie ecclésiastique de l’empire byzantin, 1ère partie. Le siège de Constantinople et le Patriarcat Œcuménique, t. III. Les églises et les monastères, Paris, 19692, p. 213-214.

[3] Voir K. Giakoumis, « The Orthodox Church in Albania under Ottoman Rule 15th-19th Century », dans O. J. Schmitt (éd.), Religion und Kultur im albanischsprachigen Südosteuropa, Pro Oriente 4, Schriftenreihe der Kommission für südosteuropäische Geschichte, Frankfurt am Main: Peter Lang, 2010, p. 76-77.

[4] À titre d’exemple: « Περὶ τινων νομισμάτων καὶ ἐπιγραφὴ Μακεδονίας καὶ Θρᾳκῆς », Ὁ ἐν Κωνσταντινουπόλει Ἑλληνικὸς Φιλολογικὸς Σύλλογος, 4 (1871): 124-125; « Συμβολαὶ εἰς τὴν ἱστορίαν τῶν μεταξὺ τῶν Ἐκκλησιῶν σχέσεων », ΕΑ 9/15 (1889): 117-118; « Χρονολογικὸς κατάλογος τῶν πάλαι ποτὲ ἀρχιεπισκόπων τῆς Α´ Ἰουστινιανῆς Ἀχριδῶν », ΕΑ 9/20 (1889): 158; « Τὰ ληξιαρχικὰ βιβλία παρ’ ἡμῖν », ΕΑ 9/30 (1889): 235; « Συνοδικαὶ πράξεις τῆς Ἀρχιεπισκοπῆς Ἀχριδῶν καὶ πάσης Βουλγαρίας », ΔΙΕΕ 4 (1892 [1893]): 547-573.

[5] … καὶ τῆς ὑπὸ τὴν πνευματικὴν αὐτῆς δικαιοδοσίαν ὑπαγομένης χώρας, νῦν πρῶτον συνταχθεῖσα καὶ ἰδίοις ἀναλώμασι τύποις ἐκδοθεῖσα ὑπὸ τοῦ Μητροπολίτου Βελεγράδων Ἀνθίμου Δ. Ἀλεξουδη τοῦ ἐκ Μαδύτων τῆς Θρᾳκικής Χερσονήσου, Ἐν Κέρκυρᾳ: Τυπογραφεῖον « Η ΙΟΝΙΑ » Ἀδελφῶν Κάων, p. 113-115.

[6] « Der wiederaufgefunden Kodex des hl. Klemens und andere auf den Patriarchat Achrida bezügliche Urkundensammlungen », in Berichte über die Verhandlungen der königlichen Sächsischen Gesellschaft der Wissenschaften zu Leipzig, Philol. hist. Klasse, LV-2, Leipzig, 1903, p. 49.

Manuscrits, littérature et histoire religieuse: Le Congrès annuel de la SBL, novembre 2015, Atlanta

Le Congrès annuel de la Society of Biblical Literature (SBL) – en association avec l’American Academy of Religion (AAR) – se tenait cette année dans le sud des États-Unis, en Géorgie, à Atlanta, du 21 au 24 novembre. L’ensemble des thèmes consacrés à la littérature biblique y étaient abordés, y compris le programme dédié à la critique textuelle du Nouveau Testament qui proposait trois sessions.

Hotel Hyatt Regency, Lobby Level, Atlanta (2)
Atlanta, Hotel Hyatt Regency, Lobby Level
© Didier Lafleur

Manuscrits pourpres et critique textuelle

Concernant les sources grecques, plusieurs manuscrits ont été particulièrement mis en lumière. Elijah Hixson (University of Edinburgh), a ainsi mis l’accent sur le codex Sinopensis (Paris, BnF, Supplément grec 1286), l’un des rares manuscrits grecs copiés en écriture majuscule sur parchemin pourpre. Daté du 6ème siècle, ce manuscrit, acquis en 1894 par un officier français à Sinope (Turquie), fut publié par Henri Omont en 1900[1], et sa parenté textuelle hâtivement classée par Hermann von Soden[2]. L’enquête d’Elijah Hixson, « Real or Perceived Scribal Habits ? Assessing the ‘Singular Readings Method’ with Codex Sinopensis (Gregory-Aland O.023) », proposait pour la première fois une approche détaillée des leçons de ce luxueux manuscrit sur la base de la Singular Readings Method, un processus critique permettant de mieux cerner les variantes propres d’un document. Prenant en compte la parenté textuelle précédemment établie, Hixson a mis en parallèle les leçons de deux autres manuscrits pourpres: le codex Petropolitanus (Gregory-Aland N.022, Sankt-Peterburg, Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. N°906, Gr. 537 [Granstrem 18]), et le codex Rossanensis (Gregory-Aland Σ.042, Rossano Calabro, Museo Diocesano di Arte Sacra, Ms. 1). Sur la base de collations réalisées à partir du facsimilé, Elijah Hixson a montré l’incertitude de la méthode appliquée, soulignant à la fois la complexité à construire un stemma reliant ces trois luxueux manuscrits. Comme cela avait été évoqué lors de la conférence de San Diego en 2014 à propos du codex Beratinus 1 (Gregory-Aland Φ.043, Tiranë, Arkivi Qendror Shtetëror, Drejtoria e Përgjithshme e Arkivave, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes 1), l’étude du codex Sinopensis souligne un peu plus la fluidité des textes copiés au 6ème siècle, y compris sur parchemin de grande valeur.

Paris, BnF, Supplément grec 1286, ff. 28v-29r
Paris, BnF, Supplément grec 1286
© Bibliothèque nationale de France

Sources grecques

À nouveau cette année, était à l’honneur un groupe de manuscrits grecs, copiés en écriture minuscule, au texte bien repéré – particulièrement pour l’évangile de Marc: la Famille 1. Identifiée dès le début du 20ème siècle comme l’un des témoins de premier ordre du Nouveau Testament, ce groupe suscite depuis quelques années un renouveau rare au sein des études critiques néotestamentaires (Amy S. Anderson, Alison Welsby[3]). À Atlanta, Jessica Shao (University of Minnesota-Twin Cities), s’est particulièrement attachée à l’analyse des manuscrits dits « du groupe de Venise »: Biblioteca Nazionale Marciana, Gr. Z 5 (Gregory-Aland 205), et Biblioteca Nazionale Marciana, Gr. Z 6 (Gregory-Aland 2886), cherchant à savoir lequel était le modèle de l’autre. Au-delà de la controverse avec les précédentes études, la recherche de Jessica Shao montre la pertinence et la pérennité de cet axe de recherche depuis la mise en lumière de cette famille par Kirsopp Lake au siècle dernier.

Post020
Collection New Testament Tools and Studies XXXII, Leiden-Boston: Brill, 2004.

Parmi les autres présentations consacrées aux manuscrits, notons la communication de Darius Müller (Kirchliche Hochschule Wuppertal/Bethel), sur le texte de l’Apocalypse dans un manuscrit du monastère des Météores, Μονὴ Μεταμορφώσεως 573 (Gregory-Aland 2329 et 2351). Prenant appui sur la récente édition de Panayiotis Tzamalikos (An Ancient Commentary on the Book of Revelation, CUP, 2013), et sur ses propres collations, Darius Müller a posé la question de la parenté exacte des deux manuscrits et de leur filiation au sein de la tradition textuelle de l’Apocalypse.

Hotel Marriott Marquis, Lobby Level, Atlanta
Hotel Marriott Marquis, Lobby Level, Atlanta
© Didier Lafleur

Histoire religieuse

L’organisation conjointe de la Society of Biblical Literature et de l’American Academy of Religion, offrait cette année encore de multiples opportunités d’échanges et de contacts au sein même de l’histoire religieuse, à l’intérieur et à l’extérieur du monde chrétien. Sous les auspices de l’AAR s’est tenue une session consacrée à la Société Internationale d’Études sur Alfred Loisy, dont le thème « Contexts and Criticism of Loisy’s Ecclesiology » abordait le rôle de ce prêtre catholique français, excommunié par Rome en 1908, et qui fut au centre de la crise moderniste dès la fin du 19ème siècle. Au nombre des intervenants, notons les communications de Charles J. T. Talar (University of Saint Thomas, Houston) sur les relations entre Alfred Loisy et Pierre Batiffol, prélat français déjà évoqué dans les colonnes de ce blog à propos des manuscrits grecs et latins, et celle de Danny Praet (Université de Gand) sur l’édition prochaine de la correspondance entre Franz Cumont et Loisy.

Entre actualité des Humanités digitales et recherche biblique, manuscrits grecs et littérature religieuse, le millésime 2015 offrait en outre, sous les auspices de l’AAR, la réalisation d’un mandala fait de sables colorés, exécuté par les moines tibétains du monastère de Drepung Loseling, Atlanta. Cette œuvre éphémère, composée au cours des quatre journées du congrès et détruite lors de la cérémonie de clôture, était à l’image de la recherche biblique : impermanente et pérenne.

AAR, Drepung Loseling Monastery, Mandala Sand Painting
Drepung Loseling Monastery, Mandala Sand Painting
© Luc Brogly

Luc Brogly – Didier Lafleur (IRHT, CNRS)

[1] Notice sur un très ancien manuscrit grec de l’Évangile de saint Matthieu en onciales d’or sur parchemin pourpré et orné de miniatures conservé à la Bibliothèque nationale (N°1286 du Supplément grec), tiré des Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques, t. XXXVI, Paris: Librairie C. Klincksieck, 1900.

[2] Die Schriften des Neuen Testaments in ihrer ältesten erreichbaren Textgestalt hergestellt auf Grund ihrer Textgeschichte. I. Teil, Untersuchungen, II. Abteilung: Die Textformen, A. Die Evangelien, Berlin: Arthur Glaue, 1907, p. 1245-1259.

[3] A Textual Study of Family 1 in the Gospel of John, Arbeiten zur Neutestamentlichen Textforschung 45, Berlin-Boston: De Gruyter, 2014.

Around the Holy Trinity of Halki: Greek Libraries in Constantinople at the time of Patriarch Metrophanes III (16th c.)

Du 14 au 16 octobre se tiendra à Istanbul le colloque « Around the Holy Trinity of Halki: Greek Libraries in Constantinople at the time of Patriarch Metrophanes III (16th c.) », que nous organisons dans le cadre du projet ANR i-stamboul, en partenariat avec le Research Center for Anatolian Civilization de l’Université Koç (Koç University-Stavros Niarchos Foundation, Center for Late Antique and Byzantine Studies) et l’Institut français d’études anatoliennes. Le colloque est placé sous l’égide du Patriarcat œcuménique et sera ouvert par sa Sainteté Bartholomée.

Affiche du colloque
Affiche du colloque

Le colloque “Around the Holy Trinity of Halki: Greek Libraries in Constantinople at the time of Patriarch Metrophanes III (16th c.)” sera consacré à la constitution ou à la reconstitution des bibliothèques grecques à Constantinople et aux alentours dans les deux siècles qui suivirent la chute de Byzance. Il se concentrera sur le cas emblématique de la bibliothèque fondée au 16e s. par le futur patriarche Métrophane III au monastère de la Sainte-Trinité sur l’île de Halki et marquera le point culminant du projet i-Stamboul consacré à cette bibliothèque. Le colloque mettra en lumière le contexte matériel, culturel et religieux qui permit à cette époque la fondation ou la reconstruction de nouveaux monastères dans la région de Constantinople et en particulier aux Îles des Princes, ainsi que la constitution de bibliothèques au sein de ces monastères. Au-delà des considérations économiques et sociales, il étudiera la disponibilité des livres et la permanence de la culture grecque dans la capitale ottomane, ainsi que les représentations et l’imaginaire des bibliothèques et des livres. La bibliothèque de la Trinité, qui est étroitement liée à l’institution patriarcale, est aussi un terrain favorable pour étudier l’activité culturelle et religieuse de la Grande Église à Constantinople à cette époque, ses relations avec le pouvoir ottoman, mais aussi, plus largement, à travers la diplomatie des livres, l’histoire des échanges culturels et religieux entre l’empire ottoman et l’Europe.

Le colloque fait partie d’un programme plus large sur les bibliothèques grecque dans l’empire ottoman, conduit par l’Institut de recherche et d’histoire des textes à Paris, qui porte sur l’héritage culturel de Byzance après 1453. L’objectif scientifique est de parvenir à une meilleure compréhension du sort et du rôle des bibliothèques grecques dans l’empire ottoman et, par conséquent, de contribuer à faire émerger de nouvelles questions et de nouvelles méthodes dans le champ de l’histoire des livres et des bibliothèques grecques. Un premier colloque intitulé “The Greek libraries in the Ottoman Empire (16th-20th c.): New Perspectives” s’est tenu à l’Université de Crète les 26 et 27 mai 2015. Il a porté sur l’histoire des bibliothèques et la circulation des livres grecs dans l’empire ottoman, en s’ouvrant sur une période plus récente (16e-20e s.)

Voici le Programme du colloque d’Istanbul ; les résumés sont accessibles à partir du titre de chaque communication.

Wednesday October 14 (Theological School, Halki)

10:30-10:45 Salutation by His All-Holiness Bartholomaios, Ecumenical Patriarch of Constantinople

Inaugural Session
10:45-11:00 Welcome by His Eminence Elpidophoros, Metropolitan of Bursa, Abbot of the Holy Trinity
11:00-11:30 Introduction of the conference by André Binggeli & Matthieu Cassin (IRHT-CNRS, Paris)
11:30-12:15 Dimitris Apostolopoulos (Nat. Hellenic Research Foundation, Athens), Μητροφάνης Γ´ πατριάρχης και λόγιος

14:00-15:00 Visit of the Theological School and its Library

Monasteries on the Princes Islands
15:00-15:45 Alessandra Ricci (Koç University, Istanbul), Byzantine-period monastic foundations on the Princes Islands and vicinities: an overview
15:45-16:30 Jean-Pierre Grélois (Orient et Méditerranée, CNRS, Paris) and Alexis Chryssostalis (IRHT-CNRS, Paris), The Patriarchate of Constantinople and the Princes Islands through Western travellers eyes

Ste-Trinité16

Thursday October 15 (RCAC, Koç University)

9:00-9:15 Welcome by Engin Akyürek, director of the Koç University-Stavros Niarchos Foundation, Center for Late Antique and Byzantine Studies at RCAC

The Patriarchate in the 16th century and its monasteries

9:15-10:00 Dean Sakel (Türk Tarih Kurumu), The Greek chronicles of the 16th century and the Patriarchate of Constantinople
10:00-10:45 Paraskevas Konortas (University of Athens), The Patriarchate of Constantinople in the Ottoman sources
10:45-11:15 Coffee break
11:15-12:00 Vera Tchensova (Orient et Méditerranée, CNRS, Paris), The Princes Islands and the Slavic World (16th-17th c.)
12:00-12:45 Youli Evangelou (National Hellenic Research Foundation, Athens), «τὸ ἐν τῇ νήσῳ Χάλκῃ… μοναστήριον… ὁ… Μητροφάνης… ἀνήγειρεν». Foundations and Reconstructions of Monasteries in the Ottoman Empire in the 16th Century

The Patriarchal Library and libraries of Patriarchs

14:00-14:45 Marie-Hélène Blanchet (Orient et Méditerranée, CNRS, Paris), Books and their use in the Patriarcate of Constantinople (1453-ca. 1550)
14:45-15:30 Matthieu Cassin (IRHT, CNRS, Paris), History of the monastery of the Holy Trinity and its Library
15:30-16:00 Coffee break

Constantinople, Jerusalem, Athos

16:00-16:45 Vassa Kontouma (EPHE, Paris), Les livres de Dosithée II de Jérusalem et la Bibliothèque du Métochion du Saint-Sépulcre au 17e siècle
16:45-17:30 Kriton Chryssochoïdis (National Hellenic Research Foundation, Athens) Book donations to Athonite Monasteries and the early formation of their libraries
17:45-18:30 Dieter Reinsch (Freie Universität Berlin), The Greek Manuscripts collected in the Library of the Sultan
19:00 Cocktail

Ste-Trinité58

Friday October 16 (IFEA)

9:00-9:15 Welcome by Jean-François Pérouse, director of the Institut français d’études anatoliennes

Copying and restoring books in Constantinople

9:15-10:00 Marie Cronier (IRHT-CNRS Paris), Copie et restauration de manuscrits à la bibliothèque de la Sainte-Trinité (16e-19e s.)
10:00-10:45 Paul Géhin (IRHT-CNRS, Paris), Scribes du milieu patriarcal
10:45-11:15 Coffee break

Occidental travellers and books

11:15-12:00 Christian Gastgeber (Austrian Academy of Sciences, Vienna), Ogier Ghislain de Busbecq et ses manuscrits grecs du Patriarcat de Constantinople
12:00-12:45 André Binggeli & Pierre Augustin (IRHT-CNRS, Paris), Usage et dispersion vers l’Europe des manuscrits de la Sainte-Trinité
13:00-13:30 Conclusions

Localisation

La séance du mercredi 14 octobre aura lieu à l’École théologique de Halki.

 

La séance du jeudi 15 octobre aura lieu au Koç University Research Center for Anatolian Civilizations : İstiklal Caddesi No: 181 Merkez Han 34433 Beyoğlu, İstanbul.

La séance du vendredi 16 octobre aura lieu à l’Institut français d’études anatoliennes : Institut Français d’Études Anatoliennes
Palais de France, Nur-i Ziya Sokak, 10 P.K.54, 34433, Beyoğlu, Istanbul.
ATTENTION : Pour l’accès à l’IFEA, qui se trouve dans les locaux consulaires, prévoir une pièce d’identité ; merci d’arriver un peu en avance le vendredi, le temps de passer le contrôle de sécurité à l’entrée.

Livres, lecteurs et manuscrits : Rencontres néotestamentaires à Amsterdam (SNTS, juillet 2015)

Les Pays-Bas accueillaient cette année, du 29 juillet au 1er août,  le 70ème congrès de la SNTS (Studiorum Novi Testamenti Societas) dans les locaux de l’Université libre d’Amsterdam (Vrije Universiteit). Lieu de rencontre privilégié de la communauté académique et scientifique internationale dont l’objet d’étude et d’enseignement a trait aux textes et aux supports du Nouveau Testament, le congrès 2015 regroupait cette année près de 260 membres et invités et proposait à la fois conférences, communications et séminaires dans un esprit de convivialité et d’échanges mutuels.

SNTS 2015 Program

Outre les quatre conférences plénières – dont celle de Jean-Daniel Dubois (École pratique des hautes études, Paris) sur le docétisme et les christologies gnostiques – seize séminaires, répartis sur trois journées, offraient aux participants les plus récents états de la recherche néotestamentaire. Parmi les groupes de travail proposés, le séminaire de critique textuelle du Nouveau Testament alliait cette année codicologie, philologie et histoire des bibliothèques et des manuscrits, mettant particulièrement en relief l’histoire de la circulation du codex Sinaiticus (Londres, British Library, Additional 43725).

Format et lecture : Approches comparées

Animée par Juan Chapa (Universidad de Navarra, Pamplona) et Claire Clivaz (Swiss Institute of Bioinformatics, Lausanne), la première séance s’est intéressée aux différents formats du document manuscrit et notamment à la transition rouleau-codex dans le contexte des premiers temps du christianisme. Les deux intervenants ont relevé l’impact du livre manuscrit sur les premières communautés, s’interrogeant sur la pertinence des notions de lecture « intensive », qui pourrait être propre au rouleau, ou « extensive », qui pourrait se rattacher à la lecture du codex. Prenant appui sur de précédents travaux, notamment ceux de Guglielmo Cavallo et de Roger Chartier, Juan Chapa et Claire Clivaz ont mis en perspective les supports (papyrus et parchemin), leurs écrits et leurs usages, de l’Antiquité au Moyen Âge, déroulant ainsi le fil d’une théorisation de la lecture qui se prolonge aujourd’hui avec une acuité toute particulière due à la pleine expansion des Humanités digitales.

Vrije Universiteit Building

Critique textuelle néotestamentaire

Cette histoire de la lecture a trouvé son prolongement naturel avec la deuxième session dirigée par Jan Krans (Vrije Universiteit, Amsterdam) et Jennifer Knust (Boston University). L’enjeu portait cette fois sur l’harmonisation des textes – à la fois textes manuscrits et textes imprimés du Nouveau Testament grec. Jan Krans a particulièrement mis en parallèle la méthode d’écriture qui tend à harmoniser la copie sur le modèle – ou sur plusieurs modèles – avec les premiers éditeurs qui ont, eux aussi, pris une part importante à la critique et à l’histoire des textes. Cette harmonisation – qui semble répondre au double objectif d’unité et de simplicité – n’est cependant pas une règle d’or puisque les exemples de lectio difficilior sont nombreux. Les deux intervenants sont revenus sur la terminologie à adopter dans le cas de variantes harmonisantes : « érosion » ou « corruption », un terme souvent employé par les philologues, tout récemment par Bart D. Ehrman (The Orthodox Corruption of Scripture, 1996). Reprenant les propos de Jan Krans qui considérait que, pour le copiste, le phénomène harmonisant était digne de valeur alors que, pour l’auteur, cette harmonisation dépréciait son écriture, Jennifer Knust a décliné les différentes étapes de ce processus de copie, même si, comme cela a été noté par les participants, la notion propre d’« auteur » est difficilement appréciable pour les évangiles.

I Amsterdam

Une nouvelle lecture du Codex Sinaiticus (Aleph.01)

Une troisième et dernière session du séminaire de critique textuelle était organisée en collaboration avec le groupe de travail consacré à la papyrologie et à l’épigraphie dans le Nouveau Testament. Animée par Christfried Böttrich (Ernst-Moritz-Arndt-Universität Greifswald, Allemagne) et Christina M. Kreinecker (Universität Salzburg, Autriche), cette session était consacrée au dossier codicologique du codex Sinaiticus (Aleph.01 dans la numérotation Gregory-Aland), et au parcours de ce manuscrit entre son lieu de copie et Londres où il est actuellement conservé[1]. Écrit sur parchemin en lettres majuscules au cours du 4ème siècle (http://www.codexsinaiticus.org/en/), Christfried Böttrich a souligné que le lieu de copie du document faisait encore débat (Césarée de Palestine ou Alexandrie ?), ainsi que les raisons de sa production : Était-il – ou non – l’une des Bibles commandées par l’empereur Constantin vers 331 ? À la suite de son livre publié en 2011[2], Christfried Böttrich a établit que le codex Sinaiticus « was a master-copy » dans le scriptorium de Césarée et que son arrivée à Sainte-Catherine remontait au milieu du 7ème siècle. Le réexamen attentif de toutes les pièces du dossier, y compris celles ayant trait à Constantin Tischendorf, ont conduit les deux intervenants à considérer le Sinaiticus bien au-delà de sa valeur textuelle intrinsèque : une fenêtre ouverte sur l’histoire du christianisme, ses bouleversements sociaux et politiques, le témoin toujours vivant de textes longtemps reclus au cœur du désert.

Couverture BöttrichL’ensemble de ces trois sessions, mais aussi les quinze autres séminaires ainsi que les séances plénières et les vingt communications proposées simultanément durant ces journées, ont montré – une fois de plus – la vivacité de l’enseignement et de la recherche sur les manuscrits bibliques et les textes néotestamentaires. Une recherche et un enseignement où, hélas, professeurs et chercheurs français étaient peu représentés.

Didier Lafleur (IRHT, CNRS)

Vincent

[1] D’autres parties du manuscrit sont conservées à Leipzig, Universitätsbibliothek, gr. 1; au Sinaï, Monê tês Hagias Aikaterinês, ΝΕ gr., ΜΓ 001; à Saint-Pétersbourg sous quatre cotes différentes : a) Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. № 906 (Gr.), Gr. 002 (Granstrem 2), b) ebda, Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. № 906 (Gr.), Gr. 259 (Granstrem 2), c) ebda, Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. № 906 (Gr.), Gr. 843 (Granstrem 2), d) ebda, Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. № 536. Оп. 1. Sobr. Obščectva Ljubitelej Drevnej Pis’mennosti, Sobr. Obščectva Ljubitelej Drevnej Pis’mennosti O 156 (Granstrem 3).

2] Der Jahrhundertfund. Entdeckung und Geschichte des Codex Sinaiticus, Leipzig: Evangelische Verlagsanstalt.

Le Répertoire des inventaires de manuscrits grecs (RIMG) : les inventaires de manuscrits grecs revisités

20313_shutterstock_133003820Si, comme le dit le Littré : « dans le langage général, faire son inventaire » signifie « examiner ce qu’on a », l’importance des inventaires de manuscrits pour l’histoire des bibliothèques anciennes va sans dire.

Domaine défriché pour la France par le répertoire des Bibliothèques médiévales de France (BMF), les inventaires de manuscrits grecs demeuraient pendant longtemps une source peu exploitée pour l’histoire des bibliothèques, et plus largement, de l’érudition et de la transmission des savoirs. Seules quelques grandes bibliothèques d’Occident, et en particulier la Bibliothèque apostolique vaticane[1] et plus récemment la Laurentienne[2], ont jusqu’à présent vu leurs inventaires anciens édités.

000caxx4Le Répertoire des inventaires de manuscrits grecs (RIMG), lancé en 2014 dans le cadre de Biblissima, émane d’une telle initiative : offrir aux chercheurs un équivalent du répertoire BMF, se frayer une voie vers de nouvelles recherches autour de la reconstitution des bibliothèques anciennes sur la base des inventaires conservés. Le choix a cependant été fait de tourner l’enquête essentiellement vers les bibliothèques orientales : à l’époque moderne, en effet, le recensement des livres grecs dans les bibliothèques d’Occident ne se distingue plus de celui des autres livres et il n’y a pas grand sens à l’isoler. Un premier jalon fut fourni par le relevé effectué par Jacques Bompaire en 1979[3] ; la présente enquête part d’un dépouillement sur nouveaux frais des catalogues de manuscrits grecs, afin d’y repérer les listes de livres.

Image Site RimgUne question importante s’est posée dès le début : comment définir un inventaire ? quel type de documentation inclure dans ce répertoire ? Agréablement surpris par la polychromie de la documentation qui s’étalait devant nos yeux, nous avons opté pour une approche ouverte : toute liste contenant au moins deux livres – surtout manuscrits mais sans exclure les imprimés qui constituent une partie importante des collections tardives – y trouve sa place. A côté des catalogues officiels, figurent des listes de donation ou d’emprunt, des inventaires partiels ou complets, des listes brèves dont la finalité n’est pas toujours aisée à déterminer.

Un inventaire revêt plusieurs formes, se prête à plusieurs interprétations ; il reflète aussi une taxinomie, une cotation, une façon de voir et de penser les choses. Même la façon de décrire les livres, leur matière et leur format, mais aussi leur reliure ou leur écriture, n’est pas dépourvue d’intérêt linguistique pour la terminologie grecque du livre manuscrit.

Paris, BnF, gr. 3067, f. 228

Il s’agit en outre d’effectuer une première classification de cette masse hétérogène que représentent les différentes façons de recenser le contenu d’une bibliothèque. Afin de faire ressortir l’intérêt de chaque pièce, nous avons construit des fiches descriptives dont les différents champs donnent l’essentiel de l’information nécessaire à l’étude du document : datation (si le document n’est pas daté, on trouve une datation approximative à l’aide de termini ante quem et post quem) ; localisation (la région plus large et le lieu plus précis) ; auteur et commanditaire (si connus) ; type (catalogue de bibliothèque, inventaire, liste de livres ; liste de prêt/emprunt ; liste de donation ; liste d’achat/vente ; liste de biens ; testament ; typikon) ; titre (s’il existe) ; incipit ; mots-clefs ; répertoire (si l’inventaire a été repéré par nos prédécesseurs) ; source (la côte du manuscrit avec le lien vers la base Pinakes) ; édition (si elle existe) ; bibliographie (les références bibliographiques complètes sont en libre accès sur zotero). L’analyse du document occupe la plus grande partie de la fiche : il s’agit de localiser l’inventaire à l’intérieur du manuscrit, de présenter brièvement sa structure et son contenu, de le placer dans son contexte et de s’attarder sur ses particularités linguistiques, si nécessaire.

Andros, Monê Panachrantou 29, p. 213
Andros, Monê Panachrantou 29, p. 213

D’un hiéromoine nommé Pierre qui ramène cinq βιβλία d’un métochion de Saint-Nicolas en Chypre au XIVe s., à l’archimandrite Samuel qui fait don de sa riche collection de livres à l’École Ἁγίας Τριάδος dans l’île d’Andros au XIXe s., nous partons pour un voyage dans l’espace et dans le temps, à la découverte de personnages et de lieux parfois mal ou même nullement attestés par ailleurs. La priorité est donnée à la partie orientale de la Méditerranée (Grèce, Turquie, Syrie, Palestine, Egypte), dans une perspective chronologique longue, allant du XIe jusqu’au XIXe s. Les siècles qui suivent la chute de Constantinople s’avèrent d’une importance inouïe pour la constitution des bibliothèques : l’abondance du matériel inédit qui remonte à cette période mis en évidence par le dépouillement des catalogues modernes de manuscrits démontre à quel point les inventaires des manuscrits grecs restent encore un terrain en friche.

Andros, Monê Hagiou Nikolaou 69, p. 102
Andros, Monê Hagiou Nikolaou 69, p. 102

[1] Voir R. DEVREESSE, Le fonds grec de la Bibliothèque vaticane des origines à Paul V (Studi e Testi 244), Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1965, qui met en évidence un bon nombre d’inventaires alphabétiques et topographiques, et pour un état de la question récent, voir P. SVERZELLATI, « Per la storia della Biblioteca Apostolica Vaticana », Aevum 86 (2012), p. 969-1004.

[2] Pour un état de la question, voir D. SPERANZI, « La biblioteca dei Medici. Appunti sulla storia della formazione del fondo greco della libreria medicea privata », in : Principi e signori. Le Biblioteche nella seconda metà del Quattrocento. Atti del Convegno di Urbino (5-6 giugno 2008), a cura di Guido Arbizzoni, Concetta Bianca, Marcella Peruzzi, (Accademia Raffaello. Collana di studi e testi 25), Urbino, Accademia Raffaello, 2010, p. 217-264.

[3] J. Bompaire, « Les catalogues de livres-manuscrits d’époque byzantine », in : S. Dufrenne (ed.), Byzance et les Slaves. Études de Civilisation. Mélanges Ivan Dujc̆ev, Paris [1979], pp. 59-81.