Archives par mot-clé : Manuscrits

Stage d’initiation aus manuscrits grecs et orientaux, 4e édition

Du 17 au 19 octobre 2017,  s’est tenu le stage d’initiation aux manuscrits grecs et orientaux, organisé par la section grecque de l’IRHT  avec le soutien l’équipe de recherche Saprat (EPHEPSL), dans le cadre du stage général d’initiation au manuscrit proposé par l’IRHT, dont la première journée (lundi 16 octobre) était commune à tous les domaines linguistiques.

Au total, 22 étudiants ont été accueillis, 15 pour le domaine grec et 7 pour l’Orient chrétien.

Atelier sur les manuscrits de l’Orient chrétien à l’IRHT

Les matinées, qui se déroulaient à l’EPHE, étaient consacrées à des leçons générales, dans une approche comparatiste entre le domaine grec et différents champs linguistiques de l’Orient chrétien (copte, arménien, géorgien, arabe chrétien, syriaque): histoire du livre, codicologie, écriture, philologie, versions orientales, texte et paratextes.

Leçon de Brigitte Mondrain

Les deux premiers après-midi ont été consacrés à des ateliers en petits groupes, permettant de se familiariser avec les outils de travail: catalogues, bibliographie, reproductions en microfilms ou images numériques, ressources en ligne, etc. Ils ont eu lieu dans les locaux de la Section grecque (au Collège Sainte-Barbe).

Atelier de repérage des éléments textuels d’un manuscrit

La formation s’est achevée par un atelier en bibliothèque, où les stagiaires ont pu mettre en application les connaissances acquises, en examinant directement des manuscrits.

Les stagiaires s’initient à l’utilisation d’une planche à filigranes

Pour cela, le stage a bénéficié de l’accueil de quatre institutions: le département des manuscrits de la BNF pour les manuscrits orientaux (visite organisée par Anne Boud’hors et Alain Desreumaux) et la Bibliothèque Mazarine (Jacques-Hubert Sautel et Pierre Augustin), la Bibliothèque de l’Arsenal (Didier Lafleur et Marie Cronier) et la Bibliothèque de l’IFEB (André Binggeli et Matthieu Cassin) pour les manuscrits grecs.

Examen des manuscrits grecs de l’Arsenal

La formation était dispensée par les membres de la Section grecque et de l’Orient chrétien, épaulés par Brigitte Mondrain (leçon sur l’écriture grecque) et Alain Desreumeaux (visite à la BNF).

Atelier à la Section grecque et de l’Orient chrétien

Télécharger le programme du stage 2017.

Il s’agissait de la 4e édition du stage consacré au domaine grec et oriental. Nous espérons pouvoir proposer de nouveau ce stage à l’automne 2018.

Pour toute question pratique, contacter les organisateurs: Pierre Augustin et Jacques-Hubert Sautel.

ISMSN : pour des identifiants uniques et stables pour les manuscrits

Alors que plusieurs projets d’identifiants stables des manuscrits existent déjà pour des groupes de livres définis, par langue (par exemple pour le grec, Diktyon) ou par genre, par exemple pour les manuscrits musicaux, la possibilité de créer un identifiant unique pour tous les manuscrits, quels que soient la langue, le contenu et le lieu de conservation, a peu à peu émergée. Les différentes possibilités ont été longuement discutées lors de la journée Manuscript IDs organisée par l’IRHT et Biblissima en avril 2017, et l’IRHT a alors été mandaté pour préparer un premier prototype, tandis que Biblissima se voyait confier la tâche de réfléchir aux modalités pratiques d’agrégation des données autour de cet identifiant (on trouvera ici un relevé des conclusions de cette rencontre). Ce projet a été présenté lors du colloque CENSUS, dont on trouvera ici un résumé de la première et de la seconde journée.

L’utilité de tels identifiants n’est plus à démontrer. Ils permettent de lever toute ambiguïté sur le manuscrit ainsi désigné – alors que la cote, complexe et longue si on veut l’exprimer dans tous ses détails, laisse parfois ouvertes des possibilités de confusion, entre bibliothèques, entre cotes anciennes et nouvelles, entre numéros de catalogue et cote en usage dans la bibliothèque, par exemple. Ils permettent également de mettre en relation de manière simple les différentes ressources électroniques qui les utilisent, au niveau le plus évident qui est celui des manuscrits eux-mêmes. L’utilisation de tels identifiants numériques permet une mise en relation des bases de données, catalogues, bibliothèques numériques, mais aussi un moissonnage des ressources qui en offrent la possibilité (par exemple via un entrepôt OAI-PMH) ou leur interrogation directe via une API.

Un premier prototype a été développé par le pôle numérique de l’IRHT, en particulier par Henri Seng et Cyril Masset. Fondé sur une API afin de faciliter l’interaction avec l’ensemble des autres ressources électroniques, il propose également une interface de consultation publique. La structure en est très simple : les manuscrits sont identifiés par Pays, Ville, Dépôt, Fonds, Cote ; une interface de recherche simple ou complexe est disponible, ainsi qu’un champ de recherche par identifiant. La recherche est facilitée par l’intégration dans le référentiel des formes équivalentes en langues multiples et géonames qui a été rendue possible par le travail antérieur de plusieurs collaborateurs de l’IRHT. Le référentiel actuel dispose de l’ensemble des cotes en usage à l’IRHT, en particulier dans la base de données Medium et dans d’autres bases du laboratoire, en attendant d’être alimenté par l’ensemble des partenaires.

Les fiches fournissent l’identification du manuscrit, son numéro identifiant ISMSN, ainsi qu’une adresse ark. Elles proposent également des liens, qui pour le moment sont issus des bases de données utilisées, mais qui pourront ensuite être librement complétés par les bibliothèques et centres de recherche partenaires, mais également par le travail d’agrégation des ressources en ligne qui a été en particulier confié à Biblissima.

La fiche type présente également les formes alternatives de la cote, qui peuvent être caractérisées (cotes anciennes, cotes catalogues, etc.).

Maintenant, que faire ? Il est évident qu’un tel projet ne pourra se développer que grâce à un large cercle de partenaires, qui dépasse largement ceux qui étaient réunis en avril 2017 ou lors du colloque CENSUS (résumé du premier et du second jour). Il faut maintenant élargir ce premier cercle, le formaliser, et envisager ensemble le développement et la collaboration autour de ce projet. En particulier, les modalités d’alimentation, de vérification et de validation du référentiel doivent être définies de manière commune. En outre, le moissonnage automatisé des ressources électroniques qui utilisent l’identifiant doit être prévu et développé, en particulier par Biblissima.

Enfin, la réflexion doit également être poursuivie afin de traiter des cas limites ou complexes. Le choix a été fait, dans un premier temps, de s’en tenir aux cotes de manuscrit, et de procéder, pour les parties de manuscrits ou les déplacements de manuscrits, en reliant les différentes instances, solution qui a déjà été appliquée avec succès dans plusieurs bases de données (voir par exemple Pinakes, où ce procédé est appliqué tant pour les cotes anciennes que pour les parties de manuscrits). Il faudra bien évidemment discuter en détail de tous les cas limites, qui ne doivent cependant pas venir entraver le processus général.

 

 

CENSUS. Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays, jour 2

Voici la suite du compte rendu du colloque CENSUS, Reccenser et identifier les manuscrits par langue et par pays. Vous trouverez dans un autre billet le compte rendu de la première journée.

Vendredi 13 octobre, le colloque a été accueilli à la Bibliothèque nationale de France, site François Mitterand, au Petit auditorium.

La séance du matin était consacrée aux recensements des manuscrits par langues, mais cette fois pour les langues vernaculaires.

B. Busch (Universität Siegen) a présenté le Handscriftencensus, recensement des manuscrits en langue allemande du 8e au 15e siècle. Partant de la genèse de ce riche outil, qui recense plus de 20000 manuscrits et près de 6000 œuvres, N. Busch a montré comment le projet est parti d’un travail parallèle et secondaire de passionnés, et de la juxtaposition d’entreprises multiples, pour aboutir maintenant à un financement de longue durée qui permet enfin d’envisager des développements de plus grande ampleur et une mise à jour de l’outil informatique.

M.-L. Savoye (RHT) a présenté la base de données Jonas, consacrée aux traditions manuscrites littéraires françaises et occitanes. La base de données présente actuellement 18567 textes, 18678 manuscrits et 455 imprimés anciens ; elle contient également un très important dépouillement bibliographique pour les textes et les manuscrits. La base de données présente une certaine flexibilité dans les niveaux de description, qui vont du simple signalement du manuscrit jusqu’à une fiche complète de catalogue, y compris au niveau codicologique. La base est en outre utilisée comme un outil de travail et de constitution de corpus par la section romane de l’IRHT.

G. Avenoza (Universitat de Barcelona) a présenté le portail PhiloBiblon, qui couvre les livres et  textes en langues castillane, portugaise et catalane jusqu’au début du 16e siècle, tant manuscrits qu’imprimés. Il regroupe trois bases de données différentes : BETA = espagnol (et dialectes anciens : aragonais, léonais, etc.) ; BITECA = catalan ; BITAGAP = portugais, galicien et ancienne koinè galicio-portugaise. Cet ensemble fournit à la fois un recensement des livres manuscrits ou imprimés, mais aussi une description plus ou moins approfondie des manuscrits, allant pour certains jusqu’à une notice codicologique détaillée et complète. Cet ensemble de ressources est issu d’un processus long, commencé d’abord par des publications papier puis informatisés et enfin mis en ligne.

Sandro Bertelli (Universita degli studi di Ferrara) a présenté le projet I manoscritti della letteratura italiana delle origini, qui consiste en une série de catalogues, publiés uniquement en version papier, et qui décrit en détail les manuscrits écrits en vulgaire italien jusqu’au milieu du 14e siècle. Ont également été ajoutés au projet les simples ajouts textuels en italien dans des manuscrits latins ou en d’autres langues. Les premiers volumes parus concernent Florence, où sont rassemblés la plus grande part de ces livres.

A. Bouwman (Leiden, University Library) et B. Besamusca (Univeristeit Utrecht) ont présenté la Bibliotheca Neerlandica Manuscripta, qui rassemble les manuscrits contenant des textes écrits en moyen néerlandais.  Cette base de donnée a une longue histoire, depuis les travaux de W. de Vreese à la fin du 19e siècle, et s’appuie d’abord sur d’importantes archives papier. Elle contient actuellement la description ou le signalement de 16000 manuscrits, pour 63000 témoins (occurrence d’un texte dans un manuscrit), et 7000 entrées liées à une autorité de personne, de lieu ou d’institution. La base pourrait également inclure, à terme, tous les manuscrits qui ont un lien historique avéré avec la zone linguistique néerlandaise, c’est-à-dire les manuscrits français, allemands, etc. qui ont circulé dans la zone ou y ont été possédés. Se posent d’ailleurs des questions de délimitation linguistique avec le recensement des manuscrits en langue allemande. La nouvelle interface de recherche est construite à partir de facettes, qui permettent de filtrer progressivement les résultats de manière complexe.

A.-M. Turcan Verkerk (SAPRAT, EPHE, IRHT, Biblissima) et R. Robineau (Biblissima) ont présenté l’état d’avancement de l’EquipEx Biblissima, dont les réalisations entrent dans leur phase finale. Ce projet a permis d’une part le financement de nombreux projets de recherche, de numérisation et d’édition de sources liées à l’histoire des bibliothèques, mais aussi la mise en place d’outils électroniques divers (voir la Boîte à outils Biblissima). Enfin, le pool de développement Biblissima a construit, à partir d’exports des bases de données partenaire du projet, une interface de consultation centralisée des données, avec un important travail d’alignement des données issues des différents partenaires et de structuration unifié, appuyé pour la visualisation des images sur une utilisation importante du iiif (voir infra). Un tel projet présente un caractère à la fois pionnier et exploratoire, dans la mesure où il repose sur un travail effectué sur des exports figés de bases de données, catalogues et bibliothèques numériques existants.

C. Fabian(Bayerische Staatsbibliothek, München) a poursuivi et rassemblé les réflexions entamées depuis le début du colloque autour des questions soulevées par la mise en réseau des ressources et des images des manuscrits. Parcourant les différentes approches, catalogues, autorités, bibliothèques numériques, bases de données spécialisées, C. Fabian a souligne la nécessité de mettre en place rapidement des moyens simples pour permettre au chercheur et à tout utilisateur de naviguer aisément au sein des différentes ressources numériques consacrées aux manuscrits, et rappelé le consensus qui commence à émerger autour de la solution d’identifiants uniques pour les manuscrits.

M. Cassin (IRHT) et H. Seng (IRHT) ont ensuite présenté le projet ISMSN (International Standard Manuscript Number), issu de longues réflexions et, plus récemment, des décisions collectives prises lors de la journées Manuscript IDs (voir ici un relevé de conclusion). L’idée de départ, très simple, est d’attribuer à tous les livres manuscrits (en commençant par les manuscrits médiévaux et modernes) un identifiant numérique stable et non-significatif, qui puisse à la fois être cité dans les publications papier et utilisé comme outil de mise en lien sur la toile. Les manuscrits sont définis et identifiés par leur cote dans la bibliothèque de conservation et les identifiants sont attribués uniquement à ce niveau cote. L’IRHT, mandaté par les partenaires réunies lors de la journée du 26 avril, a donc développé un premier référentiel, structuré par pays, ville, dépôt, fonds et cote, permettant la recherche des manuscrits. Chaque fiche fournit, outre la cote retenue, le numéro identifiant ISMSN, une adresse ark, d’éventuelles formes équivalentes, des liens issus des bases de données, bibliothèques numériques, catalogues partenaires. La structure de l’ensemble est construite à partir d’une API, permettant l’interaction aisée avec de nombreuses ressources web. L’alimentation de ce référentiel, qui a pour le moment été effectuée par l’IRHT à partir de l’important réservoir de cotes qu’il a peu à peu constitué pour les différentes langues et pays, devra bien évidemment être décidée de manière concertée et appuyée sur les partenaires, bibliothèques ou groupements de bibliothèques, institutions de recherches, etc. Une nouvelle rencontre au printemps prochain permettra de progresser en ce sens. On trouvera dans ce billet, ISMSN, une présentation plus détaillée du projet et de son avancement.

Ch. Denoël (BnF) et F. Siri (BnF) ont présenté l’important programme de numérisation et de catalogage financé par la Fondation Polonsky et mené conjointement par la Bibliothèque nationale de France et la British Library. Consacré aux manuscrits de France et d’Angleterre, 700-1200, le projet prévoit la numérisation de 800 manuscrits (400 dans chacune des deux institutions), leur catalogage mais aussi leur utilisation dans le cadre d’une diffusion culturelle auprès du grand public. Ce projet est également l’occasion de restaurer plusieurs pièces de grande importance parmi les manuscrits retenus.

M. Bonicel (BnF) présente enfin la mise en place du protocole iiif (International Image Interoperability Framework) à la BnF, qui est progressivement intégré aux ressources numériques de la BnF, entre autres à l’occasion du projet financé par la fondation Polonsky. Ce protocole permet une portabilité des images et offre à l’utilisateur la possibilité de ne pas être contraint par le visualiseur utilisé sur le site d’origine. Une telle souplesse permet, grâce à l’utilisation d’un visualiseur compatible comme Mirador, de comparer aisément des images de provenance diverse et de constituer des collections ad hoc.

F. Bougard (IRHT) a conclut ces deux riches journées.

CENSUS. Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays, jour 1

Les 12 et 13 octobre 2017 s’est tenu à Paris, à l’Institut de recherche et d’histoire des textes et à la Bibliothèque nationale de France, le colloque CENSUS, Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays. Il était organisé par François Bougard (IRHT), Matthieu Cassin (IRHT) et Amandine Postec (BnF). La rencontre visait à faire le point sur les entreprises de recensement de manuscrits médiévaux et modernes et les modalités de description des manuscrits dans ce cadre. Les approches retenues étaient pour l’essentiel des approches par langue ou par aire géographique. Enfin, le colloque a été pensé afin de confronter et de rapprocher les approches des chercheurs et des bibliothécaires, et d’envisager les moyens de mettre en relation de la manière la plus étroite possible les ressources scientifiques produites dans ces deux cadres.

Dans la mesure où la plupart des outils de ce genre sont maintenant conçus sous forme électronique – même si nombre d’entre eux ont d’abord existé sous forme de fichiers papier ou d’archives manuscrites – la question des modalités de mise en lien des différentes ressources sur les manuscrits, des identifiants pérennes liés aux manuscrits, aux personnes, aux textes et aux lieux a été centrale dans bien des discussions du colloque. C’est l’un des points qui sera mis en avant dans ce compte rendu rapide. On notera en outre qu’un projet d’identifiants uniques et pérennes pour les manuscrits (ISMSN) a été présenté par l’équipe de l’IRHT.

On trouvera ci-dessous le compte rendu de la journée du jeudi. Le compte rendu de la journée de vendredi se trouve dans cet autre billet.

La matinée du jeudi a été consacrée aux recensement des manuscrits par langue pour les périodes anciennes et médiévales. M. Depauw (KU Leuven) a présenté d’abord un outil déjà extrêmement avancé : Trismegistos. D’abord consacré à l’Égypte, ce portail cherche maintenant à couvrir l’ensemble du monde ancien méditerranéen, de 800 avant notre ère à 800 de notre ère. Son cœur de métier concerne les papyrus et l’épigraphie, mais d’autres sources sont également prises en compte. Issu de publication papier sur la prosopographie de l’Égypte ptolémaïque, le portail rassemble maintenant différentes ressources, autour des papyrus, des personnes, des textes, etc. Trismegistos contient non les textes ou les images, mais des metadata uniquement. Le portail attribue des identifiants stables à chacune des entités traitées, et ces identifiants sont déjà largement utilisés au sein de la communauté scientifique concernée. On relèvera également une active politique de collaboration avec d’autres bases de données, mais aussi l’intégration massive des ressources fournies par d’autres bases de données, qui sont intégrées dans le portail et consultables à travers lui.

M. Cassin (IRHT) a présenté ensuite les ressources disponibles en matière de recensement des manuscrits grecs. Prenant la suite de répertoires des bibliothèques et des catalogues de manuscrits publiés en version papier, mais aussi d’un projet plus ancien d’index général des catalogues de manuscrits grecs, la base de données Pinakes, textes et manuscrits grecs fournit un recensement aussi exhaustif que possible des manuscrits grecs conservés dans le monde entier. Ce recensement est complété par des informations détaillées sur le contenu des livres, mais aussi sur leur histoire. La BDD est également le lieu d’un dépouillement bibliographique par manuscrit, mais aussi d’un recensement des ressources numériques (catalogues en ligne, numérisations, bibliographies, etc.), tant au niveau du manuscrit que des bibliothèques ou des textes. Cette base de données sert également de point d’appui au réseau Diktyon, Réseau numérique pour les manuscrits grecs, qui réunit plusieurs projets en cours en ce domaine. Le réseau fournit des identifiants uniques numériques pour chaque manuscrit grec (Diktyon id), qui sont utilisés dans les différentes bases du réseau et permettent des liens automatiques entre les différentes ressources.

M. Rosenau (Akademie der Wissenschaften zu Göttingen) a présenté l’état des ressources pour les manuscrits coptes – essentiellement pour les textes littéraires, puisque les textes documentaires bénéficient d’autres ressources. Malgré le caractère pionnier du Corpus dei manoscritti copti letterari de Tito Orlandi, les ressources en ligne en ce domaine ont peu évolué depuis, ou seulement sur des zones très limitées. La difficulté est grande, du fait du caractère extrêmement fragmenté des manuscrits coptes et de la nécessité de remembrer les codices dispersés. Le projet consacré à l’Ancien Testament sahidique, en cours à Göttingen, réalisé à l’aide des ressources de l’Institut de Münster pour le texte néo-testamentaire, ne couvre qu’une petite portion des manuscrits coptes, dans l’optique d’une édition électronique appuyée sur un recensement des manuscrits et fragments de ce texte.

A. Binggeli (IRHT) a présenté les ressources pour les manuscrits syriaques – y compris les manuscrits garshuni, où l’arabe est noté en caractères syriaques. Si des répertoires papier existent pour les manuscrits syriaques et leurs catalogues, aucune entreprise électronique n’embrasse encore la totalité des livres. Une entreprise qui mêle reprise des catalogues existants et étude directe des manuscrit, e-ktobe, a été mise en place en collaboration entre l’IRHT et Orient et Méditerranée ; il s’agit aujourd’hui d’un catalogue, en TEI, des manuscrits syriaques, qui rassemble déjà environ 500 cotes. Elle s’appuie sur le portail de référence pour les études syriaques, syriaca.org, qui fournit des référentiels et des identifiants pour les personnes, les lieux et les textes, et contribue également à son développement. Il faut également mentionner dans ce domaine le travail effectué par la Hill Museum and Manuscript Library, qui numérise des manuscrits en Orient et met les images en ligne, avec une description très sommaire.

J. Olszowy-Schlanger (SAPRAT, EPHE, IRHT) a présenté les ressources pour les manuscrits hébreux, ou plutôt en caractère hébraïques, car nombreux sont les livres en langues vernaculaires notées en caractères hébraïques. On relèvera en particulier la bibliothèque numérique des manuscrits mise en place par la Bibliothèque nationale d’Israël, Ktiv, ainsi que les nombreux projets autour des fragments de Geniza. C’est ensuite le projet Books within books, consacré au recensement et à la description des fragments de manuscrits hébreux dans les bibliothèques européennes. La base de donnée qui sert à ce projet est en particulier marquée par le choix de nombreux champs à texte libre, destinés à laisser libre court au catalogueur, rejetant l’harmonisation des données au niveau de la recherche plutôt qu’au niveau de la saisie des données.

L’après-midi a été consacré aux entreprises par pays. Robert Giel (Staatsb.zu Berlin – Preussischer Kulturbesitz, Handschriftenabteilung) a présenté les réflexions en cours pour mettre en place le successeur de Manuscripta Mediaevalia, sous la forme d’un nouveau portail consacré aux manuscrits conservés en Allemagne (Handschriftenportal), qui réunira images, métadonnées, catalogues, mais aussi liens vers d’autres ressources détaillées sur les manuscrits traités. La limitation chronologique à la période médiévale sera supprimée. L’ensemble est organisé autour du manuscrit considéré comme objet culturel, tandis que les différentes descriptions, images, etc. s’articulent autour de ce point central.

Ch. Flueler (Université de Fribourg) a ensuite présenté la bibliothèque numérique des manuscrits de Suisse, e-codices. Cette bibliothèque vise à rassembler l’ensemble des manuscrits de Suisse, ainsi qu’une sélection de manuscrits modernes. 1400 sont déjà en ligne, soit environ 20 % des collections. Ch. Flueler a également présenté les modalités de financement et d’organisation d’un tel projet à l’échelle d’un pays, en étroite articulation avec les bibliothèques et les bibliothécaires, mais aussi sous l’angle du financement et de la pérennisation.

Ch. Glassner (Österreichische Akademie der Wissenschaften) a présenté l’entreprise de recensement et de description des manuscrits médiévaux en Autriche, qui est également liée à un répertoire de filigranes et à un répertoire des manuscrits hébraïques. La physionomie des bibliothèques d’Autriche est très particulière, avec une importance fondamentale des bibliothèques conventuelles, à côté de la Bibliothèque nationale d’Autriche ; sur les 150 bibliothèques qui renferment des manuscrits, 60 sont conventuelles. La description des manuscrits s’appuie sur les catalogues antérieurs, mais aussi sur des entreprises de catalogage sur nouveaux frais, et est accompagnée autant que possible de numérisations des manuscrits. Le portail fournit, pour tous les manuscrits, un identifiant numérique unique non significatifs, et un sigle du manuscrit. Les auteurs sont normalisés en lien avec la Gemeinsame Normdatei.

Lisa Fagin Davis (Medieval Academy of America) a présenté la situation du recensement des manuscrits aux États-Unis d’Amérique, pays pour lequel elle vient de réaliser un nouveau Census, qui prend la suite de celui de Ricci et de son supplément. L’évolution des collections de manuscrits aux USA a été extrêmement forte, avec plus que le doublement des collections publiques conservant des manuscrits, et l’explosion du phénomène des single leaves, issues du démembrement de manuscrits. Très peu de ces collections sont cataloguées, et aucune entreprise centralisée n’existe ni pour le catalogage, ni pour les numérisations, même si plusieurs projets réunissent déjà un grand nombre de numérisations, comme Digital Scriptorium ou la Bibliotheca Philadelphiensis (voir une liste ici).

M. Maniaci (Università degli studi di Cassino) a présenté le projet MaGI (Manoscritti greci d’Italia). Conçu au départ pour fournir un recensement des manuscrits grecs d’Italie, accompagné de planches paléographiques pour chaque unité de production, voir pour chaque main, le projet s’est pour l’instant réorienté vers le catalogage détaillé ou la révision de catalogues existants pour les manuscrits d’un certain nombre de bibliothèques (249 notices sont déjà en ligne, plus du double en révision ou en préparation). Le projet a été réalisé dans le cadre de la Nuova Bibliotheca Manoscritta, prévue pour les manuscrits de la Vénétie. La complexité des structures et des tutelles italiennes a largement alourdi le projet et sa continuation.

L. Negrini (ICCU, Roma) a présenté les procédés de constitution de listes d’autorité et les règles de normalisation au sein de l’outil de catalogage unique pour les manuscrits d’Italie, ainsi que le portail Manusonline, qui recense les manuscrits des bibliothèques italiennes.

A. Postec (BnF), C. Poiret (CCFr, BnF) et P. Latour (Calames, Bibl. Mazarine) ont présenté trois outils et portails de catalogage des manuscrits des collections publiques de France, Archives et manuscrits pour la BnF, la partie manuscrit du CCFr, qui permet aussi l’interrogation des autres ressources, et Calames, pour les bibliothèques de l’enseignement supérieur. Les trois bibliothécaires ont présenté les modalités du catalogage en EAD dans ces trois cadres, les outils de normalisation et d’autorité (en particulier idRef et les autorités BnF), ainsi que les perspectives d’évolution. Cette présentation très stimulante a permis aux chercheurs de mieux comprendre les modalités du travail et les outils employés par les bibliothécaires dans le cadre français.

CENSUS, Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays

Les 12 et 13 octobre aura lieu à Paris un colloque consacré au recensement et à l’identification des manuscrits, par langue et par pays, dont voici  le programme :

Programme

Jeudi 12 octobre – Salle Jeanne-Vielliard, IRHT, Paris 16e

  • 9h15 – Accueil
  • 9h30 – Introduction : François Bougard et Matthieu Cassin (IRHT)

Recenser les manuscrits par langue : langues anciennes et médiévales

Présidence : François Bougard

  • 9h45 – M. Depauw (KU Leuven) : Trismegistos: cataloguing all ancient texts (BC 800 BC – AD 800)
  • 10h15 – M. Cassin (IRHT) : Pinakes (recenser et décrire les manuscrits grecs) et Diktyon (identifier les manuscrits grecs)

10h45 – Pause

Présidence : Brigitte Mondrain (SAPRAT, EPHE)

  • 11h – M. Rosenau (Akademie der Wissenschaften zu Göttingen) : Digital Coptic – DH Projects in Coptic Studies
  • 11h30 – A. Binggeli (IRHT) : E-ktobe : une base pour les manuscrits syriaques
  • 12h – J. Olszowy-Schlanger (SAPRAT, EPHE, IRHT) – Classer les manuscrits hébreux par leur aire de production : enjeux et problèmes méthodologiques

Recenser les manuscrits par pays

Présidence : Claudia Fabian

  • 14h – R. Giel (Berlin, Staatsbibl. zu Berlin – Preussischer Kulturbesitz, Handschriftenabteilung) : Cultural objects and descriptions. Towards a new German Manuscript Portal
  • 14h30 – Ch. Flueler (Université de Fribourg) : Local – National – Global : How e-codices has made a national manuscript portal in Switzerland
  • 15h – Ch. Glassner (Österreichische Akademie der Wissenschaften) : manuscripta.at – Manuscrits médiévaux en Autriche
  • 15h30 – L. Fagin Davis (Medieval Academy of America) : Medieval and Renaissance Manuscripts in North America : Identification, Digitization, and Discoverability

16h – Pause

Présidence – Pierre-Jean Riamond (Ministère de la Culture)

  • 16h20 – M. Maniaci (Università degli studi di Cassino) : Documentare i manoscritti greci d’Italia : riflessioni in margine ad un lavoro in corso
  • 16h50 – L. Negrini (ICCU, Roma) : Nuovi strumenti per la catalogazione in ManusOnLine: le Linee Guida per l’Authority File e la tastiera virtuale
  • 17h20 – A. Postec (BnF), C. Poiret (CCFr), P. Latour (Calames) : Recenser et décrire les manuscrits des bibliothèques publiques de France : les catalogues en ligne

Vendredi 13 octobre – Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e

  • 9h30 – Accueil et Introduction : Isabelle le Masne de Chermont (BnF)

Recenser les manuscrits par langue : langues modernes

Présidence : Isabelle le Masne de Chermont

  • 9h45 – N. Busch (Universität Siegen) : Handschriftencensus. Medieval German Manuscripts
  • 10h15 – M.-L. Savoye (IRHT) : Les deux visages de Jonas : répertoire « exhaustif » des manuscrits contenant du français ou de l’occitan et outils d’analyse de corpus de recherche

10h45 – Pause

Présidence : Marie-Laure Savoye

  • 11h – G. Avenoza (Universitat de Barcelona) : Philobiblon (péninsule Ibérique : espagnol, catalan, galicien et portugais)
  • 11h30 – S. Bertelli (Università degli studi di Ferrara) : Les manuscrits de la littérature italienne des origines : une mise à jour
  • 12h – A. Bouwman (University Library, Leiden) et B. Besamusca (Universiteit Utrecht) : The Past, Present and Future of the Bibliotheca Neerlandica Manuscripta (BNM)

Ressources transversales et projets en cours

Présidence : Charlotte Denoël

  • 14h – B. Giffard (IRHT, Biblissima), A.-M. Turcan (SAPRAT, EPHE, Biblissima) : Biblissima
  • 14h30 – C. Fabian (Bayerische Staatsbibliothek, München) : Les manuscrits en réseau – réinvention, réorganisation et visibilité dans un nouvel écosystème
  • 15h – M. Cassin et H. Seng (IRHT) : Pour des identifiants uniques des manuscrits (ISMSN) : présentation d’un projet en cours

15h30 – Pause

Présidence : Anne-Marie Turcan

  • 16h – Ch. Denoël et F. Siri (BnF) : Le programme Polonsky (BnF-British Library) : aspects scientifiques et interopérabilité des métadonnées
  • 16h30 – M. Bonicel (BnF) – L’innovation au service du partage des données : IIIF à la BnF
  • 17h – Conclusions

Télécharger le programme en pdf.

Nouvelle parution: Les manuscrits syriaques de parchemin du Sinaï et leurs ‘membra disjecta’

La Section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT est heureuse d’annoncer la parution récente de l’ouvrage de Paul Géhin, directeur de recherche émérite :

Paul Géhin, Les manuscrits syriaques de parchemin du Sinaï et leurs membra disjecta (Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, 665 ; Subsidia 136), Leuven, Peeters, 2017.

Paul Géhin, Les manuscrits syriaques de parchemin du Sinaï et leurs « membra disjecta »

L’ouvrage est consacré à une petite partie du riche patrimoine livresque de la bibliothèque du monastère de Sainte-Catherine au Sinaï : les manuscrits syriaques écrits sur parchemin.

Bénéficiant de l’apport des « Nouvelles découvertes » de 1975 et de l’identification d’un grand nombre de membra disjecta présents dans les bibliothèques étrangères, l’auteur s’emploie à reconstituer l’état de ces manuscrits, tel qu’il devait être au début du XIXsiècle, avant que ne s’opère un important processus de fragmentation et de dispersion.

Ms Sinaï Syr. 44, f. 214v-215r © Library of Congress

De contenu presque exclusivement religieux (biblique, patristique et liturgique), ces manuscrits sont des témoins précieux des usages du livre dans les communautés chrétiennes de langue syriaque ; leur copie s’étend sur une période de huit siècles (de l’extrême fin du Vs. à la fin du XIIIe s.).

Ms Sinaï Syr. 26, f. 25v-26r © Library of Congress

Le travail de reconstitution ici entrepris donne une vue d’ensemble de la part ancienne du fonds syriaque de Sainte-Catherine, bien plus précise que l’inventaire sommaire établi par Agnes Smith Lewis en 1894, et marque une étape importante vers la réalisation d’un catalogue moderne. Il met en relation des fragments maintenant conservés à des milliers de kilomètres de distance (des USA au Japon en passant par l’Europe). Il offre aux spécialistes (éditeurs de textes, biblistes, liturgistes, historiens, codicologues) une base renouvelée et plus sûre pour de futures recherches.

Ms Sinaï Syr. 5, f. 11v-12r (détail) © Library of Congress

L’ouvrage peut être acheté sur le site de l’éditeur, Peeters.

Quelques articles tirés de ce corpus :

– Paul Géhin, « Écrire le grec en lettres syriaques : les hymnes du Sinaï syr. 27 », dans J. den Heijer, A. Schmidt, T. Pataridze (éd.), Scripts Beyond Borders. A Survey of Allographic Traditions in the Euro-Mediterranean World (Publications de l’Institut Orientaliste de Louvain, 62), Louvain-la-Neuve 2014, p. 155-185.

Paul Géhin, « L’étonnant destin d’un Psautier jacobite du XIIIe siècle : Sinaï syr. 43 + Vatican Syr. 647, ff. 24-26 », Hugoye. Journal of Syriac Studies 18 (2015), p. 53-65.

Paul Géhin, « Sinaï syriaque 29 ou 31 ? Sur quelques problèmes de cote dans la série des manuscrits syriaques de Sainte-Catherine », Le Muséon 129 (2016), p. 117-131.

— Paul Géhin, « Saint Jean Chrysostome dans les manuscrits syriaques du Sinaï », dans F. P. Barone, C. Macé, P. A. Ubierna (éd.), Philologie, herméneutique et histoire des textes entre Orient et Occident. Mélanges en hommage à Sever J. Voicu (Instrumenta Patristica et Mediaevalia, 73), Turnhout 2017, p. 867-893.

— Paul Géhin, « Un cas insolite d’allographie : la litanie diaconale grecque en écriture syriaque sogdienne du ms. Leiden Oriental 14236 », à paraître dans Le Muséon.

Vat. sir. 647, f. 4r (détail), folio provenant du ms. Sinaï syr. 8 (© Biblioteca Apostolica Vaticana)

 

Archives, manuscrits grecs et présence française en Albanie

Dans la perspective de la prochaine publication de notre étude sur les manuscrits grecs du Nouveau Testament conservés en République d’Albanie, nous avons récemment effectué une nouvelle mission dans cette région des Balkans. En complément aux vérifications philologiques et codicologiques nécessaires, l’un de nos objectifs était d’identifier les manuscrits aujourd’hui présents aux Archives nationales, à Tirana, au moyen des descriptions réalisées par les deux premiers érudits ayant abordé ce fonds à la fin du XIXème siècle: Anthimos Alexoudis, Métropolite de la ville albanaise de Bérat, et Monseigneur Pierre Batiffol. Parallèlement à ces recherches, nous avons été invités à participer à deux journées d’étude, l’une sur les archives et documents d’histoire en terre albanaise, l’autre sur les relations entre la France et l’Albanie.

Comme cela a été rappelé lors de précédents billets sur ce même blog, le Fonds 488 des Archives nationales d’Albanie regroupe aujourd’hui plus de cent manuscrits grecs dont la copie s’étend du VIème au XXème siècles. L’ensemble de cette riche collection, très peu étudiée et très peu décrite, comprend principalement des textes bibliques, patristiques, liturgiques et hagiographiques. Tous témoignent d’une présence byzantine forte dans cette partie de l’Europe. Trente-neuf manuscrits du Fonds 488 ont été numérisés dans les années 2010 par une équipe américaine (The Center for the Study of New Testament Manuscripts, http://www.csntm.org/), mais la grande majorité des manuscrits, leur contenu et leur histoire, reste encore à découvrir.

AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes 34, ff. 20v-21r © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë

La première de ces journées d’étude réunissait scientifiques et archivistes de la République du Kosovo et de la République d’Albanie sur le thème des archives et documents d’histoire dans le passé récent de cette région: « Arkivat dhe puna arkivore në trevat e shqiptarëve në shek. XX – XXI ». Cette journée, divisée en trois sessions, nous a offert l’opportunité de présenter une communication sur notre travail d’identification et d’enregistrement des manuscrits grecs dans les archives nationales albanaises: « Exploring the Albanian National Archives from All Sides : How Research Uses Archival Work ? ». Nous avons ainsi montré toute la difficulté à identifier aujourd’hui, en 2017, les manuscrits décrits à la fin du XIXème siècle alors que, au terme de notre mission, nous avons pu identifier avec certitude tous les manuscrits grecs consultés par Johannes Koder et Erich Trapp en 1965.

La seconde journée d’étude, organisée par le Ministère albanais des Affaires Étrangères (Ministria e Punëve të Jashtme), l’Ambassade de France à Tirana et l’Agence Universitaire de la Francophonie, a mis l’accent sur les relations historiques et diplomatiques entre la France et l’Albanie, de l’année 1912, date de la proclamation de l’indépendance de l’Albanie, à nos jours (https://al.ambafrance.org/Conference-sur-les-relations-historiques-et-diplomatiques-entre-la-France-et-l). Pour les historiens des manuscrits, cette période est cruciale puisque nous savons qu’après la visite de Monseigneur Pierre Batiffol à Bérat en 1885 aucun autre visiteur occidental ne se rendra en Albanie avant 1965, date de la visite de deux étudiants autrichiens mentionnés ci-dessus, Johannes Koder et Erich Trapp. L’ensemble des communications présentées a mis en lumière une singularité des relations franco-albanaises: la pérennité des liens diplomatiques entre les deux pays, même aux heures les plus sombres de la dictature d’Enver Hoxha. Malgré cela, dans notre domaine de spécialité, aucune recherche d’importance n’a jamais été menée sur les manuscrits grecs.

Ces deux journées d’étude ont donc souligné la pérennité d’un lien francophone fort avec cette région des Balkans où la recherche paléographique, codicologique et textuelle peut à nouveau s’exercer et s’inscrire dans la continuité du travail des historiens. Le Professeur Ardit Bido, Directeur des Archives nationales d’Albanie (http://www.albarchive.gov.al/), a bien montré par les deux communications qu’il a présentées à chacune de ces journées d’étude, combien l’Albanie était attentive à la recherche des documents d’histoire sur son sol. Dans notre domaine de compétence, nous avons aussi voulu souligner l’importance de tous les documents d’histoire, byzantins et post-byzantins, dont l’Albanie est aujourd’hui dépositaire. Notre récente consultation, à Paris, des documents officiels de l’UNESCO – qui ont conduit cet organisme international à considérer deux manuscrits grecs de grand luxe, aujourd’hui à Tirana, comme patrimoine mondial de l’humanité – nous fait plaider pour une véritable reconnaissance internationale de la totalité de cette collection riche et cohérente qui doit être préservée dans les conditions d’un pays moderne au sein des États européens.

Luc Brogly, correspondant scientifique à l’IRHT
Didier Lafleur, IRHT-Section grecque

Mélanges en l’honneur de Paul Géhin

La section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT est particulièrement heureuse d’annoncer la parution du volume de mélanges offerts à Paul Géhin:

André BINGGELI, Anne BOUD’HORS et Matthieu CASSIN (éd.), Manuscripta Graeca et Orientalia. Mélanges monastiques et patristiques en l’honneur de Paul Géhin (Orientalia Lovaniensia Analecta 243), Leuven-Paris-Bristol, Peeters, 2016 (ISBN 9789042933583).

Mélanges Paul Géhin
Mélanges Paul Géhin

Édité par trois membres de la section, l’ouvrage se veut un hommage à celui qui fut son directeur de 1997 à 2011, spécialiste d’Évagre le Pontique, et dont les travaux scientifiques couvrent un large éventail de disciplines et de domaines linguistiques.

Paul Géhin reçoit le volume de mélanges en son honneur
Paul Géhin reçoit le volume de mélanges en son honneur

Le volume de mélanges rassemble 27 contributions consacrées à des thématiques chères au dédicataire, telles que le manuscrit à la fois comme objet matériel (analysé par la paléographie et la codicologie) et comme chaînon de la transmission des textes, dans les différentes langues de l’Orient chrétien (grec, arabe, syriaque, copte, arménien, géorgien) ; le monde monastique, la littérature ascétique et patristique, y compris les chaînes exégétiques et les florilèges; ou encore l’histoire des bibliothèques, en particulier celle du monastère de Sainte-Catherine du Mont Sinaï.

Réception à l'IRHT pour la remise des mélanges
Réception à l’IRHT pour la remise des mélanges

Le volume a été remis au dédicataire le 11 avril 2016, lors d’une cérémonie organisée à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, en présence de quatre anciens directeurs (Louis Holtz, Jacques Dalarun, Anne-Marie Eddé, Nicole Bériou) et de son directeur actuel, François Bougard.

Deux directeurs de l'IRHT: François Bougard et Louis Holtz
Deux directeurs de l’IRHT: François Bougard et Louis Holtz

Sommaire de l’ouvrage:

M. J. Albarrán Martínez, « La prière, occupation quotidienne des moniales d’Égypte », p. 1-16.

P. Andrist, « Un témoin fragmentaire de la famille α des Dialogica polymorpha antiiudaica (CPG 7796) dans un manuscrit de Berlin (Staatsbibliothek, Phill. 1487 [=Studemund 83] », p. 17-30.

P. Augustin, « Une ‘édition’ de Jean Chrysostome à Antioche en 1062-1064? Trois manuscrits copiés par le prêtre Manuel », p. 31-66.

F. Barone, « Ancora sulle omelie de Davide et Saule di Giovanni Crisostomo », p. 67-78.

A. Binggeli, « Les trois David, copistes arabes de Palestine aux 9e-10e s. », p. 79-118.

A. Boud’hors, « Moines, moniales et tissage en Égypte: à propos d’une lettre du moins Frangé », p. 119-128.

S. P. Brock, « Patristic Quotations in Gabriel Qatraya’s Commentary on the Liturgical Offices. », p. 129-150.

L. Brottier, « La perversion de la mémoire dans quelques écrits monastiques », p. 151-166.

M. Cassin, « Un recueil d’extraits patristiques sur l’âme et la nature de l’homme », p. 167-187.

A. Cataldi Palau, « Nicolas Mésaritès: deux lettres inédites (Milan, Ambrosianus F 96 sup., ff. 15v-16v) », p. 187-232.

R. Ceulemans, « Les sections bibliques et exégétiques de l’Athous Lavras Λ 80 (Eustratiades 1571) », p. 233-246.

M. Cronier, « Transcrire l’arabe en grec. À propos des annotations du Parisinus gr. 2179 (Dioscoride) », p. 247-266.

F. D’Aiuto, « Un incerto toponimo orientale nella sottoscrizione dell’Omiliario crisostomico di Princeton, Garrett 14 », p. 267-282.

V. Desprez & A. Rigo, « L’Exposition de la règle de Jean l’ermite et sa fortune sous le nom de Jean Chrysostome aux 11e-13e siècles », p. 283-336.

A. Desreumaux, « Le manuscrit Paris, BnF, Syr. 296 et sa parenté sinaïtique. Vie et usage d’un évangéliaire », p. 337-350.

S. S. R. Frøyshov, « L’horologe du Sinaï géorgien N.80. Édition d’un fragment du nouveau fonds du Sinaï », p. 351-382.

Th. Ganchou, « Les tribulations vénitiennes de la Ca’ Notara (1460/1490). À la recherche du Plutarque d’Anna », p. 383-442.

A. Jacob, « Heurs et malheurs d’un euchologe salentin (Melphictensis 10) », p. 443-468.

G. Kessel, « Membra Disjecta Sinaitica I: A Reconstitution of The Syriac Galen Palimpsest », p. 469-496.

S. Lucà, « La distribuzione calendariale delle Catechesi di Teodoro di studio nel Vat. gr. 2112″, p. 497-522.

B. Outtier, « La traduction arménienne des Chapitres sur la prière d’Évagre le Pontique », p. 523-538.

I. Pérez Martín, « Les manuscrits de Gérasimos, higoumène de la Néa Monè de Chios vers la fin du 12e siècle », p. 539-548.

J.-H. Sautel, « Vingt ans après… La parution du Répertoire de réglures dans les manuscrits grecs sur parchemin« , p. 549-562.

A. Sidarus, « Nouvelles données concernant la Scala gréco-copto-arabe Liber graduum. », p. 563-582.

P. Van Deun, « Le Romanus, Vallicellianus C 72 (gr. 42), un manuscrit du 14e siècle peu connu: description détaillée », p. 583-596.

S. J. Voicu, « Un errore di Montfaucon e altre note pseudocrisostomiche », p. 597-614.

U. Zanetti, « Épitomè de la Lettre de Macaire sur la gloire des saints. », p. 615-632.

Discours de Paul Géhin lors de la remise des mélanges
Discours de Paul Géhin lors de la remise des mélanges

Un Métropolite méconnu en Occident : Ἄνθιμος Ἀλεξούδης, « Φιλόμουσος »

Le récent colloque organisé en Turquie par la Section grecque de l’Institut de recherche et d’histoire des textes autour de la bibliothèque du monastère de la Sainte Trinité de Halki (Bibliothèques grecques à Constantinople à l’époque du Patriarche Métrophane III), nous a donné l’opportunité de consulter les registres épistolaires du Patriarcat Œcuménique de Constantinople (Οἰκουμενικὸς Πατριάρχης) couvrant la seconde moitié du XIXè siècle. Au cœur de cette correspondance, de très nombreux courriers sont adressés à son Éminence le Métropolite de Berat, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης.

Activité pastorale

Né en 1824, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης étudia notamment à Constantinople, à la Μεγάλη του Γένους Σχολή, dont le bâtiment actuel domine aujourd’hui, à Istanbul, la Corne d’Or et le quartier du Phanar.

 

Μεγάλη του Γένους Σχολή, Istanbul (octobre 2015) (5)
Μεγάλη του Γένους Σχολή, Fatih, Istanbul
© Didier Lafleur
Μεγάλη του Γένους Σχολή, Istanbul (octobre 2015) (7)
Μεγάλη του Γένους Σχολή, Fatih, Istanbul
© Didier Lafleur

Ordonné Métropolite à l’âge de 31 ans, Ἀλεξούδης, désormais Ἄνθιμος τῶν Βελεγράδων selon les Actes du Patriarcat, fut Métropolite de la ville de Berat, en Albanie, de 1855 à 1887. À cette date et jusqu’en 1908, sur décision du Saint Synode, il devient Métropolite de la ville d’Amasya – aujourd’hui importante ville turque des bords de la mer Noire. Grand érudit, polyglotte, auteur de nombreux ouvrages et articles traitant autant des sciences ecclésiales que des humanités, Ἀλεξούδης ne cessera de publier jusqu’à sa mort, à Constantinople, en 1909[1], dans le monastère adjacent à l’église Sainte Marie des Mongols (Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης / Παναγία Μουχλιώτισσα)[2], à quelques mètres à peine de l’actuelle Grande École de la Nation.

Sainte Marie des Mongols, 1877
Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης / Παναγία Μουχλιώτισσα, Fatih, Istanbul, en 1877

Érudition et manuscrits grecs

Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης-Παναγία Μουχλιώτισσα, extérieur LB (octobre 2015) (10)
Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης / Παναγία Μουχλιώτισσα
© Luc Brogly

Le nom d’ Ἄνθιμος Ἀλεξούδης a peu circulé en Europe occidentale et la préparation de notre étude sur les manuscrits grecs du Nouveau Testament conservés à Tirana (Albanie) nous permet aujourd’hui d’éclairer un peu mieux cette figure méconnue de la catalographie. Outre ses compositions liturgiques – les Archives nationales d’Albanie conservent de lui une courte prière qu’il composa pour l’érection d’un nouveau clocher à Berat en 1884[3], ses recherches sur l’épigraphie grecque et sur l’histoire de l’Église Orthodoxe[4], Ἀλεξούδης a consacré une grande part de ses travaux à la description des manuscrits.

Dans l’une de ses premières études, publiée en 1868 et intitulée Σύντομος Ιστορική Περιγραφή τῆς Ἱερᾶς Μητροπόλεως Βελεγράδων[5], Ἄνθιμος Ἀλεξούδης édite l’acte de son élection ainsi que le berât de l’autorité civile, mais il évoque aussi plusieurs manuscrits grecs, dont certains de grand luxe, écrits en lettres d’or et d’argent sur parchemin pourpre. C’est cette publication qui permettra au prêtre français Pierre Batiffol d’étudier sur place, en 1885, les précieux manuscrits grecs décrits par le Métropolite.

Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης-Παναγία Μουχλιώτισσα, extérieur LB (octobre 2015) (12)
Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης-Παναγία Μουχλιώτισσα (intérieur)
© Luc Brogly

Publications

Curieusement, c’est à partir de 1890, alors qu’il est déjà installé à Amasya, à deux mille kilomètres de son ancien évêché, qu’il commencera à publier ses descriptions codicologiques. Il dressera l’inventaire, notamment de 1892 à 1901, des manuscrits scripturaires et liturgiques possédés par certaines églises des villes albanaises de Berat et de Vlora, mais aussi de manuscrits qui sont sa propriété et dont nous pouvons affirmer aujourd’hui qu’ils firent le voyage jusqu’à Amasya. Hormis le récit de Pierre Batiffol en 1885, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης est le seul et unique témoin de la circulation de ces manuscrits grecs.

De nombreux érudits ont loué avec raison « l’admirable soin » avec lequel le Métropolite avait consigné les actes ecclésiaux. Ainsi en 1903, Heinrich Gelzer, contemporain d’ Ἀλεξούδης :

Anthimos muß während seiner Verwaltung der Belgrader Eparchie einen staunenswerten Fleiß entwickelt haben, um dieses massenhafte Material im ganzen so wohlgeordnet zusammenzubringen [6].

Durant son administration de l’Éparchie de Berat, Anthimos doit avoir développé un zèle étonnant pour rassembler d’une manière aussi ordonnée tant de documents.

KOD. BR. 66 contreplat supérieur (2)
© Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes 66

On doit ajouter à ces relevés scrupuleux et à son érudition, une activité pastorale intense (monastère d’Ardenoussa) ainsi que sa vocation à former les générations futures (École théologique de Berat), malgré des relations parfois tendues avec l’autorité civile, l’Empire ottoman. Ainsi que le rapportait Pierre Batiffol en 1887, « on ne le cite jamais sans lui donner l’épithète de Φιλόμουσος, et M. Anthime Alexoudis l’a bien méritée ».

Didier Lafleur, IRHT, CNRS – Luc Brogly

Le Grand Archimandrite Βησσαρίων Κομζιάς (Paroisse de Sainte Marie des Mongols, Οἰκουμενικὸς Πατριάρχης), Luc Brogly, Didier Lafleur
© Luc Brogly

[1] La tradition rapporte que la tombe du Métropolite se trouve au monastère τῆς Θεοτòκου τῆς Πηγῆς (Balıklı Meryem Ana Rum Manastiri), situé non loin des remparts terrestres de Constantinople. Malgré nos recherches à l’intérieur même du monastère, mais aussi dans le carré des métropolites situé à l’extérieur de ce périmètre, nous n’avons pu localiser la tombe d’Anthime Alexoudis.

[2] Voir R. Janin, La géographie ecclésiastique de l’empire byzantin, 1ère partie. Le siège de Constantinople et le Patriarcat Œcuménique, t. III. Les églises et les monastères, Paris, 19692, p. 213-214.

[3] Voir K. Giakoumis, « The Orthodox Church in Albania under Ottoman Rule 15th-19th Century », dans O. J. Schmitt (éd.), Religion und Kultur im albanischsprachigen Südosteuropa, Pro Oriente 4, Schriftenreihe der Kommission für südosteuropäische Geschichte, Frankfurt am Main: Peter Lang, 2010, p. 76-77.

[4] À titre d’exemple: « Περὶ τινων νομισμάτων καὶ ἐπιγραφὴ Μακεδονίας καὶ Θρᾳκῆς », Ὁ ἐν Κωνσταντινουπόλει Ἑλληνικὸς Φιλολογικὸς Σύλλογος, 4 (1871): 124-125; « Συμβολαὶ εἰς τὴν ἱστορίαν τῶν μεταξὺ τῶν Ἐκκλησιῶν σχέσεων », ΕΑ 9/15 (1889): 117-118; « Χρονολογικὸς κατάλογος τῶν πάλαι ποτὲ ἀρχιεπισκόπων τῆς Α´ Ἰουστινιανῆς Ἀχριδῶν », ΕΑ 9/20 (1889): 158; « Τὰ ληξιαρχικὰ βιβλία παρ’ ἡμῖν », ΕΑ 9/30 (1889): 235; « Συνοδικαὶ πράξεις τῆς Ἀρχιεπισκοπῆς Ἀχριδῶν καὶ πάσης Βουλγαρίας », ΔΙΕΕ 4 (1892 [1893]): 547-573.

[5] … καὶ τῆς ὑπὸ τὴν πνευματικὴν αὐτῆς δικαιοδοσίαν ὑπαγομένης χώρας, νῦν πρῶτον συνταχθεῖσα καὶ ἰδίοις ἀναλώμασι τύποις ἐκδοθεῖσα ὑπὸ τοῦ Μητροπολίτου Βελεγράδων Ἀνθίμου Δ. Ἀλεξουδη τοῦ ἐκ Μαδύτων τῆς Θρᾳκικής Χερσονήσου, Ἐν Κέρκυρᾳ: Τυπογραφεῖον « Η ΙΟΝΙΑ » Ἀδελφῶν Κάων, p. 113-115.

[6] « Der wiederaufgefunden Kodex des hl. Klemens und andere auf den Patriarchat Achrida bezügliche Urkundensammlungen », in Berichte über die Verhandlungen der königlichen Sächsischen Gesellschaft der Wissenschaften zu Leipzig, Philol. hist. Klasse, LV-2, Leipzig, 1903, p. 49.

Manuscrits, littérature et histoire religieuse: Le Congrès annuel de la SBL, novembre 2015, Atlanta

Le Congrès annuel de la Society of Biblical Literature (SBL) – en association avec l’American Academy of Religion (AAR) – se tenait cette année dans le sud des États-Unis, en Géorgie, à Atlanta, du 21 au 24 novembre. L’ensemble des thèmes consacrés à la littérature biblique y étaient abordés, y compris le programme dédié à la critique textuelle du Nouveau Testament qui proposait trois sessions.

Hotel Hyatt Regency, Lobby Level, Atlanta (2)
Atlanta, Hotel Hyatt Regency, Lobby Level
© Didier Lafleur

Manuscrits pourpres et critique textuelle

Concernant les sources grecques, plusieurs manuscrits ont été particulièrement mis en lumière. Elijah Hixson (University of Edinburgh), a ainsi mis l’accent sur le codex Sinopensis (Paris, BnF, Supplément grec 1286), l’un des rares manuscrits grecs copiés en écriture majuscule sur parchemin pourpre. Daté du 6ème siècle, ce manuscrit, acquis en 1894 par un officier français à Sinope (Turquie), fut publié par Henri Omont en 1900[1], et sa parenté textuelle hâtivement classée par Hermann von Soden[2]. L’enquête d’Elijah Hixson, « Real or Perceived Scribal Habits ? Assessing the ‘Singular Readings Method’ with Codex Sinopensis (Gregory-Aland O.023) », proposait pour la première fois une approche détaillée des leçons de ce luxueux manuscrit sur la base de la Singular Readings Method, un processus critique permettant de mieux cerner les variantes propres d’un document. Prenant en compte la parenté textuelle précédemment établie, Hixson a mis en parallèle les leçons de deux autres manuscrits pourpres: le codex Petropolitanus (Gregory-Aland N.022, Sankt-Peterburg, Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. N°906, Gr. 537 [Granstrem 18]), et le codex Rossanensis (Gregory-Aland Σ.042, Rossano Calabro, Museo Diocesano di Arte Sacra, Ms. 1). Sur la base de collations réalisées à partir du facsimilé, Elijah Hixson a montré l’incertitude de la méthode appliquée, soulignant à la fois la complexité à construire un stemma reliant ces trois luxueux manuscrits. Comme cela avait été évoqué lors de la conférence de San Diego en 2014 à propos du codex Beratinus 1 (Gregory-Aland Φ.043, Tiranë, Arkivi Qendror Shtetëror, Drejtoria e Përgjithshme e Arkivave, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes 1), l’étude du codex Sinopensis souligne un peu plus la fluidité des textes copiés au 6ème siècle, y compris sur parchemin de grande valeur.

Paris, BnF, Supplément grec 1286, ff. 28v-29r
Paris, BnF, Supplément grec 1286
© Bibliothèque nationale de France

Sources grecques

À nouveau cette année, était à l’honneur un groupe de manuscrits grecs, copiés en écriture minuscule, au texte bien repéré – particulièrement pour l’évangile de Marc: la Famille 1. Identifiée dès le début du 20ème siècle comme l’un des témoins de premier ordre du Nouveau Testament, ce groupe suscite depuis quelques années un renouveau rare au sein des études critiques néotestamentaires (Amy S. Anderson, Alison Welsby[3]). À Atlanta, Jessica Shao (University of Minnesota-Twin Cities), s’est particulièrement attachée à l’analyse des manuscrits dits « du groupe de Venise »: Biblioteca Nazionale Marciana, Gr. Z 5 (Gregory-Aland 205), et Biblioteca Nazionale Marciana, Gr. Z 6 (Gregory-Aland 2886), cherchant à savoir lequel était le modèle de l’autre. Au-delà de la controverse avec les précédentes études, la recherche de Jessica Shao montre la pertinence et la pérennité de cet axe de recherche depuis la mise en lumière de cette famille par Kirsopp Lake au siècle dernier.

Post020
Collection New Testament Tools and Studies XXXII, Leiden-Boston: Brill, 2004.

Parmi les autres présentations consacrées aux manuscrits, notons la communication de Darius Müller (Kirchliche Hochschule Wuppertal/Bethel), sur le texte de l’Apocalypse dans un manuscrit du monastère des Météores, Μονὴ Μεταμορφώσεως 573 (Gregory-Aland 2329 et 2351). Prenant appui sur la récente édition de Panayiotis Tzamalikos (An Ancient Commentary on the Book of Revelation, CUP, 2013), et sur ses propres collations, Darius Müller a posé la question de la parenté exacte des deux manuscrits et de leur filiation au sein de la tradition textuelle de l’Apocalypse.

Hotel Marriott Marquis, Lobby Level, Atlanta
Hotel Marriott Marquis, Lobby Level, Atlanta
© Didier Lafleur

Histoire religieuse

L’organisation conjointe de la Society of Biblical Literature et de l’American Academy of Religion, offrait cette année encore de multiples opportunités d’échanges et de contacts au sein même de l’histoire religieuse, à l’intérieur et à l’extérieur du monde chrétien. Sous les auspices de l’AAR s’est tenue une session consacrée à la Société Internationale d’Études sur Alfred Loisy, dont le thème « Contexts and Criticism of Loisy’s Ecclesiology » abordait le rôle de ce prêtre catholique français, excommunié par Rome en 1908, et qui fut au centre de la crise moderniste dès la fin du 19ème siècle. Au nombre des intervenants, notons les communications de Charles J. T. Talar (University of Saint Thomas, Houston) sur les relations entre Alfred Loisy et Pierre Batiffol, prélat français déjà évoqué dans les colonnes de ce blog à propos des manuscrits grecs et latins, et celle de Danny Praet (Université de Gand) sur l’édition prochaine de la correspondance entre Franz Cumont et Loisy.

Entre actualité des Humanités digitales et recherche biblique, manuscrits grecs et littérature religieuse, le millésime 2015 offrait en outre, sous les auspices de l’AAR, la réalisation d’un mandala fait de sables colorés, exécuté par les moines tibétains du monastère de Drepung Loseling, Atlanta. Cette œuvre éphémère, composée au cours des quatre journées du congrès et détruite lors de la cérémonie de clôture, était à l’image de la recherche biblique : impermanente et pérenne.

AAR, Drepung Loseling Monastery, Mandala Sand Painting
Drepung Loseling Monastery, Mandala Sand Painting
© Luc Brogly

Luc Brogly – Didier Lafleur (IRHT, CNRS)

[1] Notice sur un très ancien manuscrit grec de l’Évangile de saint Matthieu en onciales d’or sur parchemin pourpré et orné de miniatures conservé à la Bibliothèque nationale (N°1286 du Supplément grec), tiré des Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques, t. XXXVI, Paris: Librairie C. Klincksieck, 1900.

[2] Die Schriften des Neuen Testaments in ihrer ältesten erreichbaren Textgestalt hergestellt auf Grund ihrer Textgeschichte. I. Teil, Untersuchungen, II. Abteilung: Die Textformen, A. Die Evangelien, Berlin: Arthur Glaue, 1907, p. 1245-1259.

[3] A Textual Study of Family 1 in the Gospel of John, Arbeiten zur Neutestamentlichen Textforschung 45, Berlin-Boston: De Gruyter, 2014.