Archives par mot-clé : Manuscrits

Mélanges en l’honneur de Paul Géhin

La section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT est particulièrement heureuse d’annoncer la parution du volume de mélanges offerts à Paul Géhin:

André BINGGELI, Anne BOUD’HORS et Matthieu CASSIN (éd.), Manuscripta Graeca et Orientalia. Mélanges monastiques et patristiques en l’honneur de Paul Géhin (Orientalia Lovaniensia Analecta 243), Leuven-Paris-Bristol, Peeters, 2016 (ISBN 9789042933583).

Mélanges Paul Géhin
Mélanges Paul Géhin

Édité par trois membres de la section, l’ouvrage se veut un hommage à celui qui fut son directeur de 1997 à 2011, spécialiste d’Évagre le Pontique, et dont les travaux scientifiques couvrent un large éventail de disciplines et de domaines linguistiques.

Paul Géhin reçoit le volume de mélanges en son honneur
Paul Géhin reçoit le volume de mélanges en son honneur

Le volume de mélanges rassemble 27 contributions consacrées à des thématiques chères au dédicataire, telles que le manuscrit à la fois comme objet matériel (analysé par la paléographie et la codicologie) et comme chaînon de la transmission des textes, dans les différentes langues de l’Orient chrétien (grec, arabe, syriaque, copte, arménien, géorgien) ; le monde monastique, la littérature ascétique et patristique, y compris les chaînes exégétiques et les florilèges; ou encore l’histoire des bibliothèques, en particulier celle du monastère de Sainte-Catherine du Mont Sinaï.

Réception à l'IRHT pour la remise des mélanges
Réception à l’IRHT pour la remise des mélanges

Le volume a été remis au dédicataire le 11 avril 2016, lors d’une cérémonie organisée à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, en présence de quatre anciens directeurs (Louis Holtz, Jacques Dalarun, Anne-Marie Eddé, Nicole Bériou) et de son directeur actuel, François Bougard.

Deux directeurs de l'IRHT: François Bougard et Louis Holtz
Deux directeurs de l’IRHT: François Bougard et Louis Holtz

Sommaire de l’ouvrage:

M. J. Albarrán Martínez, « La prière, occupation quotidienne des moniales d’Égypte », p. 1-16.

P. Andrist, « Un témoin fragmentaire de la famille α des Dialogica polymorpha antiiudaica (CPG 7796) dans un manuscrit de Berlin (Staatsbibliothek, Phill. 1487 [=Studemund 83] », p. 17-30.

P. Augustin, « Une ‘édition’ de Jean Chrysostome à Antioche en 1062-1064? Trois manuscrits copiés par le prêtre Manuel », p. 31-66.

F. Barone, « Ancora sulle omelie de Davide et Saule di Giovanni Crisostomo », p. 67-78.

A. Binggeli, « Les trois David, copistes arabes de Palestine aux 9e-10e s. », p. 79-118.

A. Boud’hors, « Moines, moniales et tissage en Égypte: à propos d’une lettre du moins Frangé », p. 119-128.

S. P. Brock, « Patristic Quotations in Gabriel Qatraya’s Commentary on the Liturgical Offices. », p. 129-150.

L. Brottier, « La perversion de la mémoire dans quelques écrits monastiques », p. 151-166.

M. Cassin, « Un recueil d’extraits patristiques sur l’âme et la nature de l’homme », p. 167-187.

A. Cataldi Palau, « Nicolas Mésaritès: deux lettres inédites (Milan, Ambrosianus F 96 sup., ff. 15v-16v) », p. 187-232.

R. Ceulemans, « Les sections bibliques et exégétiques de l’Athous Lavras Λ 80 (Eustratiades 1571) », p. 233-246.

M. Cronier, « Transcrire l’arabe en grec. À propos des annotations du Parisinus gr. 2179 (Dioscoride) », p. 247-266.

F. D’Aiuto, « Un incerto toponimo orientale nella sottoscrizione dell’Omiliario crisostomico di Princeton, Garrett 14 », p. 267-282.

V. Desprez & A. Rigo, « L’Exposition de la règle de Jean l’ermite et sa fortune sous le nom de Jean Chrysostome aux 11e-13e siècles », p. 283-336.

A. Desreumaux, « Le manuscrit Paris, BnF, Syr. 296 et sa parenté sinaïtique. Vie et usage d’un évangéliaire », p. 337-350.

S. S. R. Frøyshov, « L’horologe du Sinaï géorgien N.80. Édition d’un fragment du nouveau fonds du Sinaï », p. 351-382.

Th. Ganchou, « Les tribulations vénitiennes de la Ca’ Notara (1460/1490). À la recherche du Plutarque d’Anna », p. 383-442.

A. Jacob, « Heurs et malheurs d’un euchologe salentin (Melphictensis 10) », p. 443-468.

G. Kessel, « Membra Disjecta Sinaitica I: A Reconstitution of The Syriac Galen Palimpsest », p. 469-496.

S. Lucà, « La distribuzione calendariale delle Catechesi di Teodoro di studio nel Vat. gr. 2112″, p. 497-522.

B. Outtier, « La traduction arménienne des Chapitres sur la prière d’Évagre le Pontique », p. 523-538.

I. Pérez Martín, « Les manuscrits de Gérasimos, higoumène de la Néa Monè de Chios vers la fin du 12e siècle », p. 539-548.

J.-H. Sautel, « Vingt ans après… La parution du Répertoire de réglures dans les manuscrits grecs sur parchemin« , p. 549-562.

A. Sidarus, « Nouvelles données concernant la Scala gréco-copto-arabe Liber graduum. », p. 563-582.

P. Van Deun, « Le Romanus, Vallicellianus C 72 (gr. 42), un manuscrit du 14e siècle peu connu: description détaillée », p. 583-596.

S. J. Voicu, « Un errore di Montfaucon e altre note pseudocrisostomiche », p. 597-614.

U. Zanetti, « Épitomè de la Lettre de Macaire sur la gloire des saints. », p. 615-632.

Discours de Paul Géhin lors de la remise des mélanges
Discours de Paul Géhin lors de la remise des mélanges

Un Métropolite méconnu en Occident : Ἄνθιμος Ἀλεξούδης, « Φιλόμουσος »

Le récent colloque organisé en Turquie par la Section grecque de l’Institut de recherche et d’histoire des textes autour de la bibliothèque du monastère de la Sainte Trinité de Halki (Bibliothèques grecques à Constantinople à l’époque du Patriarche Métrophane III), nous a donné l’opportunité de consulter les registres épistolaires du Patriarcat Œcuménique de Constantinople (Οἰκουμενικὸς Πατριάρχης) couvrant la seconde moitié du XIXè siècle. Au cœur de cette correspondance, de très nombreux courriers sont adressés à son Éminence le Métropolite de Berat, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης.

Activité pastorale

Né en 1824, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης étudia notamment à Constantinople, à la Μεγάλη του Γένους Σχολή, dont le bâtiment actuel domine aujourd’hui, à Istanbul, la Corne d’Or et le quartier du Phanar.

 

Μεγάλη του Γένους Σχολή, Istanbul (octobre 2015) (5)
Μεγάλη του Γένους Σχολή, Fatih, Istanbul
© Didier Lafleur
Μεγάλη του Γένους Σχολή, Istanbul (octobre 2015) (7)
Μεγάλη του Γένους Σχολή, Fatih, Istanbul
© Didier Lafleur

Ordonné Métropolite à l’âge de 31 ans, Ἀλεξούδης, désormais Ἄνθιμος τῶν Βελεγράδων selon les Actes du Patriarcat, fut Métropolite de la ville de Berat, en Albanie, de 1855 à 1887. À cette date et jusqu’en 1908, sur décision du Saint Synode, il devient Métropolite de la ville d’Amasya – aujourd’hui importante ville turque des bords de la mer Noire. Grand érudit, polyglotte, auteur de nombreux ouvrages et articles traitant autant des sciences ecclésiales que des humanités, Ἀλεξούδης ne cessera de publier jusqu’à sa mort, à Constantinople, en 1909[1], dans le monastère adjacent à l’église Sainte Marie des Mongols (Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης / Παναγία Μουχλιώτισσα)[2], à quelques mètres à peine de l’actuelle Grande École de la Nation.

Sainte Marie des Mongols, 1877
Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης / Παναγία Μουχλιώτισσα, Fatih, Istanbul, en 1877

Érudition et manuscrits grecs

Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης-Παναγία Μουχλιώτισσα, extérieur LB (octobre 2015) (10)
Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης / Παναγία Μουχλιώτισσα
© Luc Brogly

Le nom d’ Ἄνθιμος Ἀλεξούδης a peu circulé en Europe occidentale et la préparation de notre étude sur les manuscrits grecs du Nouveau Testament conservés à Tirana (Albanie) nous permet aujourd’hui d’éclairer un peu mieux cette figure méconnue de la catalographie. Outre ses compositions liturgiques – les Archives nationales d’Albanie conservent de lui une courte prière qu’il composa pour l’érection d’un nouveau clocher à Berat en 1884[3], ses recherches sur l’épigraphie grecque et sur l’histoire de l’Église Orthodoxe[4], Ἀλεξούδης a consacré une grande part de ses travaux à la description des manuscrits.

Dans l’une de ses premières études, publiée en 1868 et intitulée Σύντομος Ιστορική Περιγραφή τῆς Ἱερᾶς Μητροπόλεως Βελεγράδων[5], Ἄνθιμος Ἀλεξούδης édite l’acte de son élection ainsi que le berât de l’autorité civile, mais il évoque aussi plusieurs manuscrits grecs, dont certains de grand luxe, écrits en lettres d’or et d’argent sur parchemin pourpre. C’est cette publication qui permettra au prêtre français Pierre Batiffol d’étudier sur place, en 1885, les précieux manuscrits grecs décrits par le Métropolite.

Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης-Παναγία Μουχλιώτισσα, extérieur LB (octobre 2015) (12)
Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης-Παναγία Μουχλιώτισσα (intérieur)
© Luc Brogly

Publications

Curieusement, c’est à partir de 1890, alors qu’il est déjà installé à Amasya, à deux mille kilomètres de son ancien évêché, qu’il commencera à publier ses descriptions codicologiques. Il dressera l’inventaire, notamment de 1892 à 1901, des manuscrits scripturaires et liturgiques possédés par certaines églises des villes albanaises de Berat et de Vlora, mais aussi de manuscrits qui sont sa propriété et dont nous pouvons affirmer aujourd’hui qu’ils firent le voyage jusqu’à Amasya. Hormis le récit de Pierre Batiffol en 1885, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης est le seul et unique témoin de la circulation de ces manuscrits grecs.

De nombreux érudits ont loué avec raison « l’admirable soin » avec lequel le Métropolite avait consigné les actes ecclésiaux. Ainsi en 1903, Heinrich Gelzer, contemporain d’ Ἀλεξούδης :

Anthimos muß während seiner Verwaltung der Belgrader Eparchie einen staunenswerten Fleiß entwickelt haben, um dieses massenhafte Material im ganzen so wohlgeordnet zusammenzubringen [6].

Durant son administration de l’Éparchie de Berat, Anthimos doit avoir développé un zèle étonnant pour rassembler d’une manière aussi ordonnée tant de documents.

KOD. BR. 66 contreplat supérieur (2)
© Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes 66

On doit ajouter à ces relevés scrupuleux et à son érudition, une activité pastorale intense (monastère d’Ardenoussa) ainsi que sa vocation à former les générations futures (École théologique de Berat), malgré des relations parfois tendues avec l’autorité civile, l’Empire ottoman. Ainsi que le rapportait Pierre Batiffol en 1887, « on ne le cite jamais sans lui donner l’épithète de Φιλόμουσος, et M. Anthime Alexoudis l’a bien méritée ».

Didier Lafleur, IRHT, CNRS – Luc Brogly

Le Grand Archimandrite Βησσαρίων Κομζιάς (Paroisse de Sainte Marie des Mongols, Οἰκουμενικὸς Πατριάρχης), Luc Brogly, Didier Lafleur
© Luc Brogly

[1] La tradition rapporte que la tombe du Métropolite se trouve au monastère τῆς Θεοτòκου τῆς Πηγῆς (Balıklı Meryem Ana Rum Manastiri), situé non loin des remparts terrestres de Constantinople. Malgré nos recherches à l’intérieur même du monastère, mais aussi dans le carré des métropolites situé à l’extérieur de ce périmètre, nous n’avons pu localiser la tombe d’Anthime Alexoudis.

[2] Voir R. Janin, La géographie ecclésiastique de l’empire byzantin, 1ère partie. Le siège de Constantinople et le Patriarcat Œcuménique, t. III. Les églises et les monastères, Paris, 19692, p. 213-214.

[3] Voir K. Giakoumis, « The Orthodox Church in Albania under Ottoman Rule 15th-19th Century », dans O. J. Schmitt (éd.), Religion und Kultur im albanischsprachigen Südosteuropa, Pro Oriente 4, Schriftenreihe der Kommission für südosteuropäische Geschichte, Frankfurt am Main: Peter Lang, 2010, p. 76-77.

[4] À titre d’exemple: « Περὶ τινων νομισμάτων καὶ ἐπιγραφὴ Μακεδονίας καὶ Θρᾳκῆς », Ὁ ἐν Κωνσταντινουπόλει Ἑλληνικὸς Φιλολογικὸς Σύλλογος, 4 (1871): 124-125; « Συμβολαὶ εἰς τὴν ἱστορίαν τῶν μεταξὺ τῶν Ἐκκλησιῶν σχέσεων », ΕΑ 9/15 (1889): 117-118; « Χρονολογικὸς κατάλογος τῶν πάλαι ποτὲ ἀρχιεπισκόπων τῆς Α´ Ἰουστινιανῆς Ἀχριδῶν », ΕΑ 9/20 (1889): 158; « Τὰ ληξιαρχικὰ βιβλία παρ’ ἡμῖν », ΕΑ 9/30 (1889): 235; « Συνοδικαὶ πράξεις τῆς Ἀρχιεπισκοπῆς Ἀχριδῶν καὶ πάσης Βουλγαρίας », ΔΙΕΕ 4 (1892 [1893]): 547-573.

[5] … καὶ τῆς ὑπὸ τὴν πνευματικὴν αὐτῆς δικαιοδοσίαν ὑπαγομένης χώρας, νῦν πρῶτον συνταχθεῖσα καὶ ἰδίοις ἀναλώμασι τύποις ἐκδοθεῖσα ὑπὸ τοῦ Μητροπολίτου Βελεγράδων Ἀνθίμου Δ. Ἀλεξουδη τοῦ ἐκ Μαδύτων τῆς Θρᾳκικής Χερσονήσου, Ἐν Κέρκυρᾳ: Τυπογραφεῖον « Η ΙΟΝΙΑ » Ἀδελφῶν Κάων, p. 113-115.

[6] « Der wiederaufgefunden Kodex des hl. Klemens und andere auf den Patriarchat Achrida bezügliche Urkundensammlungen », in Berichte über die Verhandlungen der königlichen Sächsischen Gesellschaft der Wissenschaften zu Leipzig, Philol. hist. Klasse, LV-2, Leipzig, 1903, p. 49.

Manuscrits, littérature et histoire religieuse: Le Congrès annuel de la SBL, novembre 2015, Atlanta

Le Congrès annuel de la Society of Biblical Literature (SBL) – en association avec l’American Academy of Religion (AAR) – se tenait cette année dans le sud des États-Unis, en Géorgie, à Atlanta, du 21 au 24 novembre. L’ensemble des thèmes consacrés à la littérature biblique y étaient abordés, y compris le programme dédié à la critique textuelle du Nouveau Testament qui proposait trois sessions.

Hotel Hyatt Regency, Lobby Level, Atlanta (2)
Atlanta, Hotel Hyatt Regency, Lobby Level
© Didier Lafleur

Manuscrits pourpres et critique textuelle

Concernant les sources grecques, plusieurs manuscrits ont été particulièrement mis en lumière. Elijah Hixson (University of Edinburgh), a ainsi mis l’accent sur le codex Sinopensis (Paris, BnF, Supplément grec 1286), l’un des rares manuscrits grecs copiés en écriture majuscule sur parchemin pourpre. Daté du 6ème siècle, ce manuscrit, acquis en 1894 par un officier français à Sinope (Turquie), fut publié par Henri Omont en 1900[1], et sa parenté textuelle hâtivement classée par Hermann von Soden[2]. L’enquête d’Elijah Hixson, « Real or Perceived Scribal Habits ? Assessing the ‘Singular Readings Method’ with Codex Sinopensis (Gregory-Aland O.023) », proposait pour la première fois une approche détaillée des leçons de ce luxueux manuscrit sur la base de la Singular Readings Method, un processus critique permettant de mieux cerner les variantes propres d’un document. Prenant en compte la parenté textuelle précédemment établie, Hixson a mis en parallèle les leçons de deux autres manuscrits pourpres: le codex Petropolitanus (Gregory-Aland N.022, Sankt-Peterburg, Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. N°906, Gr. 537 [Granstrem 18]), et le codex Rossanensis (Gregory-Aland Σ.042, Rossano Calabro, Museo Diocesano di Arte Sacra, Ms. 1). Sur la base de collations réalisées à partir du facsimilé, Elijah Hixson a montré l’incertitude de la méthode appliquée, soulignant à la fois la complexité à construire un stemma reliant ces trois luxueux manuscrits. Comme cela avait été évoqué lors de la conférence de San Diego en 2014 à propos du codex Beratinus 1 (Gregory-Aland Φ.043, Tiranë, Arkivi Qendror Shtetëror, Drejtoria e Përgjithshme e Arkivave, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes 1), l’étude du codex Sinopensis souligne un peu plus la fluidité des textes copiés au 6ème siècle, y compris sur parchemin de grande valeur.

Paris, BnF, Supplément grec 1286, ff. 28v-29r
Paris, BnF, Supplément grec 1286
© Bibliothèque nationale de France

Sources grecques

À nouveau cette année, était à l’honneur un groupe de manuscrits grecs, copiés en écriture minuscule, au texte bien repéré – particulièrement pour l’évangile de Marc: la Famille 1. Identifiée dès le début du 20ème siècle comme l’un des témoins de premier ordre du Nouveau Testament, ce groupe suscite depuis quelques années un renouveau rare au sein des études critiques néotestamentaires (Amy S. Anderson, Alison Welsby[3]). À Atlanta, Jessica Shao (University of Minnesota-Twin Cities), s’est particulièrement attachée à l’analyse des manuscrits dits « du groupe de Venise »: Biblioteca Nazionale Marciana, Gr. Z 5 (Gregory-Aland 205), et Biblioteca Nazionale Marciana, Gr. Z 6 (Gregory-Aland 2886), cherchant à savoir lequel était le modèle de l’autre. Au-delà de la controverse avec les précédentes études, la recherche de Jessica Shao montre la pertinence et la pérennité de cet axe de recherche depuis la mise en lumière de cette famille par Kirsopp Lake au siècle dernier.

Post020
Collection New Testament Tools and Studies XXXII, Leiden-Boston: Brill, 2004.

Parmi les autres présentations consacrées aux manuscrits, notons la communication de Darius Müller (Kirchliche Hochschule Wuppertal/Bethel), sur le texte de l’Apocalypse dans un manuscrit du monastère des Météores, Μονὴ Μεταμορφώσεως 573 (Gregory-Aland 2329 et 2351). Prenant appui sur la récente édition de Panayiotis Tzamalikos (An Ancient Commentary on the Book of Revelation, CUP, 2013), et sur ses propres collations, Darius Müller a posé la question de la parenté exacte des deux manuscrits et de leur filiation au sein de la tradition textuelle de l’Apocalypse.

Hotel Marriott Marquis, Lobby Level, Atlanta
Hotel Marriott Marquis, Lobby Level, Atlanta
© Didier Lafleur

Histoire religieuse

L’organisation conjointe de la Society of Biblical Literature et de l’American Academy of Religion, offrait cette année encore de multiples opportunités d’échanges et de contacts au sein même de l’histoire religieuse, à l’intérieur et à l’extérieur du monde chrétien. Sous les auspices de l’AAR s’est tenue une session consacrée à la Société Internationale d’Études sur Alfred Loisy, dont le thème « Contexts and Criticism of Loisy’s Ecclesiology » abordait le rôle de ce prêtre catholique français, excommunié par Rome en 1908, et qui fut au centre de la crise moderniste dès la fin du 19ème siècle. Au nombre des intervenants, notons les communications de Charles J. T. Talar (University of Saint Thomas, Houston) sur les relations entre Alfred Loisy et Pierre Batiffol, prélat français déjà évoqué dans les colonnes de ce blog à propos des manuscrits grecs et latins, et celle de Danny Praet (Université de Gand) sur l’édition prochaine de la correspondance entre Franz Cumont et Loisy.

Entre actualité des Humanités digitales et recherche biblique, manuscrits grecs et littérature religieuse, le millésime 2015 offrait en outre, sous les auspices de l’AAR, la réalisation d’un mandala fait de sables colorés, exécuté par les moines tibétains du monastère de Drepung Loseling, Atlanta. Cette œuvre éphémère, composée au cours des quatre journées du congrès et détruite lors de la cérémonie de clôture, était à l’image de la recherche biblique : impermanente et pérenne.

AAR, Drepung Loseling Monastery, Mandala Sand Painting
Drepung Loseling Monastery, Mandala Sand Painting
© Luc Brogly

Luc Brogly – Didier Lafleur (IRHT, CNRS)

[1] Notice sur un très ancien manuscrit grec de l’Évangile de saint Matthieu en onciales d’or sur parchemin pourpré et orné de miniatures conservé à la Bibliothèque nationale (N°1286 du Supplément grec), tiré des Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques, t. XXXVI, Paris: Librairie C. Klincksieck, 1900.

[2] Die Schriften des Neuen Testaments in ihrer ältesten erreichbaren Textgestalt hergestellt auf Grund ihrer Textgeschichte. I. Teil, Untersuchungen, II. Abteilung: Die Textformen, A. Die Evangelien, Berlin: Arthur Glaue, 1907, p. 1245-1259.

[3] A Textual Study of Family 1 in the Gospel of John, Arbeiten zur Neutestamentlichen Textforschung 45, Berlin-Boston: De Gruyter, 2014.

Compte-rendu du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (III)

La dernière journée du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (vendredi 16 octobre 2015) s’est déroulée dans le bâtiment de l’IFEA abrité au consulat de France (voir le compte rendu de la première journée et de la seconde journée).

L'IFEA au Palais de France
L’IFEA au Palais de France

Après quelques mots d’accueil présentés par Jean-François Pérouse, directeur de l’IFEA,

Jean-François Pérouse
Jean-François Pérouse  © D. Reinsch

la première partie de la matinée a été consacrée à la fabrication et à l’entretien des livres. Elle s’est ouverte avec la communication de Paul Géhin, « Scribes du milieu patriarcal au début du 17e siècle« . Marie Cronier a ensuite présenté un exposé sur « La copie et la restauration de manuscrits dans la bibliothèque de la Sainte-Trinité (16e-19e s.)« .

Marie Cronier & Paul Géhin
Marie Cronier & Paul Géhin © A. Lampadaridi

Dans la seconde partie de la matinée ce sont les voyageurs occidentaux à la recherche de manuscrits grecs qui ont été l’objet de deux communication. En premier lieu, Christian Gastgeber a présenté la figure d' »Ogier Ghislain de Busbecq et ses manuscrits grecs« .

Christian Gastgeber
Christian Gastgeber

Enfin, pour clore le colloque, André Binggeli et Pierre Augustin ont évoqué plus précisément « les usages et la dispersion de la bibliothèque de la Sainte-Trinité par des Occidentaux », notamment Samuel Slade, John Covel, Antoine Galland et François Sevin.

André Binggeli & Pierre Augustin
André Binggeli & Pierre Augustin

Après un déjeuner au dernier étage du bâtiment, avec une magnifique vue sur l’embouchure de la Corne d’Or,

Vue sur la Corne d'or depuis le consulat de France
Vue sur la Corne d’or depuis le consulat de France  © D. Reinsch

les participants se sont rendus au Patriarcat Œcuménique, où ils ont été reçus par Sa Sainteté Bartholomée Ier.

Sa Sainteté Bartholomée Ier avec les participants du colloque
Sa Sainteté Bartholomée Ier avec les participants du colloque  © A. Chryssostalis

Le Père Agathangelos, bibliothécaire, leur a fait visiter le patriarcat, en particulier l’église Saint-Georges.

Visite du Patriarcat
Visite du Patriarcat

La visite s’est achevée dans la bibliothèque où, de manière exceptionnelle, quelques manuscrits de la Sainte-Trinité, en cours de catalogage, ont été présentés.

Présentation de manuscrits à la bibliothèque
Présentation de manuscrits à la bibliothèque

La publication des actes de ce colloque est prévue dans la collection Bibliologia de Brepols.

Compte-rendu du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (I)

Du 14 au 16 octobre 2015 s’est tenu à Istanbul le colloque international organisé par André Binggeli et Matthieu Cassin (Section grecque de l’IRHT) et intitulé: « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki. Les bibliothèques grecques à Constantinople au temps du patriarche Métrophane III (16e s.) – Around the Holy Trinity of Halki. Greek Libraries in Constantinople at the time of Patriarch Metrophanes III (16th c.) » (voir le programme).

Cet événement est l’aboutissement des trois premières années du projet ANR i-Stamboul (2013-1016), porté par la Section grecque de l’IRHT en collaboration avec l’Université de Crète (Réthymno). Il faisait suite au colloque de Réthymno (26-27 mai 2015), qui était plus particulièrement consacré aux bibliothèques grecques dans l’Empire ottoman (voir le compte rendu).

Le colloque d’Istanbul était co-organisé sur place par trois institutions, l’École théologique de Chalki (Patriarcat Œcuménique), le Research Center for Anatolian Civilization (Université Koç) et l’Institut français d’études anatoliennes (CNRS), qui ont chacune accueilli les participants pendant une journée.

Au sommet de la colline, le monastère de la Sainte-Trinité
Au sommet de la colline, le monastère de la Sainte-Trinité

Symboliquement, la première journée s’est déroulée dans le monastère de la Sainte-Trinité lui-même, où se trouve actuellement l’École théologique et où étaient conservés jusque dans les années 1930 les manuscrits qui font l’objet du programme ANR i-Stamboul.

Sur le bateau pour Chalki
Sur le bateau pour Chalki

Pour se rendre sur l’île de Chalki (aujourd’hui Heybeliada), les participants ont dû emprunter le bateau qui assure la liaison avec Istanbul.

À l’arrivée, les véhicules motorisés étant interdits dans l’île, c’est en calèches que nous nous sommes rendus au monastère, situé au sommet de l’une des deux collines de l’île.

En calèche à Chalki
En calèche à Chalki

Le colloque a été ouvert par une allocution de Sa Sainteté Bartholomée Ier, qui nous as honorés de sa présence (Compte rendu sur le blog du Patriarcat).

Discours de Sa Sainteté Bartholomée Ier
Discours de Sa Sainteté Bartholomée Ier

André Binggeli et Matthieu Cassin ont ensuite présenté les enjeux du colloque.

A. Binggeli et M. Cassin présentent l'introduction du colloque
A. Binggeli et M. Cassin présentent l’introduction du colloque © D. Reinsch

La première communication a été présentée par le professeur Dimitris Apostolopoulos (« Μητροφάνης Γ´ πατριάρχης και λόγιος »).

Conférence du prof. Dimitris Apostolopoulos
Conférence du prof. Dimitris Apostolopoulos © A. Chryssostalis

Pour le déjeuner, l’higoumène de la Sainte-Trinité, son Éminence Elpidophoros Lambriniadis, nous a reçus à la trapeza du monastère.

Déjeuner à la trapeza de la Sainte-Trinité
Déjeuner à la trapeza de la Sainte-Trinité

En début d’après-midi était organisée une visite du monastère, en particulier de la bibliothèque de l’École théologique de Chalki, où est encore aujourd’hui conservée une remarquable collection d’imprimés anciens, qui fait actuellement l’objet d’un catalogage.

La bibliothèque historique de l'Ecole théologique
La bibliothèque historique de l’Ecole théologique

Le colloque a repris avec les communications d’Alessandra Ricci (« Byzantine-period monastic foundations on the Princes Islands and vicinities: an overview »), de Jean-Pierre Grélois, malheureusement absent (« Des voyageurs occidentaux au patriarcat de Constantinople, 16e-17e s.« ) et d’Alexis Chryssostalis (« Les îles des princes vues par les voyageurs occidentaux« ).

Alexis Chryssostalis
Alexis Chryssostalis © D. Reinsch

Au terme de cette première journée à Chalki, nous avons pris le bateau pour retourner à Istanbul, où s’est déroulée la seconde journée.

Sur le chemin du retour des îles des princes
Sur le chemin du retour des îles des princes © A. Lampadaridi

Livres, lecteurs et manuscrits : Rencontres néotestamentaires à Amsterdam (SNTS, juillet 2015)

Les Pays-Bas accueillaient cette année, du 29 juillet au 1er août,  le 70ème congrès de la SNTS (Studiorum Novi Testamenti Societas) dans les locaux de l’Université libre d’Amsterdam (Vrije Universiteit). Lieu de rencontre privilégié de la communauté académique et scientifique internationale dont l’objet d’étude et d’enseignement a trait aux textes et aux supports du Nouveau Testament, le congrès 2015 regroupait cette année près de 260 membres et invités et proposait à la fois conférences, communications et séminaires dans un esprit de convivialité et d’échanges mutuels.

SNTS 2015 Program

Outre les quatre conférences plénières – dont celle de Jean-Daniel Dubois (École pratique des hautes études, Paris) sur le docétisme et les christologies gnostiques – seize séminaires, répartis sur trois journées, offraient aux participants les plus récents états de la recherche néotestamentaire. Parmi les groupes de travail proposés, le séminaire de critique textuelle du Nouveau Testament alliait cette année codicologie, philologie et histoire des bibliothèques et des manuscrits, mettant particulièrement en relief l’histoire de la circulation du codex Sinaiticus (Londres, British Library, Additional 43725).

Format et lecture : Approches comparées

Animée par Juan Chapa (Universidad de Navarra, Pamplona) et Claire Clivaz (Swiss Institute of Bioinformatics, Lausanne), la première séance s’est intéressée aux différents formats du document manuscrit et notamment à la transition rouleau-codex dans le contexte des premiers temps du christianisme. Les deux intervenants ont relevé l’impact du livre manuscrit sur les premières communautés, s’interrogeant sur la pertinence des notions de lecture « intensive », qui pourrait être propre au rouleau, ou « extensive », qui pourrait se rattacher à la lecture du codex. Prenant appui sur de précédents travaux, notamment ceux de Guglielmo Cavallo et de Roger Chartier, Juan Chapa et Claire Clivaz ont mis en perspective les supports (papyrus et parchemin), leurs écrits et leurs usages, de l’Antiquité au Moyen Âge, déroulant ainsi le fil d’une théorisation de la lecture qui se prolonge aujourd’hui avec une acuité toute particulière due à la pleine expansion des Humanités digitales.

Vrije Universiteit Building

Critique textuelle néotestamentaire

Cette histoire de la lecture a trouvé son prolongement naturel avec la deuxième session dirigée par Jan Krans (Vrije Universiteit, Amsterdam) et Jennifer Knust (Boston University). L’enjeu portait cette fois sur l’harmonisation des textes – à la fois textes manuscrits et textes imprimés du Nouveau Testament grec. Jan Krans a particulièrement mis en parallèle la méthode d’écriture qui tend à harmoniser la copie sur le modèle – ou sur plusieurs modèles – avec les premiers éditeurs qui ont, eux aussi, pris une part importante à la critique et à l’histoire des textes. Cette harmonisation – qui semble répondre au double objectif d’unité et de simplicité – n’est cependant pas une règle d’or puisque les exemples de lectio difficilior sont nombreux. Les deux intervenants sont revenus sur la terminologie à adopter dans le cas de variantes harmonisantes : « érosion » ou « corruption », un terme souvent employé par les philologues, tout récemment par Bart D. Ehrman (The Orthodox Corruption of Scripture, 1996). Reprenant les propos de Jan Krans qui considérait que, pour le copiste, le phénomène harmonisant était digne de valeur alors que, pour l’auteur, cette harmonisation dépréciait son écriture, Jennifer Knust a décliné les différentes étapes de ce processus de copie, même si, comme cela a été noté par les participants, la notion propre d’« auteur » est difficilement appréciable pour les évangiles.

I Amsterdam

Une nouvelle lecture du Codex Sinaiticus (Aleph.01)

Une troisième et dernière session du séminaire de critique textuelle était organisée en collaboration avec le groupe de travail consacré à la papyrologie et à l’épigraphie dans le Nouveau Testament. Animée par Christfried Böttrich (Ernst-Moritz-Arndt-Universität Greifswald, Allemagne) et Christina M. Kreinecker (Universität Salzburg, Autriche), cette session était consacrée au dossier codicologique du codex Sinaiticus (Aleph.01 dans la numérotation Gregory-Aland), et au parcours de ce manuscrit entre son lieu de copie et Londres où il est actuellement conservé[1]. Écrit sur parchemin en lettres majuscules au cours du 4ème siècle (http://www.codexsinaiticus.org/en/), Christfried Böttrich a souligné que le lieu de copie du document faisait encore débat (Césarée de Palestine ou Alexandrie ?), ainsi que les raisons de sa production : Était-il – ou non – l’une des Bibles commandées par l’empereur Constantin vers 331 ? À la suite de son livre publié en 2011[2], Christfried Böttrich a établit que le codex Sinaiticus « was a master-copy » dans le scriptorium de Césarée et que son arrivée à Sainte-Catherine remontait au milieu du 7ème siècle. Le réexamen attentif de toutes les pièces du dossier, y compris celles ayant trait à Constantin Tischendorf, ont conduit les deux intervenants à considérer le Sinaiticus bien au-delà de sa valeur textuelle intrinsèque : une fenêtre ouverte sur l’histoire du christianisme, ses bouleversements sociaux et politiques, le témoin toujours vivant de textes longtemps reclus au cœur du désert.

Couverture BöttrichL’ensemble de ces trois sessions, mais aussi les quinze autres séminaires ainsi que les séances plénières et les vingt communications proposées simultanément durant ces journées, ont montré – une fois de plus – la vivacité de l’enseignement et de la recherche sur les manuscrits bibliques et les textes néotestamentaires. Une recherche et un enseignement où, hélas, professeurs et chercheurs français étaient peu représentés.

Didier Lafleur (IRHT, CNRS)

Vincent

[1] D’autres parties du manuscrit sont conservées à Leipzig, Universitätsbibliothek, gr. 1; au Sinaï, Monê tês Hagias Aikaterinês, ΝΕ gr., ΜΓ 001; à Saint-Pétersbourg sous quatre cotes différentes : a) Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. № 906 (Gr.), Gr. 002 (Granstrem 2), b) ebda, Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. № 906 (Gr.), Gr. 259 (Granstrem 2), c) ebda, Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. № 906 (Gr.), Gr. 843 (Granstrem 2), d) ebda, Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. № 536. Оп. 1. Sobr. Obščectva Ljubitelej Drevnej Pis’mennosti, Sobr. Obščectva Ljubitelej Drevnej Pis’mennosti O 156 (Granstrem 3).

2] Der Jahrhundertfund. Entdeckung und Geschichte des Codex Sinaiticus, Leipzig: Evangelische Verlagsanstalt.

Études bibliques et philologie byzantine : Le congrès de l’EABS à Cordoue (12-15 juillet 2015)

La ville de Cordoue, au cœur de l’Andalousie, accueillait cette année le Congrès annuel de l’European Association of Biblical Studies (EABS), qui regroupe celles et ceux dont les domaines de recherche s’organisent autour des études bibliques. Conçu pour encourager les échanges intra-européens dans ce domaine de spécialité, l’organisation de ce congrès à Cordoue, patrie de Sénèque, d’Averroès et de Maïmonide, était particulièrement bienvenue dans cette ville qui célèbre cette année le 750ème anniversaire de la synagogue et où se sont croisées et interrogées cultures et religions plurielles dans un esprit de tolérance et d’humanité. L’EABS proposait cette année plus de quatre-vingts sessions et séminaires et regroupait près de deux cents participants.

Cordoue - La Mezquita vue depuis l'Alcázar de los Reyes Cristianos © Didier Lafleur
Cordoue – La Mezquita vue depuis l’Alcázar de los Reyes Cristianos
© Didier Lafleur
Le clocher de la Mezquita et le jardin des orangers © Didier Lafleur
Le clocher de la Mezquita et le jardin des orangers
© Didier Lafleur

Textes bibliques et manuscrits grecs

Parmi les unités de recherche consacrées aux textes bibliques, deux sessions alliaient particulièrement philologie et codicologie. Pour la première fois cette année, un groupe de travail était en effet consacré à la critique textuelle de l’Ancien et du Nouveau Testament ainsi qu’aux textes du Coran. Dirigée par Theodora Panella, chercheur à l’Institute for Textual Scholarship and Electronic Editing (ITSEE, Birmingham), cette session regroupait des communications traitant du Talmund latin (Projet ERC), des écrits pauliniens (Katja Helinä Kujanpää, Theodora Panella, Jordan Almanzar), ainsi que des études spécifiques consacrées à la critique textuelle néotestamentaire (Didier Lafleur).

Tiranë, AQSh, ANA 85, f. 211r
Tiranë, AQSh, ANA 85, f. 211r
Cordoue - La porte du jardin des orangers © Luc Brogly
Cordoue – La porte du jardin des orangers
© Luc Brogly

 

Cordoue - Intérieur de la Mezquita © Luc Brogly
Cordoue – Intérieur de la Mezquita
© Luc Brogly

Philologie byzantine

Présidée par Barbara Crostini et Reinhart Ceulemans, l’unité consacrée à la philologie biblique dans les manuscrits byzantins a mis en parallèle exemples théoriques et travail concret sur les documents : Patrick Andrist (Projet ERC), a montré la pertinence d’un relevé des paratextes bibliques, de la genèse de cette terminologie (Gérard Genette, 1987) à leur subséquent développement dans la base de l’Institut de recherche et d’histoire des textes, Pinakes ; Georgios Makris a particulièrement exploré les difficultés liées aux différentes mains du codex Zacynthius (Cambridge, University Library, Fonds ancien BFBS 213, Gregory-Aland Ξ.040). Deux communications traitant du manuscrit Paris, BnF, gr. 3 (Mariachiara Fincati, Reinhart Ceulemans), et de son copiste Νεκτάριος Κασούλων (RGK 406-2A), ont mis en avant l’érudition biblique en terre d’Otrante alors que Barbara Crostini relevait l’importance des tituli dans les manuscrits médiévaux à la lumière du Vaticanus græcus 752.

Codex Zacynthius (Gregory-Aland Ξ.040)
Codex Zacynthius (Gregory-Aland Ξ.040)
Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. gr. 752, f. 5 recto © Biblioteca Apostolica Vaticana
Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. gr. 752, f. 5 recto
© Biblioteca Apostolica Vaticana

En parallèle aux sessions consacrées aux études rabbiniques et à l’ensemble du monde de la Bible, était organisé un espace de travail dédié aux humanités digitales dont l’introduction, présentée par Sarah Schulthess, a montré – s’il en était encore besoin, toutes les ressources offertes par les outils numériques.

Dialogues

Lieu de dialogue et d’échanges où se sont étroitement croisés et enrichis mondes musulman, chrétien et juif, le Congrès 2015 de l’European Association of Biblical Studies à Cordoue était à l’image de la ville qui accueillait cette année une réunion féconde, pluricultuelle et multiculturelle, bien au-delà des clivages nationaux et religieux.

Didier Lafleur (IRHT, CNRS) – Luc Brogly

Manuscrits grecs méconnus des Balkans, églises et monastères byzantins oubliés

La vaste région comprise entre le sud de l’actuelle République de Macédoine, le nord de la Grèce et la frontière orientale de l’Albanie, forme un triangle qui fut, pendant de nombreux siècles, l’un des grands carrefours intellectuels et marchands de l’Europe et, plus particulièrement, des Balkans. La Via Egnatia, aujourd’hui encore visible dans le vieux quartier de la ville d’Elbasan, en est la preuve.

L’Albanie aujourd’hui
L’Albanie aujourd’hui

L’histoire mouvementée des Balkans et, pour l’Albanie, un isolement de plusieurs décennies, ont fermé la porte à la recherche historique et textuelle dans une région pourtant fortement imprégnée de culture byzantine. Une récente mission près de la ville albanaise de Korça nous a permis de redécouvrir certaines églises et monastères byzantins méconnus mais aussi les manuscrits grecs qui leur sont attachés1.

Voskopojë

À 18km à l’ouest de Korça se trouve Voskopojë, l’ancienne Moschopolis, aujourd’hui paisible village perdu dans la montagne mais qui fut, pendant plusieurs siècles, un carrefour commercial et culturel important entre Constantinople et Venise. La ville, qui comptait à son apogée, au 18ème siècle, entre 20 000 et 40 000 habitants, conserve aujourd’hui encore six splendides édifices construits à partir du 15ème siècle et qui ont partiellement échappé, loin du pouvoir central de la capitale, Tirana, à la récente volonté politique d’éradiquer toute forme de culte. Au nombre des plus beaux bâtiments sauvegardés, mentionnons les basiliques de la Dormition de la Vierge (Fjetja e Shën Mërisë), de Saint-Athanase (Shën Thanas), de Saint-Élie (Shën Illias), et de Saint-Nicolas (Shën Kolli), aujourd’hui église paroissiale au centre du village. D’apparence extérieure fort modeste, tous ces édifices impressionnent par leur vaste volume intérieur et la magnificence de leurs fresques2.

Voskopojë, basilique de la Dormition de la Vierge © Didier Lafleur
Voskopojë, Basilique de la Dormition de la Vierge © Didier Lafleur
Fresques extérieures de la basilique Saint-Nicolas. © Didier Lafleur
Voskopojë, Fresques extérieures de la basilique Saint-Nicolas. © Didier Lafleur

Les édifices à ce jour préservés témoignent de la prospérité de cette ancienne métropole, largement ouverte sur l’Europe et sur les Balkans, et qui possédait, outre un hôpital, une académie, une imprimerie – la première de l’Empire ottoman – et une bibliothèque. Les archives nationales d’Albanie, à Tirana, conservent aujourd’hui deux manuscrits grecs – ainsi que trois fragments – qui proviennent de Voskopojë3 :

AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes Fragment 7 (Gregory-Aland 2908, Matthieu 7,22-26) © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë
AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes Fragment 7 (Gregory-Aland 2908, Matthieu 7,22-26) © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë
AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes Fragment 16 (Gregory-Aland lectionnaire l 2454, détail) © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë
AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes Fragment 16 (Gregory-Aland lectionnaire 2454, détail) © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë

Vithkuq

Plus au sud et plus isolé encore que Voskopojë, se trouve le petit village de Vithkuq, au cœur des montagnes. Ce lieu très reculé et d’accès difficile possède encore sept églises et monastères dont les basiliques Saint-Georges (Shën Gjergji), Saint-Michel (Shën Mehilli), le monastère des Saints Pierre-et-Paul et, à quelques pas, la petite église des Saints Côme-et-Damien (Shën Kozmai e Damianoi). La crypte de cette église abrite un ossuaire où nous avons pu pénétrer : elle recueillait jadis les ossements du cimetière tout proche, désormais abandonné.

Vithkuq, Monastère des Saints-Pierre-et-Paul © Didier Lafleur
Vithkuq, Monastère des Saints Pierre-et-Paul © Didier Lafleur
Vithkuq, Église des Saints Cosmas et Damien (inscription dédicatoire) © Didier Lafleur
Vithkuq, Église des Saints Côme-et-Damien (inscription dédicatoire) © Didier Lafleur
Vithkuq, Ossuaire de l’église des Saints Cosmas et Damien © Luc Brogly
Vithkuq, Ossuaire de l’église des Saints Côme-et-Damien © Luc Brogly

 

Les archives nationales de Tirana conservent un unique fragment attribué au village de Vithkuq :

AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes Fragment 13 © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë
AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes Fragment 13 © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë

Monastère de Saint-Naum

Beaucoup plus au nord de Voskopojë et de Vithkuq, sur le territoire de l’actuelle République de Macédoine, se trouve le monastère de Saint-Naum au bord du lac d’Ohrid. Actuellement en activité, ce lieu d’excursion et de pèlerinage, restauré à grands frais, offre un contraste saisissant avec la désuétude des dizaines d’églises et de monastères situés en territoire albanais. Même si quelques rares édifices ont été partiellement et récemment restaurés au fil d’un long combat avec les administrations albanaises locales, tant politiques que religieuses, tous ont subi – et continuent de subir – outre les dommages du temps, les dégradations et les pillages.

Voskopojë, fresques extérieures de la basilique Saint-Athanase à Voskopojë © Didier Lafleur
Voskopojë, Fresques extérieures de la basilique Saint-Athanase © Didier Lafleur

Avec les manuscrits aujourd’hui dispersés dans de nombreuses bibliothèques, ce riche héritage byzantin mérite d’être mieux connu. Il constitue un patrimoine européen à préserver de toute urgence.

Didier Lafleur (avec la collaboration de Luc Brogly)

  1. Deux chercheurs albanais se sont particulièrement investis dans la sauvegarde de leur patrimoine: P. Thomo, Kishat Pasbizantine në Shqipërinë e Jugut, Botim i Kishës Orthodhokse Autoqefale të Shqipërisë, Tiranë, 1998, et T. Popa, Mbishkrime të kishave të Shqipërisë, Tiranë: Akademia e Shkencave e Republikës së Shqipërisë, 1998. []
  2. Sur Voskopojë, on consultera: M. Durand (dir.), Patrimoine des Balkans. Voskopojë sans frontières 2004, Paris: Somogy Éditions d’art-Patrimoine sans frontières, 2005. []
  3. Sur Voskopojë et ses manuscrits, voir: Εὐλόγιος Κουρίλας, « Ἡ Μοσχόπολις καὶ ἡ Νέα Ἀκαδημεία αὐτῆς. Ἡ καταγωγὴ τῶν Κουτσοβλάχων καὶ ἡ ἐγγραμμάτισις τῆς γλώσσης αὐτῶν » in Θεολογία 12(1934): 69-84, 149-161, 314-335. []

Un homme d’Église au service des manuscrits : Monseigneur Pierre Batiffol

La fin du XIXe siècle et les premières décennies du siècle dernier ont été propices à la recherche de nouveaux manuscrits, à leur indexation dans de nombreux répertoires, à l’élargissement de la connaissance des textes de la littérature classique et biblique. Pierre Batiffol (1861-1929), entré à dix-sept ans au Séminaire des Sulpiciens d’Issy-les-Moulineaux, au sud de Paris, trouva rapidement une place d’élection auprès de son maître, l’abbé Louis Duchesne, historien de l’Église, directeur de l’École française de Rome et membre de l’Académie française[1]. Cet éminent philologue et historien transmettra à son élève la fièvre des manuscrits.

Pierre Batiffol, Issy les Moulineaux, été 1882 © Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice
Pierre Batiffol, Issy les Moulineaux, été 1882
© Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice

Ordonné en juin 1884, l’abbé Batiffol poursuit ses études à Paris, d’abord à l’Institut Catholique, puis à l’École pratique des Hautes Études, et enfin à Rome, sous la direction de Giovanni Battista De Rossi.

Un mot de Duchesne à De Rossi suffit à croquer la fougue du jeune abbé :

Batiffol part aujourd’hui pour Rome, écrit Duchesne le 11 janvier 1887,  sans trop savoir ce qu’il va faire, mais avec la disposition certaine d’avoir envie de tout faire. Il vous ira voir. Ne lui faites pas de compliments, il vous croirait, et cela lui rendrait un bien mauvais service. Ne lui faites pas non plus de sermons; il ne vous croirait pas et vous auriez perdu votre temps[2].

Pierre Batiffol, Rome, printemps 1887 © Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice
Pierre Batiffol, Rome, printemps 1887
© Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice

Les nombreux écrits historiques et théologiques de Monseigneur Batiffol ont relégué aujourd’hui à l’arrière-plan le travail de découvreur de manuscrits et d’explorateur qu’il a accompli à la fin du XIXe siècle et la préparation de notre « Catalogue des manuscrits grecs du Nouveau Testament conservés aux Archives nationales d’Albanie », nous a permis de remettre en lumière ce profil un peu estompé.

En 1885, âgé de vingt-quatre ans, à l’initiative de l’abbé Duchesne, il obtient une bourse du Ministère de l’Instruction Publique et se rend en Albanie pour collationner un manuscrit grec du VIe siècle, écrit en lettres d’argent sur parchemin pourpre, le Beratinus 1 (aujourd’hui Tirana, AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes 1). Il profite de ce périple, entre navigation hasardeuse sur l’Adriatique et brigands des montagnes de l’Épire, pour contribuer à la refonte du Guide de la Grèce qui sera publié par Émile Isambert en 1891: sa correspondance avec Bernard Haussoullier témoigne du contrat signé entre les deux parties.

Pierre Batiffol édite le texte du Beratinus à son retour à Paris[3] puis repart en Italie méridionale pour étudier le monde basilien et plus particulièrement l’Abbaye de Rossano à laquelle il consacre sa thèse[4]. Son étude synthétique sur « La Vaticane de Paul III à Paul V, d’après des documents nouveaux », publiée en 1890, conforte l’héritage de ses deux maîtres : Louis Duchesne et Giovanni Battista De Rossi. D’autres travaux à la Bibliothèque Vaticane viendront enrichir ses publications, notamment la redécouverte d’un manuscrit palimpseste du Ve siècle contenant le Nouveau Testament ainsi que d’autres études sur les manuscrits latins[5].

Autographe de Pierre Batiffol, étude sur le Vat. gr. 1912 © Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice
Autographe de Pierre Batiffol, étude sur le Vat. gr. 1912
© Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice

Humaniste et théologien, cet homme d’Église témoigne d’une Europe avide de savoir, à la recherche des sources et soucieuse de la transmission des textes. Sa correspondance avec les biblistes de son époque – Caspar René Gregory, Albert Ehrhard, Marie-Joseph Lagrange, Hippolyte Delehaye, pour n’en citer que quelques uns – montre à quel point, tout au long de sa vie, Batiffol est resté en contact avec le problème des sources. Son approche méthodologique très controversée lors de la crise moderniste, le contraindra à abandonner son poste de recteur de l’Institut catholique de Toulouse à la veille de Noël 1907.

Monseigneur Batiffol, Toulouse, 1898 © Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice
Monseigneur Batiffol, Toulouse, 1898
© Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice

Aumônier du Collège Sainte-Barbe à Paris, à deux pas du Panthéon, avant et après sa révocation de Toulouse par le Vatican, l’homme a toujours conservé au sein de cette période difficile pour l’Église catholique, une sérénité peu commune et le soutien de sa famille, tout particulièrement celui de son frère Louis, conservateur de la Bibliothèque de l’Arsenal, lui a été d’un précieux secours. Décédé brutalement le 13 janvier 1929, le prélat, revenu officiellement dans le giron du Saint-Office, laisse derrière lui une œuvre empreinte d’humanisme et d’érudition.

Les archives de Monseigneur Batiffol sont désormais conservées au Séminaire Saint-Sulpice, rue du Regard, à Paris. Longtemps remises en forme et classées avec soin par le Père Trinquet, elles sont aujourd’hui une source d’érudition de grande valeur, non seulement pour les chercheurs qui travaillent sur la crise morale qui a secoué l’Église de France dans les premières décennies du siècle dernier, mais aussi pour tous ceux qui s’intéressent aux manuscrits grecs et latins.

Didier Lafleur (avec la collaboration de Luc Brogly)

Séminaire Saint-Sulpice, Paris
Séminaire Saint-Sulpice, Paris

[1] Voir Brigitte Waché, Monseigneur Louis Duchesne (1843-1922). Historien de l’Église, directeur de l’École française de Rome, Collection de l’École française de Rome 167, Rome, 1992.

[2] Carteggio De Rossi, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 14277, f. 23 (voir B. Waché, p. 146).

[3] « Evangeliorum codex graecus purpureus Beratinus Φ », Mélanges d’archéologie et d’histoire 5 (1885): 358-76; « Les manuscrits grecs de Bérat d’Albanie et le codex Purpureus Φ », Archives des missions scientifiques et littéraires: Choix de rapports et instructions publié sous les auspices de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts, Troisième série, Tome XIII, Paris: Imprimerie nationale, 1887, p. 437-556.

[5] L’Abbaye de Rossano: Contribution à l’histoire de la Vaticane, Paris: Alphonse Picard éditeur, 1891.

[6] « Fragmenta Sangallensia. Contribution à l’histoire de la Vetus Itala« , Revue archéologique 188, p. 305-321.

Un fragment en majuscule de la Hiérarchie ecclésiastique du Pseudo-Denys (Paris, BnF, gr. 739)

Le dernier folio du corps d’un manuscrit de la Bibliothèque nationale de Paris, le gr. 739, récemment mis en ligne sur le portail Gallica, a été renforcé dans l’angle inférieur externe par un fragment de parchemin. Le codex comprend les Homélies sur la Première épître aux Corinthiens de Jean Chrysostome et est datable de la deuxième moitié du 10e s. Il sera prochainement décrit dans le deuxième volume des Codices chrysostomici graeci consacré aux bibliothèques de France, actuellement en préparation1. Le livre a été rapporté de Constantinople par François Sevin lors de sa mission de 1728-17302.

Le fragment de la p. 690 porte encore quelques lignes d’un texte écrit en majuscule (ogivale inclinée), qu’on peut sans doute dater des 8e-9e s. L’autre face du fragment (p. 689) est trop effacée pour être déchiffrée à l’œil nu ; une main postérieure a complété la fin des vers sur Jean Chrysostome, qui avaient été amputés par la perte de l’angle inférieur du folio.  Un rapide examen du verso de ce fragment permet d’identifier le texte.

Grec 739
Grec 739
Source: gallica.bnf.fr

Il s’agit d’un court fragment de la Hiérarchie ecclésiastique du Pseudo-Denys : ἀσπασ]μός – τελειώσεσιν (110, 22-111, 3)3. On distingue encore deux lignes supplémentaires, qu’on pourrait sans doute déchiffrer directement sur le document. 22 lignes de texte sont conservées en tout ou partie ; le titre de section est précédé d’une ligne réglée, laissée vierge. Les lignes comportaient 12 lettres en moyenne et sont amputées généralement de 3 à 5 lettres (la bande de parchemin ayant été placée en diagonale, la portion de texte conservée est plus étroite dans la partie haute). Le manuscrit devait comporter deux colonnes.

Par sa taille, le fragment est de peu d’importance pour l’établissement du texte, par ailleurs bien connu. On ne relève pas de variante sur les quelques lignes conservées. On notera cependant que le titre Θεωρία est bien présent (111, 1) et rubriqué. La section commençait par une majuscule rubriquée en retrait dans la marge externe.

La même page du manuscrit comporte une note ancienne, qui a été grattée. Son déchiffrement fera l’objet d’une prochaine enquête.

Pour citer cet article : Matthieu Cassin, « Un fragment en majuscule de la Hiérarchie ecclésiastique du Pseudo-Denys (Paris, BnF, gr. 739) », Manuscrits en Méditerranée, 10 février 2015, http://manuscrits.hypotheses.org/462.
  1. Voir le premier volume paru : P. Augustin, avec la collaboration de J.-H. Sautel, Codices chrysostomici graeci. VII, Codicum Parisinorum partem priorem (Documents, études et répertoires 80), Paris, 2011. []
  2. H. Omont, Missions archéologiques françaises en Orient aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1902, II, p. 1113. []
  3. Édition G. Heil, A. M. RItter, Corpus Dionysiacum. II, Pseudo-Dionysius Areopagita, De Coelesti hierarchia, De ecclesiastica hierarchia, De mystica theologia, Epistulae (PTS 36), Berlin, New York, 1991, 2e édition 2012. []