Archives par mot-clé : IFEB

Manuscrits de l’Institut français d’études byzantines

En 1895, à Constantinople, les Augustins de l’Assomption fondèrent à Kadiköy une maison d’étude destinée à former des missionnaires de rite grec mais aussi à étudier le christianisme oriental afin d’en préparer le retour à l’unité1.

Maison assomptionniste de Kadiköy (2014)
Maison assomptionniste de Kadiköy (2014)

Cette perspective conduisit à la naissance en son sein d’un groupe de savants qui se spécialisèrent peu à peu dans les études byzantines2. En 1897 furent fondés les Échos d’Orient, périodique destiné en particulier à diffuser ces recherches. Après les années d’interruption causées par la première guerre mondiale, l’Institut poursuivit son existence à Kadiköy jusqu’en 1937, date à laquelle il fut transféré à Bucarest, avant de devoir quitter la Roumanie en 19473.

Centre assomptionniste de Bucarest (AAR, 2DV913)
Centre assomptionniste de Bucarest (AAR, 2DV913)

Après diverses localisations parisiennes, la bibliothèque et l’activité scientifique sont hébergées depuis 1995 à l’Institut catholique de Paris ; le fonds de l’IFEB constitue, avec la BOSEB, la Bibliothèque Jean de Vernon, où sont hébergées les activités de l’association. Outre une importante collection d’imprimés, dont nombre de livres anciens et précieux4 et une importante collection de sceaux, la bibliothèque possède 72 manuscrits, dont la première description est publiée dans la Revue des études byzantines de 2014 par André Binggeli, Matthieu Cassin et Vassa Kontouma5.

Le fonds, qui n’avait fait l’objet jusqu’à ce jour que de descriptions partielles6 comprend 57 manuscrits grecs (IFEB 1-56, 72), trois manuscrits turcs en caractères grecs (57-58) ou arméniens (61), deux russes (59-60), deux ottomans (62, 64), un arabe (63), deux en latin (65-66), quatre italiens (67-70), un français (71). La plupart de ces livres ont été acquis durant le séjour des Assomptionnistes byzantinistes à Kadiköy ; d’après deux lettres et rapports de S. Salaville, datées du 16 février et du 8 mai 1928, l’institut aurait possédé à cette date une trentaine de manuscrits, qui auraient tous été acquis dans les 5 ou 6 années précédentes7 . Quelques volumes rejoignirent plus tard la collection, en provenance des dossiers laissés par Louis Petit8, d’autres vinrent de Russie avec la bibliothèque de Pie Neveu (1877-1946)9 ou furent acquis à Bucarest (IFEB 37).

Monseigneur Louis Petit (AAR 2DV906)
Monseigneur Louis Petit (AAR 2DV906)

Les manuscrits grecs forment un ensemble assez varié, mais où prédominent largement les livres récents : à part un recueil ascétique des 13e-14e s. (IFEB 45) et un praxapostolos du 15e s. (IFEB 5), ainsi que quelques codices du 16e s., la majorité des manuscrits a été copiée entre la fin du 17e et le 18e s. ; les plus récents datent du 20e s.

IFEB 45, ff. 34v-35
IFEB 45, ff. 34v-35
IFEB 5, ff. 105v-106
IFEB 5, ff. 105v-106

On distingue cinq ensembles principaux, pour ce qui est du contenu des volumes : des livres liés à l’enseignement, mathèmataria ou compositions d’enseignants ; textes théologiques, le plus souvent post-byzantins ; droit canon ; liturgie et musique ; textes ascétiques ou spirituels. Dans la première catégorie, plusieurs fournissent des informations neuves sur certaines écoles majeures (Μεγάλη τοῦ Γένους Σχολή IFEB 24, Patmos IFEB 12, etc.), ou au contraire sur des institutions moins connues (ainsi de l’école de Kontoskali dans le quartier de Kumkapı à Constantinople, pour l’IFEB 18).

On peut aussi signaler un livre d’atelier contenant le Guide du peintre de Denys de Phourna, truffé d’ajouts et d’annotations qui permettent de retracer son utilisation sur près de deux siècles (IFEB 19) ; des fragments d’une Chaîne sur l’Octateuque précédant de peu la vaste entreprise d’édition de ce texte dans la Constantinople du 18e siècle (IFEB 1) ; un recueil d’histoires sacrées et profanes contenant une paraphrase néohellénique du Roman de Stéphanitès et Ichnèlatès de Théodose Zygomalas (IFEB 34), recueil dont on peut suivre, grâce à de riches annotations, le destin mouvementé depuis Constantinople jusqu’à Sozopolis et aux abords de la mer Noire ; une copie qu’on a longtemps crue perdue du « Cartulaire A » du monastère de Saint-Jean Prodrome sur le mont Ménécée (IFEB 25).

IFEB 25, ff. 2v-3
IFEB 25, ff. 2v-3

Nombre des manuscrits sont datés et signés ; de ce fait, la seule étude qui ait jusqu’à présent pris en compte l’ensemble de la collection est le répertoire des copistes des 17e et 18e s. de L. Politis publié par M. Politi10. Ils portent également de nombreuses notes de possession ou d’usage, qui apportent des renseignements significatifs sur un certain nombre d’institutions hellènes dans l’Empire ottoman. Quelques-uns proviennent d’institutions bien connues, comme l’Hellenikos philologikos syllogos (IFEB 52), la bibliothèque de la communauté grecque de Gallipoli (IFEB 34) ou encore le Métochion du Saint-Sépulcre à Constantinople (IFEB 25), et surtout un lot de six manuscrits venant du Phrontistèrion de Trébizonde (IFEB 2, 3, 5, 6-7, 33, 45).

Cachet du Phrontistèrion de Trébizonde
Cachet du Phrontistèrion de Trébizonde

La provenance des manuscrits non grecs est plus diverse encore. Les deux karamanlis sont venus par l’intermédiaire du P. Bernardin Menthon11. Les manuscrits russes (IFEB 59-60), le traité latin de rhétorique provenant du séminaire de Tver (IFEB 65) ainsi que le dossier français (IFEB 71), proviennent de Moscou et plus précisément de la paroisse Saint-Louis-des-Français. L’IFEB 65 en porte en effet le cachet et l’IFEB 71 est aussi lié à l’histoire de cette paroisse. L’IFEB 66, traité melkite traduit en latin par Joseph Simon Assemani, a peut-être fait partie de l’éphémère « Bibliothèque-musée de l’Union » prévu un temps à Kadiköy et qui semble n’avoir jamais véritablement fonctionné. Enfin, un petit lot (IFEB 67-69) est constitué par des copies modernes des archives du Collegio greco de Rome, réalisées pour Émile Legrand et ont été transmises à Louis Petit à la mort du grand helléniste, pour que l’Assomptionniste poursuive, avec Hubert Pernot, la célèbre Bibliographie hellénique12.

L’inventaire qui paraît dans le numéro 2014 de la Revue des études byzantines vise avant tout à faire connaître les richesses de ce fonds et à susciter des études plus approfondies sur nombre de manuscrits qui requièrent un examen beaucoup plus complet.

  1. La paroisse est toujours confiée aux Assomptionnistes. []
  2. Pour l’histoire de l’institut, voir en particulier A. Failler, « Le centenaire de l’Institut byzantin des Assomptionnistes », Revue des études byzantines 53, 1995, p. 5-40. []
  3. Les bâtiments ont depuis été restitués aux Assomptionnistes qui y ont rouvert un centre Saint-Pierre Saint-André, qui n’a cependant pas conservé sa vocation scientifique. []
  4. Voir par exemple la présentation de la Bible de Moscou de 1663 par V. Kontouma. []
  5. A. Binggeli, M. Cassin, V. Kontouma, « Inventaire des manuscrits de l’Institut français d’études byzantines », REB 72, 2014, p. 5-128, avec 16 planches couleurs. []
  6. Voir en particulier P. Géhin, « Le plus ancien manuscrit grec de l’Institut français d’études byzantines (IFEB 45) », REB 53, 1995, p. 289-293 ; S. Patri, « Les deux manuscrits russes de l’Institut français d’études byzantines », REB 51, 1993, p. 185-201, et également le billet consacré par V. Kontouma à l’IFEB 1. []
  7. Lettres conservées aux archives de la maison généralice des Assomptionnistes à Rome, 2DB401 et 2DC213. L’auteur signale toutefois qu’il y a pu y avoir des acquisitions antérieures, qui n’ont pas laissée de trace : on pense en particulier à la figure de Louis Petit, fondateur de l’Institut et grand pourvoyeur de sa bibliothèque ; voir aussi la nécrologie de 1928 et l’article paru à l’occasion de sa nomination comme archevêque d’Athènes en 1912. []
  8. On sait que l’essentiel de sa bibliothèque, dont environ 80 manuscrits, fut acheté par la Bibliothèque Vaticane en 1926 : voir F. D’Aiuto, P. Vian, Guida ai fondi manoscritti, numismatici, a stampa della Biblioteca Vaticana, I (Studi e testi 466), Città del Vaticano, 2011, p. 608-609 ; S. Lilla, I manoscritti vaticani greci: lineamenti di una storia del fondo (Studi e testi 415), Città del Vaticano, 2004, p. 116-128 ; A. Wenger, « Comment le fonds Petit est entré à la Bibliothèque vaticane », dans B. Holzer (éd.), Mgr Petit, assomptionniste, fondateur des “Échos d’Orient”, archevêque latin d’Athènes (1868-1927). Actes du Colloque, Rome, 15-17 décembre 1997 (OCA 266), Roma, 2002, p. 131-147 ; cependant, certains manuscrits, comme les IFEB 8 et 25, viennent des dossiers qui sont passés aux Assomptionnistes. []
  9. Voir la nécrologie assomptionniste et A. Wenger, Rome et Moscou, 1900-1950, Paris, 1987. []
  10. L. Politis et M. Politi, « Βιβλιογράφοι 17ου-18ου αἰῶνος. Συνοπτικὴ καταγραφή », Δελτίο τοῦ ἱστορικοῦ καὶ παλαιογραφικοῦ ἀρχείου 6, 1994, p. 313-645. []
  11. Notice nécrologique assomptionniste. []
  12. On en a la confirmation dans une lettre de Mme veuve Legrand à Petit, du 3 février 1904, conservée dans les archives de l’IFEB à Paris. Le dossier épistolaire Petit-Legrand sera prochainement publié. []