Archives par mot-clé : Histoire des bibliothèques

Mélanges en l’honneur de Paul Géhin

La section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT est particulièrement heureuse d’annoncer la parution du volume de mélanges offerts à Paul Géhin:

André BINGGELI, Anne BOUD’HORS et Matthieu CASSIN (éd.), Manuscripta Graeca et Orientalia. Mélanges monastiques et patristiques en l’honneur de Paul Géhin (Orientalia Lovaniensia Analecta 243), Leuven-Paris-Bristol, Peeters, 2016 (ISBN 9789042933583).

Mélanges Paul Géhin
Mélanges Paul Géhin

Édité par trois membres de la section, l’ouvrage se veut un hommage à celui qui fut son directeur de 1997 à 2011, spécialiste d’Évagre le Pontique, et dont les travaux scientifiques couvrent un large éventail de disciplines et de domaines linguistiques.

Paul Géhin reçoit le volume de mélanges en son honneur
Paul Géhin reçoit le volume de mélanges en son honneur

Le volume de mélanges rassemble 27 contributions consacrées à des thématiques chères au dédicataire, telles que le manuscrit à la fois comme objet matériel (analysé par la paléographie et la codicologie) et comme chaînon de la transmission des textes, dans les différentes langues de l’Orient chrétien (grec, arabe, syriaque, copte, arménien, géorgien) ; le monde monastique, la littérature ascétique et patristique, y compris les chaînes exégétiques et les florilèges; ou encore l’histoire des bibliothèques, en particulier celle du monastère de Sainte-Catherine du Mont Sinaï.

Réception à l'IRHT pour la remise des mélanges
Réception à l’IRHT pour la remise des mélanges

Le volume a été remis au dédicataire le 11 avril 2016, lors d’une cérémonie organisée à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, en présence de quatre anciens directeurs (Louis Holtz, Jacques Dalarun, Anne-Marie Eddé, Nicole Bériou) et de son directeur actuel, François Bougard.

Deux directeurs de l'IRHT: François Bougard et Louis Holtz
Deux directeurs de l’IRHT: François Bougard et Louis Holtz

Sommaire de l’ouvrage:

M. J. Albarrán Martínez, « La prière, occupation quotidienne des moniales d’Égypte », p. 1-16.

P. Andrist, « Un témoin fragmentaire de la famille α des Dialogica polymorpha antiiudaica (CPG 7796) dans un manuscrit de Berlin (Staatsbibliothek, Phill. 1487 [=Studemund 83] », p. 17-30.

P. Augustin, « Une ‘édition’ de Jean Chrysostome à Antioche en 1062-1064? Trois manuscrits copiés par le prêtre Manuel », p. 31-66.

F. Barone, « Ancora sulle omelie de Davide et Saule di Giovanni Crisostomo », p. 67-78.

A. Binggeli, « Les trois David, copistes arabes de Palestine aux 9e-10e s. », p. 79-118.

A. Boud’hors, « Moines, moniales et tissage en Égypte: à propos d’une lettre du moins Frangé », p. 119-128.

S. P. Brock, « Patristic Quotations in Gabriel Qatraya’s Commentary on the Liturgical Offices. », p. 129-150.

L. Brottier, « La perversion de la mémoire dans quelques écrits monastiques », p. 151-166.

M. Cassin, « Un recueil d’extraits patristiques sur l’âme et la nature de l’homme », p. 167-187.

A. Cataldi Palau, « Nicolas Mésaritès: deux lettres inédites (Milan, Ambrosianus F 96 sup., ff. 15v-16v) », p. 187-232.

R. Ceulemans, « Les sections bibliques et exégétiques de l’Athous Lavras Λ 80 (Eustratiades 1571) », p. 233-246.

M. Cronier, « Transcrire l’arabe en grec. À propos des annotations du Parisinus gr. 2179 (Dioscoride) », p. 247-266.

F. D’Aiuto, « Un incerto toponimo orientale nella sottoscrizione dell’Omiliario crisostomico di Princeton, Garrett 14 », p. 267-282.

V. Desprez & A. Rigo, « L’Exposition de la règle de Jean l’ermite et sa fortune sous le nom de Jean Chrysostome aux 11e-13e siècles », p. 283-336.

A. Desreumaux, « Le manuscrit Paris, BnF, Syr. 296 et sa parenté sinaïtique. Vie et usage d’un évangéliaire », p. 337-350.

S. S. R. Frøyshov, « L’horologe du Sinaï géorgien N.80. Édition d’un fragment du nouveau fonds du Sinaï », p. 351-382.

Th. Ganchou, « Les tribulations vénitiennes de la Ca’ Notara (1460/1490). À la recherche du Plutarque d’Anna », p. 383-442.

A. Jacob, « Heurs et malheurs d’un euchologe salentin (Melphictensis 10) », p. 443-468.

G. Kessel, « Membra Disjecta Sinaitica I: A Reconstitution of The Syriac Galen Palimpsest », p. 469-496.

S. Lucà, « La distribuzione calendariale delle Catechesi di Teodoro di studio nel Vat. gr. 2112″, p. 497-522.

B. Outtier, « La traduction arménienne des Chapitres sur la prière d’Évagre le Pontique », p. 523-538.

I. Pérez Martín, « Les manuscrits de Gérasimos, higoumène de la Néa Monè de Chios vers la fin du 12e siècle », p. 539-548.

J.-H. Sautel, « Vingt ans après… La parution du Répertoire de réglures dans les manuscrits grecs sur parchemin« , p. 549-562.

A. Sidarus, « Nouvelles données concernant la Scala gréco-copto-arabe Liber graduum. », p. 563-582.

P. Van Deun, « Le Romanus, Vallicellianus C 72 (gr. 42), un manuscrit du 14e siècle peu connu: description détaillée », p. 583-596.

S. J. Voicu, « Un errore di Montfaucon e altre note pseudocrisostomiche », p. 597-614.

U. Zanetti, « Épitomè de la Lettre de Macaire sur la gloire des saints. », p. 615-632.

Discours de Paul Géhin lors de la remise des mélanges
Discours de Paul Géhin lors de la remise des mélanges

Un Métropolite méconnu en Occident : Ἄνθιμος Ἀλεξούδης, « Φιλόμουσος »

Le récent colloque organisé en Turquie par la Section grecque de l’Institut de recherche et d’histoire des textes autour de la bibliothèque du monastère de la Sainte Trinité de Halki (Bibliothèques grecques à Constantinople à l’époque du Patriarche Métrophane III), nous a donné l’opportunité de consulter les registres épistolaires du Patriarcat Œcuménique de Constantinople (Οἰκουμενικὸς Πατριάρχης) couvrant la seconde moitié du XIXè siècle. Au cœur de cette correspondance, de très nombreux courriers sont adressés à son Éminence le Métropolite de Berat, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης.

Activité pastorale

Né en 1824, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης étudia notamment à Constantinople, à la Μεγάλη του Γένους Σχολή, dont le bâtiment actuel domine aujourd’hui, à Istanbul, la Corne d’Or et le quartier du Phanar.

 

Μεγάλη του Γένους Σχολή, Istanbul (octobre 2015) (5)
Μεγάλη του Γένους Σχολή, Fatih, Istanbul
© Didier Lafleur
Μεγάλη του Γένους Σχολή, Istanbul (octobre 2015) (7)
Μεγάλη του Γένους Σχολή, Fatih, Istanbul
© Didier Lafleur

Ordonné Métropolite à l’âge de 31 ans, Ἀλεξούδης, désormais Ἄνθιμος τῶν Βελεγράδων selon les Actes du Patriarcat, fut Métropolite de la ville de Berat, en Albanie, de 1855 à 1887. À cette date et jusqu’en 1908, sur décision du Saint Synode, il devient Métropolite de la ville d’Amasya – aujourd’hui importante ville turque des bords de la mer Noire. Grand érudit, polyglotte, auteur de nombreux ouvrages et articles traitant autant des sciences ecclésiales que des humanités, Ἀλεξούδης ne cessera de publier jusqu’à sa mort, à Constantinople, en 1909[1], dans le monastère adjacent à l’église Sainte Marie des Mongols (Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης / Παναγία Μουχλιώτισσα)[2], à quelques mètres à peine de l’actuelle Grande École de la Nation.

Sainte Marie des Mongols, 1877
Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης / Παναγία Μουχλιώτισσα, Fatih, Istanbul, en 1877

Érudition et manuscrits grecs

Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης-Παναγία Μουχλιώτισσα, extérieur LB (octobre 2015) (10)
Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης / Παναγία Μουχλιώτισσα
© Luc Brogly

Le nom d’ Ἄνθιμος Ἀλεξούδης a peu circulé en Europe occidentale et la préparation de notre étude sur les manuscrits grecs du Nouveau Testament conservés à Tirana (Albanie) nous permet aujourd’hui d’éclairer un peu mieux cette figure méconnue de la catalographie. Outre ses compositions liturgiques – les Archives nationales d’Albanie conservent de lui une courte prière qu’il composa pour l’érection d’un nouveau clocher à Berat en 1884[3], ses recherches sur l’épigraphie grecque et sur l’histoire de l’Église Orthodoxe[4], Ἀλεξούδης a consacré une grande part de ses travaux à la description des manuscrits.

Dans l’une de ses premières études, publiée en 1868 et intitulée Σύντομος Ιστορική Περιγραφή τῆς Ἱερᾶς Μητροπόλεως Βελεγράδων[5], Ἄνθιμος Ἀλεξούδης édite l’acte de son élection ainsi que le berât de l’autorité civile, mais il évoque aussi plusieurs manuscrits grecs, dont certains de grand luxe, écrits en lettres d’or et d’argent sur parchemin pourpre. C’est cette publication qui permettra au prêtre français Pierre Batiffol d’étudier sur place, en 1885, les précieux manuscrits grecs décrits par le Métropolite.

Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης-Παναγία Μουχλιώτισσα, extérieur LB (octobre 2015) (12)
Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης-Παναγία Μουχλιώτισσα (intérieur)
© Luc Brogly

Publications

Curieusement, c’est à partir de 1890, alors qu’il est déjà installé à Amasya, à deux mille kilomètres de son ancien évêché, qu’il commencera à publier ses descriptions codicologiques. Il dressera l’inventaire, notamment de 1892 à 1901, des manuscrits scripturaires et liturgiques possédés par certaines églises des villes albanaises de Berat et de Vlora, mais aussi de manuscrits qui sont sa propriété et dont nous pouvons affirmer aujourd’hui qu’ils firent le voyage jusqu’à Amasya. Hormis le récit de Pierre Batiffol en 1885, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης est le seul et unique témoin de la circulation de ces manuscrits grecs.

De nombreux érudits ont loué avec raison « l’admirable soin » avec lequel le Métropolite avait consigné les actes ecclésiaux. Ainsi en 1903, Heinrich Gelzer, contemporain d’ Ἀλεξούδης :

Anthimos muß während seiner Verwaltung der Belgrader Eparchie einen staunenswerten Fleiß entwickelt haben, um dieses massenhafte Material im ganzen so wohlgeordnet zusammenzubringen [6].

Durant son administration de l’Éparchie de Berat, Anthimos doit avoir développé un zèle étonnant pour rassembler d’une manière aussi ordonnée tant de documents.

KOD. BR. 66 contreplat supérieur (2)
© Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes 66

On doit ajouter à ces relevés scrupuleux et à son érudition, une activité pastorale intense (monastère d’Ardenoussa) ainsi que sa vocation à former les générations futures (École théologique de Berat), malgré des relations parfois tendues avec l’autorité civile, l’Empire ottoman. Ainsi que le rapportait Pierre Batiffol en 1887, « on ne le cite jamais sans lui donner l’épithète de Φιλόμουσος, et M. Anthime Alexoudis l’a bien méritée ».

Didier Lafleur, IRHT, CNRS – Luc Brogly

Le Grand Archimandrite Βησσαρίων Κομζιάς (Paroisse de Sainte Marie des Mongols, Οἰκουμενικὸς Πατριάρχης), Luc Brogly, Didier Lafleur
© Luc Brogly

[1] La tradition rapporte que la tombe du Métropolite se trouve au monastère τῆς Θεοτòκου τῆς Πηγῆς (Balıklı Meryem Ana Rum Manastiri), situé non loin des remparts terrestres de Constantinople. Malgré nos recherches à l’intérieur même du monastère, mais aussi dans le carré des métropolites situé à l’extérieur de ce périmètre, nous n’avons pu localiser la tombe d’Anthime Alexoudis.

[2] Voir R. Janin, La géographie ecclésiastique de l’empire byzantin, 1ère partie. Le siège de Constantinople et le Patriarcat Œcuménique, t. III. Les églises et les monastères, Paris, 19692, p. 213-214.

[3] Voir K. Giakoumis, « The Orthodox Church in Albania under Ottoman Rule 15th-19th Century », dans O. J. Schmitt (éd.), Religion und Kultur im albanischsprachigen Südosteuropa, Pro Oriente 4, Schriftenreihe der Kommission für südosteuropäische Geschichte, Frankfurt am Main: Peter Lang, 2010, p. 76-77.

[4] À titre d’exemple: « Περὶ τινων νομισμάτων καὶ ἐπιγραφὴ Μακεδονίας καὶ Θρᾳκῆς », Ὁ ἐν Κωνσταντινουπόλει Ἑλληνικὸς Φιλολογικὸς Σύλλογος, 4 (1871): 124-125; « Συμβολαὶ εἰς τὴν ἱστορίαν τῶν μεταξὺ τῶν Ἐκκλησιῶν σχέσεων », ΕΑ 9/15 (1889): 117-118; « Χρονολογικὸς κατάλογος τῶν πάλαι ποτὲ ἀρχιεπισκόπων τῆς Α´ Ἰουστινιανῆς Ἀχριδῶν », ΕΑ 9/20 (1889): 158; « Τὰ ληξιαρχικὰ βιβλία παρ’ ἡμῖν », ΕΑ 9/30 (1889): 235; « Συνοδικαὶ πράξεις τῆς Ἀρχιεπισκοπῆς Ἀχριδῶν καὶ πάσης Βουλγαρίας », ΔΙΕΕ 4 (1892 [1893]): 547-573.

[5] … καὶ τῆς ὑπὸ τὴν πνευματικὴν αὐτῆς δικαιοδοσίαν ὑπαγομένης χώρας, νῦν πρῶτον συνταχθεῖσα καὶ ἰδίοις ἀναλώμασι τύποις ἐκδοθεῖσα ὑπὸ τοῦ Μητροπολίτου Βελεγράδων Ἀνθίμου Δ. Ἀλεξουδη τοῦ ἐκ Μαδύτων τῆς Θρᾳκικής Χερσονήσου, Ἐν Κέρκυρᾳ: Τυπογραφεῖον « Η ΙΟΝΙΑ » Ἀδελφῶν Κάων, p. 113-115.

[6] « Der wiederaufgefunden Kodex des hl. Klemens und andere auf den Patriarchat Achrida bezügliche Urkundensammlungen », in Berichte über die Verhandlungen der königlichen Sächsischen Gesellschaft der Wissenschaften zu Leipzig, Philol. hist. Klasse, LV-2, Leipzig, 1903, p. 49.

Compte-rendu du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (II)

La seconde journée du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (voir le compte rendu de la première journée) s’est déroulée le jeudi 15 octobre 2015 dans le Merkez Han, bâtiment de l’Université Koç situé au cœur d’Istanbul, sur Istiklal Cd. Nous y étions reçus par le Research Center for Anatolian Civilization (RCAC).

La journée a été ouverte par une allocution du professeur Engin Akyürek, directeur du Center for Late Antique and Byzantine Studies (Université Koç- Fondation Niarchos). Les interventions ont  été présentées en anglais, avec une traduction simultanée en turc.

La matinée était consacrée au patriarcat de Constantinople et à ses monastères au 16e siècle.

C’est à Dean Sakel qu’on a dû la première communication: « The Greek Chronicles of the 16th century and the Patriarchate of Constantinople« .

Dean Sakel
Dean Sakel

Ce fut ensuite au tour de Vera Tchensova, sur le thème « Les monastères des Îles des Princes et le monde slave (16e-17e s.)« .

Vera Tchensova
Vera Tchensova © D. Reinsch

Après une pause, la séance a repris avec la communication de Youli Evangelou: « Foundations and reconstructions of monasteries in the Ottoman empire in the 16th century« .

Conférence de Youli Evangelou
Conférence de Youli Evangelou
Pause café
Pause café

Ensuite, Diether R. Reinsch nous a présenté une communication intitulée: « The Greek manuscripts collected in the Library of the Sultan« .

Diether R. Reinsch
Diether R. Reinsch

La première partie de l’après-midi était consacrée à la bibliothèque du patriarcat et aux bibliothèques des patriarches. Elle s’est ouverte avec l’exposé de Marie-Hélène Blanchet: « Books and their use in the Patriarcate of Constantinople (1453-ca. 1550)« .

Marie-Hélène Blanchet
Marie-Hélène Blanchet

Cet exposé a été suivi par l’intervention de Matthieu Cassin intitulée: « History of the monastery of the Holy Trinity and its Library« .

Exposé de Matthieu Cassin
Exposé de Matthieu Cassin

La seconde partie de l’après-midi proposait, pour comparaison, des exemples de bibliothèques grecques situées en-dehors de Constantinople, en particulier à Jérusalem et au Mont-Athos. C’est ainsi que Vassa Kontouma a évoqué « Les livres de Dosithée II de Jérusalem et la Bibliothèque du Métochion du Saint-Sépulcre au 17e siècle« .

Vassa Kontouma
Vassa Kontouma

La dernière communication fut celle de Kriton Chryssokoïdis, intitulée: « Changes in the formation of the Athonite libraries: Donations and reproductions (15th – 17th c.)« .

Kriton Chryssokoïdis
Kriton Chryssokoïdis

Ces différentes interventions ont suscité des discussions animées, qui ne furent pas le moindre intérêt de ce colloque.

Le soir, tous les participants ont pris part à un cocktail dans le restaurant situé au dernier étage du bâtiment de l’Université Koç.

Cocktail à l'Université Koç
Cocktail à l’Université Koç
  • Pour aller plus loin:

Les deux organisateurs du colloque, André Binggeli et Matthieu Cassin, accompagnés de Vera Tchensova, ont également rendu compte de cet événement au cours de deux émissions de radio de la série Orthodoxie sur France Culture, à l’invitation d’Alexis Chryssostalis:

Écouter la première émission (1er novembre 2015)

Écouter la deuxième émission (15 novembre 2015)

Compte-rendu du colloque « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki » (I)

Du 14 au 16 octobre 2015 s’est tenu à Istanbul le colloque international organisé par André Binggeli et Matthieu Cassin (Section grecque de l’IRHT) et intitulé: « Autour de la Sainte-Trinité de Chalki. Les bibliothèques grecques à Constantinople au temps du patriarche Métrophane III (16e s.) – Around the Holy Trinity of Halki. Greek Libraries in Constantinople at the time of Patriarch Metrophanes III (16th c.) » (voir le programme).

Cet événement est l’aboutissement des trois premières années du projet ANR i-Stamboul (2013-1016), porté par la Section grecque de l’IRHT en collaboration avec l’Université de Crète (Réthymno). Il faisait suite au colloque de Réthymno (26-27 mai 2015), qui était plus particulièrement consacré aux bibliothèques grecques dans l’Empire ottoman (voir le compte rendu).

Le colloque d’Istanbul était co-organisé sur place par trois institutions, l’École théologique de Chalki (Patriarcat Œcuménique), le Research Center for Anatolian Civilization (Université Koç) et l’Institut français d’études anatoliennes (CNRS), qui ont chacune accueilli les participants pendant une journée.

Au sommet de la colline, le monastère de la Sainte-Trinité
Au sommet de la colline, le monastère de la Sainte-Trinité

Symboliquement, la première journée s’est déroulée dans le monastère de la Sainte-Trinité lui-même, où se trouve actuellement l’École théologique et où étaient conservés jusque dans les années 1930 les manuscrits qui font l’objet du programme ANR i-Stamboul.

Sur le bateau pour Chalki
Sur le bateau pour Chalki

Pour se rendre sur l’île de Chalki (aujourd’hui Heybeliada), les participants ont dû emprunter le bateau qui assure la liaison avec Istanbul.

À l’arrivée, les véhicules motorisés étant interdits dans l’île, c’est en calèches que nous nous sommes rendus au monastère, situé au sommet de l’une des deux collines de l’île.

En calèche à Chalki
En calèche à Chalki

Le colloque a été ouvert par une allocution de Sa Sainteté Bartholomée Ier, qui nous as honorés de sa présence (Compte rendu sur le blog du Patriarcat).

Discours de Sa Sainteté Bartholomée Ier
Discours de Sa Sainteté Bartholomée Ier

André Binggeli et Matthieu Cassin ont ensuite présenté les enjeux du colloque.

A. Binggeli et M. Cassin présentent l'introduction du colloque
A. Binggeli et M. Cassin présentent l’introduction du colloque © D. Reinsch

La première communication a été présentée par le professeur Dimitris Apostolopoulos (« Μητροφάνης Γ´ πατριάρχης και λόγιος »).

Conférence du prof. Dimitris Apostolopoulos
Conférence du prof. Dimitris Apostolopoulos © A. Chryssostalis

Pour le déjeuner, l’higoumène de la Sainte-Trinité, son Éminence Elpidophoros Lambriniadis, nous a reçus à la trapeza du monastère.

Déjeuner à la trapeza de la Sainte-Trinité
Déjeuner à la trapeza de la Sainte-Trinité

En début d’après-midi était organisée une visite du monastère, en particulier de la bibliothèque de l’École théologique de Chalki, où est encore aujourd’hui conservée une remarquable collection d’imprimés anciens, qui fait actuellement l’objet d’un catalogage.

La bibliothèque historique de l'Ecole théologique
La bibliothèque historique de l’Ecole théologique

Le colloque a repris avec les communications d’Alessandra Ricci (« Byzantine-period monastic foundations on the Princes Islands and vicinities: an overview »), de Jean-Pierre Grélois, malheureusement absent (« Des voyageurs occidentaux au patriarcat de Constantinople, 16e-17e s.« ) et d’Alexis Chryssostalis (« Les îles des princes vues par les voyageurs occidentaux« ).

Alexis Chryssostalis
Alexis Chryssostalis © D. Reinsch

Au terme de cette première journée à Chalki, nous avons pris le bateau pour retourner à Istanbul, où s’est déroulée la seconde journée.

Sur le chemin du retour des îles des princes
Sur le chemin du retour des îles des princes © A. Lampadaridi

Livres, lecteurs et manuscrits : Rencontres néotestamentaires à Amsterdam (SNTS, juillet 2015)

Les Pays-Bas accueillaient cette année, du 29 juillet au 1er août,  le 70ème congrès de la SNTS (Studiorum Novi Testamenti Societas) dans les locaux de l’Université libre d’Amsterdam (Vrije Universiteit). Lieu de rencontre privilégié de la communauté académique et scientifique internationale dont l’objet d’étude et d’enseignement a trait aux textes et aux supports du Nouveau Testament, le congrès 2015 regroupait cette année près de 260 membres et invités et proposait à la fois conférences, communications et séminaires dans un esprit de convivialité et d’échanges mutuels.

SNTS 2015 Program

Outre les quatre conférences plénières – dont celle de Jean-Daniel Dubois (École pratique des hautes études, Paris) sur le docétisme et les christologies gnostiques – seize séminaires, répartis sur trois journées, offraient aux participants les plus récents états de la recherche néotestamentaire. Parmi les groupes de travail proposés, le séminaire de critique textuelle du Nouveau Testament alliait cette année codicologie, philologie et histoire des bibliothèques et des manuscrits, mettant particulièrement en relief l’histoire de la circulation du codex Sinaiticus (Londres, British Library, Additional 43725).

Format et lecture : Approches comparées

Animée par Juan Chapa (Universidad de Navarra, Pamplona) et Claire Clivaz (Swiss Institute of Bioinformatics, Lausanne), la première séance s’est intéressée aux différents formats du document manuscrit et notamment à la transition rouleau-codex dans le contexte des premiers temps du christianisme. Les deux intervenants ont relevé l’impact du livre manuscrit sur les premières communautés, s’interrogeant sur la pertinence des notions de lecture « intensive », qui pourrait être propre au rouleau, ou « extensive », qui pourrait se rattacher à la lecture du codex. Prenant appui sur de précédents travaux, notamment ceux de Guglielmo Cavallo et de Roger Chartier, Juan Chapa et Claire Clivaz ont mis en perspective les supports (papyrus et parchemin), leurs écrits et leurs usages, de l’Antiquité au Moyen Âge, déroulant ainsi le fil d’une théorisation de la lecture qui se prolonge aujourd’hui avec une acuité toute particulière due à la pleine expansion des Humanités digitales.

Vrije Universiteit Building

Critique textuelle néotestamentaire

Cette histoire de la lecture a trouvé son prolongement naturel avec la deuxième session dirigée par Jan Krans (Vrije Universiteit, Amsterdam) et Jennifer Knust (Boston University). L’enjeu portait cette fois sur l’harmonisation des textes – à la fois textes manuscrits et textes imprimés du Nouveau Testament grec. Jan Krans a particulièrement mis en parallèle la méthode d’écriture qui tend à harmoniser la copie sur le modèle – ou sur plusieurs modèles – avec les premiers éditeurs qui ont, eux aussi, pris une part importante à la critique et à l’histoire des textes. Cette harmonisation – qui semble répondre au double objectif d’unité et de simplicité – n’est cependant pas une règle d’or puisque les exemples de lectio difficilior sont nombreux. Les deux intervenants sont revenus sur la terminologie à adopter dans le cas de variantes harmonisantes : « érosion » ou « corruption », un terme souvent employé par les philologues, tout récemment par Bart D. Ehrman (The Orthodox Corruption of Scripture, 1996). Reprenant les propos de Jan Krans qui considérait que, pour le copiste, le phénomène harmonisant était digne de valeur alors que, pour l’auteur, cette harmonisation dépréciait son écriture, Jennifer Knust a décliné les différentes étapes de ce processus de copie, même si, comme cela a été noté par les participants, la notion propre d’« auteur » est difficilement appréciable pour les évangiles.

I Amsterdam

Une nouvelle lecture du Codex Sinaiticus (Aleph.01)

Une troisième et dernière session du séminaire de critique textuelle était organisée en collaboration avec le groupe de travail consacré à la papyrologie et à l’épigraphie dans le Nouveau Testament. Animée par Christfried Böttrich (Ernst-Moritz-Arndt-Universität Greifswald, Allemagne) et Christina M. Kreinecker (Universität Salzburg, Autriche), cette session était consacrée au dossier codicologique du codex Sinaiticus (Aleph.01 dans la numérotation Gregory-Aland), et au parcours de ce manuscrit entre son lieu de copie et Londres où il est actuellement conservé[1]. Écrit sur parchemin en lettres majuscules au cours du 4ème siècle (http://www.codexsinaiticus.org/en/), Christfried Böttrich a souligné que le lieu de copie du document faisait encore débat (Césarée de Palestine ou Alexandrie ?), ainsi que les raisons de sa production : Était-il – ou non – l’une des Bibles commandées par l’empereur Constantin vers 331 ? À la suite de son livre publié en 2011[2], Christfried Böttrich a établit que le codex Sinaiticus « was a master-copy » dans le scriptorium de Césarée et que son arrivée à Sainte-Catherine remontait au milieu du 7ème siècle. Le réexamen attentif de toutes les pièces du dossier, y compris celles ayant trait à Constantin Tischendorf, ont conduit les deux intervenants à considérer le Sinaiticus bien au-delà de sa valeur textuelle intrinsèque : une fenêtre ouverte sur l’histoire du christianisme, ses bouleversements sociaux et politiques, le témoin toujours vivant de textes longtemps reclus au cœur du désert.

Couverture BöttrichL’ensemble de ces trois sessions, mais aussi les quinze autres séminaires ainsi que les séances plénières et les vingt communications proposées simultanément durant ces journées, ont montré – une fois de plus – la vivacité de l’enseignement et de la recherche sur les manuscrits bibliques et les textes néotestamentaires. Une recherche et un enseignement où, hélas, professeurs et chercheurs français étaient peu représentés.

Didier Lafleur (IRHT, CNRS)

Vincent

[1] D’autres parties du manuscrit sont conservées à Leipzig, Universitätsbibliothek, gr. 1; au Sinaï, Monê tês Hagias Aikaterinês, ΝΕ gr., ΜΓ 001; à Saint-Pétersbourg sous quatre cotes différentes : a) Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. № 906 (Gr.), Gr. 002 (Granstrem 2), b) ebda, Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. № 906 (Gr.), Gr. 259 (Granstrem 2), c) ebda, Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. № 906 (Gr.), Gr. 843 (Granstrem 2), d) ebda, Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. № 536. Оп. 1. Sobr. Obščectva Ljubitelej Drevnej Pis’mennosti, Sobr. Obščectva Ljubitelej Drevnej Pis’mennosti O 156 (Granstrem 3).

2] Der Jahrhundertfund. Entdeckung und Geschichte des Codex Sinaiticus, Leipzig: Evangelische Verlagsanstalt.

L’histoire des bibliothèques grecques voyage en Crète

Colloque Bibliothèques grecques dans l’Empire ottoman / Ελληνικές βιβλιοθήκες στην Οθωμανική Αυτοκρατορία, Université de Crète, 26-27 mai 2015

Dans le cadre du projet ANR i-Stamboul et sous l’égide de la Section grecque de l’IRHT et du laboratoire de paléographie grecque de l’Université de Crète, un colloque sur les bibliothèques grecques dans l’Empire ottoman s’est tenu le mardi 26 et le mercredi 27 mai 2015 dans les locaux de l’Université de Crète à Réthymnon, organisé par Marina Detoraki (Université de Crète) et André Binggeli (IRHT).

Programme Colloque Crète, 1Programme colloque Crète 2

Les deux journées réunirent une douzaine de contributions en grec et en français autour de différents aspects de l’histoire des bibliothèques grecques, problématique à laquelle la séance afférente du 8e colloque de paléographie (Hambourg, 2013) présidée par Paul Géhin avait frayé la voie. À travers l’étude de cas particuliers, il s’agissait de faire émerger de nouvelles problématiques et méthodologies liées à l’histoire des bibliothèques et la circulation et l’usage des livres (usage des inventaires anciens, identification des cercles de copistes et des ateliers de reliure, utilisation des manuscrits par des érudits, reconstitution de bibliothèques). L’IRHT fut représenté par André Binggeli, Matthieu Cassin et Anna Lampadaridi.

Marina Detoraki, André Binggeli
Marina Detoraki, André Binggeli

Après un mot d’accueil de la Présidente de la Faculté de Lettres de l’Université de Crète, Angela Kastrinaki, les deux organisateurs du colloque, Marina Detoraki et André Binggeli ouvrirent la journée du 26 mai et exposèrent les enjeux du colloque ; puis Bernard Flusin, invité d’honneur, présida la première séance.

André Binggeli
André Binggeli

L’île de Crète et ses collections de livres

Niccolò Zorzi, Bernard Flusin
Niccolò Zorzi, Bernard Flusin

L’histoire de bibliothèques crétoises ne pouvant pas manquer lors d’un tel événement, un premier groupe de communications était en rapport avec l’île de Crète : nous avons suivi les péripéties de quelques manuscrits de la collection de la famille Nani, qui ont voyagé de la Crète jusqu’à Venise, en passant par les îles ioniennes (Niccolò Zorzi, Université de Padoue), ainsi que le sort d’un lot de manuscrits constantinopolitains revendiqués par les Crétois à la fin du 16e s. (Stephanos Kaklamanis, Université de Crète).

Les centres de diffusion de l’hellénisme et ses bibliothèques

Nikolaos Pissis
Nikolaos Pissis

Une série de cinq communications était liée aux centres de diffusion de l’hellénisme aux 18e et 19e siècles et à leurs bibliothèques : de la reconstitution de la bibliothèque princière de Nicolas Mavrocordatos sur la base des annotations et des modalités de lecture dans une perspective socio-historique (Nicolas Pissis, Freie Universität Berlin), au destin hasardeux de la collection du moine et prêtre Méthode d’Olympos (Kostas Papadakis, Bibliothèque de l’Université de Crète), en allant jusqu’à une réflexion plus sociologique autour du contenu de la bibliothèque d’un petit commerçant de Constantinople à Jassy de Roumanie (Alexis Politis, Université de Crète).

Eleni Kovaiou
Eleni Kovaiou

Toujours dans le cadre de la même thématique, deux communications étaient consacrées aux péripéties du fonds de la Société des Amis de l’Instruction à Andrinople, fondée en 1872 (Eleni Kovaiou, Bibliothèque de l’Université de Crète) et notamment à l’activité d’Ignace Sarafoglou (18e – début 19e s.), évêque de Nazianze (1789-1818), copiste et possesseur d’un lot de manuscrits qui aboutirent dans la collection du Gymnasion de la même ville (Venetia Chatzopoulou, Centre national de recherche hellénique, Athènes).

L’apport des inventaires anciens

Le troisième groupe de travaux traita de l’apport des inventaires anciens pour l’histoire de bibliothèques.

Une place importante fut accordée aux projets en cours relatifs aux inventaires grecs, ce qui fait preuve du dynamisme de ce domaine de recherche.

Inmaculada Pérez-Martín, Bernard Flusin
Inmaculada Pérez-Martín, Bernard Flusin

Deux inventaires byzantins furent présentés par Inmaculada Pérez-Martín (Centre national espagnol de la recherche scientifique, Madrid) dans le cadre de son projet d’édition des inventaires byzantins de livres, en collaboration avec Peter Schreiner.

Zisis Melissakis
Zisis Melissakis

Dans un tel contexte, la référence à la figure contestée de Minoïde Mynas ne pouvait pas manquer : il fut question en particulier de ses tentatives de catalogage systématique des bibliothèques du Mont Athos (Zisis Melissakis, Centre national de recherche hellénique, Athènes).

Dans le cadre du projet du Répertoire des Inventaires de Manuscrits Grecs (RIMG) mené par la Section grecque de l’IRHT sous l’égide de Biblissima, Anna Lampadaridi présenta ses recherches sur la reconstitution du fonds du Métochion du Saint-Sépulcre à Constantinople à travers ses inventaires anciens.

Anna Lampadaridi
Anna Lampadaridi

Au sein du même projet, Matthieu Cassin présenta le site de Libraria qui héberge le répertoire RIMG, ainsi que les possibilités d’édition électronique des inventaires en TEI, à travers l’exemple d’un inventaire de 1572 du monastère de la Sainte-Trinité dans l’île de Chalki (projet ANR i-Stamboul).

Matthieu Cassin
Matthieu Cassin

En guise de conclusion…

Ce bref parcours dans l’histoire des bibliothèques grecques confirma le constat qui fut formulé par André Binggeli lors de l’ouverture de cette rencontre : les aléas de reconstitution de corpus fragmentés, dans le temps et dans l’espace, formaient bel et bien la toile de fond de plusieurs travaux. Les approches variées témoignent des perspectives prometteuses de ce domaine de recherche qui demeure un terrain en friche. Les modalités de fragmentation et de constitution des collections, les mouvements systoliques et diastoliques qui régissent la circulation des livres sont des sujets à traiter.

Les actes de ces deux journées seront publiés conjointement avec ceux du second colloque organisé dans le cadre du projet ANR i-Stamboul qui aura lieu à Istanbul en octobre 2015.

Discussions informelles

Visite de l’exposition « Manuscrits grecs 11e-20e s. » et…autre

Exposition, Université de Crète

En marge du colloque s’est tenue à la bibliothèque de l’Université de Crète l’exposition intitulée « Manuscrits grecs 11e-20e s. (Ελληνικά χειρόγραφα 11ος-20ος αι.) ».

Autour des manuscrits crétois
Autour des manuscrits crétois

Cet événement culturel, organisé par la Βibliothèque universitaire en partenariat avec la Société des avocats de la ville de Réthymnon, réunit un bon nombre d’imprimés mais aussi de manuscrits provenant des fonds de la Δημόσια Κεντρική Βιβλιοθήκη Ρεθύμνης et du Δικηγορικός Σύλλογος Ρεθύμνου, dont deux codices en parchemin (Δικηγορικού Συλλόγου Ρεθύμνου 1 et 2).

Δικηγορικού Συλλόγου Ρεθύμνου 1
Δικηγορικού Συλλόγου Ρεθύμνου 1

Les participants ont bénéficié d’un accueil enthousiaste de la part du personnel de la bibliothèque et notamment d’une visite guidée organisée par Kostas Papadakis et Eleni Kovaiou. Les organisateurs de l’exposition nous ont fait partager leur passion pour l’héritage livresque de leur île.

Matthieu Cassin, André Binggeli
Matthieu Cassin, André Binggeli
Inmaculada Pérez-Martín, Bernard Flusin
Inmaculada Pérez-Martín, Bernard Flusin

Présentation de l’exposition : Ρεθεμνιώτικα Νέα, 27 mai 2015

Grâce à l’accueil chaleureux de Marina Detoraki, le colloque fut agrémenté de plusieurs moments conviviaux autour des repas crétois, dont nous garderons le meilleur souvenir.

Dîner

Déjeuner

Le Répertoire des inventaires de manuscrits grecs (RIMG) : les inventaires de manuscrits grecs revisités

20313_shutterstock_133003820Si, comme le dit le Littré : « dans le langage général, faire son inventaire » signifie « examiner ce qu’on a », l’importance des inventaires de manuscrits pour l’histoire des bibliothèques anciennes va sans dire.

Domaine défriché pour la France par le répertoire des Bibliothèques médiévales de France (BMF), les inventaires de manuscrits grecs demeuraient pendant longtemps une source peu exploitée pour l’histoire des bibliothèques, et plus largement, de l’érudition et de la transmission des savoirs. Seules quelques grandes bibliothèques d’Occident, et en particulier la Bibliothèque apostolique vaticane[1] et plus récemment la Laurentienne[2], ont jusqu’à présent vu leurs inventaires anciens édités.

000caxx4Le Répertoire des inventaires de manuscrits grecs (RIMG), lancé en 2014 dans le cadre de Biblissima, émane d’une telle initiative : offrir aux chercheurs un équivalent du répertoire BMF, se frayer une voie vers de nouvelles recherches autour de la reconstitution des bibliothèques anciennes sur la base des inventaires conservés. Le choix a cependant été fait de tourner l’enquête essentiellement vers les bibliothèques orientales : à l’époque moderne, en effet, le recensement des livres grecs dans les bibliothèques d’Occident ne se distingue plus de celui des autres livres et il n’y a pas grand sens à l’isoler. Un premier jalon fut fourni par le relevé effectué par Jacques Bompaire en 1979[3] ; la présente enquête part d’un dépouillement sur nouveaux frais des catalogues de manuscrits grecs, afin d’y repérer les listes de livres.

Image Site RimgUne question importante s’est posée dès le début : comment définir un inventaire ? quel type de documentation inclure dans ce répertoire ? Agréablement surpris par la polychromie de la documentation qui s’étalait devant nos yeux, nous avons opté pour une approche ouverte : toute liste contenant au moins deux livres – surtout manuscrits mais sans exclure les imprimés qui constituent une partie importante des collections tardives – y trouve sa place. A côté des catalogues officiels, figurent des listes de donation ou d’emprunt, des inventaires partiels ou complets, des listes brèves dont la finalité n’est pas toujours aisée à déterminer.

Un inventaire revêt plusieurs formes, se prête à plusieurs interprétations ; il reflète aussi une taxinomie, une cotation, une façon de voir et de penser les choses. Même la façon de décrire les livres, leur matière et leur format, mais aussi leur reliure ou leur écriture, n’est pas dépourvue d’intérêt linguistique pour la terminologie grecque du livre manuscrit.

Paris, BnF, gr. 3067, f. 228

Il s’agit en outre d’effectuer une première classification de cette masse hétérogène que représentent les différentes façons de recenser le contenu d’une bibliothèque. Afin de faire ressortir l’intérêt de chaque pièce, nous avons construit des fiches descriptives dont les différents champs donnent l’essentiel de l’information nécessaire à l’étude du document : datation (si le document n’est pas daté, on trouve une datation approximative à l’aide de termini ante quem et post quem) ; localisation (la région plus large et le lieu plus précis) ; auteur et commanditaire (si connus) ; type (catalogue de bibliothèque, inventaire, liste de livres ; liste de prêt/emprunt ; liste de donation ; liste d’achat/vente ; liste de biens ; testament ; typikon) ; titre (s’il existe) ; incipit ; mots-clefs ; répertoire (si l’inventaire a été repéré par nos prédécesseurs) ; source (la côte du manuscrit avec le lien vers la base Pinakes) ; édition (si elle existe) ; bibliographie (les références bibliographiques complètes sont en libre accès sur zotero). L’analyse du document occupe la plus grande partie de la fiche : il s’agit de localiser l’inventaire à l’intérieur du manuscrit, de présenter brièvement sa structure et son contenu, de le placer dans son contexte et de s’attarder sur ses particularités linguistiques, si nécessaire.

Andros, Monê Panachrantou 29, p. 213
Andros, Monê Panachrantou 29, p. 213

D’un hiéromoine nommé Pierre qui ramène cinq βιβλία d’un métochion de Saint-Nicolas en Chypre au XIVe s., à l’archimandrite Samuel qui fait don de sa riche collection de livres à l’École Ἁγίας Τριάδος dans l’île d’Andros au XIXe s., nous partons pour un voyage dans l’espace et dans le temps, à la découverte de personnages et de lieux parfois mal ou même nullement attestés par ailleurs. La priorité est donnée à la partie orientale de la Méditerranée (Grèce, Turquie, Syrie, Palestine, Egypte), dans une perspective chronologique longue, allant du XIe jusqu’au XIXe s. Les siècles qui suivent la chute de Constantinople s’avèrent d’une importance inouïe pour la constitution des bibliothèques : l’abondance du matériel inédit qui remonte à cette période mis en évidence par le dépouillement des catalogues modernes de manuscrits démontre à quel point les inventaires des manuscrits grecs restent encore un terrain en friche.

Andros, Monê Hagiou Nikolaou 69, p. 102
Andros, Monê Hagiou Nikolaou 69, p. 102

[1] Voir R. DEVREESSE, Le fonds grec de la Bibliothèque vaticane des origines à Paul V (Studi e Testi 244), Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1965, qui met en évidence un bon nombre d’inventaires alphabétiques et topographiques, et pour un état de la question récent, voir P. SVERZELLATI, « Per la storia della Biblioteca Apostolica Vaticana », Aevum 86 (2012), p. 969-1004.

[2] Pour un état de la question, voir D. SPERANZI, « La biblioteca dei Medici. Appunti sulla storia della formazione del fondo greco della libreria medicea privata », in : Principi e signori. Le Biblioteche nella seconda metà del Quattrocento. Atti del Convegno di Urbino (5-6 giugno 2008), a cura di Guido Arbizzoni, Concetta Bianca, Marcella Peruzzi, (Accademia Raffaello. Collana di studi e testi 25), Urbino, Accademia Raffaello, 2010, p. 217-264.

[3] J. Bompaire, « Les catalogues de livres-manuscrits d’époque byzantine », in : S. Dufrenne (ed.), Byzance et les Slaves. Études de Civilisation. Mélanges Ivan Dujc̆ev, Paris [1979], pp. 59-81.

Manuscrits de l’Institut français d’études byzantines

En 1895, à Constantinople, les Augustins de l’Assomption fondèrent à Kadiköy une maison d’étude destinée à former des missionnaires de rite grec mais aussi à étudier le christianisme oriental afin d’en préparer le retour à l’unité1.

Maison assomptionniste de Kadiköy (2014)
Maison assomptionniste de Kadiköy (2014)

Cette perspective conduisit à la naissance en son sein d’un groupe de savants qui se spécialisèrent peu à peu dans les études byzantines2. En 1897 furent fondés les Échos d’Orient, périodique destiné en particulier à diffuser ces recherches. Après les années d’interruption causées par la première guerre mondiale, l’Institut poursuivit son existence à Kadiköy jusqu’en 1937, date à laquelle il fut transféré à Bucarest, avant de devoir quitter la Roumanie en 19473.

Centre assomptionniste de Bucarest (AAR, 2DV913)
Centre assomptionniste de Bucarest (AAR, 2DV913)

Après diverses localisations parisiennes, la bibliothèque et l’activité scientifique sont hébergées depuis 1995 à l’Institut catholique de Paris ; le fonds de l’IFEB constitue, avec la BOSEB, la Bibliothèque Jean de Vernon, où sont hébergées les activités de l’association. Outre une importante collection d’imprimés, dont nombre de livres anciens et précieux4 et une importante collection de sceaux, la bibliothèque possède 72 manuscrits, dont la première description est publiée dans la Revue des études byzantines de 2014 par André Binggeli, Matthieu Cassin et Vassa Kontouma5.

Le fonds, qui n’avait fait l’objet jusqu’à ce jour que de descriptions partielles6 comprend 57 manuscrits grecs (IFEB 1-56, 72), trois manuscrits turcs en caractères grecs (57-58) ou arméniens (61), deux russes (59-60), deux ottomans (62, 64), un arabe (63), deux en latin (65-66), quatre italiens (67-70), un français (71). La plupart de ces livres ont été acquis durant le séjour des Assomptionnistes byzantinistes à Kadiköy ; d’après deux lettres et rapports de S. Salaville, datées du 16 février et du 8 mai 1928, l’institut aurait possédé à cette date une trentaine de manuscrits, qui auraient tous été acquis dans les 5 ou 6 années précédentes7 . Quelques volumes rejoignirent plus tard la collection, en provenance des dossiers laissés par Louis Petit8, d’autres vinrent de Russie avec la bibliothèque de Pie Neveu (1877-1946)9 ou furent acquis à Bucarest (IFEB 37).

Monseigneur Louis Petit (AAR 2DV906)
Monseigneur Louis Petit (AAR 2DV906)

Les manuscrits grecs forment un ensemble assez varié, mais où prédominent largement les livres récents : à part un recueil ascétique des 13e-14e s. (IFEB 45) et un praxapostolos du 15e s. (IFEB 5), ainsi que quelques codices du 16e s., la majorité des manuscrits a été copiée entre la fin du 17e et le 18e s. ; les plus récents datent du 20e s.

IFEB 45, ff. 34v-35
IFEB 45, ff. 34v-35
IFEB 5, ff. 105v-106
IFEB 5, ff. 105v-106

On distingue cinq ensembles principaux, pour ce qui est du contenu des volumes : des livres liés à l’enseignement, mathèmataria ou compositions d’enseignants ; textes théologiques, le plus souvent post-byzantins ; droit canon ; liturgie et musique ; textes ascétiques ou spirituels. Dans la première catégorie, plusieurs fournissent des informations neuves sur certaines écoles majeures (Μεγάλη τοῦ Γένους Σχολή IFEB 24, Patmos IFEB 12, etc.), ou au contraire sur des institutions moins connues (ainsi de l’école de Kontoskali dans le quartier de Kumkapı à Constantinople, pour l’IFEB 18).

On peut aussi signaler un livre d’atelier contenant le Guide du peintre de Denys de Phourna, truffé d’ajouts et d’annotations qui permettent de retracer son utilisation sur près de deux siècles (IFEB 19) ; des fragments d’une Chaîne sur l’Octateuque précédant de peu la vaste entreprise d’édition de ce texte dans la Constantinople du 18e siècle (IFEB 1) ; un recueil d’histoires sacrées et profanes contenant une paraphrase néohellénique du Roman de Stéphanitès et Ichnèlatès de Théodose Zygomalas (IFEB 34), recueil dont on peut suivre, grâce à de riches annotations, le destin mouvementé depuis Constantinople jusqu’à Sozopolis et aux abords de la mer Noire ; une copie qu’on a longtemps crue perdue du « Cartulaire A » du monastère de Saint-Jean Prodrome sur le mont Ménécée (IFEB 25).

IFEB 25, ff. 2v-3
IFEB 25, ff. 2v-3

Nombre des manuscrits sont datés et signés ; de ce fait, la seule étude qui ait jusqu’à présent pris en compte l’ensemble de la collection est le répertoire des copistes des 17e et 18e s. de L. Politis publié par M. Politi10. Ils portent également de nombreuses notes de possession ou d’usage, qui apportent des renseignements significatifs sur un certain nombre d’institutions hellènes dans l’Empire ottoman. Quelques-uns proviennent d’institutions bien connues, comme l’Hellenikos philologikos syllogos (IFEB 52), la bibliothèque de la communauté grecque de Gallipoli (IFEB 34) ou encore le Métochion du Saint-Sépulcre à Constantinople (IFEB 25), et surtout un lot de six manuscrits venant du Phrontistèrion de Trébizonde (IFEB 2, 3, 5, 6-7, 33, 45).

Cachet du Phrontistèrion de Trébizonde
Cachet du Phrontistèrion de Trébizonde

La provenance des manuscrits non grecs est plus diverse encore. Les deux karamanlis sont venus par l’intermédiaire du P. Bernardin Menthon11. Les manuscrits russes (IFEB 59-60), le traité latin de rhétorique provenant du séminaire de Tver (IFEB 65) ainsi que le dossier français (IFEB 71), proviennent de Moscou et plus précisément de la paroisse Saint-Louis-des-Français. L’IFEB 65 en porte en effet le cachet et l’IFEB 71 est aussi lié à l’histoire de cette paroisse. L’IFEB 66, traité melkite traduit en latin par Joseph Simon Assemani, a peut-être fait partie de l’éphémère « Bibliothèque-musée de l’Union » prévu un temps à Kadiköy et qui semble n’avoir jamais véritablement fonctionné. Enfin, un petit lot (IFEB 67-69) est constitué par des copies modernes des archives du Collegio greco de Rome, réalisées pour Émile Legrand et ont été transmises à Louis Petit à la mort du grand helléniste, pour que l’Assomptionniste poursuive, avec Hubert Pernot, la célèbre Bibliographie hellénique12.

L’inventaire qui paraît dans le numéro 2014 de la Revue des études byzantines vise avant tout à faire connaître les richesses de ce fonds et à susciter des études plus approfondies sur nombre de manuscrits qui requièrent un examen beaucoup plus complet.

  1. La paroisse est toujours confiée aux Assomptionnistes. []
  2. Pour l’histoire de l’institut, voir en particulier A. Failler, « Le centenaire de l’Institut byzantin des Assomptionnistes », Revue des études byzantines 53, 1995, p. 5-40. []
  3. Les bâtiments ont depuis été restitués aux Assomptionnistes qui y ont rouvert un centre Saint-Pierre Saint-André, qui n’a cependant pas conservé sa vocation scientifique. []
  4. Voir par exemple la présentation de la Bible de Moscou de 1663 par V. Kontouma. []
  5. A. Binggeli, M. Cassin, V. Kontouma, « Inventaire des manuscrits de l’Institut français d’études byzantines », REB 72, 2014, p. 5-128, avec 16 planches couleurs. []
  6. Voir en particulier P. Géhin, « Le plus ancien manuscrit grec de l’Institut français d’études byzantines (IFEB 45) », REB 53, 1995, p. 289-293 ; S. Patri, « Les deux manuscrits russes de l’Institut français d’études byzantines », REB 51, 1993, p. 185-201, et également le billet consacré par V. Kontouma à l’IFEB 1. []
  7. Lettres conservées aux archives de la maison généralice des Assomptionnistes à Rome, 2DB401 et 2DC213. L’auteur signale toutefois qu’il y a pu y avoir des acquisitions antérieures, qui n’ont pas laissée de trace : on pense en particulier à la figure de Louis Petit, fondateur de l’Institut et grand pourvoyeur de sa bibliothèque ; voir aussi la nécrologie de 1928 et l’article paru à l’occasion de sa nomination comme archevêque d’Athènes en 1912. []
  8. On sait que l’essentiel de sa bibliothèque, dont environ 80 manuscrits, fut acheté par la Bibliothèque Vaticane en 1926 : voir F. D’Aiuto, P. Vian, Guida ai fondi manoscritti, numismatici, a stampa della Biblioteca Vaticana, I (Studi e testi 466), Città del Vaticano, 2011, p. 608-609 ; S. Lilla, I manoscritti vaticani greci: lineamenti di una storia del fondo (Studi e testi 415), Città del Vaticano, 2004, p. 116-128 ; A. Wenger, « Comment le fonds Petit est entré à la Bibliothèque vaticane », dans B. Holzer (éd.), Mgr Petit, assomptionniste, fondateur des “Échos d’Orient”, archevêque latin d’Athènes (1868-1927). Actes du Colloque, Rome, 15-17 décembre 1997 (OCA 266), Roma, 2002, p. 131-147 ; cependant, certains manuscrits, comme les IFEB 8 et 25, viennent des dossiers qui sont passés aux Assomptionnistes. []
  9. Voir la nécrologie assomptionniste et A. Wenger, Rome et Moscou, 1900-1950, Paris, 1987. []
  10. L. Politis et M. Politi, « Βιβλιογράφοι 17ου-18ου αἰῶνος. Συνοπτικὴ καταγραφή », Δελτίο τοῦ ἱστορικοῦ καὶ παλαιογραφικοῦ ἀρχείου 6, 1994, p. 313-645. []
  11. Notice nécrologique assomptionniste. []
  12. On en a la confirmation dans une lettre de Mme veuve Legrand à Petit, du 3 février 1904, conservée dans les archives de l’IFEB à Paris. Le dossier épistolaire Petit-Legrand sera prochainement publié. []